Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 23:07

Pour s’inscrire aux messes de dimanche prochain voici le lien :

          https://app.rendezvousalamesse.fr/93340-le-raincy-notre-dame

      Rappel des heures de messe : - Samedi soir messe anticipée du dimanche : à 18 h

                                             - Dimanche à 11 h

                                             - Dimanche à 18 h (tout le mois de Juin)

                                   Messes de semaine : tous les jours à 9 h

               Toutes les messes son célébrées en l’église Notre-Dame de la Consolation      

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Horaires des Messes
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 23:03

 

           Pour s’inscrire aux messes de dimanche prochain voici le lien :

          https://app.rendezvousalamesse.fr/93340-le-raincy-notre-dame

      Rappel des heures de messe : - Samedi soir messe anticipée du dimanche : à 18 h

                                             - Dimanche à 11 h

                                             - Dimanche à 18 h (tout le mois de Juin)

                                   Messes de semaine : tous les jours à 9 h

               Toutes les messes son célébrées en l’église Notre-Dame de la Consolation                          

Regina Caeli du 24 Mai 2020 : place saint Pierre.

L’Italie célèbre l’Ascension

 

Aujourd’hui, en Italie et dans d’autres pays, on célèbre la solennité de l’Ascension du Seigneur. Le passage de l’Evangile (cf. Mt 28, 16-20) nous montre les apôtres qui se réunissent en Galilée, « sur la montagne que Jésus leur avait indiquée » (v. 16). C’est là qu’a lieu la dernière rencontre du Seigneur ressuscité avec les siens, sur la montagne. La « montagne » a une forte valeur symbolique, évocatrice. C’est sur une montagne que Jésus a proclamé les Béatitudes (cf. Mt 5, 1-12) ; c’est sur les montagnes qu’il se retirait pour prier (cf. Mt 14, 23); c’est là qu’il accueillait les foules et qu’il guérissait les malades (cf. Mt 15, 29). Mais cette fois-ci, sur la montagne, ce n’est plus le Maître qui agit et enseigne, mais c’est le Ressuscité qui demande aux disciples d’agir et d’annoncer, en leur confiant la mission de continuer son œuvre.

Il leur confie une mission auprès de toutes les nations. Il dit : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit » (vv. 19-20). Les contenus de la mission confiée aux apôtres sont les suivants : annoncer, baptiser, enseigner et marcher sur le chemin tracé par le Maître, c’est-à-dire l’Evangile vivant. Ce message de salut implique avant tout le devoir du témoignage — sans témoignage on ne peut pas annoncer — auquel nous aussi, les disciples d’aujourd’hui, nous sommes également appelés pour rendre compte de notre foi. Face à une tâche aussi exigeante, et en pensant à nos faiblesses, nous nous sentons inadaptés, comme les apôtres eux-mêmes se sont certainement sentis. Mais il ne faut pas se décourager, en se souvenant des paroles que Jésus leur a adressées avant son Ascension au ciel : « Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde » (v. 20).

Cette promesse assure de la présence constante et consolante de Jésus parmi nous. Mais de quelle manière se réalise cette présence ? Par son Esprit, qui conduit l’Eglise à marcher dans l’histoire comme compagne de route de chaque homme. Cet Esprit qui, envoyé par le Christ et par le Père, opère la rémission des péchés et sanctifie tous ceux qui, repentis, s’ouvrent avec confiance à son don. Avec la promesse de rester avec nous jusqu’à la fin des temps, Jésus inaugure le style de sa présence dans le monde en tant que Ressuscité. Jésus est présent dans le monde mais avec un autre style, le style du Ressuscité, c’est-à-dire une présence qui se révèle dans la Parole, dans les sacrements, dans l’action constante et intérieure de l’Esprit Saint. La fête de l’Ascension nous dit que Jésus, bien que monté au Ciel pour demeurer glorieux à la droite du Père, est encore et toujours parmi nous : c’est de là que découlent notre force, notre persévérance et notre joie, précisément de la présence de Jésus parmi nous avec la puissance de l’Esprit-Saint.

Que la Vierge Marie accompagne notre chemin de sa protection maternelle : apprenons d’Elle la douceur et le courage pour être des témoins dans le monde du Seigneur ressuscité

UNIS A LA FOI DE TOUTE L’EGLISE

 

Il n’y a aucune discontinuité entre le Christ-Seigneur de la Transfiguration et l’Esprit de feu qui vient sur les apôtres au matin de la Pentecôte. La différence est que ce jour-là, l’Esprit descendit « avec puissance ». Les Actes nous disent que depuis plusieurs jours, ils étaient réunis en prière. Nul doute qu’ensemble ils aient évoqué avec la Vierge Marie, les événements, les paroles et les gestes du Christ Jésus durant les trois années qu’ils ont passées avec lui. Ensemble, ils échangent, approfondissent, renouvellent le message vécu au quotidien et dont, sur le moment, ils n’avaient pas saisi toute la portée. A la lumière de la Résurrection, ils relisent tout cela. Avec leurs caractères, avec leur expérience de la vie qui était la leur avant, le Christ insère sa vie divine dans la leur. « Le jour de la Pentecôte étant arrivé… » c’est à la fois un achèvement et un début. Une voie nouvelle s’ouvre devant eux et ils s’y étaient préparés.

Nous aussi nous ne pouvons entrer dans la Pentecôte à l’improviste. Il nous faut comme eux durant cinquante jours avoir assimilé toute la substance spirituelle de cette période pascale. Il nous faut avoir eu l’expérience du Christ ressuscité. ‘Ils se trouvaient tous ensemble… unis dans la prière ». C’était l’Eglise naissante. Ils priaient tous ensemble et ils trouvent les conditions nécessaires à la réception du Saint-Esprit…. Il y a 50 ans que tout s’est changé par cette résurrection du Seigneur. Il nous faut, à certains moments, nous retirer et nous enclore dans la chambre haute de notre âme. Mais nous ne pouvons les vivre séparés du Corps qu’est l’Eglise.

« Les fonctions… les activités … les dons sont variés. C’est toujours le même Dieu qui agit en tous. Nous avons été baptisés dans l’unique Esprit pour former un seul corps » (Saint Paul aux Corinthiens. 12. 13) Qui veut ignorer l’autorité des apôtres ou se passer de la présence maternelle de Marie ne peut recevoir l’Esprit-Saint dans la vérité.

Dimanche 31 mai 2020 Pentecôte Solennité - MESSE DU JOUR

 

Première lecture (Ac 2, 1-11)

 

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. » – Parole du Seigneur. 

 

Psaume (Ps 103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34)

 

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! la terre s’emplit de tes biens. Tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre. Gloire au Seigneur à tout jamais ! Que Dieu se réjouisse en ses œuvres ! Que mon poème lui soit agréable ; moi, je me réjouis dans le Seigneur. 

 

Deuxième lecture (1 Co 12, 3b-7.12-13)

 

Frères, personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint. Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. Prenons une comparaison : le corps ne fait qu’un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit. – Parole du Seigneur. 

 

Évangile (Jn 20, 19-23)

 

C’était après la mort de Jésus ; le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Chant d’entrée :

                                                                      

Souffle imprévisible, Esprit de Dieu,
Vent qui fait revivre, Esprit de Dieu,
Souffle de tempête, Esprit de Dieu,
Ouvre nos fenêtres, Esprit de Dieu !


R/ Esprit de vérité, brise du Seigneur,
Esprit de liberté, passe dans nos cœurs !
Esprit de vérité, brise du Seigneur,
Esprit de liberté, passe dans nos cœurs !

 

Flamme sur le monde, Esprit de Dieu,
Feu qui chasse l'ombre, Esprit de Dieu,
Flamme de lumière, Esprit de Dieu,
Viens dans nos ténèbres, Esprit de Dieu !

 

 

Séquence de la Pentecôte

 

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs et envoie du haut de ciel un rayon de ta lumière. Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs. Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur. Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort. Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles. Sans ta puissance divine, il n’est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti. Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé. Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé. À tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés. Donne mérite et vertu, donne le salut final, donne la joie éternelle. Amen. 

 

Chant d’action de grâce :

Viens, Saint-Esprit

1. Viens, Saint-Esprit, viens par ton vent Remplir le temple que je suis.

Oh, viens, Saint-Esprit, souffle puissant, Brise d'amour, courant de vie.

Souffle sur moi, souffle sur moi, souffle (bis)

 Souffle sur moi, souffle vent de Dieu.

 

2. Viens, Saint-Esprit, viens par ta pluie Mouiller la terre que je suis.

Oh, viens, Saint-Esprit, flot impétueux, Source d'amour, fleuve de vie.

Coule sur moi, coule sur moi, coule (bis)

Coule sur moi, coule pluie de Dieu.

 

3. Viens, Saint-Esprit, viens par ton feu Brûler l'offrande que je suis.

Oh, viens, Saint-Esprit, feu dévorant, Brasier d'amour, flamme de vie.

Embrase-moi, embrase-moi, brûle (bis)

Embrase-moi, brûle feu de Dieu.

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 19:23

 

Pour la CURITÉ de TOUS 

RESPECTONS les CONSIGNES !

 

ENTREE PAR LE PORTAIL CENTRAL

  • Pointage inscription à la messe
  • Gel et masque obligatoires (des distributeurs de gels sont prévus)
  • On s’assied sur une chaise numérotée 1 ou 2 selon l’heure de la messe

 

1 RANG SUR 2

Samedi 18h

Chaise 1

Samedi 19h30 (portugais)

Chaise 2

Dimanche 9h30 (portugais)

Chaise 1

Dimanche 11h

Chaise 2

Dimanche 18h

Chaise 1

Enfants jusqu’à 10 ans autorisés à côté d’un parent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNION

en commençant par le dernier rang

2 points de communion : près des marches du chœur

et en milieu de travée centrale.

On communie à la main, bras tendus.

Ceux qui ne souhaitent ou ne peuvent pas communier sortent aussi des rangs

et viennent les bras croisés sur la poitrine recevoir la bénédiction du prêtre.

 

1ère procession : travée centrale 

  • On remonte par l’allée centrale et on revient par les allées latérales.

2ème procession : allées latérales

  • On descend par les allées latérales et on revient par l’allée centrale.

 

SORTIE : échelonnée en commençant par le dernier rang

  • On emporte sa feuille de chants, on ne la laisse pas dans l’église.
  • On sort par les portes vitrées latérales marquées « SORTIE » ou par les issues de secours (droite et gauche des marches du chœur).
  • On ne reste pas sur le parvis sans la distanciation physique et sans masques...

 

INSCRIPTIONS AUX PROCHAINES MESSES

https://app.rendezvousalamesse.fr/93340-le-raincy-notre-dame

( 01 43 81 14 98

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans A noter dans nos agendas
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 19:17

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

 

Date :  Mercredi 27 Mai 2020

 

Textes du Jour : Actes des Apôtres 20,28-38 ; Psaume 67 ; Jean 17,11b-19

 

Commentaire

 

On entend souvent dire : « Notre monde est dur ; notre monde est fou » ; et il est bien vrai que les problèmes liés au trop grand pouvoir des sciences et techniques sur l’éthique de la vie, à la survie de l’homme dans son environnement naturel, aux mutations de la société et aux crises sanitaires et économiques, ont pris depuis les dernières semaines une dimension planétaire, et que les hommes, même lorsqu’ils acceptent de travailler ensemble, parviennent de plus en plus difficilement à maîtriser l’accélération de tous ces phénomènes et osons le dire jouent souvent aux apprentis sorciers.

C’est pourtant dans ce monde-là que le Christ nous veut, comme témoins de son message, ce monde où l’homme fait des merveilles et prend la mesure de sa pauvreté : « Je ne te demande pas de les retirer du monde, dit Jésus à son Père, mais de les garder du Mauvais ; [..] sanctifie-les ». Au cœur de ce monde que Dieu aime mais qui est travaillé par les forces du refus, de la révolte et de l’athéis­me, le Père va donc nous garder et nous sanctifier, en réponse à la prière de Jésus. Il nous garde, non pas en nous rendant étrangers à notre monde, non pas en nous isolant comme dans une bulle où nous respirerions seulement l’air de la foi et de l’espérance, mais en nous fortifiant intérieurement, par son Esprit, contre les mensonges de l’esprit du mal, contre les contagions de l’intelligence et du cœur, contre nos propres tristesses et nos découragements.

Il nous garde, Dieu notre Père, et il nous sanctifie ; il nous « consacre », c’est-à-dire qu’il nous met à part pour lui-même et nous fait entrer dès maintenant dans sa vie, dans son projet, dans sa lumière, que l’on ne voit jamais des yeux du corps mais qui est en nous certitude pour l’intelligence et joie pour le cœur.

Pour nous sanctifier ainsi, pour nous rapprocher chaque jour de son intimité, Dieu, en vrai Père, nous offre un chemin privilégié : sa parole transmise par Jésus, l’Envoyé, et sa vérité contenue tout entière en Jésus, qui est son message et sa bouche.

C’est ainsi que Jésus peut demander pour nous à son Père : « Consacre-les par la vérité : ta parole est vérité » ; comme s’il disait : « Fais-les passer en toi, par ta vérité que je leur apporte. Que ma parole, reçue dans la foi, les établisse en communion avec toi ! » La seule vérité qui soit digne d’être servie plus que tout, c’est le dessein de Dieu sur l’homme et sur le monde, tel qu’il nous est révélé en Jésus Christ ; la vérité dont le monde a soif, c’est que Dieu veut tout réconcilier dans son Fils et que cette promesse de paix et d’unité passe par la Pâque de Jésus.

                                                                                                                                   Père Frédéric Benoist

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous allons célébrer la Pentecôte dans notre église aménagée, en communauté. Chaque messe pourra accueillir un maximum de 210 personnes. PAS PLUS ! en raison des mesures sanitaires imposées.

 

Voici donc les liens pour s’inscrire à la messe du week-end de Pentecôte :

 

Pour les messes en Français : Samedi soir à 18h ; Dimanche à 11h ; Dimanche à 18h, voici le lien :

 

https://app.rendezvousalamesse.fr/93340-le-raincy-notre-dame

 

Pour les messes en Portugais: Samedi 19h30; Dimanche 9h30 voici le lien:

 

https://app.rendezvousalamesse.fr/93340-le-raincy-communaute-portugaise

 

A vous de Jouer! Si panique, Si soucis, appelez à la paroisse Jeudi et Vendredi au 0143811498 de 9h.à 12h et de 14h. à 17h. ou envoyez un email paroisse.leraincy@wanadoo.fr

 

 

 

Nous publions déjà les indications pour le déroulement d’une messe : celles ci vous seront distribuées une fois dans l’église 

 

 

Parole du pape François:

 

Que l’Esprit Saint nous transforme en une Église-mère de miséricorde, une «mère au cœur ouvert» pour tous.

 

Jésus a pris sur Lui notre humanité pour la porter au-delà de la mort, dans un lieu nouveau, au Ciel, pour que là où Il est, nous soyons nous aussi.

 

Intentions de la paroisse :

 

Nous prions pour  Pierrette Bonnat dont les funérailles chrétiennes seront célébrées Jeudi 28 

 

Nous prions pour Edouard Larroque dont les funérailles seront célébrées Vendredi  (attention notre église ne pourra accueillir pas plus de 150 personnes en plus des membres de la famille)

 

Prière du pape François pour le lancement de l’année Laudato Si pour une écologie intégrale (5 ans après la sortie de l’encyclique)

 

Dieu aimant,
Créateur du ciel, de la terre et de tout ce qu’ils contiennent.
Ouvre nos esprits et touche nos cœurs,
afin que nous puissions faire partie de la création, ton don.

Sois présent aux nécessiteux en ces temps difficiles,
en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables.
Aide-nous à manifester une solidarité créative face aux conséquences de cette pandémie mondiale.
Rends-nous courageux pour embrasser les changements nécessaires

à la recherche du bien commun.
Maintenant plus que jamais, puissions-nous sentir que nous sommes tous
interconnectés et interdépendants.

Fais que nous puissions écouter et répondre
au cri de la terre et au cri des pauvres.
Puissent les souffrances actuelles être les douleurs de l’enfantement
d’un monde plus fraternel et plus durable.

Sous le regard aimant de Marie Auxiliatrice,
nous te prions par le Christ notre Seigneur.
Amen.

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 15:50

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  Lundi 25 Mai

 

Textes du jour : Actes des Apôtres 19,1-8 ; Psaume 67 ; Jean 16,29-33

 

 

Les disciples semblent enfin soulagés de proclamer qu’ils croient. Leur acte de foi surgit parce que Jésus a tenu des propos clairs et compréhensifs.

Ils comprennent et en même temps, ils ne comprennent rien !! C’est là que se trouve le mystère qui ne cesse d’être révélé. Et ils sont à la veille de vivre une autre étape importante pour la foi : celle de la souffrance, de la lâcheté, de l’abandon de leur ami Jésus. Et, en plus, ils seront acteurs de cette folie humaine

Jésus est lucide sur notre fragilité, il l’a comprise, et il en prend soin. Il sait notre désir de croire et notre incapacité à tenir seul debout. C’est pourquoi, il désire tant nous donner son Esprit Saint. C’est l’Esprit qui donnera la paix aux disciples après la Passion et la Résurrection. C’est l’Esprit qui nous donne sa Paix dans nos épreuves, nos souffrances. Appelons-le, désirons-le !!

Père Frédéric Benoist

 

 

 

Alors ? Prêts à revenir dans notre église ? Nous vous attendons !!!

 

 

 

Durant tout le confinement, l’église est restée ouverte, lieu du silence, de la prière, beaucoup sont venus confier souffrances, chagrins, intentions personnelles, espoirs, pour notre monde, nos familles. Mais notre église n’a pas vocation a garder ses presque 800 chaises vides. Nous allons demain, avec toute une équipe, l’aménager pour accueillir les messes de la Pentecôte. Avec un tel aménagement nous pourrons accueillir, en tenant compte de toutes les mesures sanitaires exigées et que nous respecterons, 200 personnes par office. De ce fait, comprenez-le bien, nous allons devoir nous inscrire au préalable à la messe, au moins quelques dimanches. J’entends bien quelques réticences, mais n’est ce pas mieux que de se faire refuser l’entrée ? L’église est ouverte à toutes et tous, mais elle est aussi un lieu accueillant du public, et en cette période d’état d’urgence sanitaire, nous devons respecter et appliquer les consignes de la préfecture.

 

Nous allons mettre en ligne demain, une application « rendezvousalamesse.fr » pour recevoir vos inscriptions. Vous recevrez le lien Lundi soir ou Mardi. Cette application a été réalisée par les dominicains de Toulouse, qui ont aussi accompagné la conférence des évêques de France pour mener le travail de lien avec les autorités civiles. En vous inscrivant, on vous demandera votre prénom et votre adresse email. Vous ne serez pas fichés, mais votre adresse est conservée par le serveur pour en cas de contamination, tous les paroissiens soient prévenus (closter). C’est donc dans le souci des autres et de nous-mêmes que nous devrons appliquer toutes les recommandations qui nous serons données. ET tout se passera bien. Notre communauté saura se montrer exemplaire.

 

Toute une équipe de paroissiens se préparent à nous accueillir, notre église accueille aussi les messes en portugais. Il faudra être patients et accueillants les uns et les autres, et respecter sur le parvis la distanciation physique grâce au marquage au sol.

 

Nous serons placés à la messe pour éviter des places perdues (c’est important)

La préfecture recommande la distanciation physique d’au moins un mètre, même pour les membres d’une même famille. Inutile et ridicule puisque vous êtes toujours ensemble le reste du temps me direz vous…  Ridicule pour vous  peut être, mais au regard de tous les autres, c’est important . Seuls les enfants de moins de 9 ans pourront rester à côté de leurs parents.

 

Nous sommes invités à venir et à entrer avec un masque. (Vous pouvez aussi le prévoir dans les couleurs liturgiques. (Pentecôte c’est en rouge, les deux autres dimanches ce sera en blanc puis vert… J)

 

IL faudra appliquer du gel hydro alcoolique sur ses mains en entrant et en sortant .

 

Petit rappel :

Je viens à la messe de 18h. le samedi j’occupe la chaise n°1

Je viens à la messe de 11h. le dimanche j’occupe la chaise n°2

Je viens à la messe de 18h. le dimanche soir j’occupe la chaise n°1    J

 

La première fois cela va être un peu compliqué, mais de semaines en semaines, nous serons habitués.

 

C’est l’eucharistie du Seigneur qui nous rassemble et qui nous unit . Voilà la conviction profonde du cœur qui nous animera tous, j’en suis sûr.

 

Belle semaine à tous. P.Fb

 

 

Dès lundi 25 Mai la messe de 9h. avec l’office des Laudes est célébrée (dans un premier temps dans l’église)

(une feuille pour l’office des Laudes sera disponible)

 

Tout le week-end de Pentecôte nous célébrerons la messe pour toutes les victimes du Covid19 en France et dans le monde.

 

- Le père Frédéric Benoist tiendra permanence d’accueil dans l’église Jeudi de 18h. à 19h.

- Pour le sacrement de la réconcilation : Samedi de 10h. à 12h.

 

 

Père très saint, pour continuer l’œuvre de ton Fils enlevé dans la gloire,


R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit.
 

Pour qu’il parle aujourd’hui par la bouche de tes envoyés,


Pour qu’il ouvre l’oreille de ceux qui écoutent ta parole,


Pour qu’il guérisse par la main de tes disciples,


Pour qu’il emplisse de joie le cœur des croyants,


Pour qu’il réveille les morts au jour du jugement,

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 12:12

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  Dimanche 24 Mai 2020 :

 

 

 

Chers paroissiens

 

Ce Samedi est paru un décret du premier ministre autorisant l’exercice des cultes pour les différentes religions.

 

Nous allons reprendre la messe du Dimanche le Week-end de Pentecôte (30-31 Mai)

 

Les messes de semaine reprennent dès Lundi 25 Mai  à 9h.

 

 

Voici un certain nombre de dispositions:

 

Lundi nous allons aménager l’église pour permettre l’accueil de la communauté dans le respect des consignes sanitaires reçues de la Préfecture.

 

L’église Notre Dame  aura été désinfectée

 

Notre église pourra accueillir 200 personnes par office. De ce fait dès lundi 25 Mai un système d’inscription préalable sera mis en place, et ce pour plusieurs dimanche. Nous devons impérativement ne pas dépasser le nombre de fidèles.

Vous recevrez par email tous les détails pratiques nécessaires.

 

Voici les heures de messes  en l’église Notre Dame:

Samedi soir : 18h. (en français) ; 19h30 (en portugais)

Dimanche : 9h30 (en portugais) ; 11h (en français) ; 18h( en français)

Aucune messe en l’église saint Louis jusqu’à nouvel ordre

 

 

1° le parvis de l’église sera aménagé pour permettre une entrée progressive des fidèles. Nous veillerons à garder une distanciation physique y compris sur le parvis. (marquages au sol)

 

L’entrée des fidèles se fait par la porte centrale.

 

2° Dans l’église :

Le port du masque est obligatoire ( à partir de 11 ans) à l’entrée de l’église.

Le bénitier est vide

Des distributeurs de gel hydro alcooliques sont disponibles pour l’entrée et la sortie de l’église

 

Vous serez accueillis pour confirmer votre inscription

Une feuille unique de chant (que vous emporterez) sera disponible

 

La distanciation physique de 1 mètre est obligatoire même pour les membres d’une même famille (sauf enfants de moins de 9 ans) durant toute la célébration : de ce fait vous serez invités à vous asseoir en commençant par les premiers rangs :

 Chaises numérotées 1 : pour la messe du samedi soir à 18h et du dimanche matin à 9h30

Chaises numérotées 2 : pour la messe de 19h30 le samedi soir et du dimanche matin à 11h. + dimanche soir

 

Cette numérotation car la désinfection des chaises ne peuvent se faire d’un office à l’autre)

 

Un sens de circulation dans l’église pour éviter au maximum des croisements de personnes sera mis en place dans l’église. De même pour la procession de communion où une distanciation physique devra aussi être respectée. La communion sera distribuée dans la main .

 

La quête se fera avec des paniers disposés à la sorite de l’église.

 

La  sortie se fera aussi dans un ordre indiqué.

 

 

Tout cela peut paraître exigeant, contraignant, s’inscrire pour la messe peut paraître dérangeant, mais avec la bonne volonté de chacune et chacun, tout se passera bien. Nous faisons tout, en effet, pour que notre église puisse accueillir avec le plus de sécurité possible, nos familles, et nous aurons la joie de célébrer la Pentecôte après ce long temps du confinement de Carême et du temps Pascal. Dans la joie de vous retrouver. Nous vous remercions par avance de votre bonne coopération et de votre compréhension.

 

En union de prière.

 

                                                                                                                  Père Frédéric Benoist, curé de la paroisse.

 

 

Nous sommes bien entendu à votre disposition pour toutes questions : 01-43-81-14-98 ou par email : paroisse.leraincy@wanadoo.fr

 

 

Ce dimanche 24 Mai :

 

La messe télévisée su France 2 est à 11h.

Les prêtres sont dans l’église à 10h. pour distribuer l’hostie consacrée pour celles et ceux qui le désirent.

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 12:09

HOMELIE DU 7ème DIMANCHE DE PÂQUES ANNEE A

 

Ac 1, 12-14

Ps 26 (27), 1, 4, 7-8

1 P 4, 13-16

Jn 17, 1b-11a

 

«   Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères ».

Ce qui est arrivé aux disciples de Jésus et autres, nous  arrive aussi. Eux ils étaient dans l’attente d’un signal de départ pour accomplir à leur tour la mission à laquelle Jésus les avait préparés. Ils avaient déjà la foi soutenue par le souvenir de ce qu’ils avaient vécu au contact avec leur maître. Ils avaient appris comment entretenir la foi par la prière. Mais, il leur manquait la force de l’Esprit de Jésus. Il leur manquait le courage, voire l’audace. Il leur manquait la simplicité avec laquelle dire, annoncer et témoigner de la présence de Dieu dans leurs vies.

Ils se sont donc réunis au Cénacle, dans la même pièce où ils avaient pris le dernier repas avec Jésus. Ils sont revenus au Cénacle, dans un endroit plein de souvenirs. Le lieu de partage ultime des recommandations et de gestes symboliques comme celui du lavement de pieds. Leur prière pouvait être d’autant plus nourrie, qu’elle se déroulait dans cet endroit. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ?

Que nous sommes souvent dans l’attente. Attente de toutes sortes, d’un futur meilleur, de fondation de famille, d’enfant. Mais aussi en attente d’une solution au problème. Comment nous attendons ? Quelle est la place de la prière là-dedans ? Est-ce que nous prions seulement quand cela va mal ? Ce qui est déjà bien, mais le chrétien peut mieux faire. Quand nous sommes dans l’attente d’un nouveau travail, d’un choix de vie à faire, d’une nouvelle destination, des examens, d’un visa de travail, de séjour… ; comment imitons-nous ceux qui étaient réunis au Cénacle, dans la chambre haute ? Comment la messe tient-elle lieu d’une telle chambre haute ?

Quand nous sommes dans l’attente, mettons-nous en prière. J’attends le bus, je prie, j’attends un client, je prie. Non pas pour meubler le vide, pas plus que pour remplacer par la prière le travail de préparation nécessaire pour accueillir un client…. Mais pour nous mettre en disposition d’un meilleur accueil de la personne et de la situation. Ceux qui pratiquent une telle prière, savent bien le bénéfice pour eux et pour leur vie.

L’Apôtre Pierre met en lumière un autre aspect de l’attente dans la foi. Il fait le lien entre les souffrances d’aujourd’hui, à cause du Christ et la joie future. Mais on n’aime pas attendre cette joie promise dans si longtemps, et en partie on a sans doute raison. Car la joie, elle est déjà là bien qu’obscurcie par les souffrances. Certes, elle peut être oubliée et anéantie par la souffrance. Mais, quoiqu’il arrive avant, elle éclatera lorsque la gloire du Christ se révélera.

La gloire de Dieu, c’est le sujet de la prière de Jésus dans l’Evangile : « Père l’heure est venue, glorifie ton Fils afin que ton Fils te glorifie ». Glorifier veut dire reconnaître la grandeur de Dieu. On accède à cette reconnaissance par la connaissance du dessein de Dieu pour nous. Le dessein de Dieu pour nous est la vie éternelle. C’est ce que donne le baptême. Le mystère de la vie de Dieu rejoint le mystère de notre vie humaine. Elle est désormais tournée résolument vers la vie de Dieu.

A Jésus par Marie, mes frères et mes sœurs comme au cénacle !

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Messe en ligne
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 19:39

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

 

Date :  Vendredi 22 Mai Sainte Rita de Cascia

 

Textes du jours : Actes des Apôtres 18,9-18 ; Psaume 46 ; Jean 16,20-23a

 

Commentaire.

 

Nous venons de célébrer l’Ascension du Seigneur, Jésus s’est séparé de ses apôtres pour entrer dans la gloire de son Père. Les Apôtres ne sont pas tristes, ils sont remplis de la force du Ressuscité, près à partie en mission . Ce sera la Pentecôte de l’Eglise.

La liturgie, jusqu’à la fête de la Pentecôte nous fait parcourir l’Evangile de Jean Ch.16 et 17. Et là, Jésus annonce son départ, mais c’est celui de sa Passion, la tristesse va de ce fait envahir les Apôtres, jusqu’à la manifestation de la Résurrection.

Sur leur route avec Jésus, les apôtres font donc l’expérience de la séparation, du deuil et de la tristesse. Il leur faudra consentir à ne plus voir avec leurs yeux de chair, celui qu’ils aiment.   Et Jésus n’esquive en rien cette étape : « Vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira » (v 20). Le Maître « n’est plus », et de surcroît, le monde n’est pas au diapason de cette tristesse.

C’est là une traversée, un saut dans la foi, car, si l’aube de Pâque est toute proche (« Vous serez triste mais votre tristesse se changera en joie » v 20), il faut « passer ». Mais ce passage est promis à une belle fécondité : « La femme, sur le point d’accoucher, s’attriste parce que son heure est venue ; mais lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus des douleurs, dans la joie qu’un homme soit venu au monde. Vous aussi, maintenant vous voilà tristes ; mais je vous verrai de nouveau et votre coeur sera dans la joie, et votre joie, nul ne vous l’enlèvera » (v 21-22).

Quelle est donc la source de cette joie « imprenable » promise aux apôtres (v 22) ?

Celle de re-voir leur Seigneur ? Non, infiniment plus…. Car Jésus ne dit pas « Vous me verrez de nouveau » mais « Je vous verrez de nouveau » ! Il y a là un renversement de perspective et un élargissement inouï, car si le désir de « voir Dieu » habite le cœur de l’homme (Exode 33, 18), le désir de Dieu lui-même nous précède toujours. En Christ, Dieu rejoint l’homme qui ne peut se sauver par lui-même. Le peuple de l’Alliance l’a perçu, et cette conscience a nourri l’espérance prophétique :« Comme la femme enceinte à l’heure de l’enfantement souffre et crie dans ses douleurs, ainsi étions-nous devant ta face, Seigneur. Nous avons conçu, nous avons souffert, mais c’était pour enfanter du vent : nous n’avons pas donné le salut à la terre » (Isaïe 26, 17-18).

 

Père Frédéric Benoist

 

 

Paroles du pape François :

 

Recevoir la joie de l'Esprit est une grâce. Elle est la seule force que nous puissions avoir pour prêcher l'Évangile, pour professer la foi au Seigneur. La foi, c'est témoigner de la joie que le Seigneur nous donne. Une telle joie, personne ne peut se la donner à soi-même.

 

La joie d'annoncer l'Évangile brille toujours sur fond d’une mémoire reconnaissante. Le fait de se mettre “en état de mission” est un reflet de la gratitude. C'est la réponse de celui qui par gratitude se rend docile à l'Esprit, et donc est libre.

Si l’on suit Jésus, heureux d'être attiré par Lui, les autres le remarquent. Et ils peuvent s’en étonner. La joie qui transparaît chez ceux qui sont attirés par le Christ et par son Esprit, voilà ce qui peut rendre féconde et fructueuse chaque initiative missionnaire.

 

 

 

« Dieu nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus »

Aujourd'hui notre Seigneur Jésus Christ monte au ciel ; que notre cœur y monte avec lui.

Écoutons ce que nous dit l'Apôtre :
 Vous êtes ressuscités, avec le Christ. Recherchez donc les réalités d'en haut : c'est là qu'est le Christ, assis à la droite de Dieu. Le but de votre vie est en haut, et non pas sur la terre. De même que lui est monté, mais sans s'éloigner de nous, de même sommes-nous déjà là-haut avec lui, et pourtant ce qu'il nous a promis ne s'est pas encore réalisé dans notre corps.

Il a déjà été élevé au-dessus des cieux ; cependant il souffre sur la terre toutes les peines que nous ressentons, nous ses membres. Il a rendu témoignage à cette vérité lorsqu'il a crié du haut du ciel :
 Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? Et il avait dit aussi : J'avais faim, et vous avez donné à manger.

Pourquoi ne travaillons-nous pas, nous aussi, sur la terre, de telle sorte que par la foi, l'espérance, la charité, grâce auxquelles nous nous relions à lui, nous reposerions déjà maintenant avec lui, dans le ciel ? Lui, alors qu'il est là-bas, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici, sommes aussi avec lui. Lui fait cela par sa divinité, sa puissance, son amour ; et nous, si nous ne pouvons pas le faire comme lui par la divinité, nous le pouvons cependant par l'amour, mais en lui.

Lui ne s'est pas éloigné du ciel lorsqu'il en est descendu pour venir vers nous ; et il ne s'est pas éloigné de nous lorsqu'il est monté pour revenir au ciel. Il était là-haut, tout en étant ici-bas ; lui-même en témoigne :
 Nul n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme, qui est au ciel. ~

Il a parlé ainsi en raison de l'unité qui existe entre lui et nous : il est notre tête, et nous sommes son corps. Cela ne s'applique à personne sinon à lui, parce que nous sommes lui, en tant qu'il est Fils de l'homme à cause de nous, et que nous sommes fils de Dieu à cause de lui.

C'est bien pourquoi saint Paul affirme :
 Notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, bien qu'étant plusieurs, ne forment qu'un seul corps. De même en est-il pour le Christ. Il ne dit pas : le Christ est ainsi en lui-même, mais il dit : De même en est-il pour le Christ à l'égard de son corps. Le Christ, c'est donc beaucoup de membres en un seul corps.

Il est descendu du ciel par miséricorde, et lui seul y est monté, mais par la grâce nous aussi sommes montés en sa personne. De ce fait, le Christ seul est descendu, et le Christ seul est monté ; non que la dignité de la tête se répande indifféremment dans le corps, mais l'unité du corps ne lui permet pas de se séparer de la tête.

 

 

(Sermon de Saint Augustin pour l’Ascension)

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 19:37

HOMELIE DE L’ASCENSION AVEC DES PERES DE L’EGLISE

 

Ac 1, 1-11

Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9

Ep 1, 17-23

Mt 28, 16-20

 

Les jours qui s'écoulèrent entre la résurrection du Seigneur et son ascension, mes bien-aimés, n'ont pas été dépourvus d'événements : de grands mystères y ont reçu leur confirmation, de grandes vérités y ont été révélées. C'est alors que la crainte d'une mort amère est écartée, et que l'immortalité, non seulement de l'âme mais aussi de la chair, est manifestée. C'est alors que, par le souffle du Seigneur, le Saint-Esprit est communiqué à tous les Apôtres ; et le bienheureux Apôtre Pierre, après avoir reçu les clefs du Royaume, se voit confier, de préférence aux autres, la garde du bercail du Seigneur. En ces jours-là, le Seigneur se joint à deux disciples et les accompagne en chemin ; et, afin de dissiper en nous toute l'obscurité du doute, il reproche à ces hommes apeurés leur lenteur à comprendre. Les cœurs qu'il éclaire voient s'allumer en eux la flamme de la foi ; ils étaient tièdes, et ils deviennent brûlants lorsque le Seigneur leur fait comprendre les Ecritures. A la fraction du pain, les yeux des convives s'ouvrent. Ils ont un bonheur bien plus grand, eux qui voient se manifester la glorification de leur nature humaine, que nos premiers parents qui conçoivent de la honte pour leur désobéissance. (…) Pendant tout ce temps qui s'est écoulé entre la résurrection du Seigneur et son ascension, voilà, mes bien-aimés, de quoi la providence divine s'est occupée, voilà ce qu'elle a enseigné, voilà ce qu'elle a fait comprendre aux yeux et aux cœurs de ses amis : on reconnaîtrait que le Seigneur Jésus était vraiment ressuscité, lui qui vraiment était né, avait souffert et était mort vraiment. Aussi les bienheureux Apôtres et tous les disciples que la mort de la croix avait apeurés et qui doutaient de la foi en la résurrection furent-ils raffermis par l'évidence de la vérité ; si bien que, lorsque le Seigneur partit vers les hauteurs des cieux, ils ne furent affectés d'aucune tristesse, mais comblés d'une grande joie. Certes, c'était pour eux un motif puissant et indicible de se réjouir puisque, devant le groupe des Apôtres, la nature humaine recevait une dignité supérieure à celle de toutes les créatures célestes ; elle allait dépasser les chœurs des anges et monter plus haut que les archanges ; les êtres les plus sublimes ne pourraient mesurer son degré d'élévation, car elle allait être admise à trôner auprès du Père éternel en étant associée à sa gloire, puisque la nature divine lui était unie dans la personne du Fils (Saint Léon le Grand : premier sermon pour l’Ascension, 2-4).

Il fallait que tout s'accomplît (…) Quoi donc ? Que le Christ souffrît, et qu'il ressuscitât d'entre les morts le troisième jour. Ils l'ont vu : ils l'ont vu souffrir, ils l'ont vu attaché à la croix, et ils le voient après sa résurrection, vivant et présent parmi eux. Que ne voient-ils pas ? Son corps, c'est-à-dire l’Eglise. Le Christ, ils le voient, mais elle, ils ne la voient pas. Ils voient l’Epoux, l’Epouse est encore cachée (…) La conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. Voilà ce que les disciples ne voient pas encore : l'Eglise répandue à travers toutes les nations, en commençant par Jérusalem. Ils voient la tête et, sur sa parole, ils croient à son corps (…) Nous leur sommes semblables : nous voyons quelque chose qu'ils ne voyaient pas, mais nous ne voyons pas quelque chose qu’ils voyaient. Que voyons-nous qu'ils ne voyaient pas ? L'Eglise répandue à travers les nations. Que ne voyons-nous pas, mais qu'ils voyaient ? Le Christ vivant dans la chair. Comment le voyaient-ils, tandis qu'ils croyaient à son corps ? De la même façon que nous voyons le corps et croyons à la tête. En revanche, que ce que nous ne voyons pas vienne à notre aide ! Voir le Christ a aidé les Onze à croire à l’Eglise future. L’Eglise que nous voyons nous aide à croire que le Christ est ressuscité. Leur foi a reçu son accomplissement : de même la nôtre. La leur a été accomplie en ce qui concerne la tête, la nôtre l'est en ce qui concerne le corps. Le Christ total s'est fait connaître d'eux et de nous. Mais il n'a pas été connu tout entier par eux, ni tout entier par nous. Eux, ils ont vu la tête, et ils ont cru au corps. Nous, nous avons vu le corps et nous avons cru à la tête. Cependant le Christ ne fait défaut à personne : il est tout entier en tous, et pourtant son corps lui demeure attaché (Saint Augustin : sermon CXVI, 1, 5-6).

Si vous voulez comprendre vous aussi vous serez les témoins du Christ. Vous êtes tentés par l'esprit d'impureté mais craignant le jugement de Jésus-Christ vous avez voulu conserver intacte la pureté de votre âme et de votre corps : vous êtes les témoins de Jésus-Christ. Vous êtes tentés par l’esprit d’avarice qui vous porte à usurper sur les droits du faible mais vous souvenant des préceptes divins vous êtes résolus à prêter votre assistance plutôt qu'à commettre une injustice : vous êtes les témoins du Christ. Vous êtes tentés par l’esprit de superbe mais voyant votre Sauveur pauvre et humble votre cœur est touché et vous choisissez l'humilité plutôt que l'arrogance : vous êtes les témoins du Christ, non seulement les témoins de ce qu'il a dit mais de ce qu'il a fait (...) Combien chaque jour sont nombreux ces martyrs du Christ qui lui rendent témoignage dans le secret ! (Saint Ambroise : commentaire du psaume CXVIII, sermon XX 47-48).

Béthanie est située sur le flanc oriental du mont des Oliviers, à moins de trois kilomètres de Jérusalem. Comme Béthanie équivaut pratiquement au mont des Oliviers, on peut déduire une remarque théologique de la précision topographique. Deux textes de l'Ancien Testament font mention de « la montagne qui se trouve à l'orient de la ville » (Ezéchiel, XI 22-23), c'est-à-dire le Mont des Oliviers (Zacharie, XIV 4). Chez le prophète Ezéchiel, la gloire de Yahvé abandonne le Temple profané et voué à la destruction, pour aller se poser sur la montagne à l’orient de la ville. Chez le prophète Zacharie, à la fin des temps, lorsque Yahvé sortira pour le combat et le jugement eschatologiques, « ses pieds se poseront sur le Mont des Oliviers. » Ainsi le Mont des Oliviers est-il le lieu du départ et de la venue glorieuse de Yahvé. En transférant ce qui est dit de Yahvé à Jésus qui s'en va et qui viendra, saint Luc fait une profession de foi en la divinité de Jésus.

Elie était monté au ciel dans un char de feu, emporté par des chevaux de feu : il n’était qu’un homme et il avait besoin d’être soulevé par une force extérieure. Notre Sauveur n’est pas emporté dans un char, il n’est pas soulevé par les anges : celui qui a fait toutes choses s’élève par sa propre puissance au-dessus de toutes choses (Saint Grégoire le Grand : homélie XXIX sur les péricopes évangéliques, 5).

Il repartait ainsi vers le lieu d'où il était, il revenait d'un lieu où il continuait de séjourner : en effet, au moment où il montait au Ciel avec son humanité, il unissait par sa divinité le Ciel et la terre. Ce que nous avons à remarquer sérieusement dans la solennité de ce jour, c'est la suppression du décret qui nous condamnait, du jugement qui nous vouait à la corruption. En effet, la nature à qui s'adressait ces mots : « Tu es poussière, et tu retourneras en poussière », cette nature est aujourd'hui montée au Ciel avec le Christ. Voilà pourquoi il nous faut, de tout notre cœur, le suivre là où nous savons par la foi qu'il est monté avec son corps. Fuyons les désirs de la terre : qu'aucun des liens d'ici-bas ne nous plaise, à nous qui avons un Père dans les Cieux. Pensons aussi au fait que Celui qui est monté au Ciel plein de douceur sera terrible à son retour ; ce qu'il nous a demandé avec bonté, il l'exigera de nous avec fermeté. Par conséquent, que personne ne néglige le temps qui lui reste pour faire pénitence ; que chacun pense à son salut, pendant que cela lui est encore possible, car, au jour du jugement, le Rédempteur sera d'autant plus sévère qu'il aura été plus patient avant ce jugement. Voilà, mes frères, ce qui doit guider votre action. Pensez-y continuellement. Même si vous êtes ballottés dans le remous des affaires, jetez pourtant dès aujourd'hui l'ancre de l'espérance dans la patrie éternelle. Que votre âme ne recherche que la véritable lumière. Nous venons d'entendre lire que le Seigneur est monté au Ciel : pensons sérieusement à ce que nous croyons. Malgré la faiblesse de la nature humaine qui nous retient encore ici-bas, que l'amour nous attire à sa suite, car nous sommes bien sûrs que celui qui nous a inspiré ce désir, Jésus-Christ, ne nous décevra pas dans notre espérance (Saint Grégoire le Grand : homélies sur les péricopes évangéliques, XXIX 10-11).

Il s'en allait en tant qu'homme, mais demeurait en tant que Dieu. Ils allaient être privés de cette présence restreinte à un lieu particulier, mais il devait demeurer avec eux par cette présence qui remplit le monde entier. Devaient-ils se troubler quand il se dérobait à leurs yeux, mais sans s'éloigner de leur cœur ? (Saint Augustin : « Tractatus in Johannis evangelium », LXVIII 1).

Puisque l’Ascension du Christ est notre propre élévation, que le corps a l’espérance d’être un jour où l’a précédé son chef glorieux, tressaillons donc de la plus grande joie et marquons cette allégresse par de ferventes actions de grâces. Aujourd’hui, nous n’avons pas seulement été affermis comme possesseurs du Paradis, mais, dans la personne du Christ, nous avons pénétré au plus haut des cieux, obtenant plus par sa grâce ineffable que nous n’avions perdu par l’envie du diable. En effet, ceux-là que le venimeux ennemi avait banis de la félicité de leur première demeure, le Fils de Dieu se les est incorporés pour les placer à la droite du Père (Saint Léon le Grand : sermon I sur la fête de l’Ascension).

Il nous faut, de tout notre cœur, le suivre là où nous savons par la foi qu'il est monté avec son corps. Fuyons les désirs de la terre : qu'aucun des liens d'ici-bas ne nous plaise, à nous qui avons un Père dans les Cieux. Pensons aussi que Celui qui est monté au Ciel plein de douceur sera terrible à son retour ; ce qu'il nous a demandé avec bonté, il l'exigera de nous avec fermeté. Donc que nul ne néglige le temps qui lui reste pour faire pénitence ; que chacun pense à son salut, pendant que c’est encore possible, car, au jour du jugement, le Rédempteur sera d'autant plus sévère qu'il aura été plus patient avant. Voilà ce qui doit guider votre action. Pensez-y continuellement. Même si vous êtes ballottés dans le remous des affaires, jetez pourtant dès aujourd'hui l'ancre de l'espérance dans la patrie éternelle. Que votre âme ne recherche que la véritable lumière. Nous venons d'entendre lire que le Seigneur est monté au Ciel : pensons sérieusement à ce que nous croyons. Malgré la faiblesse de la nature humaine qui nous retient encore ici-bas, que l'amour nous attire à sa suite, car nous sommes bien sûrs que celui qui nous a inspiré ce désir, Jésus-Christ, ne nous décevra pas dans notre espérance (Saint Grégoire le Grand : homélie XXIX sur les péricopes évangéliques, 11).

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Messe en ligne
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 19:34

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

 

Date : Jeudi 21 mai : Solennité de l’Ascension

 

 Textes du jour :Actes des Apôtres 1,1-11 ; Psaume 46 ; Saint Paul aux Ephésiens 1,17-23 ; Matthieu 28,16-20

 

Homélie du pape François :

 

 Chers frères et sœurs bonjour !

On célèbre aujourd’hui l’Ascension, survenue 40 jours après Pâques, en Italie et dans d’autres pays.

La page évangélique (cf. Mt 28,16-20), qui conclut l’évangile de saint Matthieu, nous présente le moment du congé définitif du Ressuscité à ses disciples. La scène est située ne Galilée, le lieu où Jésus les avait appelés à le suivre et à former le premier noyau de sa nouvelle communauté. Maintenant, ces disciples sont passés par le « feu » de la passion et de la résurrection. A la vue du Seigneur ressuscité, ils se prosternent devant lui, mais certains ont encore des doutes. A cette communauté apeurée, Jésus laisse la tâche immense d’évangéliser le monde et il concrétise cette mission par l’ordre d’enseigner et de baptiser au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit (cf. v. 19).

L’Ascension de Jésus au Ciel constitue ainsi le terme de la mission que le Fils a reçue du Père et la mise en route de la poursuite de cette mission de la part de l’Eglise. A partir de ce moment-là en effet, la présence du Christ dans le monde a pour médiation ses disciples, ceux qui croient en lui et qui l’annoncent.

Cette mission durera jusqu’à la fin de l’histoire et jouira chaque jour de l’assistance du Seigneur ressuscité, qui déclare : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (v. 20).

Sa présence apporte force dans les persécutions, réconfort dans les tribulations, soutien dans les situations de difficulté que rencontrent la mission et l’annonce de l’Evangile.

L’Ascension nous rappelle cette assistance de Jésus et de son Esprit qui donne confiance, donne sécurité à notre témoignage dans le monde. Elle nous révèle pourquoi l’Eglise existe : l’Eglise existe pour annoncer l’Evangile ! Seulement pour cela. Et aussi c’est la joie de l’Eglise d’annoncer l’Evangile. L’Eglise, c’est nous tous, les baptisés !

Nous sommes aujourd’hui invités à mieux comprendre que Dieu nous a donné la grande dignité et la grande responsabilité de l’annoncer au monde, de le rendre accessible à l’humanité. Voilà notre dignité, voilà le plus grand honneur de chacun de nous, de nous tous les baptisés !

En cette fête de l’Ascension, alors que nous tournons le regard vers le Ciel, où le Christ est monté et est assis à la droite du Père, nous fortifions nos pas sur la terre, pour continuer avec courage et enthousiasme notre chemin, notre mission de témoigner et de vivre de l’Evangile dans tous les milieux.

Mais nous sommes bien conscients que cela ne dépend pas avant tout de nos forces, de la capacité d’organisation ou des ressources humaines. C’est seulement avec la lumière et avec la force de l’Esprit Saint que nous pouvons accomplir efficacement notre mission de faire connaître toujours davantage et de faire faire aux autres l’expérience de l’amour et de la tendresse de Jésus.

Demandons à la Vierge Marie de nous aider à contempler les biens célestes que le Seigneur nous promet et à devenir des témoins toujours plus crédibles de sa Résurrection, de la vraie Vie.

                                                                                                               Pape François (29 Mai 2017)

 

 

 

 

La fête de l’Ascension dans notre paroisse

 

 Pour celles et ceux qui veulent recevoir l’hostie consacrée, le père Modeste sera dans l’église à 9h.

 

Le père Modeste célèbre la messe à 10h30 chez les sœurs de l’Assomption de Pavillons sous bois

 

Messe télévisée : sur Kto à 10h/ messe en direct de Lourdes ; sur France 2 à 11h/ messe en Eurovision en direct de Lugano (Suisse)

 

Intention de prière : pour le décès d’Edouard Laroque survenu mercredi

 

 

 

 

La semaine Laudato Si

 

Plus la personne humaine grandit, plus elle mûrit et plus elle se sanctifie à mesure qu’elle entre en relation, quand elle sort d’elle-même pour vivre en communion avec Dieu, avec les autres et avec toutes les créatures.

 

Quand nous prenons conscience du reflet de Dieu qui se trouve dans tout ce qui existe, le cœur expérimente le désir d’adorer le Seigneur pour toutes ses créatures, et avec elles.

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens