Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 22:46

Déclaration commune des responsables des communautés juive, catholique, protestante et musulmane membres de l’UDPP-93 : Union pour le Dialogue, le Partage et la Paix en Seine-Saint-Denis

Le 20 novembre 2015

Notre pays est terriblement éprouvé par les événements qui se sont produits dans la nuit du vendredi 13 Novembre à Stade de France et à Paris, ainsi que dans le centre ville de Saint-Denis, mercredi. Une telle irruption brutale de la violence et de la mort, le massacre de victimes innocentes, rendent difficiles les explications.

Nous sommes assommés …

Comment expliquer une telle violence et une telle haine en l’homme ?

Peuvent alors naître en nous des sentiments de peur, de colère, de haine et un désir de vengeance.

IL nous faut résister. Ne serait-ce que pour ne pas donner un sentiment de victoire aux terroristes, qui, après avoir voulu détruire les valeurs fondamentales de l’humanité, sèment la terreur. Résister ne veut pas dire se résigner, ni évacuer le tragique de la situation mondiale dans laquelle la France est engagée, dans laquelle nous sommes engagés.

Nous devons tous nous unir derrière les valeurs fondamentales qui font la force et la grandeur de notre nation. En écrivant ces quelques lignes, nous voulons affirmer, ensemble, notre profonde émotion, nous rendre proches de toutes les familles des victimes, des blessés, conscients des traumatismes énormes subis par tous, et tenter d’apporter et de témoigner d’une parole d’espérance auprès de nos communautés respectives, en priant en communion les uns avec les autres.

Parce que nous croyons tous en un Dieu qui veut la vie de l’homme et non sa mort, à travers nos religions et nos traditions spirituelles, nous voulons continuer d’annoncer sans relâche l’authentique message de paix et de vie contenus dans nos Livres.

Nous devons affirmer et coopérer avec tous les hommes et femmes de notre société, à l’unité de la famille humaine, parce que voulue par Dieu créateur, en qui, croyants, nous mettons tous notre foi et notre espérance. Nous voulons humblement contribuer au maintien de la cohésion sociale dans notre département, dans notre pays. Nous avons besoin du concours de tous et chacun(e). Enfin, nous avons une pensée envers les victimes quotidiennes de tous les groupes fanatiques et extrémistes dans le monde, de Daech au Moyen-Orient. Nous ne les oublions pas.

Rabbin Moché LEWIN Communauté juive

Père Frédéric BENOIST Communauté catholique

Imam Lahcene LABLACK Communauté musulmane

Pasteur Serge WÜTHRICH Communauté protestante

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 21:16

Message de Pascal Delannoy, Evêque de Saint-Denis-en-France, 18 novembre 2015

Plus que jamais servons la fraternité et la paix !

Alors que les opérations de police viennent de s'achever dans le centre ville de Saint-Denis, je pense aux habitants et tout particulièrement aux familles et aux enfants qui ont vécu des heures d'angoisse. Nous savons combien il est effrayant d'entendre à proximité de chez soi le bruit des fusillades et des explosions tout en ayant très peu d'informations sur les opérations en cours.

J'espère que dans les jours à venir chacun trouvera la force d’exprimer ce qu'il a vécu et ressenti afin de retrouver une plus grande sérénité. Je pense également aux forces de l'ordre qui sont intervenues dans des conditions très difficiles au regard de la densité des immeubles du centre ville ; leur courage n’a pas épargné à plusieurs d’entre eux d’être blessés.

La population de Saint-Denis – que je fréquente régulièrement – dans sa grande diversité culturelle et religieuse, souhaite vivre dans la paix et la fraternité. Comme j’ai pu le dire samedi dernier après les attentats de Paris et du Stade de France, beaucoup d’hommes et de femmes œuvrent en ce sens au fil des jours. Qu’ils ne se découragent pas !

Ensemble et avec persévérance nous voulons poursuivre ce chemin tout en dénonçant clairement et fermement ceux, qui par leurs paroles et leurs actes, sèment la division, la violence et la mort.

J’invite tous ceux qui le souhaitent à participer à un temps de recueillement et de prière à la basilique cathédrale Saint-Denis ce vendredi 20 novembre à 18h00.

+ Pascal DELANNOY

Evêque de Saint-Denis-en-France

Le 18 novembre 2015

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 19:29

HOMÉLIE DU CARDINAL ANDRÉ VINGT-TROIS - MESSE À L’INTENTION DES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015, DE LEURS PROCHES ET À L’INTENTION DE LA FRANCE


Cathédrale Notre-Dame de Paris, dimanche 15 novembre 2015
33e dimanche du Temps ordinaire - Année B Messe à l’intention des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint Denis et de leurs proches ainsi qu’à l’intention de la France en la cathédrale Notre-Dame de Pa
Homélie du cardinal André Vingt-Trois
Dn 12, 1-3 ; Ps 15 ; He 10, 11-14.18 ; Mc 13, 24-32
Les événements tragiques qui ont frappé notre pays ces jours-ci, -et particulièrement Paris et Saint-Denis-, plongent nos concitoyens dans l’effroi et la stupeur. Ils nous posent deux redoutables questions : en quoi notre mode de vie peut-il provoquer une agression aussi barbare ? A cette première question, nous répondons volontiers par l’affirmation de notre attachement aux valeurs de la République, mais l’événement nous oblige à nous interroger sur le prix à payer pour cet attachement et à un examen de ces valeurs. La deuxième question est encore plus redoutable car elle instille un soupçon dans beaucoup de familles : comment des jeunes formés dans nos écoles et nos cités peuvent-ils connaître une détresse telle que le fantasme du califat et de sa violence morale et sociale puissent représenter un idéal mobilisateur ? Nous savons que la réponse évidente des difficultés de l’intégration sociale ne suffit pas à expliquer l’adhésion d’un certain nombre au djihadisme bien qu’ils échappent apparemment à l’exclusion sociale. Comment ce chemin de la barbarie peut-il devenir un idéal ? Que dit ce basculement sur les valeurs que nous défendons ?
La foi chrétienne peut-elle nous être de quelque secours dans le désarroi qui s’est abattu sur nous ? A la lumière des lectures bibliques que nous venons d’entendre, je voudrais vous proposer trois éléments de réflexion.
1. « Dieu, mon seul espoir. » (Psaume15)
Le psaume 15, comme beaucoup d’autres psaumes, est un cri de foi et d’espérance. Pour le croyant dans la détresse, Dieu est le seul recours fiable : « Il est à ma droite, je suis inébranlable. »
C’est peu dire que les tueries sauvages de ce vendredi noir ont plongé dans la détresse des familles entières. Et cette détresse est d’autant plus profonde qu’il ne peut pas y avoir d’explications rationnelles qui justifieraient l’exécution aveugle de dizaines de personnes anonymes. Mais si la haine et la mort ont une logique, elles n’ont pas de rationalité. Bien sûr, nous avons besoin de dire des mots, nous avons besoin que des mots soient dits et que nous les entendions, mais nous sentons tous que ces paroles ne vont pas au-delà d’un réconfort immédiat. Avec l’irruption aveugle de la mort, c’est la situation de chacun d’entre nous qui devient incontournable. Le croyant, comme tout un chacun, est confronté à cette réalité inéluctable, proche ou lointaine, mais certaine : notre existence est marquée par la mort. On peut essayer de l’oublier, de la contourner, de la vouloir douce et légère, mais elle est là. La foi, aucune foi, ne permet d’y échapper. Et nous sommes intimement acculés à répondre de nous-mêmes : vers qui nous tourner dans cette épreuve ? Faire confiance aux palliatifs, plus ou moins efficaces ou durables ou bien faire confiance à notre Dieu, qui est le Dieu de la vie. Le psalmiste nous soutient pour mettre sur nos lèvres la prière de la foi et de l’espérance : « Tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. »
En ces jours d’épreuve, chacun de ceux qui croient au Christ est appelé au témoignage de l’espérance pour lui-même et tous ceux qu’il essaie d’accompagner et de soulager. Au moment où va s’ouvrir, dans quelques semaines, l’année de la miséricorde, nous voudrions, par nos paroles et nos actions, être des messagers de l’espérance au cœur de la souffrance humaine.
2. « Tu m’apprends le chemin de la vie. » (Psaume 15)
Cette espérance définit une manière de vivre pour ceux qui la reçoivent. Elle nous apprend le chemin de la vie. Heureusement tous ne sont pas confrontés aux horreurs subies par les victimes du fanatisme comme celles de vendredi dernier. Mais tous, sans exception, chacun et chacune d’entre nous, nous devons affronter des événements et des périodes difficiles dans notre existence. À quoi reconnaît-on un homme ou une femme d’espérance ? À sa capacité à assumer des épreuves et à combattre contre les forces destructrices dans la confiance et la sérénité. Cette force intérieure permet à des hommes et à des femmes ordinaires, comme vous et moi, de refuser de plier, de faire des choix difficiles, parfois héroïques, bien au-delà de ses propres forces.
Après les périodes de dures épreuves, nous pouvons reconnaître que certaines et certains ont tenu sans faiblir parce que leur conviction intérieure était assez forte pour braver des dangers possibles ou réels. Pour nous, chrétiens, cette force vient de notre confiance en Dieu et de notre capacité à nous appuyer sur Lui. Mais nous pouvons aller plus loin dans notre interprétation : pour un certain nombre d’hommes et de femmes, leur foi en une réelle transcendance de l’être humain les motive. Même s’ils ne partagent pas notre foi en Dieu, ils partagent un de ses fruits qui est la reconnaissance de la valeur unique de chaque existence humaine et de sa liberté. Pouvons-nous voir dans le calme et le sang-froid dont nos compatriotes ont fait preuve un signe de cette conviction que notre société ne peut se justifier que par son respect indéfectible de la dignité de la personne humaine ?
Face à la barbarie aveugle, toute fissure dans ce socle de nos convictions serait une victoire de nos agresseurs. Nous ne pouvons répondre à la sauvagerie barbare que par un surcroît de confiance en nos semblables et en leur dignité. Ce n’est pas en décapitant que l’on montre la grandeur de Dieu, c’est en travaillant au respect de l’être humain jusque dans ses extrêmes faiblesses.
3. « Lorsque vous verrez arriver tout cela… » (Marc 13, 29)
Cette confiance en Dieu est une lumière sur le chemin de la vie, mais pas seulement pour chacun d’entre nous dans son existence personnelle. Elle est aussi une lumière pour comprendre l’histoire humaine, y compris dans son déroulement énigmatique. L’évangile de Marc que nous avons entendu annonce le retour du Fils de l’Homme, le Sauveur, à travers des signes terrifiants dans les cieux et sur la terre. Nous ne sommes plus accoutumés à cette façon de scruter les signes, encore que beaucoup fassent commerce de cet exercice. Mais il me semble que le plus important pour nous est de puiser dans cette lecture deux enseignements.
D’abord, nul ne sait ni le jour ni l’heure de la fin des temps. Seul, le Père les connaît. Nous savons aussi que nous ne connaissons ni le jour ni l’heure de notre propre fin et que cette ignorance taraude bien des gens. Mais nous voyons tous, -et l’événement de cette semaine nous le rappelle cruellement-, que l’œuvre de mort ne cesse jamais et frappe, parfois aveuglément.
Ensuite, les événements dramatiques ou terrifiants de l’histoire humaine peuvent être interprétés et compris comme des signes adressés à tous. « Lorsque vous verrez cela, sachez que le Fils de l’Homme est proche à votre porte » nous dit l’évangile (Marc 13,29). Cette capacité d’interpréter l’histoire n’est pas une façon de nier la réalité. Elle est une façon de découvrir que l’histoire a un sens. Elle annonce quelqu’un qui frappe à notre porte, à chacune de nos portes. Ce quelqu’un, c’est le Christ.
Ainsi nous ne pouvons pas nous arrêter aux malheurs de la vie ni aux souffrances que nous endurons, comme si cela n’avait aucun sens. À travers eux, nous pouvons découvrir que Dieu frappe à notre porte et veut nous appeler encore à la vie, nous ouvrir les chemins de la vie. Cette espérance, nous devons la porter et en témoigner comme un réconfort pour ceux qui souffrent et comme un appel pour tous à vérifier les vraies valeurs de sa vie.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 19:21

Communiqué de la Présidence de l'ACI à tous les membres

Nous sommes sans voix…

Et pourtant nous ne pouvons-nous taire devant ces nouvelles nombreuses victimes de la violence sans limite à Paris, mortes, blessés ou sorties vivantes de ce vendredi noir.

Nous les portons dans nos pensées, nos prières, avec leurs familles, leurs amis : elles sont nos proches, nos sœurs, nos frères…

Nous condamnons cette violence, celle faite à ces morts et ces blessés innocents et à leurs familles, et celle faite envers des jeunes transformés en bourreaux, à Paris, à Beyrouth ou ailleurs.

Dans nos locaux parisiens, nous accueillons l’association Coexister : ces jeunes, juifs, musulmans, chrétiens, agnostiques ou athées, crient « Nous sommes unis », invitant à ne pas tomber dans le piège de la division et de la peur.

Gardons nos esprits en éveil, restons vigilants, sans naïveté.

Au milieu de la nuit, restons des veilleurs obstinés : « Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » Isaïe 43,19

  • Nombreux sont ceux qui à Paris, cette nuit, ont ouvert leurs portes pour accueillir ceux qui ne pouvaient rentrer chez eux, ont offert de donner leur sang, sans compter les taxis qui ont décidé de transporter les personnes gratuitement…
  • Nombreux sont les médecins, les infirmiers, les secouristes, qui sont revenus spontanément travailler dans les hôpitaux…
  • Nombreux sont les policiers, les militaires, les pompiers, qui se sont engagés sans retenue…
  • Nombreux sont les mots de soutien, les solidarités, manifestés à travers le monde, de la part des responsables mais aussi de la part de nos frères en humanité….

« Lorsque les lumières d’un pays deviennent noires, le reste du monde les allume pour lui » #NousSommesUnis

Ayons chacun à cœur de réconforter, accompagner, se souciant des enfants, d’un ami, un frère, une sœur, un voisin. Restons des artisans de Paix, de ceux qui construisent des ponts et non des murs…

« N’ayons pas peur », vivons !

Reprenant l’appel de nos Evêques : « Nous savons que le mal n’aura pas le dernier mot… », la recherche obstinée de la justice et de la paix, sans violence, du dialogue envers et contre tout, sont et resteront notre réponse avec encore plus de détermination.

Hélène MERCIER, Présidente de l’ACI

Yves CAHEN, Vice-Président de l’ACI

Novembre 2015

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 19:16

Attentats de Paris : extrait de l'Angelus du Pape François du dimanche 15 novembre 2015

« Chers frères et sœurs,
Je tiens à exprimer ma tristesse pour les attentats terroristes qui ont ensanglanté la France, tard vendredi, faisant de nombreuses victimes. J’adresse l’expression de ma souffrance, mes condoléances au président de la République française et à tous les citoyens. Je suis proche, en particulier, des familles de ceux qui ont perdu la vie et des blessés.
Une telle barbarie nous laisse sans mots et nous nous demandons comment le cœur de l’homme peut concevoir et réaliser ces horribles événements qui ont bouleversé non seulement la France mais le monde entier. Face à des actes aussi intolérables, on ne peut que condamner cet affront inqualifiable à la dignité de la personne humaine. Je tiens à réaffirmer avec force que le chemin de la violence et de la haine ne pourra jamais résoudre les problèmes de l’humanité ! Et utiliser le nom de Dieu pour justifier ce chemin, ces choix, c’est un blasphème.
Je vous invite à vous joindre à moi dans la prière : confions à la miséricorde de Dieu les victimes sans défense de cette tragédie. Que la Vierge Marie, la mère de miséricorde, suscite dans les cœurs de tous des pensées de sagesse et des intentions de paix. Nous lui demandons de protéger et de veiller sur la chère nation française, fille aînée de l’Église, sur l’Europe et sur le monde tout entier. »

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 22:03

Synode sur la famille : Extrait du discours final du pape François

Alors que je suivais les travaux du Synode, je me suis demandé : que signifiera pour l’Église de conclure ce Synode consacré à la famille ?

Il ne signifie certainement pas avoir achevé tous les thèmes inhérents à la famille, mais avoir cherché à les éclairer par la lumière de l’Évangile, de la tradition et de l’histoire bimillénaire de l’Église, infusant en eux la joie de l’espérance sans tomber dans la facile répétition de ce qui est indiscutable ou le déjà dit.

Il ne signifie sûrement pas avoir trouvé des solutions exhaustives à toutes les difficultés et aux doutes qui défient et menacent la famille, mais avoir mis ces difficultés et ces doutes sous la lumière de la Foi, les avoir examinés attentivement, les avoir affrontés sans peur et sans se cacher la tête dans le sable.

Il signifie avoir incité tout le monde à comprendre l’importance de l’institution de la famille et du mariage entre un homme et une femme, fondée sur l’unité et sur l’indissolubilité et à l’apprécier comme base fondamentale de la société et de la vie humaine.

Il signifie avoir écouté et fait écouter les voix des familles et des pasteurs de l’Église qui sont venus à Rome en portant sur leurs épaules les poids et les espérances, les richesses et les défis des familles de toutes les parties du monde.

Il signifie avoir donné la preuve de la vivacité de l’Eglise catholique qui n’a pas peur de secouer les consciences anesthésiées ou de se salir les mains en discutant de la famille d’une façon animée et franche.

Il signifie avoir cherché à regarder et à lire la réalité, ou plutôt les réalités, d’aujourd’hui avec les yeux de Dieu, pour allumer et pour éclairer avec la flamme de la foi les cœurs des hommes, en un moment historique de découragement et de crise sociale, économique, morale et de négativité dominante.

Il signifie avoir témoigné à tous que l’Évangile demeure pour l’Église la source vive d’éternelle nouveauté, contre qui veut « l’endoctriner » en pierres mortes à lancer contre les autres.

Il signifie encore avoir mis à nu les cœurs fermés qui souvent se cachent jusque derrière les enseignements de l’Église ou derrière les bonnes intentions pour s’asseoir sur la cathèdre de Moïse et juger, quelquefois avec supériorité et superficialité, les cas difficiles et les familles blessées.

Il signifie avoir affirmé que l’Église est Église des pauvres en esprit et des pécheurs en recherche du pardon et pas seulement des justes et des saints, ou plutôt des justes et des saints quand ils se sentent pauvres et pécheurs.

Il signifie avoir cherché à ouvrir les horizons pour dépasser toute herméneutique de conspiration ou fermeture de perspective pour défendre et pour répandre la liberté des enfants de Dieu, pour transmettre la beauté de la Nouveauté chrétienne, quelquefois recouverte par la rouille d’un langage archaïque ou simplement incompréhensible. Sur le chemin de ce Synode les diverses opinions qui se sont exprimées librement – et malheureusement parfois avec des méthodes pas du tout bienveillantes – ont certainement enrichi et animé le dialogue, offrant une image vivante d’une Eglise qui n’utilise pas ‘des formulaires préparés d’avance’, mais qui puise à la source inépuisable de sa foi une eau vive pour désaltérer les cœurs desséchés…

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 15:39

Paroles du pape François après l’angélus

du 6 Septembre 2015

Accueil des réfugiés

Chers frères et sœurs,

La Miséricorde de Dieu se reconnaît au travers de nos actions, comme en a témoigné la vie de la bienheureuse Teresa de Calcutta, dont c’était hier l’anniversaire de la mort.

Face à la tragédie de dizaines de milliers de réfugiés fuyant la mort, à cause de la guerre et de la faim, et sont en marche vers une espérance de vie, l’Evangile nous appelle, nous demande d’être « proches » des plus petits et des laissés-pour-compte. De leur donner une espérance concrète. Leur dire « courage, patience !... » ne suffit pas. L’espérance chrétienne est combattive, avec la ténacité de celui qui avance vers une destination sûre.

Ainsi, en vue du Jubilé de la Miséricorde, je lance un appel aux paroisses, aux communautés religieuses, aux monastères et aux sanctuaires de toute l’Europe à manifester l’aspect concret de l’Evangile et accueillir une famille de réfugiés. Un geste concret pour préparer l’Année sainte de la Miséricorde. Que toute paroisse, toute communauté religieuse, tout monastère, tout sanctuaire d’Europe héberge une famille, à commencer par mon diocèse de Rome.

Je m’adresse à mes frères évêques d’Europe, de vrais pasteurs, pour que dans leurs diocèses ils soutiennent mon appel, rappelant que la miséricorde est le deuxième nom de l’amour : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40).

Ces jours-ci, les deux paroisses du Vatican accueilleront elles aussi deux familles de réfugiés.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 14:19

Les catholiques ne céderont pas à la peur

Dans le contexte de tension et d’inquiétude créé par l’arrestation d’un terroriste présumé qui visait des églises catholiques dans le Val-de-Marne, la Conférence des Evêques de France rappelle l’importance de ne pas céder à la peur et de poursuivre le dialogue interreligieux.

L’arrestation, dimanche, de l’individu soupçonné de préparer des attentats contre des églises en banlieue parisienne crée un climat de tension et d’émotion.

La Conférence des Evêques de France appelle d’abord à l’apaisement. Les menaces terroristes, quelle qu’en soit la teneur, ont pour objectif de semer la peur, les catholiques n’y céderont pas. A ce jour, de plus, les éléments connus concernant ces attentats déjoués semblent accréditer la thèse d’une initiative isolée et doivent permettre de garder une attitude calme. La communauté catholique reste profondément attristée par l’assassinat d’Aurélie Châtelain qui semble bien avoir été perpétré par cet étudiant interpellé dimanche. Face à cette tragédie, elle exprime sa compassion à la famille et aux proches. La Conférence des Evêques de France salue l’attention portée par les hautes autorités de l’Etat et le soutien réaffirmé à la communauté catholique. Depuis les attentats de début janvier, l’Eglise en France est en lien étroit et régulier avec la cellule du ministère de l’intérieur chargée de la protection des lieux de cultes. Il en résulte une surveillance d’environ 200 églises et une vigilance particulière recommandée aux curés et aux paroissiens. Les évêques, dans leur diocèse, sont en relation régulière avec les Préfets. Aujourd’hui, la Conférence des Evêques de France estime prématuré de demander le renforcement de la protection des lieux de cultes catholiques. La partie du plan Vigipirate concernant cette protection pourra évoluer le cas échéant dans le cadre de la concertation menée avec le ministère de l’Intérieur. Concernant les églises, la Conférence des Evêques de France tient à rappeler qu’elles doivent rester des lieux ouverts, des lieux d’accueil, conforme à l’esprit même de la religion catholique. Dans le contexte d’aujourd’hui, renforcé par les drames vécus par les chrétiens d’Orient – et notamment après les exécutions de chrétiens éthiopiens dimanche dernier - la Conférence des Evêques de France rappelle l’importance de chercher, d’entretenir et d’amplifier le dialogue interreligieux et de ne pas se renfermer sur une attitude de méfiance. Ce n’est que dans ce dialogue et dans une connaissance réciproque approfondie que pourra se construire une société de paix et de liberté. (CEF, le 22/04/ 2015)

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 18:54

Résumé de l’homélie du père Frédéric Benoist

11 Janvier 2015

Eglise Notre-Dame du Raincy

Hommage rendu aux victimes des différents attentats

Fête du baptême du Seigneur

Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi je trouve toute ma joie » (Mc.1,11)

Prenons-nous bien conscience qu’il s’agit d’une manifestation de Dieu ? (une théophanie). Oui Dieu fait le choix de se manifester à l’humanité en son fils Jésus, ce dernier n’a pas besoin de savoir qu’il est fils de Dieu, il le sait déjà, ses parents le savaient. Cette manifestation est donc pour nous tous.

Alors prenons nous conscience que le baptême, notre baptême (qui puise sa source dans le baptême de Jésus) n’est pas simplement le fait de notre choix. Chrétien je le deviens par le baptême mais c’est aussi le choix de Dieu lui même, de manifester, de donner , de révéler son amour à l’être humain que je suis. Dieu réalise ainsi sa promesse inscrite dans les origines de la Bible : « l’homme est image et ressemblance de Dieu », il est sa créature aimée, donc aimante. Tout homme est une histoire sacrée. Oui tout homme. Ma foi est réponse à l’appel que Dieu m’adresse, il me révèle, il me manifeste son amour . Quant à moi je dois l’accueillir, l’assimiler au cœur de mon existences et de mon environnement , de mes relations. Voilà ce qu’est l’acte de foi.

Mais alors Seigneur comment l’homme peut il être si méchant , mauvais, destructeur, s’il est ta créature aimée et aimante ? Ma foi est mise à l’épreuve, notre foi a été mise à l’épreuve cette semaine dans notre pays. Trois hommes, ont commis l’irréparable, l’ignominie. L’émotion est vive. A ma porte. Cela ne doit pas me faire oublier le lot quotidien de personnes dans bien des parties du monde. Toutes ces victimes d ‘attentats, innocentes, dans le monde aujourd’hui.

Mais Dieu où es tu ?

Avons-nous bien entendu Dieu nous parler à travers la bouche du prophète Isaïe ? (première lecture) : « Prêtez l’oreille, venez à moi !, Ecoutez et vous vivrez, je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle… Car mes pensées ne sont pas vos pensées, mes chemins ne sont pas vos chemins… » (Is.55,3.8)

Oui Seigneur tes pensées nous dépassent, alors aucun homme ne peut parler ou agir en ton nom, sauf celui qui est venu faire ta volonté, ton Fils que tu nous as envoyé, Prince de la paix.

Aucun homme ne peut s’emparer et enfermer la pensée de Dieu. Ceux qui prétendent faire cela nient Dieu.

Alors au cœur de ma colère, au cœur de ma tristesse, de ma haine, de mon désir de vengeance, je dois écouter la pensée de Dieu… elle est nécessaire, elle est même indispensable.

Voilà pourquoi il ne faut pas cacher Dieu, il ne faut pas le mettre dans la sphère privée et individualiste. Si nous faisons cela nous donnons des armes aux terroristes et aux bourreaux qui croient parler et agir au nom de Dieu.

Je ne dois pas taire Dieu, chers chrétiens, je vous adresse cet appel solennel : et je crois que je dois le faire avec une force redoublée en ce jour : ne taisons pas Dieu. Ne cachons pas celui qui est venu nous révéler et accomplir l’œuvre d’amour de Dieu pour tous les hommes.

Une société ne peut pas grandir en paix et dans l’harmonie entre les hommes si Dieu est mis sous silence.

Dieu ne se laisse pas enfermer dans la pensée des hommes, il donne au contraire à ces pensées tout leur sens, leur dynamisme. L’homme s’en trouve alors transformé, transcendé, bref l’homme est véritablement homme.

Nous avons une responsabilité considérable pour nos enfants, pour notre monde d’aujourd’hui et de demain. Une prise de conscience urgente et nécessaire de raviver chez les chrétiens leur foi. Le dimanche est le jour du Seigneur. Nous devons répondre massivement à son appel pourquoi ? parce que c’est là qu’il nous livre sa Parole, c’est là qu’il nous nourrit.

Ce matin nous avons besoin que la parole de Dieu vienne transformer nos pensées et nos sentiments. Il doit en être ainsi dans les jours et semaines à venir.

J’en appelle à cette vraie prise de conscience. … Les événements qui sont en train de se passer doivent nous faire réagir.

Parents qui nous confiez vos enfants, je compte sur vous aussi. Vivez de l’Evangile, priez en famille, priez ensemble , discuter des événements de la vie et du monde en les confiant ensuite dans la prière…

  • invitation à prendre la feuille de prière

Chers jeunes collégiens et lycéens qui êtes là . permettez moi de vous dire quelque chose qui me tient à cœur. Méfiez vous et soyez vigilants par rapport au temps que vous passez sur les réseaux sociaux. Vous y cherchez des amis ? Allez d’abord les rencontrer physiquement autour de vous c’est plus sûr. Il n’y a pas que de bonnes nouvelles sur les informations qui circulent entre vous. Permettez moi de vous dire que vous êtes vulnérables, déjà nous adultes nous le sommes, mais vous l’êtes encore plus que nous car vos personnalités sont en cours de construction.

Pardonnez moi, je vais vous paraître ringard et utopique : et si vous passiez autant de temps à lire et étudier à prier la Parole de Dieu ? Plus vous lirez la Parole de Dieu, plus vous pourrez aller à la rencontre des autres. N’ayez pas peur d’aller parler avec votre copain juif ou musulman ou sans religion. Ne restons pas côte à côte dans l’ignorance sous prétexte de tolérance. Accueillez et grandissez dans l’accueil de la différence de l’autre.

En conclusion :

Avez vous vu dans cette église. J’ai déposé dix sept lumières

  • au pied de la crèche,
  • au pied de la croix où je me tiens
  • sur l’autel, et à coté le cierge pascal, le Christ ressuscité, lumière qui brille au cœur des ténèbres.

-> au pied de la crèche : Dieu s’est fait l’un de nous, il est venu rejoindre l’humanité en se faisant lui même homme. Ce petit enfant, c’est le « prince de la paix ». Je dépose donc ces dix sept lumières et je prie pour la paix. Seigneur donne nous ta paix.

-> au pied de la croix : un paroissien, hier m’a interpelé. Pourquoi n’avez vous mis que dix sept lumière et pas vingt ? oui où sont les trois lumière représentant les trois assassins.

Je vous le redis, ma foi est éprouvée. Sa question me dérange, mais il a raison. Alors je dois entendre cette parole que Jésus prononce sur la croix. : « Père pardonne-leur ils ne savent pas ce qu’ils font. Je confie ces trois jeunes, ces trois français, à ta justice Seigneur.

-> sur l’autel : l’autel est le lieu où nous déposons les offrandes. Celles du pain et du vin, où Dieu va signifier en son Fils son alliance d’amour « éternelle ». Mais c’est le lieu où nous venons aussi déposer toute notre humanité : notre travail, nos joies, nos labeurs . Oui toute notre humanité…

Dieu fait alliance : il prend toute notre humanité pour la transformer dans sa dimension d’amour. Encore une fois ses pensées ne sont pas nos pensées. Ses pensées purifient nos pensées. Le Christ est venu accomplir le désir de Dieu. Je dois me nourrir de cette force. Oui Seigneur je viens te déposer la vie de ces 17 victimes, mais aussi tous nos sentiments… transforme-les dans ton amour.

Frère et sœurs, voilà ce que nous devons nous dire et redire sans cesse :

« Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.

Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Laissons le Seigneur disposer nos pensées.

Père F. Benoist, 11 janvier 2015

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:05

Déclaration des grands responsables religieux du Raincy et de ses environs

suite à l’attentat perpétré à Paris Mercredi 7 Janvier

Au nom de l'Association de l'UDPP 93 (Union pour le Dialogue, le Partage et la Paix en Seine saint Denis), nous condamnons avec la plus grande fermeté l'attentat dont la rédaction du journal satirique "Charlie Hebdo" a été la victime.

Notre pensée et nos prières vont, en premier lieu, vers les victimes innocentes et leurs familles. Des policiers, dont l’un habitait Livry-Gargan, garants de l'ordre public ont aussi été l'objet de cette barbarie, fruit du fanatisme religieux, du terrorisme, qui menacent nos sociétés.

Faisons confiance au travail des pouvoirs publics et de la justice pour trouver la juste réponse à cet acte ignoble qui ne peut être commis de quelque façon que ce soit au nom de Dieu.

Nous ne pouvons pas nous taire. Sans nous lasser, nous devons continuer humblement ce travail de rencontre, de dialogue, entre les différentes traditions religieuses, en collaboration avec les autorités civiles , pour ensemble, au nom des valeurs de liberté et de fraternité, fierté de notre pays, auxquelles nous sommes tous attachés, lutter contre tout fanatisme, et toute violence, quelles qu'en soient leurs provenances.

Rabbin Moché LEWIN, Communauté juive

Père Frédéric BENOIST, Communauté catholique

Imam Lahcene LABLACK , Communauté musulmane

Pasteur Serge WÜTRICH, Communauté protestante

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens