Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 20:35

Dimanche 2 Octobre : Pourquoi une journée d'éveil au judaïsme ?

Le dialogue entre Juifs et Chrétiens n'est-il pas d'abord une affaire de spécialistes ? À la limite une question marginale quand on considère les urgences pastorales de nos églises, quand on considère les multiples tâches auxquelles nos paroisses doivent faire face en début d'année, quand vivant auprès d'une communauté musulmane plus nombreuse, il nous semble urgent d'établir avec elle des relations de convivialité et si possible de dialogue ?
Alors, pourquoi cette journée d'éveil au Judaïsme ? Lorsqu'au concile Vatican II l'Église catholique a ouvert la voie à une redécouverte du peuple juif dans sa vocation unique, elle ne l'a pas fait en raison des circonstances même si les évènements de la guerre ont joué un rôle essentiel dans cette prise de conscience. Elle l'a fait parce qu'elle a compris dans sa méditation sur sa propre vocation, que le Seigneur n'avait pas rejeté son peuple, ce peuple dit St Paul "à qui appartiennent l'adoption filiale, la gloire, les alliances,...les promesses et aussi les patriarches et de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement" (Romains 9, 4-5)
Jésus est juif, il l'est par sa naissance, il l'est resté jusqu'à sa mort, et c'est au cœur du dessein de salut de Dieu sur le monde, de l'Église corps du Christ, Messie d'Israël, que nous devons regarder le peuple Juif. Il est le témoin vivant de l'histoire du salut dans laquelle la mission de Jésus s'inscrit. Sinon, comme le disait Jean Paul II, Jésus serait un « météore dans l'histoire ».
Ce sont donc pour des motifs religieux et non seulement circonstanciels que nous devons nous ouvrir à la vie du peuple Juif. Sa place disait un document Romain d'application du concile doit "être organique dans la prédication et la catéchèse de l'Église catholique".
Il n'est pas possible dans cette brève introduction de montrer toutes les richesses que nous pouvons en recevoir. C'est pourquoi cette journée n'est qu'un éveil. 
À l'origine, elle fut inspirée par une initiative de l'épiscopat italien qui l'avait placée à la veille de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, dans la conscience de ce que les chrétiens divisés avaient reçu ensemble du peuple Juif.
En France, nous avons choisi de la célébrer entre la fête de Roch ha-Chanah (fête du nouvel an juif) et de Yom Kippour (journée du grand pardon) moments exceptionnels dans la vie religieuse juive. Occasion pour nous de prendre conscience de l'importance pour notre foi de cette relation, occasion de manifester à la communauté juive notre reconnaissance par notre prière, une carte de vœu et des affiches. Selon l'expression de Paul nous avons été "greffés" sur la foi d'Israël, ce que Jésus avait déjà affirmé dans son dialogue avec la Samaritaine "car le salut vient des Juifs" (Jean 4,22b).
Père Jean DUJARDIN, expert auprès du Service National des Relations avec le Judaïsme. 
 
  
  " Ils respecteront mon fils." 
 
27ème dimanche du temps ordinaire


        1ère lecture (Is 5,1-7) Psaume (79,9-10.13-16a. 19-20) 2ème lecture (Ph 4,6-9) Evangile (Mt 21, 33-43)
 
En arrière-plan du récit de ce dimanche, nous trouvons l'initiative de Dieu, sur deux plans : l'appel et le soin de la vigne. Il se choisit un peuple. Il lui fait confiance et lui offre de vivre dans son Royaume, la vigne. C'est bien un appel à travailler en relation avec lui. La culture de la vigne implique des soins particuliers pour qu'elle puisse produire son fruit, c'est-à-dire le raisin et, par la suite, le vin qui est signe de joie et de prospérité, toujours selon la tradition biblique. Dieu prend soin de son peuple avec amour afin qu'il produise son fruit, c'est-à-dire, la vie en plénitude dans la justice et l'amour.  
 
  Le drame de l’homme est parfois de refuser le projet de Dieu. Nous le lisons dans la Bible : à ces appels sans cesse renouvelés par les prophètes, le peuple de Dieu hésite, tergiverse et parfois même choisit l'inverse. Nous le voyons bien aussi dans la méditation des psaumes. Alors, quand vient l'heure du repentir, ce peuple en appelle à la miséricorde de Dieu Ps.50 ; Ps.68…). Mais l’amour de Dieu est plus fort que le péché des hommes. Pour preuve, Il envoie son propre Fils qui sera livré à la violence des hommes, qui assumera même l'extrême de l'opposition à l'amour pour en faire une offrande à son Père pour le salut du monde, offert et donné.  
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            
L'histoire humaine aurait pu s'achever dans l'absurdité de cette mort sur la Croix. Elle est l'aube d'une résurrection. Car rien n'arrête Dieu. Par sa mort, Jésus détruit la force du mal. Par sa résurrection, il révèle à l'homme que la puissance de l'amour, et elle seule, détruit la violence. "La pierre rejetée des bâtisseurs devient la pierre d'angle" qui va permettre de restaurer le temple de Dieu c’est à dire l’Homme. La vigne devient le Royaume de la Nouvelle Alliance, car le Royaume n'est pas détruit, il est désormais donné à d'autres vignerons "qui en remettront le produit en temps voulu." C’est une manière de décrire la mission de chaque baptisé, de l’Eglise. 
 
 
 
1ère lecture : Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée (Is 5, 1-7)
 
Lecture du livre d'Isaïe
Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne.   Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais.  Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n'ai fait ? J'attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu'elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu'elle soit piétinée. J'en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j'interdirai aux nuages d'y faire tomber la pluie.   La vigne du Seigneur de l'univers, c'est la maison d'Israël. Le plant qu'il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l'iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse. 
 
Psaume : 79, 9-10, 13-14, 15-16a, 19-20
 
R/ Regarde ta vigne, Seigneur, viens sauver ton peuple
La vigne que tu as prise à l'Égypte,  tu la replantes en chassant des nations.  Tu déblaies le sol devant elle,  tu l'enracines pour qu'elle emplisse le pays.   Pourquoi as-tu percé sa clôture ?  Tous les passants y grappillent en chemin ;  le sanglier des forêts la ravage  et les bêtes des champs la broutent.   Dieu de l'univers revient ! Du haut des cieux, regarde et vois : visite cette vigne, protège-la, celle qu'a plantée ta main puissante.  Jamais plus nous n'irons loin de toi :  fais-nous vivre et invoquer ton nom !  Dieu de l'univers, fais-nous revenir ;  que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés ! 
 
 
Evangile : Parabole des vignerons meurtriers (Mt 21, 33-43)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd'hui, Dieu nous parle en son Fils, lui qu'il a établi héritier de toute chose : c'est là l'oeuvre du Seigneur. Alléluia. (cf. He 1, 2 ; Mt 21, 42)
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : 'Ils respecteront mon fils.' Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : 'Voici l'héritier : allons-y ! tuons le, nous aurons l'héritage !' Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »  On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d'autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. »  Jésus leur dit : « N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'oeuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit ».  
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8h45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12h15 un prêtre se tient dans l’église pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 
- Lundi 3 octobre  : de la férie
- Mardi 4 octobre  : Saint-François d’Assise                                                                                                                                                       
- Mercredi 5 octobre : de la férie
- Jeudi 6 octobre : de la férie
- Vendredi 7 octobre  : Notre-Dame du Rosaire
- Samedi 8 octobre : de la férie
Ø De 11 h à 12h15 un prêtre se tient dans l’église pour accueillir une démarche de la réconciliation ou pour discuter
Ø Inscriptions ou réinscriptions de la catéchèse (de l’Eveil à la foi à la Terminale) de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h au presbytère, 40 Allée du Jardin anglais 
Ø Au cours de la messe de 18h30 : célébration de remise de croix des servants d’autel
Ø Week-end de rentrée du groupe Scouts
 
Dimanche 9 octobre – 28ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 25,6-9) Psaume (22,1-6) 2ème lecture (Ph 4,12-14.19-20) Evangile (Mt 22,1-14)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 10h30 à Notre-Dame


Fête de la Saint-Denis : messe présidée par notre évêque à la Cathédrale de Saint-Denis à 17 h

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 13:13

22-25 Septembre 2011 : Voyage du pape Benoit XVI en Allemagne 
 
« Là où est Dieu, naît l'avenir »
"Il ne s'agit pas de tourisme religieux, et encore moins d'un show. La devise de ces journées dit bien de quoi il s'agit: Là où est Dieu, naît l'avenir. Il s'agit de faire en sorte que Dieu revienne dans notre environnement, ce Dieu si souvent totalement absent, et dont pourtant nous avons tant besoin... Peut-être me demanderez-vous : Mais Dieu existe-t-il? Et s'il existe, s'occupe-t-il réellement de nous? Pouvons-nous arriver jusqu'à lui ? Oui, c'est vrai, nous ne pouvons pas mettre Dieu sur la table, nous ne pouvons pas le toucher comme un ustensile ou le prendre en main comme un objet quelconque. Nous devons à nouveau développer notre capacité de perception de Dieu, capacité qui existe en nous. Nous pouvons deviner quelque chose de la grandeur de Dieu dans la grandeur du cosmos. Nous pouvons utiliser le monde à travers la technique car il est construit de façon rationnelle. Dans la grande rationalité du monde, nous pouvons deviner l'esprit créateur duquel il provient, et, dans la beauté de la création, nous pouvons deviner quelque chose de la beauté, de la grandeur et aussi de la bonté de Dieu. Dans les Ecritures, nous pouvons entendre les paroles de la vie éternelle qui ne viennent pas simplement des hommes mais qui viennent de lui, et en elles, nous entendons sa voix. Enfin, nous voyons aussi presque Dieu dans nos rencontres avec les personnes qui ont été touchées par lui. Je ne pense pas seulement aux grands : de Paul à François d'Assise, jusqu'à Mère Teresa, mais je pense à toutes ces personnes simples dont personne ne parle. Cependant, lorsque nous les rencontrons, quelque chose de leur bonté, de leur sincérité, de leur joie, émane d'elles, et nous savons que Dieu est là et qu'il nous touche nous aussi. C'est pourquoi, ces jours-ci, nous voulons nous engager à retourner voir Dieu, pour devenir nous-mêmes des personnes par lesquelles une lumière d'espérance entre dans le monde, lumière qui vient de Dieu et qui nous aide à vivre".
(Source VIS, conférence des évêques de France) 
  
  
 
  Se mettre en route
26ème dimanche du temps ordinaire
(Ez 18, 25-28) Psaume (24, 4-9) 2ème lecture (brève : 1-5) (Ph 2, 1-11) Evangile (Mt 21, 28-32) 
 
Tel est le chemin du Royaume. Les publicains et les prostituées y entrent en priorité non en raison de leurs "activités", mais parce qu’ils se mettent en route, sortant d’eux-mêmes, en croyant à cette parole qui leur vient d’ailleurs. Les derniers deviennent les premiers. Notons qu’il n’est pas dit que les chefs des prêtres et les anciens n’entreront pas dans le Royaume, c’est-à-dire dans la vie indestructible que donne le Christ, cette vie qui n’est pas seulement à venir mais qui est déjà là, à portée de main. En effet, d’autres textes nous diront que dans et par le Christ, tous les hommes sont sauvés. Ces personnages prennent du retard pour deux raisons : d’abord parce qu’ils ne croient pas à la parole de Jean, s’estimant déjà impeccables ; ensuite parce qu’ils ne se sont pas mobilisés en constatant la foi des collecteurs d’impôts et des prostituées. Stupéfiant : Jésus reproche à ces notables de ne pas avoir suivi l’exemple de ces personnes discréditées. C’est qu’il nous est impossible de décider de la valeur d’une personne à partir de la condition dans laquelle les circonstances l’ont placée. Qu’est-ce qui se cache sous ce qui se voit ? Quels regrets ? Quels désirs ? Quelles frustrations ? Quelles générosités ? Dieu seul le sait, mais ce qui commande tout le reste est l’ouverture au changement, au déplacement auquel nous invite toute rencontre. Voyant la justice de Jésus et entendant ses paroles, les publicains et les prostituées ont bougé mais les chefs des prêtres et les anciens, pourtant professionnels de l’accueil de la Parole, ne sont pas allés "travailler à la vigne". Conclusion : ne nous installons pas dans le déjà-là, mais soyons prêts à partir pour cet ailleurs que figurait déjà la terre promise et que nous appelons le "Royaume", toujours à venir.


 Marcel Domergue, jésuite 
 
 
 
1ère lecture : Dieu nous appelle chaque jour à nous convertir (Ez 18, 25-28)
 
Lecture du livre d'Ezéchiel
 
Parole du Seigneur tout-puissant : Je ne désire pas la mort du méchant, et pourtant vous dites : « La conduite du Seigneur est étrange. » Écoutez donc, fils d'Israël : est-ce ma conduite qui est étrange ? N'est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, se pervertit, et meurt dans cet état, c'est à cause de sa perversité qu'il mourra. Mais si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Parce qu'il a ouvert les yeux, parce qu'il s'est détourné de ses fautes, il ne mourra pas, il vivra. 
 
Psaume : 24, 4-5ab, 6-7, 8-9
 
R/ Souviens-toi, Seigneur, de ton amour
Seigneur, enseigne-moi tes voies,  fais-moi connaître ta route.  Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,  car tu es le Dieu qui me sauve.   Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,  ton amour qui est de toujours.  Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;  dans ton amour, ne m'oublie pas.   Il est droit, il est bon, le Seigneur,  lui qui montre aux pécheurs le chemin.  Sa justice dirige les humbles,  il enseigne aux humbles son chemin.
 
2ème lecture : L'unité dans l'amour à la suite du Christ (brève : 1-5) (Ph 2, 1-11) 
 
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens :
Frères, s'il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l'on s'encourage dans l'amour, si l'on est en communion dans l'Esprit, si l'on a de la tendresse et de la pitié, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l'unité. Ne soyez jamais intrigants ni vantards, mais ayez assez d'humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de lui-même, mais aussi des autres.   Ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus : lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix.   C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu'au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père. 
 
Evangile : Se convertir non en paroles, mais en actes (Mt 21, 28-32)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd'hui ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur. Alléluia. (Ps 94, 8)
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : 'Mon enfant, va travailler aujourd'hui à ma vigne.' Celui-ci répondit : 'Je ne veux pas.' Mais ensuite, s'étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : 'Oui, Seigneur !' et il n'y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier ».  Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n'avez pas cru à sa parole ; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole. » 
 
CALENDRIER 
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8h45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12h15 un prêtre se tient dans l’église pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 
Samedi 24 et Dimanche 25 : quête à la sortie de la messe proposée par les Equipes Saint-Vincent-de-Paul
 
- Lundi 26 septembre  : de la férie
- Mardi 27 septembre : Saint-Vincent de Paul
- Mercredi 28 septembre: de la férie
- Jeudi 29 septembre : Sts Michel, Gabriel et Raphaël 
 
- Vendredi 30 septembre : Saint-Jérôme 
 
A 20h30  : réunion de tous les parents de la catéchèse à la Salle Pierre Lefeuvre 
 
- Samedi 1er octobre : Sainte-Thérèse de l’enfant Jésus 
.
Ø Inscriptions au KT ou réinscription de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h au presbytère, 40 Allée du Jardin anglais  
 
Dimanche 2 octobre – 27ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 5,1-7) Psaume (79,9-10.13-16a. 19-20) 2ème lecture (Ph 4,6-9) Evangile (Mt 21, 33-43)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame : messe d’action de grâce pour les 50 ans de sacerdoce du Père Martins.
Messe à 9h à Saint-Louis
Messe à 10h30 à Notre-Dame
11h45 : Célébration du baptême d’Amandine THURIES 
 
« dimanche d’ouverture au judaïsme ». C’est la période des fêtes juives d’automne, occasion de manifester à la communauté juive notre amitié notamment par la prière et par l’envoi d’un message avec les cartes à notre disposition le dimanche 2 octobre.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 19:43

« Les familles, miroir de la société » s'inscrit pleinement dans la démarche « Familles 2011 ». Il présente une analyse claire et accessible sur l'évolution de la famille intimement articulée à celle de la société. Rencontre avec Monique Baujard, directrice du Service National Famille et Société (SNFS), auteur de la synthèse.
 
 
 -> Document Episcopat n°5 Juillet 2011 : « les familles, miroir de la société » 
 
 
Quels sont les grands enseignements ?
Nous vivons dans une société individualiste qui privilégie les valeurs de liberté et d'égalité. La famille est aujourd'hui vue avant tout comme un lieu d'épanouissement personnel. Il y a donc une tension constante entre la liberté individuelle et le maintien de la cohésion du groupe, ce qui explique la fragilité des liens de familles.
Un autre constat est le grand isolement des familles. Beaucoup de personnes ont peu de réseau social et la famille au sens large n'est pas présente. Les personnes se trouvent alors très seules devant les épreuves de la vie de famille. Il y a aujourd'hui une pauvreté relationnelle qui frappe encore plus les milieux matériellement défavorisées. Un changement important concerne aussi les relations hommes/femmes. L'indépendance financière des femmes et la maîtrise de la fécondité ont changé l'équilibre et il n'y a plus de rôles préétablis. Il y a donc une négociation constante dans les couples, y compris sur le partage des tâches quotidiennes. Enfin, notre rapport au temps a également beaucoup changé : tout va beaucoup plus vite. La famille est, elle, à contretemps, elle demande un investissement en temps gratuit... Ce temps indispensable, donné à la famille, n'est pas valorisé par la société.
 
Qu'est-ce qui est attendu de la part de l'Église ?
Il est demandé à l'Église de réaffirmer son message évangélique et de donner à voir qu'un amour « pour toujours » est possible, à l'image de l'amour de Dieu pour les hommes. Mais la crédibilité de sa parole dépend aussi de sa capacité de savoir se faire proche de ceux qui souffrent. . Il lui est demandé aussi de porter un regard bienveillant sur la vie, même si les parcours des uns et des autres ne sont pas parfaits. D'honorer les cheminements de chacun et de poser des balises sur le chemin de la construction d'une famille. Je crois que les gens ont besoin de retrouver une spiritualité du quotidien. Ce sera d'ailleurs le thème de l'intervention du Prieur de la communauté de Bose (Italie), Enzo Bianchi, au colloque d'octobre. C'est dans les humbles gestes du quotidien que la qualité des liens et des relations se construit. Il faut redonner un sens au quotidien. L'Eglise peut puiser dans les trésors de sa tradition spirituelle pour offrir aux personnes les ressources nécessaires pour traverser les épreuves et inscrire leurs relations de famille dans le temps. 
  
 
 
Les chemins de Dieu
25ème dimanche du temps ordinaire

 


Isaïe 55,6-9 - Psaume 144 - Philippiens 1,20-24. 27 - Matthieu 20,1-16


"Mes chemins ne sont pas vos chemins", telles sont les paroles prêtées à Dieu dans la première lecture. Que veut-on nous dire ? S’agit-il d’un reproche ? Oui et non, comme on le verra. L’évangile d’aujourd’hui prête à Dieu un comportement qui n’a rien à voir avec les nôtres et qui est en contradiction avec la pratique de la justice. Comme souvent, nous lisons les paroles du Christ distraitement, sans nous étonner de l’énormité de ses propos. Or Jésus nous dit, en parabole, que Dieu n’est pas juste, que le "salaire" qu’il nous donne n’a rien à voir avec nos travaux et nos efforts. Du coup, plusieurs vont se demander pourquoi se fatiguer, pourquoi "faire le bien". C’est dans ce sens-là que nous pouvons lire Romains 6,1 : "Allons-nous rester dans le péché pour faire abonder la grâce ?" La grâce, la gratuité, le non-justifié. Voilà qui entre en contradiction avec tant de propos sur le "mérite". Nous ne méritons rien car nous sommes mis au monde sans l’avoir décidé, et ce que nous faisons de bien vient en nous de la source qui nous fait être. Et l’amour que Dieu nous porte, l’amour qui est Dieu lui-même, ne trouve pas sa justification en nous mais en lui. Le "salaire" n’est pas une réponse au travail fourni mais la manifestation de la "bonté" du "maître", comme le dit la fin de la parabole. Bien entendu, nos sociétés ne fonctionnent pas ainsi. Le salaire de ceux qui travaillent est un dû. Un dû à qui ? À eux bien entendu, mais, à travers eux, à Dieu lui-même. Il est en effet au travail et à l’œuvre pour nous en eux et par eux. Jésus dira, en Jean 5,17 : "Mon Père travaille sans cesse et moi aussi je travaille." Pas encore de sabbat pour Dieu, tant que l’humanité n’est pas encore rassemblée dans l’amour, ce qui fera d’elle l’image de Dieu. Marcel Domergue sj.
 
 


 
1ère lecture : « Mes pensées ne sont pas vos pensées » (Is 55, 6-9)
 
Lecture du livre d'Isaïe
 
Cherchez le Seigneur tant qu'il se laisse trouver. Invoquez-le tant qu'il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées ! Qu'il revienne vers le Seigneur qui aura pitié de lui, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus des vôtres, et mes pensées, au-dessus de vos pensées.
 
Evangile : La générosité de Dieu dépasse notre justice (Mt 20, 1-16)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. La bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses oeuvres : tous acclameront sa justice. Alléluia. (cf. Ps 144, 7-9) 
 
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus disait cette parabole :                                                     :                                                                                                                                                          « le Royaume des cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit au petit jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d'accord avec eux sur un salaire d'une pièce d'argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit d'autres qui étaient là, sur la place, sans travail. Il leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui est juste.' Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d'autres qui étaient là et leur dit : 'Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?' Ils lui répondirent : 'Parce que personne ne nous a embauchés.' Il leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne.' 
Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : 'Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.' Ceux qui n'avaient commencé qu'à cinq heures s'avancèrent et reçurent chacun une pièce d'argent. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d'argent. En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : 'Ces derniers venus n'ont fait qu'une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !' Mais le maître répondit à l'un d'entre eux : 'Mon ami, je ne te fais aucun tort. N'as-tu pas été d'accord avec moi pour une pièce d'argent ? Prends ce qui te revient, et va t’en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi : n'ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien ? Vas-tu regarder avec un oeil mauvais parce que moi, je suis bon ?'                                                                                                                                        Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. » 
 
CALENDRIER :
Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 
8h45 
 
Dimanche 25 sept. – 26ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Ez 18, 25-28) Psaume (24, 4-5ab, 6-7, 8-9) 2ème lecture (brève : 1-5) (Ph 2, 1-11) Evangile (Mt 21, 28-32
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à Saint-Louis
Messe à 10h30 à Notre-Dame

Quête pour les Equipes Saint-Vincent 
 
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens