Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 20:36

Dimanche 11 Juin 2017 : Fête de la Trinité

 

Professions de foi des jeunes de 5ème de la paroisse

 

Homélie du père Frédéric Benoist, curé de la paroisse.

 

Avez-vous déjà utilisé une boussole ? Celle-ci nous montre une direction à suivre, à garder, pour ne pas se perdre, pour ne pas perdre le nord… tenir le cap.

ET si nous disions, le chrétien lui aussi dispose d’une boussole ? … La boussole du chrétien, c’est de suivre le Christ crucifié : non pas un dieu désincarné, mais Dieu fait chair, qui porte sur lui les plaies de nos frères (Pape François)

 

En plus de vos professions de foi, chers jeunes, nous célébrons aujourd’hui la fête de la Trinité : Un Dieu trois fois saint pour guider et orienter notre vie. Permettez-moi alors d’identifier la fête de la Trinité aux trois boussoles de la vie pour un chrétien (dans le désordre…) : l’homme (mais aussi le Verbe fait chair), Dieu (le Père) et le chemin (le souffle de l’Esprit).

 

La réalité de l’homme est celle de choisir entre le bien et le mal : «Dieu nous a fait libres, le choix est le nôtre »… Pas facile de faire des choix cohérents et dans la durée aujourd’hui. Le monde est difficile, la société n’est pas simple, sa cohésion est fragile. Mon choix de vie, mon comportement n’est pas simplement le fruit de « mon choix », il doit s’harmoniser avec celui des autres et respecter celui des autres, comme les autres doivent respecter ce que je suis. Ce n’est pas facile. Cela peut engendrer bien des tensions et bien des violences et nous le constatons souvent, hélas.

 

Laissez-moi vous dire que dans une telle vie, une telle société passionnante mais difficile, être croyant est une force. Comment vous dire déjà que si vous voulez réussir dans la vie plus tard, vos choix vous ne devrez pas les faire seul. Quand on est seul, on ne choisit pas vraiment, on ne s’engage pas vraiment, on navigue à vue et à court terme, or la boussole de la vie ce n’est pas cela. Je grandis dans la vie, si je m’engage, si je m’engage dans la durée, avec les autres et pour les autres. Etre croyant c’est mettre sa foi en Dieu. Que dit Dieu ? Une boussole de la civilisation humaine qu’est la Bible me dit : «Dieu ne nous laisse pas seul», il nous indique la voie du bien avec les Commandements. Il nous montre un chemin de vie, il est la vie. De plus, le Dieu en qui nous mettons notre foi, il s’est fait homme, notre humanité s’en trouve alors transformée ?

 

Ensuite, il y a la réalité de Dieu. La réalité de Dieu est Dieu fait Christ, pour nous. Pour nous sauver. Et quand nous nous éloignons de cela, de cette réalité, et que nous nous éloignons de la Croix du Christ, de la vérité des plaies du Seigneur, nous nous éloignons aussi de l’amour, de la charité de Dieu, du salut», et nous allons sur une conception idéologique et lointaine de Dieu. Nous avons parfois du mal à croire en Dieu. Croyez-vous sincèrement que pour les disciples il était facile de croire ? Ils ont eu beaucoup de difficulté de comprendre la voie de la croix de Jésus». Comment Dieu pouvait-il se dire dans l’abaissement de la croix, comment Jésus pouvait-il se révéler ainsi comme Fils de Dieu ? Parce que «Dieu a pris toute la réalité humaine, excepté le péché. Il n’y a pas Dieu sans Christ. Un dieu sans le Christ, désincarné, est un dieu non réel » (Pape François)

 

Nous sommes dans une société agnostique : chers enfants vous êtes aujourd’hui un peu agnostiques, à savoir vous ne savez pas vraiment si Dieu existe, vous voudriez des preuves… La question de l’agnostique de bonne volonté est de dire : mais comment je peux… ? Comment je peux réussir ma vie ? Comment je peux être heureux, comment je peux aimer comme savoir si je peux aimer toute la vie ? …

 

Pour moi, croyant en Jésus-Christ, prêtre, la question est plutôt : comment le Christ peut en moi réaliser tout ce que je veux ? Ou plus exactement comment puis-je accepter jour après jour de m’abandonner au Christ ? Est-ce que je peux et est-ce que je veux m’abandonner à Dieu ? Etre croyant c’est ouvrir son cœur son être à une force, une présence en soi de Dieu. Elle ne se voit pas toujours mais elle se sent. On l’oublie parfois, souvent, mais elle revient si on veut bien faire silence et écouter.

 

 

Le problème, c’est comment le Christ peut-il être Dieu ? Je ne peux pas comprendre cela me dit l’agnostique… Comment le Christ est-il Dieu… ? Pour moi croyant ce n’est pas d’abord une question, c’est une révélation de Jésus lui-même : J’ose dire, pour moi, ceci n’est pas un problème. Le problème aurait plutôt été que Dieu ne se soit pas fait Christ. Ceci est la réalité de Dieu : Dieu fait Christ, Dieu fait chair, et ceci est le fondement des œuvres de miséricorde et de pardon, ce pardon dont j’ai tant besoin, car seul je n’y arrive pas. Tout seul je ne peux pas vraiment aimer, tout seul je n’arrive pas vraiment à pardonner et quand je suis seul je deviens triste malheureux désorienté… Il y a aujourd’hui dans notre société beaucoup de gens seuls désorientés qui se sentent abandonnés. Certains me diront « c’est leur choix »…. Le croyant ose dire : Les plaies de nos frères sont les plaies du Christ, ce sont les plaies de Dieu, parce que Dieu s’est fait Christ (…) Nous ne pouvons pas vivre vraiment une vie sans prendre conscience de cette réalité : quand pour un être humain l’impossible de surmonter des épreuves arrive, Dieu vient me dire : « Rien n’est impossible à Dieu ». La seconde réalité. Nous devons nous convertir, non pas à un Dieu abstrait, mais au Dieu concret qui s’est fait Christ. Et cela exige alors de poser un regard vrai sur l’homme, sur nos contemporains et sur les fragilités de notre humanité. Dieu est venu les épouser, Dieu est venu les prendre sur lui, Venons à lui, déposons nos fardeaux, C’est le sens de la croix. Non pas le supplice de l’époque, mais le signe absolu de l’amour de Dieu révélé qui nous supplie de venir à Lui.

 

Enfin, il y a la troisième réalité, celle du chemin. Jésus dit : «Si quelqu’un veut venir derrière moi, qu’il se renie lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive.» «La réalité du chemin est celle du Christ : suivre le Christ, faire la volonté du Père, comme Lui, prendre les croix de chaque jour et se renier soi-même pour suivre le Christ. Ne pas faire simplement ce que « moi je veux », mais ce que veut Jésus, suivre Jésus. Difficile ? Exigeant ? Perte de ma liberté ? Et Lui, me dit que c’est cela la vraie vie : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » dit le Seigneur. Ainsi parle en l’homme Jésus, le souffle de Dieu, le souffle de l’Esprit. L’Esprit Saint est le chemin.

 

Il y a bientôt 25 ans j’ai été ordonné prêtre. Sur le faire-part de mon ordination, j’ai repris cette phrase de l’évangile de saint Jean : La vie éternelle c’est qu’il te connaisse toi le vrai Dieu et celui que tu as envoyé Jésus-Christ (Jn 17,3). 25 ans après, cette phrase est pour moi toujours et peut -être encore plus d’actualité. J’ai envie de vous la dédier chers jeunes, parce que Dieu l'a gravée secrètement dans mon cœur le jour où, dans cette église, à votre âge, j’ai fait ma profession de foi. C’était en Juin 1976, je sais le siècle dernier, le millénaire dernier même. Je sais je suis un vieux pour vous, je me répète souvent devant vous. Mais je vous le redis, la vie éternelle c’est que vous le connaissiez Lui, le vrai Dieu et celui qu’il a envoyé Jésus Le Christ. Qu’il vous donne cette grâce ce souffle de l’Esprit. Que cette boussole de la vie ne vous abandonne jamais.

 

Ah oui, vous attendiez peut être un grand traité pour expliquer la Trinité ??? D’autres l’ont si bien fait… Retenons la triple boussole du Chrétien : dans l’ordre cette fois, Dieu, L’homme (le Fils, le chemin (le souffle de l’Esprit).

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens