Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 12:54

LUNDI SAINT

 

Nous nous mettons (je me mets) devant la croix , le nouveau Testament ouvert sur l’évangile du jour, un lumignon…
 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

le Père ou la mère de famille ou le plus ancien(ne) :

Béni soit, Dieu, notre Père, qui nous rassemble et nous accueille en son Fils Jésus Christ,                                               le juste souffrant.

Bénissons le ensemble d’une même voix et d’un même cœur.

Tous : Béni sois tu notre Dieu, maintenant et toujours.

 

Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant… 

Le juste souffrant, le Seigneur qui a pris notre humanité, murmure ces paroles car il vit un temps d’épreuve.

Avec Lui, élevons nos supplications, nos cris à son Père et notre Père.

PSAUME : 41

2 Comme un cerf altéré
   cherche l'eau vive, *
ainsi mon âme te cherche
   toi, mon Dieu.

3 Mon âme a soif de Dieu,
   le Dieu vivant ; *
quand pourrai-je m'avancer,
   paraître face à Dieu ?


4 Je n'ai d'autre pain que mes larmes,
   le jour, la nuit, *
moi qui chaque jour entends dire :
   « Où est-il ton Dieu ? »

5 Je me souviens,
   et mon âme déborde : *
 en ce temps-là,
   je franchissais les portails !

Je conduisais vers la maison de mon Dieu
   la multitude en fête, *
parmi les cris de joie
   et les actions de grâce.

R/ 6 Pourquoi te désoler, ô mon âme,
   et gémir sur moi ? *
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
   il est mon sauveur et mon Dieu !
   
7 Si mon âme se désole,
   je me souviens de toi, *
depuis les terres du Jourdain et de l'Hermon,
   depuis mon humble montagne.

8 L'abîme appelant l'abîme
   à la voix de tes cataractes, *
la masse de tes flots et de tes vagues
   a passé sur moi.

9 Au long du jour, le Seigneur
   m'envoie son amour ; *
et la nuit, son chant est avec moi,
   prière au Dieu de ma vie.

10 Je dirai à Dieu, mon rocher :
   « Pourquoi m'oublies-tu ? *
Pourquoi vais-je assombri,
   pressé par l'ennemi ? »

11 Outragé par mes adversaires,
   je suis meurtri jusqu'aux os, *
moi qui chaque jour entends dire :
   « Où est-il ton Dieu ? »

R/ 12 Pourquoi te désoler, ô mon âme,
   et gémir sur moi ? *
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
   il est mon sauveur et mon Dieu !

 

Et moi, qu’est-ce qui me soutient au temps de la détresse ?

Quel stick (verset) me touche le plus ?

Je peux répéter ce verset toute la journée en faisant la cuisine, en repassant… 

 

Introduction à l’Evangile

La Parole de Dieu est une lumière sur notre vie et une nourriture pour notre route. Que l’Esprit du Seigneur ouvre nos cœurs et nous aide à accueillir cette Parole pour qu’elle porte en nous du bon fruit.

Acclamation

Louange à toi, Seigneur,
Roi d’éternelle gloire !
Salut, ô Christ, notre Roi :
toi seul as pris en pitié nos égarements.
Louange à toi, Seigneur,
Roi d’éternelle gloire !

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 12, 1-11)

 

Six jours avant la Pâque,
Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare,
qu’il avait réveillé d’entre les morts.
          On donna un repas en l’honneur de Jésus.
Marthe faisait le service,
Lazare était parmi les convives avec Jésus.

          Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur
et de très grande valeur ;
elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus,
qu’elle essuya avec ses cheveux ;
la maison fut remplie de l’odeur du parfum.
          Judas Iscariote, l’un de ses disciples,
celui qui allait le livrer,
dit alors :
                   « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum
pour trois cents pièces d’argent,
que l’on aurait données à des pauvres ? »
          Il parla ainsi, non par souci des pauvres,
mais parce que c’était un voleur :
comme il tenait la bourse commune,
il prenait ce que l’on y mettait.
          Jésus lui dit :
« Laisse-la observer cet usage
en vue du jour de mon ensevelissement !
                   Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,
mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »

          Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là,
et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus,
mais aussi pour voir ce Lazare
qu’il avait réveillé d’entre les morts.
          Les grands prêtres décidèrent alors
de tuer aussi Lazare,
          parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,
s’en allaient, et croyaient en Jésus.

                        – Acclamons la Parole de Dieu.

 

Jésus s’est retiré chez ses amis intimes.

Lazare tient compagnie à Jésus, c’est la communion de la table,

Marthe assure le service.

L’heure de sa Passion n’est pas venue mais elle s’approche.

Marie oint les pieds de Jésus,

C’est un geste d’adoration

elle le prépare à sa mise au tombeau.

Chacun à sa manière exprime sa gratitude au Seigneur.

 

Et moi, nous, comment allons-nous être en communion avec Jésus,

Comment regardons-nous ceux qui assurent aujourd’hui le service du malade ?

Notre société fabrique des pauvres, comment assurons-nous, même confinés, le service du frère ?

Temps de silence

Dieu nous communique son Esprit d’unité et de communion. Nous pouvons lui parler comme Jésus nous l’a enseigné :

 

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Car c'est à Toi qu'appartiennent le Règne,

la puissance et la gloire aux siècles des siècles

Amen

 

Bénédiction

Le plus ancien(ne) bénit l’assemblée :

Que Dieu notre Père, le Père de toute miséricorde,

 

Qui nous a donné dans la passion de son Fils

la plus belle preuve de son amour:

nous bénisse et nous garde,                                                                                                                                      qu’il fortifie l’amour fraternel que nous portons les uns pour les autres,                         

qu’il nous apporte la paix et la guérison.

 

Béni sois Dieu, maintenant et toujours

 

 

1 Vous qui ployez sous le fardeau
Vous qui cherchez le vrai repos

Ne craignez pas pour votre corps
Ne craignez pas devant la mort
Levez les yeux vers le Seigneur
Criez vers lui sans perdre cœur

2 Vous qui tombez sur le chemin
Le cœur blessé par les chagrins

Ne craignez pas pour votre corps
Ne craignez pas devant la mort
Levez les yeux vers le Seigneur
Criez vers lui sans perdre cœur

3 Vous qui pleurez dans vos prisons
Vous qui fuyez votre maison

Ne craignez pas pour votre corps
Ne craignez pas devant la mort
Levez les yeux vers le Seigneur
Criez vers lui sans perdre cœur

Michel Scouarnec – Jo Akepsimas

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Messe en ligne
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 12:48
Feuille quotidienne pendant le confinement : 6 avril 2020

Chères paroissiennes, chers paroissiens… Vous étiez très nombreux l’année dernière à être venus célébrer la solennité des Rameaux… Nous nous étions préparés, cette année, le père Modeste et moi, on s’était fait beau !…. Et voilà…. Où étiez vous ???... Du coup on a pris une photo de nous, pour que vous ne nous oubliez pas complètement, enfin… pas si vite !   Bon on voulait simplement vous dire que vous nous avez bien manqué… Promis !  vous ne recommencez pas une prochaine fois ! … Pour cela, Protégez vous aujourd’hui , protégez les autres, et respectez bien les règles du confinement, même, et nous dirions surtout ,au bout de ces vingt jours.  Croyez que nous pensons bien à vous, que nous prions pour vous au quotidien. On s’est déjà fait une raison pour Pâques… mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. ..

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

 

Date :  Lundi 6 Avril Lundi Saint

 

 

 

Textes du jour : Isaïe 42,1-7 ; Psaume 26 ; Jean 12,1-11

 

 

Commentaire

Là où l’évangéliste Luc -7,36-49 – nous donne le récit de l’onction donnée à Jésus par une femme pécheresse chez Simon le pharisien, Jean place la scène à Béthanie dans la maison de l’amitié vécue et éprouvée par le décès de Lazare chez Marthe et Marie. Dans saint Luc, la rencontre avec Marthe et Marie se fait au cours d’un repas, où Marthe est prise par le service et s’en prend à sa sœur. Marie écoute le Seigneur Lc.10,38-42). Ce récit est précisément situé entre la charité attentive du Bon Samaritain  (Lc. 10, 29-37) et le désir de la prière des disciples « Seigneur, apprends-nous à prier. » (Lc. 11,1ss) .                                                                          

Jean, à son tour met en scène un repas en l’honneur de Jésus, et Marie, comme la femme pécheresse dans Luc, verse du parfum sur les pieds de Jésus, un parfum de grand prix qui révèle aussi l’impasse de Judas.  De la femme aux nombreux péchés qui a montré beaucoup d’amour- Lc 7,47 – à l’amie fidèle de la maison de Béthanie, la tradition spirituelle a souvent identifié les deux en une seule figure, dans une interprétation qui met en lumière la puissance de l’Amour. Recevoir Jésus en sa demeure, c’est recevoir le « Pauvre de Dieu », « Lui qui ne retint pas sa condition divine, dépouillé, devenant semblable aux hommes, reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. » Ph 2,5-8. L’onction sur Jésus fait par une femme nous évoque l’onction royale du prophète sur le roi 1 Sm10,1 – 1 Sm 16,13, qui devient l’Oint. Prophète, Marie l’est en vérité. Son geste nous désigne Jésus le Christ, Serviteur de Dieu, en Béthanie, « maison du pauvre ». Voilà qui nous laisse présager l’onction et l ‘embaumement du corps de Jésus au moment de sa mort et au matin de la résurrection…

 

Paroles du pape François  : Jésus a éprouvé l’abandon total, la situation qui lui est la plus étrangère, afin de nous être solidaire en tout. Il l’a fait pour moi, pour toi, pour te dire: “N’aie pas peur, tu n’es pas seul. J’ai éprouvé toute ta désolation pour être toujours à ton côté »                                                                                                                                            Dieu nous a sauvés en nous servant. En général nous pensons que c’est à nous de servir Dieu. Non, c’est lui qui nous a servi gratuitement, parce qu’il nous a aimé en premier

 

Intentions de prière : Jeanine Constant est décédée en cette fête des Rameaux, nous adressons toutes nos prières à Monique Crouzier, sa fille, et à toute la famille. Nous prions aussi pour Laurent Genuyt, beau frère de Dominique Darbois, décédé à Amiens. Nous prions aussi pour Monique Petitimbert dont les funérailles sont célébrées Lundi à 10h

 

 

 

 

PRIERE A LA VIERGE MARIE

 

Permets, Vierge Marie,

que nous nous adressons à toi, comme à ton fils Jésus, en toute simplicité, en toute amitié en ce moment difficile. N'es-tu pas Notre Mère ?

Ne sommes-nous pas tes enfants ? Ton nom fut un des premiers sur nos lèvres, un des premiers aussi dans nos cœurs.

Sur nos chemins, tu es là, fidèle et discrète, attentive et bienveillante.

Avec toi, nos peines et nos misères sont moins lourdes et moins amères.

N'es-tu pas la « CONSOLATION DES AFFLIGÉS » ?

 

Avec toi, aucune hésitation, aucune inquiétude. N'es-tu pas la « MÈRE DU BON CONSEIL » ?

Avec toi, tout espoir est fondé, toute attente est permise. N'es-tu pas la « VIERGE PUISSANTE » ?

Avec toi, le bonheur est possible, l'amitié est sans nuages.

N'es-tu pas la « CAUSE DE NOTRE JOIE » ?

Tu connais nos faiblesses, excuse-nous auprès de Notre Dieu.

N'oublie pas ceux qui t'auraient oubliée.

Ils ont tellement besoin de toi. N'es-tu pas le « REFUGE DES PÉCHEURS » ?

 

Tu connais les dangers, protège-nous.

Protège aussi nos parents, nos amis, tous ceux que nous aimons, et pourquoi pas aussi, ceux qui ne nous aiment pas. Nous les confions tous à ton amour maternel.

Garde nos mains dans la tienne pour traverser la vie. Et quand le Seigneur nous rappellera, ne nous abandonne pas. Sois bien là tout près de nous.

Présente-nous à ton fils Jésus et dis-lui qu'après tout c'est bien lui que nous cherchons, avec beaucoup de sincérité, malgré nos erreurs, malgré nos péchés. N'es-tu pas la « PORTE DU CIEL » ?

 

Vierge Marie, voilà notre prière.

Au-delà de nos mots, tu connais nos pensées.

Toi qui as si bien compris les silences de Jésus, tu peux comprendre aussi les nôtres.

Ils contiennent tout ce que nous ne pouvons t'exprimer.

Ils voudraient surtout te dire, comme il convient, notre amour et notre confiance, et aussi notre joie de te savoir près de nous.

Amen.                                                                                                           Père Modeste , Rameaux 2020

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 23:37

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  Dimanche 5 Avril Solennité des Rameaux

 

L’autre que nous attendons

 

    Dans la Règle de St Benoît au chapitre 49 : "Le moine… attendra la Sainte Pâque avec la joie du désir spirituel". Nous voici à pied d'œuvre… […] Saint Benoît ne va-t-il pas à l’encontre du climat qui prévaut souvent, en Occident du moins, durant le Carême, la Passion, la Semaine Sainte : ne met-on pas la joie en quarantaine ? Nous avons méticuleusement expurgé notre Office de tout Alleluïa (soigneusement rangé dans la sacristie des fêtes pour qu’il y attende lui aussi la Pâque avec la JOIE qu’il exprime). La Joie n’est-elle pas déplacée au chevet de ce moribond qui n’en finit pas de monter vers Jérusalem et la Croix ? [Jésus et les siens] partent pour le mont des oliviers, et c’est là précisément que nous l’avons bien entendu nous confier, tandis que nos yeux menaçait le sommeil, et notre cœur, l’ennui : Mon âme est triste à en mourir… Qohélet n’avait-il pas raison de dire : Il y a un temps pour naître …un temps pour mourir… un temps pour rire et un temps pour pleurer. N’y aurait-il pas un temps pour Vendredi Saint et un temps pour Pâques ? Cette question, c’est à nos joies qu’il nous faut la poser. Et Saint Benoît ajouterait : c’est de la Joie de l’Esprit Saint qu’il nous faut en attendre la réponse. En fait, la Joie n’est pas absente des six jours que la liturgie a réunis dans cette célébration du Dimanche des Rameaux et de la Passion. On la retrouve sous certains de ses aspects les plus familiers : - Joie de la foule accueillant son roi, (joie servile, joie versatile) … et en contraste, la solitude dévastée de Gethsémani. - Joie des prêtres accueillant la bonne nouvelle de la trahison que Judas trame (joie sordide, joie sournoise)… et en contraste, les disciples devenant tout tristes quand Jésus dénonce cette forfaiture. - Joie et moqueries de la soldatesque chez Pilate, ou des chefs des prêtres et des scribes au Calvaire (joie méchante, joie mauvaise)… et en contraste, le cri du centurion quand tout est fini et qu’il n’y a plus que lui pour reprendre dans la foi nue le cri de la foule : Hosanna au fils de David… Hosanna à ce vrai fils de Dieu. Les yeux fixés sur l’initiateur de la foi et qui la mène à son accomplissement. Lui qui, au lieu de la joie qui lui était proposée endura l’opprobre de la croix. Hé 12, 2… Et c'est l'épître aux Hébreux qui nous aide à situer cette joie difficile sur son registre propre, celui de l'éducation : nous avons tout à apprendre de la Croix, si nous voulons devenir fils à la façon du Fils unique. […] La joie à récolter dans la peine. Comprendre ainsi l’attitude du Christ qui mène ses disciples avec Lui à la croix et attend d’eux qu’ils la reçoivent comme une « éducation » à la joie, motivée par elle (la Croix), et renaissant d’elle (la Croix). Je suis le chemin…de la Joie, de la Joie de plus tard. Il y faut une mort à soi-même… […] Saint Paul : Je surabonde de joie dans toutes mes tribulations… Saint Jacques : Tenez pour une joie suprême d’être en butte à toutes sortes d’épreuves… Saint Pierre : Dans la mesure où vous participez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous… car l’Esprit de Gloire, l’Esprit de Dieu repose sur vous.

Extrait d’une homélie à l’occasion de la fête des Rameaux de Christian de Chergé, 1985 (Ed. Bellefontaine 2009)

 

 

Chrisitian de Chergé : prêtre catholique ordonné dans le diocèse de Paris en 1964 . Il est devenu ensuite moine Cistercien, il est un des 7 moines de Tibhirine, vivant en Algérie, pris en otage et assassiné en 1996.

 

Parole du pape François le 3 Avril au soir dans un message vidéo :

Célébrons cette Semaine Sainte « d’une manière vraiment inhabituelle », c’est-à-dire en manifestant encore plus « le message de l’Évangile, celui de l’amour sans limite de Dieu

Avec une pensée particulière pour « vos familles qui vivent une vie insolite pour éviter la contagion » avec « la vivacité des enfants et des jeunes qui ne peuvent pas sortir », tous les malades et « les héros de tous les jours, de toutes les heures  qui en prennent soin ou s’évertuent à garantir les services essentiels de la société. « Célébrons la Semaine Sainte d’une manière vraiment inhabituelle, qui manifeste et résume le message de l’Évangile, celui de l’amour sans limite de Dieu. Et dans le silence de nos villes, l’Évangile de Pâques résonnera, affirme le pape. Cette foi de Pâques nourrit notre espérance. (…) C’est l’espérance d’un temps meilleur, dans lequel nous pouvons être meilleurs, enfin libérés du mal et de cette pandémie. C’est une espérance : l’espérance ne déçoit pas ; ce n’est pas une illusion, c’est une espérance. »

En conclusion, le pape invite chacun à faire « un geste de tendresse envers ceux qui souffrent, envers les enfants, envers les personnes âgées », en les assurant que « le pape est proche d’eux ».

 

Rappel :

Vivre la solennité des Rameaux confinés.

 

 Nous sommes tous invités à fleurir les portes ou les fenêtres de nos logements, de nos maisons, en y attachant un petit bouquet de branchages, ou bien une fleur, voire même un dessin de branchage afin que chaque foyer se sente prêt à accueillir Jésus. Nous pouvons aussi confectionner et déposer une banderole avec l’inscription « Hosanna »(*). Les enfants peuvent aussi dessiner et afficher leurs dessins dehors.

 

(*) La signification de « Hosanna » est donc: « Hourra pour le salut! Il vient! Il est là! Salut! Salut! »

 

 

 

 

Messes télévisées : Une messe sera présidée à la cathédrale de Saint Denis à 11h. par notre évêque , Pascal Delannoy, et retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

La messe du Jour du Seigneur sur France 2 est à 10h40

Sur Kto : à 10h. la messe est retransmise de Lourdes ; à 11h. la messe est retransmise de Rome ; à 18h30 la messe est célébrée par Mgr Aupetit, archevêque de Paris, en la paroisse St Germain de l’Auxerrois

 

Notre église est ouverte toute la journée de 8h. à 20h. Aucune messe n’est célébrée, il n’y a pas, cette année, de bénédiction des rameaux.

Les cloches de notre église sonneront comme un dimanche à 10h30

 

Intentions de prière : Pour le décès de monsieur Raymond Castel, papa de Catherine Polouet, décédé du Covid19 ; Pour le père Michel Picard, mis pour 10 jours dans un coma artificiel.

 

Quand la nuit est là, quand la lumière n'a pas de nom en dehors de la foi, Dieu de toute aurore avec ton Fils en agonie, nous voulons Te bénir encore.

Quand la blessure est là, quand la vie n'a pas de nom en dehors de ta volonté, Dieu affrontant toute mort avec le Fils blessé à jamais, Nous voulons Te glorifier encore.

 

Quand la lutte est là, quand la victoire n'a pas de nom en dehors de l'amour, Dieu toujours plus fort, avec le Fils héritier de nos morts, nous voulons T'adorer encore.                                      Christian de Chergé

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 21:34

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Catéchèse pour tous
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 21:29

Le 03/04/2020

Idées pour vivre la Semaine Sainte en famille

 

 

Avec le Magnificat Junior n 154: lire le reportage : La semaine Sainte en famille p 10

Aussi lire les textes de la parole de Dieu au fil des jours dans le livret de messe spécifique ;

Au cas ou le magnificat Junior est en accès libre sur /https://francais.magnificat.net/flipbook/JUNIOR/semaine_sainte/

 

 

Bricolage

http://www.idees-cate.com/bricolages/semainesainte.html

 

BOUGIES DE LA SEMAINE SAINTE (sur idéescaté.fr) du CE2 au CM2 (ou CM1 et CM2)
Photocopier les deux PDF. Découper et colorier. Coller les deux parties ensemble. Puis plier en accordéon le long des traits noirs.

Colorier et peut être demander d’inscrire une prière, une intention …

 

Vidéos

 

Sur le site Théobule : www.théobule.org :

Les Rameaux - Mt 21, 1-17

Le lavement des pieds - Jn 13, 1-15

Ceci est mon corps - Lc 22, 7-21

Au jardin de Gethsémani - Mc 14, 32-46

Le procès de Jésus, le reniement de Pierre - Mc 14, 53-72

La crucifixion de Jésus - Mt 27, 32-54

Le bon larron, tu seras avec moi - Lc 23, 39-49

La résurrection de Jésus - Jn 20, 1- 9

Sur la route d'Emmaüs - Lc 24, 13-27

Reconnu à la fraction du pain - Lc 24, 28-35

 

En route vers Jérusalem :

https://croire.la-croix.com/Les-videos-Croire.com/La-Bible-en-video-pour-les-enfants/Raconte-moi-la-Bible-En-route-vers-Jerusalem

 

« la semaine sainte » playmobil : version courte

https://www.youtube.com/watch?v=AX_2khKa2Sw

« la semaine sainte »  playmobil : version longue

 https://youtu.be/4YjBoCnz1V0

 

chemin de croix « prions en eglise junior » :

https://static.bayard.io/prionseneglise.fr/ebook/PRJ_CDC_Enfants.pdf#_ga=2.3417203.23234718.1585567119-951718575.1580231235

 

« La fête des Rameaux » par Sylvie on live :

https://www.youtube.com/watch?v=4C9ypecHhCs

 

La résurrection de Lazare :

https://www.youtube.com/watch?v=uwRQyHrROEs

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Catéchèse pour tous
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 21:21

Solennité des Rameaux

 

 

Nous commençons en ce dimanche notre Semaine Sainte. Elle est déroutante cette année, pour ne pas donner d’autres adjectifs, compte tenu de la pandémie du Covid19. Mais dites moi, avant d’aller plus loin dans notre méditation, permettez moi d’avoir une pensée pour tous les chrétiens de par le monde, qui, depuis des années ne peuvent pas célébrer dignement la Semaine Sainte. Je pense en premier lieu à mes frères chrétiens d’Orient qui sont encore  fortement éprouvés en Syrie, en Irak ; je pense à tous les chrétiens martyrs en Afrique ou en Asie ; je pense à  tous les chrétiens de Chine ou d’autres dictatures pour qui la liberté religieuse est un rêve illusoire.  Mon confinement, le votre, chers Raincéens est pas si pénible que ceux-là.

 

La Semaine Sainte commence donc par la procession festive, avec les rameaux d’olivier, du peuple de Jérusalem qui accueille Jésus.  C’est pour ce dernier, le commencement de la fin d’une longue marche. Accompagné de ses disciples, Jésus a sillonné dans les  villes et villages, à la rencontre des population, pour sans cesse, annoncer la Parole de Dieu. Cette Parole de Dieu a touché tous les cœurs , mais pas de la même façon.

Cette Semaine Jésus avance dans le mystère profond de sa mort et de sa résurrection.

 

Nous venons de lire la Passion selon saint Matthieu. Il serait bon de se poser une  question : Qui suis-je devant Jésus qui entre à Jérusalem ?

 

Suis-je comme ces foules rencontrées de ville en ville et de village en village par Jésus, capable d’exprimer ma joie de la rencontre, de le louer ? OU suis-je celui qui prend de la distance, qui me détourne ? Qui suis-je donc pour vouloir ou pouvoir suivre Jésus qui souffre ?

 

Dans ce récit de la Passion, nous avons observé beaucoup de personnages, nous avons entendu beaucoup de noms : les dirigeants, les prêtres, les pharisiens, les maitres de la Loi, ceux qui avaient décidé la mort de Jésus d’une manière ou d’une autre. Sui-je comme ceux la ?

Il ya aussi d’autres noms : Judas, trente pièce de monnaie, voilà le prix de la vie de son ami.  Suis-je comme Judas ?

Il ya les disciples qui ne comprennent rien en fait, ils s’endorment alors que Jésus souffre. Suis je ce dormeur ? Suis-je comme les disciples qui ne comprenaient pas ce qu’était trahir Jésus ? Suis-je comme ce disciple tenté de résoudre la crise par l’épée, la violence ? Suis-je comme lui ?

 

 Suis je comme Pilate ? Quand il voit que la situation est difficile , il s’en lave les mains, il n’assume pas sa responsabilité, il laisse un innocent se faire condamner. 

 

Suis-je comme la foule, c’est peut être plus facile pour se dérober, passer plus inaperçu… Cette foule a sans doute confondu  réunion religieuse, jugement, ou scène digne d’un cirque. Oui cette foule fait libérer Barrabas. Après tout …

Suis-je comme les soldats qui frappent le Seigneur, l’humilient, le dépouillent de sa dernière dignité : ses vêtements, en signe de divertissement ?

Suis-je comme ceux qui suivent Jésus dans son chemin de croix et qui se moquent de lui ?

 

Suis-je comme Symon de Cyrène qui revenant fatigué du travail quotidien a eu la bonne volonté d’aider le Seigneur

Suis-je comme ces femmes courageuse, et comme la mère de Jésus, qui sont restées jusqu’au bout et qui ont souffert avec le Christ en silence et dans les larmes ?

Suis-je comme le disciple Joseph, le disciple de la dernière heure qui porte le corps de Jésus et qui le dépose avec respect dans son lieu de sépulture ?

Suis-je comme les deux Marie qui demeure devant le sépulcre, pleurant et priant. ?

Suis-je comme ces chefs qui le lendemain iront trouver Pilate pour ordonner aux gardes de rester devant le tombeau ? Ce Jésus est un imposteur, il osait parler de sa résurrection…

 

Où est mon cœur ? car Jésus ici concentre sur lui toutes les souffrances , toutes les fragilités, toutes les incompréhensions, tous les péchés petits ou grands de la vie des hommes d’hier et d’aujourd’hui.  Mais il porte aussi tous les germes d’espérance et de vie… Trop tôt pour en parler ? … peut être, Mais les Rameaux nous préparent aussi à Pâques, j’espère que vous l’aurez bien compris.

 

 Frères et sœurs chrétiens, cher Raincéennes et Raincéens, cette fête des Rameaux est pour nous en en effet très particulière. Cette fête réunit d’habitude dans nos églises une très grosse assemblée. Pratiquant régulier ou non, chacun repart d’habitude avec un brun de rameau ou d’olivier. Ils symbolisent notre attachement à Celui qui entrent triomphalement à Jérusalem. Ils signifient la Vie plus forte que la mort. Cette année il n’y a pas de bénédiction des rameaux, mais je vous invite à mettre, si vous le pouvez, à vos fenêtres, des branchages verts, je vous invite a confectionner en famille une banderole que vous accrocherez à votre balcon avec l’inscription « Hosanna ». Les enfants , vous pouvez montrer tous vos talents d’artistes en exposant de beaux dessins.  Ce sera notre manière d’extérioriser, ce qui de toute façon doit être et demeure une démarche intérieure de prière et de conversion. C’est pour chacune et chacun, croyants ou non, que le Christ a souffert.

 

Cette immense crise mondiale du Coronavirus nous déboussole complètement. En quelques semaines l’équilibre économique,  politique, social, sanitaire, environnemental, de notre planète se trouve modifié. Une telle crise, dans de telle proportion, était il y a encore quelques semaines inimaginables au sein de nos société hyper performantes et agitées. Reconnaissons le toutes et tous humblement, quel que soit nos degrés de responsabilité, dans la société.

 

Une question se pose déjà : Comment allons-nous sortir de cette crise ? Non pas simplement dans quelques semaines de la manière où nous sortirons du confinement qui doit encore durer. Comment allons nous sortir et tirer des leçons de cette crise ?  Serons nous différents ? Allons nous changer collectivement nos modes de vie ?  C’est bien toute notre civilisation qui est ici interrogée, et c’est ensemble que nous aurons à reconstruire un monde après ; surtout pas chacun dans son coin. Car c’est bien la civilisation de l’individualisme  et de libéralisme effréné qui est mise en procès., qu’on le veuille ou non.  Nous sommes brutalement, violemment, renvoyés à nous mêmes, dans nos fragilité dans notre finitude, dans notre mortalité. Une angoisse de la mort nous envahit tous, sans pour autant aliéner, enfin je l’espère, la joie de vivre et d’exister.  Cette Semaine Sainte qui s’ouvre prend un sens profond : en effet, en cette fête des Rameaux, se mêlent des sentiments de tristesse, de peur, d’angoisse, de souffrances, mais aussi, des sentiments de joie et d’espérance. Le Christ marche avec nous, plus exactement cette semaine , ce sont nos pas qui sont invités à suivre ceux de Jésus. Peur de Jésus devant la mort qui l’attend, peur de toute ces violences. Mais aussi conviction profonde qu’en allant jusqu’au bout, la Justice de Dieu rayonnera.

Ce temps du confinement, qui va durer encore quelques semaines et que nous devons tous respecter, même si le printemps nous fait un clin d’œil, même si nous serions tentés de « partir en vacances » doit nous préparer à retrouver le sens  profond de la vie, d’être joyeux malgré toutes les peines et souffrances que nous accompagnons et accompagnerons.

 

Je vais maintenant prononcer une parole de bénédiction pour toutes nos familles, pour tous les habitants de notre ville 

 

 

 

 

Dieu, qui fait de toute femme et de tout hommes des créatures à son image et à sa ressemblance

Toi qui n’es jamais loin de nous

et qui garde sous ta protection ceux qui se confient en toi

nous te prions

Que ta grâce précède, accompagne, protège, chacune de nos familles, de nos foyers, de nos personnes contre toutes les adversités que nous vivons ou subissons.

Donne-nous la grâce de nous en remettre en toi quand nous faiblissons ou doutons

Encourages en nous tous les efforts que nous accomplissions autour de nous

Dirige nos chemins pour que nous avancions dans la paix

Accomplis en chacune et chacun d’entre nous Ta promesse de vie éternelle.

 

+

 

Par Jésus-Christ ton Fils, Notre Seigneur

Qui règne avec toi et le Saint Esprit

Pour les siècles des siècles . AMEN

 

DIMANCHE DES RAMEAUX ET DE LA PASSION DU SEIGNEUR

 

L'ENTRÉE MESSIANIQUE DU SEIGNEUR A JÉRUSALEM

 

 

 

 

 

Là où c’est possible dans nos maisons, foyers et hôtels, nous aménageons un coin de prière.
 Une croix est déposée ainsi que l’icône de l’entrée messianique du Seigneur à Jérusalem que nous pouvons photocopier et déposer d’une manière belle ou l’accrocher au mur. Le nouveau Testament est ouvert sur le 1er évangile du jour, un lumignon (pas de lumignon à l’hôtel)

 

Introduction :

Après quarante jours de carême vécus d’une manière inattendue

dont vingt jours de confinement,

Où nous avons essayé

de préparer nos cœurs

par le partage, la prière et la pénitence,

 

nous voici,

dispersés physiquement mais,

unis par un désir de communion

avec notre évêque et le peuple de Dieu d’ici et d’ailleurs

afin d’entrer en semaine sainte

pour commencer avec toute l'Église

la célébration du Mystère pascal,

où nous faisons mémoire de la mort et de la résurrection de notre Seigneur.

 

Faisons sur nous le signe de la Croix 

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

 

Aujourd'hui, le Christ entre à Jérusalem, la Ville sainte,

où il va mourir et ressusciter.

Mettons toute notre foi

à vivre  maintenant le souvenir

de cette entrée triomphale de notre Sauveur,

En écoutant l’évangile :

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21, 1-11

    Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem,
arrivèrent en vue de Bethphagé,
sur les pentes du mont des Oliviers.
Alors Jésus envoya deux disciples
            en leur disant :
« Allez au village qui est en face de vous ;
vous trouverez aussitôt une ânesse attachée
et son petit avec elle.
Détachez-les et amenez-les moi.
    Et si l’on vous dit quelque chose,
vous répondrez :
‘Le Seigneur en a besoin’.
Et aussitôt on les laissera partir. »
    Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète :
    Dites à la fille de Sion :
Voici ton roi qui vient vers toi,
plein de douceur,
monté sur une ânesse et un petit âne,
le petit d’une bête de somme.

    Les disciples partirent
et firent ce que Jésus leur avait ordonné.
    Ils amenèrent l’ânesse et son petit,
disposèrent sur eux leurs manteaux,
et Jésus s’assit dessus.
    Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ;
d’autres coupaient des branches aux arbres
et en jonchaient la route.
    Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient
criaient :
« Hosanna au fils de David !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Hosanna au plus haut des cieux ! »
    Comme Jésus entrait à Jérusalem,
toute la ville fut en proie à l’agitation,
et disait :
« Qui est cet homme ? »
    Et les foules répondaient :
« C’est le prophète Jésus,
de Nazareth en Galilée. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

RÉPONS

A l'entrée du Seigneur dans la Ville sainte,

les enfants, portant des palmes et des rameaux d'olivier,

annonçaient la résurrection;

Avec eux, nous chantons:

Hosanna, hosanna, hosanna au plus haut des cieux ! (2)

 

Quand le peuple apprit que Jésus arrivait à Jérusalem, il sortit à sa rencontre.

Avec eux, nous chantons :

Hosanna, hosanna, hosanna au plus haut des cieux! (2)

 

A ceux qui demandaient qui est cet homme ?

les foules répondaient :
« C’est le prophète Jésus,
de Nazareth en Galilée. »

Avec eux, nous chantons :

Hosanna, hosanna, hosanna au plus haut des cieux ! (2)

 

En communion avec tous nos malades qui ne peuvent pas chanter aujourd’hui

En leur nom, nous chantons :

Hosanna, hosanna, hosanna au plus haut des cieux ! (2)

 

SILENCE

 

Prions le Seigneur,

Augmente notre foi car nous espérons en toi, Seigneur ;

exauce la prière qui monte vers toi :

regarde les souffrances de nos malades

et le dévouement illimité du corps médical.

 

Sans  pouvoir porter les rameaux

nous acclamons dans nos cœurs le triomphe du Christ.

 

 

pour que nous portions en lui des fruits

qui te rendent gloire,

donne-nous de vivre comme lui en faisant le bien. Amen

 

Et maintenant, nous entrons dans l’ultime préparation

En suivant le Christ dans sa passion jusqu'à la croix

pour avoir part à sa résurrection et à sa vie.

 

 

Acclamation

ÉVANGILE

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.
Pour nous, le Christ est devenu obéissant,
jusqu’à la mort, et la mort de la croix.
C’est pourquoi Dieu l’a exalté :
il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom.
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. (cf. Ph 2, 8-9)

Ecoutons l’évangile :

 

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 26, 14 – 27, 66)

Si nous sommes nombreux à la maison, nous pouvons proclamer l’évangile à plusieurs voix,

Autrement, une ou deux personnes peuvent le lire.

Les sigles désignant les divers interlocuteurs sont les suivants :
X = Jésus ; L = Lecteur ; D = Disciples et amis ; F = Foule ; A = Autres personnages.


    L. En ce temps-là,
    l’un des Douze, nommé Judas Iscariote,
se rendit chez les grands prêtres
    et leur dit :
D. « Que voulez-vous me donner,
si je vous le livre ? »

L. Ils lui remirent trente pièces d’argent.
    Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable
pour le livrer.
    Le premier jour de la fête des pains sans levain,
les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus :
D. « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs
pour manger la Pâque ? »
    L. Il leur dit :
X.  « Allez à la ville, chez un tel,
et dites-lui :
‘Le Maître te fait dire :
Mon temps est proche ;
c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque

 

avec mes disciples.’ »
    L. Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit
et ils préparèrent la Pâque.

    Le soir venu,
Jésus se trouvait à table avec les Douze.
    Pendant le repas, il déclara :
X.  « Amen, je vous le dis :
l’un de vous va me livrer. »
    L. Profondément attristés,
ils se mirent à lui demander, chacun son tour :
D. « Serait-ce moi, Seigneur ? »
    L. Prenant la parole, il dit :
X.  « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi,
celui-là va me livrer.
    Le Fils de l’homme s’en va,
comme il est écrit à son sujet ;
mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré !
Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »
    L. Judas, celui qui le livrait,
prit la parole :
D. « Rabbi, serait-ce moi ? »
L. Jésus lui répond :
X.  « C’est toi-même qui l’as dit ! »

    L. Pendant le repas,
Jésus, ayant pris du pain
et prononcé la bénédiction,
le rompit et, le donnant aux disciples, il dit :
X.  « Prenez, mangez :
ceci est mon corps. »
    L. Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce,
il la leur donna, en disant :
X.  « Buvez-en tous,
    car ceci est mon sang,
le sang de l’Alliance,
versé pour la multitude
en rémission des péchés.
    Je vous le dis :
désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne,
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous
dans le royaume de mon Père. »

    L. Après avoir chanté les psaumes,
ils partirent pour le mont des Oliviers.
    Alors Jésus leur dit :
X.  « Cette nuit,
je serai pour vous tous une occasion de chute ;

 

car il est écrit :
Je frapperai le berger,
et les brebis du troupeau seront dispersées.
    Mais, une fois ressuscité,
je vous précéderai en Galilée. »
    L. Prenant la parole, Pierre lui dit :
D. « Si tous viennent à tomber à cause de toi,
moi, je ne tomberai jamais. »
    L. Jésus lui répondit :
X.  « Amen, je te le dis :
cette nuit même, avant que le coq chante,
tu m’auras renié trois fois. »
    L. Pierre lui dit :
D. « Même si je dois mourir avec toi,
je ne te renierai pas. »
L. Et tous les disciples dirent de même.

    Alors Jésus parvient avec eux
à un domaine appelé Gethsémani
et leur dit :
X.  « Asseyez-vous ici,
pendant que je vais là-bas pour prier. »
    L. Il emmena Pierre,
ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée,
et il commença à ressentir tristesse et angoisse.
    Il leur dit alors :
X.  « Mon âme est triste à en mourir.
Restez ici et veillez avec moi. »
    L. Allant un peu plus loin,
il tomba face contre terre en priant,
et il disait :
X.  « Mon Père,
s’il est possible,
que cette coupe passe loin de moi !
Cependant, non pas comme moi, je veux,
mais comme toi, tu veux. »
    L. Puis il revient vers ses disciples
et les trouve endormis ;
il dit à Pierre :
X.  « Ainsi, vous n’avez pas eu la force
de veiller seulement une heure avec moi ?
    Veillez et priez,
pour ne pas entrer en tentation ;
l’esprit est ardent,
mais la chair est faible. »
    L. De nouveau, il s’éloigna et pria, pour la deuxième fois ; il disait :
X.  « Mon Père,
si cette coupe ne peut passer
sans que je la boive,
que ta volonté soit faite ! »
    L. Revenu près des disciples,
de nouveau il les trouva endormis,
car leurs yeux étaient lourds de sommeil.
    Les laissant, de nouveau il s’éloigna
et pria pour la troisième fois,
en répétant les mêmes paroles.
    Alors il revient vers les disciples et leur dit :
X.  « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer.
Voici qu’elle est proche, l’heure
où le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.
    Levez-vous ! Allons !
Voici qu’il est proche, celui qui me livre. »

    L. Jésus parlait encore,
lorsque Judas, l’un des Douze, arriva,
et avec lui une grande foule
armée d’épées et de bâtons,
envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple.
    Celui qui le livrait leur avait donné un signe :
D. « Celui que j’embrasserai, c’est lui :
arrêtez-le. »
    L. Aussitôt, s’approchant de Jésus, il lui dit :
D. « Salut, Rabbi ! »
L. Et il l’embrassa.
    Jésus lui dit :
X.  « Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le ! »
L. Alors ils s’approchèrent,
mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent.
    L’un de ceux qui étaient avec Jésus,
portant la main à son épée,
la tira, frappa le serviteur du grand prêtre,
et lui trancha l’oreille.
    Alors Jésus lui dit :
X.  « Rentre ton épée,
car tous ceux qui prennent l’épée
périront par l’épée.
    Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ?
Il mettrait aussitôt à ma disposition
plus de douze légions d’anges.
    Mais alors, comment s’accompliraient les Écritures
selon lesquelles il faut qu’il en soit ainsi ? »
    L. À ce moment-là, Jésus dit aux foules :
X.  « Suis-je donc un bandit,
pour que vous soyez venus vous saisir de moi,

 

avec des épées et des bâtons ?
Chaque jour, dans le Temple, j’étais assis
en train d’enseigner,
et vous ne m’avez pas arrêté. »
    L. Mais tout cela est arrivé
pour que s’accomplissent les écrits des prophètes.
Alors tous les disciples l’abandonnèrent
et s’enfuirent.

    Ceux qui avaient arrêté Jésus
l’amenèrent devant Caïphe, le grand prêtre,
chez qui s’étaient réunis les scribes et les anciens.
    Quant à Pierre, il le suivait à distance,
jusqu’au palais du grand prêtre ;
il entra dans la cour et s’assit avec les serviteurs
pour voir comment cela finirait.
    Les grands prêtres et tout le Conseil suprême
cherchaient un faux témoignage contre Jésus
pour le faire mettre à mort.
    Ils n’en trouvèrent pas ;
pourtant beaucoup de faux témoins s’étaient présentés.
Finalement il s’en présenta deux,
    qui déclarèrent :
A. « Celui-là a dit :
‘Je peux détruire le Sanctuaire de Dieu
et, en trois jours, le rebâtir.’ »
    L. Alors le grand prêtre se leva et lui dit :
A. « Tu ne réponds rien ?
Que dis-tu des témoignages qu’ils portent contre toi ? »
    L. Mais Jésus gardait le silence.
Le grand prêtre lui dit :
A. « Je t’adjure, par le Dieu vivant,
de nous dire si c’est toi qui es le Christ,
le Fils de Dieu. »
    L. Jésus lui répond :
X.  « C’est toi-même qui l’as dit !
En tout cas, je vous le déclare :
désormais vous verrez l
Fils de l’homme
siéger à la droite du Tout-Puissant
et venir sur les nuées du ciel. »
    L. Alors le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant :
A. « Il a blasphémé !
Pourquoi nous faut-il encore des témoins ?
Vous venez d’entendre le blasphème !
    Quel est votre avis ? »
L. Ils répondirent :
F. « Il mérite la mort. »

 

    L. Alors ils lui crachèrent au visage
et le giflèrent ;
d’autres le rouèrent de coups
    en disant :
F. « Fais-nous le prophète, ô Christ !
Qui t’a frappé ? »

    L. Cependant Pierre était assis
dehors dans la cour.
Une jeune servante s’approcha de lui et lui dit :
A. « Toi aussi, tu étais avec Jésus, le Galiléen ! »
    L. Mais il le nia devant tout le monde et dit :
D. « Je ne sais pas de quoi tu parles. »
   L. Une autre servante le vit sortir en direction du portail
et elle dit à ceux qui étaient là :
A. « Celui-ci était avec Jésus, le Nazaréen. »
    L. De nouveau, Pierre le nia en faisant ce serment :
D. « Je ne connais pas cet homme. »
    L. Peu après, ceux qui se tenaient là
s’approchèrent et dirent à Pierre :
A. « Sûrement, toi aussi, tu es l’un d’entre eux !
D’ailleurs, ta façon de parler te trahit. »
    L. Alors, il se mit à protester violemment et à jurer :
D. « Je ne connais pas cet homme. »
L. Et aussitôt un coq chanta.
    Alors Pierre se souvint de la parole que Jésus lui avait dite :
« Avant que le coq chante,
tu m’auras renié trois fois. »
Il sortit et, dehors, pleura amèrement.

 

 Le matin venu,
tous les grands prêtres et les anciens du peuple
tinrent conseil contre Jésus
pour le faire mettre à mort.
    Après l’avoir ligoté,
ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate, le gouverneur.

    Alors, en voyant que Jésus était condamné,
Judas, qui l’avait livré, fut pris de remords ;
il rendit les trente pièces d’argent
aux grands prêtres et aux anciens.
    Il leur dit :
D. « J’ai péché en livrant à la mort un innocent. »
L. Ils répliquèrent :
A. « Que nous importe ?
Cela te regarde ! »
    L. Jetant alors les pièces d’argent dans le Temple,
il se retira et alla se pendre.
    Les grands prêtres ramassèrent l’argent et dirent :
A. « Il n’est pas permis de le verser dans le trésor,
puisque c’est le prix du sang. »
    Après avoir tenu conseil,
ils achetèrent avec cette somme le champ du potier
pour y enterrer les étrangers.
    Voilà pourquoi ce champ est appelé jusqu’à ce jour
le Champ-du-Sang.
    Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie :
Ils ramassèrent les trente pièces d’argent,
le prix de celui qui fut mis à prix,
le prix fixé par les fils d’Israël,
    et ils les donnèrent pour le champ du potier,
comme le Seigneur me l’avait ordonné.    

    L. On fit comparaître Jésus devant Pilate, le gouverneur,
qui l’interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
L. Jésus déclara :
X.  « C’est toi-même qui le dis. »
    L. Mais, tandis que les grands prêtres et les anciens l’accusaient,
il ne répondit rien.
    Alors Pilate lui dit :
A. « Tu n’entends pas tous les témoignages portés contre toi ? »
    L. Mais Jésus ne lui répondit plus un mot,
si bien que le gouverneur fut très étonné.
    Or, à chaque fête, celui-ci avait coutume de relâcher un prisonnier,
celui que la foule demandait.
    Il y avait alors un prisonnier bien connu, nommé Barabbas.
    Les foules s’étant donc rassemblées,
Pilate leur dit :
A. « Qui voulez-vous que je vous relâche :
Barabbas ? ou Jésus, appelé le Christ ? »
    L. Il savait en effet que c’était par jalousie qu’on avait livré Jésus.
    Tandis qu’il siégeait au tribunal,
sa femme lui fit dire :
A. « Ne te mêle pas de l’affaire de ce juste,
car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. »
    L. Les grands prêtres et les anciens poussèrent les foules
à réclamer Barabbas
et à faire périr Jésus.

    Le gouverneur reprit :
A. « Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche ? »
L. Ils répondirent :

 

F. « Barabbas ! »
    L. Pilate leur dit :
A. « Que ferai-je donc de Jésus
appelé le Christ ? »
L. Ils répondirent tous :
F. « Qu’il soit crucifié ! »
    L. Pilate demanda :
A. « Quel mal a-t-il donc fait ? »
L. Ils criaient encore plus fort :
F. « Qu’il soit crucifié ! »
    L. Pilate, voyant que ses efforts ne servaient à rien,
sinon à augmenter le tumulte,
prit de l’eau et se lava les mains devant la foule,
en disant :
A. « Je suis innocent du sang de cet homme :
cela vous regarde ! »
    L. Tout le peuple répondit :
F. « Son sang, qu’il soit sur nous et sur nos enfants ! »
    L. Alors, il leur relâcha Barabbas ;
quant à Jésus, il le fit flageller,
et il le livra pour qu’il soit crucifié.
    Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans la salle du Prétoire
et rassemblèrent autour de lui toute la garde.
    Ils lui enlevèrent ses vêtements
et le couvrirent d’un manteau rouge.
    Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne,
et la posèrent sur sa tête ;
ils lui mirent un roseau dans la main droite
et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient devant lui en disant :
F. « Salut, roi des Juifs ! »
    L. Et, après avoir craché sur lui, ils prirent le roseau,
et ils le frappaient à la tête.
    Quand ils se furent bien moqués de lui,
ils lui enlevèrent le manteau,
lui remirent ses vêtements,
et l’emmenèrent pour le crucifier.

    En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène,
et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix de Jésus.
    Arrivés en un lieu dit Golgotha,
c’est-à-dire : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire),
    ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel ;
il en goûta, mais ne voulut pas boire.
    Après l’avoir crucifié,
ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort ;
    et ils restaient là, assis, à le garder.
    Au-dessus de sa tête
ils placèrent une inscription indiquant le motif de sa condamnation :
« Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. »
    Alors on crucifia avec lui deux bandits,
l’un à droite et l’autre à gauche.

    Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;
    ils disaient :
F. « Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,
sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu,
et descends de la croix ! »
    L. De même, les grands prêtres se moquaient de lui
avec les scribes et les anciens, en disant :
    A. « Il en a sauvé d’autres,
et il ne peut pas se sauver lui-même !
Il est roi d’Israël :
qu’il descende maintenant de la croix,
et nous croirons en lui !
    Il a mis sa confiance en Dieu.
Que Dieu le délivre maintenant,
s’il l’aime !
Car il a dit :
‘Je suis Fils de Dieu.’ »
    L. Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière.

    À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi),
l’obscurité se fit sur toute la terre
jusqu’à la neuvième heure.
    Vers la neuvième heure,
Jésus cria d’une voix forte :
X.  « Éli, Éli, lema sabactani ? »,
L. ce qui veut dire :
X.  « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
    L. L’ayant entendu,
quelques-uns de ceux qui étaient là disaient :
F. « Le voilà qui appelle le prophète Élie ! »
    L. Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge
qu’il trempa dans une boisson vinaigrée ;
il la mit au bout d’un roseau,
et il lui donnait à boire.
    Les autres disaient :
F. « Attends !
Nous verrons bien si Élie vient le sauver. »
    L. Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri,
rendit l’esprit

(Ici on fléchit le genou et on s’arrête quelques instants)

    Et voici que le rideau du Sanctuaire se déchira en deux,
depuis le haut jusqu’en bas ;
la terre trembla et les rochers se fendirent.
    Les tombeaux s’ouvrirent ;
les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent,
    et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus,
ils entrèrent dans la Ville sainte,
et se montrèrent à un grand nombre de gens.
    À la vue du tremblement de terre et de ces événements,
le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus,
furent saisis d’une grande crainte et dirent :
A. « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! »

    L. Il y avait là de nombreuses femmes qui observaient de loin.
Elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée pour le servir.
    Parmi elles se trouvaient Marie Madeleine,
Marie, mère de Jacques et de Joseph,
et la mère des fils de Zébédée.

    Comme il se faisait tard, arriva un homme riche, originaire d’Arimathie,
qui s’appelait Joseph,
et qui était devenu, lui aussi, disciple de Jésus.
    Il alla trouver Pilate pour demander le corps de Jésus.
Alors Pilate ordonna qu’on le lui remette.
    Prenant le corps,
Joseph l’enveloppa dans un linceul immaculé,
    et le déposa dans le tombeau neuf
qu’il s’était fait creuser dans le roc.
Puis il roula une grande pierre à l’entrée du tombeau
et s’en alla.
    Or Marie Madeleine et l’autre Marie étaient là,
assises en face du sépulcre.

    Le lendemain, après le jour de la Préparation,
les grands prêtres et les pharisiens
s’assemblèrent chez Pilate,
    en disant :
A. « Seigneur, nous nous sommes rappelé
que cet imposteur a dit, de son vivant :
‘Trois jours après, je ressusciterai.’
Alors, donne l’ordre que le sépulcre soit surveillé
jusqu’au troisième jour,
de peur que ses disciples ne viennent voler le corps
et ne disent au peuple :
‘Il est ressuscité d’entre les morts.’
Cette dernière imposture serait pire que la première. »
    L. Pilate leur déclara :
A. « Vous avez une garde.
Allez, organisez la surveillance comme vous l’entendez ! »

    L. Ils partirent donc
et assurèrent la surveillance du sépulcre
en mettant les scellés sur la pierre et en y plaçant la garde.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

Méditation tirée de la préface du jour :

 

« Le Christ, notre Seigneur,

 Alors qu'il était innocent

 a voulu souffrir pour les coupables,

 et sans avoir commis le mal

 il s'est laissé juger comme un criminel;

 

En mourant,

il détruit notre péché;

en ressuscitant,

il nous fait vivre et nous sanctifie ».

 

 

 

Notre Père

Dieu nous communique son Esprit d’unité et de communion. Nous pouvons lui parler comme Jésus nous l’a enseigné :

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Car c'est à Toi qu'appartiennent le Règne,

la puissance et la gloire aux siècles des siècles

Amen

 

Bénédiction

Le plus ancien(ne) bénit l’assemblée :

Que Dieu notre Père, le Père de toute miséricorde,

Qui nous a donné dans la passion de son Fils

la plus belle preuve de son amour:

nous bénisse et nous garde,                                                                                                                                      qu’il fortifie l’amour fraternel que nous portons les uns pour les autres,                                        qu’il nous apporte la paix et la guérison.

 

Béni sois Dieu, maintenant et toujours

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Messe en ligne
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 12:20

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  Samedi 4 Avril 2020

 

Textes du jour : Ezechiel 37,21-28 ; Cantique de Jérémie (Jer.31) Jean 11,45,57

 

Commentaire

Les chefs des prêtres et les pharisiens veulent tuer Jésus à cause de la résurrection de Lazare… Jésus gêne ceux-ci car il remet en question toute l’organisation du peuple d’Israël dans lequel ils trouvaient leur sécurité. .. Les chefs des prêtres et des pharisiens choisissent donc de tuer Jésus. C’est la solution qui semble la plus simple : lorsque Dieu dérange, on le tue.

Mais nous ne pouvons pas « assassiner » Dieu car il est éternel. Par contre nous pouvons l’oublier, l’insulter, l’ignorer, faire du mal ou piétiner la dignité de ceux qu’Il aime ? Dieu continue de vivre, mais pas dans le cœur de l’homme qui a choisi de s’en séparer il a du mal à prendre la place qui lui revient. Je pense qu’une telle vie est vide de sens. Dès demain nous allons entrer dans la semaine de célébration de la Passion et la Résurrection du Christ.  Il accepte de subir l’égoïsme, l’indifférence et la haine de l’Homme pour le pardonner et le réconcilier avec Lui. Demandons la grâce de faire tomber en nous tous les sentiments qui nous détournent totalement de Dieu.  Que la Semaine Sainte soit l’occasion pour nous d’expérimenter un peu mieux l’amour manifesté par le Christ en chacun. 

 

Paroles du pape François

 

Synthèse de la méditation sur la sixième béatitude (Mt.5,1-12) qui promet la vision de Dieu aux cœurs purs. La Bible manifeste la soif d’une relation personnelle, authentique et intime, avec Dieu. Pour y parvenir et connaitre cette contemplation, il est nécessaire d’entrer en soi-même et de laisser la place à Dieu ; libérer le cœur de ses trahisons intérieures qui engendrent le péché.

L’homme au cœur pur vit en présence du Seigneur de manière unifiée. Sa vie n’est plus tortueuse, mais simple et linéaire. Un pas décisif est accompli lorsque l’on se rend compte que notre pire ennemi se trouve au-dedans de nous. Obtient la pureté du cœur celui qui vit un processus de simplification intérieur, en apprenant à reconnaître quelle partie de son être se trouve sous l’emprise du mal, afin d’y renoncer et de se laisser instruire et guider par l’Esprit Saint.

La vision de Dieu a une dimension eschatologique, elle est la joie du Royaume des cieux vers lequel nous allons. Mais voir Dieu c’est aussi comprendre les desseins de la Providence en toute chose, reconnaître sa présence là où il se manifeste, dans les sacrements, dans les frères, surtout les plus pauvres et les plus malheureux.

Et il ajoute en saluant les habitants du Portugal : « Nous ne pouvons pas oublier les tragédies d’aujourd’hui, parce que la Passion du Seigneur continue dans la souffrance des hommes, a-t-il ajouté en ce temps de confinement dû au Coronavirus Covid-19. Que vos cœurs trouvent, dans la Croix du Christ, soutien et réconfort au milieu des tribulations de la vie ; en embrassant la Croix comme Lui, avec humilité, confiance et abandon filial à la volonté de Dieu, vous aurez part à la gloire de la Résurrection. »

Vivre la solennité des Rameaux confinés.

 

 Nous sommes tous invités à fleurir les portes ou les fenêtres de nos logements, de nos maisons, en y attachant un petit bouquet de branchages, ou bien une fleur, voire même un dessin de branchage afin que chaque foyer se sente prêt à accueillir Jésus. Nous pouvons aussi confectionner et déposer une banderole avec l’inscription « Hosanna »(*). Les enfants peuvent aussi dessiner et afficher leurs dessins dehors.

 

(*) La signification de « Hosanna » est donc: « Hourra pour le salut! Il vient! Il est là! Salut! Salut! »

 

 

 Vous recevrez, avec le prochain bulletin, une proposition de Prière en famille et une homélie du père Frédéric

 

Messes télévisées : Une messe sera présidée à la cathédrale de Saint Denis à 11h. par notre évêque et retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

La messe du Jour du Seigneur sur France 2 est à 10h40

Sur Kto : à 10h. la messe est retransmise de Lourdes ; à 11h. la messe est retransmise de Rome ; à 18h30 la messe est célébrée par Mgr Aupetit, archevêque de Paris, en la paroisse St Germain de l’Auxerrois

 

Les cloches de notre église sonneront comme un dimanche à 10h30

 

 

Intentions de prière : Nous prions pour tous les membres de nos familles malades du Covid19. Nous prions particulièrement pour le père Michel Picard qui a dû être hospitalisé vendredi matin à cause du Covid19

 

Prière du Pape François, mars 2020

Oh Marie,
tu brilles toujours sur notre chemin
en signe de salut et d’espoir.
Nous te faisons confiance, Reine des malades,
toi qui a gardé une foi ferme
alors que tu as partagé la douleur de Jésus
au pied de la croix.

Toi, salut du peuple romain,
tu sais ce dont nous avons besoin
et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes,
tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
lors des noces de Cana en Galilée,
après un moment d’épreuve.

 
 

Aide-nous, Mère de l’Amour Divin,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que Jésus nous dit,
Lui qui a pris sur lui nos souffrances
et a été chargé de nos douleurs
pour nous porter à travers la croix
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous ta protection, nous nous réfugions,
Sainte mère de Dieu.
Ne méprise pas les demandes
que nous t’adressons dans le besoin.
Au contraire, délivre-nous de tout danger,
Oh glorieuse et bénie Vierge Marie.

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 11:07

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  Vendredi 3 Avril 2020

 

 

Textes du jour : Jérémie 20,10-13 ; Psaume 17 ; Jean 10,31-42

 

Commentaire

« J'ai multiplié sous vos yeux les belles œuvres de la part du Père ». Nous avions déjà vu que Jean désignait les actions du Christ soit comme des « signes » soit comme des « œuvres ». En tant que signes, elles manifestent la gloire du Christ et de Dieu. Elles révèlent que Dieu est là, par une anticipation de son Jour, rayonnant de sa toute puissance de vie et de résurrection. En tant qu’œuvres, elles manifestent la présence du Père à toute l’activité du Fils et l’unité du Père et du Fils.

Autrement dit, si Jésus insiste tant sur les oeuvres, c'est parce qu'elles révèlent l'amour du Père et manifestent sa condition filiale. Je vous invite à relire le chapitre 5 de saint Jean qui a déjà développé le sujet. Par exemple : « Mon Père est à l'œuvre et moi aussi je suis à l'œuvre (Jn 5,17) ; ce que fait le Père, le Fils le fait pareillement (5,19) ». Les œuvres que Jésus accomplit témoignent donc qu'il dispose en tant que Fils du pouvoir sur la vie : « comme le Père en effet relève les morts et les fait vivre, le Fils lui aussi fait vivre qui il veut (Jn 5,21) ».

Mais à peine Jésus a-t-il affirmé qu’il accomplit les œuvres du Père qu’il se voit accusé de blasphème : « Tu n'est qu'un homme et tu prétends être Dieu » ; littéralement : « tu te fais Dieu » ! Il ne se fait pas Dieu, il est (Yawhe, Je Suis) Dieu !!!

Aie !!! Vous me direz, aujourd’hui nous n’accuserions pas Jésus de blasphémateur, mais le reconnaissons-nous vraiment comme Fils de Dieu ? Accueillons-nous dans notre foi cette véritable intimité du Père et du Fils ? Dieu est-il de ce fait vraiment Père ? Je dis croire en Dieu… mais quel Dieu ? et Jésus ? un homme modèle ? ou le véritable Fils de Dieu ? Ce n’est pas une réponse d’enfant du catéchisme que je vous propose là… !

Après cette terrible controverse, Jésus s’enfuit et retourne nous dit l’évangéliste, à l’endroit où il avait débuté sa vie publique en recevant le baptême de Jean le Baptiste.

Nous sommes ainsi ramenés au baptême, baptême dans l’eau (Jean), baptême dans l’Esprit (Jésus) : « Moi je baptise dans l'eau. Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c'est lui qui baptise dans l'Esprit Saint » (Jn 1, 26-27.33). C’est comme si saint Jean nous signifiait que toutes les œuvres accomplies dans une parfaite communion par le Père et le Fils convergent vers l’unique signe, et nous y arrivons : la mort et la résurrection du Seigneur, symbolisé par le baptême. C’est donc comme baptisés, comme appartenant au Christ, que nous sommes invités à entrer dans la Semaine Sainte qui arrive. Nos catéchumènes sont dans notre prière, Ils auraient franchi cette Semaine sainte en étant « plongés », la nuit de Pâques dans les eaux baptismales. Grand virus en a décidé autrement !

 

Seigneur, tu nous invites dans cet évangile à passer sur l’autre rive c’est-à-dire à être baptisés dans le feu de l’Esprit. Puisses-tu affermir nos pas à l’approche de Pâques. Fais-nous la grâce de nous décider pour toi, de laisser nos manques de foi sur le chemin pour entrer dans le baptême de ta Passion qui nous permettra de ressusciter en toi à la vie éternelle.

 

Parole du pape François :

Ta foi fleurira en œuvres, en œuvres bonnes, en œuvres de fécondité aussi, une foi féconde. Mais tu dois – le troisième pas – observer l’alliance avec moi ». Et l’alliance est fidélité, être fidèle. Nous avons tous été élus, le Seigneur nous a fait une promesse, maintenant il nous demande une alliance. Une alliance de fidélité.

 

 

« J'ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider ? »

 

Au Christ Jésus tu dois toute ta vie, puisqu'il a donné sa vie pour ta vie, et qu'il a supporté des tourments amers pour que tu ne supportes pas de tourments éternels... Qu'est-ce qui ne te semblera pas doux, lorsque tu auras rassemblé dans ton coeur toutes les amertumes de ton Seigneur ?... Comme les cieux sont plus hauts que la terre (Is 55,9), ainsi sa vie est plus haute que notre vie, et pourtant elle a été donnée pour notre vie. Comme le néant ne peut être comparé à nulle autre chose, de même notre vie n'a pas de proportion avec la sienne...

 

Lorsque je lui aurai consacré tout ce que je suis, tout ce que je peux, ce sera comme une étoile comparée au soleil, une goutte d'eau à un fleuve, une pierre à une tour, un grain de sable à une montagne. Je n'ai rien sinon deux petites choses, et même très menues : mon corps et mon âme, ou plutôt une seule petite chose : ma volonté. Et je ne la donnerais pas à celui qui a prévenu de tant de bienfaits un être aussi petit que moi, à celui qui, en se donnant tout entier, m'a racheté tout entier ? Autrement, si je garde pour moi ma volonté, avec quel visage, avec quels yeux, avec quel esprit, avec quelle conscience irais-je me réfugier près du coeur de la miséricorde de notre Dieu ? Oserais-je percer ce rempart très fort qui garde Israël, et faire couler pour prix de mon rachat, non pas quelques gouttes, mais les flots de ce sang qui coule des cinq parties de son corps ?

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église . Sermons divers, n° 22, 5-6

Prière d’intercession :

Père des lumières, ton Christ a brillé sur nous pour que nous ne marchions pas dans les ténèbres ; nous t’implorons :

R/  Que ta Parole soit la lampe de nos pas !

Accorde-nous d’avancer aujourd’hui sur ses traces et de vivre à sa ressemblance. R/

Fais-nous vivre dans la vérité, et nous viendrons à ta lumière.R/

Donne-nous assez d’amour pour oublier notre intérêt et vouloir le bien de tous. R/

Aide-nous à travailler dans la patience pour que nous préparions la venue de ton jour. R/

 

Intentions de la paroisse :

- Décès de Mme Monique Petitimbert dont les funérailles seront célébrées Lundi à 10h ; Vos prêtres ont prié aujourd’hui pour le Père Dominique Renard, du diocèse de Paris , décédé brutalement à l’âge de 62 ans ;  Mamelli Elenna, directrice des soins à l’hôpital de Montfermeil décédée du Covid19 ; le père René Morisi, prêtre du diocèse,  décédé du Covid19.

.

   Semaine Sainte : Fête des Rameaux : Faisons de nos fenêtres et balcon « une fête Hosanna ». Comme dans beaucoup de lieux en France, nous vous proposons, quand c’est possible, d’accrocher à votre fenêtre un rameau, un feuillage …  Les cloches de l’église sonneront à 10h30. Si les moyens techniques sont bons vous recevrez un lien YouTube avec  une prière de vos prêtres. Comme chaque dimanche une liturgie de la Parole en famille, et une homélie. Ces documents seront envoyés dimanche matin. Il serait bien que nous soyons tous réunis en communion pour 10h30. Je le rappelle, aucun rameau n’est hélas disponible. Mais si la vidéo est bonne, je bénirai chacune de nos familles et de nos personnes.

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 14:07

Aux prêtres et diacres,

Saint-Denis, le 30 mars 2020. 

Chers amis,

Nous sommes tous, acteurs et témoins, de gestes qui, au quotidien, manifestent une solidarité vis à vis de ceux et celles qui nous entourent.

Mais nous ne pouvons oublier ceux et celles qui, pour des raisons diverses, demeurent isolés où ne trouvent plus l’aide que leur apportaient jusqu’ici nombre d’associations caritatives.

Afin de remédier à ce manque le Secours catholique départemental a mis en place trois actions pour lesquelles il est nécessaire de trouver des bénévoles :

1- Fournir aux personnes en précarité des produits de première nécessité et des chèques service leur permettant d’acheter des denrées alimentaires (Le Secours catholique national a débloqué à cet effet une enveloppe de 2,5 millions d’euros). ! Voir à ce sujet la fiche mission bénévolat : « Aide d’urgence ».

2 - Accueillir les personnes en situation d’errance afin de leur proposer une douche, le lavage de leurs vêtements…. Trois lieux d’accueil dans notre diocèse : Rosny-sousBois, Montreuil et Bondy. ! Voir à ce sujet la fiche mission bénévolat : « Etre bénévole en accueil de jour ».

3 - Appeler de chez soi des personnes pour les rassurer, les écouter et les orienter si besoin. ! Voir à ce sujet la fiche mission bénévolat : « Tisser des liens de solidarité et de fraternité ».

 Les deux premières propositions concernent des bénévoles de moins de 70 ans. Le Secours catholique leur garantit toute la protection nécessaire (masques, gel…) et leur procurera l’autorisation de déplacement avec, en sus, un document de la préfecture. Vous pouvez, bien sûr, si vous le souhaitez répondre à ces demandes du Secours catholique et je vous demande également de les relayer autour de vous.

Les personnes disponibles peuvent se signaler via l’adresse courriel : seinesaintdenis@secours-catholique.org ou encore au 01 45 28 17 82 (N° de la délégation départementale)

Le Secours catholique notera alors les coordonnées et disponibilités et rappellera pour un entretien téléphonique. Il est également possible de signaler auprès du Secours catholique les personnes qui ne sont ni en hôtel, ni accompagnées par le Conseil départemental et pas encore suivies par le Secours catholique afin que celui-ci leur vienne en aide dans le mesure de ses possibilités (Contact au 01 45 28 17 82).

N’hésitez pas à partager au Père Philippe Guiougou (en vue de les faire connaître, éventuellement, sur le site internet du diocèse) les initiatives solidaires petites ou grandes dont vous avez connaissance.

Demeurons également attentifs à la solidarité internationale que nous ne pouvons négliger en cette période de crise planétaire.

Bien fraternellement et en vous assurant de ma communion de prière,

+ Pascal Delannoy Evêque de Saint-Denis en France 

Fiche mission bénévolat SC93-COVID 19

Etre bénévole en accueil de jour

Description de la mission

(Quelles responsabilités, quelles tâches, quelles actions concrètes, quels moyens)

Dans le cadre du confinement que nous vivons, nous souhaitons accueillir les personnes en situation d’errance, afin de leur proposer une douche, le nettoyage ou lavage de leurs vêtements, de s’assurer de leur santé et de pouvoir les orienter en s'appuyant sur les dispositifs d'aide existants.

Un parcours «sanitaire» est établi afin d’accueillir, selon les règles incontournables, les personnes qui se présentent et protéger les bénévoles/salariés chargés de cette mission.

Fréquence et rythme de la mission (régulière) :

Une demi-journée à une journée par semaine minimum

Lieu de la mission : Rosny-Sous-Bois, Montreuil et Bondy

Disponibilité souhaitée 

🠊 Pour la mission elle-même :

-Être présent avant l’ouverture, pendant et après pour la fermeture du local

 

🠊 Pour la vie d’équipe :

-Etre présent aux temps de briefing afin d’avoir toutes les informations et faire remonter ce qui se passe bien et ce qu’il faudrait améliorer

 

Compétences requises

Savoir-faire : compétences, expériences

- Connaître les gestes d’hygiène  indispensables

- Etre organisé

- Etre à l’aise avec le public en errance

- Savoir travailler en équipe

 

Savoir être : qualités personnelles et relationnelles

- Avoir le sens du contact et de l’écoute

- Savoir être bienveillant

- Respecter les consignes d’hygiène

- S’assurer de « Ne pas se mettre en danger »

 

Accompagnement du bénévolat dans sa mission

Avec quel référent ? Quelle place, quelle aide dans l’équipe ?

Compte tenu du contexte, c’est le coordinateur qui est le référent, c’est lui qui assume la mission pour que tout se passe au mieux, c’est lui qui prend les décisions et qui accompagne les bénévoles dans leur mission

Formation sur place, sur les gestes d'hygiène, sur le parcours lors de l’accueil de jour et sur les règles pour ne pas se mettre en danger

Fiche mission bénévolat SC93-COVID

Aide d’urgence

 

Description de la mission

(Quelles responsabilités, quelles tâches, quelles actions concrètes, quels moyens)

Dans le cadre de la période de confinement que nous vivons, et en lien avec avec les bénévoles des équipes locales, nous souhaitons permettre aux personnes en précarité d’obtenir des produits de première nécessité : hygiène et alimentaire. Aussi nous allons mener aux personnes des chèques services (en priorité) et dans certains cas des produits alimentaires et d’hygiène.

Notre venue se fait sur rendez-vous. Nous n’entrons pas chez les personnes. Nous déposons dans les boîtes aux lettres ou à l’accueil des hôtels, foyer… Nous nous assurons, par un coup de téléphone, que la personne l’a bien récupéré.

Nous respecterons toutes les consignes sanitaires incontournables actuellement.

Fréquence et rythme de la mission (régulière) :

Une demi journée à un jour par semaine minimum

Lieu de la mission : le lieu d’habitation des personnes (foyer, hôtels sociaux)

Disponibilité souhaitée ?

🠊 Pour la mission elle-même :

Pendant les horaires de rendez vous prévus avec les personnes

 

🠊 Pour la vie d’équipe :

- Participer aux réunions d'organisation

- Participer aux différents temps de débriefing

 

 

Compétences requises

Savoir-faire : compétences, expériences

- Connaître les gestes d’hygiène  indispensables

- Etre organisé

- Etre à l’aise avec le public en errance

- Savoir travailler en équipe

 

Savoir être : qualités personnelles et relationnelles

- Avoir le sens du contact et de l’écoute

- Savoir être bienveillant

- Respecter les consignes d’hygiène

- S’assurer de « Ne pas se mettre en danger »

 

Accompagnement du bénévolat dans sa mission

Avec quel référent ? Quelle place, quelle aide dans l’équipe ?

Compte tenu du contexte, c’est le coordinateur qui est le référent, c’est lui qui assume la mission pour que tout se passe au mieux, c’est lui qui prend les décisions et qui accompagne les bénévoles dans leur mission. Ce référent peut être un.e salarié.e ou un.e bénévole.

Formations

sur place, sur les gestes d'hygiène, sur les règles pour ne pas se mettre en danger

Fiche mission bénévolat SC93-COVID19

Tisser des liens de solidarité

et de fraternité

 

Description de la mission

(Quelles responsabilités, quelles tâches, quelles actions concrètes, quels moyens)

Dans le cadre du confinement que nous vivons, les bénévoles seront à l’écoute et devons soutenir les personnes en précarité, afin de s’assurer de leur santé et de leurs besoins. Tout cela afin de garder des liens de solidarité et de fraternité

Fréquence et rythme de la mission (régulière) :

Un jour par semaine minimum

Lieu de la mission : de chez vous (à distance)

Disponibilité souhaitée ?

🠊 Pour la mission elle-même :

- Prendre le temps d'appeler les personnes pour les rassurer, les écouter et les orienter si besoin.

 

🠊 Pour la vie d’équipe :

- Être en lien avec la personne en coordination pour toutes questions et échanges

 

 

Compétences requises

Savoir-faire : compétences, expériences

- Recueillir les questionnements et demandes des personnes

- Savoir remonter les informations

Savoir être : qualités personnelles et relationnelles

- Avoir le sens du contact et de l’écoute

- Bienveillance

 

Accompagnement du bénévolat dans sa mission

Avec quel référent ? Quelle place, quelle aide dans l’équipe ?

Un coordinateur sera le référent des bénévoles qui portent cette mission. Il.elle sera à votre écoute concernant votre mission et pour répondre à vos questions ou demande d’orientation social des personnes en précarité.

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Solidarité
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 13:58

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

« Courage et confiance »

 

Date : Jeudi 2 Avril 2020

Textes du jour : Livre de la Genèse 17,3-9 ; Psaume 104 ; Jean 8,51-59

Commentaire

« Si quelqu’un garde ma Parole, jamais il ne verra la mort » (Jn 8,52) Quelle incroyable et merveilleuse : Voilà qui rappelle ce que Nicodème s’est faite entendre dire. Je vous renvoie à la lecture de Jean 3,11-15). Un autre apôtre, Nathanaël s’est fait tenir des propos bien énigmatique aussi pour celui qui commence à lie l’évangile de Jean . Je vous renvoie ici à Jn.1,49-51. En lisant toujours cet évangile, nous sommes invités à être attentifs à tous « ses signes »… (Jn.2 : Cana ; Jean 4 : la rencontre avec la Samaritaine, Jn.5 le second signe de Cana ; Jn.6 le pain de vie…Mais maintenant « l’heure approche » ??? les Juifs qui refusent de croire en Jésus ne sont pas intéressés par une victoire sur la mort. Ils ne veulent qu’une seule chose : avoir raison dans une discussion ; ils essaient d’avoir la victoire sur Jésus pour le déshonorer, lui le blasphémateur. Nous voici donc face à une tragédie qui se répète au fil des âges. Jésus est la Vérité mais des hommes ferment délibérément leur esprit à cette Vérité. Osons le dire, nous fermons souvent notre esprit à cette Vérité. Concocter des arguments pour ne pas voir que Jésus est le Christ qui peut nous sauver du péché et des conséquences du péché, dont l’une est la mort, nous en avons à la pelle… Chacune de ces journées de confinement est une invitation pour moi à redécouvrir « la hauteur, la largeur, l’épaisseur, la profondeur de la Parole, comme le dit saint Paul. De plus en plus de voix commencent à parler : il va falloir changer de mode de vie…. Que va-t-il sortir ce cette crise mondiale incroyable ? Pour l’heure il nous est proposé de garder la Parole de Jésus : à note niveau, osons humblement nous demander ce que nous allons vouloir changer demain dans nos modes de vie (travail, activité, vie de famille , pratique religieuse…). Soyons prévenus, « le coût » de la conversion risque d’être élevé et de paraître trop élevé pour certains d’entres-nous… Et pourtant ? Implorons ensemble la grâce de l’Esprit saint. Méditation du pape François : Je demande au Seigneur qu'il nous fasse connaître cette sagesse de demeurer en Lui et nous fasse connaître cette familiarité avec l'Esprit: l'Esprit Saint nous donne la liberté. Et cela est l’onction. Celui qui demeure dans le Seigneur est un disciple, et le disciple est un oint, un oint de l'Esprit, qui a reçu l'onction de l'Esprit et qui la fait aller de l’avant C'est la route que Jésus nous fait montre pour la liberté et également pour la vie. Et le discipolat est l'onction que reçoivent ceux qui demeurent dans le Seigneur. Que le Seigneur nous fasse comprendre cela, ce qui n'est pas facile: car les docteurs ne l'avaient pas compris, c’est avec la tête et avec le cœur qu’on comprend cette sagesse de l'onction de l'Esprit Saint qui fait de nous des disciples. Prière pour faire la communion spirituelle : Les personnes qui ne peuvent pas communier sacramentellement font à présent la communion spirituelle : A Tes pieds, ô mon Jésus, je me prosterne et je T'offre le repentir de mon cœur contrit qui demeure dans son néant et en Ta sainte présence. Je t'adore dans le Sacrement de Ton amour, l'ineffable Eucharistie. Je désire te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t'offre. Dans l'attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, que je vienne à Toi. Que Ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et pour la mort. Je crois en toi, j'espère en toi, je t'aime. Ainsi soit-il.

Pour prier :

Point de prodigue sans pardon qui le cherche, Nul n’est trop loin pour Dieu ; Viennent les larmes où le Fils renaît, Joie du retour au Père. Point de blessure que sa main ne guérisse, Rien n’est perdu pour Dieu ; Vienne la grâce où la vie reprend, Flamme jaillie des cendres ! Point de ténèbres sans espoir de lumière, Rien n’est fini pour Dieu Vienne l’aurore où la vie reprend, Chant d’un matin de Pâques (Hymne de la liturgie des heures en temps de Carême).

Psaume 35

C'est le péché qui parle au coeur de l'impie ; * ses yeux ne voient pas que Dieu est terrible. Il se voit d'un oeil trop flatteur pour trouver et haïr sa faute ; il n'a que ruse et fraude à la bouche, il a perdu le sens du bien. Il prépare en secret ses mauvais coups. + La route qu'il suit n'est pas celle du bien ; * il ne renonce pas au mal. Dans les cieux, Seigneur, ton amour ; jusqu'aux nues, ta vérité ! *Ta justice, une haute montagne ; tes jugements, le grand abîme ! Tu sauves, Seigneur, l'homme et les bêtes : qu'il est précieux ton amour, ô mon Dieu ! A l'ombre de tes ailes, tu abrites les hommes : + ils savourent les festins de ta maison ; * aux torrents du paradis, tu les abreuves. En toi est la source de vie ; par ta lumière nous voyons la lumière. Garde ton amour à ceux qui t'ont connu, ta justice à tous les hommes droits. Que l'orgueilleux n'entre pas chez moi, que l'impie ne me jette pas dehors ! Voyez : ils sont tombés, les malfaisants ; abattus, ils ne pourront se relever.

Prière d’intercession

Seigneur Dieu, tu veux que l’homme devienne créature nouvelle dans le Christ ; nous t’invoquons avec persévérance :

R/ Par ton Esprit, renouvelle nos cœurs.

Tu nous promets un ciel nouveau et une terre nouvelle :accorde-nous la grâce de travailler à cet avènement.

R/ Tu nous appelles à fixer nos regards sur les réalités d’en haut :maîtrise nos avidités, purifie notre désir.

R/ Tu nous révèles l’unique nécessaire :ne permets pas que la dispersion nous aveugle.

R/ Tu nous as donné ton Esprit afin qu’il agisse en nous :fais qu’il nous porte au combat pour la justice et la vérité.

 Quid de la Semaine Sainte ?

Le père Modeste et moi même réfléchissons ; comment prier et partager avec vous ce moment central de la Liturgie de l’Eglise. … C’est tellement inédit, que comme beaucoup, nous sommes un peu perdus, osons le dire ! Nous attendons aussi de partager avec les confrères, notre évêque bine sûr, à ce sujet. Demain ou au pire vendredi soir nous aurons pris des décisions.

Sachons d’ores et déjà qu’il n’y aura pas de bénédictions de rameaux, ne serait-ce que parce que tous les fournisseurs sont fermés. Gardons confiance et nous vous assurons de tout notre dévouement. Nous publierons tous les documents nécessaires…

P. Frédéric

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens