Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 19:12

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

- Lundi 26 septembre : De la férie

-Mardi 27 septembre : Saint-Vincent de Paul

-Mercredi 28 septembre : De la férie

-Jeudi 29 septembre : Saint-Michel, Gabriel et Raphaël

-Vendredi 30 septembre : Saint Jérôme

-Samedi 01 er octobre : Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Rendez-vous de la semaine

-Jeudi 29 Septembre à 20 h 30 au presbytère : réunion du Conseil Paroissial pour les Affaires Economiques

-Vendredi 30 septembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : rentrée du groupe des catéchumènes adultes

Dimanche 2 Octobre de 12 h à 16 h salle Pierre Lefeuvre :

rencontre des jeunes couples après le mariage

Repas partagé et thème de discussion

  • - Dimanche 25 Septembre et Samedi 1 er Octobre :

quête des Equipes Saint-Vincent sur la paroisse

  • - Samedi 8 Octobre –Dimanche 9 Octobre : fête de la Saint Denis-

  • 50 ans de notre diocèse

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2015 – 26 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Am 6,1a.4-7) Psaume (Ps 145,5-10) 2 ème lecture (1 Tm 6,11-16) Evangile (Lc 16,19-31)

DIMANCHE 2 OCTOBRE 2015 – 27 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ha 1,2-3 et 2,2-4) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2 ème lecture (1 Tm 1,6-8.13-14) Evangile (Lc 17,5-10)

Messe anticipée : samedi à 18 h à Saint-Louis - Dimanche à 10 h 30 à Notre-Dame

Samedi 1 er octobre QUETE EN FAVEUR DES EQUIPES SAINT-VINCENT

paroisse du Raincy - dans A noter dans nos agendas
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 19:10

Syrie, « sauver Alep ! »

Témoignage de Tamar Mikalli, jeune femme syrienne qui vient d’Alep, lors de la rencontre interreligieuse d’Assise le 20 Septembre 2016

Je viens d’Alep, la ville martyre en Syrie.

Alep, quand je prononce ce nom, j’ai le cœur serré; je pense à là où je suis née, où j’ai grandi et où je me suis mariée.

Tous mes amis musulmans et chrétiens me reviennent à l’esprit. Maintenant on parle des différences entre chrétiens et musulmans, mais avant la guerre il n’y avait pas de différences. Chacun d’entre nous pratiquait sa religion dans une terre qui formait une mosaïque composée de différentes cultures, langues et religions.

Puis la guerre a éclaté, je n’ai pas encore bien compris pourquoi. Des missiles ont commencé à pleuvoir en démolissant les maisons. J’entends encore les cris d’un père, d’une mère ou les cris des enfants qui cherchent leurs parents.

Quand de lourds bombardements étaient proches de chez nous, nous restions avec nos voisins en partageant le pain et l’eau, les biens les plus précieux qui manquent pendant la guerre, nous nous encouragions mutuellement et nous priions. La prière : notre seul soutien, nous répétions toujours la parole de Jésus qui dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos ».

Nous avons résisté pendant trois ans dans l’espoir que la guerre finisse, nous avons vécu dans la misère, puis la maison de ma famille a été bombardée, et à la fin nous avons décidé de quitter la Syrie et nous sommes arrivés au Liban. Nous sommes devenus des réfugiés comme d’autres milliers de syriens. Nous avons dû tout quitter, mes parents âgés sont partis avec moi, je ne serais jamais partie sans eux. C’est le deuxième exode qu’accomplissent nos familles en 100 ans.

Nous sommes restés pendant deux ans au Liban et puis nous avons connu des anges qui nous ont parlé des couloirs humanitaires et de la possibilité de vivre en paix. Maintenant je vis en Toscane et j’essaye de m’intégrer dans ce beau pays, l’Italie, où je suis arrivée depuis quatre mois.

Je voudrais remercier tous ceux qui ont travaillé pour notre bien, pour nous avoir redonné le sourire que nous avions perdu à cause de la guerre.

À vous tous, hommes de religions et à vous, Sainteté, au nom du peuple syrien, nous demandons une prière pour que la paix et l’amour reviennent vite en Syrie et partout dans le monde.

LA CONFESSION DE FOI DU CHRIST

1 ère lecture (Am 6,1a.4-7) Psaume (Ps 145,5-10) 2 ème lecture (1 Tm 6,11-16) Evangile (Lc 16,19-31)

Que le nouveau chrétien, et tout autant que le chrétien de longue date, ait à confesser sa foi au Christ, et cela publiquement, est normal. Mais ce qui peut nous surprendre dans la lettre de saint Paul à Timothée lue aujourd’hui, c’est qu’il parle de foi “confessée par le Christ Jésus, devant Ponce Pilate.” Le Christ apparaît ainsi, non seulement comme celui en qui nous croyons à l’égal du Père et de l’Esprit, mais celui par qui nous croyons. La foi est un combat pour rejoindre Dieu malgré le péché et les ténèbres, par-delà le doute et la mort. Mais c’est un “beau” combat : comme est “belle” la confession de foi.

C’est aussi un combat qu’il nous faut mener jusqu’au bout. Le texte grec caractérise ce combat par le terme : “agonie”. Nous sommes ainsi renvoyés à la Passion du Christ. Lui-même a confessé la foi dans la forme suprême du témoignage, terme que saint Paul utilise également en l’appelant : «martyre. » Cela rejoint le texte de dimanche dernier. Dans ce combat, nous serions nécessairement vaincus dans ce combat si le Christ ne nous donnait pas son Esprit. Sans l’Esprit, c’est le reniement de saint Pierre qui est inévitable. Comme le dira d’un seul mot l’épître aux Hébreux, le Christ est le “grand-prêtre” de notre profession de foi. Par l’offrande de sa vie et son exaltation glorieuse, il déchire le voile et ouvre à l’homme exilé le sanctuaire céleste (pour rester dans la symbolique de la lettre aux Hébreux.)

Ecrivant à Timothée, saint Paul lui donne donc mille conseils et lui prodigue mille encouragements en ce sens. Mais il ne s’agit pas de s’installer dans le temps présent. La perspective, c’est la vie éternelle. Timothée y a été appelé, mais il l’obtiendra, pleine et entière, quand se manifestera dans la gloire celui qui est appelé “Notre Seigneur Jésus-Christ”, titre plénier que Jésus reçoit en particulier dans la prière liturgique de l’Eglise. Cet achèvement de l’histoire est désigné dans le Nouveau Testament, tantôt par le mot “parousie” (présence) tantôt par le mot “épiphanie” (manifestation, comme ici, tantôt par les deux termes combinés (2 Thessaloniciens 2. 8). Elle se produira “au temps fixé”, comme le Christ a rendu témoignage “au temps fixé” selon le texte lu dimanche dernier. De même que cet événement s’est produit “ un jour sous Ponce Pilate” de même l’achèvement viendra, mais la date appartient à Dieu qui demeure pour nous le Transcendant comme le chante liturgiquement la fin du passage de ce dimanche (1 Tim. 6. 15 et 16) Le délai n’est donc pas calculable aujourd’hui, mais l’espérance de l’ultime “épiphanie” est inébranlable, même si aujourd’hui elle n’est qu’en espérance.


1ère lecture : « La bande des vautrés n’existera plus »

Lecture du livre du prophète Amos

Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Malheur à ceux qui vivent bien tranquilles dans Sion, et à ceux qui se croient en sécurité sur la montagne de Samarie. Couchés sur des lits d’ivoire, vautrés sur leurs divans, ils mangent les agneaux du troupeau, les veaux les plus tendres de l’étable ; ils improvisent au son de la harpe, ils inventent, comme David, des instruments de musique ; ils boivent le vin à même les amphores, ils se frottent avec des parfums de luxe, mais ils ne se tourmentent guère du désastre d’Israël ! C’est pourquoi maintenant ils vont être déportés, ils seront les premiers des déportés ; et la bande des vautrés n’existera plus. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ! ou : Alléluia !

Le Seigneur garde à jamais sa fidélité, il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés. Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l’étranger. Il soutient la veuve et l’orphelin, il égare les pas du méchant. D’âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

2ème lecture : « Garde le commandement jusqu’à la Manifestation du Seigneur »

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Toi, homme de Dieu, recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! C’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as prononcé ta belle profession de foi devant de nombreux témoins. Et maintenant, en présence de Dieu qui donne vie à tous les êtres, et en présence du Christ Jésus qui a témoigné devant Ponce Pilate par une belle affirmation, voici ce que je t’ordonne : garde le commandement du Seigneur, en demeurant sans tache, irréprochable jusqu’à la Manifestation de notre Seigneur Jésus Christ. Celui qui le fera paraître aux temps fixés, c’est Dieu, Souverain unique et bienheureux, Roi des rois et Seigneur des seigneurs, lui seul possède l’immortalité, habite une lumière inaccessible ; aucun homme ne l’a jamais vu, et nul ne peut le voir. À lui, honneur et puissance éternelle. Amen. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus Christ s’est fait pauvre, lui qui était riche, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : ‘Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.’ Le riche répliqua : ‘Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !’ Abraham lui dit : ‘Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.’ Abraham répondit : ‘S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.’ » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

- Lundi 26 septembre : De la férie

-Mardi 27 septembre : Saint-Vincent de Paul

-Mercredi 28 septembre : De la férie

-Jeudi 29 septembre : Saint-Michel, Gabriel et Raphaël

-Vendredi 30 septembre : Saint Jérôme

-Samedi 01 er octobre : Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Rendez-vous de la semaine

-Jeudi 29 Septembre à 20 h 30 au presbytère : réunion du Conseil Paroissial pour les Affaires Economiques

-Vendredi 30 septembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : rentrée du groupe des catéchumènes adultes

Dimanche 2 Octobre de 12 h à 16 h salle Pierre Lefeuvre :

rencontre des jeunes couples après le mariage

Repas partagé et thème de discussion

  • - Dimanche 25 Septembre et Samedi 1 er Octobre :

quête des Equipes Saint-Vincent sur la paroisse

  • - Samedi 8 Octobre –Dimanche 9 Octobre : fête de la Saint Denis-

  • 50 ans de notre diocèse

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2015 – 26 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Am 6,1a.4-7) Psaume (Ps 145,5-10) 2 ème lecture (1 Tm 6,11-16) Evangile (Lc 16,19-31)

DIMANCHE 2 OCTOBRE 2015 – 27 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ha 1,2-3 et 2,2-4) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2 ème lecture (1 Tm 1,6-8.13-14) Evangile (Lc 17,5-10)

Messe anticipée : samedi à 18 h à Saint-Louis - Dimanche à 10 h 30 à Notre-Dame

Samedi 1 er octobre QUETE EN FAVEUR DES EQUIPES SAINT-VINCENT

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 20:26

 Inscriptions et réinscriptions de tous les enfants & jeunes 

à la catéchèse paroissiale 

pour l'année 2016/2017

 

de l'éveil à la foi des 3/7ans au lycée :

 


Samedi 10 septembre à la salle Pierre Lefeuvre

de 10h à 12h et  de 15h à 17h

 

 Salle Pierre Lefeuvre, 4 allée de Verdun au Raincy

 

 

& samedi 24 septembre de 10h à 12h au presbytère, 40 allée du Jardin Anglais

 

 

paroisse du Raincy - dans Catéchèse pour tous
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 20:20

Messe célébrée par le pape François en mémoire du

père Jacques Hamel le 14 Septembre 2016

Dans son homélie, le pape a invité à prier le père Hamel pour avoir le même courage que lui : « Que lui, du Ciel – parce que nous devons le prier, c’est un martyr! Et les martyrs sont des bienheureux, nous devons le prier – nous donne la douceur, la fraternité, la paix, et aussi le courage de dire la vérité : tuer au Nom de Dieu c’est satanique. »

Le pape a souligné la « lucidité » du père Hamel au moment de sa mort, invitant à demander le même « courage »: « Le père Jacques Hamel a été égorgé sur la croix, justement alors qu’il célébrait le sacrifice de l’amour du Christ. Un homme bon, doux, de fraternité, qui cherchait toujours à faire la paix, a été assassiné comme s’il était un criminel. Voilà le fil satanique de la persécution. Mais il y a une chose, chez cet homme qui a accepté son martyre, là, il y a une chose qui me fait beaucoup réfléchir: en ce moment difficile qu’il vivait, au milieu aussi de cette tragédie qu’il voyait venir – cet homme bon, doux, qui faisait la fraternité -: il n’a pas perdu la lucidité pour accuser et dire clairement le nom de l’assassin. Et il a dit clairement: « Va-t-en Satan! » Il a donné sa vie pour nous, il a donné sa vie pour ne pas renier Jésus. Il a donné sa vie dans le sacrifice même de Jésus sur l’autel. Et de là il a accusé l’auteur de la persécution: « Va-t-en Satan! » Et que cet exemple de courage, mais aussi le martyre de sa propre vie, de se vider de soi-même pour aider les autres, faire la fraternité entre les hommes, nous aide à aller de l’avant sans peur.»

Et voici le vœu du pape François pour les religions du monde, qu’il va rencontrer à Assise, le 20 septembre : « Les chrétiens qui aujourd’hui souffrent – que ce soit en prison, par la mort ou les tortures -, pour ne pas renier Jésus-Christ, font voir justement la cruauté de cette persécution. Cette cruauté qui demande l’apostasie est, disons le mot : satanique. Comme ce serait bien que toutes les confessions religieuses disent : « Tuer au nom de Dieu c’est satanique » ! »

« L’Eglise célèbre aujourd’hui la fête de la Croix de Jésus-Christ, avait dit le pape au début de son homélie en commentant les lectures du jour. Dans la croix de Jésus-Christ, nous comprenons pleinement le mystère du Christ. Ce mystère d’anéantissement, de proximité pour nous. Lui, « étant de condition de Dieu, dit Paul, n’a pas retenu comme un privilège d’être comme Dieu, mais il s’est vidé de lui-même, assumant la condition de serviteur, en devenant semblable aux hommes. A son aspect reconnu comme un homme, il s’est humilié lui-même, en devenant obéissant jusqu’à la mort et à la mort sur la croix » (Ph 2, 6-8). Voilà le mystère du Christ. C’est un mystère qui se fait martyre pour le salut des hommes. Et à partir de ce mystère du Christ, commence toute l’histoire du martyre chrétien depuis les premiers siècles jusqu’à aujourd’hui. (…) Les premiers chrétiens ont confessé le Christ en payant de leur vie, a poursuivi le pape. Aux premiers chrétiens, on a proposé l’apostasie, c’est-à-dire : « Dites que notre dieu est le vrai et non le vôtre. Faites un sacrifice à notre dieu ou à nos dieux ». Et quand ils ne le faisaient pas, quand ils refusaient l’apostasie, ils étaient tués. Cette histoire se répète jusqu’à aujourd’hui. Et aujourd’hui il y a dans l’Eglise plus de martyrs chrétiens qu’aux premiers temps. Aujourd’hui, il y a des chrétiens assassinés, torturés, emprisonnés, égorgés parce qu’ils ne renient pas Jésus-Christ. Dans cette histoire, nous en arrivons à notre père Jacques. Il fait partie de cette chaîne de martyrs ! »

LE SALUT POUR TOUS LES HOMMES

1 ère lecture (Am 8,4-7) Psaume (Ps 112,1-2.5-8) 2 ème lecture (1 Tm 2,1-8) Evangile (Lc 16,1-13)

Timothée était originaire de la Turquie actuelle. Son père était païen et sa mère, de famille juive. Elle avait déjà reçu la foi chrétienne par sa propre mère. Avec ce disciple de saint Paul, nous sommes déjà loin dans le cercle originaire du christianisme comme l’étaient les disciples galiléens et même Paul, né à Tarse, mais vivant à Jérusalem. Nous sommes déjà dans une famille chrétienne à la deuxième génération. La famille de Timothée est témoin de la rapidité avec laquelle le Christianisme a poussé certaines pointes hors de son fief natal : sa rencontre avec Paul date des années 49-52. Désormais, il sera le compagnon ou l’envoyé le plus fidèle de saint Paul, qui en parle souvent dans ses lettres. Il signera même six épîtres en collaboration avec lui : 2è aux Corinthiens (1. 1) – aux Philippiens (1. 1) – aux Colossiens (1. 1) – 1ère aux Thessaloniciens (1. 1) – 2ème aux Thessaloniciens (1. 1) – à Philémon (1.) Il recevra lui-même deux lettres de saint Paul, sans doute peu de temps avant le martyre de l’Apôtre en 67.

Cette expression revient à trois reprises dans ce chapitre 2 : » Prier pour tous les hommes. » – Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ». – « Le Christ-Jésus s’est donné en rançon pour tous les hommes. » Cette répétition est en elle-même révélatrice. Elle signifie que le salut ne peut se replier sur un petit nombre. Cette deuxième génération chrétienne révèle à ces disciples une nouvelle révélation indépendante de celle du judaïsme. Tout passe par le Christ et non pas par la loi. Jésus rend la complète.(Matthieu 5 . 14 à 17). L’autre expression : »Il s’est donné lui-même en rançon. » est tout autant significative. Cette phrase est une des plus claires du Nouveau Testament sur la valeur rédemptrice de la mort de Jésus. Elle rejoint ses propres paroles sur le Fils de l’Homme venu « pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » (Matthieu 20. 28) et au soir de la Cène : »Le sang répandu pour la multitude, en rémission des péchés. » (Matthieu 26. 28).

Ces deux paroles du Christ sont reprises lors de chaque Eucharistie. Les théologiens, au cours des siècles et surtout de nos jours, s’interrogeront à maintes reprises sur la question du « mystère du salut des nations », mystère qui découle de cette affirmation : Comment la mort du Christ Jésus donnée en rançon a valeur de salut pour tous les hommes. La réponse est dans la présence de Timothée près de Paul. Elle réside dans le fait que le Christ Jésus a assumé en lui, non pas une seule humanité, mais toute l’Humanité, comme il assumait toute la Divinité. Les Pères grecs du 4ème au 6ème siècles en ont fait la base de leur développement de la christologie. Les paroles de l’offertoire le disent : »Puissions-nous être unis à la Divinité de celui qui a pris notre Humanité. » Non pas celle de tel ou tel, mais de tous les hommes, c’est-à-dire tout l’Homme. Elles préludent donc bien aux paroles consécratoires qui sont celles-là même du Christ lors de la première Eucharistie.

1ère lecture : Contre ceux qui « achètent le faible pour un peu d’argent »

Lecture du livre du prophète Amos

Écoutez ceci, vous qui écrasez le malheureux pour anéantir les humbles du pays, car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix et fausser les balances. Nous pourrons acheter le faible pour un peu d’argent, le malheureux pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! » Le Seigneur le jure par la Fierté de Jacob : Non, jamais je n’oublierai aucun de leurs méfaits. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Louez le nom du Seigneur : de la poussière il relève le faible. ou : Alléluia !

Louez, serviteurs du Seigneur, louez le nom du Seigneur ! Béni soit le nom du Seigneur, maintenant et pour les siècles des siècles ! Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ? Lui, il siège là-haut. Mais il abaisse son regard vers le ciel et vers la terre. De la poussière il relève le faible, il retire le pauvre de la cendre pour qu’il siège parmi les princes, parmi les princes de son peuple.

2ème lecture : « J’encourage à faire des prières pour tous les hommes à Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés »

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Bien-aimé,

j’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. Aux temps fixés, il a rendu ce témoignage, pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’apôtre – je dis vrai, je ne mens pas – moi qui enseigne aux nations la foi et la vérité. Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient en élevant les mains, saintement, sans colère ni dispute. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus Christ s’est fait pauvre, lui qui était riche, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.’ Le gérant se dit en lui-même : ‘Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.’ Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ?’ Il répondit : ‘Cent barils d’huile.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.’ Puis il demanda à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ?’ Il répondit : ‘Cent sacs de blé.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu, écris 80’. Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

- Lundi 19 septembre : De la férie

-Mardi 20 septembre : Les martyrs de Corée

-Mercredi 21 septembre : Saint-Matthieu

-Jeudi 22 septembre : De la férie

-Vendredi 23 septembre : Saint Pio de Pietrelcina

-Samedi 24 septembre : De la férie

Rendez-vous de la semaine

-Mercredi 21 septembre à 14 h 30 salle Pierre Lefeuvre : Réunion du MCR

-Mercredi 21 Septembre à 17 h salle Pierre Lefeuvre : rencontre des lycéens confirmands avec notre Evêque, Monseigneur Pascal Delannoy

-Mercredi 21 Septembre à 19 h salle Pierre Lefeuvre : rencontre et repas avec les confirmands adultes et l’Evêque

-Vendredi 23 septembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion des parents de la catéchèse de CM2

-Samedi 24 septembre de 10 h à l’église Notre-Dame : messe de rentrée de l’école Saint-Louis Sainte-Clotilde

-Samedi 24 septembre de 10 h à 12 h au presbytère : inscription et réinscription de la catéchèse (de l’éveil à la foi au lycée)

Samedi 24 à 14 h 30- 17 h 30 : dans le cadre du jubilé de notre diocèse et de l’année sainte de la Miséricorde notre paroisse est en pèlerinage dans notre cathédrale de Saint-Denis - Départ à 13 h 30 de la gare du Raincy ou rendez-vous dans la cathédrale à 14 h 30

-Visite commentée de la Cathédrale passage de « la porte sainte » -Messe - Retour au Raincy pour 18 h 30 environ

Messes supprimées le Samedi 24 Septembre à Notre-Dame et St-Louis. Pas dAdoration du Saint-Sacrement ce jour-

Collecte de produits alimentaires organisée par l’E.R.A.C.

sous le label de la Banque alimentaire :

du vendredi 23 septembre après-midi, samedi 24 septembre

et dimanche 25 septembre matin

en sortie des magasins Monoprix et Franprix au Raincy et Carrefour Market de Livry-Gargan

DIMANCHE 18 SEPTEMBRE 2015 – 25 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Am 8,4-7) Psaume (Ps 112,1-2.5-8) 2 ème lecture (1 Tm 2,1-8) Evangile (Lc 16,1-13)

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2015 – 26 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Am 6,1a.4-7) Psaume (Ps 145,5-10) 2 ème lecture (1 Tm 6,11-16) Evangile (Lc 16,19-31)

Messe à 10 h 30 à Notre-Dame

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 16:22

Extrait de l’homélie du pape François prononcée lors de la célébration de canonisation de sœur Teresa

« Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? » (Sg 9, 13)

Cette interrogation du livre de la Sagesse, que nous avons écoutée dans la première lecture, nous présente notre vie comme un mystère, dont la clef d’interprétation n’est pas en notre possession. Les protagonistes de l’histoire sont toujours deux : Dieu d’une part et les hommes de l’autre. Nous avons la tâche de percevoir l’appel de Dieu et, ensuite, d’accueillir sa volonté. Mais pour l’accueillir sans hésitation, demandons-nous : quelle est la volonté de Dieu ?

Dans le même passage du livre de la Sagesse, nous trouvons la réponse : « C’est ainsi que les hommes ont appris ce qui te plaît » (v. 18). Pour authentifier l’appel de Dieu, nous devons nous demander et comprendre ce qui lui plaît. Bien souvent, les prophètes annoncent ce qui plaît au Seigneur. Leur message trouve une admirable synthèse dans l’expression : « C’est la miséricorde que je veux et non des sacrifices » (Os 6, 6 ; Mt 9, 13). Toute œuvre de miséricorde plaît à Dieu, parce que dans le frère que nous aidons nous reconnaissons le visage de Dieu que personne ne peut voir (cf. Jn 1, 18). Et chaque fois que nous nous penchons sur les besoins de nos frères, nous donnons à manger et à boire à Jésus ; nous vêtons, nous soutenons et nous visitons le Fils de Dieu (cf. Mt 25, 40). En somme, nous touchons la chair du Christ.

Nous sommes donc appelés à traduire dans le concret ce que nous invoquons dans la prière et professons dans la foi. Il n’y a pas d’alternative à la charité : ceux qui se mettent au service de leurs frères, même sans le savoir, sont ceux qui aiment Dieu (cf. 1Jn 3, 16-18 ; Jc 2, 14-18). La vie chrétienne, cependant, n’est pas une simple aide qui est fournie dans le temps du besoin. S’il en était ainsi, ce serait certes un beau sentiment de solidarité humaine qui suscite un bénéfice immédiat, mais qui serait stérile, parce que sans racines. L’engagement que le Seigneur demande, au contraire, est l’engagement d’une vocation à la charité par laquelle tout disciple du Christ met sa propre vie à son service, pour grandir chaque jour dans l’amour.

QUI SOMMES-NOUS ?

1 ère lecture (Ex 32,7-11.13-14) Psaume (Ps 50,3-4.12-13.17.19) 2 ème lecture (1 Tm 1,12-17) Evangile (Lc 15,1-32)

La parabole du père et de ses deux fils, que nous connaissons bien, nous concerne. Sommes-nous l’enfant prodigue ? sommes-nous le frère aîné ? Car notre vie, ma vie, est proche de la leur, soit l’une, soit l’autre.

En fait, l’aîné s’est tout autant éloigné de son père. Il est resté sur place, c‘est tout. Il se juge comme un serviteur et non point partenaire intime d’une famille. D’ailleurs le reproche qu’il fait à son père en dit long en ce domaine : »Ton fils que voilà ! »

Mais le père l’invite lui aussi à retrouver et à rejoindre l’amour qui est au cœur de la famille : »Toi, mon enfant … ton frère … tout ce qui est à moi est à toi. » Celui que j’avais perdu est ton frère et mon fils. Il doit être tout autant au cœur de ton amour, de ta joie, de ton accueil. Ouvre-lui les bras, toi aussi. Je suis votre père à tous deux.

Dieu est fidèle qui recrée sans cesse ceux qu’il aime. Nous qui sommes en quête de l’absolu de la vie, nous nous égarons dans des impasses. Et comme il est difficile de revenir en arrière sur le chemin pour y retrouver la vie que nous avons perdue ! Parce qu’il est le refus de vivre une attitude de fidélité aimante, le péché ferme trop souvent le cœur de l’homme.

Dieu, lui, garde son cœur ouvert à l’amour. « Le Christ m’a pardonné. Ce que je faisais, c’était par ignorance. Je n’avais pas la foi. Mais la grâce de Notre Seigneur a été plus forte, avec la foi et l’amour dans le Christ Jésus. » (saint Paul à Timothée 1. 14)

1ère lecture : « Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire »

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, le Seigneur parla à Moïse : « Va, descends, car ton peuple s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que je leur avais ordonné de suivre ! Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : ‘Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.’ »

Le Seigneur dit encore à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple à la nuque raide. Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les exterminer ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. » Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par ta grande force et ta main puissante ? Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Israël, à qui tu as juré par toi-même : ‘Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel ; je donnerai, comme je l’ai dit, tout ce pays à vos descendants, et il sera pour toujours leur héritage.’ » Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple. – Parole du Seigneur.

Psaume : R/ Oui, je me lèverai, et j’irai vers mon Père.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense. Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint. Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Evangile : « Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dans le Christ, Dieu réconciliait le monde avec lui : il a mis dans notre bouche la parole de la réconciliation. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’ Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion. Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et qu’elle en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ? Quand elle l’a retrouvée, elle rassemble ses amies et ses voisines pour leur dire : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !’ Ainsi je vous le dis : Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. » Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : ‘Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.’ Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : ‘Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.’ Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : ‘Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.’ Mais le père dit à ses serviteurs : ‘Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent à festoyer. Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : ‘Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.’ Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : ‘Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !’ Le père répondit : ‘Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

- Lundi 12 septembre : De la férie

-Mardi 13 septembre : Saint-Jean Chrysostome

-Mercredi 14 septembre : La Croix glorieuse, fête

-Jeudi 15 septembre : Notre-Dame des Douleurs, mémoire

-Vendredi 16 septembre : Saint Corneille

-Samedi 17 septembre : De la férie

Rendez-vous de la semaine

-Jeudi 15 septembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion de l’équipe d’animation paroissiale

-Vendredi 16 septembre à 14 h 30 : réunion des Equipe Saint-Vincent

-Samedi 17 septembre de 10 h à 12 h au presbytère : inscription et réinscription de la catéchèse (de l’éveil à la foi au lycée) (ainsi que le samedi 24)

-Samedi 17 septembre à 14 h en l’église Notre-Dame :

Célébration du mariage de Nancy VEERAPEN et Julien FERREIRA

Journées du patrimoine Samedi 17 et Dimanche 18 Septembre

Découverte des vitraux de la "Sainte Chapelle du béton armé"

83, avenue de la Résistance 93340 Le Raincy

visite guidée le Samedi 17 Septembre 2016 de 16 h

à 17 h 30 – gratuit - sans inscription

Découverte de l'architecture de la "Sainte-Chapelle du béton armé"

83, avenue de la Résistance- 93340 Le Raincy

visite guidée le Dimanche 18 Septembre 2016

Horaires de 16 h à 17 h 30 – gratuit - sans inscription

Visites libres samedi 17 et dimanche 18 Septembre 2016 de 15 h 00 à 18 h 00

Vous serez accueillis par les bénévoles de l'association RESTAURER

Notre-Dame du Raincy

Samedi 24 à 14 h 30- 17 h 30 : dans le cadre du jubilé de notre diocèse et de l’année sainte de la Miséricorde notre paroisse est en pèlerinage dans notre cathédrale de Saint-Denis

-Départ à 13 h 30 de la gare du Raincy

-Visite commentée de la Cathédrale passage

de « la porte sainte »

-Messe

-Retour au Raincy pour 18 h 30 environ

Pas de messe à l’église Saint-Louis le Samedi 24 Septembre à 18 h

-Dimanche 25 Septembre quête en faveur des équipes Saint-Vincent-de-Paul

- Samedi 8 Octobre et Dimanche 9 Octobre : grande fête des 50 ans du diocèse (tracts au fond de l’église)

-Dimanche 9 Octobre : messe de rentrée et d’envoi en mission

des catéchistes

DIMANCHE 11 SEPTEMBRE 2015 – 24 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ex 32,7-11.13-14) Psaume (Ps 50,3-4.12-13.17.19) 2 ème lecture (1 Tm 1,12-17) Evangile (Lc 15,1-32)

DIMANCHE 18 SEPTEMBRE 2015 – 25 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Am 8,4-7) Psaume (Ps 112,1-2.5-8) 2 ème lecture (1 Tm 2,1-8) Evangile (Lc 16,1-13)

Messe anticipée : samedi à 18 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 16:00

Le Messager du mois de septembre 2016, Guide Paroissial 2016/2017 est disponible en ligne.

paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 15:34

Prière du pape François pour la création

Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures, Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies, pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs, pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

« De toujours à toujours, tu es Dieu »

(1 ère lecture (Sg 9,13-18) Psaume (Ps 89,3-6.12-14.17) 2 ème lecture (Phm 9b-10.12-17) Evangile (Lc 14,25-33))

Comme c’est fréquemment le cas, le psaume de ce dimanche (psaume 89/90) prolonge et permet de méditer la première lecture. Celle-ci est constituée par un passage du Livre de la Sagesse, un des derniers écrits de l’Ancien Testament, rédigé directement en grec et marqué par cette culture : le corps est périssable et il appesantit l’âme. A cet homme fragile et borné, Dieu donne joie et force de vivre la Sagesse et l’Esprit-Saint. Ce rapprochement est à noter, car, pour le chrétien, Jésus est la Sagesse Incarnée qui nous envoie l’Esprit-Saint. C’est autour du psaume que nous pouvons développer notre méditation du Livre de la Sagesse et de l’Evangile

« D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge. Avant que naissent les montagnes et que tu enfantes la terre et le monde, De toujours à toujours, toi, tu es Dieu ».

Les psaumes sont une prière et un appel d’espérance. Ils commencent donc par un regard vers Dieu, ne serait-ce que par une invocation comme c’est le cas dans le psaume le plus douloureux : »Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Psaume 21/22) Ici, Dieu est reconnu dans son éternité qui se laisse entrapercevoir, par delà sa «colère» dans l’oeuvre de création et dans sa fidélité dont témoigne l’histoire du peuple d’Israël : » D’âge en âge, de toujours à toujours. » C’est ainsi que nous pouvons pénétrer sa Sagesse (verset.12), son amour (verset 14), sa joie (verset 15). Mais l’homme est fragile et précaire (verset 3). Ce n’est pas une plainte qu’il exprime, c’est presqu’un désarroi comme nous les connaissons. Même si sa manière d’agir (ou ce que l’on croit être sa manière d’agir) est déconcertante à ce point pour l’homme, Dieu est vivant, Dieu est présent. Ce qui pourrait conduire à la révolte devient motif pour demander la grâce. Nous sommes affectés par le péché et, pour cette raison, nous ne pouvons que susciter la colère de Dieu. Et pourtant, même si nos œuvres sont mauvaises, Dieu peut nous manifester son amour et sa douceur. (versets 14 à 17)

La Sagesse nous apprendra la mesure de nos jours et de ce que nous sommes. C’est pourquoi cette demande de la Sagesse est constante dans l’Ecriture. Moïse la demande pour gouverner le peuple à la nuque raide. Salomon la demande solennellement (I Rois 3) ce qui lui fera attribuer la paternité littéraire des écrits bibliques de sagesse. Mais le don de Dieu qui est demandé ne se limite pas à faire comprendre à l’homme son sort pour qu’il l’accepte sagement. Avec humilité, le psalmiste invite Dieu à revenir vers celui qui le prie. En fait, c’est le retour de Dieu, ressenti près de nous qui est l’essentiel de ce psaume. Par le don de la Sagesse, quelque chose de la solidité de Dieu va venir en l’homme et même en ses œuvres. Là où il n’y avait place que pour la colère, viendra l’amour et la joie. Là où il n’y avait place que pour la fureur viendra la douceur. Dieu se ravise. (verset 13).

1ère lecture : « Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? »

Lecture du livre de la Sagesse

Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ? Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? Les réflexions des mortels sont incertaines, et nos pensées, instables ; car un corps périssable appesantit notre âme, et cette enveloppe d’argile alourdit notre esprit aux mille pensées. Nous avons peine à nous représenter ce qui est sur terre, et nous trouvons avec effort ce qui est à notre portée ; ce qui est dans les cieux, qui donc l’a découvert ? Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en haut ton Esprit Saint ? C’est ainsi que les sentiers des habitants de la terre sont devenus droits ; c’est ainsi que les hommes ont appris ce qui te plaît et, par la Sagesse, ont été sauvés. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge.

Tu fais retourner l’homme à la poussière ; tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! » À tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit. Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ; dès le matin, c’est une herbe changeante : elle fleurit le matin, elle change ; le soir, elle est fanée, desséchée. Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse. Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ? Ravise-toi par égard pour tes serviteurs. Rassasie-nous de ton amour au matin, que nous passions nos jours dans la joie et les chants. Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu ! Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

2ème lecture : « Accueille-le, non plus comme un esclave, mais comme un frère bien-aimé »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Philémon

Bien-aimé, moi, Paul, tel que je suis, un vieil homme et, qui plus est, prisonnier maintenant à cause du Christ Jésus, j’ai quelque chose à te demander pour Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ. Je te le renvoie, lui qui est comme mon cœur. Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi, pour qu’il me rende des services en ton nom, à moi qui suis en prison à cause de l’Évangile. Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte mais volontiers. S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave, mais, mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé : il l’est vraiment pour moi, combien plus le sera-t-il pour toi, aussi bien humainement que dans le Seigneur. Si donc tu estimes que je suis en communion avec toi, accueille-le comme si c’était moi. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Celui qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Pour ton serviteur, que ton visage s’illumine : apprends-moi tes commandements. Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple. Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : ‘Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !’ Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix. Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

- Lundi 5 septembre : De la férie

-Mardi 6 septembre : De la férie

-Mercredi 7 septembre : De la férie

-Jeudi 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie

-Vendredi 9 septembre : De la férie

-Samedi 10 septembre : De la férie

Rendez-vous de la semaine

-Jeudi 8 Septembre à 20 h 30 : salle Pierre Lefeuvre : réunion des équipes liturgiques

-Samedi 10 septembre salle Pierre Lefeuvre de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h : Journée d’inscription et de réinscription de la catéchèse (de l’éveil à la foi au lycée)

-Samedi 10 septembre de 10 h à 18 h : Notre paroisse ainsi que d’autres associations chrétiennes œuvrant sur la paroisse vous accueillent au salon des associations, salle Raymond Mège

Dimanche 11 Septembre : au cours de la messe, tous les enfants et jeunes sont invités à apporter un cartable ou une trousse d’école, nous ferons une cérémonie de bénédiction des cartables.

Dimanche 11 Septembre : pèlerinage à Notre- Dame des Anges. Départ de la route de l’église Notre Dame à 14h

DIMANCHE 4 SEPTEMBRE 2015 – 23 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Sg 9,13-18) Psaume (Ps 89,3-6.12-14.17) 2 ème lecture (Phm 9b-10.12-17) Evangile (Lc 14,25-33)

DIMANCHE 11 SEPTEMBRE 2015 – 24 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ex 32,7-11.13-14) Psaume (Ps 50,3-4.12-13.17.19) 2 ème lecture (1 Tm 1,12-17) Evangile (Lc 15,1-32)

Messe anticipée : samedi à 18 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 22:24

Feuille d’annonces pour l’été 2016

Le temps de l’été est là, et pour beaucoup, le temps des vacances. Le rythme effréné de nos vies va quelque peu se calmer. Ouf ! nous sommes essouflés. Vouloir remettre en cause ceux-ci est parfois très culpabilisant. Bien souvent, malheureusement nous n’avons guère le choix. Alors cet été, reprenons souffle. Le souffle de se retrouver en famille, le souffle pour que les enfants retrouvent leurs grands parents, en province ou à l’étranger, le souffle pour profiter des beaux paysages et de la richesse du patrimoine, notamment en France, mais aussi : respirer du souffle de Dieu. La Bible nous parle du souffle de Dieu comme source de vie. Profitons alors de l’été pour prendre le temps de prier, de lire un évangile, et au milieu de la lecture de bons romans, ouvrir un livre d’un auteur spirituel. Pourquoi ne pas lire tranquillement l’exhortation du pape François sur la famille : « la Joie de l’Amour » ? Le pape François nous parle avec force mais aussi beaucoup d’humilité de l’amour au sein de la famille. Le souffle et l’amour de Dieu sont présents dans le cœur de chacun. Dans ce numéro du Messager, nous présentons un livre : « prier ensemble à la maison ». Je ne peux que vous encourager à vous le procurer. Que nous dit le pape François sur la prière en famille ? « La prière en famille est un moyen privilégié pour exprimer et renforcer notre foi. On peut réserver quelques minutes chaque jour afin d’être unis devant le Seigneur vivant, de lui dire les préoccupations, prier pour les besoins de la famille, prier pour quelqu’un qui traverse un ment difficile, afin de demander de l’aide pour aimer, rendre grâce pour la vie et les choses bonnes… » (1). Chers grands parents, je vous confie cette mission, que très souvent vous accomplissez : priez avec et pour vos petits enfants. Vous êtes aussi, en complément des parents, des relais dans la transmission de la foi auprès des enfants. Chers enfants, je vous donne tous rendez vous le : Dimanche 11 Septembre à 10 h 30 dans notre église. Je bénirai vos trousses et vos cartables. Nous offrirons alors à Dieu une nouvelle année scolaire. C’est accompagné du souffle de Dieu, que nous aurons pris le temps de redécouvrir cet été, que chacun aura à vivre cette nouvelle année de l’apprentissage. Le catéchisme sera aussi là pour nous aider et nous encourager. Toutes les inscriptions et réinscriptions se feront le Samedi 10 Septembre. A la rentrée scolaire aussi, nous serons en mesure de vous présenter les esquisses du nouveau bureau d’accueil au fond de notre église. Celui-ci devrait voir le jour au début de l’année 2017. Prier et accueillir, voilà deux belles missions que Dieu veut confier à son Eglise. Chacun(e) d’entre nous répondra, j’en suis sûr à cet appel. Bon été à toutes et tous.

Père Frédéric Benoist

  1. Pape François, exhortation apostolique « la Joie de l’Amour » n°318

Horaires de messes durant tout l’été :

  • en semaine : tous les matins à 9 h à la crypte Notre-Dame (sauf les 14/07 et 15/08)
  • Le dimanche : messe anticipée du samedi soir à 18 h à l’église Saint-Louis ; messe du jour à 10 h 30 à l’église Notre-Dame.

Pour vivre le sacrement de la réconciliation : un prêtre est dans l’église Notre- Dame tous les samedis de 10 h 30 à 12 h. Prendre rendez-vous pour un autre moment.

Adoration du Saint-Sacrement : tous les samedis matin de 9 h 30 à 12 h à la crypte de l’église Notre-Dame

LES RENDEZ-VOUS DE L’ÉTÉ

Jeudi 14 Juillet : messe à 10 h 30 à la crypte de l’église Notre-Dame

Lundi 15 Août : Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, Prière pour la France

Messe à 10 h 30 à Notre-Dame

Lundi 15 Août : Pèlerinage marial dans la cathédrale de Saint- Denis à 16 h :

Métro : Saint-Denis Basilique

LES RENDEZ-VOUS DE LA RENTRÉE

- Dimanche 28 Août à 10 h 30 : messe de la « Saint-Fiacre ».

- Du Dimanche 28 au Mardi 30 Août : retraite des confirmands lycéens à l’Abbaye de la Pierre-Qui-Vire

Samedi 10 Septembre de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h 30 : Journée d’inscription et de réinscription pour tous les enfants et jeunes en catéchèse (de 3 à 18 ans)

Dimanche 11 Septembre : messe de rentrée

et bénédiction des cartables des enfants

Dimanche 11 Septembre : Pèlerinage à Notre-Dame des Anges

Samedi 24 Septembre à 15 h 30 : pèlerinage paroissial à la cathédrale de Saint- Denis dans le cadre du Jubilé du diocèse

Pour rencontrer un prêtre durant l’été : Le Père Hugues EBINGUI KOLONGO est joignable au 06 68 68 67 73

Pour contacter le curé de la paroisse : Père Frédéric Benoist : 06 11 15 85 52

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 07:35

Prière d’ordination prononcée par l’évêque lorsque celui-ci et l’ensemble des prêtres ont imposé les mains sur le(s) futur(s) prêtres

" Sois avec nous, Seigneur, Père très saint,

sois avec nous, Dieu éternel et tout-puissant,

Toi qui confies à chacun sa part de service et de responsabilité.

Toi, la source de toute vie et de toute croissance,

tu donnes à ton peuple de vivre et de grandir

et tu suscites en lui, les divers ministères dont il a besoin.

Déjà dans la première Alliance,

et comme pour annoncer les sacrements à venir,

tu avais mis à la tête du peuple des grands prêtres chargés de le conduire,

mais tu as aussi choisi d'autres hommes, que tu as associés à leur service

et qui les ont secondés dans leur tâche.

C’est ainsi que tu as communiqué à soixante-dix hommes pleins de sagesse

l'esprit que tu avais donné à Moïse

et tu as fait participer les fils d’Aaron à la consécration que leur père avait reçue.

De même, lorsque ton Fils Jésus,

l’Apôtre et le Grand Prêtre que notre foi confesse,

envoya en mission ses Apôtres,

tu leur a donné des compagnons dans l'enseignement de la foi

pour que l’Évangile soit annoncé dans le monde entier.

Aujourd’hui encore, Seigneur,

donne- nous les coopérateurs dont nous avons besoin

pour exercer le sacerdoce apostolique.

Nous t’en prions, Père tout-puissant,

donne à tes serviteurs que voici

d’entrer dans l’ordre des prêtres.

Répands une nouvelle fois au plus profond d’eux-mêmes l’Esprit de sainteté ;

Qu’ils reçoivent de toi, Seigneur, la charge de seconder l’ordre épiscopal ;

Qu’ils incitent à la pureté des mœurs par l’exemple de leur conduite.

Qu’ils soient de fidèles collaborateurs des évêques,

pour faire parvenir à toute l'humanité le message de l’Évangile,

et pour que toutes les nations rassemblées dans le Christ

soient transformées en l'unique peuple de Dieu.

Par Jésus-Christ, ton Fils,

notre Seigneur et notre Dieu,

qui règne avec toi et le Saint-Esprit,

maintenant et pour les siècles des siècles.

Que les paroles de Jésus sont dures … !

1 ère lecture (1 R 19,16b.19-21) Psaume (Ps 15,1.2a.5.7-10.2b.11) 2 ème lecture (Ga 5,1.13-18) Evangile (Lc 9,51-62)

Jésus, dans l’évangile de ce jour, prononce des paroles fortes, violentes même, sur un ton qui nous étonne. C'est le ton de la sévérité, c'est même le ton de la menace. On ne reconnaît plus Jésus ! Où est le Jésus qui pardonne ? Où est le jardinier qui patiente une année encore pour que le figuier donne du fruit ? Où est le maître de la vigne qui embauche jusqu'à la onzième heure ? Eh bien ! C'est le Père Besnard, un dominicain, qui m'a aidé à comprendre ces pages déroutantes de l'Évangile. Il a écrit à peu près ceci. Toute la prédiction de Jésus n'est que bonne nouvelle et promesse de bonheur. Mais il a rencontré un obstacle majeur chez les hommes de son temps, de même qu'il rencontre aujourd'hui le même obstacle majeur chez nous. Cet obstacle, c'est notre dureté de cœur. De toutes les manières, Jésus a essayé d'entamer cette dureté, de briser cette croûte de nos cœurs. De toutes les manières, tantôt en se faisant tendre, en prononçant des paroles de douceur, tantôt en se faisant dur, en prononçant des paroles sévères. Mais en tout cela, il ne vise qu'une seule chose : faire une brèche dans notre coeur muré. Alors, cessons de dire que Jésus est dur. La dureté, elle est en nous.

Nous sommes durs d'oreille, pas étonnant que Jésus élève le ton pour nous réveiller de notre somnolence et de notre assoupissement. Nous sommes durs à convaincre et à mettre en route, plutôt portés à remettre à plus tard : «On verra bien, y'a pas le feu !». Pas étonnant que Jésus élève le ton pour dire : «C'est maintenant, c'est tout de suite, c'est urgent, convertissez-vous, c'est important». Et enfin, nous sommes durs de coeur. Le monde est dur. Des millions d'enfants, garçons et filles, sont vendus sur le marché du travail, comme des esclaves, dès qu'ils ont 8 ans. Alors, qui est dur ? Jésus quand il dit : «Malheur à celui qui méprise ou scandalise un de ces petits ?». Et les petits, ce sont aussi les pauvres de ce monde, les sans-voix. Combien sont méprisés à côté de nous sans que nous y prenions garde ! Alors qui est dur, Jésus ? Ou bien notre monde ? Nous ne sommes pas là pour dresser la litanie des péchés du monde, mais si l'on faisait le bilant du XXe siècle, on serait effrayé par ce que la haine raciale, l'esprit de vengeance, l'appétit de l'argent, la violence arbitraire ont pu accumuler comme sacrifices de vies d'hommes, comme ruines, comme souffrances innocentes ! Alors, qui est dur ? Nous avons bien compris, n'est-ce pas, que la dureté de certaines paroles de Jésus ou la rudesse de son ton sont tout simplement proportionnées à la dureté du monde. Jésus n'est pas violent, mais il est ferme parce qu'il ne tolère pas l'intolérable. Ce n'est pas un Jésus doucereux et mièvre, mais un homme courageux et exigeant. C'est pour cela que nous l'aimons. Et nous devons, nous aussi, à sa suite, parler haut et fort et lutter pour dénoncer l'intolérable, ou alors ne nous disons plus disciples de ce Jésus. J'espère que nous sommes un peu réconciliés avec ces pages d'Évangile qui nous déroutaient. Jésus ne veut que notre bonheur, l'Évangile est Bonne Nouvelle. L'amour de Dieu, l'amitié de Dieu pour l'humanité est le coeur même de l'Évangile. La Brûlure de la Parole de Dieu n'est pas pour détruire mais pour guérir. Si on en doutait, le message de saint Paul entendu tout à l'heure le confirmerait. Il écrit aux premières communautés chrétiennes : «Le Christ vous a libérés. C'est à la liberté que vous êtes appelés». Le christ n'est pas venu voler notre liberté, mais la faire exister. Les vacances pour ceux qui peuvent en prendre sont un temps libre. Puissent ces mois d'été nous faire grandir dans cette liberté-là. Homélie du père Jean Corbineau, prédicateur pour « le Jour du Seigneur »

1ère lecture : « Élisée se leva et partit à la suite d’Élie »

Lecture du premier livre des Rois

En ces jours-là, le Seigneur avait dit au prophète Élie « Tu consacreras Élisée, fils de Shafath, comme prophète pour te succéder. » Élie s’en alla. Il trouva Élisée, fils de Shafath, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau. Alors Élisée quitta ses bœufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Alors Élisée s’en retourna ; mais il prit la paire de bœufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l’attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d’Élie et se mit à son service. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Dieu, mon bonheur et ma joie !

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge. J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu ! Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. » Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon cœur m’avertit. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. Je n’ai pas d’autre bonheur que toi. Tu m’apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices !

2ème lecture : « Vous avez été appelés à la liberté »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères, c’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage. Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. Car toute la Loi est accomplie dans l’unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. Je vous le dis : marchez sous la conduite de l’Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair. Car les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit, et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez. Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi.– Parole du Seigneur.

Evangile : « Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem » « Je te suivrai partout où tu iras »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ; Tu as les paroles de la vie éternelle. Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? » Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village. En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h à 12 h un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Dimanche 26 juin à 15 h 30 en la Cathédrale de Saint-Denis

par l’imposition des mains et le don de l’Esprit-Saint,

Monseigneur Pascal DELANNOY, Evêque de Saint-Denis-en-France,

ordonnera prêtres David KRUPA, Sostel BOLOMA, Paul-Théodore AZIABO ET Brice TESTU

LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

-Jeudi 30 Juin à 20 h salle Pierre Lefeuvre : bilan de fin d’année de l’Equipe d’Animation Paroissiale

-Vendredi 1 er Juillet à 20 h salle Pierre Lefeuvre : Bilan de fin d’année pour les catéchistes de la paroisse

Le dimanche 3 juillet à 10 h 30 en l’église Notre-Dame du Raincy le Père David KRUPA célébrera sa première messe au Raincy. La messe sera suivie d’un apéritif et d’un repas convivial dans les Jardins du presbytère et salle Pierre Lefeuvre

(Merci aux « Dames » d’apporter une tarte salée ou une salade composée aux « Messieurs » un dessert !)

DIMANCHE 26 juin 2016 – SAINT-PIERRE ET SAINT-PAUL, Apôtres, solennité

1 ère lecture (1 R 19,16b.19-21) Psaume (Ps 15,1.2a.5.7-10.2b.11) 2 ème lecture (Ga 5,1.13-18) Evangile (Lc 9,51-62)

DIMANCHE 3 juillet 2016 – 14 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 66,10-14c) Psaume (Ps 65,1-7.16.20) 2 ème lecture (Ga 6,14-18) Evangile (Lc 10,1-12.17-20)

Messe anticipée le samedi à 18 h à Saint-Louis-Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 19:09

Le Messager des mois de juin, juillet, août 2016 est en ligne en cliquant sur le lien

paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens