Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 11:19

Chers frères et sœurs,

Noël est la fête de la confiance et de l’espérance : Dieu est avec nous. La terre n’est plus seulement une « vallée de larmes », mais elle devient aussi le lieu où Dieu a planté sa tente, le lieu de la rencontre avec lui. Il a voulu partager notre condition humaine, nous montrant sa miséricorde et son amour pour les hommes.

L’enfant de Bethléem réchauffe et transforme notre cœur, il nous permet de ne pas nous enfoncer dans la tristesse, la fatigue ou le découragement.

À Noël Dieu s’abaisse et se fait proche des petits, des pauvres ; et il nous invite à l’imiter. Désormais, tout ce que nous faisons à notre prochain, c’est à Jésus que nous le faisons. Que la Mère de Jésus nous aide à reconnaître dans le visage des plus faibles l’image du Fils de Dieu fait homme !

(Extrait de la catéchèse du pape François sur Noël, Rome le 18 Décembre 2013)

Après avoir accueilli avec nos amis de la communauté protestante et les différents scoutismes la lumière de Bethléem durant un beau temps de fête et de prière, cette lumière qui brille dans notre église au pied de la crèche tout au long du temps de Noël, Je vous souhaite de très belles fêtes de Noël à toutes et tous.

Je prie sincèrement pour toutes vos familles, pour vos enfants et petits-enfants. Que ce temps de Noël soit un temps de retrouvailles, de paix, de pas de réconciliations s’ils sont nécessaires. Le Prince de la paix est là dans nos cœurs , dans nos vies, qu’il nous éclaire de sa force et de sa joie. Je prie pour toutes celles et ceux pour qui la conjoncture économique est plus difficile, que le Prince de la paix vous apporte sa force et son Espérance. Je prie aussi pour toutes celles et ceux pour qui Noël rappelle une trop grande solitude. Je prie enfin pour toutes celles et tous ceux que nous avons accompagnés dans le deuil. Que le Prince de la paix vous éclaire de sa Présence de Vie. C’est toutes ces intentions que je porterai à la crèche avec l’enfant Dieu.

Je vous renouvelle ma fidélité

Père Frédéric Benoist

Joseph et Marie

1 ère lecture (Is 7,10-16) Psaume (Ps 23,1-6) 2 ème lecture (Rm 1,1-7) Evangile (Mt 1,18-24)

Marie et Joseph avaient bâti un projet de vie commune. Comme pour Marie, le plan de Dieu dérange et déroute Joseph de son projet. Ils deviennent tous deux les artisans et les acteurs de ce projet divin. Marie le fut au moment de l’Annonciation, et l’on comprend sa première réaction. La mission que Joseph reçoit envers cette naissance future le fait revenir sur sa décision de se séparer de Marie.

L’un et l’autre accueillent l’événement, au travers de leur caractère propre, de leur situation différente et de ce que Dieu attend de chacun d’eux. C’est le don d’eux-mêmes, gratuit et sans condition, qui est la réponse de leur foi quand ils apprennent l’attente de Dieu à leur égard. Nous n’avons rien à imaginer de plus que ce qu’en dit l’Evangile. Ceux qui vivent dans l’intimité de Dieu ne parlent guère de ce qu’est cette intimité dans la réalité quotidienne. Mais leur comportement immédiat et ultérieur est significatif de leur vécu.

Avec Marie

Comme Marie, Joseph connaissait les prophètes. Ils les avaient entendus commenter à la synagogue et dans leurs familles. Désormais ils se savent impliqués directement "dans cette Bonne Nouvelle que Dieu avait déjà promise par ses prophètes dans les Saintes Ecritures." (Romains 2. 1)Marie, en relisant les paroles d'Isaïe, va mesurer peu à peu cette grâce : son fils "qu'on appellera Emmanuel, Dieu avec nous". Joseph, en se remémorant les paroles du même prophète (Isaïe 43. 11), va découvrir la mission du fils de Marie qu'il a prise chez lui. Saint Matthieu, d'ailleurs, relie ces deux termes : "Emmanuel" et "Jésus" au moment où Joseph répond à ce que l'ange lui a prescrit. Or ces deux noms, dans toute la tradition religieuse juive, déterminaient l'identité et la mission du Messie. Conviés tous deux à participer directement à la réalisation du projet de Dieu vis-à-vis de son Peuple, pouvaient-ils rester sans en parler entre eux, dans les mois de l'attente, dans les années de l'enfance, dans les années de l'adolescence ? Pouvaient-ils rester sans prier ensemble les psaumes :"Dieu le sauveur des coeurs droits" (psaume 7), "Seigneur, mon Dieu sauveur !" (psaume 88). C'est leur secret. Nous n'avons pas à vouloir le percer en imaginant un commentaire de l'Évangile selon nos propres vues. Gardons seulement présente cette affirmation : « Marie conservait tout cela dans son cœur. »

1ère lecture : Dieu promet un sauveur (Is 7, 10-16)

Lecture du livre d'Isaïe

Le Seigneur envoya le prophète Isaïe dire au roi Acaz : « Demande pour toi un signe venant du Seigneur ton Dieu, demande-le au fond des vallées ou bien en haut sur les sommets. » Acaz répondit : « Non, je n'en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l'épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! Eh bien ! Le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l'appellera Emmanuel, (c'est-à-dire : Dieu-avec-nous). De crème et de miel il se nourrira, et il saura rejeter le mal et choisir le bien. Avant même que cet enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, elle sera abandonnée, la terre dont les deux rois te font trembler. »

Psaume : Ps 23, 1-2, 3-4ab, 5-6

R/ Qu'il vienne, le Seigneur : c'est lui, le roi de gloire !

Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C'est lui qui l'a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots. Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L'homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles. Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche la face de Dieu !

2ème lecture : L'Apôtre annonce le salut en Jésus-Christ (Rm 1, 1-7)

Commencement de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Moi Paul, serviteur de Jésus-Christ, appelé par Dieu pour être Apôtre, mis à part pour annoncer la Bonne Nouvelle que Dieu avait déjà promise par ses prophètes dans les Saintes Écritures, je m'adresse à vous, bien-aimés de Dieu qui êtes à Rome. Cette Bonne Nouvelle concerne son Fils : selon la chair, il est né de la race de David ; selon l'Esprit qui sanctifie, il a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d'entre les morts, lui, Jésus-Christ, notre Seigneur. Pour que son nom soit honoré, nous avons reçu par lui grâce et mission d'Apôtre afin d'amener à l'obéissance de la foi toutes les nations païennes, dont vous faites partie, vous aussi que Jésus- Christ a appelés. Vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le peuple saint, que la grâce et la paix soient avec vous tous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ le Seigneur.

Evangile : La venue de l'Emmanuel annoncée à Joseph (Mt 1, 18-24)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici que la Vierge concevra : elle enfantera un fils, on l'appellera Emmanuel, « Dieu-avec-nous ». Alléluia.(Mt 1, 23)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Voici quelle fut l'origine de Jésus-Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 22 décembre 2013 – 4ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 7,10-16) Psaume (Ps 23,1-6) 2 ème lecture (Rm 1,1-7)

Evangile (Mt 1,18-24)

  • Lundi 23 décembre : De la férie
  • Mardi 24 décembre : De la férie
  • Un prêtre accueillera dans l’église celles et ceux qui voudront faire une démarche du sacrement de la réconciliation de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h

Offices de Noël :

  • - 24 Décembre : Veillée et messe à 18 h à Notre Dame, messe solennelle à minuit à Notre-Dame
  • - 25 Décembre : messe à 9 h à Saint-Louis ; 10h30 à Notre-Dame

Un très grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont donné au denier de l’Eglise ces dernières semaines. Le retard dans les dons de 30 000,00 euros s’est réduit à moins de 6 000,00 euros. Voilà qui devraient encourager celles et ceux qui n’ont pas encore donné.

D’autre part, pour tous ceux qui versent leur denier par prélèvement automatique, depuis Novembre le diocèse a mis en place les prélèvements SEPA.

Tous les donateurs prélevés ont dû recevoir ou vont recevoir un mandat SEPA à compléter. Ce mandat ne fera pas doublon avec le prélèvement déjà en cours.

Voici un lien avec le site diocésain pour avoir une aide pour le remplir si besoin.

http://saint-denis.catholique.fr/documents-a-telecharger/modele-pour-remplir-le-mandat-prelevement-sepa

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 22:21

Les élections municipales : une chance pour le bien commun

Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des Évêques de France à l'approche des élections municipales des 23 et 30 mars 2014.

Au nom des évêques de France, nous tenons à rendre hommage aux hommes et aux femmes impliqués dans la vie municipale. Ces élus de la proximité humaine et géographique, très attachés à leurs communes, quelles que soient leurs dimensions, sont parfois engagés depuis de longues années. Ils savent que, pour chacun d'entre nous, être enraciné en un lieu est une dimension essentielle de la vie personnelle et sociale. Beaucoup ont à cœur d'accueillir au mieux les nouveaux habitants. Et quand le chômage ou la précarité touchent nos concitoyens, une vie locale harmonieuse favorise la dignité et la recherche d'emploi. Dans les cas de grande solitude, en particulier, la commune est souvent ce premier garant du lien social, avec les services aux personnes âgées, aux personnes fragiles ou en situation de handicap, en développant la vie associative, sportive et culturelle.

Une parole forte d'encouragement

C'est pourquoi nous souhaitons encourager fortement toutes les personnes qui projettent en 2014 de donner quelques années au service du bien commun. Qu'elles travaillent à l'échelle de la commune, de la communauté de communes ou d'agglomération, qu'elles représentent la dimension locale dans les diverses structures de la vie départementale ou régionale, toutes seront invitées à participer à leur façon, à la construction d'une société fraternelle.

Pour les catholiques, en particulier, cette dimension fraternelle comporte un sens très profond. Elle enracine l'engagement pour le bien commun au cœur même de la source de leur foi. Comme le dit le pape François dans sa récente Exhortation apostolique Evangelii Gaudium (§ 179), « la Parole de Dieu enseigne que, dans le frère, on trouve le prolongement permanent de l'Incarnation pour chacun de nous : « Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait' (Mt 25, 40). Tout ce que nous faisons pour les autres a une dimension transcendante».

Nous saluons l'implication des élus

En tant qu'évêques, par notre ministère, nous observons la richesse de la vie locale, particulièrement lors de nos visites pastorales. Les associations, les municipalités et les paroisses, sont souvent, notamment dans les petites communes rurales qui constituent l'immense majorité du tissu communal, les seuls lieux de lien social. Nous savons, bien sûr, les difficultés auxquelles les élus doivent faire face. La crise économique, longue et coûteuse en emplois, en fermetures d'entreprises, la recherche des subventions et des dotations rendent difficiles les projets et les investissements municipaux. Les communes elles-mêmes sont touchées. L'intercommunalité est un degré qui, en période de crise, doit permettre une mutualisation équitable et réfléchie.

Mais nous savons l'énergie avec laquelle les responsables de l'action sociale mettent en œuvre des initiatives nouvelles. Nous savons aussi leur volonté de servir la communauté territoriale tout entière. Nous savons encore l'attachement des maires à « leurs » églises, part essentielle du patrimoine communal, dont ils sont souvent les premiers à initier des restaurations. Pour tout cela, et bien d'autres actions des domaines si variés du développement local, nous saluons leur implication et condamnons les discours populistes répandant la suspicion contre toute représentation politique.

Face à l'individualisme, des hommes et des femmes soucieux de tous

La tendance à l'individualisme, à la perte du sens du bien commun et au rejet de l'autre, quand il est différent ou quand il vient d'ailleurs, nous inquiète. Souvent la peur puis la violence en sont les conséquences. Parfois même, des personnes ont le sentiment qu'elles ne sont plus accueillies là où, il y a quelques années encore, elles avaient toute leur place.

Nous encourageons les candidatures aux élections municipales de 2014 des hommes et des femmes soucieux de tous, notamment dans les nouvelles générations.

Forts de leur humanité, de leur disponibilité, forts aussi, s'ils en sont habités, de leur foi au Christ, ils pourront faire du nouveau, en renversant les mentalités dans le sens de l'amour et de l'Évangile.

Au service du bien commun, ils sauront allier aspirations individuelles, justice sociale, démocratie et paix. Notre pays en vaut la peine. Nous engageons à mettre en œuvre, au niveau local, une vive attention à toutes formes de pauvretés et la conduite d'actions dynamiques et inventives pour le meilleur de la vie ensemble.

Que chaque citoyen, en allant voter, montre sa volonté de prendre sa part dans la recherche du bien commun.

Paris, le 11 décembre 2013 Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, Président

Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, Vice-président

Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, Vice-président

Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris

Mgr Jean-Claude BOULANGER, Évêque de Bayeux et Lisieux

Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez et Vabres

Mgr Jean-Paul JAMES, Évêque de Nantes

Mgr Hubert HERBRETEAU, Évêque d'Agen

Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise

Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d'Autun, Chalon et Mâcon

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 22:15

Les élections municipales : une chance pour le bien commun

Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des Évêques de France à l'approche des élections municipales des 23 et 30 mars 2014.

Au nom des évêques de France, nous tenons à rendre hommage aux hommes et aux femmes impliqués dans la vie municipale. Ces élus de la proximité humaine et géographique, très attachés à leurs communes, quelles que soient leurs dimensions, sont parfois engagés depuis de longues années. Ils savent que, pour chacun d'entre nous, être enraciné en un lieu est une dimension essentielle de la vie personnelle et sociale. Beaucoup ont à cœur d'accueillir au mieux les nouveaux habitants. Et quand le chômage ou la précarité touchent nos concitoyens, une vie locale harmonieuse favorise la dignité et la recherche d'emploi. Dans les cas de grande solitude, en particulier, la commune est souvent ce premier garant du lien social, avec les services aux personnes âgées, aux personnes fragiles ou en situation de handicap, en développant la vie associative, sportive et culturelle.

Une parole forte d'encouragement

C'est pourquoi nous souhaitons encourager fortement toutes les personnes qui projettent en 2014 de donner quelques années au service du bien commun. Qu'elles travaillent à l'échelle de la commune, de la communauté de communes ou d'agglomération, qu'elles représentent la dimension locale dans les diverses structures de la vie départementale ou régionale, toutes seront invitées à participer à leur façon, à la construction d'une société fraternelle.

Pour les catholiques, en particulier, cette dimension fraternelle comporte un sens très profond. Elle enracine l'engagement pour le bien commun au cœur même de la source de leur foi. Comme le dit le pape François dans sa récente Exhortation apostolique Evangelii Gaudium (§ 179), « la Parole de Dieu enseigne que, dans le frère, on trouve le prolongement permanent de l'Incarnation pour chacun de nous : « Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait' (Mt 25, 40). Tout ce que nous faisons pour les autres a une dimension transcendante».

Nous saluons l'implication des élus

En tant qu'évêques, par notre ministère, nous observons la richesse de la vie locale, particulièrement lors de nos visites pastorales. Les associations, les municipalités et les paroisses, sont souvent, notamment dans les petites communes rurales qui constituent l'immense majorité du tissu communal, les seuls lieux de lien social. Nous savons, bien sûr, les difficultés auxquelles les élus doivent faire face. La crise économique, longue et coûteuse en emplois, en fermetures d'entreprises, la recherche des subventions et des dotations rendent difficiles les projets et les investissements municipaux. Les communes elles-mêmes sont touchées. L'intercommunalité est un degré qui, en période de crise, doit permettre une mutualisation équitable et réfléchie.

Mais nous savons l'énergie avec laquelle les responsables de l'action sociale mettent en œuvre des initiatives nouvelles. Nous savons aussi leur volonté de servir la communauté territoriale tout entière. Nous savons encore l'attachement des maires à « leurs » églises, part essentielle du patrimoine communal, dont ils sont souvent les premiers à initier des restaurations. Pour tout cela, et bien d'autres actions des domaines si variés du développement local, nous saluons leur implication et condamnons les discours populistes répandant la suspicion contre toute représentation politique.

Face à l'individualisme, des hommes et des femmes soucieux de tous

La tendance à l'individualisme, à la perte du sens du bien commun et au rejet de l'autre, quand il est différent ou quand il vient d'ailleurs, nous inquiète. Souvent la peur puis la violence en sont les conséquences. Parfois même, des personnes ont le sentiment qu'elles ne sont plus accueillies là où, il y a quelques années encore, elles avaient toute leur place.

Nous encourageons les candidatures aux élections municipales de 2014 des hommes et des femmes soucieux de tous, notamment dans les nouvelles générations.

Forts de leur humanité, de leur disponibilité, forts aussi, s'ils en sont habités, de leur foi au Christ, ils pourront faire du nouveau, en renversant les mentalités dans le sens de l'amour et de l'Évangile.

Au service du bien commun, ils sauront allier aspirations individuelles, justice sociale, démocratie et paix. Notre pays en vaut la peine. Nous engageons à mettre en œuvre, au niveau local, une vive attention à toutes formes de pauvretés et la conduite d'actions dynamiques et inventives pour le meilleur de la vie ensemble.

Que chaque citoyen, en allant voter, montre sa volonté de prendre sa part dans la recherche du bien commun.

Paris, le 11 décembre 2013 Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, Président

Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, Vice-président

Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, Vice-président

Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris

Mgr Jean-Claude BOULANGER, Évêque de Bayeux et Lisieux

Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez et Vabres

Mgr Jean-Paul JAMES, Évêque de Nantes

Mgr Hubert HERBRETEAU, Évêque d'Agen

Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise

Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d'Autun, Chalon et Mâcon

Jean-Baptiste et Jésus

1 ère lecture (Is 35,1-6a.10) Psaume (Ps 145,7-10) 2 ème lecture (Jc 5,7-10) Evangile (Mt 11,2-11)

Dans l’évangile de ce jour, nous voyons, Jean emprisonné par Hérode, coupé de tout, dans une forteresse du désert et les échos qui lui parviennent de l’action de Jésus, le laissent désemparé. Il avait prêché le jour du Seigneur, celui où Dieu sauvera son peuple. Or ce jour semble tarder. Jésus ne se comporte pas comme lui, Jean, l’avait envisagé et le présentait :"Il a sa pelle à vanner à la main. Il va nettoyer son aire et recueillir son blé." (Matthieu 3. 12)

Les premières démarches de Jésus ne correspondent pas à son attente prophétique. Jésus accueille. Il ne rejette pas celui qui n’observe pas la volonté de Dieu. « il ne nettoie pas son aire. »

Alors Jean envoie ses disciples se renseigner auprès de Jésus qu’il avait, au moment du baptême, identifié avec l’Agneau de Dieu dont parlait Isaïe. Jésus lui fait répondre :"Le salut du monde avance chaque fois que le mal recule : mal physique ou ignorance de l’Evangile, de la Bonne Nouvelle."

La réponse est sans ambiguïté. Cette réponse est faite d’un ensemble de citations du prophète Isaïe qui expriment les signes traditionnels de l’avènement du salut, signes que Jésus reprendra d’ailleurs dans la synagogue de Nazareth (Luc 4. 18 à 20) : « les aveugles voient, les boîteux marchent …. »

Le précurseur et l'envoyé de Dieu

Après avoir répondu à Jean-Baptiste par l’intermédiaire de ses messagers, Jésus se tourne vers la foule pour situer le Précurseur par rapport au message dont il était le porteur. Jean est bien le messager que Dieu envoie selon le prophète Malachie (3. 1).

Jésus introduit cependant une modification essentielle et significative. Chez le prophète, Dieu dit :"J’envoie mon messager en avant de moi." A la foule, Jésus cite comme parole de Dieu :"J’envoie mon messager en avant de toi."

La foule présente avait bien entendu la question de Jean :"Es-tu celui qui doit venir ?" Elle entend la réponse. Jésus s’y affirme comme l’incarnation de Dieu lui-même. Le « Moi » de Dieu devient « Toi », le Christ.

1ère lecture : Les merveilles du salut à venir (Is 35, 1-6a.10)

Lecture du livre d'Isaïe

Le désert et la terre de la soif, qu'ils se réjouissent ! Le pays aride, qu'il exulte et fleurisse, qu'il se couvre de fleurs des champs, qu'il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et de Sarône. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s'affolent : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. » Alors s'ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ils reviendront, les captifs rachetés par le Seigneur, ils arriveront à Jérusalem dans une clameur de joie, un bonheur sans fin illuminera leur visage ; allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s'enfuiront.

Psaume : Ps 145, 7, 8, 9ab.10a

R/ Viens, Seigneur, et sauve-nous !

Le Seigneur fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain, le Seigneur délie les enchaînés. Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes. Le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin. D'âge en âge, le Seigneur régnera.

2ème lecture : « Ayez de la patience : la venue du Seigneur est proche » (Jc 5, 7-10)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Frères, en attendant la venue du Seigneur, ayez de la patience. Voyez le cultivateur : il attend les produits précieux de la terre avec patience, jusqu'à ce qu'il ait fait la première et la dernière récolte. Ayez de la patience vous aussi, et soyez fermes, car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d'endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

Evangile : Jean Baptiste et Jésus (Mt 11, 2-11)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Prophète du Très-Haut, Jean est venu préparer la route devant le Seigneur et rendre témoignage à la Lumière. Alléluia. (cf. Lc 1, 76 ; Jn 1, 7)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! » Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu'êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?... Alors, qu'êtes-vous donc allés voir ? Un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu'êtes-vous donc allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu'un prophète. C'est de lui qu'il est écrit : Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour qu'il prépare le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 15 décembre 2013 – 3ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 35,1-6a.10) Psaume (Ps 145,7-10) 2 ème lecture (Jc 5,7-10)

Evangile (Mt 11,2-11)

  • Lundi 16 décembre : De la férie
  • Mardi 17 décembre : De la férie
  • A 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe Tibériade : catéchèse pour adultes ouverte à tous
  • Mercredi 18 décembre : De la férie
  • Jeudi 19 décembre : De la férie
  • Vendredi 20 décembre : De la férie
  • Samedi 21 décembre : De la férie

DIMANCHE 22 décembre 2013 – 4ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 7,10-16) Psaume (Ps 23,1-6) 2 ème lecture (Rm 1,1-7)

Evangile (Mt 1,18-24)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Offices de Noël :

  • - 24 Décembre : Veillée et messe à 18 h à Notre Dame, messe solennelle à minuit à Notre-Dame
  • - 25 Décembre : messe à 9 h à Saint-Louis ; 10h30 à Notre-Dame
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 22:41

Le Messager des mois de novembre/décembre 2013 est consultable en cliquant sur le lien suivant :

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/164198062520200784/Le_Messager_novembre_decembre_2013.pdf

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 22:24

Témoin du Christ au Cameroun

Le Père Georges Vandenbeusch, prêtre du diocèse de Nanterre, est actuellement missionnaire fidei donum* à l’extrême nord du Cameroun. Après une première année sur place, il nous livre un témoignage édifiant et plein d’enthousiasme.

Je suis au Cameroun dans le diocèse de Maroua depuis septembre dernier, dans une paroisse de brousse, de montagnes, qui comprend trois petites villes. Il s’agit d’une paroisse récente, et la majorité de mes paroissiens n’ont pas de parents chrétiens, nous sommes encore dans le temps de la première annonce de l’Évangile.

Pourquoi y aller ? Pour vivre une expérience d’échange entre nos deux diocèses, puisque le père Johannes Kaladzavaï est chez nous au même moment. C’est une expérience de la « catholicité » de l’Église.

(Notre diocèse de Nanterre) ne peut être fidèle qu’en étant en communion avec les autres diocèses de l’Église. Il s’agit de se mettre à l’école de l’Esprit Saint, de découvrir ce que l’Esprit insuffle en d’autres lieux. En m’insérant dans une autre Église locale comme celle de Maroua, si différente, je redécouvre toutes les constantes de l’annonce de l’Évangile et de la vie chrétienne sous un autre angle.

Quelle étrange idée de partir au Cameroun alors qu’il manque tellement de prêtres ici ? Là-bas aussi on en manque ! Sans doute moins dans le sud du pays, mais dans l’extrême nord où je suis, c’est le cas. D’ailleurs pendant mon mois d’absence, je ne peux être remplacé comme on peut le faire encore ici. Ils sont pourtant un petit millier concernés par la messe du dimanche. Mais ils s’organisent pour que le jour du Seigneur soit sanctifié : la prière du dimanche est organisée dans chacun des secteurs. Ils sont nés à la foi dans une Église « pauvre » en prêtres par rapport à nous et s’organisent même s’ils sont moins formés que nous.

Après une première année, j’ai l’impression d’avoir encore tant à découvrir ! Mes progrès attendus dans leur langue, le Maffa, devrait me permettre d’avancer. Mais déjà j’ai l’impression d’avoir revisité tous les grands chemins de mon ministère de prêtre grâce à ce nouvel enracinement. C’est comme une vaste retraite ! Je mesure bien la grâce qui m’est faite de pouvoir être témoin de la vie du Christ dans les coeurs de ces chrétiens d’ailleurs. Je suis pressé d’y retourner ! Père Georges Vandenbeusch

NEUVAINE AU BIENHEUREUX JEAN-PAUL II pour le Père Georges

du 8 Décembre au 17 Décembre

1) Chaque jour la prière ci-dessous, 2) Ensuite une dizaine de chapelet, suivie de l’invocation : « Bienheureux Jean-Paul II, priez pour nous ! » 3) Une communion et confession recommandée durant la neuvaine.

PRIONS :

Ô Sainte Trinité, Nous Te rendons grâce pour avoir fait don à Ton Église du Pape Jean-Paul II et magnifié en lui la tendresse de Ta Paternité, la gloire de la Croix du Christ et la splendeur de l’Esprit d’Amour. Par son abandon sans condition à Ta Miséricorde infinie et à l’intercession maternelle de Marie, il nous a donné une image vivante de Jésus Bon Pasteur et nous a indiqué la sainteté, dimension sublime de la vie chrétienne ordinaire, voie unique pour rejoindre la communion éternelle avec Toi. Par l’intercession de Jean-Paul II, accorde-nous, selon Ta Volonté, la grâce que nous implorons pour la libération du Père Vandenbeusch, par Jésus le Christ notre Seigneur et notre Dieu qui règne avec Toi, Père, et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

Réconciliation et conversion

1 ère lecture (Is 11,1-10) Psaume (Ps 71,1-2.7-8 .12-13.17) 2 ème lecture (Rm 15,4-9) Evangile (Mt 3,1-12)

Un axe de réflexion ressort des lectures choisies pour ce dimanche : la réconciliation et la conversion. Ce sont les fruits des temps messianiques. Réconciliation de la nature. Même l'antique serpent du livre de la Genèse (Gen. 3. 1) ne sera plus porteur de mort :"Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l'enfant étendra la main." (Isaïe 11. 8) Réconciliation ethnique également, puisqu'autour du descendant de David, toutes les nations pourront se rassembler. "Les nations le chercheront." (Isaïe 11. 10) La réconciliation par laquelle le Christ nous a accueillis pour la gloire de Dieu, doit être pour nous une exigence de nous réconcilier avec tous les hommes :" Accueillez-vous donc les uns les autres." Tous ces biens messianiques ne nous seront donnés que si "la connaissance du Seigneur remplit le pays." (Isaïe 11. 9) Saint Paul le rappelle aux Romains :"Les Livres saints ont été écrits pour nous instruire." (Romains 15. 4) et ils nous conduisent à cette connaissance. Réconciliation difficile qui suppose et nécessite une véritable conversion, en grec "metanoia". Dans ce terme grec, il y a à la fois " changement de direction," et "correction de notre pensée et de notre agir." D'une certaine manière, nous pourrions adopter le sens contemporain qu'utilisent les skieurs quand ils pratiquent "une conversion avec leurs skis".

Rien ne nous dispense de la conversion, pas même l'appartenance au Peuple de Dieu, pas même d'être fils d'Abraham. Jean le Baptiste proclame cette « metanoia » comme nécessaire et urgente puisque le Royaume est tout proche. Jésus retrouvera les mêmes mots (Matthieu 4. 17) Dieu garantit les promesses faites aux pères. Il manifeste ainsi sa fidélité. Mais le Peuple de Dieu doit reconnaître son infidélité qui est le péché par excellence. Il doit le reconnaître s'il veut être disposé à la venue du Royaume. Et tout autant que le péché, Israël doit modifier sa vision du Royaume afin d'accueillir comme une autre manifestation de la miséricorde de Dieu, l'entrée des nations païennes dans l'alliance. "Le lion comme le boeuf, mangera du fourrage." (Isaïe 11. 7) "Les nations païennes peuvent lui rendre gloire." (Romains 15. 9)

1ère lecture : Le Messie, roi de paix (Is 11, 1-10)

Lecture du livre d'Isaïe

Parole du Seigneur Dieu : Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l'esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur, qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d'après les apparences, il ne tranchera pas d'après ce qu'il entend dire. Il jugera les petits avec justice, il tranchera avec droiture en faveur des pauvres du pays. Comme un bâton, sa parole frappera le pays, le souffle de ses lèvres fera mourir le méchant. Justice est la ceinture de ses hanches ; fidélité, le baudrier de ses reins. Le loup habitera avec l'agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l'ourse auront même pâturage, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra, sur le trou de la vipère l'enfant étendra la main. Il ne se fera plus rien de mauvais ni de corrompu sur ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer. Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

Psaume : Ps 71, 1-2, 7-8, 12-13, 17

R/ Voici venir un jour sans fin de justice et de paix.

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu'il gouverne ton peuple avec justice, qu'il fasse droit aux malheureux ! En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu'à la fin des lunes ! Qu'il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu'au bout de la terre ! Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie. Que son nom dure toujours ; sous le soleil, que subsiste son nom ! En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux !

2ème lecture : L'espérance offerte par l'Écriture s'étend à toutes les nations (Rm 15, 4-9)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, tout ce que les livres saints ont dit avant nous est écrit pour nous instruire, afin que nous possédions l'espérance grâce à la persévérance et au courage que donne l'Écriture. Que le Dieu de la persévérance et du courage vous donne d'être d'accord entre vous selon l'esprit du Christ Jésus. Ainsi, d'un même cœur, d'une même voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu, vous qui étiez païens. Si le Christ s'est fait le serviteur des Juifs, c'est en raison de la fidélité de Dieu, pour garantir les promesses faites à nos pères ; mais, je vous le déclare, c'est en raison de la miséricorde de Dieu que les nations païennes peuvent lui rendre gloire ; comme le dit l'Écriture : Je te louerai parmi les nations, je chanterai ton nom.

Evangile : Jean Baptiste annonce que le Messie vient juger le monde (Mt 3,1 12)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez la route : tout homme verra le salut de Dieu. Alléluia. (cf. Lc 3, 4.6)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. » Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe : À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui, et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés. Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, et n'allez pas dire en vous-mêmes : 'Nous avons Abraham pour père' ; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise dans l'eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu ; il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 08 décembre 2013 – 2ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 11,1-10) Psaume (Ps 71,1-2.7-8 .12-13.17) 2 ème lecture (Rm 15,4-9)

Evangile (Mt 3,1-12)

  • Lundi 9 décembre : Immaculée Conception de la Vierge Marie, Solennité
  • Mardi 10 décembre : De la férie
  • Mercredi 11 décembre : De la férie
  • Jeudi 12 décembre : De la férie Pas de messe à 9h
  • Vendredi 13 décembre : Sainte-Lucie
  • Samedi 14 décembre : Saint Jean de la Croix

DIMANCHE 15 décembre 2013 – 3ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 35,1-6a.10) Psaume (Ps 145,7-10) 2 ème lecture (Jc 5,7-10)

Evangile (Mt 11,2-11)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Dimanche 15 Décembre de 10 h 30 à 16 h : Dimanche des familles pour les enfants de la catéchèse et leurs parents :

Messe à 10 h 30 à Notre-Dame; pique-nique partagé et accueil de la communauté protestante salle Pierre Lefeuvre ; à 15h : célébration œcuménique autour de lumière de Bethléem dans l’église Notre-Dame.

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) en collaboration avec Fondazione Prada présente : Auguste PERRET, huit chefs-d’œuvre !/ ? Architectures du béton armé - Salle hypostyle du Palais d’Iéna, 9 Place d’Iéna, 75016 tous les jours de 11 h à 18 h jusqu’au 19 février 2014 – Entrée libre (www.expositionperret.fr)

MERCI A TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI ONT REPONDU A L’APPEL DU DENIER DE L’EGLISE, ET AUSSI POUR TOUS LES MESSAGES DE SOUTIEN RECUS

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 17:15

L'Exhortation apostolique « Evangelii gaudium » du Pape François

Extrait de la présentation de l'Exhortation apostolique « Evangelii gaudium » du Pape François publiée le 26 novembre 2013, par Mgr Salvatore Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la Nouvelle évangélisation.

Evangelii gaudium : l'Exhortation apostolique du Pape François écrite à la lumière de la joie, pour redécouvrir la source de l'évangélisation dans le monde contemporain. C'est ainsi que l'on pourrait résumer le contenu de ce nouveau document que le Pape François donne à l'Eglise pour préciser les chemins que la pastorale doit emprunter dans un avenir immédiat. C'est une invitation à retrouver une vision prophétique et positive de la réalité, sans pour autant se cacher les difficultés. Le Pape François nous encourage et nous engage à regarder devant nous, au-delà de ce temps de crise, faisant une nouvelle fois de la croix et de la résurrection du Christ l' « étendard de la victoire » (85). A plusieurs reprises, le Pape François fait référence aux Propositiones du Synode d'octobre 2012, montrant ainsi combien la contribution du Synode fut importante dans la rédaction de cette Exhortation. Le document va cependant plus loin que l'expérience synodale. Le Pape y imprime non seulement sa propre expérience pastorale, mais aussi l'invitation à accueillir le moment de grâce que vit l'Eglise, afin d'avancer avec foi, conviction et enthousiasme la nouvelle étape de l'évangélisation. Reprenant l'enseignement de Evangelii nuntiandi de Paul VI, il place de nouveau au centre la personne de Jésus-Christ, premier évangélisateur qui appelle chacun de nous à prendre part avec lui à l'œuvre du salut (12). « L'action missionnaire est le paradigme de toute œuvre de l'Eglise » (15) affirme le Saint-Père. C'est pourquoi il nous faut accueillir ce temps favorable pour discerner et vivre la « nouvelle étape » de l'évangélisation (17) qui s'articule autour de deux thèmes qui forment la trame de l'Exhortation. D'une part, le Pape François s'adresse aux Eglises particulières, confrontées aux défis et aux opportunités propres aux différents contextes culturels, pour qu'elles soient en mesure de spécifier le travail de nouvelle évangélisation dans leurs pays. D'autre part, le Pape indique un dénominateur commun, pour que toute l'Eglise, et chaque évangélisateur, puisse adopter une méthode commune, signe que l'évangélisation est un chemin où l'on marche à plusieurs, jamais de façon isolée. Les sept points, regroupés dans les cinq chapitres de l'Exhortation, constituent la vision du Pape à propos de la nouvelle évangélisation :

  • - la réforme de l'Eglise sur la voie de la mission
  • - les tentations des agents pastoraux,
  • - l'Eglise comprise comme la totalité du Peuple de Dieu qui évangélise,
  • - l'homélie et sa préparation,
  • - l'intégration sociale des pauvres,
  • - la paix et le dialogue social,
  • - les motivations spirituelles de l'engagement missionnaire.

Le lien entre tous ces thèmes est l'amour miséricordieux de Dieu qui va à la rencontre de chacun pour manifester le cœur de la révélation : la vie de chacun trouve son sens dans la rencontre de Jésus-Christ et dans la joie de partager cette expérience d'amour avec les autres (8).

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 17:08

l'Exhortation apostolique « Evangelii gaudium » du Pape François

Extrait de la présentation de l'Exhortation apostolique « Evangelii gaudium » du Pape François publiée le 26 novembre 2013, par Mgr Salvatore Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la Nouvelle évangélisation.

Evangelii gaudium : l'Exhortation apostolique du Pape François écrite à la lumière de la joie, pour redécouvrir la source de l'évangélisation dans le monde contemporain. C'est ainsi que l'on pourrait résumer le contenu de ce nouveau document que le Pape François donne à l'Eglise pour préciser les chemins que la pastorale doit emprunter dans un avenir immédiat. C'est une invitation à retrouver une vision prophétique et positive de la réalité, sans pour autant se cacher les difficultés. Le Pape François nous encourage et nous engage à regarder devant nous, au-delà de ce temps de crise, faisant une nouvelle fois de la croix et de la résurrection du Christ l' « étendard de la victoire » (85). A plusieurs reprises, le Pape François fait référence aux Propositiones du Synode d'octobre 2012, montrant ainsi combien la contribution du Synode fut importante dans la rédaction de cette Exhortation. Le document va cependant plus loin que l'expérience synodale. Le Pape y imprime non seulement sa propre expérience pastorale, mais aussi l'invitation à accueillir le moment de grâce que vit l'Eglise, afin d'avancer avec foi, conviction et enthousiasme la nouvelle étape de l'évangélisation. Reprenant l'enseignement de Evangelii nuntiandi de Paul VI, il place de nouveau au centre la personne de Jésus-Christ, premier évangélisateur qui appelle chacun de nous à prendre part avec lui à l'œuvre du salut (12). « L'action missionnaire est le paradigme de toute œuvre de l'Eglise » (15) affirme le Saint-Père. C'est pourquoi il nous faut accueillir ce temps favorable pour discerner et vivre la « nouvelle étape » de l'évangélisation (17) qui s'articule autour de deux thèmes qui forment la trame de l'Exhortation. D'une part, le Pape François s'adresse aux Eglises particulières, confrontées aux défis et aux opportunités propres aux différents contextes culturels, pour qu'elles soient en mesure de spécifier le travail de nouvelle évangélisation dans leurs pays. D'autre part, le Pape indique un dénominateur commun, pour que toute l'Eglise, et chaque évangélisateur, puisse adopter une méthode commune, signe que l'évangélisation est un chemin où l'on marche à plusieurs, jamais de façon isolée. Les sept points, regroupés dans les cinq chapitres de l'Exhortation, constituent la vision du Pape à propos de la nouvelle évangélisation :

  • - la réforme de l'Eglise sur la voie de la mission
  • - les tentations des agents pastoraux,
  • - l'Eglise comprise comme la totalité du Peuple de Dieu qui évangélise,
  • - l'homélie et sa préparation,
  • - l'intégration sociale des pauvres,
  • - la paix et le dialogue social,
  • - les motivations spirituelles de l'engagement missionnaire.

Le lien entre tous ces thèmes est l'amour miséricordieux de Dieu qui va à la rencontre de chacun pour manifester le cœur de la révélation : la vie de chacun trouve son sens dans la rencontre de Jésus-Christ et dans la joie de partager cette expérience d'amour avec les autres (8).

Jérusalem, "fondation de la paix"

1 ère lecture (Is 2,1-5) Psaume (Ps 121,1-9) 2 ème lecture (Rm 13,11-14) Evangile (Mt 24,37-44)

C’est ce que signifie ce nom géographique. Nous avons commencé de chanter ce psaume 121 dimanche dernier pour la fête du Christ-Roi, descendant de David, qui avait fixé à Jérusalem sa capitale pour en faire "la fondation de la paix." Le psaume 121 est l’un des chants des pèlerins qui sont montés sur la montagne sainte pour rendre grâce.

Car, dans la perspective biblique, Jérusalem n’est pas une capitale comme les autres. Elle n’a pas été faite pour dominer, mais pour unir le royaume du nord (Israël) et le royaume du sud (Juda). Ce qui en fait le prix, c’est le temple, "la maison du Seigneur notre Dieu", le Dieu de l’Alliance dont l’arche se trouve au coeur de la Cité. Jérusalem est tout à la fois une direction de marche pour le pèlerin, un symbole d’unité entre les habitants et les pèlerins, une ouverture sur le Tout-Autre auquel on rend grâce, une exigence par le droit qui découle de la Loi qui y est conservée.

"Ville où tout ensemble ne fait qu’un. C’est là que montent les tribus du Seigneur. C’est là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur. C’est là le siège du droit, le siège de la maison de David."

Le Christ Jésus est là tout entier. Il est plus que Jérusalem et le Temple. Il est alliance divine et unité des hommes, eucharistie et joie, paix et justice miséricordieuse.

Le jour est proche :

La prophétie d’Isaïe comme le psaume élargissent l’horizon. Les nations (c’est-à-dire les païens) affluent elles aussi. "Il sera le juge des nations, l’arbitre de la multitude des peuples." Dès ce premier dimanche du temps de l’Avent, l’Eglise nous met dans la perspective de l’Epiphanie (Isaïe 60 :"Les nations marcheront vers la lumière.")

L’Eglise réaffirme donc, dès le début du nouveau cycle liturgique, ce qui lui tient à coeur et qui l’anime dans sa marche au long des temps : la paix pour tous les hommes, au-delà de ses limites actuelles. Et l’Eglise, comme Isaïe, n’entend pas dissoudre l’originalité de la Révélation en un universalisme monotone.

1ère lecture : Rassemblement des peuples et paix pour toujours (Is 2, 1-5)

Lecture du livre d'Isaïe

Le prophète Isaïe a reçu cette révélation au sujet de Juda et de Jérusalem : Il arrivera dans l'avenir que la montagne du temple du Seigneur sera placée à la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elle, des peuples nombreux se mettront en marche, et ils diront : « Venez, montons à la montagne du Seigneur, au temple du Dieu de Jacob. Il nous enseignera ses chemins et nous suivrons ses sentiers. Car c'est de Sion que vient la Loi, de Jérusalem la parole du Seigneur.» Il sera le juge des nations, l'arbitre de la multitude des peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances, des faucilles. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on ne s'entraînera plus pour la guerre. Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur.

Psaume : Ps 121, 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9

R/ Allons dans la joie à la rencontre du Seigneur.

Quelle joie quand on m'a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem ! Jérusalem, te voici dans tes murs : ville où tout ensemble ne fait qu'un! C'est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur. C'est là qu'Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur. C'est là le siège du droit, le siège de la maison de David. Appelez le bonheur sur Jérusalem : « Paix à ceux qui t'aiment ! Que la paix règne dans tes murs, le bonheur dans tes palais ! » À cause de mes frères et de mes proches, je dirai : « Paix sur toi ! » À cause de la maison du Seigneur notre Dieu, je désire ton bien.

2ème lecture : « Le jour est tout proche » (Rm 13, 11-14a)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frère, vous le savez : c'est le moment, l'heure est venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu'à l'époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans ripailles ni beuveries, sans orgies ni débauches, sans dispute ni jalousie, mais revêtez le Seigneur Jésus-Christ.

Evangile : « Vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra » (Mt 24, 37-44)

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde : fais-nous voir le jour de ton salut. Alléluia.

(cf. Ps 84, 8)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « L'avènement du Fils de l'homme ressemblera à ce qui s'est passé à l'époque de Noé. À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu'au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. Deux hommes seront aux champs : l'un est pris, l'autre laissé. Deux femmes seront au moulin : l'une est prise, l'autre laissée. Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 01 décembre 2013 – 1 er dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 2,1-5) Psaume (Ps 121,1-9) 2 ème lecture (Rm 13,11-14) Evangile (Mt 24,37-44)

A 14 h 30 salle Pierre Lefeuvre : retour et compte-rendu du pèlerinage en Terre Sainte

  • Lundi 2 décembre : De la férie
  • Mardi 3 décembre : Saint-François-Xavier
  • Mercredi 4 décembre : De la férie
  • Jeudi 5 décembre : De la férie

Jeudi 5 Décembre à 20 h 30 à la salle Chatrian, 118-120 Grande Rue à Villemomble soirée interreligieuse organisée par l’UDPP 93 : "Marche devant ma face et sois intègre, j'établirai mon alliance avec toi" (Ge 17,1) Fils d'Abraham, appelés à suivre notre père commun dans la foi, un dialogue interreligieux.

1ère soirée : "Marche devant ma face..." l'appel de Dieu dans nos traditions religieuses

  • Vendredi 6 décembre novembre : De la férie
  • Samedi 7 décembre : Saint- Ambroise
  • Samedi 7 et Dimanche 8 Décembre de 10 h à 19 h salle Pierre Lefeuvre : Marché de Noël de la paroisse

Nombreux stands pour des cadeaux, épicerie fine et produits de la mer, vente de sapins de Noël

DIMANCHE 08 décembre 2013 – 2ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 11,1-10) Psaume (Ps 71,1-2.7-8 .12-13.17) 2 ème lecture (Rm 15,4-9)

Evangile (Mt 3,1-12)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Dimanche 15 Décembre : Dimanche des familles avec tous les enfants de la catéchèse : messe à 10 h 30; repas partagé avec la communauté protestante salle Pierre Lefeuvre et à 15 h dans l’église : célébration œcuménique ouverte à tous : accueil de la lumière de Béthleem avec les Scouts de France et les Eclaireurs de France.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 20:16

Jérusalem, où nous sommes tous nés spirituellement

"L’évêque de Rome n’en prendra pas son parti tant qu’il y aura des hommes et des femmes qui, quelle que soit leur religion, seront atteints dans leur dignité, privés du nécessaire pour survivre et à qui on vole leur avenir en les réduisant à une vie de réfugiés", a affirmé le pape François en recevant ce jeudi matin au Vatican les membres de l'assemblée de la Congrégation pour les Eglises orientales.

"Aujourd’hui, a ajouté le pape, avec les pasteurs des Églises d’Orient, nous lançons un appel pour que soit respecté le droit de chacun à mener une vie digne et à professer librement sa foi. Nous ne nous résignons pas à imaginer un Moyen-Orient sans les chrétiens qui, depuis deux mille ans, y confessent le nom de Jésus et sont insérés comme des citoyens à part entière dans la vie sociale, culturelle et religieuse des nations auxquelles ils appartiennent."

Toute l'Eglise universelle doit prier, a demandé le pape: "Je m’adresse (...) à toute l’Église, l’exhortant à la prière qui sait obtenir du cœur miséricordieux de Dieu la réconciliation et la paix. La prière désarme l’ignorance et engendre le dialogue là où le conflit est ouvert. Si elle est sincère et persévérante, elle rendra notre voix douce et ferme, capable de se faire écouter même des responsables des Nations."

Le pape a prié pour la consolation de Jérusalem: "Ma pensée va enfin à Jérusalem, lieu où nous sommes tous nés spirituellement (cf. Ps 87,4). Je lui souhaite toute sorte de consolation pour qu’elle puisse vraiment être la prophétie de cette convocation définitive, de l’Orient à l’Occident, disposée par Dieu."

Ce jeudi 21 novembre, à midi, dans la Salle Clémentine du Palais apostolique du Vatican, le pape François a reçu en audience les participants à la session plénière de la Congrégation.

Retraite en ligne pour l'Avent avec Notre Dame du Web

Description :

Cyber-retraite pour le temps de l'Avent sur le thème de la lumière.

Informations :

8 propositions s'articuleront autour de chaque semaine :

1. un édito donnant la tonalité

2. des pistes de prières à partir d'un passage biblique du dimanche

3. un parcours de lecture priante du prophète Isaïe

4. l'écoute d'un chant

5. des exercices pratiques à vivre dans son quotidien

6. une prière à partir d'une œuvre d'art

7. un fond d'écran

8. un livre d'or pour partager ses trésors.

Public Visé : tous

Organisateur : La famille ignatienne

Notre Dame du Web :

http://www.ndweb.org/inscriptions/

Le Christ est Roi, Le Christ est réconciliation

1 ère lecture (2 S 5,1-3) Psaume (Ps 121,1-7) 2 ème lecture (Col 1,12-20) Evangile (Lc 23, 35-43)

La lecture de la lettre aux Colossiens de ce dimanche explicite le mystère de la réconciliation dans le Christ. Tous les êtres trouvent leur unité dans le Fils, icône du Dieu éternel apparue dans le temps.

Ces quelques versets sont l'un des sommets de la révélation où la pensée de Paul converge avec la pensée de saint Jean dans le prologue de son Evangile.

"Le Verbe était la lumière qui éclaire tout homme (saint Jean) - Il vous a rendus capables d'avoir part, dans la lumière (saint Paul) - Tout fut par lui et sans lui rien ne fut (saint Jean) - Tout est créé par lui et pour lui (saint Paul) - Il était au commencement avec Dieu (saint Jean) - Il est avant tous les êtres (saint Paul) - Nul n'a jamais vu Dieu, lui l'a fait connaître (saint Jean - Il est l'icône du Dieu invisible (saint Paul)"

La réconciliation entre Dieu et les hommes est obtenue au prix d'un arrachement. La paix est acquise par le sang de la croix et c'est ainsi que "dans le Christ toute chose a son accomplissement total". Cette réconciliation ne fait pas disparaître le privilège du Peuple élu puisque nous en partageons l'héritage.

Mais, dans le même temps ce peuple de Dieu prend une tout autre dimension : une dimension cosmique "sur la terre et dans les cieux", une dimension à la mesure de l'infini de Dieu "dans le royaume de son Fils bien-aimé, Tête du Corps qui est l'Eglise."

L'avancée dont nous parle saint Paul n'est pas dans le sens de l'abolition de la première alliance, mais de son accomplissement total, dans le Christ. Ce qu'il affirme : "N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi et le Prophète, je ne suis pas venu abolir, mais accomplir" (Matthieu 5. 17)

1ère lecture : David reçoit l'onction royale (2 S 5, 1-3)

Lecture du second livre de Samuel

Toutes les tribus d'Israël vinrent trouver David à Hébron et lui dirent : « Nous sommes du même sang que toi ! Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi, tu dirigeais les mouvements de l'armée d'Israël, et le Seigneur t'a dit : 'Tu seras le pasteur d'Israël mon peuple, tu seras le chef d'Israël.' » C'est ainsi que tous les anciens d'Israël vinrent trouver le roi à Hébron. Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron, devant le Seigneur. Ils donnèrent l'onction à David pour le faire roi sur Israël.

Psaume : Ps 121, 1-2, 3-4, 5-6a.7a

R/ Ton règne, Seigneur, est un règne de paix.

Quelle joie quand on m'a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem ! Jérusalem, te voici dans tes murs : ville où tout ensemble ne fait qu'un ! C'est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur, là qu'Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur. C'est là le siège du droit, le siège de la maison de David. Appelez le bonheur sur Jérusalem : « Que la paix règne dans tes murs ! »

2ème lecture : Dieu nous a fait entrer dans le royaume de son Fils (Col 1, 12-20)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

Frères, rendez grâce à Dieu le Père, qui vous a rendus capables d'avoir part, dans la lumière, à l'héritage du peuple saint. Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, il nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé, par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés. Lui, le Fils, Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature, car c'est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles : tout est créé par lui et pour lui. Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui. Il est aussi la tête du corps, c'est-à-dire de l'Église. Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, puisqu'il devait avoir en tout la primauté. Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total. Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix.

Evangile : Le Roi crucifié (Lc 23, 35-43)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le règne de David notre Père, le Royaume des temps nouveaux ! Béni soit au nom du Seigneur Celui qui vient ! Alléluia. (cf. Mc 11, 10)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d'autres : qu'il se sauve lui-même, s'il est le Messie de Dieu, l'Élu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui. S'approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient : «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs.» L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait : « N'es tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l'autre lui fit de vifs reproches : «Tu n'as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c'est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n'a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne.» Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis.»

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 24 novembre 2013 – Christ, Roi de l’Univers, solennité

1 ère lecture (2 S 5,1-3) Psaume (Ps 121,1-7) 2 ème lecture (Col 1,12-20)

Evangile (Lc 23, 35-43)

  • Lundi 25 novembre : De la férie
  • Mardi 26 novembre : De la férie
  • Mercredi 27 novembre : De la férie
  • Jeudi 28 novembre : De la férie
  • Vendredi 29 novembre : De la férie
  • Samedi 30 novembre : Saint- André, Apôtre

DIMANCHE 01 décembre 2013 – 1 er dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 2,1-5) Psaume (Ps 121,1-9) 2 ème lecture (Rm 13,11-14)

Evangile (Mt 24,37-44)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

  • " A noter :
  • - Dimanche 1 er décembre : Halte spirituelle à l’abbaye de Jouarre : contact Sœur Anne- Marie Petitjean : a-m.petitjean@laposte.net
  • Jeudi 5 Décembre à 20 h 30 salle Chatrian à Villemomble, 118-120 Grande rue, : Soirée interreligieuse sur le thème : l’appel de Dieu dans nos trois religions monothéistes
  • - Samedi 7 et Dimanche 8 Décembre : Marché de Noël de la paroisse salle Pierre Lefeuvre. De nombreux stands, vente massive de sapins de Noël.
  • - Dimanche 15 Décembre : accueil de la lumière de Bethléem, avec les Scouts et Eclaireurs de France. Célébration œcuménique à 15 h à Notre Dame.
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:25

Enlèvement du père Georges : émotion et prière

Message de Mgr Podvin, porte-parole des évêques, suite à l'enlèvement dans la nuit du 13 au 14 novembre 2013 du père Georges Vandenbeusch, curé de la paroisse de Nguetchewe, dans le nord du Cameroun.

L'émotion est vive d'apprendre l'enlèvement dans le diocèse de Maroua-Mokolo, près de Koza dans le nord du Cameroun, du Père Georges Vandenbeusch, prêtre diocésain de Nanterre et prêtre en mission fidei donum depuis deux ans au Cameroun. Toutes les énergies se mobilisent. On comprendra que la discrétion se garde et que l'on s'en tienne aux communiqués officiels. Merci à tous de porter le Père Georges ainsi que ses proches et ses paroissiens dans la prière, la pensée et la solidarité. Notre soutien s'élargit à tous ceux qui sont otages dans le monde.

Mgr Bernard Podvin

Porte-parole des évêques de France

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris l’enlèvement de mon ami Georges. J’ai été au séminaire avec lui, je lui ai succédé à la mission régionale des vocations, j’ai beaucoup partagé avec lui. Je pense à ses proches, ses amis de Sceaux, là où il a exercé à merveille son ministère. J’ai été surpris quand il a annoncé son départ fidéi donum en Afrique. Georges un homme secret, plein de ressort intérieur… Dans l’épreuve qu’il connaît, je prie que le Christ l’assiste… Vous ne le connaissez pas, mais je vous demande de prier pour lui et avec lui.

Père Frédéric Benoist

Thème des prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse

Le Pape François a choisi les thèmes des trois prochaines éditions annuelles des Journées mondiales de la Jeunesse qui marqueront les étapes de préparation spirituelle aux JMJ qu'il présidera à Cracovie (Pologne) en juillet 2016. Ils sont extraits des Béatitudes (Matthieu 5, 3-12).

XXIXème Journée mondiale de 2014: "Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux leur appartient".

XXXème Journée mondiale 2015: "Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu".

XXXIème JMJ 2016 à Cracovie : "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde".

Les trois thèmes sont extraits des Béatitudes (Matthieu 5, 3-12). Aux JMJ 2013 à Rio de Janeiro (Brésil), le Pape François a instamment demandé aux jeunes de relire les Béatitudes pour en faire un programme de vie : "Regarde, lis les Béatitudes qui te feront du bien!", avait-il dit aux jeunes Argentins le 25 juillet dernier.

Ne vous laissez pas égarer

1 ère lecture (Si 35,12-14 .16-18) Psaume (Ps 33,2-3.16.18.19.23) 2 ème lecture (2 Tm 4,6-8.16-18) Evangile (Lc 18,9-14)

La suite de l’Evangile d’aujourd’hui avait déjà été lue, au premier dimanche de l’Avent, en novembre 1999, au début de l’année liturgique.

Saint Luc distingue plus nettement que saint Marc les différents plans historiques : la destruction du temple, dont "il ne restera pas pierre sur pierre"; la venue dernière "qui ne sera pas tout de suite" et, entre les deux, un temps intermédiaire "Il faut que cela arrive d’abord." La persécution, le témoignage et la présence du Christ y sont intimement liés, comme dans le discours après la Cène (Jean 14 à 17) sont intimement associés la haine du monde et l’envoi du Paraclet", de l’Esprit consolateur et protecteur.

La venue dernière, "la fin du monde" n’est pas présentée comme une fin en soi et un anéantissement, mais comme les déchirements qui sont les douleurs d’un enfantement (Matthieu 24. 8) d’une humanité nouvelle dans un monde nouveau (Romains 8). C’est donc à nous de voir clair, de ne pas nous laisser égarer, de rester confiants malgré tout, quelles que soient nos épreuves.

Le Christ le répète à ses disciples :"Prenez garde de ne pas vous laisser égarer... ne vous souciez pas de votre défense ...pas un cheveu de votre tête ne sera perdu." Cette nécessaire persévérance a été soulignée par saint Paul aux Thessaloniciens (1 Thes. 3.5). Saint Luc, son disciple, rappelle que c’est une parole de Jésus qui la fonde :"C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie."

Le texte grec, qui est celui de saint Luc, est plus fort en ce qu’il exprime. La « persévérance » est la traduction du mot grec "upomonè" qui signifie "force de résistance dans la durée"., "Supporter les coups sans fléchir". La « vie » est la traduction de "psuchè" qui est l’âme en tant qu’elle est notre être personnel.

Cette maîtrise constante, cette fidélité, est l’un des aspects de l’espérance elle-même et non pas une insensibilité aux coups reçus. Dans cet effort de "constance", nous savons que nous ne sommes pas seuls : "je vous inspirerai un langage et une sagesse" . A l’inverse, ce seront nos adversaires qui ne pourront "nous opposer ni résistance, ni contradiction". (Luc 21. 15)

1ère lecture : Le jour du Seigneur (Ml 3, 19-20)

Lecture du livre de Malachie

Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme une fournaise. Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l'impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera, déclare le Seigneur de l'univers, il ne leur laissera ni racine ni branche. Mais pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de justice se lèvera : il apportera la guérison dans son rayonnement.

Psaume : Ps 97, 5-6, 7-8, 9

R/ Il vient, le Seigneur, gouverner le monde avec justice.

Jouez pour le Seigneur sur la cithare, sur la cithare et tous les instruments ; au son de la trompette et du cor, acclamez votre roi, le Seigneur ! Que résonnent la mer et sa richesse, le monde et tous ses habitants ; que les fleuves battent des mains, que les montagnes chantent leur joie. Acclamez le Seigneur, car il vient pour gouverner la terre, pour gouverner le monde avec justice, et les peuples avec droiture !

2ème lecture : Travailler en attendant le jour du Seigneur (2 Th 3, 7-12)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, vous savez bien, vous, ce qu'il faut faire pour nous imiter. Nous n'avons pas vécu parmi vous dans l'oisiveté ; et le pain que nous avons mangé, nous n'avons demandé à personne de nous en faire cadeau. Au contraire, dans la fatigue et la peine, nuit et jour, nous avons travaillé pour n'être à la charge d'aucun d'entre vous. Bien sûr, nous en aurions le droit ; mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter. Et quand nous étions chez vous, nous vous donnions cette consigne : si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. Or, nous apprenons que certains parmi vous vivent dans l'oisiveté, affairés sans rien faire. À ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus-Christ cet ordre et cet appel : qu'ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu'ils auront gagné.

Evangile : Bouleversements et persécutions annoncent le jour du Seigneur (Lc 21, 5-19)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Redressez-vous, levez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit.»Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser?» Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. » Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre, et çà et là des épidémies de peste et des famines ; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel. Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l'on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon Nom. Ce sera pour vous l'occasion de rendre témoignage. Mettez-vous dans la tête que vous n'avez pas à vous soucier de votre défense. Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d'entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 17 novembre 2013 – 33 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ml 3, 19-20a) Psaume (Ps 97,5-9) 2 ème lecture (2 Th 3,7-12)

Evangile (Lc 21,5-19)

  • Lundi 18 novembre : De la férie
  • § A 12 h au Temple protestant : rencontre avec le pasteur protestant du Raincy
  • Mardi 19 novembre : De la férie
  • A 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : rencontre du groupe Tibériade, catéchèse pour adultes ouverte à tous
  • A 20 h 30 dans l’église Notre-Dame : répétition de la chorale paroissiale
  • Mercredi 20 novembre : De la férie

Groupe scolaire Sainte-Clotilde :

  • En matinée: rencontre inter-religieuse avec les élèves de Terminale
  • L’après midi : retraite de préparation à la profession de foi des jeunes de 6 ème
  • Jeudi 21 novembre : Présentation de la Vierge
  • Vendredi 22 novembre : Sainte-Cécile
  • Samedi 23 novembre : De la férie

DIMANCHE 24 novembre 2013 – Christ, Roi de l’Univers, solennité

1 ère lecture (2 S 5,1-3) Psaume (Ps 121,1-7) 2 ème lecture (Col 1,12-20)

Evangile (Lc 23, 35-43)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

CLOTURE DE L’ANNEE DE LA FOI

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 21:05

L’avortement banalisé

« Un événement assez courant », qui « n’est pas un problème » mais une « solution » : en quelques mots, la philosophie du rapport sur l’avortement, présenté jeudi 7 novembre par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, est plantée. L’interruption volontaire de grossesse est un acte banal, un droit qu’il faut rendre plus accessible encore. Quarante propositions ont donc été rédigées. Selon ces recommandations, dont plusieurs portent sur l’organisation des centres d’IVG, disparaîtrait du code de santé publique la notion de « détresse » pour avoir recours à l’IVG, serait aboli le délai de sept jours nécessaires à la réflexion ; il est également suggéré de mettre fin à l’objection de conscience pour le personnel médical ne souhaitant pas pratiquer des avortements.

Curieusement, il est également recommandé que l’IVG ne soit pas consignée sur les documents de remboursement de l’assurance-maladie, dans un souci de « confidentialité ». Si l’acte est si « courant », pourquoi donc vouloir le dissimuler ? Ce que le gouvernement fera de ces recommandations, il serait prématuré de le prédire. Tiendra-t-il à prendre à nouveau de front les convictions d’un certain nombre de citoyens pour qui l’avortement concerne bien évidemment les femmes, mais également un enfant à naître ?

Dans nos sociétés se développe une logique qui privilégie le droit absolu des individus à décider pour eux-mêmes, de leur corps, de leur vie, de leur mort. Mais, en l’occurrence, un tiers est en jeu, un embryon qui, selon les circonstances, au même stade de développement, peut être supprimé ou apparaître comme infiniment précieux pour la femme qui le porte et le désire. Certes, beaucoup de nos contemporains ne partagent pas la conviction que ce tiers doit être protégé parce qu’il est une vie en devenir et mettent en priorité le droit des femmes à interrompre une grossesse non désirée, mais même parmi ceux-là, beaucoup jugent que l’avortement n’est pas un acte banal, sans conséquences sanitaires ou psychologiques. Et qu’il serait plus utile et plus humanisant d’éduquer les hommes et les femmes à une sexualité responsable. Et là, il y a véritable urgence.

Dominique Quinio (La Croix du 8 Novembre)

Il est le Dieu des vivants

1 ère lecture (Si 35,12-14 .16-18) Psaume (Ps 33,2-3.16.18.19.23) 2 ème lecture (2 Tm 4,6-8.16-18) Evangile (Lc 18,9-14)

En entendant les paroles de Jésus que saint Luc nous transmet, et que nous avons méditées dimanche dernier (« La gloire de Dieu, c'est l'homme vivant »-Psaume 144), nous entendons les nombreux passages où saint Paul affirme que nous sommes les héritiers et les cohéritiers du Christ. "Ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection." (Luc 20. 36)

Les sadducéens ne croyaient pas à la résurrection, parce qu'ils constituaient un milieu très conservateur et très traditionaliste en matière religieuse (et sociale d'ailleurs). La résurrection avait émergé trop récemment dans la foi juive pour qu'ils puissent l'admettre.

Ce n'était pas clairement dit dans les Livres de la Loi, les cinq premiers livres de l'Ecriture, sur lesquels ils fondent toute leur conviction. Jésus va répondre à leur objection de deux manières :

1 - en montrant que le monde de la résurrection n'est pas purement et simplement, le prolongement du nôtre. Il est autre tout en le prolongeant.

Saint Paul dira : "Semé corps animal, il ressuscite corps spirituel (1 Corinthiens 15. 44).

Les impossibilités et les limites de notre monde, marqué par le temps, ne valent plus dans le monde transfiguré de l'éternité. Les arguties des sept mariages n'y valent rien.

2 - en se référant à Moïse, le personnage central de la Loi sur lequel ils s'appuient. Lors de la révélation au buisson ardent dans le désert, au moment même où il révèle sa pérennité ("Je suis"), Dieu s'était présenté comme étant dans l'aujourd'hui (« Je suis ») de cette révélation, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.

Dans le processus de la Révélation, les patriarches ne sont donc pas seulement des jalons du passé. Ils sont dans l'aujourd'hui de Dieu, par Dieu et pour Dieu. Ils sont des vivants qui ressusciteront au Dernier Jour. "Tous vivent en effet pour lui" (Luc 20. 38) Et ce "pour" n'est à prendre dans le sens de "à son profit, à son service", mais "à ses yeux, dans sa pensée".

C'est dans ce sens, également, qu'il nous faut lire la lettre de saint Paul aux Thessaloniciens. Ils étaient anxieux d'un retour rapide d'un Christ glorieux. Saint Paul leur donne tout un programme de vie, qui doit être aussi le nôtre. "Laissez-vous réconforter." ..."Il nous a aimés et nous a donné toujours réconfort et joyeuse espérance." ... "Il est fidèle."

1ère lecture : Sept frères meurent martyrs dans l'espérance de la résurrection (2M 7, 1-2.9-14)

Lecture du second livre des Martyrs d'Israël

Sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. À coups de fouet et de nerf de bœuf, le roi Antiochus voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite. L'un d'eux déclara au nom de tous : « Que cherches-tu à savoir de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères. » Le deuxième frère lui dit, au moment de rendre le dernier soupir : « Tu es un scélérat, toi qui nous arraches à cette vie présente, mais puisque nous mourons par fidélité à ses lois, le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle. » Après celui-là, le troisième fut mis à la torture. Il tendit la langue aussitôt qu'on le lui ordonna, et il présenta les mains avec intrépidité, en déclarant avec noblesse : « C'est du Ciel que je tiens ces membres, mais à cause de sa Loi je les méprise, et c'est par lui que j'espère les retrouver. » Le roi et sa suite furent frappés du courage de ce jeune homme qui comptait pour rien les souffrances. Lorsque celui-ci fut mort, le quatrième frère fut soumis aux mêmes tortures. Sur le point d'expirer, il parla ainsi : « Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend la résurrection promise par Dieu, tandis que toi, tu ne connaîtras pas la résurrection pour la vie éternelle. »

Psaume : Ps 16, 1.3ab, 5-6, 8.15

R/ Le jour viendra, Seigneur, où je m'éveillerai en ta présence

Seigneur, écoute la justice ! Entends ma plainte, accueille ma prière. Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit, tu m'éprouves, sans rien trouver. J'ai tenu mes pas sur tes traces, jamais mon pied n'a trébuché. Je t'appelle, toi, le Dieu qui répond : écoute-moi, entends ce que je dis. Garde-moi comme la prunelle de l'œil ; à l'ombre de tes ailes, cache-moi. Et moi, par ta justice, je verrai ta face : au réveil, je me rassasierai de ton visage.

2ème lecture : Exhortation à la persévérance (2 Th 2, 16-17; 3, 1-5)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, laissez-vous réconforter par notre Seigneur Jésus Christ lui-même et par Dieu notre Père, lui qui nous a aimés et qui, dans sa grâce, nous a pour toujours donné réconfort et joyeuse espérance ; qu'ils affermissent votre cœur dans tout ce que vous pouvez faire et dire de bien. Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu'on lui rende gloire partout comme chez vous. Priez pour que nous échappions à la méchanceté des gens qui nous veulent du mal, car tout le monde n'a pas la foi. Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal. Et, dans le Seigneur, nous avons pleine confiance en vous : vous faites et vous continuerez à faire ce que nous vous ordonnons. Que le Seigneur vous conduise à l'amour de Dieu et à la persévérance pour attendre le Christ.

Evangile : Les morts ressusciteront (brève : 27...38) (Lc 20, 27-38)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus Christ, premier-né d'entre les morts, à toi gloire et puissance pour les siècles. Alléuluia. (cf. Ap 1, 5-6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Des sadducéens — ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection — vinrent trouver Jésus, et ils l'interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère. Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d'enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme ? » Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient. Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : 'le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob'. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 10 novembre 2013 – 32 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (2 M 7,1-2.9-14) Psaume (Ps 16, 1.3.5-6.8.15) 2 ème lecture (2 Th 2,16-3,5)

Evangile (Lc 20,27-38)

  • Lundi 11 novembre : Saint Martin

A 9 h dans la crypte : Messe pour les morts des guerres

  • Mardi 12 novembre : Saint-Josaphat
  • A 20 h 30 dans l’église Notre-Dame : répétition de la chorale paroissiale
  • Mercredi 13 novembre : De la férie
  • Jeudi 14 novembre : De la férie
  • Vendredi 15 novembre : De la férie

« Accompagner le temps de la vie qui se dégrade, le chrétien et la foi »

Soirée organisée à la Maison diocésaine par le service de la Pastorale de la Santé de 20 h 30 à 22 h 30, 6 Avenue Pasteur - 93140 BONDY

  • Samedi 16 novembre : De la férie

DIMANCHE 17 novembre 2013 – 33 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Ml 3, 19-20a) Psaume (Ps 97,5-9) 2 ème lecture (2 Th 3,7-12)

Evangile (Lc 21,5-19)

Collecte annuelle du Secours Catholique

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Les 7 et 8 Décembre prochains, notre paroisse organise une vente de charité et marché de Noël. Nous sommes preneurs de pots de confitures faites maison….

Vous pouvez les apporter au presbytère… MERCI

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens