Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 19:54

Pas à pas avec le Christ

Avouons-le : il faut un peu de courage pour entrer dans le temps du Carême... Cela semble long, si long. Et puis on s'en fait souvent une idée un peu trop exclusivement austère et pénitente, alors qu'il s'agit d'abord et avant tout d'entrer dans le temps du désir, dans le temps du pas-à-pas avec le Christ sur son chemin d'amour, de mort et de gloire. Le mot de chemin est peut-être celui qu'il nous faut garder, au moment de nous engager dans ce temps de grâce et de renouvellement. Un chemin que l'Église, en sa sagesse toute maternelle, balise pour nos pas, en même temps que pour ceux des catéchumènes en marche vers le baptême, de dimanche en dimanche.

Le mercredi des Cendres et le dimanche de la Tentation nous invitent à nous engager pleinement dans l'aventure du Carême : l'enjeu en est vital, car il s'agit de passer des cendres de notre condition mortelle à la gloire de la condition de fils dans le Fils vainqueur du tentateur.

Nous sommes ensuite saisis par la vie qui jaillit déjà, comme par avance, de la croix. Avec les catéchumènes qui seront baptisés dans la nuit de Pâques, nous contemplons la lumière du Transfiguré (2e dimanche) et nous aspirons de tout notre être à l'eau vive jaillissant en vie éternelle (3e dimanche).

Mais le chemin se resserre vers le Golgotha : à mesure que le don de Dieu se révèle et se laisse contempler, le dessein de mort de ceux qui «ne l'ont pas accueilli» se referme comme un étau autour du Fils de l'homme. La guérison de l'aveugle-né (4e dimanche) accroît l'hostilité envers Jésus, et la résurrection de Lazare (5e dimanche), ultime étape avant la Pâque — et comme sa préfiguration — scelle sa condamnation définitive.

1.Inscription Retr@ite Carême 2014 | Province de Paris des Carmes ... www.carmes-paris.org/inscription-careme2014

2. Vivre le Carême en ligne - Église Catholique en France www.eglise.catholique.fr/...de.../careme/vivre-le-careme-en-ligne

Carême 2014 : retraite en ligne avec Ste Thérèse de Lisieux : ... www.carmel.asso.fr/Careme-2014-retraite-en-ligne-avec-Ste-Therese-de-

3. Retraite en ligne Careme 2014 - Vidéo Dailymotion www.dailymotion.com/.../x1cgqqh_retraite-en-ligne-careme-2014

Retraite dans la Ville www.retraite

Pour ceux qui n'ont pas le temps de faire une pause pendant le Carême, voici l'occasion de vivre, avec les dominicains, un temps de spiritualité et de réflexion

Vivre le Carême - Diocèse d'Angers, site officiel

Le Carême n'a de sens que pour préparer les chrétiens à vivre en hommes nouveaux dans le Christ ressuscité. ... On y trouve des retraites en ligne adaptées, des activités autour de ce temps de préparation à Pâques et des ... février 2014 » ...

4. Carême dans la Ville - S'arrêter, prendre le temps www.careme

5. Le psaume avec le CCFD-Terre Solidaire - En Eglise - Servir ... ------

Confiance en Dieu notre Père

1 ère lecture (Is 49,14-15) Psaume (Ps 61,2-3.8-9) 2 ème lecture (Co 4,1-5) Evangile (Mt 6, 24-34)

« Le Seigneur est mon appui : il m’a dégagé, m’a donné du large, il m’a libéré, car il m’aime ». L’antienne d’ouverture de la liturgie de ce jour nous en donne le fil rouge et la clé d’interprétation : la Parole de Dieu veut nous libérer de nos asservissements, afin que nous connaissions « la joie de le servir sans inquiétude », et que « les événements de ce monde se déroulent dans la paix, selon le dessein » du Père (cf. Or. d’ouv.).

D’où viennent nos divisions, nos oppositions, nos conflits ? De nos divisions, nos oppositions, nos conflits intérieurs, que nous projetons - individuellement et collectivement - sur notre entourage ! « Aucun homme ne peut servir deux maîtres », nous dit Jésus ; et pourtant, combien de faux maîtres n’avons-nous pas ? Tantôt nous aimons l’un et détestons l’autre, tantôt nous nous attachons à ce dernier et méprisons le premier. Nous sommes sans cesse en contradiction intérieure, divisés entre nos multiples appartenances contradictoires.

Jésus choisit pour exemple l’argent, qui constitue le paradigme de nos convoitises, puisqu’il donne accès à l’avoir, au pouvoir et à la gloire selon ce monde. Ce n’est pas l’argent en tant que tel qui est mis en cause : s’il n’existait pas, il faudrait réinstaurer le troc - ce qui ne serait probablement guère mieux. Mais c’est notre relation à l’argent que Jésus critique : de serviteur, ou plutôt de moyen d’échange de biens et de services, il est devenu une fin en soi, un absolu, c’est-à-dire une idole. Lorsque Jésus met en accusation « l’argent trompeur » (Lc 16, 9), il dénonce le mensonge qu’il représente : ces quelques pièces de métal éveillent en nous des désirs inavouables, qui sont à mettre en lien avec le péché des origines. Coupés de Dieu, nous sommes enfermés dans nos peurs : peur de l’avenir, peur de l’autre, peur de la maladie, peur des imprévus, peur des revers de fortune ; aussi sommes-nous en quête de sécurité, d’assurances en tous genres, que nous espérons trouver dans l’argent, supposé nous prémunir de tous les aléas de la vie.

Illusoire le repos qui prétend se fonder sur l’abondance matérielle ! Souvenons-nous du propriétaire dont les terres avaient beaucoup rapporté et qui se disait : « Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence. Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?” ». Et Jésus de conclure : « Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu » (Lc 12, 16-21). Heureux celui qui peut dire avec le Psalmiste : « Je n’ai de repos qu’en Dieu seul, mon salut vient de lui : lui seul est mon salut, la citadelle qui me rend inébranlable » (Ps 61) ; il ne sera pas déçu, car il a mis dans le Très-Haut son espérance.

1ère lecture : Dieu ne peut pas oublier son peuple (Is 49, 14-15)

Lecture du livre d'Isaïe

Jérusalem disait : « Le Seigneur m'a abandonnée, le Seigneur m'a oubliée. »

Est-ce qu'une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l'oublier, moi, je ne t'oublierai pas. — Parole du Seigneur tout-puissant.

Psaume : 61, 2-3, 8, 9

R/ En Dieu seul, le repos de notre âme.

Je n'ai de repos qu'en Dieu seul, mon salut vient de lui. Lui seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle : je suis inébranlable. Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu. Chez Dieu, mon refuge, mon rocher imprenable ! Comptez sur lui en tout temps, vous, le peuple. Devant lui épanchez votre cœur : Dieu est pour nous un refuge.

2ème lecture : C'est Dieu qui juge : ne jugez pas (1 Co 4, 1-5)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, il faut que l'on nous regarde seulement comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu.

Et ce que l'on demande aux intendants, c'est en somme de mériter confiance.

Pour ma part, je me soucie fort peu de votre jugement sur moi, ou de celui que prononceraient les hommes ; d'ailleurs, je ne me juge même pas moi-même.

Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n'est pas pour cela que je suis juste : celui qui me juge, c'est le Seigneur.

Alors, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Confiance en Dieu notre Père (Mt 6, 24-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Cherchez d'abord le royaume de Dieu, et tout vous sera donné par surcroît. Alléluia. (Mt 6, 33)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent.

C'est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?

Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?

D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ?

Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.

Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux.

Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?

Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : 'Qu'allons-nous manger ?' ou bien : 'Qu'allons-nous boire ?' ou encore : 'Avec quoi nous habiller ?'

Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.

Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché.

Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • L’adoration du Saint-Sacrement reprendra le Samedi 8 Mars dans la crypte Notre-Dame de 9 h 30 à 12 h.

DIMANCHE 2 mars 2014 – 8 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 49,14-15) Psaume (Ps 61,2-3.8-9) 2 ème lecture (Co 4,1-5) Evangile (Mt 6, 24-34)

  • Lundi 3 mars : De la férie
  • Mardi 4 mars : De la férie

Mercredi 5 Mars : Mercredi des Cendres, entrée en Carême :

Messe à 9 h à l’église Saint-Louis, et 19 h 30 à l’église Notre-Dame

  • Jeudi 6 mars : Jeudi après les cendres, de la férie
  • Vendredi 7 mars : vendredi après les cendres, de la férie
  • Samedi 8 mars : samedi après les cendres, de la férie

DIMANCHE 9 mars 2014 – 1er dimanche de Carême

1 ère lecture (Gn 2,7-9 et 3,1-7) Psaume (Ps 50,3-6.12-14.17) 2 ème lecture (Rm 5,12-19)

Evangile (Mt 4,1-11)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Catéchèse pour les enfants qui se préparent à la première communion et leurs parents sur la Parole de Dieu

JOURNEE DES FIANCES

$Dimanche 23 Mars : célébration du sacrement des malades au cours de la messe de 10 h 30 à l’église Notre-Dame.

Les bulletins d’inscription sont au fond de l’église.

  • - A 15 h dans l’église Notre-Dame concert d’orgue avec une lectio divina de textes de la liturgie du Carême.
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 14:41

La pensée sociale de l'Eglise accessible à tous

Avec « Notre bien commun » (éd. de l'Atelier), le Service national Famille et Société (SNFS) publie un livre et un DVD pour faire connaître la pensée sociale de l'Eglise catholique. Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du Conseil Famille et Société, l'a présenté avec Monique Baujard, directrice du SNFS, et Elena Lasida, chargée de mission Justice et Paix.

La pensée sociale de l'Eglise est pour tous ! C'est « notre bien commun ». Alors que les questions d'actualité -dignité de la personne humaine, fragilisation de la famille - posent celle de l'engagement des chrétiens dans la société, comme le souligne Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du Conseil Famille et Société, cet ouvrage se veut accessible au grand public.

Après une introduction sur les grands principes qui structurent la pensée sociale de l'Eglise, l'équipe de Monique Baujard, directrice du Service national Famille et Société (SNFS), a retenu 6 thèmes : politique, travail, propriété, styles de vie, familles et migrations. Elle a fait appel à des experts mais aussi à des professionnels de la pédagogie - notamment l'Enseignement catholique- pour que ce parcours soit un véritable outil à utiliser en groupe : en paroisse, en aumônerie, dans les mouvements.

Indépendante, chaque thématique est introduite en vidéo par des témoignages sur des actions concrètes : plateforme de prêt d'objets sur Internet pour la problématique des styles de vie, engagement syndicaliste pour le chapitre sur le travail, prise en compte de l'éthique dans les investissements financiers pour introduire la réflexion sur la propriété...

Lors d'un entretien filmé, la parole est ensuite donnée à un spécialiste : P. Christian Mellon s.j. du CERAS sur les migrants, P. Antoine Sondag, directeur du Service national de la Mission universelle de l'Eglise, sur le travail... On retrouve ensuite son intervention rédigée dans le livre, enrichie par des renvois à des textes de référence.

Des questions permettent alors de lancer le débat dans le groupe. Une bibliographie - documents du Saint-Siège, de l'Eglise universelle mais aussi de la Conférence des évêques de France - propose d'aller plus loin.

Une pensée en devenir pour un agir avec d'autres

« Notre bien commun » n'est donc pas une encyclopédie de plus sur la pensée sociale. Et Monique Baujard de préciser que celle-ci ne cherche pas à imposer « un modèle idéal » mais fournit plutôt des « repères ».

Pour Elena Lasida, chargée de mission Justice et Paix, qui intervient sur les styles de vie, l'Eglise est en attente d'une contribution des chrétiens pour « la faire avancer ». « L'Eglise se fait conversation, rappelle-t-elle, citant l'encyclique de Paul VI Ecclesiam Suam (1964). La pensée sociale est le fruit d'un discernement collectif ».

Le Pape François nous y invite ! Notre foi, écrit-il, nous donne « un profond désir de changer le monde et de transmettre des valeurs » (Evangelii Gaudium, Chapitre 4, I, 183). Ainsi la pensée sociale peut-elle ouvrir au dialogue avec des non-croyants qui rejoignent les chrétiens sur des questions essentielles au vivre ensemble.

Prendre conscience de ce que nous sommes…

1 ère lecture (Lv 19,1-2.17-18) Psaume (Ps 102,1-4.8.10.12-13) 2 ème lecture (Co 3,16-23) Evangile (Mt 5,38-48)

La conduite que le Christ attend de ses disciples nous conduit sur le chemin des exigences de la véritable sagesse. Nous sommes de la même "pâte" humaine que l'adversaire qui nous attaque ou nous fait procès. Et cette similitude nous donne déjà le devoir d'une certaine compréhension, d'une certaine indulgence, dans nos comportements comme dans nos réactions. Ce que nous attendons des autres, eux sont aussi en droit de l'attendre de nous.

Mais la pensée de Dieu, c'est davantage ou plutôt, c'est tout autre. "Soyez parfaits ... Soyez comme moi ... imitez-moi," non pas comme un modèle extérieur à vous-mêmes qui influencerait votre comportement. Mais " Soyez saint ... soyez tendresse et pitié ... parce que l'Esprit de Dieu habite en vous."

" Tout vous appartient", la pensée de Paul, la pensée d'Apollos, la pensée de Pierre. Nous ne pouvons pas en éliminer une contre l'autre...non comme une possession, mais comme un trésor, une richesse dont vous êtes plus que les gérants. " Cela nous appartient". Il est venu le temps de transposer dans le quotidien ce que nous sommes, ou plus exactement qui nous sommes.

Et non pas ce que nous avons acquis par nos expériences ou nos connaissances.

Comme les Corinthiens nous avons tendance à nous appuyer sur des penseurs, des experts, des théologiens, des maîtres de spiritualité. Sans réduire l'apport de ces maîtres, nous avons à mesurer la portée de l'affirmation de l'apôtre qui a conduit la communauté chrétienne de Corinthe à la connaissance de l'Évangile. "Vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu." ... "On ne peut pas diviser le Christ ", disait-il aux Corinthiens (1 Cor. 1/ 1à 17) Paul lui-même est un pharisien converti et l'infatigable prédicateur de la révélation sur le chemin de Damas. Apollos est un théologien de la célèbre académie théologique d'Alexandrie. Pierre est celui sur qui Jésus a fondé son Église et qui est celui qui en confirme la foi. "Tout vous appartient". Vous pouvez appartenir à ces courants spirituels et doctrinaux, dit Paul. Vous pouvez les faire vôtres et vous reconnaître en eux. Vous pouvez être puissants, savants, décideurs de la vie politique, sociale ou scientifique. " Le monde, et la vie et la mort, le présent et l'avenir, tout vous appartient". Tout est à vous ....Oui et non.

Nos valeurs ne sont rien si cette échelle des valeurs ne nous conduisait plus haut. "Vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu." La sagesse du monde est folie devant Dieu. Seule la folie de Dieu est sagesse. Nous avons à nous en souvenir.

1ère lecture : Tu aimeras ton prochain, car je suis saint (Lv 19, 1-2.17-18)

Lecture du livre des Lévites

Le Seigneur adressa la parole à Moïse : « Parle à toute l'assemblée des fils d'Israël ; tu leur diras : Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. Tu n'auras aucune pensée de haine contre ton frère. Mais tu n'hésiteras pas à réprimander ton compagnon, et ainsi tu ne partageras pas son péché. Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur ! »

Psaume : 102, 1-2, 3-4; 8.10, 12-13

R/ Le Seigneur est tendresse et pitié.

Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être ! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits ! Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; il réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse. Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour ; il n'agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses. Aussi loin qu'est l'orient de l'occident, il met loin de nous nos péchés ; comme la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

2ème lecture : La sagesse véritable : appartenir tous ensemble au Christ (Co 3, 16-33)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, n'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous.

Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous.

Que personne ne s'y trompe : si quelqu'un parmi vous pense être un sage à la manière d'ici-bas, qu'il devienne fou pour devenir sage.

Car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu. L'Écriture le dit : C'est lui qui prend les sages au piège de leur propre habileté.

Elle dit encore : Le Seigneur connaît les raisonnements des sages : ce n'est que du vent !

Ainsi, il ne faut pas mettre son orgueil en des hommes dont on se réclame. Car tout vous appartient, Paul et Apollos et Pierre, le monde et la vie et la mort, le présent et l'avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Aimez vos ennemis, soyez parfaits comme votre Père céleste (Mt 5, 38-48)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Celui qui garde la parole du Christ connaît l'amour de Dieu dans sa perfection. Alléluia. (cf. 1 Jn 2, 5)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil, dent pour dent. Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter. Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • L’adoration du Saint-Sacrement reprendra le Samedi 8 Mars dans la crypte Notre-Dame

DIMANCHE 23 Février 2014 – 7 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Lv 19,1-2.17-18) Psaume (Ps 102,1-4.8.10.12-13) 2 ème lecture (Co 3,16-23)

Evangile (Mt 5,38-48)

  • Lundi 24 février : De la férie
  • Mardi 25 février : De la férie
  • Mercredi 26 février : De la férie
  • Jeudi 27 février : De la férie
  • Vendredi 28 février : De la férie
  • Samedi 1 er mars : De la férie

DIMANCHE 2 mars 2014 – 8 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 49,14-15) Psaume (Ps 61,2-3.8-9) 2 ème lecture (Co 4,1-5) Evangile (Mt 6, 24-34)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Permanences d’accueil cette semaine :

  • - l’après-midi des Lundi 24 février et vendredi 28 février
  • " - Mercredi 5 Mars : Mercredi des Cendres

Entrée en Carême, messe à 9 h à l’église Saint-Louis

et 19 h 30 à l’église Notre-Dame

  • - Dimanche 23 Mars : célébration du sacrement des malades au cours de la messe de 10 h 30 à l’église Notre-Dame.

Les bulletins d’inscription sont au fond de l’église.

Pélerinage à Lourdes des aînés de la région parisienne du lundi 7 au vendredi 11 avril 2014. S’adresser à la paroisse.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 22:46

Mgr Nzapalainga : « Je poursuis ma mission à Bangui »

Archevêque de Bangui et président de la Conférence épiscopale de Centrafrique, Mgr Dieudonné Nzapalainga a clôt à Paris une tournée diplomatique en Europe. Il a notamment rencontré plusieurs instances et services de l'Eglise en France.

C'est un homme de paix, habité par le Christ, qui s'est rendu à la maison de la Conférence des évêques de France. Malgré les menaces qui pèsent sur lui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui et président de la Conférence épiscopale centrafricaine, a choisi la fidélité à sa mission. « J'ai donné ma vie à l'Eglise, affirme-t-il sans hésiter, mais je n'oblige pas mes prêtres à rester ».

Quelques jours après leur arrivée à Bangui en 2012, Mgr Nzapalainga a reçu la visite des hommes armés du Seleka. Il leur a ouvert les portes de l'archevêché, leur a fait déposer les armes et les a invités à dialoguer, comme Jésus était allé au-devant des soldats venus l'arrêter (Jean 18, 4). « Je leur ai dit que mon travail était d'annoncer la Parole de Dieu et de prêcher la paix » se souvient-il. Au final, les rebelles sont repartis sans violence ni pillage.

Très vite, l'Eglise a pris la parole publiquement - par des lettres, des déclarations - « pour les sans-voix », pour ceux « dont la dignité est bafouée ». Pourtant, Mgr Nzapalainga ne cache pas que la situation est explosive. Les simplifications qui associent Seleka et islam, anti-balaka et christianisme sont trop rapides et rendent urgent et nécessaire le dialogue entre communautés religieuses. Plusieurs voyages dans les villages lui ont permis de vérifier qu'il n'y a avait ni pasteur, ni prêtre à la tête des anti-balaka. Leur motivation première est la vengeance et le pillage. Il raconte notamment la mort de près de 500 jeunes de ces milices soi-disant chrétiennes, armés de machettes et d'amulettes, sacrifiés en chair à canon. « Nous avons un destin commun. Il faut dialoguer pour faire baisser les tensions et s'expliquer » préconise-t-il.

C'est dans cet esprit qu'il vient de mener, avec l'imam de Bangui, une mission diplomatique « pour le peuple de Centrafrique ». Et grâce à laquelle la RCA va recevoir une aide de plusieurs millions d'euros. De la rencontre avec le Pape François à Rome, il tire encouragement et soutien. Mais Mgr Nzapalainga plaide toujours pour une véritable force militaire des Nations Unies - nourrie, équipée de véhicules et de moyens de transmission.

Une solidarité en actes

Dans ce chaos, l'Eglise catholique est mobilisée à travers l'action de la Caritas qui prodigue des soins et fournit des médicaments. Grâce à Justice et Paix, c'est un lieu d'écoute, le Centre Jean XXIII, qui accueille les femmes violées et les victimes de pillage. « Il faut sortir de l'impunité. Il y a une mémoire à conserver en vue d'un travail de justice » explique l'archevêque de Bangui.

Il conclut sur une note d'espérance quand il évoque des églises pleines, véritables refuges. « Les gens continuent à chanter et à prier » témoigne Mgr Nzapalainga. Formé à la théologie à Paris, missionnaire à Marseille, il demande simplement aux catholiques de « garder la communion par la prière » et compte sur la fidélité du soutien de l'Eglise en France pour participer aux efforts indispensables de reconstruction.

« Quand vous dîtes oui, que ce soit oui »

1 ère lecture (Si 15,15-20) Psaume (Ps 118,1-2.4-5.17-18.33-34) 2 ème lecture (Co 2,6-10) Evangile (Mt 5,17-37)

La sagesse est un mystère de Dieu. "Ce que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles. "

Les grandes discussions que nous pouvons avoir en nous-mêmes comme avec nos proches, seront toujours partielles et bien souvent partiales si elles n'en restent qu'à une discussion sur le rituel de nos gestes sociaux ou moralisateurs.

Les profondeurs du mystère ne peuvent se mesurer. La morale naturelle ne contredit pas la pensée de Dieu, mais elle n'est pas toute la pensée de Dieu que Jésus nous a révélée.

Et qui peut atteindre cette pensée s'il n'y a pas un immense amour, un amour attentif à accomplir toute la loi, dans un comportement intérieurement vécu, plus radical aussi d'ailleurs parce que Jésus appelle chacun de nous à se dépasser lui-même comme à dépasser la lettre, pour mener une vie de foi authentique.

C'est d'abord la loi de Dieu qui doit être la nôtre, celle que nous avons à connaître, que nous avons à faire connaître, que nous avons à traduire dans nos gestes quotidiens pour Dieu, comme pour nos frères, ne peut venir que de l'Esprit qui voit le fond de toutes choses. Et saint Paul n'hésite pas à ajouter : "Même les profondeurs de Dieu. "Ouvre mes yeux que je contemple les merveilles de ta Loi"... et pas seulement la lettre.

Aucune philosophie, aucune sagesse humaine, par même la Torah, pas même les Prophètes ne peuvent atteindre cette profondeur sinon l'amour, parce que Dieu est l'amour.

1ère lecture : « Tu peux observer les commandements » (Si 15, 15-20)

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle.

Le Seigneur a mis devant toi l'eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une ou l'autre leur est donnée selon leur choix. Car la sagesse du Seigneur est grande, il est tout-puissant et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes. Il n'a commandé à personne d'être impie, il n'a permis à personne de pécher.

Psaume : 118, 1-2, 4-5, 17-18, 33-34

R/ Heureux qui règle ses pas sur la parole de Dieu.

Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur ! Heureux ceux qui gardent ses exigences, ils le cherchent de tout cœur ! Toi, tu promulgues des préceptes à observer entièrement. Puissent mes voies s'affermir à observer tes commandements ! Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai, j'observerai ta parole. Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi. Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ; à les garder, j'aurai ma récompense. Montre-moi comment garder ta loi, que je l'observe de tout cœur.

2ème lecture : La sagesse de Dieu est ignorée du monde (1 Co 2, 6-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, c'est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n'est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent. Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l'a connue, car, s'ils l'avaient connue, ils n'auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c'est, comme dit l'Écriture : ce que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l'homme n'avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c'est à nous que Dieu, par l'Esprit, a révélé cette sagesse. Car l'Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Surpasser la justice des scribes et des pharisiens (Mt 5, 17-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. La loi du Seigneur est joie pour le cœur, lumière pour les yeux. Alléluia. (cf. Ps 18, 9)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : «Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.

Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s'en aille pas dans la géhenne. Il a été dit encore : Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d'union illégitime, la pousse à l'adultère ; et si quelqu'un épouse une femme renvoyée, il est adultère. Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t'acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c'est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi. Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blancs ou noirs. Quand vous dites « oui », que ce soit un « oui », quand vous dites « non », que ce soit un « non ». Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • L’adoration du Saint-Sacrement reprendra le Samedi 8 Mars dans la crypte Notre-Dame

DIMANCHE 16 Février 2014 – 6 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Si 15,15-20) Psaume (Ps 118,1-2.4-5.17-18.33-34) 2 ème lecture (Co 2,6-10)

Evangile (Mt 5,17-37)

  • Lundi 17 février : Anniversaire de la mort de Monseigneur Jacques Le Cordier, 1 er évêque de Saint-Denis
  • Mardi 18 février : De la férie
  • Mercredi 19 février : De la férie
  • Jeudi 20 février : De la férie
  • Vendredi 21 février : De la férie
  • Samedi 22 février : Chaire de saint Pierre, Apôtre, fête

DIMANCHE 23 Février 2014 – 7 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Lv 19,1-2.17-18) Psaume (Ps 102,1-4.8.10.12-13) 2 ème lecture (Co 3,16-23)

Evangile (Mt 5,38-48)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Remerciements : Le Père Claude BOUCHER a été très sensible à tous les gestes d’amitié et de générosité de la part de toute la communauté chrétienne du Raincy, à l’occasion de son 80 ème anniversaire. Il adresse à chacune et à chacun tous ses remerciements.

En premier lieu pour le déroulement de la liturgie de la messe de 10 h 30 avec tous les participants (servants d’autel, chorale, animateur, lecteurs, organiste… ensuite pour le verre de l’amitié et le repas qui a suivi et puis pour la collecte que vous avez faite.

Merci aux organisateurs. Merci à tous

  • " Pélerinage à Lourdes des aînés de la Région parisienne du lundi 7 au vendredi 11 avril 2014. S’adresser à la paroisse.
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 20:41

Le Messager du mois de février 2014 est consultable en ligne

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 19:48

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA XXII e JOURNÉE MONDIALE DU MALADE 2014

« Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1Jn 3,16)

Chers frères et sœurs,

1. À l’occasion de la XXII ème Journée mondiale du Malade qui, cette année, a pour thème Foi et charité : « Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3,16), je m’adresse de manière particulière aux personnes malades et à tous ceux qui leur apportent assistance et soin. L’Église reconnaît en vous, chers malades, une présence spéciale du Christ souffrant. C’est ainsi : à côté de notre souffrance, ou mieux encore, dans notre souffrance, il y a celle de Jésus qui en supporte le fardeau avec nous et en révèle le sens. Quand le Fils de Dieu est monté sur la croix, il a anéanti la solitude de la souffrance et en a éclairé l’obscurité. Ainsi, nous nous trouvons devant le mystère de l’amour de Dieu pour nous, qui nous donne espérance et courage : espérance, parce que dans le plan d’amour de Dieu, la nuit de la douleur s’ouvre aussi à la lumière pascale ; et courage, pour affronter toute adversité en sa compagnie, unis à lui.

2. Le Fils de Dieu fait homme n’a pas soustrait la maladie et la souffrance de l’expérience humaine mais, en les assumant, il les a transformées et redimensionnées. Redimensionnés parce qu’elles n’ont plus le dernier mot qui est, au contraire, la vie nouvelle en plénitude ; transformées, parce qu’en union avec le Christ, de négatives elles peuvent devenir positives. Jésus est la vie et, avec son Esprit, nous pouvons le suivre. Comme le Père a donné son Fils par amour, et le Fils s’est donné lui-même par le même amour, nous aussi, nous pouvons aimer les autres comme Dieu nous a aimés, en donnant notre vie pour nos frères. La foi dans le Dieu bon devient bonté, la foi dans le Christ crucifié devient force d’aimer jusqu’au bout, même les ennemis. La preuve de la foi authentique dans le Christ est le don de soi, la diffusion de l’amour envers le prochain, surtout envers celui qui ne le mérite pas, envers celui qui souffre, celui qui est marginalisé.3. En vertu du Baptême et de la Confirmation, nous sommes appelés à nous conformer au Christ, le bon Samaritain de tous ceux qui souffrent. « À ceci nous avons connu l’Amour : celui-là a donné sa vie pour nous. Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3,16). Lorsque nous nous approchons avec tendresse de ceux qui ont besoin de soin, nous leur apportons l’espérance et le sourire de Dieu dans les contradictions du monde. Quand le dévouement généreux envers les autres devient le style de nos actions, nous faisons une place au Cœur du Christ et nous en sommes réchauffés, offrant ainsi notre contribution à l’avènement du Royaume de Dieu.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 19:45

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA XXII e JOURNÉE MONDIALE DU MALADE 2014

« Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1Jn 3,16)

Chers frères et sœurs,

1. À l’occasion de la XXII ème Journée mondiale du Malade qui, cette année, a pour thème Foi et charité : « Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3,16), je m’adresse de manière particulière aux personnes malades et à tous ceux qui leur apportent assistance et soin. L’Église reconnaît en vous, chers malades, une présence spéciale du Christ souffrant. C’est ainsi : à côté de notre souffrance, ou mieux encore, dans notre souffrance, il y a celle de Jésus qui en supporte le fardeau avec nous et en révèle le sens. Quand le Fils de Dieu est monté sur la croix, il a anéanti la solitude de la souffrance et en a éclairé l’obscurité. Ainsi, nous nous trouvons devant le mystère de l’amour de Dieu pour nous, qui nous donne espérance et courage : espérance, parce que dans le plan d’amour de Dieu, la nuit de la douleur s’ouvre aussi à la lumière pascale ; et courage, pour affronter toute adversité en sa compagnie, unis à lui.

2. Le Fils de Dieu fait homme n’a pas soustrait la maladie et la souffrance de l’expérience humaine mais, en les assumant, il les a transformées et redimensionnées. Redimensionnés parce qu’elles n’ont plus le dernier mot qui est, au contraire, la vie nouvelle en plénitude ; transformées, parce qu’en union avec le Christ, de négatives elles peuvent devenir positives. Jésus est la vie et, avec son Esprit, nous pouvons le suivre. Comme le Père a donné son Fils par amour, et le Fils s’est donné lui-même par le même amour, nous aussi, nous pouvons aimer les autres comme Dieu nous a aimés, en donnant notre vie pour nos frères. La foi dans le Dieu bon devient bonté, la foi dans le Christ crucifié devient force d’aimer jusqu’au bout, même les ennemis. La preuve de la foi authentique dans le Christ est le don de soi, la diffusion de l’amour envers le prochain, surtout envers celui qui ne le mérite pas, envers celui qui souffre, celui qui est marginalisé.3. En vertu du Baptême et de la Confirmation, nous sommes appelés à nous conformer au Christ, le bon Samaritain de tous ceux qui souffrent. « À ceci nous avons connu l’Amour : celui-là a donné sa vie pour nous. Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3,16). Lorsque nous nous approchons avec tendresse de ceux qui ont besoin de soin, nous leur apportons l’espérance et le sourire de Dieu dans les contradictions du monde. Quand le dévouement généreux envers les autres devient le style de nos actions, nous faisons une place au Cœur du Christ et nous en sommes réchauffés, offrant ainsi notre contribution à l’avènement du Royaume de Dieu.

Retenons déjà la date du Dimanche 23 Mars 2014 (3 e dimanche de Carême) au cours de la messe de 10h30 : célébration du sacrement des malades

«Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde»

1 ère lecture (Is 58,7-10) Psaume (Ps 111,1.4-9) 2 ème lecture (Co 2,1-5) Evangile (Mt 5,13-16)

L’image du sel nous invite à donner du sens aux réalités de l’existence. De même qu’un aliment non salé paraît bien fade, les événements de la vie ne portent leur poids de signification que s’ils sont reliés à la foi. Et c’est aux croyants de relier la vie et la foi. Autrement dit, c’est la vie des croyants eux-mêmes qui atteste le sens de la vie.

Ce n'est pas en fonction du regard que les autres portent sur nous que nous devons seulement régler notre vie. Nous avons d'abord à être fidèles à ce que Dieu attend de nous puisque c'est son Royaume que nous construisons.

Nous serons des témoins de l’authenticité du message chrétien, quand nous le vivons. Il attire d’abord parce que notre vie en est transformée. Le vécu est plus fort, plus entraînant, plus vivifiant que la multiplicité de nos discours et de nos conseils.

Nous avons à vivre ce message dans un monde où, malgré la montée du bien-être matériel et de la consommation, augmente le nombre des blasés, des déprimés qui disent : "Je n’ai plus de goût à vivre..." Les plaisirs décevants et les drogues compensatrices ne rassasient pas notre besoin de bonheur profond.

A nous, disciples du Christ, d’être non des sermonneurs mais des témoins de cette espérance qui donne une saveur nouvelle à la vie :"Vous êtes le sel de la terre." Par sa présence discrète, il équilibre et met en valeur les goûts spécifiques et différents de ce qu’il accompagne.

Alors que le sel se mêle invisible aux aliments, la lumière ne se cache pas. Elle est faite pour éclairer. Elle n’a pas à être contemplée pour elle-même, sinon elle risque d'aveugler, elle doit servir. Elle permet de se repérer et de savoir où l’on va. "Gardez-vous d’être admirés devant les hommes", (Matthieu 6. 1 à 18)

Le Seigneur voit grand, pour chacun et chacune d’entre nous. Il est la lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme (Jean 1.9 et Jean 9.5). Et transpose ce qu'il est en nous : « Vous êtes la lumière du monde. » Nous sommes, nous devons être la lumière du monde….

Le terme employé dans le texte grec est "cosmos", le monde entier. Vous avez, nous avons, à révéler la splendeur de cet univers créé par notre Père du ciel, et donc pas seulement éclairer les hommes nos frères. Nous avons à donner un sens à ce monde créé, car nous sommes des créatures et nous en partageons les aléas et les limites

Jésus insiste :"Que votre lumière brille devant les hommes. Alors en voyant ce que vous faîtes de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est dans les cieux." (Matthieu 5. 16), comme lui, Jésus, sa présence dans le monde, illumine tout homme. Le rôle du chrétien n’est pas d’attirer le regard vers lui, mais vers celui qui est la source de toute vie, Dieu lui-même.

1ère lecture : Celui qui donne aux malheureux est une lumière (Is 58, 7-10)

Lecture du livre d'Isaïe

Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable.

Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t'accompagnera.

Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de ton pays le joug, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu donnes de bon cœur à celui qui a faim, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi.

Psaume : Ps 111, 1a.4, 5a.6, 7-8a, 9

R/ Dans la nuit de ce monde, brille la lumière du juste.

Heureux qui craint le Seigneur ! Lumière des cœurs droits, il s'est levé dans les ténèbres, homme de justice, de tendresse et de pitié. L'homme de bien a pitié, il partage ; cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste. Il ne craint pas l'annonce d'un malheur : le cœur ferme, il s'appuie sur le Seigneur. Son cœur est confiant, il ne craint pas. À pleines mains, il donne au pauvre ; à jamais se maintiendra sa justice, sa puissance grandira, et sa gloire !

2ème lecture : En guise de sagesse,Paul annonce un Messie crucifié (1Co 2,1-5)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse.

Parmi vous, je n'ai rien voulu connaître d'autre que Jésus-Christ, ce Messie crucifié.

Et c'est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous.

Mon langage, ma proclamation de l'Évangile, n'avaient rien à voir avec le langage d'une sagesse qui veut convaincre ; mais c'est l'Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Le sel de la terre et la lumière du monde (Mt 5, 13-16)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Lumière du monde, Jésus-Christ, celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n'est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.

Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.

De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Pas d’Adoration du Saint-Sacrement

DIMANCHE 9 Février 2014 – 5 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 58,7-10) Psaume (Ps 111,1.4-9) 2 ème lecture (Co 2,1-5) Evangile (Mt 5,13-16)

JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES MALADES

  • Lundi 10 février : Sainte Scholastique
  • Mardi 11 février : De la férie
  • Mercredi 12 février : Sainte Agathe
  • Jeudi 13 février : Les martyrs du Japon
  • Vendredi 14 février : Saint Cyrille
  • Samedi 15 février : De la férie

DIMANCHE 16 Février 2014 – 6 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Si 15,15-20) Psaume (Ps 118,1-2.4-5.17-18.33-34) 2 ème lecture (Co 2,6-10) Evangile (Mt 5,17-37)

QUETE LES 15 ET 16 POUR LE FLEURISSEMENT DE L’EGLISE

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Lancement de la campagne pour le denier de l’Eglise

- Nous voulons une Eglise vivante qui annonce la joie et l’espérance du Christ

- Nous voulons que l’Eglise nous accompagne dans les moments joyeux et douloureux de la vie

- Nous sommes attachés à notre paroisse, notre participation au denier manifeste cet attachement

Toutes les générations doivent se sentir concernées par l’appel au denier de l’Eglise

Par chèque, par prélèvement, par don en ligne… le Denier de l’Eglise c’est concret. N’oublions pas que nous pouvons déduire 66 % du don sur la feuille d’impôts. Tenons-en compte lorsque nous effectuons notre don. Des enveloppes se trouvent dans l’église, un courrier devrait très vite vous parvenir. MERCI d’avance

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 09:51

« La famille dans tous ses débats »

C’est ainsi que Dominique Quinio, rédactrice en chef du journal La Croix a intitulé son éditorial vendredi matin. Oui que de débats touchant de près ou de loin toutes nos familles : la discussion de la loi sur l’égalité hommes-femmes, avec l’amendement à propos de l’avortement ; le projet de loi à venir sur la fin de vie ; les sursauts crées par la nébuleuse théorie du Gender ; les inquiétudes de certains à propos de l’enseignement ou nom de « la théorie du genre » dans les écoles ; la manifestation à Lyon et Paris ce dimanche, avec le dangereux amalgame fait avec celle des « français en colère » de la semaine dernière ; les séquelles laissées d’un malaise chez beaucoup (y compris parmi nous chrétiens) autour de l’adoption de la loi sur le mariage pour tous ; le projet de loi sur la famille prévu pour Avril où devrait se poser des questions sur le statut des beaux parents, la PMA, la majorité accordée aux jeunes à 16 ans… Tout cela dans un contexte profond de crise morale et économique, d’un manque d’unité et de cohérence au sein de notre pays et enfin d’un pouvoir des médias, évidemment indispensables, mais qui ne prennent pas toujours le temps d’aborder les sujets avec le recul nécessaire.

Et voilà, aussi, que notre pape convoque pour Octobre 2014 un synode sur la famille. En plus de cela, ce dernier a souhaité que tous les diocèses soient consultés. Dans notre diocèse, une synthèse de réponses à 38 questions, qui, avouons-le, étaient difficiles, a été rédigée et envoyée. Celle-ci a été retenue par les évêques de France pour alimenter la réflexion qu’auront les pères synodaux à Rome… Les familles attendent beaucoup de l’Eglise, cette dernière doit alors vraiment se mettre à l’écoute de la diversité des situations rencontrées et vécues, avec tout le lot de souffrances mais aussi de joies que cela entraine. L’Eglise aussi a une parole à dire au monde, car avant tout est le signe, le sacrement du Christ. Sa parole est donc une parole de joie, d’espérance, de miséricorde et de salut.

Dans notre paroisse j’ai souhaité que cette année au moins soit une année de la famille… Déjà parce que l’Eglise pour moi est une grande famille. Tous les membres doivent s’y sentir accueillis, trouver leur place, mais aussi contribuer à la bonne vie de l’ensemble du groupe. Cette famille qu’est l’Eglise, elle est d’abord appelée, convoquée, par Dieu comme le dit le Concile Vatican II. Oui notre Eglise est le peuple que Dieu se choisit. Alors tous les choix que posent nos petites cellules d’Eglise que sont nos familles sont à mettre sous le regard de Dieu lui même.

Tout au long de cette année différentes célébrations viendront ponctuer le rythme de notre paroisse. Mais je souhaite sincèrement aussi que des débats, une écoute profonde de toutes les questions qui se posent aujourd’hui puissent se faire entendre au sein de la paroisse , dans un profond respect de tous. C’est aussi au sein de notre diocèse que nous allons organiser des conférences et des débats sur toutes les grandes questions d’actualité et d’éthique autour de la famille. J’espère que chacun d’entre nous apportera sa pierre à l’édifice.

Père Frédéric Benoist

-> De nombreux documents de réflexions, de prises de paroles, sont à votre disposition dans l’église sur la table de presse. Lisez-les, diffusez les autour de vous. N’hésitez pas aussi à me faire parvenir vos réflexions et vos attentes, cela peut me servir dans la belle mais difficile mission que l’évêque m’a confié, il y a un an, de la pastorale familiale.

De Bethléem au temple

1 ère lecture (Is 8,23b-9,3) Psaume (Ps 26,1.4.13-14) 2 ème lecture (1 Co 1,10-13.17) Evangile (Mt 4,12-23)

Sur les quelques kilomètres du chemin de Bethléem jusqu'au temple de Jérusalem, Marie réfléchissait dans sa mémoire et dans son coeur (Luc 2/19) aux événements qu'elle venait de vivre depuis quelques semaines et qu'elle avait partagés avec Élisabeth et avec Joseph, comme avec les bergers.

Cette démarche rituelle voulue par la Loi, s'inscrit dans la fidélité et la continuité de la révélation reçue depuis des siècles par les ancêtres de Jésus. (Matthieu 1/2).

Mais la consécration de cet enfant qu'elle doit offrir selon la Torah, qu'est-ce à côté de la consécration dont lui a parlé l'ange de l'Annonciation ... il est consacré par l'action et la présence de l'Esprit de Dieu. C'est bien là que se trouve l'identité de Jésus...

Sur le chemin du Temple, Marie gardait toutes ces choses en son coeur, et les méditait à la lumière de la Parole de Dieu. Celui qu'elle présente au Temple, c'est la réalité même du Dieu dont l'ange lui a parlé et qu'elle a chanté dans son Magnificat.

Près d'elle, Joseph qui l'accompagne, a reçu lui aussi le message divin par l'ange. Cet enfant de quelques jours, si fragile, ce Jésus dans les bras de Marie, c'est l'Esprit Saint qui le leur a donné. Jésus est un don de Dieu. Il est "l'Emmanuel".

Nous aussi nous avons à méditer la richesse de ce mystère, en rendre grâce, en parler au monde. Les circonstances de la vie se chargeront d'ailleurs de nous mettre devant tant de situations diverses pour en parler.

L'amour que Dieu leur porte est dans leurs bras et en eux. Mais le savent-ils ? Mettons-le dans les bras de nos contemporains. C'est la grâce de Dieu qui leur donnera la lumière, pour qu'ils découvrent tant bien que mal, la présence et l'action divine.

Les souffrances, les contradictions n'arrêtent pas la Vierge quand elle offre le tout de sa vie. Il en sera ainsi jusqu'au Calvaire. Elle partage ce qui est sa vocation, l'offrande de sa vie au monde.

A chaque heure de notre existence, nous aussi nous avons à mieux connaître cette continuité divine sur nous, par-delà les rituels et les obstacles.

1ère lecture : Le Seigneur vient dans son temple pour nous purifier (Ml 3, 1-4)

Lecture du livre de Malachie

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j'envoie mon Messager pour qu'il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l'Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l'univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu'il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs. Il s'installera pour fondre et purifier. Il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l'or et l'argent : ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l'offrande en toute justice. Alors, l'offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d'autrefois.

Psaume : Ps 24, 7.8.9.10

R/ Gloire au Messie de Dieu, gloire à l'envoyé du Seigneur.

Portes, levez vos frontons, élevez-vous, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire ! Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur, le fort, le vaillant, le Seigneur, le vaillant des combats. Portes, levez vos frontons, levez-les, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire ! Qui donc est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ; c'est lui, le roi de gloire.

2ème lecture : Le prêtre en tout semblable à nous (He 2, 14-18)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon, et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d'esclaves. Car ceux qu'il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d'Abraham. Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d'enlever les péchés du peuple. Ayant souffert jusqu'au bout l'épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l'épreuve.

Evangile : La présentation de Jésus-Christ au Temple (Lc 2, 22-40 [lecture brève: 2, 22-32])

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici la lumière qui éclaire les nations !Voici la gloire d'Israël ! Alléluia. (cf. Lc 2, 32)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

[Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple. »] Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. — Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. — Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. » Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 2 Février 2014 – Présentation du Seigneur, fête

1 ère lecture (MI 3,1-4) Psaume (Ps 23,7-10) 2 ème lecture (He 2,14-18) Evangile (Lc 2,22-40)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

  • Lundi 3 février : De la férie
  • Mardi 4 février : De la férie
  • Mercredi 5 février : Sainte Agathe
  • Jeudi 6 février : Les martyrs du Japon
  • Vendredi 7 février : De la férie
  • Samedi 8 février : De la férie

DIMANCHE 9 Février 2014 – 5 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 58,7-10) Psaume (Ps 111,1.4-9) 2 ème lecture (Co 2,1-5) Evangile (Mt 5,13-16)

JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES MALADES

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

2 ème étape liturgique du parcours des enfants de la catéchèse

de CM2 qui se préparent à la Première Communion

L’exposition « Auguste Perret, Huit Chefs d’oeuvre !/? - Architectures du béton armé », organisée par le CESE en collaboration avec Fondazione Prada a lieu jusqu'au 19 février 2014 à Paris, au sein du Palais d’Iéna (siège du CESE). Elle met à l’honneur un des parcours architecturaux les plus inspirants du XXe siècle.

Eglise du Raincy / La tour de Grenoble : Conférence du samedi 15 février 2014 de 15 h 30 à 17 h avec Benjamin MOUTON et Cédric AVENIER Suivie d'un concert interprété par Kyungsun YOO

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:33

Avorter n'est jamais "banal" !

Réuni le 15 janvier 2014, le Conseil Permanent des Evêques de France a déploré la transformation profonde de la législation sur l'avortement que provoquera, s'il est voté, le remplacement des mots évoquant « la situation de détresse de la femme » par les mots « qui ne veut pas poursuivre une grossesse » (voté par l’Assemblée le 21 Janvier). Cette suppression de la mention des conditions de détresse est inacceptable. Elle élude toute l'expression de compassion d'une société et sa volonté d'y répondre. Pourquoi rendre désuètes des précautions prises, jusqu'à présent, par le législateur ? Comme l'écrit le Père Laurent Stalla-Bourdillon, Directeur du Service Pastoral d'Etudes Politiques (SPEP) « un droit exigible à l'avortement, même restreint par un délai légal, va créer un climat préjudiciable aux femmes les plus fragiles, devant l'irréparable ».

Dans son message de Noël, Mgr Pontier, Président de la Conférence des évêques de France, disait : « Je pense à ce projet de modification de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse qui, loin de permettre aux femmes en détresse d'être laissées moins seules devant leur responsabilité face à la vie naissante, sont quasiment incitées à ne poser aucune question quant à l'élimination de l'être qu'elles portent en leur chair ».

Rappelons qu'en novembre 2013, à Lourdes, les évêques ont entrepris un travail sur le « phénomène social de l'avortement et l'éducation affective des jeunes ».

Sur ce sujet douloureux et sensible, Mgr Pontier avait résumé la réflexion en disant:

« Nous ne pouvons pas faire comme si nous n'étions pas auditeurs, témoins des souffrances multiformes de femmes ayant connu un avortement et qu'elles n'expriment parfois que longtemps après. Ce sont des pages douloureuses de vies humaines qui nous sont confiées. Entendre les cris de ceux et celles qui souffrent est une de nos premières missions ».

De nombreux écoutants et soignants rejoignent l'avis des évêques : « Des médecins, des infirmières, des psychologues, de nombreux prêtres, des membres d'associations confirment ce même constat », nous dit Mgr Pontier. « Avorter n'est pas banal, avorter ne laisse pas indemne, avorter n'élimine pas qu'un amas de cellules. La femme enceinte sait bien qu'elle porte une vie humaine en son commencement. Il s'agit bien de cela. Aucune d'entre elles ne devrait vivre ces moments dans la solitude, la précipitation ou les pressions de toutes sortes ».

Les évêques ont aussi un ministère d'encouragement de ceux qui écoutent cette détresse. Il reste énormément de chemin à faire pour qu'une culture de la vie l'emporte, notamment dans le domaine éducatif. « Aussi voulons-nous, disent-ils, nous employer à contribuer à une meilleure éducation affective des jeunes qui leur fasse percevoir la grandeur du corps humain et celle d'une vie affective responsable, située dans une relation pleine de respect pour la personne de l'autre, d'engagement à son égard, de tendresse, d'amour et d'ouverture au don de la vie. Nous invitons tous les responsables éducatifs en milieu scolaire, universitaire, au sein des mouvements de jeunes, tous ceux qui apportent le concours de leurs réflexions et de leurs recherches, à se mobiliser pour cette tâche essentielle et nécessaire. »

Evoquant le climat social et sociétal plus général, Mgr Pontier disait : « Ne pas faire place à l'enfant à naître, ne pas accompagner la vie jusqu'au bout, ne pas offrir un avenir professionnel à des milliers de jeunes et adultes, ne pas regarder la vie à partir des plus fragiles, tout cela est un déni de fraternité et d'humanité ».

De l'embryon naissant, au souffle ultime du dernier jour, notre vie est plus grande que nous-mêmes ! Le Porte-parole des évêques de France, le 17 janvier 2014

Un appel: venez avec moi

1 ère lecture (Is 8,23b-9,3) Psaume (Ps 26,1.4.13-14) 2 ème lecture (1 Co 1,10-13.17) Evangile (Mt 4,12-23)

Jésus ne peut rester seul à proclamer la venue du Royaume. Il propose à ceux qu'il rencontre au bord du lac, de venir avec lui et de partager sa mission. Ce sont des pêcheurs. Ils seront pêcheurs d'hommes. Il les appelle car les hommes ne sont pas une proie. Il ne s'agit pas de les capturer, mais au contraire de les libérer. Ils doivent se convertir et changer l'orientation de leur vie.

Pour cela il ne fait pas de grandes dissertations ni de longues démonstrations rabbiniques ou homélitiques, à la manière de certains prédicateurs ( !!). Il leur donne un repère : lui. Saint Jean, qui a vécu personnellement ce moment, nous le traduit ainsi : "Venez et voyez." (Jean 1. 39).

Les premiers chrétiens ne centraient pas leur message évangélique sur la morale, mais sur la personne du Christ, qui est l'essentiel de la découverte de toute vie. « Venez et voyez. » Le premier évangélisé par le premier appelé l'a bien été ainsi quand André dit à Pierre : « J'ai trouvé le messie. »

Avec eux désormais, Jésus annonce la Bonne Nouvelle, il guérit, il pardonne. La Parole de Dieu, si elle est acceptée et assumée, devient pour tous une guérison, une libération des forces du mal, un message de paix et de joie. Le mal se transforme en béatitudes.

Car ce n'est pas sans raison qu'après la longue énumération des possédés, des malades, des oppressés, des lunatiques, des paralysés, le sermon sur la montagne énumère le mal qui s'appelle l'argent, la violence, le mépris, la sexualité dépravée, l'injustice.

Ceux que le Seigneur appelle à sa suite, et nous en sommes, devront, à leur tour, transmettre ce message constitutif du Royaume qui est proclamé sur la montagne, qui est à proclamer aujourd'hui aux hommes qui marchent dans les ténèbres, au carrefour des païens.

Dieu et le Royaume sont là chaque fois que des hommes se convertissent pour choisir la logique des Béatitudes qui n'est pas dans la sagesse du langage humain (1ère Corinthiens 1. 17).

1ère lecture : Le Seigneur vient dans son temple pour nous purifier (Ml 3, 1-4)

Lecture du livre de Malachie

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j'envoie mon Messager pour qu'il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l'Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l'univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu'il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs. Il s'installera pour fondre et purifier. Il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l'or et l'argent : ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l'offrande en toute justice. Alors, l'offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d'autrefois.

Psaume : Ps 24, 7.8.9.10

R/ Gloire au Messie de Dieu, gloire à l'envoyé du Seigneur.

Portes, levez vos frontons, élevez-vous, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire ! Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur, le fort, le vaillant, le Seigneur, le vaillant des combats. Portes, levez vos frontons, levez-les, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire ! Qui donc est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ; c'est lui, le roi de gloire.

2ème lecture : Le prêtre en tout semblable à nous (He 2, 14-18)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon, et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d'esclaves. Car ceux qu'il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d'Abraham. Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d'enlever les péchés du peuple. Ayant souffert jusqu'au bout l'épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l'épreuve.

Evangile : La présentation de Jésus-Christ au Temple (Lc 2, 22-40 [lecture brève: 2, 22-32])

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici la lumière qui éclaire les nations !Voici la gloire d'Israël ! Alléluia. (cf. Lc 2, 32)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

[Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple. »] Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. — Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. — Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. » Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 26 janvier 2014 – 3 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 8,23b-9,3) Psaume (Ps 26,1.4.13-14) 2 ème lecture (1 Co 1,10-13.17) Evangile (Mt 4,12-23)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

  • Lundi 27 janvier : De la férie
  • Mardi 28 janvier : Saint Thomas d’Aquin .
  • Mercredi 29 janvier : De la férie
  • Jeudi 30 janvier : De la férie
  • Vendredi 31 janvier : Saint Jean Bosco
  • Samedi 01 er février : De la férie

DIMANCHE 2 Février 2014 – Présentation du Seigneur, fête

1 ère lecture (MI 3,1-4) Psaume (Ps 23,7-10) 2 ème lecture (He 2,14-18) Evangile (Lc 2,22-40)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

A 11 h 45 Célébration pour les enfants de 3-7 ans et leurs parents

Anniversaire des 80 ans du père Claude Boucher

Apéritif à l’issue de la messe suivi d’un repas paroissial

salle Pierre Lefeuvre

Le Marché de Noël de la paroisse a rapporté un montant net de 4 950,00 € et la quête pour l’œuvre des Vocations; la somme de 549,50 €. Merci de votre générosité

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 17:22

 

En route pour 2014 !

 

 Le Fraternel,

Pélerinage des jeunes chrétiens de 15/18 ans d'Ile de France à Lourdes
du samedi 12 avril au soir au jeudi 17 avril au matin



C’est un rendez-vous à ne pas manquer pour les jeunes et nous espérons que vous serez nombreux à pouvoir vivre ce temps fort pour votre vie de foi.
Les jeunes de la paroisse du Raincy et ceux du  lycée Ste Clotilde font groupe commun.
Nous vous proposons une rencontre afin de faire connaissance et de préparer ce rassemblement,

 

Samedi 01 février de 18h à 20h
4 allée de Verdun, salle Pierre Lefeuvre, au Raincy.

 

Pour en savoir plus sur le Frat, vous pouvez consulter le site : http://www.frat.org/

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter Sabine Crouzier (responsable pour le groupe de la paroisse) au 06 88 58 55 55
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Pour les Jeunes
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 10:08

Œcuménisme et Nouvelle Evangélisation

Voilà ce que le pape émérite Benoît XVI écrivait quand il a reçu le Conseil pontifical pour la Promotion de l'unité des chrétiens, réuni pour son assemblée annuelle en Novembre 2012. Prenant prétexte du thème choisi, "l'importance de l'oecuménisme dans la Nouvelle Evangélisation", il a d'emblée souligné l'importance de l'un pour l'autre.

On ne saurait parcourir le chemin de l'oecuménisme, a souligné le pape Benoît XVI, "en ignorant la crise de foi qui frappe plusieurs régions du monde et notamment celles qui furent les premières à répondre à l'annonce évangélique et où la vie chrétienne a fleurit pendant des siècles. On ne peut pas non plus ignorer les nombreux signes témoignant d'une attente spirituelle. La pauvreté spirituelle de nombre de nos contemporains, qui ne perçoivent pas l'absence de Dieu comme une privation, constitue un enjeu pour l'ensemble des chrétiens. Or le Christ nous demande de retourner à l'essentiel, au coeur de notre foi, afin de témoigner au monde du Dieu vivant... Il ne faut pas l'oublier, ce qui nous unit est la foi en Dieu le Père et Créateur, révélé dans le Fils et manifesté dans l'Esprit... C'est la foi du baptême reçu, que nous pouvons professer ensemble dans l'espérance et la charité. Le caractère prioritaire de la foi nous permet de comprendre l'importance du dialogue théologique et des débats entre les diverses confessions chrétiennes, dans lesquels l'Eglise catholique est engagée. Même si on entrevoit pas à brève échéance un rétablissement de la pleine communion, et au-delà des résistances et des obstacles, on enregistre les progrès et les expériences d'une vie spirituelle et d'une réflexion théologique qui stimulent l'approfondissement du témoignage" de tous les chrétiens.

Oecuménisme et Nouvelle Evangélisation requièrent le dynamisme de la conversion. Le but de l'oecuménisme, a ajouté le Saint-Père, "est l'unité visible entre les chrétiens aujourd'hui divisés... De toutes nos forces, il faut agir en reconnaissant qu'au bout du compte l'unité sera un don de Dieu. Elle ne peut venir que du Père à travers le Fils" et par le biais de son Eglise. "Dans cette perspective, il est fondamental de prier le Seigneur de nous accorder l'unité. Cette recherche apparaît comme capitale pour la nouvelle évangélisation. Avancer côte à côte vers ce but est positif, à condition que les diverses communautés chrétiennes ne s'arrêtent pas en chemin, acceptant que les diversités et les contradictions soient un fait normal. Or c'est dans la pleine communion de foi, dans les sacrements et dans le ministère, que se concrétiseront la force et la présence active de Dieu dans le monde... L'unité est à la fois fruit de la foi et moyen d'annoncer celle-ci de manière crédible à qui ne connaît pas le Sauveur ou l'a oublié. L'oecuménisme véritable, qui reconnaît le primat de l'action divine, demande avant tout de la patience, de l'humilité, et l'abandon à la volonté du Seigneur. En fin de compte, oecuménisme et nouvelle évangélisation requièrent l'un comme l'autre le dynamisme de la conversion, une sincère volonté de suivre le Christ en adhérant pleinement à la volonté du Père".

Du 18 au 25 Janvier 2014 : Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Vendredi 24 Janvier à 20 h 30 en l’église Syriaque orthodoxe de Montfermeil, 58 avenue Daniel Perdigré, 93370 Montfermeil)

Célébration œcuménique

Occasion de rencontrer et de prier avec des chrétiens d‘autres confessions

Une collecte pour l’Eglise du Moyen Orient, de la Syrie sera faite

Le Christ est unique

1 ère lecture (Is 49,3.5-6) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 1,1-3) Evangile (Jn 1,29-34)

18 au 25 Janvier semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Le Christ est avant tout communion. C’est dans ce sens que nous devons entendre son appel :"Qu’ils soient un." "Il n’est pas venu sur terre pour créer une nouvelle religion mais pour susciter une nouvelle communauté d’amour en Dieu." (Frère Roger - Milan 1998).

Personne avant Lui n’a donné autant de force à cette communion. "L’oecuménisme devrait sortir des querelles de mots pour se fonder sur un réalisme expérimental du salut. Nous devons essayer d’entrer dans le regard de l’autre pour découvrir tel aspect, pour nous inattendu ou négligé, du visage du Christ.

Le visage défiguré du Crucifié, inépuisablement scruté par l’Occident, le visage transfiguré du Ressuscité, inépuisablement glorifié par l’Orient. Leur différence même manifeste l’immensité de l’amour de Dieu pour nous." (Patriarche Bartholomeos I - 1996).

Va d'abord te réconcilier…

Cette parole du Christ ne peut ni ne doit être oubliée dans chaque démarche que les chrétiens initient pour vivre l’unité dans le Christ. "La vocation à se réconcilier entre chrétiens séparés s’appelle l’oecuménisme. L’oecuménisme s’immobilise quand il laisse se créer des voies parallèles qui, par ce fait même, ne peuvent se rejoindre et sur lesquelles finissent par s’user les forces vives de l’appel à la réconciliation.

C’est comme si des trains cheminaient les uns à côté des autres. Ils s’arrêtent de temps en temps pour permettre une rencontre, puis chaque voyageur reprend son propre train." (Frère Roger - Milan 1998)

Le pape Jean-Paul II, quand il évoquait cette réconciliation, utilise l’expression, "dialogue de la conversion". "Le dialogue de la conversion de toutes les communautés avec le Père, sans indulgence pour elles-mêmes, est la base de relations fraternelles bien différentes d’une entente cordiale ou d’une convivialité toute extérieure. Les liens de la - koinonia - (terme grec qui signifie communauté d’amitié et d’amour), les liens de la koinonia fraternelle se nouent devant Dieu et dans le Christ Jésus." (Jean-Paul II - Unum sint - 1995) Retenons toujours ces deux termes.

1ère lecture : Le serviteur de Dieu est la lumière des nations (Is 49, 3.5-6)

Lecture du livre d'Isaïe

Parole du Serviteur de Dieu. Le Seigneur m'a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai. » Maintenant le Seigneur parle, lui qui m'a formé dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob et que je lui rassemble Israël. Oui, j'ai du prix aux yeux du Seigneur, c'est mon Dieu qui est ma force. Il parle ainsi : « C'est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d'Israël : je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre. »

Psaume : Ps 39, 2abc.4ab, 7-8a, 8b-9, 10cd.11cd

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté.

D'un grand espoir, j'espérai le Seigneur : il s'est penché vers moi. Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu. Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : « Voici, je viens. » Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j'aime : ta loi me tient aux entrailles. Vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais. j'ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

2ème lecture : Paul salue l'Église de Dieu qui est à Corinthe (1 Co 1, 1-3)

Commencement de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Moi, Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être Apôtre du Christ Jésus, avec Sosthène notre frère, je m'adresse à vous qui êtes, à Corinthe, l'Église de Dieu, vous qui avez été sanctifiés dans le Christ Jésus, vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le peuple saint, avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre. Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ le Seigneur.

Evangile : « Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Verbe s'est fait chair, il a demeuré parmi nous. Par lui, deviendront fils de Dieu tous ceux qui le reçoivent. Alléluia. (cf. Jn 1, 14.12)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint.' Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
  • Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

DIMANCHE 19 janvier 2014 – 2 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 49,3.5-6) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 1,1-3) Evangile (Jn 1,29-34)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

QUETE POUR LES SEMINAIRES

  • Lundi 20 janvier : De la férie
  • Mardi 21 janvier : Sainte Agnès
  • Mercredi 22 janvier : De la férie
  • Jeudi 23 janvier : De la férie
  • Vendredi 24 janvier : Saint François de Sales

A 20 h 30 célébration œcuménique à l’église syriaque orthodoxe de Montfermeil

Samedi 25 janvier : Conversion de saint Paul, Apôtre, fête

DIMANCHE 26 janvier 2014 – 3 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Is 8,23b-9,3) Psaume (Ps 26,1.4.13-14) 2 ème lecture (1 Co 1,10-13.17) Evangile (Mt 4,12-23)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Remise du Parcours sur la réconciliation aux enfants de la catéchèse de CM1

Repas des fiancés du Raincy et de Villemomble

! - Samedi 1 er février à 18 h : première réunion d’information sur le FRAT de Lourdes pour les lycéens

-Dimanche 2 février : Fête de la Présentation du Seigneur au Temple,

Anniversaire du Père Claude BOUCHER

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens