Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 14:13

Message de l’Évêque de Nanterre aux Catholiques des Hauts-de-Seine à propos du "mariage pour tous"

   

 

Des débats précipités, et qui ne vont pas au fond des choses, ont lieu actuellement à propos

des projets de loi sur le « mariage homosexuel », comme on a pris l’habitude de l’appeler, et

sur l’adoption par les couples homosexuels. L’enjeu est grave et touche à la dimension sociale

du mariage et de la famille, et au bien commun. Il mérite un vrai débat auquel toute la société

puisse prendre part comme elle a pu le faire à propos de la bioéthique. Je vous invite à exiger

sans tarder ce débat en écrivant au premier ministre et à votre député.



A plusieurs reprises je vous ai dit ou écrit que si nous voulons participer à ce

 genre de débat, ce n’est pas pour défendre les convictions de l’Église catholique, que nous ne voulons

imposer à personne, mais parce que nous croyons que ces convictions sont vraiment au

service de l’homme et de la société. Pour cela, nous devons être formés et informés. Nous

avons de nombreux moyens à notre disposition: documents de l’Église, articles, émissions

dans les médias catholiques, etc. Il nous faut en même temps être capables de présenter

l’enseignement de l’Église et d’écouter et respecter les personnes qui s’y opposent en paroles

ou en actes.

 

Comment rester libres à l’égard de toutes les modes et des pensées présentées comme

majoritaires ? Comment respecter les personnes en proposant la vérité révélée par la Parole de

Dieu ? Prenons garde de ne pas nous situer en face de la société. Nous sommes dans le

monde, nous en faisons partie. Souvenons-nous que

 

Dieu a envoyé son Fils dans le monde,

non pas pour juger le monde, mais pour que, par Lui, le monde soit sauvé.

 

(Jn 3, 17)

L’Église, parce qu’elle estime que le mot « mariage » a une signification précise et qu’elle

demande que le droit de l’enfant passe avant le droit à l’enfant, serait homophobe. Cette

accusation n’est pas acceptable mais il faut être conscient de ce qui la provoque : une mise à

l’écart et des condamnations de personnes homosexuelles, pendant des siècles et souvent

encore aujourd’hui. En ce qui concerne l’homosexualité, nous sommes en face de réalités

diverses souvent ignorées. Beaucoup de personnes homosexuelles catholiques attendent de

l’Église qu’elle les aide à suivre le Christ. Il faut bien constater aussi que nombre de

catholiques considèrent les personnes homosexuelles comme des pécheurs à convertir ou

comme des malades à guérir. Les préjugés et les caricatures habitent encore tant d’esprits et

de coeurs !

Tout en rappelant les raisons pour lesquelles nous ne mettons pas sur le même plan

hétérosexualité et homosexualité, sommes-nous capables de dire que l’identité qui doit

toujours être première et dépasser toutes les autres, c’est notre identité de fils et filles de

Dieu ? C’est dans cet esprit que nous avons vécu le 1er juillet dernier notre pèlerinage  

Chemins d’Emmaüs au cours duquel nous avons marché, partagé et prié plus particulièrement  

avec et pour les personnes concernées directement ou indirectement par l’homosexualité.

 

Gérard Daucourt

 

Evêque de Nanterre

Le 17 septembre 2012

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:28

Allocution de Benoit XVI lors de l’Angelus du dimanche 2 Septembre

 


Chers frères et sœurs, 

 
La liturgie de la Parole de ce dimanche fait émerger le thème de la loi de Dieu, de son commandement : c’est un élément essentiel de la religion juive ainsi que de la religion chrétienne, dans laquelle il trouve son plein accomplissement dans l’amour (cf. Rm 13, 10). La loi de Dieu est sa parole qui guide l’homme sur le chemin de la vie, le fait sortir de l’esclavage de l’égoïsme et l’introduit dans la « terre » de la vraie liberté et de la vie. C’est pourquoi dans la Bible, la loi n’est pas vue comme un poids, une limite qui opprime, mais comme le don le plus précieux du Seigneur, le témoignage de son amour paternel, de sa volonté de rester proche de son peuple, d’être son allié et d’écrire avec lui une histoire d’amour. Le juif pieux prie ainsi : « Je trouve en tes volontés mes délices, je n'oublie pas ta parole. (…) Guide-moi au chemin de tes commandements, car j'ai là mon plaisir » (Ps 119, 16 ; 35). Dans l’Ancien Testament, celui qui transmet la Loi au peuple, au nom de Dieu, est Moïse. Après un long chemin dans le désert, au seuil de la Terre promise, celui-ci s’exclame : « Et maintenant, Israël, écoute les lois et les coutumes que je vous enseigne aujourd'hui pour que vous les mettiez en pratique : afin que vous viviez, et que vous entriez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne Yahvé le Dieu de vos pères » (Dt 4, 1).Et voilà le problème : une fois que le peuple est établi sur sa terre et qu’il est dépositaire de la loi, il est tenté à nouveau de mettre sa sécurité et sa joie dans quelque chose qui n’est plus la parole de Dieu : dans les biens, le pouvoir et d’autres « divinités » qui sont vaines, en réalité, qui sont des idoles. Certes, la loi de Dieu reste, mais elle a cessé d’être le plus important, la règle de vie ; elle devient plutôt un revêtement, une couverture, pendant que la vie suit d’autres voies, d’autres règles, des intérêts individualistes ou de groupes souvent égoïstes. Et la religion perd ainsi sa signification authentique qui consiste à vivre à l’écoute de Dieu pour faire sa volonté, qui est la vérité de notre être, et donc pour vivre bien, dans la véritable liberté ; et l’on réduit la religion à des pratiques et des usages secondaires qui satisfont, en fait, le besoin humain de se sentir en règle avec Dieu. Et ceci est un risque grave dans toutes les religions, que Jésus a rencontré à son époque mais que l’on peut aussi retrouver, malheureusement, dans le monde chrétien. C’est pour cela que les paroles que Jésus prononce contre les scribes et les pharisiens, dans l’évangile de ce jour, doivent nous faire réfléchir nous aussi. Jésus fait siennes les paroles du prophète Isaïe : « Ce peuple m'honore des lèvres ; mais leur cœur est loin de moi.  Vain est le culte qu'ils me rendent, les doctrines qu'ils enseignent ne sont que préceptes humains » (Mc 7, 6-7 ; cf Is 29, 13). Et il conclut ensuite : « Vous mettez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes » (Mc 7, 8).L’apôtre Jacques lui-même, dans sa Lettre, met en garde contre le danger d’avoir une fausse religiosité. Il écrit aux chrétiens : « Mettez la Parole en pratique. Ne soyez pas seulement des auditeurs qui s'abusent eux-mêmes ! » (Jc 1, 22). Que la Vierge Marie, vers qui nous allons maintenant nous tourner dans la prière, nous aide à écouter d’un cœur ouvert et sincère la parole de Dieu pour qu’elle oriente nos pensées, nos choix et nos actions de chaque jour. 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 20:39

Extrait de la catéchèse du pape Benoit XVI lors de l’audience du 27 Juin 2012, place saint Pierre
 
L’hymne de la Lettre aux Philippiens (chapitre 2) nous offre ici deux indications importantes pour notre prière. La première est l’invocation : « Seigneur » adressée à Jésus-Christ, assis à la droite du Père : c’est lui l’unique Seigneur de notre vie, parmi tant de « dominateurs » qui voudraient la diriger et la guider. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une échelle de valeurs où le primat revient à Dieu, pour affirmer avec saint Paul : « Je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur » (Ph 3, 8). La rencontre avec le Ressuscité lui a fait comprendre que c’est lui l’unique trésor pour lequel il vaut la peine de dépenser son existence. La seconde indication est la prosternation, le fait de « plier le genou » sur la terre et dans les cieux, qui rappelle une expression du prophète Isaïe, où est indiquée l’adoration que toutes les créatures doivent à Dieu (cf. 45, 23). La génuflexion devant le Saint Sacrement ou la prière à genoux expriment justement l’attitude d’adoration devant Dieu, avec son corps. D’où l’importance d’accomplir ce geste non par habitude et rapidement, mais avec une conscience profonde. Quand nous nous mettons à genoux devant le Seigneur, nous confessons notre foi en lui, nous reconnaissons que c’est lui l’unique Seigneur de notre vie.
Chers frères et sœurs, dans notre prière, fixons notre regard sur le Crucifix, restons plus souvent en adoration devant l’Eucharistie, pour faire entrer notre vie dans l’amour de Dieu qui s’est abaissé humblement pour nous élever jusqu’à lui. Au début de cette catéchèse, nous nous sommes demandé comment saint Paul pouvait être joyeux face au risque imminent du martyre et de l’effusion de son sang. C’est possible seulement parce que l’apôtre n’a jamais détaché son regard du Christ, au point de lui être conforme jusque dans la mort, « afin de parvenir si possible à ressusciter d'entre les morts » (Ph 3, 11). Comme saint François devant le Crucifix, disons, nous aussi : « Dieu très haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon coeur ; donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité ; donne-moi de sentir et de connaître, afin que je puisse l’accomplir, ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer. Amen” 
  

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 21:20

Prier et agir pour les victimes de la torture
Pour la Nuit des veilleurs 2012, du 23 au 24 juin, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture confie 10 victimes à la prière des chrétiens. Une carte répertorie les événements prévus cette nuit-là.   
 
Mgr Shi Enxiang - Chine
Mgr Shi Enxiang, un évêque chinois de 89 ans, a été arrêté en avril 2001. En pleine rue, à Pékin, il a été mis dans une voiture. Depuis cette date, sa famille a cherché à avoir de ses nouvelles mais les autorités ont refusé de répondre à leurs demandes d'information, indiquant qu'elles ne le connaissaient pas. Il s'agit d'une « disparition forcée », et à ce titre, Mgr Shi est exposé à des risques de traitements cruels, inhumains ou dégradants ou de torture. Priez pour lui ! 
Andrés et Josué López Hernández - Mexique
Andrés et Josué López Hernández sont deux frères de la communauté indigène tzotzil à Pueblo Nuevo Solistahucán dans l'État du Chiapas. Le 19 août 2011, ils ont porté plainte contre des agents de la police judiciaire du Bureau du procureur spécialisé contre la délinquance organisée (FECDO) qui les ont torturés pour leur faire avouer le meurtre d'un commandant de police municipale. Vous pouvez écrire à Frayba, l'association qui les soutient et qui transmettra à leur famille. 
Fatoumata - France
Ivoirienne, d'origine Sénoufo, née dans une famille musulmane, Fatoumata, à peine majeure, a eu une relation avec un jeune homme chrétien contre la volonté de sa famille. Une enfant hors mariage naît de cette relation, en juillet 2000. Elle subit alors de multiples brimades, vexations et humiliations de la part de sa famille qu'elle fuit puis doit réintégrer. Mariée de force à un homme qui la blesse à l'arme blanche, elle parvient à quitter la Côte d'Ivoire en septembre 2010 pour la France, où elle dépose une demande d'asile. Un an plus tard, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) rejette sa demande. L'ACAT-France a aidé Fatoumata à formuler son recours devant la Cour nationale du droit d'asile. Elle est en attente d'une convocation. Priez pour elle ! 
Mohamed Cheick Souleiman - Djibouti
Le juge djiboutien, Mohamed Cheick Souleiman, a été arrêté le 21 novembre 2011 pour avoir fait libérer, dans le cadre légitime de ses fonctions, 40 opposants politiques dont il considérait l'arrestation et la détention arbitraires. D'abord détenu dans un lieu secret, le juge Souleiman a ensuite été transféré à la prison de Gabode, où il aurait été torturé. Radié par le Conseil Supérieur de la Magistrature sans avoir pu se défendre, il doit aujourd'hui faire face à une procédure criminelle devant la Cour Suprême, qui l'accuse d'outrage envers le Président de la République et d'incitation à la rébellion. Priez pour lui! 
Charbel Qazzi - Liban
Né en 1954, Charbel Qazzi, ingénieur en télécommunication, a été arrêté par les services de renseignements de l'armée libanaise le 24 juin 2010. Soupçonné de collaboration avec Israël, il a passé deux mois et demi au centre de détention du Ministère de la Défense, dont 25 jours dans un couloir, menotté dans le dos et les yeux bandés. Frappé, suspendu dans la position du « balanco », il a été forcé de signer des dizaines de pages qu'il n'a pas été autorisé à lire. Vous pouvez lui écrire à la Prison de Roumieh.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 17:51

Extrait de l’homélie de Benoit XVI lors du congrès des familles de Milan en la solennité de la Trinité (…)

Ce n’est pas seulement l’Église qui est appelée à être image du Dieu unique en trois Personnes, mais aussi la famille, fondée sur le mariage entre l’homme et la femme. Au commencement, en effet, « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme. Dieu les bénit et leur dit : "Soyez féconds, et multipliez-vous" » (Gn 1, 27-28). Dieu a créé l’être humain mâle et femelle, avec une même dignité, mais aussi avec des caractéristiques propres et complémentaires, pour que les deux soient un don l’un pour l’autre, se mettent en valeur réciproquement et réalisent une communauté d’amour et de vie. L’amour est ce qui fait de la personne humaine l’image authentique de Dieu. Chers époux, en vivant le mariage, vous ne vous donnez pas quelque chose ou quelque activité, mais la vie entière. Et votre amour est fécond avant tout pour vous-mêmes, parce que vous désirez et vous réalisez le bien l’un de l’autre, expérimentant la joie de recevoir et de donner. Il est aussi fécond dans la procréation, généreuse et responsable, des enfants, dans l’attention prévenante pour eux et dans leur éducation attentive et sage. Il est fécond enfin pour la société, car votre vécu familial est la première et irremplaçable école des vertus sociales telles que le respect des personnes, la gratuité, la confiance, la responsabilité, la solidarité, la coopération. Chers époux, prenez soin de vos enfants et, dans un monde dominé par la technique, transmettez-leur, avec sérénité et confiance, les raisons de vivre, la force de la foi, en leur proposant des objectifs élevés et en les soutenant dans leurs fragilités. Mais vous aussi les enfants, sachez maintenir sans cesse une relation de profonde affection et d’attention prévenante à l’égard de vos parents, et que les relations entre frères et sœurs soient aussi des occasions de grandir dans l’amour. Le projet de Dieu sur le couple humain trouve sa plénitude en Jésus-Christ qui a élevé le mariage au rang de sacrement. Chers époux, par un don spécial de l’Esprit Saint, le Christ vous fait participer à son amour sponsal, en faisant de vous le signe de son amour pour l’Église : un amour fidèle et total. Si vous savez accueillir ce don, en renouvelant chaque jour, avec foi, votre « oui », avec la force qui vient de la grâce du Sacrement, votre famille aussi vivra de l’amour de Dieu, sur le modèle de la Sainte Famille de Nazareth. Chères familles, demandez souvent, dans la prière, l’aide de la Vierge Marie et de saint Joseph, pour qu’ils vous apprennent à accueillir l’amour de Dieu comme ils l’ont accueilli. Votre vocation n’est pas facile à vivre, spécialement aujourd’hui, mais celle de l’amour est une réalité merveilleuse, elle est l’unique force qui peut vraiment transformer le monde. Devant vous vous avez le témoignage de nombreuses familles qui vous indiquent les voies pour grandir dans l’amour : maintenir une relation constante avec Dieu et participer à la vie ecclésiale, entretenir le dialogue, respecter le point de vue de l’autre, être prêts à servir, être patients avec les défauts des autres, savoir pardonner et demander pardon, surmonter avec intelligence et humilité les conflits éventuels, s’accorder sur les orientations éducatives, être ouverts aux autres familles, attentifs aux pauvres, responsables dans la société civile. Ce sont tous des éléments qui construisent la famille. Vivez-les avec courage, certains que, dans la mesure où avec le soutien de la grâce divine, vous vivrez l’amour réciproque et envers tous, vous deviendrez un Évangile vivant, une véritable Église domestique (cf. Exhort. apost. Familiaris consortio, 49). Je voudrais aussi réserver un mot aux fidèles qui, tout en partageant les enseignements de l’Église sur la famille, sont marqués par des expériences douloureuses d’échec et de séparation. Sachez que le Pape et l’Église vous soutiennent dans votre peine. Je vous encourage à rester unis à vos communautés, tout en souhaitant que les diocèses prennent des initiatives d’accueil et de proximité adéquates. (…). 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 15:35

Message de Benoît XVI à M. François Hollande

Edifier une société toujours plus juste et fraternelle

Son Excellence Monsieur François Hollande, Président de la République française,

À l'occasion de votre investiture comme Président de la République française, je suis heureux de vous adresser mes vœux cordiaux pour l'exercice de vos hautes fonctions au service de tous vos compatriotes. Je demande à Dieu de vous assister pour que, dans le respect de ses nobles traditions morales et spirituelles, votre pays poursuive avec courage ses efforts en vue de l'édification d'une société toujours plus juste et fraternelle, ouverte sur le monde et solidaire des nations les plus pauvres. Puisse la France, au sein de l'Europe et de la communauté internationale, demeurer un facteur de paix et de solidarité active, dans la recherche du bien commun, du respect de la vie ainsi que de la dignité de chaque personne et de tous les peuples. Sur votre personne et sur tous les habitants de la France j'invoque de grand cœur l'abondance des Bénédictions divines.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 22:35

Mgr Delannoy : « L'amour est le moteur de la mission »
Le 23 mai 2012, Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis, préside un des cinq rassemblements missionnaires des 6-5ème d'Ile-de-France à Lisieux. Un rendez-vous auquel participe chaque année près de 7000 collégiens et animateurs. 
   
C'est la troisième année que vous participez. Qu'est-ce qui vous frappe dans cette journée ?
 
D'abord qu'elle passe très rapidement. A 9h30, je préside la liturgie de la Parole, puis les enfants rencontrent une vingtaine de témoins, pique-niquent, visitent et dès 16h30, nous nous retrouvons pour la célébration eucharistique. L'impression globale marquante, c'est leur joie. On ne cesse de croiser des groupes heureux. La célébration finale à la basilique avec le jeu de couleurs des foulards, la mise en valeur des réalisations sous forme de panneaux-messages illustrés et la foule que représente l'assemblée est spécialement dynamisante. On visibilise à Lisieux le fait que l'annonce de l'Evangile concerne les jeunes générations et même les passionne. D'année en année, le nombre de participants reste important, près de 7000 collégiens et animateurs ! Pour moi, je partage un beau moment de rencontre gratuite avec les enfants comme avec les adultes qui les accompagnent.  
   
Comment une sainte comme Thérèse peut-elle toucher des jeunes à la vie aussi différente ?

 


Thérèse est rentrée au Carmel à l'âge de 15 ans ; c'est-à-dire à peine quelques années de plus que ces collégiens. Elle leur parle justement à cause de cette proximité des âges. Ils découvrent combien son engagement est source de joie. Ça les étonne. Sa figure spirituelle permet de reposer des questions sur les choix de vie. 
   
Quelle image de la mission un tel rassemblement permet-il de transmettre ?

  


La journée s'articule selon deux axes : des moments d'écoute et de partage avec des missionnaires et la découverte des lieux où Thérèse a vécu. L'enjeu, c'est aussi comment aimer en restant sur place car la mission n'est pas un mot qui serait réservé à ceux qui partent ailleurs. Ce n'est pas plus facile d'être missionnaire dans l'une ou l'autre des situations. Cette année, le pays choisi par est l'Océanie et le thème : "Avec Thérèse, tu aimeras ton prochain comme toi-même !" Des religieux, prêtres, laïcs, évoqueront leurs tâches éducatives et de soin. A travers cela, c'est l'amour qui est signifié, cet amour qu'en tant que croyant nous reconnaissons comme un don de Dieu. L'amour est le moteur de la mission. Les questionnaires de préparation permettent aux enfants d'y réfléchir de manière très concrète et d'échanger. La pédagogie mise en œuvre se veut également très concrète avec leur soutien financier à un projet de l'Enfance Missionnaire : la reconstruction de la toiture d'une école dans les îles Samoa. 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 21:11

Catéchèse et initiation chrétienne.
Devenir chrétien demande « un cheminement et une initiation à plusieurs étapes » (CEC n° 1229)*. Dans le cas très habituel du baptême des petits enfants est organisé ce que le Catéchisme appelle un catéchuménat postbaptismal. Il est dit dans le même article (n° 1231) : « il ne s'agit pas seulement du besoin d'une instruction postérieure au baptême, mais de l'épanouissement nécessaire de la grâce baptismale dans la croissance de la personne. C'est le lieu propre du catéchisme ». 
 
Tout récemment, une forte accentuation s'est portée sur la question de l'initiation chrétienne entendue dans son sens le plus large depuis la première annonce de la Parole jusqu'à la célébration des sacrements de l'initiation.
 
Dans l'ensemble de l'initiation chrétienne, telle qu'elle est présentée dans l'Ordo initiationis chritiana adultorum, des étapes sont très clairement présentées depuis le temps de la première évangélisation jusqu'à celui de la mystagogie. Les Préliminaires méritent d'être étudiés attentivement car ils fournissent des notes pastorales du plus haut intérêt. Il y est déclaré, à propos du catéchuménat, qu'il convient de mettre en œuvre quatre moyens dont le premier est « une catéchèse appropriée, progressive et intégrale ... en lien avec l'année liturgique et soutenue par des célébrations de la Parole. Elle mène les catéchumènes non seulement à une bonne connaissance des dogmes et des commandements, mais aussi à une découverte personnelle du mystère du salut dont ils demandent eux-mêmes à bénéficier » (n° 99).
 
Les Lineamenta du prochain Synode des Evêques abordent explicitement ce thème au paragraphe 18, allant jusqu'à écrire : « c'est de la façon dont l'Église en Occident saura gérer cette révision de ses pratiques baptismales que dépendra le visage futur du christianisme dans son monde et la capacité de la foi chrétienne de parler à sa culture ». Le Synode aura à étudier cette question avec ses implications. Le Catéchisme de l'Église Catholique pourra permettre de « redécouvrir les contenus de la foi professée, célébrée, vécue et priée » (Benoît XVI, Porta Fidei n° 9) et l'on ne peut que demander au Seigneur que la toute proche Année de la foi puisse produire les fruits espérés.
 
Dans les tous prochains jours s'ouvre le Congrès Européen pour la Catéchèse dont le thème est L'initiation chrétienne dans la perspective de la Nouvelle Evangélisation. Tout en accordant une attention spécifique aux enfants et jeunes de 7 à 16 ans, ce congrès permettra de mettre en évidence ce qu'est une véritable pédagogie de l'initiation, valable pour tous les âges, dans les attitudes demandées aux catéchistes, dans les contenus et les étapes nécessaires jusqu'à la mystagogie, encore trop souvent peu pratiquée. 
 
Echanges sur les pratiques d'initiation chrétienne, études sur l'Eucharistie et la confirmation au sein des sacrements de l'initiation et propositions pastorales à faire pour les jeunes nourriront la réflexion et seront utiles pour le prochain Synode.
 
Mgr Pierre-Marie Carré
Archevêque métropolitain de Montpellier,
Membre du Conseil Pontifical pour la promotion de la Nouvelle Evangélisation,
(*) CEC : catéchisme de l’Eglise Catholique

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 21:46

Message de Benoît XVI pour Pâques 2012 
 
Dans son message lu à la fin de la messe pascale, le 8 avril 2012, devant plus de 100.000 fidèles réunis Place St-Pierre, le pape Benoît XVI a notamment prié pour la paix en Syrie, au Nigeria et en Palestine. Extraits.
 
"Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier... Que parvienne à vous tous la voix joyeuse de l'Eglise, par les paroles que l'ancien hymne met sur les lèvres de Marie Madeleine, la première à rencontrer Jésus ressuscité le matin de Pâques... J'ai vu le Seigneur !... Tout chrétien revit l'expérience de Marie de Magdala. C'est une rencontre qui change la vie, la rencontre avec un homme unique, qui nous fait expérimenter toute la bonté et la vérité de Dieu, qui nous nous libère du mal, non pas d'une manière superficielle, momentanée, mais il nous en libère radicalement, nous guérit de tout et nous restitue notre dignité. Voici pourquoi Madeleine appelle Jésus « mon espérance », car c'est Lui qui l'a fait renaître, lui a donné un nouvel avenir, une existence bonne, libérée du mal. 'Le Christ, mon espérance' signifie que tout mon désir de bien trouve en lui une possibilité réelle: avec lui, je peux espérer que ma vie sera bonne, et qu'elle sera pleine, éternelle, car c'est Dieu même qui s'est fait proche jusqu'à entrer dans notre humanité...Dans ce monde, l'espérance ne peut pas ne pas tenir compte de la dureté du mal. Ce n'est pas seulement le mur de la mort qui lui fait obstacle, mais plus encore, ce sont les pointes acérées de la jalousie et de l'orgueil, du mensonge et de la violence. Jésus est passé par cet enlacement mortel, pour nous ouvrir le passage vers le Royaume de la vie. Il y eut un moment où Jésus apparaissait vaincu: les ténèbres avaient couvert la terre, le silence de Dieu était total et l'espérance, une parole qui semblait désormais vaine".
"Et voici qu'à l'aube du jour après le sabbat, on a trouvé le sépulcre vide... Les signes de la résurrection attestent la victoire de la vie sur la mort, de l'amour sur la haine, de la miséricorde sur la vengeance... Si Jésus est ressuscité, c'est qu'il est arrivé quelque chose de vraiment nouveau, qui change la condition de l'homme et du monde. Alors lui, Jésus, est quelqu'un en qui nous pouvons avoir absolument confiance, et non pas seulement dans son message, mais vraiment en Lui, parce que le Ressuscité n'appartient pas au passé, mais Il est présent aujourd'hui, vivant. Le Christ est espérance et réconfort particulièrement pour les communautés chrétiennes qui sont les plus éprouvées par des discriminations et des persécutions à cause de leur foi. Et par son Eglise, Il est présent comme force d'espérance, proche de toutes les situations humaines de souffrance et d'injustice». 
   
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:44

Extrait du discours d'ouverture de l'Assemblée plénière des évêques de France de mars 2012 
  
La question à laquelle nous sommes confrontés n’est plus un débat d’école sur le sens ou l’opportunité de la nouvelle évangélisation. Sur ce sujet, tout a été pensé et tout a été dit. Maintenant, il s’agit de le faire. Nous sommes invités à un travail de fond sur la mise en œuvre de la nouvelle évangélisation. Et, comme nous le savons, les premiers bénéficiaires de l’évangélisation sont ceux qui en ont reçu la mission. Par la nouvelle évangélisation, c’est d’abord nous-mêmes qui sommes entraînés à un nouvel accueil de la Bonne Nouvelle dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui. C’est dans la mesure où nous recevons l’Evangile de manière toujours nouvelle que nous pouvons réellement contribuer à son annonce.
 
L’Année de la Foi à laquelle nous sommes invités par le Pape ne vise pas seulement des initiatives diocésaines qui seront sans doute nombreuses ou une relance des mouvements d’évangélisation qui est toujours nécessaire. Elle est un appel adressé à chaque chrétien pour procéder en Église à une démarche de renouvellement de sa profession de foi. Ce renouveau concerne en même temps l’acte de liberté personnelle qui répond à l’appel de Dieu et le contenu spécifique de la foi chrétienne qui lui donne son identité propre. Il est le fondement de notre engagement dans la nouvelle évangélisation.
 
Dans notre pays de tradition chrétienne, la nouvelle évangélisation est souvent vécue comme un effort pour raviver chez beaucoup de nos contemporains la saveur de l’Evangile qu’ils ont souvent oubliée mais qui demeure comme une ressource latente. Cet appel adressé aux héritiers de la tradition chrétienne est souvent mieux entendu que nous ne l’imaginons. Et beaucoup des héritiers de cette tradition constituent les troupes des catéchumènes adultes et jeunes que nous accompagnons en ce temps de Carême. Mais la mobilité nouvelle des populations conduit dans notre pays des immigrés originaires d’autres traditions religieuses ou simplement des hommes de bonne volonté à qui la préoccupation religieuse est étrangère et qui ont ainsi une chance de découvrir chez nous une annonce de Jésus-Christ, même si elle est parfois maladroite ou insuffisante à nos propres yeux.
 
Les commencements de l’Église apostolique nous montrent que l’annonce du kérygme est indissociable des signes de l’amour de Dieu pour les hommes manifesté dans la vie des chrétiens. C’est notre capacité à servir nos frères qui attire leur attention sur le contenu de notre foi tel que nous pouvons le proposer dans une société sécularisée. Nous sommes bien convaincus que nos œuvres n’ajoutent rien à la splendeur de la vérité, mais nous savons aussi, comme nous le dit clairement l’épître de Jacques, que la foi sans les œuvres est inerte et imperceptible. C’est pourquoi, au cours des siècles l’élan missionnaire de l’Église a été constamment illustré par l’engagement des chrétiens dans les combats de ce monde. La préparation du rassemblement Diaconia 2013 est pour nous une occasion de nous rappeler le lien étroit qui unit la foi et la charité.
 
C’est dans cette tradition d’une confession de foi mise en pratique dans toutes les conditions de la vie quotidienne que s’est enracinée dans notre pays une vigueur missionnaire magnifique dans les deux siècles écoulés. La puissance de l’Esprit a suscité des hommes et des femmes capables de rendre témoignage à l’Évangile dans toutes les circonstances. Nous sommes les héritiers de ce dynamisme missionnaire incarné dans le quotidien au plus près de la vie des hommes. Notre mission aujourd’hui est de lui donner corps dans les circonstances actuelles qui ne sont plus celles du XIX° siècle, ni même du XX°.(…) 

 


    Monseigneur Vingt-Trois, archevêque de Paris
    Président de la Conférence des évêques de France 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens