Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 22:04

Homélie du pape François en la solennité de la Pentecôte

Se conclut aujourd’hui le temps de Pâques, cinquante jours qui, de la Résurrection de Jésus à la Pentecôte, sont marqués de manière spéciale par la présence de l’Esprit Saint. C’est lui, en effet, le Don pascal par excellence. C’est l’Esprit créateur, qui réalise toujours des choses nouvelles. Deux nouveautés nous sont montrées dans les Lectures d’aujourd’hui: dans la première, l’Esprit fait des disciples un peuple nouveau; dans l’Évangile, il crée dans les disciples un cœur nouveau.

Un peuple nouveau. Le jour de Pentecôte, l’Esprit est descendu du ciel, sous forme de «langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa sur chacun […]. Tous furent remplis d’Esprit Saint: ils se mirent à parler en d’autres langues» (Ac 2, 3-4). La Parole de Dieu décrit ainsi l’action de l’Esprit, qui se pose d’abord sur chacun et ensuite met tous en communication. Il fait à chacun un don et réunit tous dans l’unité. En d’autres termes, le même Esprit crée la diversité et l’unité et, ainsi, façonne un peuple nouveau, diversifié et uni: l’Église universelle. D’abord, avec imagination et de manière imprévisible, il crée la diversité; à chaque époque, en effet, il fait fleurir des charismes nouveaux et variés. Ensuite, le même Esprit réalise l’unité: il relie, réunit, recompose l’harmonie: «Par sa présence et son action, il réunit dans l’unité les esprits qui sont distincts les uns des autres et séparés» (Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur l’évangile de Jean, XI, 11). En sorte qu’il y ait l’unité vraie, celle selon Dieu, qui n’est pas uniformité, mais unité dans la différence.

Pour réaliser cela, il convient de nous aider à éviter deux tentations récurrentes. La première, c’est celle de chercher la diversité sans l’unité. Cela arrive quand on veut se distinguer, quand on crée des coalitions et des partis, quand on se raidit sur des positions qui excluent, quand on s’enferme dans des particularismes propres, jugeant peut-être qu’on est meilleur ou qu’on a toujours raison. Ce sont les soi-disant ‘‘gardiens de la vérité’’. Alors, on choisit la partie, non le tout, l’appartenance à ceci ou à cela avant l’appartenance à l’Église; on devient des ‘‘supporters’’ qui prennent parti plutôt que des frères et sœurs dans le même Esprit; des chrétiens ‘‘de droite ou de gauche’’ avant d’être de Jésus; des gardiens inflexibles du passé ou des avant-gardistes de l’avenir avant d’être des enfants humbles et reconnaissants de l’Église. Ainsi, il y a la diversité sans l’unité. La tentation opposée est en revanche celle de chercher l’unité sans la diversité. Cependant, ainsi, l’unité devient uniformité, obligation de faire tout ensemble et tout pareil, de penser tous toujours de la même manière. De cette façon, l’unité finit par être homologation et il n’y a plus de liberté. Mais, dit saint Paul, «là où l’Esprit du Seigneur est présent, là est la liberté» (2 Co 3, 17)

Notre prière à l’Esprit Saint, c’est alors de demander la grâce d’accueillir son unité, un regard qui embrasse et aime, au-delà des préférences personnelles, son Église, notre Église; de prendre en charge l’unité de tous, de mettre fin aux bavardages qui sèment la division et aux envies qui empoisonnent, car être des hommes et des femmes d’Église signifie être des hommes et des femmes de communion; c’est de demander également un cœur qui sente l’Église notre mère et notre maison: la maison accueillante et ouverte, où on partage la joie multiforme de l’Esprit Saint.

Et venons-en à la seconde nouveauté: un cœur nouveau. Jésus Ressuscité, en apparaissant pour la première fois aux siens, dit: «Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis» (Jn 20, 22-23). Jésus ne condamne pas les siens, qui l’avaient abandonné et renié durant la passion, mais il leur donne l’Esprit du pardon. L’Esprit est le premier don du Ressuscité et il est donné avant tout pour pardonner les péchés. Voilà le commencement de l’Église, voilà la colle qui nous maintient ensemble, le ciment qui unit les briques de la maison: le pardon. Car, le pardon est le don à la puissance n, c’est le plus grand amour, celui qui garde uni malgré tout, qui empêche de s’effondrer, qui renforce et consolide. Le pardon libère le cœur et permet de recommencer: le pardon donne l’espérance; sans pardon l’Église ne s’édifie pas.

L’Esprit du pardon, qui résout tout dans la concorde, nous pousse à refuser d’autres voies: celles hâtives de celui qui juge, celles sans issue de celui qui ferme toutes les portes, celles à sens unique de celui qui critique les autres. L’Esprit nous exhorte, au contraire, à parcourir la voie à double sens du pardon reçu et du pardon donné, de la miséricorde divine qui se fait amour du prochain, de la charité comme «unique critère selon lequel tout doit être fait ou ne pas être fait, changé ou pas changé» (Isaac de l’Étoile, Discours 31). Demandons la grâce de rendre toujours plus beau le visage de notre Mère l’Église en nous renouvelant par le pardon et en nous corrigeant nous-mêmes: ce n’est qu’alors que nous pourrons corriger les autres dans la charité.

Demandons-le à l’Esprit Saint, feu d’amour qui brûle dans l’Église et en nous, même si souvent nous le couvrons de la cendre de nos péchés: ‘‘Esprit de Dieu, Seigneur qui te trouves dans mon cœur et dans le cœur de l’Église, toi qui conduis l’Église, façonne-la dans la diversité, viens! Pour vivre, nous avons besoin de Toi comme de l’eau: descends encore sur nous et enseigne-nous l’unité, renouvelle nos cœurs et enseigne-nous à aimer comme tu nous aimes, à pardonner comme tu nous pardonnes ! Amen’’.

 

 

PAR DELA NOS PAROLES HUMAINES

 

1 ère lecture (Ex 34, 4b-6.8-9) Psaume (Ct : Dn 3,52-56) 2 ème lecture (2 Co 13,11-13) Evangile (3,16-18)

 

Les mots humains ne pourront jamais dire ni exprimer l’Etre Unique en Trois Personnes. A travers tout l’Evangile et au travers la prédication de Jésus à ses apôtres, nous est clairement découverte cette unité, que les apôtres vont dire au monde.

L’Esprit-Saint ne parle pas de Lui. Il est écoute et perception du Fils. Il est celui qui dit Dieu comme le Christ nous l’a dit. Quant au Fils, il ne parle pas de lui-même. Il parle de son Père et de l’amour qui les unit. Il est l’envoyé du Père pour qu’à notre tour, sauvés par Lui, nous puissions dire avec confiance : « Notre Père qui es aux cieux. » Et c’est ainsi qu’il est accueil et médiateur du Père.

Enfin le Père se livre au Fils de telle sorte que tout ce que possède le Père, il le remet au Fils pour le constituer en son être de Fils. Il est don. « La vie éternelle, c’est qu’ils Te connaissent. Toi le seul véritable Dieu et ton envoyé Jésus-Christ. » (Jean 17. 3)

« L’Esprit de vérité ne parlera pas de lui-même, mais tout ce qu’il entendra, il le dira, nous révèle Jésus. Il me glorifiera, car c’est de mon bien qu’il prendra pour vous en faire part. Tout ce qu’a le Père est à moi. Voilà pourquoi je vous dis : C’est de mon bien qu’il prendra. » (Jean 16. 13 à 15).

dimanche 11 juin 2017 - Sainte Trinité Solennité du Seigneur

 

Lectures de la messe

 

Première lecture (Ex 34, 4b-6.8-9)

 

En ces jours-là, Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR. Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. » Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna. Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. » Parole du Seigneur.

 

Cantique (Dn 3, 52, 53, 54, 55, 56)

 

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/ Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/ Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/ Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/ Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/ Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/ Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, R/

 

Deuxième lecture (2 Co 13, 11-13)

 

Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Tous les fidèles vous saluent. Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous. Parole du Seigneur.

 

Évangile (Jn 3, 16-18)

 

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

 

A 17 h Concert en l’église Notre-Dame par l’ensemble vocal Onelli de Livry-Gargan sous la Direction de Lyonnel Cloarec : Musique sacrée d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. Entrée libre - Infos : onelli. fr

 

Messes de la semaine

 

-Lundi 12 juin à 9 h messe à la crypte de l’église Notre-Dame

-Mardi 13 juin messe à 9 h à la crypte

-Mercredi 14 juin messe à 9 h à la crypte

-Jeudi 15 juin messe à 9 h à la crypte

-Vendredi 16 juin : messe à 9 h à la crypte

-Samedi 17 juin : messe à 9 h à la crypte

 

 

Rendez-vous de la semaine

 

-Lundi 12 juin à 20 h 30 au presbytère : réunion de Conseil des Affaires économiques de la paroisse

-Mercredi 14 juin à 17 h salle Pierre Lefeuvre : rencontre des lycéens qui préparent la confirmation

-Jeudi 15 Juin à 20 h 3 0 au presbytère : réunion de l’équipe diocésaine de la pastorale familiale

-Samedi 17 Juin à 18 h 30 salle pierre Lefeuvre : rencontre des 4 èmes-3 emes

 

 

 

Dimanche 25 Juin : jubilé des 25 ans de sacerdoce du père Frédéric Benoist – 21 juin 1992 – 25 juin 2017

10 h 30 : messe suivie d’un apéritif sur le parvis de l’église et d’un cocktail déjeunatoire dans les salles paroissiales Pierre Lefeuvre (inscription nécessaire avant le 15 Juin) cf. tracts.

17 h Concert dans l’église.

Pas de messe le samedi 24 juin à 18 h à l’église Saint-Louis

 

 

 

DIMANCHE 11 juin 2017 Sainte Trinité, Solennité

1 ère lecture (Ex 34, 4b-6.8-9) Psaume (Ct : Dn 3,52-56) 2 ème lecture (2 Co 13,11-13) Evangile (3,16-18)

Messe anticipée le samedi à 18 h à Saint-Louis Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

 

 

DIMANCHE 18 juin 2017 SAINT SACREMENT DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST, Solennité

1 ère lecture (Dt 8,2-3.14b-16a) Psaume (Ps 147,12-15.19-20 2 ème lecture (1 Co 10,16-17)

Evangile (Jn 6,51-58)

Messe anticipée le samedi à 18 h -Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

 

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens