Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 18:54

Résumé de l’homélie du père Frédéric Benoist

11 Janvier 2015

Eglise Notre-Dame du Raincy

Hommage rendu aux victimes des différents attentats

Fête du baptême du Seigneur

Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi je trouve toute ma joie » (Mc.1,11)

Prenons-nous bien conscience qu’il s’agit d’une manifestation de Dieu ? (une théophanie). Oui Dieu fait le choix de se manifester à l’humanité en son fils Jésus, ce dernier n’a pas besoin de savoir qu’il est fils de Dieu, il le sait déjà, ses parents le savaient. Cette manifestation est donc pour nous tous.

Alors prenons nous conscience que le baptême, notre baptême (qui puise sa source dans le baptême de Jésus) n’est pas simplement le fait de notre choix. Chrétien je le deviens par le baptême mais c’est aussi le choix de Dieu lui même, de manifester, de donner , de révéler son amour à l’être humain que je suis. Dieu réalise ainsi sa promesse inscrite dans les origines de la Bible : « l’homme est image et ressemblance de Dieu », il est sa créature aimée, donc aimante. Tout homme est une histoire sacrée. Oui tout homme. Ma foi est réponse à l’appel que Dieu m’adresse, il me révèle, il me manifeste son amour . Quant à moi je dois l’accueillir, l’assimiler au cœur de mon existences et de mon environnement , de mes relations. Voilà ce qu’est l’acte de foi.

Mais alors Seigneur comment l’homme peut il être si méchant , mauvais, destructeur, s’il est ta créature aimée et aimante ? Ma foi est mise à l’épreuve, notre foi a été mise à l’épreuve cette semaine dans notre pays. Trois hommes, ont commis l’irréparable, l’ignominie. L’émotion est vive. A ma porte. Cela ne doit pas me faire oublier le lot quotidien de personnes dans bien des parties du monde. Toutes ces victimes d ‘attentats, innocentes, dans le monde aujourd’hui.

Mais Dieu où es tu ?

Avons-nous bien entendu Dieu nous parler à travers la bouche du prophète Isaïe ? (première lecture) : « Prêtez l’oreille, venez à moi !, Ecoutez et vous vivrez, je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle… Car mes pensées ne sont pas vos pensées, mes chemins ne sont pas vos chemins… » (Is.55,3.8)

Oui Seigneur tes pensées nous dépassent, alors aucun homme ne peut parler ou agir en ton nom, sauf celui qui est venu faire ta volonté, ton Fils que tu nous as envoyé, Prince de la paix.

Aucun homme ne peut s’emparer et enfermer la pensée de Dieu. Ceux qui prétendent faire cela nient Dieu.

Alors au cœur de ma colère, au cœur de ma tristesse, de ma haine, de mon désir de vengeance, je dois écouter la pensée de Dieu… elle est nécessaire, elle est même indispensable.

Voilà pourquoi il ne faut pas cacher Dieu, il ne faut pas le mettre dans la sphère privée et individualiste. Si nous faisons cela nous donnons des armes aux terroristes et aux bourreaux qui croient parler et agir au nom de Dieu.

Je ne dois pas taire Dieu, chers chrétiens, je vous adresse cet appel solennel : et je crois que je dois le faire avec une force redoublée en ce jour : ne taisons pas Dieu. Ne cachons pas celui qui est venu nous révéler et accomplir l’œuvre d’amour de Dieu pour tous les hommes.

Une société ne peut pas grandir en paix et dans l’harmonie entre les hommes si Dieu est mis sous silence.

Dieu ne se laisse pas enfermer dans la pensée des hommes, il donne au contraire à ces pensées tout leur sens, leur dynamisme. L’homme s’en trouve alors transformé, transcendé, bref l’homme est véritablement homme.

Nous avons une responsabilité considérable pour nos enfants, pour notre monde d’aujourd’hui et de demain. Une prise de conscience urgente et nécessaire de raviver chez les chrétiens leur foi. Le dimanche est le jour du Seigneur. Nous devons répondre massivement à son appel pourquoi ? parce que c’est là qu’il nous livre sa Parole, c’est là qu’il nous nourrit.

Ce matin nous avons besoin que la parole de Dieu vienne transformer nos pensées et nos sentiments. Il doit en être ainsi dans les jours et semaines à venir.

J’en appelle à cette vraie prise de conscience. … Les événements qui sont en train de se passer doivent nous faire réagir.

Parents qui nous confiez vos enfants, je compte sur vous aussi. Vivez de l’Evangile, priez en famille, priez ensemble , discuter des événements de la vie et du monde en les confiant ensuite dans la prière…

  • invitation à prendre la feuille de prière

Chers jeunes collégiens et lycéens qui êtes là . permettez moi de vous dire quelque chose qui me tient à cœur. Méfiez vous et soyez vigilants par rapport au temps que vous passez sur les réseaux sociaux. Vous y cherchez des amis ? Allez d’abord les rencontrer physiquement autour de vous c’est plus sûr. Il n’y a pas que de bonnes nouvelles sur les informations qui circulent entre vous. Permettez moi de vous dire que vous êtes vulnérables, déjà nous adultes nous le sommes, mais vous l’êtes encore plus que nous car vos personnalités sont en cours de construction.

Pardonnez moi, je vais vous paraître ringard et utopique : et si vous passiez autant de temps à lire et étudier à prier la Parole de Dieu ? Plus vous lirez la Parole de Dieu, plus vous pourrez aller à la rencontre des autres. N’ayez pas peur d’aller parler avec votre copain juif ou musulman ou sans religion. Ne restons pas côte à côte dans l’ignorance sous prétexte de tolérance. Accueillez et grandissez dans l’accueil de la différence de l’autre.

En conclusion :

Avez vous vu dans cette église. J’ai déposé dix sept lumières

  • au pied de la crèche,
  • au pied de la croix où je me tiens
  • sur l’autel, et à coté le cierge pascal, le Christ ressuscité, lumière qui brille au cœur des ténèbres.

-> au pied de la crèche : Dieu s’est fait l’un de nous, il est venu rejoindre l’humanité en se faisant lui même homme. Ce petit enfant, c’est le « prince de la paix ». Je dépose donc ces dix sept lumières et je prie pour la paix. Seigneur donne nous ta paix.

-> au pied de la croix : un paroissien, hier m’a interpelé. Pourquoi n’avez vous mis que dix sept lumière et pas vingt ? oui où sont les trois lumière représentant les trois assassins.

Je vous le redis, ma foi est éprouvée. Sa question me dérange, mais il a raison. Alors je dois entendre cette parole que Jésus prononce sur la croix. : « Père pardonne-leur ils ne savent pas ce qu’ils font. Je confie ces trois jeunes, ces trois français, à ta justice Seigneur.

-> sur l’autel : l’autel est le lieu où nous déposons les offrandes. Celles du pain et du vin, où Dieu va signifier en son Fils son alliance d’amour « éternelle ». Mais c’est le lieu où nous venons aussi déposer toute notre humanité : notre travail, nos joies, nos labeurs . Oui toute notre humanité…

Dieu fait alliance : il prend toute notre humanité pour la transformer dans sa dimension d’amour. Encore une fois ses pensées ne sont pas nos pensées. Ses pensées purifient nos pensées. Le Christ est venu accomplir le désir de Dieu. Je dois me nourrir de cette force. Oui Seigneur je viens te déposer la vie de ces 17 victimes, mais aussi tous nos sentiments… transforme-les dans ton amour.

Frère et sœurs, voilà ce que nous devons nous dire et redire sans cesse :

« Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.

Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Laissons le Seigneur disposer nos pensées.

Père F. Benoist, 11 janvier 2015

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:18

LE BAPTÊME DE JÉSUS

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9) Evangile (Mc 1, 7-11)

Le baptême de Jésus par Jean est un des événements de la vie de Jésus les plus assurés historiquement. Les quatre évangélistes le mentionnent. Avoir accompagné Jésus depuis son baptême est même une des conditions requises pour pouvoir remplacer Judas l’apôtre défaillant. (Actes 1. 22)

C’est la première manifestation publique du Christ. Lors de sa naissance à Bethléem, il n’avait été révélé qu’à quelques privilégiés. Aujourd’hui, tous ceux qui entourent le Baptiste, c’est-à-dire ses disciples et la foule venue aux bords du Jourdain, sont témoins d’une manifestation plus solennelle, que Jean soulignera d’ailleurs lui-même.

Elle comporte deux aspects : l’aspect d’humilité représenté par le baptême auquel le Seigneur se soumet. L’aspect de gloire représenté par le témoignage humain que lui rend Jean le Baptiste et le témoignage divin que le Père et l’Esprit rendent au Fils, la garantie que cet homme appartient bien à la Trinité divine.

Ces deux aspects sont à retenir dans l’histoire des hommes comme dans la vie intérieure et spirituelle de chaque homme. Les séparer, c’est commettre une erreur. Nous ne pouvons pas nous approcher du Christ glorifié sans nous approcher en même temps du Christ humilié, ni nous approcher du Christ humilié sans nous approcher du Christ glorifié.

1ère lecture : « Venez, voici de l’eau ! Écoutez, et vous vivrez »

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer. Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses ! Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle : ce sont les bienfaits garantis à David. Lui, j’en ai fait un témoin pour les peuples, pour les peuples, un guide et un chef. Toi, tu appelleras une nation inconnue de toi ; une nation qui ne te connaît pas accourra vers toi, à cause du Seigneur ton Dieu, à cause du Saint d’Israël, car il fait ta splendeur. Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. – Parole du Seigneur.

cantique :

Voici le Dieu qui me sauve : j’ai confiance, je n’ai plus de crainte. Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur, il montre sa magnificence, et toute la terre le sait. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël !

2ème lecture : « L’Esprit, l’eau et le sang »

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité. En effet, ils sont trois qui rendent témoignage, l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois n’en font qu’un. Nous acceptons bien le témoignage des hommes ; or, le témoignage de Dieu a plus de valeur, puisque le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à son Fils. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie »

Acclamation: Alléluia. Alléluia. Voyant Jésus venir à lui, Jean déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. » Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jean le Baptiste proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 12 janvier : De la férie

Mardi 13 janvier : De la férie

Mercredi 14 janvier : De la férie

  • - A 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe Tibériade. Catéchèse pour adultes ouverte à tous

Jeudi 15 janvier : De la férie

Vendredi 16 janvier : De la férie

Samedi 17 janvier : Saint Antoine

  • - De 18 h à 22 h salle Pierre Lefeuvre : soirée des lycéens

Mais aussi dans l’agenda du père Frédéric Benoist :

  • - Mardi 13 janvier en soirée : cérémonie des vœux du maire
  • - Jeudi 15 janvier toute la journée : Intervention avec les membres de l’UDPP auprès des terminales de l’école Sainte-Clotilde.

DIMANCHE 11 Janvier 2015 – Baptême du Seigneur, fête

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9)

Evangile (Mc 1, 7-11)

DIMANCHE 18 Janvier 2015 – 2 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (1 S 3,3b-10.19) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 6,13b-15a17-20)

Evangile (Jn 1,35-42)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

en présence de la Communauté portugaise

QUETE IMPEREE POUR LES SEMINAIRES

Nous ne pouvons approcher et accueillir les hommes nos frères qu’en acceptant leur humble condition, leurs misères, leurs limites et, dans le même temps, de voir en eux des fils de Dieu, bien-aimés par le Père, appelés à partager la gloire du Royaume.

SEMAINE DE PRIERE POUR L’UNITE DES CHRETIENS :

DU 18 AU 25 JANVIER

CELEBRATION OECUMENIQUE :

SAMEDI 24 JANVIER A 17 H 30 AU TEMPLE PROTESTANT, 17 Allée de l’Ermitage

L’HOMME : CORPS ET ESPRIT - QUESTIONS POUR UN CHRETIEN

Les questions familiales qui agitent et divisent notre société :

Conférence de Monseigneur Jean-Luc BRUNIN, Evêque du Havre

Membre du Conseil permanent de la Conférence des Evêques de France.

Elu en 2011 Président du Conseil Famille et Société :

Le Jeudi 15 janvier 2015 à 20 h 30 à la Maison diocésaine,

6 Avenue Pasteur à BONDY

Thème abordé : Quelles attitudes d’Eglise devant la diversité des prises d’opinions et des positions sociétales ? Diversité des « familles », Ethique de la famille, et de la vie en couple.

L’estime de soi, comme chemin de reconnaissance de l’autre :

Conférence du Professeur Jacques ARENES, Docteur en psychologie et psychanaliste, maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille, au Centre d’éthique de la famile. Enseigne à l’Institut Catholique de Paris, au Centre Sèvres et au Collège des Bernardins. Comité de rédaction de la revue « Etudes » :

Le Vendredi 23 janvier 2015 à 20 h 30, à la Maison diocésaine,

6 Avenue Pasteur à BONDY

Thème abordé : La question de l’estime de soi prend beaucoup de place dans notre culture… Une mauvaise image de soi impacte beaucoup l’action. Le désir de reconnaissance est au cœur du lien social … Ce vœu s’appuie sur ce qui se passe de plus fondamental au début de la vie entre la mère et l’enfant et cette assurance intérieure très tôt conditionne l’estime de soi dans son versant plus social (J. Arènes).

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:05

Déclaration des grands responsables religieux du Raincy et de ses environs

suite à l’attentat perpétré à Paris Mercredi 7 Janvier

Au nom de l'Association de l'UDPP 93 (Union pour le Dialogue, le Partage et la Paix en Seine saint Denis), nous condamnons avec la plus grande fermeté l'attentat dont la rédaction du journal satirique "Charlie Hebdo" a été la victime.

Notre pensée et nos prières vont, en premier lieu, vers les victimes innocentes et leurs familles. Des policiers, dont l’un habitait Livry-Gargan, garants de l'ordre public ont aussi été l'objet de cette barbarie, fruit du fanatisme religieux, du terrorisme, qui menacent nos sociétés.

Faisons confiance au travail des pouvoirs publics et de la justice pour trouver la juste réponse à cet acte ignoble qui ne peut être commis de quelque façon que ce soit au nom de Dieu.

Nous ne pouvons pas nous taire. Sans nous lasser, nous devons continuer humblement ce travail de rencontre, de dialogue, entre les différentes traditions religieuses, en collaboration avec les autorités civiles , pour ensemble, au nom des valeurs de liberté et de fraternité, fierté de notre pays, auxquelles nous sommes tous attachés, lutter contre tout fanatisme, et toute violence, quelles qu'en soient leurs provenances.

Rabbin Moché LEWIN, Communauté juive

Père Frédéric BENOIST, Communauté catholique

Imam Lahcene LABLACK , Communauté musulmane

Pasteur Serge WÜTRICH, Communauté protestante

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 17:33

Extrait de la prière de l’Angelus du 28 Décembre 2014 prononcée par le pape François

Nous pouvons imaginer la famille de Jésus, au milieu de tant de monde, dans les grandes cours du temple. Elle ne saute pas aux yeux, ne se distingue pas… Et pourtant ne passe pas inaperçue ! Deux personnes âgées, Siméon et Anne, mus par l’Esprit-Saint, s’approchent et se mettent à louer Dieu pour cet Enfant, dans lequel ils reconnaissent le Messie, lumière des nations et salut d’Israël (cf. Lc 2,22-38). C’est un moment simple mais riche de prophétie : la rencontre entre deux jeunes époux pleins de joie et de foi pour les grâces du Seigneur ; et deux anciens eux aussi pleins de joie et de foi pour l’action de l’Esprit. Qui les fait se rencontrer ? Jésus. Jésus les fait se rencontrer : les jeunes et les personnes âgées. Jésus est celui qui rapproche les générations. Il est la source de cet amour qui unit les familles et les personnes, vainquant toute méfiance, tout isolement, toute séparation. Cela nous fait penser aussi aux grands-parents : combien leur présence est importante, la présence des grands-parents ! Combien leur rôle dans les familles et dans la société est précieux ! Le bon rapport entre les jeunes et les plus âgés est décisif pour le chemin de la communauté civile et ecclésiale. Et en regardant ces deux personnes âgées, ces deux grands-parents – Siméon et Anne – saluons d’ici, par un applaudissement, tous les grands-parents du monde.

Le message qui provient de la Sainte Famille est avant tout un message de foi. Dans la vie familiale de Marie et Joseph, Dieu est vraiment au centre, et il est dans la Personne de Jésus. C’est pourquoi la Famille de Nazareth est sainte. Pourquoi ? Parce qu’elle est centrée sur Jésus.

Quand les parents et les enfants respirent ensemble ce climat de foi, ils possèdent une énergie qui leur permet d’affronter même les épreuves difficiles, comme le montre l’expérience de la Sainte Famille, par exemple dans l’événement dramatique de la fuite en Egypte : une dure épreuve.

L’Enfant Jésus avec sa Mère Marie et avec saint Joseph sont une icône familiale simple mais si lumineuse. La lumière qu’elle irradie est lumière de miséricorde et de salut pour le monde entier, lumière de vérité pour tout homme, pour la famille humaine et pour les familles individuelles. Cette lumière qui vient de la Sainte Famille nous encourage à offrir de la chaleur humaine à ces situations familiales où, pour diverses raisons, il manque la paix, il manque l’harmonie, et il manque le pardon. Notre solidarité concrète ne doit pas diminuer, spécialement à l’égard des familles qui vivent des situations plus difficiles à cause de maladies, de manque de travail, de discriminations, de la nécessité d’émigrer… Ici arrêtons-nous un peu et prions en silence pour toutes ces familles en difficulté, que ce soit des difficultés dues à la maladie, au manque de travail, à la discrimination, à la nécessité d’émigrer, que ce soit des difficultés à se comprendre et ou de division. En silence prions pour toutes ces familles… (Ave Maria..).

Confions à Marie, Reine et mère de la famille, toutes les familles du monde, afin qu’elles puissent vivre dans la foi, dans la concorde, dans l’aide réciproque, et pour cela j’invoque sur elles la protection maternelle de Celle qui fut mère et fille de son Fils.

DE L’ENFANCE A LA RESURRECTION

1 ère lecture (Is 60,1-6) Psaume (Ps 71,1-2.7-8.10-13) 2 ème lecture (Ep 3,2-3a.5-6)

Evangile (Mt 2,1-12)

En lisant cet épisode de l’enfance de Jésus, il faut aller au-delà du genre littéraire utilisé par saint Matthieu. En réalité, le récit des faits rapportés par lui devient un récit théologique élaboré à la lumière du mystère pascal.

Une lecture attentive nous le fait découvrir par plusieurs détails. Ils nous ouvrent une lecture plus large que le merveilleux immédiat de cette « épiphanie », même si elle se situe dans le prolongement du prophète Isaïe.

Le titre de « Rois des Juifs », par lequel les mages désignent le nouveau-né, réapparaîtra dans la bouche de Pilate au moment du procès de Jésus et de sera l’inscription de l’écriteau de la croix.

Devant ce même questionnement de la part des mages, le roi et les prêtres ne dépassent pas leur interprétation humaine de l’Ecriture. Et ce sont les païens, les nations, qui iront jusqu’au seuil du mystère.

Cette attitude des interlocuteurs des mages rejoint celle des chefs juifs durant la vie publique et la Passion de Jésus.

1ère lecture : « La gloire du Seigneur s’est levée sur toi »

Lecture du livre du prophète Isaïe

Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Toutes les nations, Seigneur, se prosterneront devant toi. cf. 71,11

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux ! En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des lunes ! Qu’il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre ! Les rois de Tarsis et des Îles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande. Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront. Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

2ème lecture : « Il est maintenant révélé que les nations sont associées au même héritage, au partage de la même promesse »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères, vous avez appris, je pense, en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère. Ce mystère n’avait pas été porté à la connaissance des hommes des générations passées, comme il a été révélé maintenant à ses saints Apôtres et aux prophètes, dans l’Esprit. Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile. – Parole du Seigneur.

Evangile : Nous sommes venus d’Orient adorer le roi

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Nous avons vu son étoile à l’orient, et nous sommes venus adorer le Seigneur. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. » Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 5 janvier : De la férie

Mardi 6 janvier : De la férie

Mercredi 7 janvier : De la férie

Jeudi 8 janvier : De la férie

Vendredi 9 janvier : De la férie

Samedi 10 janvier : De la férie

-A 18 h salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe des 4èmes et 3èmes

DIMANCHE 4 Janvier 2015 – Epiphanie du Seigneur, Solennité

1 ère lecture (Is 60,1-6) Psaume (Ps 71,1-2.7-8.10-13) 2 ème lecture (Ep 3,2-3a.5-6)

Evangile (Mt 2,1-12)

DIMANCHE 11 Janvier 2015 – Baptême du Seigneur, fête

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9)

Evangile (Mc 1, 7-11)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Remise du parcours sur le pardon aux enfants de la catéchèse de CM1; remise du parcours sur l’eucharistie aux enfants de la catéchèse de CM2

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 21:25

Prière du pape François à Marie (8 décembre 2014)

Ô Marie, notre Mère,

Aujourd'hui, ton peuple en fête

Te vénère, Immaculée,

Préservée depuis toujours de la contamination du péché.

Accueille l'hommage que je t'offre au nom de l'Eglise qui est à Rome et dans le monde entier.

Savoir que toi, qui es notre Mère, tu es totalement libre du péché, nous apporte un grand réconfort.

Savoir que sur toi le mal n'a aucun pouvoir,

Nous emplit d'espérance et de force

Dans la lutte quotidienne que nous devons soutenir contre les menaces du malin.

Mais, dans cette lutte, nous ne sommes pas seuls, nous ne sommes pas orphelins,

Parce que Jésus, avant de mourir sur la croix,

T'as donnée à nous comme notre Mère.

Bien que pécheurs, nous sommes donc tes enfants, les enfants de l'Immaculée,

Appelés à cette sainteté qui resplendit en Toi,

Par grâce de Dieu depuis le commencement.

Animés de cette espérance,

Nous invoquons aujourd'hui ta protection maternelle pour nous, pour nos familles,

Pour cette ville, pour le monde entier.

Que la puissance de l'amour de Dieu,

Qui t'a préservée du péché originel,

Par ton intercession libère l'humanité de tout esclavage spirituel et matériel,

Et fasse l'emporter, dans les cœurs et dans les événements, le dessein de salut de Dieu.

Fais qu'en nous aussi, tes enfants, la grâce l'emporte sur l'orgueil,

Et que nous puissions devenir miséricordieux

Comme notre Père céleste est miséricordieux.

En ce temps qui nous conduit

A la fête de la Nativité de Jésus,

Enseigne-nous à aller à contre-courant:

A nous dépouiller, à nous abaisser, à nous donner, à écouter, à faire silence,

A nous décentrer de nous-mêmes,

Pour laisser un espace à la beauté de Dieu, source de la vraie joie.

Ô notre Mère immaculée, prie pour nous !

PAR DELA L’ATTENTE

1 ère lecture (2 S7 7,1-5.8b-12.14a.16) Psaume (Ps 88,4-5.27-30) 2 ème lecture (Rm 16,25-27) Evangile (Lc 1,26-38)

L’Annonce faite à Marie, située dans le temps, est le mystère qui réalise l’attente séculaire du Peuple de Dieu. C’est tout cela que désormais Marie devra vivre et qui lui demande un acte de foi dont, aujourd’hui, nous avons peine à mesurer la profondeur et l’intensité des exigences quotidienne. Nous connaissons Jésus au travers du déroulement de sa vie. Marie devait faire un « saut » dans un avenir inconnu. Il lui est demandé un acte de foi qui exige d’elle un abandon total et dont elle ne découvrira l’immensité qu’au fur et à mesure de son union d’amour au cours de la vie humaine qu’elle partage désormais avec son fils, le Fils de Dieu fait homme. Grâce à sa mémoire biblique, Marie vivra la personnalité et la mission du Messie telles que la tradition davidique les a esquissées, telles que la tradition prophétique les a précisées, telles que les lui commentait la synagogue de Nazareth.

Car, dans le même temps, sa méditation quotidienne et sa prière les enrichiront au contact même de cette présence humano-divine du Christ. Cette contemplation d’amour, nous la découvrons au travers de son questionnement à l’ange-messager de Dieu, au travers de son « Magnificat », au travers de son silence lorsque son fils lui rappelle qu’il doit être « aux affaires » de son Père. « Elle conservait toutes ces choses en son cœur ». C’est du cœur que partent toute action et tout comportement de notre existence, toute connaissance réelle de ce que nous vivons.

Chacun de nous reçoit aussi, chaque jour, l’Annonciation, par la grâce de Dieu. Comment l’accueillons-nous ? Accueillir, c’est se laisser quelqu’un prendre place dans notre propre vie. Et là, c’est laisser Dieu prendre place, dans le silence, la crainte parfois, la joie aussi.

Marie n’est plus seule avec elle-même quand l’ange la quitte. Dieu est désormais en sa virginité, elle est enceinte, ceinte par Dieu lui-même. Celle qui avait offert l’abandon de sa fécondité, reçoit, en toute liberté, le don de la vie qui se féconde en elle au rythme des jours : « Que tout se passe pour moi selon ta parole. »

1ère lecture : La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S 7, 1-5.8b-12.14a.16)

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. » Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. » – Parole du Seigneur.

Psaume : 88 (89), 2-3, 4-5, 27.29

R/ Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante ! (cf. 88, 2a)

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge. Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux. « Avec mon élu, j’ai fait une alliance, j’ai juré à David, mon serviteur : J’établirai ta dynastie pour toujours, je te bâtis un trône pour la suite des âges. » « Il me dira : ‘Tu es mon Père, mon Dieu, mon roc et mon salut !’ Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle. »

2ème lecture : Le mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant manifesté (Rm 16, 25-27)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, à Celui qui peut vous rendre forts selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ : révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence, mystère maintenant manifesté au moyen des écrits prophétiques, selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. Alléluia. (Lc 1, 38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Offices des fêtes de Noël

Mercredi 24 Décembre :

18 h à Notre-Dame : veillée et messe de la nuit

Minuit à Notre-Dame : messe solennelle de minuit

Jeudi 25 Décembre :

Messes du jour à 9 h à Saint-Louis et 10 h 30 à Notre-Dame

DIMANCHE 21 décembre 2014 – 4ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (2 S7 7,1-5.8b-12.14a.16) Psaume (Ps 88,4-5.27-30) 2 ème lecture (Rm 16,25-27)

Evangile (Lc 1,26-38)

Lundi 22 décembre : De la férie

Mardi 23 décembre : De la férie

Mercredi 24 décembre : De la férie

  • - Pour faire une démarche du sacrement de la réconciliation :

Mercredi de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h dans l’église Notre- Dame

Jeudi 25 décembre : Nativité du Seigneur, solennité

Vendredi 26 décembre : Saint Etienne

Samedi 27 décembre : Saint Jean

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 20:34

MESSAGE DU PAPE FRANCOIS AUX IRAKIENS CHRETIENS

Transmis par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon

Chers frères et sœurs,

Je voudrais saluer tous et chacun de vous, ainsi que le cardinal Philippe Barbarin, qui vous apporte à nouveau la préoccupation et l'amour de toute l’Église. Moi aussi, je voudrais être là, mais puisque je ne peux pas voyager, je le fais ainsi… je vous suis très proche en ces moments d'épreuve. Au retour de mon voyage en Turquie, j'ai dit : les chrétiens sont chassés du Moyen-Orient, dans la souffrance. Je vous remercie du témoignage que vous donnez ; il y a tant de souffrance dans votre témoignage. Merci ! Merci beaucoup !

On dirait qu'ils ne veulent pas qu'il y ait de chrétiens là-bas, mais vous témoignez du Christ.

Je pense aux plaies, aux souffrances des mamans avec leurs enfants, des personnes âgées et des personnes déplacées, aux blessures de ceux qui sont victimes de tout type de violence.

Comme je l'ai rappelé à Ankara, une préoccupation particulière naît du fait que, à cause d’un groupe extrémiste et fondamentaliste, des communautés entières, spécialement – mais pas seulement – les chrétiens et les yazidis, ont enduré, et endurent encore à présent, des violences inhumaines à cause de leur identité ethnique et religieuse. Chrétiens et yazidis ont été chassés par la force de leurs maisons, ils ont dû tout abandonner pour sauver leur vie et ne pas renier leur foi. La violence a touché aussi les édifices sacrés, les monuments, les symboles religieux et les patrimoines culturels, comme si on voulait effacer toute trace, toute mémoire de l'autre.

En qualité de chefs religieux, nous avons l’obligation de dénoncer toutes les violations de la dignité et des droits humains !

Aujourd'hui je voudrais me faire proche de vous qui supportez cette souffrance, être proche de vous… Et je pense à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qui disait qu'elle sentait l’Église et elle-même comme un roseau : quand vient le vent, la tempête, le roseau se plie, mais ne se rompt pas ! En ce moment, vous êtes ce roseau, vous vous pliez avec douleur, mais vous avez cette force de porter de l’avant votre foi, qui pour nous est témoignage. Vous êtes les roseaux de Dieu aujourd’hui ! Les roseaux qui s'abaissent sous le vent féroce, mais qui surgiront ! Je veux vous remercier encore une fois. Je prie l'Esprit qui fait toute chose nouvelle, de donner à chacun de vous force et résistance. C'est un don de l'Esprit-Saint. Et je demande aussi avec force, comme je l'ai déjà fait en Turquie, une plus grande convergence internationale en vue de résoudre les conflits qui ensanglantent vos terres d'origine, de combattre les autres causes qui poussent les personnes à quitter leur patrie et de promouvoir les conditions pour qu’elles puissent rester ou revenir. Je vous souhaite d'y retourner, que vous puissiez y retourner.

Chers frères et sœurs, vous êtes dans mon cœur, dans ma prière et dans le cœur et la prière de toutes les communautés chrétiennes auxquelles je demanderai de prier de façon spéciale pour vous, le 8 décembre, de prier la Vierge Marie pour qu'elle vous protège : que celle qui est mère vous protège.

Frères et sœurs, votre résistance est martyre, semence qui féconde. Je vous demande s'il-vous-plaît de prier pour moi. Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge vous protège.

Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse, le Père, le Fils et l'Esprit-Saint.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 20:28

Extrait de la prière de l’Angélus du 8 décembre

prononcée par le Pape François

L'Ange Gabriel appelle Marie "pleine de grâce" (Lc 1,28): il n'y a p as en elle de place pour le péché, parce que Dieu l'a choisie depuis toujours comme Mère de Jésus et il l'a préservée de la faute originelle. Et Marie répond à la grâce et s'abandonne en disant à l'ange: "Qu'il me soit fait selon ta parole" (Lc 1,38). Elle ne dit pas: "Je ferai selon ta parole": non! Mais "Qu'il me soit fait…". Et le Verbe s'est fait chair dans son sein.

A nous aussi il est demandé d'écouter Dieu qui nous parle et d'accueillir sa volonté; selon la logique évangélique rien n'est plus efficace et fécond que d'écouter et accueillir la Parole du Seigneur, qui vient de l'Evangile, de la Bible. Le Seigneur nous parle toujours! L'attitude de Marie de Nazareth nous montre que "l'être" vient avant le "faire" et qu'il convient de laisser Dieu faire pour être vraiment tels qu'Il nous veut. C'est Lui qui fait en nous tant de merveilles. (…)

De même que Marie est saluée par sainte Elisabeth comme "bénie entre les femmes" (Lc 1,42), de même, nous aussi nous avons été depuis toujours "bénis" , c'est-à-dire "aimés". (…) .Face à l'amour, face à la miséricorde, à la grâce divine conservée dans nos coeurs, il n'y a qu'une conséquence qui s'impose: la gratuité. Personne ne peut acheter le salut! Le salut est un don gratuit du Seigneur, un don gratuit de Dieu, qui vient en nous, et habite en nous. De même que nous avons reçu gratuitement, de même, nous sommes appelés à donner gratuitement (cf. Mt10,8); à l'imitation de Marie, qui, immédiatement après avoir accueilli l'annonce de l'ange, va partager le don de la fécondité avec sa parente Elisabeth. Parce que, si tout nous a été donné, tout doit être redonné. De quelle façon? En laissant l'Esprit Saint faire de nous un don pour les autres. L'Esprit est un don pour nous, et nous, avec la force de l'Esprit, nous devons être un don pour les autres, et laisser l'Esprit Saint nous faire devenir des instruments d'accueil, des instruments de réconciliation, des instruments de pardon. Si notre existence se laisse transformer par la grâce du Seigneur, afin que la grâce du Seigneur nous transforme, nous ne pourrons pas garder pour nous la lumière qui vient de son visage, mais nous la laisserons passer afin qu'elle éclaire les autres.

Offices des fêtes de Noël

Mercredi 24 Décembre :

18 h à Notre-Dame : veillée et messe de la nuit

Minuit à Notre-Dame : messe solennelle de minuit

Jeudi 25 Décembre :

Messes du jour à 9 h à Saint-Louis et 10 h30 à Notre-Dame.

DIRIGE NOTRE JOIE VERS LA JOIE

1 ère lecture (Is 61,1-2a.10-11) Cant : Luc (1,46-50.53-54) 2 ème lecture (1 Th 5,16-24) Evangile (Jn 1,6-8.19-28)

La joie n’est ni exubérance, ni satisfaction émotionnelle ou égocentrique. Elle est libératrice parce qu’elle exprime une réalité intérieure faite de paix et de sérénité parce qu’elle jaillit de la réciprocité d’une rencontre de vérité et d’amour.

Vérité de la connaissance que nous venons de vivre avec un être cher, amour partagé au niveau même du cœur de chacun.

C’est alors un mystère de plénitude qui passe par-delà toute souffrance. L’être que nous sommes se sent comme « accompli » dans sa propre nature, par cet échange avec la nature dans sa beauté comme avec ses frères dans l’amour, un échange qui devient une communion.

Ce temps nous conduit à entrer dans le mystère de Dieu. Notre joie ne peut avoir d’autre source que la joie même de Dieu en sa Trinité d’échange et de communion, Père, Fils et Esprit.

Créé en vue de sa divinisation, l’homme n’est cependant pas divin par nature. La dignité de l’être humain vient de ce qu’il est apte à être divinisé. L’âme n’est ni de la nature de la divinité ni de la nature des ténèbres. L’homme est une créature magnifique, merveilleuse, image et ressemblance de Dieu (Gen. 1. 26) et quand « nous adhérons étroitement au Seigneur, nous sommes un seul Esprit avec Lui. » »(1 Cor. 6. 17

1ère lecture : « Préparez le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Consolez, consolez mon peuple, – dit votre Dieu – parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. » Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! » Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent. – Parole du Seigneur.

Psaume : 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14

R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. 84, 8

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles. Son salut est proche de ceux qui le craignent, et la gloire habitera notre terre. Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ; la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice. Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit. La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.

2ème lecture : « Ce que nous attendons, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle » (2 P 3, 8-14)

Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion. Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments embrasés seront dissous, la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne pourra y échapper. Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution, vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la piété, vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion. Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la paix.

– Parole du Seigneur.

Evangile : « Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers : tout être vivant verra le salut de Dieu. Alléluia. (cf. Lc 3, 4.6)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Jeudi 18 Décembre en matinée dans l’église : Célébration du temps de Noël des maternelles et des primaires de l’école Saint-Louis Sainte- Clotilde

Vendredi 19 Décembre :

  • - à 10 h 30 : Messe des collégiens et lycéens de l’école Saint-Louis Sainte-Clotilde pour le temps de Noël

  • - à 14 h salle Pierre Lefeuvre : Réunion des Equipes Saint-Vincent

  • - à 14 h nettoyage et ménage de l’église Notre-Dame – venons nombreux

Samedi 20 Décembre

  • - de 16 h 15 à 18 h : Concert de Gospel dans l’église Notre-Dame

DIMANCHE 14 décembre 2014 – 3ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 61,1-2a.10-11) Cant : Luc (1,46-50.53-54) 2 ème lecture (1 Th 5,16-24)

Evangile (Jn 1,6-8.19-28)

Lundi 15 décembre : De la férie

Mardi 16 décembre : De la férie

Mercredi 17 décembre : De la férie

Jeudi 18 décembre : De la férie

Vendredi 19 décembre : De la férie

Samedi 20 décembre : Sainte Lucie

DIMANCHE 21 décembre 2014 – 4ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (2 S7 7,1-5.8b-12.14a.16) Psaume (Ps 88,4-5.27-30) 2 ème lecture (Rm 16,25-27)

Evangile (Lc 1,26-38)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

A 10 h 30 Accueil des enfants de 3-7 ans autour de l’Evangile

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 21:33

LA PERSONNALITE DE JESUS

1 ère lecture (Is 40,1-5.9-11) Psaume (Ps 84,9-14) 2 ème lecture (2 P 3,8-14) Evangile (Mc 1,1-8)

Saint Marc nous dit son projet, dès les premières lignes de son Evangile et par une phrase d’une grande intensité : Une relecture du ministère de Jésus à la lumière de sa personnalité : il est le Fils de Dieu fait homme. L’enracinement de ce ministère dans les perspectives prophétiques de l’Ancien Testament qui n’est pas renié, mais rendu complet. La perspective qui nous conduira jusqu’à la Résurrection.

Nous ne devons lire aucun des moments de la vie de Jésus, sans garder sous-jacente cette triple affirmation, sinon nous amenuisons la force de la Bonne Nouvelle. Il est le Christ, c’est-à-dire le Messie attendu. Marc souligne cette divinité en mentionnant la modification que le Christ a apportée au texte même d’Isaïe, lors de sa prédication à Nazareth.

Dieu dit par son prophète : « Voici que j’envoie mon messager devant ma face. » L’évangile de Marc, comme celui de Luc, transpose cette affirmation : « Voici que j’envoie mon messager devant toi. » Ce qui était dit de Yahvé s’appliquer à Jésus lui-même. C’est la révélation de l’unité entre Dieu et ce Jésus qui vit parmi les hommes de Palestine.

Si l’on a, présent à l’esprit, la force de l’affirmation monothéiste en Israël, le glissement du texte est inimaginable et caractéristique. Cette certitude sera affirmée au pied de la croix : « Vraiment cet homme était le Fils de Dieu. » (Marc 15.39)

Nous aussi nous attendons un messie. Parfois nos contemporains le définissent au travers d’une vague religiosité. C’est en fait Jésus qui est l’essentiel de notre foi. Le christianisme n’est pas religiosité ou morale. Il est adhésion à une personne, celle-là même du Christ.

1ère lecture : « Préparez le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Consolez, consolez mon peuple, – dit votre Dieu – parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. » Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! » Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent. – Parole du Seigneur.

Psaume : 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14

R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. 84, 8

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles. Son salut est proche de ceux qui le craignent, et la gloire habitera notre terre. Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ; la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice. Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit. La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.

2ème lecture : « Ce que nous attendons, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle » (2 P 3, 8-14)

Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion. Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments embrasés seront dissous, la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne pourra y échapper. Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution, vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la piété, vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion. Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la paix.

– Parole du Seigneur.

Evangile : « Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers : tout être vivant verra le salut de Dieu. Alléluia. (cf. Lc 3, 4.6)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

DIMANCHE 7 décembre 2014 – 2ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 40,1-5.9-11) Psaume (Ps 84,9-14) 2 ème lecture (2 P 3,8-14) Evangile (Mc 1,1-8)

Une messe pour la paix et pour les chrétiens du Moyen Orient sera célébrée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris en la cathédrale Notre-Dame de Paris, dimanche prochain 7 décembre à 18 h 30

  • Lundi 8 décembre : Solennité de l’Immaculée Conception
  • A 9 h messe dans la crypte de l’église Notre-Dame
  • Mardi 9 décembre : De la férie
  • Mercredi 10 décembre : De la férie
  • Jeudi 11 décembre : De la férie
  • A 17 h salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe biblique paroissial sur saint Luc. Les récits de l’enfance (suite). Attention : la réunion de 20 h 30 n’aura pas lieu ce mois ci

Jeudi 11 Décembre de 20 h à 22 h à la salle de spectacles, chemin de Chantereine à Coubron : Soirée interreligieuse sur le thème : " Dieu encourage t-il la violence ? Comment lire nos textes fondamentaux ? "

  • Vendredi 12 décembre : De la férie
  • Samedi 13 décembre : Sainte Lucie

DIMANCHE 14 décembre 2014 – 3ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 61,1-2a.10-11) Cant : Luc (1,46-50.53-54) 2 ème lecture (1 Th 5,16-24) Evangile (Jn 1,6-8.19-28)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

A 11 h 45 Célébration de l’Eveil à la Foi des 3-7 ans avec leurs parents

La quête pour les Chantiers du Cardinal a rapporté : 1 040,42 €.

Merci pour votre générosité

Vendredi 12 Décembre à 20 h 30 à l’espace Raymond Mège :

Concert des « Zaphones » au profit de l’ERAC (banque alimentaire)

Samedi 20 Décembre à 16 h dans l’église notre Dame :

Concert de Gospel par le groupe « Gospel Feel »

Dimanche 14 Décembre : accueil de la Lumière de Bethléem :

  • - 12 h 30 salle Pierre Lefeuvre : repas partagé avec les communautés catholiques et protestantes (chacun apporte de quoi partager)
  • - 15 h dans l’église Notre-Dame : célébration œcuménique animée par les scouts et guides de France et les scouts unionistes de France.
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 22:21

Le Messager des mois de décembre 2014 et janvier 2015 est disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 22:04

VOYAGE DU PAPE FRANCOIS EN TURQUIE

Dénoncer les violations de la dignité et des droits humains

Discours du pape devant l'autorité religieuse turque (texte intégral)

Monsieur le Président,

Autorités religieuses et civiles,

Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un motif de joie de vous rencontrer aujourd’hui, au cours de ma visite dans votre pays. Je remercie Monsieur le Président de cet important Bureau pour son invitation cordiale qui m’offre l’occasion de m’entretenir avec des leaders politiques et religieux, musulmans et chrétiens.

Il est de tradition que les Papes, quand ils voyagent dans différents pays pour accomplir une part de leur mission, rencontrent aussi les autorités et les communautés des autres religions. Sans cette ouverture à la rencontre et au dialogue, une visite papale ne répondrait pas pleinement à ses finalités, c’est ainsi que moi aussi je l’entends, à la suite de mes vénérés prédécesseurs. Dans cette perspective, je suis heureux de rappeler de façon spéciale la rencontre que le Pape Benoît XVI a eue, en ce même lieu, en novembre 2006.

Les bonnes relations et le dialogue entre leaders religieux revêtent en effet une grande importance. Ils représentent un message clair adressé aux communautés respectives, pour exprimer que le respect mutuel et l’amitié sont possibles, malgré les différences. Cette amitié, en plus d’être une valeur en soi, acquiert une signification spéciale et une importance supplémentaire en un temps de crises comme le nôtre, crises qui deviennent dans certaines régions du monde de véritables drames pour des populations entières.

Il y a en effet des guerres qui sèment victimes et destructions ; tensions et confits interethniques et interreligieux ; faim et pauvreté qui affligent des centaines de millions de personnes ; dégâts pour l’environnement naturel, pour l’air, pour l’eau, pour la terre.

La situation au Moyen-Orient est vraiment tragique, spécialement en Irak et en Syrie. Tous souffrent des conséquences des conflits, et la situation humanitaire est angoissante. Je pense à tant d’enfants, aux souffrances de tant de mamans, aux personnes âgées, aux personnes déplacées et aux réfugiés, aux violences de toutes sortes. Une préoccupation particulière vient du fait que, surtout à cause d’un groupe extrémiste et fondamentaliste, des communautés entières, spécialement – mais pas seulement – les chrétiens et les yazidis, ont subi et souffrent encore des violences inhumaines à cause de leur identité ethnique et religieuse. Ils ont été chassés de force de leurs maisons, ils ont dû tout abandonner pour sauver leur vie et ne pas renier leur foi. La violence a frappé aussi des édifices sacrés, des monuments, des symboles religieux et le patrimoine culturel, comme si on voulait effacer toute trace, toute mémoire de l’autre.

En qualité de chefs religieux, nous avons l’obligation de dénoncer toutes les violations de la dignité et des droits humains. La vie humaine, don de Dieu Créateur, possède un caractère sacré. Par conséquent, la violence qui cherche une justification religieuse mérite la plus forte condamnation, parce que le Tout-Puissant est le Dieu de la vie et de la paix. Le monde attend, de la part de tous ceux qui prétendent l’adorer, qu’ils soient des hommes et des femmes de paix, capables de vivre comme des frères et des sœurs, malgré les différences ethniques, religieuses, culturelles ou idéologiques.

A la dénonciation, il faut faire suivre le travail commun pour trouver des solutions adéquates. Cela demande la collaboration de toutes les parties : gouvernants, leaders politiques et religieux, représentants de la société civile, et tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté. En particulier, les responsables des communautés religieuses peuvent offrir la précieuse contribution des valeurs présentes dans leurs traditions respectives. Nous, Musulmans et Chrétiens, nous sommes dépositaires d’inestimables trésors spirituels, parmi lesquels nous reconnaissons des éléments qui nous sont communs, même vécus selon nos propres traditions : l’adoration du Dieu miséricordieux, la référence au patriarche Abraham, la prière, l’aumône, le jeûne… éléments qui, vécus d’une manière sincère, peuvent transformer la vie et donner une base sûre à la dignité et à la fraternité des hommes.

Reconnaître et développer cette communauté spirituelle – à travers le dialogue interreligieux – nous aide aussi à promouvoir et à défendre dans la société les valeurs morales, la paix et la liberté (cf. Jean-Paul II, Discours à la communauté catholique d’Ankara, 29 novembre 1979). La reconnaissance commune de la sacralité de la personne humaine soutient la compassion commune, la solidarité et l’aide active envers ceux qui souffrent le plus. A ce sujet, je voudrais exprimer mon appréciation pour tout ce que le peuple turc, les musulmans et les chrétiens, font envers les centaines de milliers de personnes qui fuient leur pays à cause des conflits. C’est un exemple concret de la manière de travailler ensemble pour servir les autres, un exemple à encourager et à soutenir.

J’ai appris avec satisfaction les bonnes relations et la collaboration entre le Diyanet et le Conseil Pontifical pour le Dialogue interreligieux. Je souhaite qu’elles se poursuivent et qu’elles se consolident, pour le bien de tous, parce que chaque initiative de dialogue authentique est signe d’espérance pour un monde qui a tant besoin de paix, de sécurité et de prospérité. Et après mon échange, avec M. le président, je souhaite que ce dialogue interreligieux devienne créatif, sous de nouvelles formes.

Monsieur le Président, j’exprime de nouveau, à vous-même et à vos collaborateurs, ma reconnaissance pour cette rencontre, qui remplit mon cœur de joie. Je vous suis tous reconnaissant aussi de votre présence et de vos prières que vous aurez la bonté d’offrir pour mon service. Pour ma part, je vous assure que je prierai aussi pour vous. Que le Seigneur nous bénisse.

Discours du pape François au palais présidentiel à Ankara

L'engagement à construire une paix solide (texte intégral)

Monsieur le Président,

Monsieur le Premier Ministre,

Distinguées Autorités,

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de visiter votre pays, riche de beautés naturelles et d’histoire, rempli de traces d’antiques civilisations et pont naturel entre deux continents et entre différentes expressions culturelles. Cette terre est chère à tout chrétien pour avoir donné le jour à saint Paul, qui a fondé ici diverses communautés chrétiennes ; pour avoir hébergé les sept premiers Conciles de l’Église, et pour la présence, près d’Éphèse, de ce qu’une vénérable tradition considère comme la « maison de Marie », le lieu où la Mère de Jésus a vécu pendant quelques années, but de la dévotion de beaucoup de pèlerins, non seulement chrétiens mais aussi musulmans, venus de partout dans le monde.

Cependant, les raisons de la considération et de l’estime pour la Turquie ne sont pas à chercher uniquement dans son passé, dans ses antiques monuments, mais elles se trouvent dans la vitalité de son présent, dans l’ardeur au travail et la générosité de son peuple, dans son rôle dans le concert des nations.

C’est pour moi un motif de joie d’avoir l’opportunité de poursuivre avec vous un dialogue d’amitié, d’estime et de respect, dans le sillage de celui entrepris par mes prédécesseurs, le bienheureux Paul VI, saint Jean-Paul II et Benoît XVI, dialogue préparé et favorisé à son tour par l’action de celui qui était alors Délégué Apostolique, Mgr Angelo Giuseppe Roncalli, devenu saint Jean XXIII, et par le Concile Vatican II.

Nous avons besoin d’un dialogue qui approfondisse la connaissance et valorise avec discernement les nombreuses choses qui nous unissent, et en même temps nous permette de considérer les différences avec un esprit sage et serein, pour pouvoir aussi en tirer un enseignement.

Il faut poursuivre avec patience l’engagement à construire une paix solide, fondée sur le respect des droits fondamentaux et des devoirs liés à la dignité de l’homme. De cette manière, les préjugés et les fausses craintes peuvent se dépasser et s’ouvre au contraire un espace à l’estime, à la rencontre, au développement des énergies les meilleures au bénéfice de tous.

A cette fin, il est fondamental que les citoyens musulmans, juifs et chrétiens – tant dans les dispositions des lois que dans leur application concrète –, jouissent des mêmes droits et respectent les mêmes devoirs. De cette manière, ils se reconnaîtront plus facilement comme frères et compagnons de route, en éloignant toujours davantage les incompréhensions et en favorisant la collaboration et l’entente. La liberté religieuse et la liberté d’expression, efficacement garanties à tous, stimuleront la floraison de l’amitié, en devenant un éloquent signe de paix.

Le Moyen-Orient, l’Europe et le monde attendent cette floraison. Le Moyen-Orient, en particulier, est depuis trop longtemps le théâtre de guerres fratricides, qui semblent naître l’une de l’autre, comme si l’unique réponse possible à la guerre et à la violence devait toujours être une nouvelle guerre et une autre violence.

Pendant combien de temps le Moyen-Orient devra-t-il encore souffrir du manque de paix ? Nous ne pouvons pas nous résigner à la continuation des conflits comme si une amélioration de la situation n’était pas possible ! Avec l’aide de Dieu, nous pouvons et nous devons toujours renouveler le courage de la paix ! Cette attitude conduit à utiliser avec loyauté, patience et détermination tous les moyens de négociation, et à atteindre ainsi des objectifs concrets de paixet de développement durable.

Monsieur le Président, pour atteindre un objectif si haut et urgent, une contribution importante peut venir du dialogue interreligieux et interculturel, de manière à bannir toute forme de fondamentalisme et de terrorisme, qui humilie gravement la dignité de tous les hommes et instrumentalise la religion.

Il faut opposer au fanatisme et au fondamentalisme, aux phobies irrationnelles qui encouragent incompréhensions et discriminations, la solidarité de tous les croyants, ayant pour piliers le respect de la vie humaine, de la liberté religieuse qui est liberté de culte et liberté de vivre selon l’éthique religieuse, l’effort de garantir à tous le nécessaire pour une vie digne, et la protection de l’environnement naturel. C’est de cela qu’ont besoin, avec une urgence particulière, les peuples et les États du Moyen-Orient, pour pouvoir finalement « inverser la tendance » et poursuivre avec succès un processus de pacification par le rejet de la guerre et de la violence, ainsi que par la recherche du dialogue, du droit et de la justice.

Jusqu’à aujourd’hui, en effet, nous sommes malheureusement encore témoins de graves conflits. En Syrie et en Irak, en particulier, la violence terroriste ne semble pas s’apaiser. On enregistre la violation des lois humanitaires les plus élémentaires à l’encontre des prisonniers et de groupes ethniques entiers ; il y a eu, et ont lieu encore, de graves persécutions aux dépens de groupes minoritaires, spécialement – mais pas seulement –, les chrétiens et les yazidis : des centaines de milliers de personnes ont été contraintes à abandonner leurs maisons et leur patrie pour pouvoir sauver leur vie et rester fidèles à leur credo.

La Turquie, en accueillant généreusement un grand nombre de réfugiés, est directement impliquée à ses frontières par les effets de cette dramatique situation, et la communauté internationale a l’obligation morale de l’aider à prendre soin des réfugiés. Avec la nécessaire assistance humanitaire, on ne peut pas rester indifférent face à ce qui a provoqué ces tragédies.

En répétant qu’il est licite d’arrêter l’injuste agresseur, cependant toujours dans le respect du droit international, je veux aussi rappeler qu’on ne peut confier la résolution du problème à la seule réponse militaire.

Un engagement commun fort, fondé sur la confiance réciproque, est nécessaire, qui rende possible une paix durable et permette de destiner finalement les ressources, non aux armements, mais aux vraies luttes dignes de l’homme : contre la faim et les maladies, pour le développement durable et la sauvegarde de la création, au secours de nombreuses formes de pauvreté et de marginalité qui ne manquent pas dans le monde moderne.

La Turquie, par son histoire, en raison de sa position géographique et à cause de l’importance qu’elle revêt dans la région, a une grande responsabilité : ses choix et son exemple possèdent une portée spéciale et peuvent être d’une aide importante en favorisant une rencontre de civilisations et en indiquant des voies praticables de paix et d’authentique progrès.

Que le Très-Haut bénisse et protège la Turquie et l’aide à être un artisan de paix efficace et convaincu !

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens