Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 23:48

Prière de l’Angelus du 22 Février prononcée par le pape François

Place saint Pierre

Chers frères et sœurs,

Mercredi dernier, le Carême a commencé avec le rite des Cendres, et aujourd’hui c’est le premier dimanche de ce temps liturgique qui fait référence aux quarante jours que Jésus a passés dans le désert, après le baptême au fleuve du Jourdain. Saint Marc écrit dans l’Evangile du jour : « L’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. » (1,12-13). Avec ces brèves paroles, l’évangéliste décrit l’épreuve affrontée volontairement par Jésus, avant de commencer sa mission messianique. C’est une épreuve dont le Seigneur sort victorieux et qui le prépare à annoncer l’Evangile du Royaume de Dieu. En ces quarante jours de solitude, il a affronté Satan “corps à corps”, il a démasqué ses tentations et l’a vaincu. En lui, nous avons tout vaincu, mais il nous revient de protéger cette victoire dans notre quotidien.

L’Eglise nous rappelle ce mystère au commencement du Carême, car il nous donne la perspective et le sens de ce temps, qui est un temps de combat – dans le Carême il faut combattre - un temps de combat spirituel contre l’esprit du mal (cf. Oraison de la collecte du Mercredi des Cendres). Et tandis que nous traversons le "désert" du carême, nous gardons le regard fixé sur Pâques, qui est la victoire définitive de Jésus contre le Malin, contre le péché et contre la mort. Voici alors la signification de ce premier dimanche de Carême : nous remettre avec décision sur la route de Jésus, la route qui conduit à la vie. Regarder Jésus, ce qu’a fait Jésus, et aller avec Lui.

Cette route de Jésus passe à travers le désert. Le désert est le lieu où l’on peut entendre la voix de Dieu et la voix du tentateur. Dans le bruit, dans la confusion cela ne peut pas se faire ; on entend seulement les voix superficielles. Au contraire dans le désert nous pouvons descendre en profondeur, où se joue vraiment notre destin, la vie ou la mort. Et comment entendons-nous la voix de Dieu ? Nous l’entendons dans sa Parole. Pour cela il est important de connaître les Ecritures, parce qu’autrement nous ne savons pas répondre aux embûches du malin. Ici je voudrais revenir sur mon conseil de lire l’Evangile chaque jour : lire l’Evangile chaque jour, le méditer, un petit peu, dix minutes ; et le porter toujours avec nous : dans la poche, dans le sac… Mais garder l’Evangile à portée de main. Le désert du carême nous aide à dire non à la mondanité, aux "idoles", il nous aide à faire des choix courageux conformes à l’Evangile et à renforcer la solidarité avec les frères.

Alors entrons dans le désert sans peur, car nous ne sommes pas seuls : nous sommes avec Jésus, avec le Père et avec l’Esprit-Saint. Ou plutôt, comme pour Jésus, c’est l’Esprit-Saint qui nous guide sur le chemin du carême, cet Esprit qui descendit sur Jésus et qui nous a été donné au Baptême. Le Carême, en ce sens, est un temps propice qui doit nous conduire à prendre toujours plus conscience de ce que l’Esprit, reçu au Baptême, a fait et peut faire en nous. Et à la fin de l’itinéraire de carême, lors de la Veillée pascale, nous pourrons renouveler avec une conscience plus grande l’alliance baptismale et les engagements qui en dérivent.

Que la Sainte Vierge, modèle de docilité à l’Esprit, nous aide à nous laisser conduire par Lui, qui veut faire de chacun de nous une "nouvelle créature".

Confions-lui, en particulier, cette semaine d’Exercices Spirituels, qui commencera cet après-midi, et à laquelle je prendrai part, avec mes collaborateurs de la Curie Romaine. Priez pour qu’en ce "désert" que sont les Exercices nous puissions écouter la voix de Jésus, également corriger les nombreux défauts que nous avons tous, et faire face aux tentations qui nous attaquent tous les jours. Je vous demande donc de nous accompagner par votre prière.

REJOINDRE LA PAQUE DU SEIGNEUR

1 ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2 ème lecture (Rm 8,31b-34))

Evangile (Mc 9,2-10)

Dans sa marche vers Pâques et Jérusalem, Jésus gravit cette montagne de Galilée. Saint Marc nous précise : « Une haute montagne », ce qui n’est pas sans rappeler celle de l’Horeb où Dieu parla à son peuple, au Sinaï. La montagne où Moïse ne pouvait pas regarder en face la lumière de Dieu, que les apôtres ont pu voir un instant, sans en mourir. La tradition chrétienne, dès les premiers temps, l’a identifiée au mont Thabor. Les nombreux sanctuaires, qui ne sont plus que ruines aujourd’hui, nous le disent. C’est la plus haute montagne de Galilée, toute autre que la montagne sainte de Jérusalem. C’est aussi un endroit merveilleux d’où l’on découvre la vallée fertile d’Esdrelon vers la mer et, de l’autre côté, jusqu’au lac de Tibériade. Jésus emmène donc Pierre, Jacques et Jean, à l’écart, selon une expression de l’Evangile, qui signifie à la fois moment de repos, moment d’intimité avec ses disciples et moment de prière avec son Père. Et c’est là que la lumière jaillit de tout l’être humain de Jésus.

Si la liturgie de l’Eglise nous fait lire cet épisode chaque deuxième dimanche du Carême, c’est que la Transfiguration donne tout son sens à notre démarche vers Pâques, qui est celle de notre « intégration » dans la vie divine par le Christ ressuscité.. Le Christ est plénitude de Dieu, « lumière née de la lumière ». Il l’unit à sa nature humaine, à son corps même, dans le mystère de son union à la splendeur divine. C’est ce à quoi il nous propose de participer, à notre tour, puisque la grâce de notre baptême et des sacrements réalise en nous cette divinisation.

Pendant ces quarante jours, nous sommes « guidés par l’Esprit » (1er dimanche de Carême) et tentés dans le désert qui est le nôtre. Aujourd’hui, nous avons à gravir, avec lui, la montagne qui est celle du Thabor, qui, demain, sera celle du Calvaire. Aujourd’hui, il nous demande de nous laisser englober dans la nuée lumineuse, comme elle qui couvrit les trois apôtres de son ombre. La lumière, c’est le Christ mais aujourd’hui nous sommes avec lui dans l’obscurité de son humanité avant d’être révélée dans la lumière du matin de Pâques. « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts » (Matthieu 17. 9).

Et saint Marc souligne bien cette présence du Christ à nos côtés : »seul avec eux… » Moïse et Elie, la Loi et les Prophètes ne sont plus là. Le Christ nous suffit, même si aujourd’hui nous nous demandons comme les trois disciples, « se demandant entre eux ce que voulait dire : ressusciter d’entre les morts. » Ils n’osent pas questionner ce Jésus avec qui ils ont vécu un moment d’extraordinaire mystère. Saint Paul nous le dit : « Il est ressuscité, il est à la droite de Dieu ».

1ère lecture : Le sacrifice de notre père Abraham

Lecture du livre de la Genèse

En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.

Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. » – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.

Je crois, et je parlerai, moi qui ai beaucoup souffert. Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens ! Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ? Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple, à l’entrée de la maison du Seigneur, au milieu de Jérusalem !

2ème lecture : « Dieu n’a pas épargné son propre Fils »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé »

Acclamation :

Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. De la nuée lumineuse, la voix du Père a retenti : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ». – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 2 mars : De la férie

Mardi 3 mars : De la férie

Mercredi 4 mars : Saint Casimir

Jeudi 5 mars : De la férie

Vendredi 6 mars : De la férie

Samedi 7 mars : Saintes Perpétues et Félicité

Rendez-vous de la semaine

-Mercredi 4 mars de 9 h à 16 h salle Pierre Lefeuvre : retraite de première communion des enfants de l’école Saint-Louis-Sainte-Clotilde

-Mercredi 4 Mars à 20 h 30 à Villemomble : soirée des fiancés du Raincy et de Villemomble

-Samedi 7 mars à 14 h 30 salle Pierre Lefeuvre : Assemblée générale de l’association Restaurer

-Samedi 7 mars à 16 h salle Pierre Lefeuvre : Conférence : « Maurice Denis à l’église du Raincy », donnée par Madame Fabienne Stahl, auteur du catalogue raisonné de l’œuvre de Maurice Denis. Conférence organisée par l’association Restaurer. Venons nombreux

-Dimanche 8 Mars au cours de la messe de 10 h 30 : 1 er scrutin pour les catéchumènes adultes. Etape de préparation à la première communion pour les enfants de la catéchèse de CM2

Autres rendez-vous à noter

Jeudi 5 Mars : soirée prêtres imams de Seine saint Denis à Drancy

Vendredi 6 Mars à 20h. à la paroisse saint Augustin des Coquetiers : soirée du groupe Alegria pour les jeunes de 15-25 ans

Samedi 14 mars 2015 de 9 h 30 à 19 h au Centre Pastoral Notre-Dame du Rosaire aux Lilas, 7 Rue Jean Moulin : L’ACI, Mouvement d’Action Catholique des milieux sociaux Indépendants, des diocèses d'Ile de France organise une rencontre pour les jeunes (25-40 ans), célibataires ou en famille, sur le thème : "Vivre et (se) construire dans notre monde en mutation"

DIMANCHE 1 er Mars 2015 – 2ème dimanche de Carême

1 ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2 ème lecture (Rm 8,31b-34))

Evangile (Mc 9,2-10)

DIMANCHE 8 Mars 2015 – 3ème dimanche de Carême

1 ère lecture (Ex 20,1-17) Psaume (Ps 18,8-11) 2 ème lecture (1 Co 1,22-25)(Evangile (Jn 2,13-25)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:30

Le pape invite à prier pour "nos frères" coptes orthodoxes tués en Libye

Le pape François invite à prier « pour nos frères Égyptiens qui ont été tués il y a trois jours en Libye pour le seul fait d'être chrétiens ».

Ces 21 Égyptiens coptes orthodoxes ont été exécutés par des djihadistes, sur une plage de Libye. Des images de cette barbarie ont été mises en ligne dimanche dernier, 15 février 2015.

Au terme de l'audience générale de ce mercredi matin, 18 février, le pape a évoqué ce massacre : « Je voudrais vous inviter à prier pour nos frères Égyptiens qui ont été tués il y a trois jours en Libye pour le seul fait d'être chrétiens. Que le Seigneur les accueille dans sa maison et donne le réconfort à leurs familles et leurs communautés. »

« Prions pour la paix au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en faisant mémoire de tous les défunts, les blessés et les réfugiés. Que la communauté internationale puisse trouver des solutions pacifiques à la situation difficile en Libye », a-t-il souhaité.

Le pape a célébré la messe mardi matin, 17 février, en la chapelle de la maison Sainte-Marthe du Vatican, pour les 21 victimes. Il a aussi invité à prier pour le patriarche Tawadros II, à la tête de l’Église copte orthodoxe.

Le pape avait appelé le patriarche dès lundi, manifestant « sa profonde participation à la douleur de l’Église copte pour l'assassinat barbare de chrétiens par des fondamentalistes islamistes ».

Synthèse de la catéchèse du pape François du 18 Février, en français

« Frère », « sœur », sont des mots que le christianisme aime beaucoup, et que toutes les cultures et toutes les époques comprennent. Le lien de fraternité, formé en famille, dans un climat d’éducation à l’ouverture aux autres, est une grande école de liberté et de paix. La famille introduit la fraternité dans le monde ! La bénédiction que Dieu, en Jésus-Christ, répand sur ce lien de fraternité le rend capable de dépasser toute différence de nation, de langue, de culture et même de religion. La fraternité en famille resplendit particulièrement quand nous voyons la prévenance, la patience, l’affection dont sont entourés le petit frère ou la petite sœur plus faible, malade, handicapé. Il en va de même de la fraternité chrétienne.

Les plus petits, les plus faibles, les plus pauvres, doivent ouvrir notre cœur. La parole et l’exemple du Seigneur nous disent qu’ils sont nos frères et nous devons les aimer et les traiter comme tels. Aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire de mettre la fraternité au centre de nos sociétés. Alors la liberté et l’égalité prendront leur juste tonalité.

(L’intégralité de la catéchèse se trouve sur la table au fond de l’église).

LE TEMPS DE L’ALLIANCE NOUVELLE EST ARRIVE

1 ère lecture (Gn 9,8-15) Psaume (Ps 24,4-9) 2 ème lecture (1 P 3, 18-22)) Evangile (Mc 1,12-15)

Dans l’évangile de ce premier dimanche de Carême, saint Marc, à la différence des autres évangélistes, reste très sobre dans son évocation du séjour de Jésus au désert. Pourtant, il nous donne l’essentiel du mystère qu’est le Christ.

Le baptême de Jésus venait de se vivre au cœur même de la réalité trinitaire. L’Esprit repose sur Lui, comme la colombe sortie de l’arche, au temps de Noé est le signe de la nouvelle alliance. Au Jourdain, elle témoigne de l’alliance renouvelée. Il a entendu son Père lui dire : »Celui-ci est mon Fils bien-aimé.

Jésus est « poussé par l’Esprit » et la parole de son Père résonne encore à ses oreilles, à sa mémoire et à son cœur. Elle est toute proche, car c’est bien elle qu’il a médité durant les quarante jours qu’il consacre au silence. Il ne peut délaisser cette Parole venue du ciel à l’intention de ses futurs disciples. Il l’assume en restant, malgré tout, le Fils bien-aimé et il y répond personnellement par son attitude à l’encontre de Satan.

Le mystère de la tentation du Christ se situe donc dans ce mystère trinitaire. Il repousse les avances du mal et il reste en totale communion avec son Père, garde ainsi « un cœur pur », celui dont il dira quelques jours plus tard, au sermon sur la montagne : »Bienheureux les cœurs purs, ils verront Dieu.» Ils auront la vision, la perception même de Dieu en eux.

C’est poussé par cet amour vécu dans l’Esprit que le Fils de l’Homme dira : »Tu ne serviras que Dieu seul. » Une réponse qui doit être aussi la nôtre et à laquelle il nous invite à notre tour, par-delà toute tentation, puisque nous sommes marqués par la vie trinitaire de notre baptême et des sacrements dont nous vivons.

« Un cœur purifié reflète Dieu », disait saint Grégoire de Nysse. A nous de demander au Seigneur, ce cœur purifié, selon la parole de saint Pierre aux premiers chrétiens. « Dans sa chair, il a été mis à mort. Dans l’esprit, il a été rendu à la vie…Etre baptisé c’est s’engager envers Dieu avec une conscience droite et participer ainsi à la résurrection de Jésus-Christ. » (1 Pierre 3. 21)

1ère lecture : Alliance de Dieu avec Noé qui a échappé au déluge

Lecture du livre de la Genèse

Dieu dit à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. » Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de chair. » – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance.

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Dans ton amour, ne m’oublie pas, en raison de ta bonté, Seigneur. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin.

2ème lecture : Le baptême vous sauve maintenant

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit. C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir, au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau. C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ, lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les Souverainetés et les Puissances. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Jésus fut tenté par Satan, et les anges le servaient »

Acclamation : Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte
  • DIMANCHE 22 Février 2015 – 1er dimanche de Carême
  • 1 ère lecture (Gn 9,8-15) Psaume (Ps 24,4-9) 2 ème lecture (1 P 3, 18-22)) Evangile (Mc 1,12-15)
  • QUETE IMPEREE POUR LES AUMONERIE DES HOPITAUX

Dimanche 22 février 2015 à 10h30 en Eglise de Tous les Saints - 1 Avenue Illustration, 93000 BOBIGNY : Célébration de l’appel décisif des catéchumènes adultes du diocèse : 6 catéchumènes du Raincy

Lundi 23 février : De la férie

Mardi 24 février : De la férie

Mercredi 25 février : De la férie

Jeudi 26 février : De la férie

Vendredi 27 février : De la férie

Samedi 28 février : De la férie

Rendez vous de la semaine

DIMANCHE 1 er Mars 2015 – 2ème dimanche de Carême

1 ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2 ème lecture (Rm 8,31b-34))

Evangile (Mc 9,2-10)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Autres rendez-vous à noter

Samedi 7 Mars 2015 à 16 h salle Pierre Lefeuvre : Conférence : « Maurice Denis à l’église du Raincy », donnée par Madame Fabienne Stahl, auteur du catalogue raisonné de l’œuvre de Maurice Denis. Conférence organisée par l’association Restaurer. Venons nombreux

Samedi 14 mars 2015 de 9 h 30 à 19 h au Centre Pastoral Notre-Dame du Rosaire aux Lilas, 7 Rue Jean Moulin : L’ACI, Mouvement d’Action Catholique des milieux sociaux Indépendants, des diocèses d'Ile de France organise une rencontre pour les jeunes (25-40 ans), célibataires ou en famille, sur le thème : "Vivre et (se) construire dans notre monde en mutation"

Une retraite dans la vie : « Comme l’apôtre Pierre, devenir disciples ». Cinq semaines pour écouter le Seigneur dans la durée d’un chemin accompagné, sans quitter les conditions et les engagements de la vie habituelle. Chaque Jeudi du 5 Mars au 26 Mars 2015 de 20 h 30 à 22 h à la maison diocésaine, 6 av. Pasteur à Bondy et le Samedi 11 Avril de 9 h 30 à 17 h à la paroisse saint André de Montreuil

  • inscriptions à la maison diocésaine. Tracts au fond de l’église.
Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 17:10

Homélie du pape François prononcée le Dimanche 8 Février 2015

C’était la vie de Jésus: « Il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons » (Mc 1,39). Jésus qui prêche et Jésus qui guérit. Toute la journée c’était comme ça: prêcher au peuple, enseigner la Loi, enseigner l’Évangile. Et les gens le cherchaient pour l’écouter et pour qu’il guérisse les malades. « Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. … Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons » (Mc 1,32.34). Et nous, à cette célébration, nous sommes devant Jésus: c’est Lui qui la préside. Nous, les prêtres, nous agissons au nom de Jésus mais c’est lui le président, Lui le Vrai Prêtre, qui offre le sacrifice au Père. Nous pouvons nous demander si nous nous laissons enseigner par Jésus. Chacun de nous : « Est-ce que je me laisse enseigner par Jésus ou est-ce que je sais tout ? Est-ce que j’écoute Jésus ou est-ce que je préfère écouter n’importe quoi d’autre comme les commérages des gens, ou des histoires… ». Écouter Jésus. Écouter la prédication de Jésus. « Et comment puis-je faire cela, père ? Sur quelle chaîne parle-t-il ? » . Il te parle dans l’Évangile! Et ceci est une habitude que nous n’avons pas encore : aller chercher la parole de Jésus dans l’Évangile. Avoir toujours un Évangile avec nous, un petit évangile, ou en tenir un dans la main. Cinq minutes, dix minutes. Quand je suis en voyage, ou quand je dois attendre… je prends l’Évangile qui est dans ma poche ou dans mon sac et je me mets à lire quelque chose ; ou bien à la maison. Et Jésus me parle, prêche pour moi. C’est la Parole de Jésus. Nous devons nous habituer à écouter la Parole de Jésus, à écouter la parole de Jésus dans l’Évangile. Lire un passage, penser un peu à ce qu’il dit, ce qu’il me dit à moi personnellement. Si je ne sens pas qu’il me parle, je passe à un autre. Mais avoir ce contact quotidien avec l’Évangile, prier avec l’Évangile; Jésus peut ainsi m’enseigner, peut me dire avec l’Évangile ce qu’il veut me dire. Je connais des gens qui en ont toujours un avec eux. Lorsqu’ils ont un peu de temps, ils l’ouvrent et trouvent toujours dedans le bon mot qui va avec le moment qu’ils sont en train de vivre. Ceci est la première chose que je tiens à vous dire : laissez le Seigneur vous prêcher sa parole. Écoutez le Seigneur.

Et Jésus guérissait : laissez-vous guérir par Jésus. Nous avons tous des blessures : blessures spirituelles, péchés, hostilités, jalousies; peut-être ne saluons-nous pas quelqu’un : « Ah il m’a fait ceci, je ne le salue plus ». Mais cet homme doit être guéri ! « Et comment dois-je faire ? ». Je prie et je demande à Jésus qu’il le guérisse. C’est triste quand, dans une famille, les enfants ne se parlent plus pour une bêtise; le diable prend cette bêtise et en fait tout un monde. Ces querelles durent dans le temps, voire souvent des années, et la famille est détruite. Les parents souffrent parce que les enfants ne se parlent pas, ou parce que l’épouse d’un fils ne parle pas à l’autre… il y a des jalousies… Tout ça c’est le diable qui le fait. Et le seul à chasser les démons, c’est Jésus. Le seul à guérir de ces choses c’est Jésus. C’est pourquoi à chacun de vous je dis : laissez-vous guérir par Jésus. Chacun sait où il est blessé. Chacun de nous a des blessures; et pas qu’une mais deux, trois, quatre, vingt. Chacun sait ! Que Jésus guérisse ces blessures. Mais pour cela, pour le faire venir, il faut ouvrir son cœur. Et comment ouvrir son cœur ? En priant. « Mais, Seigneur, je ne peux pas avec ces gens-là, je les déteste, ils m’ont fait ci, m’ont fait ça… ». « Guéris cette plaie, Seigneur ». Si nous demandons à Jésus cette grâce, Il le fera. Laissez-vous guérir par Jésus. Laissez Jésus vous guérir.

Laisser Jésus m’enseigner et Le laisser me guérir. Comme ça, je pourrai prêcher moi aussi aux autres, enseigner les paroles de Jésus. Et je pourrai moi aussi aider à guérir tant de blessures, toutes les blessures. Mais d’abord je dois le faire moi : Le laisser m’enseigner et me guérir.

JESUS A PITIE DE LUI

1 ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146,1.3-7) 2 ème lecture (1 Co 9,16-19.22-23) Evangile (Mc 1,29-39)

A l’époque de Jésus, la lèpre était une source de répulsion et même de terreur. Pour les juifs, le lépreux était un pécheur et le verset 43 le rappelle. Or, si, cet homme a bravé l’interdit qui l’excluait de la communauté et ne lui permettait aucun contact avec qui que ce soit. Il est entré dans la maison où se trouve Jésus. Il est au milieu des auditeurs.

Ce qui l’a décidé à enfreindre cette loi très stricte, c’est qu’il est malheureux et n’a qu’une espérance : la bonté de celui dont il a entendu déjà tant de merveilles. Il compte sur sa puissance : « Si tu le veux, tu peux me guérir ».

Jésus se trouve devant cet homme, et, dans le même temps, à tout ce qui l’exclut de la société : la lèpre et le péché. Dans les scènes antérieures, rapportées par saint Marc, il en est fait mention soit de la privation de la liberté physique, comme la maladie qui empêchait la belle-mère de Pierre de rendre service, soit de la liberté spirituelle comme la possession d’un esprit mauvais. Dans les deux cas, cette maladie ou cette possession sont nettement distinguées du mal qui habite le cœur de l’homme.

Par contre, pour la lèpre, il en était autrement, puisqu’elle est la conséquence du péché, selon la loi juive. A l’occasion de la guérison du paralytique, saint Marc nous dira clairement que Jésus a tout pouvoir contre le péché. Ce sera la lecture de dimanche prochain. Aujourd’hui il le démontre en affrontant cette double exclusion physique et spirituelle et en réintégrant le lépreux dans le peuple de Dieu.

Il a pitié de cet homme, comme il a pitié de tout homme qui vit hors de la communauté des enfants de Dieu.

C’est là son œuvre de salut. « Il est venu pour que la multitude des hommes soient sauvée. » (1 Cor. 10. 33) L’amour peut tout, chantera saint Paul dans son hymne à la charité. Jésus est pris de pitié. Saint Marc note ce sentiment intime de Jésus que seul un témoin a pu remarquer, parce que celui qui lui a rapporté l’épisode était présent dans la maison, saint Pierre dont Marc est l’évangéliste.

1ère lecture : Le lépreux habitera à l’écart, son habitation sera hors du camp » (Lv 13, 1-2.45-46)

Lecture du livre des Lévites

Le Seigneur parla à Moïse et à son frère Aaron, et leur dit : « Quand un homme aura sur la peau une tumeur, une inflammation ou une pustule, qui soit une tache de lèpre, on l’amènera au prêtre Aaron ou à l’un des prêtres ses fils. Le lépreux atteint d’une tache portera des vêtements déchirés et les cheveux en désordre, il se couvrira le haut du visage jusqu’aux lèvres, et il criera : “Impur ! Impur !” Tant qu’il gardera cette tache, il sera vraiment impur. C’est pourquoi il habitera à l’écart, son habitation sera hors du camp. » – Parole du Seigneur.

Psaume : 31 (32), 1-2, 5ab, 5c.11

R/ Tu es un refuge pour moi ; de chants de délivrance, tu m’as entouré. (31, 7acd)

Heureux l’homme dont la faute est enlevée, et le péché remis ! Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense, dont l’esprit est sans fraude ! Je t’ai fait connaître ma faute, je n’ai pas caché mes torts. J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péchés. » Toi, tu as enlevé l’offense de ma faute. Que le Seigneur soit votre joie ! Exultez, hommes justes ! Hommes droits, chantez votre allégresse !

2ème lecture : « Imitez-moi, comme moi aussi j’imite le Christ » (1 Co 10, 31 – 11, 1)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, tout ce que vous faites : manger, boire, ou toute autre action, faites-le pour la gloire de Dieu. Ne soyez un obstacle pour personne, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni pour l’Église de Dieu. Ainsi, moi-même, en toute circonstance, je tâche de m’adapter à tout le monde, sans chercher mon intérêt personnel, mais celui de la multitude des hommes, pour qu’ils soient sauvés. Imitez-moi, comme moi aussi j’imite le Christ. – Parole du Seigneur.

Evangile : « La lèpre le quitta et il fut purifié » (Mc 1, 40-45)

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. Alléluia. (Lc 7, 16)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié. Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. » Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 16 février : De la férie

Mardi 17 février : De la férie

Mercredi 18 février : Mercredi des Cendres

Jeudi 19 février : Jeudi après les cendres

Vendredi 20 février : Vendredi après les cendres

Samedi 21 février : Samedi après les cendres

Rendez vous de la semaine

Mercredi 18 février : Mercredi des Cendres - Messes à 9 h à l’église Saint-Louis et

à 19 h 30 à l’église Notre-Dame

Vendredi 20 février de 20 h à 22 h 30 à la Maison diocésaine, 6 Avenue Pasteur, Bondy, Conférence sur l'Islam : Montée du fondamentalisme dans nos banlieues

Autres rendez-vous à noter

Dimanche 22 février 2015 à 10h30 en Eglise de Tous les Saints - 1 Avenue Illustration, 93000 BOBIGNY : Célébration de l’appel décisif des catéchumènes adultes du diocèse :

6 catéchumènes du Raincy

Samedi 14 mars 2015 de 9 h 30 à 19 h au Centre Pastoral Notre-Dame du Rosaire aux Lilas, 7 rue Jean Moulin :

L’ACI, Mouvement d’Action Catholique des milieux sociaux Indépendants, des diocèses d'Ile de France organise une rencontre pour les jeunes (25-40 ans), célibataires ou en famille, sur le thème : "Vivre et (se) construire dans notre monde en mutation »

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 15:55

Lancement de la campagne 2015 pour le Denier de l’Eglise en lien avec le Diocèse. Des enveloppes d’appel sont envoyées par la poste. Comme chaque année, mais plus encore aujourd’hui compte tenu du contexte économique, nous faisons appel à votre générosité pour que votre paroisse soit toujours lieu d’accueil et d’écoute et de service aux plus petits d’entre les siens.

Où va ma contribution au denier de l'Eglise ?

· Mon soutien financier parvient directement à ma paroisse, sans détour, sans intermédiaire. Les frais de collecte sont ainsi limités, surtout avec le Soutien Régulier par prélèvement automatique.

· Ma participation est affectée sans délai selon les besoins prioritaires de ma paroisse. Ceux-ci sont définis par le Curé avec le Conseil Paroissial pour les Affaires Economiques, dont les membres sont bénévoles, en lien avec les orientations données par le diocèse.

· Les missions de ma paroisse sont ainsi soutenues et peuvent se dérouler dans les meilleures conditions (catéchèse, évangélisation… rémunération des prêtres et du personnel laïc, entretien des locaux, participation aux charges diocésaines).

· Je déduis de mes impôts 66 % de ma contribution, si je suis imposable, et pour cela, je recevrai un reçu fiscal.

LE TEMPS DE LA PRIERE


1 ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146,1.3-7) 2 ème lecture (1 Co 9,16-19.22-23) Evangile (Mc 1,29-39)

Jésus a commencé sa mission. Jésus va se reposer. Il connaît les limites de ses forces. Il commence à prier alors qu’il fait encore nuit. C’est déjà toute une leçon. La première heure est à Dieu son Père. Il a quitté la maison de la belle-mère de Pierre et s’est rendu, solitaire, dans un lieu calme et silencieux. Sa prière a besoin de cette dimension. Dans le même temps, il ne veut pas déranger ceux qui dorment encore. Il ne veut pas non plus que cet instant privilégié de tête-à-tête avec son Père puisse être interrompu. Cette attitude de Jésus doit nous être un exemple. En fait il n’est pas totalement solitaire, replié sur lui-même. Il ne quitte le cadre de sa vie active que pour entrer en relation avec son Père. Sa prière est toute adoration. Nous, nous estimons que nous avons tellement de choses à demander, et surtout à obtenir, que nous en devenons très bavards. Il nous est alors difficile de nous laisser imprégner de cette présence divine, qui nous couvre et nous pénètre… Nous pourrions entrer pleinement dans l’intimité de Dieu, si nous savions sortir de nous-mêmes, de nos préoccupations, de nos habitudes… « Il sortit et il alla dans un endroit désert ». La prière de Jésus ne le détache pas du monde des hommes. Son humanité entière leur est consacrée. C’est pour ses frères qu’il est venu leur apporter le salut et la découverte de la gloire de Dieu.

Alors : « Il proclame la Bonne Nouvelle ». Cette formule revient deux fois pour indiquer ce qui est trame de ses journées. Sa prédication n’est pas fade. Elle est le cri de la Vérité, même quand il parle paisiblement, calmement, amicalement. Il impressionne par son autorité, par la qualité de ses affirmations et non par sa véhémence. Parler de son Père est une nécessité qui s’impose à lui, comme elle s’impose à ses disciples. « C’est pour cela que je suis sorti. » « C’est une nécessité qui s’impose à moi ! » nous dit aussi saint Paul aux Corinthiens dans la lecture de ce dimanche. Ce devrait être une « nécessité » qui s’impose à nous aussi. Le message dont nous sommes porteurs ne peut rester ignoré. Nous aussi, nous avons à faire entendre la Vérité, mais sans nous mettre à part, ni au-dessus, ni différent. Nous avons à être tout à tous, parlant de Dieu d’une manière directe et simple, vivant avec les hommes nos frères.

1ère lecture : « Je ne compte que des nuits de souffrance » (Jb 7, 1-4.6-7)

Lecture du livre de Job

Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis : “Quand pourrai-je me lever ?” Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil. Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. » – Parole du Seigneur.

Psaume : 146 (147a), 1.3, 4-5, 6-7

R/ Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures ! ou : Alléluia !(cf. 146, 3)

Il est bon de fêter notre Dieu, il est beau de chanter sa louange : il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures. Il compte le nombre des étoiles, il donne à chacune un nom ; il est grand, il est fort, notre Maître : nul n’a mesuré son intelligence. Le Seigneur élève les humbles et rabaisse jusqu’à terre les impies. Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce, jouez pour notre Dieu sur la cithare !

2ème lecture : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16-19.22-23)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C’est d’annoncer l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » (Mc 1, 29-39)

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Le Christ a pris nos souffrances, il a porté nos maladies. Alléluia. (Mt 8, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était. Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte
  • DIMANCHE 8 Février 2015 – 5 ème dimanche du temps ordinaire
  • 1 ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146,1.3-7) 2 ème lecture (1 Co 9,16-19.22-23)
  • Evangile (Mc 1,29-39)

Calendrier liturgique

Lundi 9 février : De la férie

Mardi 10 février : Sainte-Scholastique

Mercredi 11 février : De la férie

Jeudi 12 février : De la férie

Vendredi 13 février : De la férie

Samedi 14 février : Saint Cyrille et Saint Méthode

Rendez vous de la semaine

Mardi 10 Février à 20 h 30 : Salle des Fêtes de Livry-Gargan, Place François Mitterrand, soirée interreligieuse de l’UDPP sur le thème : « Liberté d’expression et liberté des religions, quelle place dans l’espace public »

Mercredi 11 février à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe Tibériade, catéchèse pour adultes ouverte à tous

Samedi 14 février de 13 h 30 à 17 h salle Pierre Lefeuvre : réunion de l’équipe diocésaine des chrétiens séparés, divorcés remariés.

DIMANCHE 15 Février 2015 – 6 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Lv 13,1-2.45-46) Psaume (Ps 101,2-6.13.20-21) 2 ème lecture (1 Co 10,31-11,1)

Evangile (Mc 1,40-45)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Autres rendez-vous à noter

Mercredi 18 Février : Mercredi des cendres, entrée en Carême messes à 9 h à l’église Saint-Louis et à 19 h 30 à l’église Notre Dame

Vendredi 20 février de 20 h à 22 h 30 : Conférence sur l'Islam : Montée du fondamentalisme dans nos banlieues à la Maison diocésaine (6 Avenue Pasteur, Bondy)

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 21:03

Les chrétiens menacés au Niger

Suite à la publication de Charlie Hebdo la semaine dernière, la minorité chrétienne a fait l’objet d’attaques à Niamey et Zinder (Niger). Plusieurs communautés religieuses françaises sont présentes sur le terrain.

Vendredi 16 janvier 2015, les 9 églises catholiques de Niamey, capitale du Niger, et les temples protestants ont été détruits. Mgr Michel Cartatéguy, SMA, archevêque de Niamey, a suspendu les célébrations dominicales le 18 janvier. Une des 2 maisons des Sœurs de Gethsémani a été brûlée. Seule la cathédrale est toujours debout.

Avec pour charisme l’éducation, les Sœurs de l’Assomption sont implantées depuis 1966 à Zinder, ville de 250 000 habitants, à plus de 950 km de Niamey. Il ne reste rien de leurs locaux. Elles agissaient de concert avec les Pères blancs et les sœurs de Saint-Joseph de Cluny au dispensaire de Kara Kara, le quartier des lépreux.

Au Niger, les catholiques représentent 25 000 personnes, dans un pays qui compte 17 millions de musulmans. Mais ceux-ci sont « de plus en plus noyautés et manipulés par les djihadistes et Boko Haram » explique le Père Claude Nachon, SMA, à l’origine de la construction de l’église Saint-Augustin inaugurée en octobre 2014.

« La reconstruction des églises et surtout des cœurs sera longue et douloureuse » estime-t-il. « Choisissons la vie, choisissons l’amour dans nos paroles, dans nos actes, dans notre prière » invite quant à elle Soeur Danièle Relion, Supérieure générale des sœurs de Gethsémani.

Appel du Pape François pour le « bien-aimé Niger »

On ne peut pas faire la guerre au nom de Dieu, a rappelé le Pape François au cours de l’Audience générale du mercredi 21 janvier, en invitant les fidèles réunis dans la salle Paul VI « à prier ensemble pour les victimes des manifestations de ces derniers jours au bien-aimé Niger ».

En dénonçant les brutalités commises à l’égard des chrétiens, en particulier à l’égard des enfants, et les attaques contre les églises, le Pape a invoqué pour le pays « le don de la réconciliation et de la paix » et a souhaité que « l’on puisse rétablir au plus tôt un climat de respect réciproque et de coexistence pacifique » parmi la population. « Que jamais, a-t-il mis en garde, le sentiment religieux ne devienne une occasion de violence, d’abus et de destruction ». Source : Osservatore Romano

.

PLUS QU’UN SCRIBE

1 ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2 ème lecture (1 Co 7,32-35) Evangile (Mc 1,21-28)

La scène de l’évangile de ce dimanche se centre sur Jésus qui enseigne avec autorité et se fait obéir d’un esprit impur, qu’il chasse. L’enseignement de Jésus est mis en contraste avec celui des scribes, pourtant spécialistes des Ecritures (1, 22).

Il n’enseigne rien qui soit nouveau ni contraire à la doctrine. Ce n’est pas une doctrine nouvelle qu’il apporte. Ce qui est nouveau, c’est le ton d’autorité, sa manière d’enseigner et de faire découvrir le sens de la doctrine. Et dans le même temps, ce qui est nouveau, c’est son pouvoir sur les esprits mauvais : « Ils lui obéissent ». Jésus ne discute pas avec eux. Il coupe court à toute conversation.

Et là on retrouve la netteté des réponses au terme des quarante jours au désert. Jésus affirme et peut affirmer : « Il est la Vérité. »

Dans la synagogue de Capharnaüm, Jésus devance ainsi tous les enseignements convenus, comme le sont ceux des scribes. Il n’en reste pas à un commentaire. Par sa Parole, il rejoint l’être humain dans sa plénitude du bien possible comme du mal vécu.

Le texte qui nous transmet la Parole de Dieu doit nous donner de rejoindre l’être divin qu’est Jésus dans la plénitude de sa pensée et de son amour vécu. Il nous faut donc suivre l’itinéraire proposé par Marc à travers son évangile. Mais c’est surtout la personne de Jésus qui nous est ainsi donnée de rencontrer.

1ère lecture : « Je ferai se lever un prophète ; je mettrai dans sa bouche mes paroles »

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple :« Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l’écouterez. C’est bien ce que vous avez demandé au Seigneur votre Dieu, au mont Horeb, le jour de l’assemblée, quand vous disiez : “Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, je ne veux plus voir cette grande flamme, je ne veux pas mourir !” Et le Seigneur me dit alors : “Ils ont bien fait de dire cela. Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. Si quelqu’un n’écoute pas les paroles que ce prophète prononcera en mon nom, moi-même je lui en demanderai compte. Mais un prophète qui aurait la présomption de dire en mon nom une parole que je ne lui aurais pas prescrite, ou qui parlerait au nom d’autres dieux, ce prophète-là mourra.” » – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.

Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut ! Allons jusqu’à lui en rendant grâce, par nos hymnes de fête acclamons-le ! Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu’il conduit le troupeau guidé par sa main. Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? « Ne fermez pas votre cœur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi, où vos pères m’ont tenté et provoqué, et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

2ème lecture : La femme qui reste vierge a le souci des affaires du Seigneur, afin d’être sanctifiée »

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, j’aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n’est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur. Celui qui est marié a le souci des affaires de ce monde, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé. La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur, afin d’être sanctifiée dans son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de ce monde, elle cherche comment plaire à son mari. C’est dans votre intérêt que je dis cela ; ce n’est pas pour vous tendre un piège, mais pour vous proposer ce qui est bien, afin que vous soyez attachés au Seigneur sans partage. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Il enseignait en homme qui a autorité »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. » L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui. Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. » Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Invitation exceptionnelle du Service Diocésain pour les

Relations avec le Judaïsme

Le dimanche 1er Février 2015 de 15h à 18h30, à la Maison Diocésaine (6 avenue Pasteur à Bondy) accueillera Monsieur le Rabbin Philippe Haddad pour une conférence sur “La lecture Juive de la prière du Notre Père.

Calendrier liturgique

Lundi 2 février : Présentation du Seigneur, fête

Mardi 3 février : De la férie

Mercredi 4 février : De la férie

Jeudi 5 février : Sainte Agathe

Vendredi 6 février : Les martyrs du Japon

Samedi 7 février : De la férie

Rendez vous de la semaine

Samedi 7 février en soirée salle Pierre Lefeuvre : soirée choucroute (inscription au préalable)

18 h 30 messe animée par les Scouts de France

A noter

Mardi 10 Février à 20h30 : Salle des Fêtes de Livry-Gargan, Place François Mitterrand, soirée interreligieuse de l’UDPP sur le thème : « liberté d’expression et liberté des religions, quelle place dans l’espace public »

Vendredi 20 février de 20h à 22h30 : Conférence sur l'Islam : Montée du fondamentalisme dans nos banlieues à la Maison diocésaine (6 Avenue Pasteur, Bondy)

DIMANCHE 1 er Février 2015 – 4 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2 ème lecture (1 Co 7,32-35)

Evangile (Mc 1,21-28)

DIMANCHE 8 Février 2015 – 5 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146,1.3-7) 2 ème lecture (1 Co 9,16-19.22-23)

Evangile (Mc 1,29-39)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Célébration de l’Eveil à la Foi des 3-7 ans avec leurs parents

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 19:55

Prière du pape François lors de la messe célébrée en l’honneur des victimes du "super typhon" Haiyan/Yolanda du 8 novembre 2013, lors de son voyage aux Philippines

-> à lire : l’homélie de cette messe ; Que dire quand la souffrance et le désespoir nous envahissent… sur la table au fond de l’église

Nous avons célébré la passion, la mort et la résurrection du Christ.

Jésus nous a précédés sur ce chemin et nous accompagne chaque fois que nous nous réunissons pour prier et célébrer.

Merci, Seigneur, d’être aujourd’hui avec nous.

Merci, Seigneur, de partager nos souffrances.

Merci, Seigneur, de nous donner l’espérance.

Merci, Seigneur, pour ta grande miséricorde.

Merci, Seigneur, parce que tu as voulu être comme l’un de nous.

Merci, Seigneur, parce que tu es toujours plus proche de nous, également dans nos moments de croix.

Merci, Seigneur, parce que tu nous donnes l’espérance. Seigneur, ne nous laisse pas voler l’espérance !

Merci, Seigneur, parce que dans les moments les plus sombres de ta vie, sur la croix, tu t’es souvenu de nous et tu nous a laissé une Mère.

Merci, Seigneur, de ne pas nous avoir laissés orphelins.

Prière d’Etty Hillesum, jeune femme juive, proche du christianisme, au moment de la Seconde Guerre mondiale

Prière du dimanche matin. Ce sont des temps d’effroi, mon Dieu. Cette nuit pour la première fois, je suis restée éveillée dans le noir, les yeux brûlants, des images de souffrance humaine défilant sans arrêt devant moi. (…) Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne puis rien garantir d’avance. Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider – et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu.

Texte à lire aussi : La Déclaration des évêques sur la fin de vie : "Ne prenons pas le problème à l'envers !" On peut trouver la déclaration entière à cette adresse en ligne ou sur la table au fond de l’église

http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/389425-prenons-pas-probleme-lenvers/

LE ROYAUME EST A PROXIMITE

1 ère lecture (Jon 3,1-5.10) Psaume (Ps 24,4-9) 2 ème lecture (1 Co 7,29-31) Evangile (Mc 1,14-20)

La police d’Hérode a mis la main sur Jean le Baptiste. Il est emprisonné. Sa mission, sa prédication et son Baptême n’ont plus leur raison d’être. Leur temps est accompli. La longue attente et la longue préparation du Peuple de Dieu a trouvé son achèvement en Jésus-Christ. Car Jésus ne prend pas la simple suite de Jean. Il ne vient pas convertir par un baptême de pénitence. Autre est sa mission. Il annonce l’Evangile de Dieu. Il ne proclame pas une bonne nouvelle parmi d’autres. Il n’annonce pas une « nouvelle » qui aurait Dieu pour objet. La Bonne Nouvelle donnée par Jésus au nom de Dieu, c’est lui-même qui est la Parole de Dieu et elle concerne le salut. Il vient nous « dire » que la présence de Dieu s’exprime au milieu de nous.

C’est ainsi que l’avait compris la communauté chrétienne des premiers chrétiens. Saint Paul le proclame chaque fois qu’il parle de « Bonne Nouvelle», d’Evangile. Lui, Paul, a été mis à part pour cette annonce « qui a été promise par les prophètes dans les Ecritures Saintes. (Romains 1.1 – Romains 15. 16 – 2 Corinthiens 11. 7) Et saint Pierre confirme l’apôtre Paul (1 Pierre 4. 17).

Le Royaume de Dieu est donc maintenant à proximité. Le temps nouveau annoncé par Jean Baptiste est arrivé. La mesure du temps précédent est pleine. L’autre temps est là. Il s’est approché, si proche qu’il est soudé à l’ancien. Il n’y a aucun intervalle entre Jean et Jésus. Le baptême de Jésus en a été la signification et la réalisation. Jean en a reçu la confirmation quand Jésus est descendu dans le Jourdain. L’Esprit de Dieu sur celui sur qui il verse de l’eau. Le Père le reconnaît comme son Fils bien-aimé et non pas seulement comme un prédicateur. Le « tout proche » doit être entendu dans le sens : « Il est à côté de vous. » Il est au milieu de nous. « Tu n’es pas loin du Royaume », dira Jésus au scribe qui parlait avec lui des deux commandements fondamentaux qui concernent notre relation avec Dieu. (Marc 12. 34).

1ère lecture : « Les gens de Ninive se détournèrent de leur conduite mauvaise »

Lecture du livre de Jonas

La parole du Seigneur fut adressée de nouveau à Jonas : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, se vêtirent de toile à sac. En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Seigneur, enseigne-moi tes chemins.

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Dans ton amour, ne m’oublie pas, en raison de ta bonté, Seigneur. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin.

2ème lecture : « Il passe, ce monde tel que nous le voyons »

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui ont de la joie, comme s’ils n’en avaient pas, ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien, ceux qui profitent de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas vraiment. Car il passe, ce monde tel que nous le voyons. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile »

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Après l’arrestation de Jean le Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 26 janvier : Saints Timothée et Tite

Mardi 27 janvier : De la férie – Pas de messe à 9 h

Mercredi 28 janvier : Saint-Thomas d’Aquin

Jeudi 29 janvier : De la férie

Vendredi 30 janvier : De la férie

Samedi 31 janvier : Saint Jean Bosco

DIMANCHE 25 Janvier 2015 – 3 ème dimanche du temps

ordinaire

1 ère lecture (Jon 3,1-5.10) Psaume (Ps 24,4-9) 2 ème lecture (1 Co 7,29-31) Evangile (Mc 1,14-20)

DIMANCHE 1 er Février 2015 – 4 ème dimanche du temps

ordinaire

1 ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9 ) 2 ème lecture (1 Co 7,32-35)

Evangile (Mc 1,21-28)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Soirée choucroute le samedi 7 février à 19 h 30, salle Pierre Lefeuvre, 4 Allée de Verdun – Tarifs 18 € pour les adultes et 12 € pour les enfants. Merci de réserver vos places et déposer votre règlement auprès du secrétariat de la Paroisse, 40 Allée du Jardin Anglais

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 19:02

La liberté d'expression, non seulement un droit mais une obligation

Le vol de Colombo à Manille a ouvert la seconde étape du voyage du pape en Asie (Philippines 15-19 janvier), ce 15 janvier 2015. Le pape a répondu durant 40 minutes aux questions des journalistes, notamment sur la liberté religieuse et la liberté d’expression, au lendemain des attentats de Paris contre la rédaction de Charlie Hebdo, contre une policière à Montrouge et contre un supermarché Cacher, Porte de Vincennes.

Tuer au nom de Dieu est une aberration

A propos de la liberté de religion, le pape ne va pas par quatre chemins, il redit sa conviction cent fois répétée: “Je crois que la liberté religieuse et la liberté d’expression sont toutes les deux des droits fondamentaux. On ne peut, je pense… Vous êtes français, allons à Paris, parlons clair! On ne peut cacher cette vérité que chacun a le droit de pratiquer sa religion, sans offenser, librement. Nous faisons ainsi, nous voulons tous le faire. Secundo, on ne peut pas offenser, faire la guerre, tuer au nom de sa religion, c’est-à-dire au nom de Dieu. Ce qui se passe maintenant nous fait un peu… nous étonne. Mais pensons toujours à notre histoire: combien de guerres de religion nous avons eues! Pensez à la “nuit de la Saint-Barthélemy”: comment comprendre cela ? Nous sommes nous aussi pécheurs à ce sujet. Mais on ne peut pas tuer au nom de Dieu. Tuer au nom de Dieu est une aberration. Je crois que c’est la chose principale sur la liberté de religion: on doit le faire librement, sans offenser, mais sans imposer et sans tuer.”

Ne pas offenser la foi de l’autre

Pour la liberté d’expression, le pape est tout aussi clair: c’est non seulement un droit mais une “obligation” morale. Avec une limite: “ne pas offenser la foi de l’autre”, ne pas s’en “moquer”.

Le pape François s’explique sur la limite à cette liberté d’expression qui n’est donc pas un absolu: “La liberté d’expression. Chacun a non seulement la liberté, le droit mais il a aussi l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider le bien commun. L’obligation. Pensons à un député, à un sénateur: s’il ne dit pas ce qu’il pense être le vrai chemin, il ne collabore pas un bien commun. Et pas seulement eux, beaucoup d’autres. Nous avons l’obligation de parler ouvertement, d’avoir cette liberté, mais sans offenser. Parce que c’est vrai, on peut réagir violemment. Mais si le Dr Gasbarri, un grand ami, dit une insulte contre ma mère, un coup de poing arrive ! C’est normal ! C’est normal. On ne peut pas provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut pas se moquer de la foi. Dans un discours, je ne me souviens plus très bien où, le pape Benoît avait parlé de cette mentalité post-positiviste, de la métaphysique post-positiviste qui finit par conduire à croire que les religions ou les expressions religieuses sont une sorte de sous-culture, qu’elles sont tolérées, mais sont peu de chose, elles ne font pas partie de la culture des Lumières. C’est un héritage des Lumières. Tant de gens parlent mal des religions, s’en moquent, disons “joue” avec la religion des autres. Ils provoquent, et il peut arriver ce qu’il arrive au Dr Gasbarri s’il dit quelque chose contre ma mère. C’est une limite. Toute religion a sa dignité, toute religion qui respecte la vie humaine, la personne humaine. Je ne peux pas m’en moquer. Et c’est une limite. J’ai pris cet exemple de la limite pour dire que dans la liberté d’expression il y a des limites, comme celle de maman. Je ne sais si j’ai réussi à répondre à la question. Merci.”

LE PROLOGUE NOUS DIT SA DECOUVERTE

1 ère lecture (1 S 3,3b-10.19) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 6,13b-15a17-20) Evangile (Jn 1,35-42)

Les versets 19 à 51 du premier chapitre de l’évangile de saint Jean prolongent ce qu’il dit dans les versets 1 à 18. Jésus est bien la lumière du monde et le Baptiste en témoigne dans ses réponses aux questions des Pharisiens.

Dieu, personne ne l’a vu. C’est son Fils unique qui le fait connaître au monde (Jean 1. 18) : »J’ai vu et j’ai témoigné que celui-ci est le Fils de Dieu. » (Jean 1. 34à « Ceux-là sont nés non d’un vouloir d’homme, mais d’un vouloir de Dieu. » (Jean1. 12) « C’est lui qui baptise dans l’Esprit-Saint. » (Jean 1. 33)

Ce n’est pas un simple exercice littéraire que de mettre en parallèle ces deux séquences du prologue du quatrième évangile. C’est bien ce qu’a vécu Jean l’évangéliste en ces heures de l’appel, puis au cours des années de vie partagée avec Jésus. Sur les routes de Palestine, au pied de la croix, au matin de la résurrection quand il accourt au tombeau, Jean reçoit la révélation de cette présence divine qui a été si proche de lui.

« Venez et vous verrez,. » lui avait dit Jésus. « Nous l’avons entendu, nous l’avons vu de nos propres yeux, nous l’avons regardé et nos mains l’ont touché. »

Au long de sa prédication comme au travers de son témoignage dans les premières communautés chrétiennes, il découvre l’intimité de cette présence divine en lui. « Tous nous avons reçu de sa plénitude et grâce sur grâce. » (Jean 1. 15) Beaucoup de ceux qui témoignent de la pensée et de la vie du Christ devant leurs frères, découvrent aussi cette présence. Jean le traduit ainsi dans ses lettres : »Nous demeurons en lui et lui en nous. Il nous a donné de son Esprit. » (1 Jean 4. 13)

1ère lecture : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute » (1 S 3, 3b-10.19)

Lecture du premier livre de Samuel

En ces jours-là, le jeune Samuel était couché dans le temple du Seigneur à Silo, où se trouvait l’arche de Dieu. Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! » Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher. De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. » Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel alla se recoucher à sa place habituelle. Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. » Samuel grandit. Le Seigneur était avec lui, et il ne laissa aucune de ses paroles sans effet.

– Parole du Seigneur.

Psaume : 39 (40), 2abc.4ab, 7-8a, 8b-9, 10cd.11cd

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté. (cf. 39, 8a.9a)

D’un grand espoir, j’espérais le Seigneur : il s’est penché vers moi. En ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu. Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. « Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles. » Vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais. J’ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

2ème lecture : « Vos corps sont les membres du Christ » (1 Co 6, 13c-15a. 17-20)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, le corps n’est pas pour la débauche, il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi. Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ. Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche. Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais l’homme qui se livre à la débauche commet un péché contre son propre corps.

Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps.

– Parole du Seigneur.

Evangile : « Ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui » (Jn 1, 35-42)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.

En Jésus-Christ, nous avons reconnu le Messie : par lui sont venues la grâce et la vérité. Alléluia. (cf. Jn 1, 41.17)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. » Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi). André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ. André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 19 janvier : De la férie

Mardi 20 janvier : Saint Sébastien, Saint Fabien

Mercredi 21 janvier : Sainte Agnès

Jeudi 22 janvier : Saint Vincent

Vendredi 23 janvier : De la férie

L’HOMME : CORPS ET ESPRIT - QUESTIONS POUR UN CHRETIEN - Les questions familiales qui agitent et divisent notre société : L’estime de soi, comme chemin de reconnaissance de l’autre :

Conférence du Professeur Jacques ARENES, Docteur en psychologie et psychanalyste, maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille, au Centre d’éthique de la famille. Enseigne à l’Institut Catholique de Paris, au Centre Sèvres et au Collège des Bernardins. Comité de rédaction de la revue « Etudes » : Le Vendredi 23 janvier 2015 à 20 h 30, à la Maison diocésaine, 6 Avenue Pasteur à BONDY

  • - Thème abordé : La question de l’estime de soi prend beaucoup de place dans notre culture… Une mauvaise image de soi impacte beaucoup l’action. Le désir de reconnaissance est au cœur du lien social … Ce vœu s’appuie sur ce qui se passe de plus fondamental au début de la vie entre la mère et l’enfant et cette assurance intérieure très tôt conditionne l’estime de soi dans son versant plus social (J. Arènes).

Samedi 24 janvier : Saint François de Sales

  • - Samedi 24 à 17h30 au Temple protestant : célébration œcuménique
  • - Pas de messe à 18 h 30 dans la crypte

DIMANCHE 18 Janvier 2015 – 2 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (1 S 3,3b-10.19) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 6,13b-15a17-20)

Evangile (Jn 1,35-42)

DIMANCHE 25 Janvier 2015 – 3 ème dimanche du temps

ordinaire

1 ère lecture (Jon 3,1-5.10) Psaume (Ps 24,4-9) 2 ème lecture (1 Co 7,29-31)

Evangile (Mc 1,14-20)

Pas de messe anticipée ce samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:18

LE BAPTÊME DE JÉSUS

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9) Evangile (Mc 1, 7-11)

Le baptême de Jésus par Jean est un des événements de la vie de Jésus les plus assurés historiquement. Les quatre évangélistes le mentionnent. Avoir accompagné Jésus depuis son baptême est même une des conditions requises pour pouvoir remplacer Judas l’apôtre défaillant. (Actes 1. 22)

C’est la première manifestation publique du Christ. Lors de sa naissance à Bethléem, il n’avait été révélé qu’à quelques privilégiés. Aujourd’hui, tous ceux qui entourent le Baptiste, c’est-à-dire ses disciples et la foule venue aux bords du Jourdain, sont témoins d’une manifestation plus solennelle, que Jean soulignera d’ailleurs lui-même.

Elle comporte deux aspects : l’aspect d’humilité représenté par le baptême auquel le Seigneur se soumet. L’aspect de gloire représenté par le témoignage humain que lui rend Jean le Baptiste et le témoignage divin que le Père et l’Esprit rendent au Fils, la garantie que cet homme appartient bien à la Trinité divine.

Ces deux aspects sont à retenir dans l’histoire des hommes comme dans la vie intérieure et spirituelle de chaque homme. Les séparer, c’est commettre une erreur. Nous ne pouvons pas nous approcher du Christ glorifié sans nous approcher en même temps du Christ humilié, ni nous approcher du Christ humilié sans nous approcher du Christ glorifié.

1ère lecture : « Venez, voici de l’eau ! Écoutez, et vous vivrez »

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer. Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses ! Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle : ce sont les bienfaits garantis à David. Lui, j’en ai fait un témoin pour les peuples, pour les peuples, un guide et un chef. Toi, tu appelleras une nation inconnue de toi ; une nation qui ne te connaît pas accourra vers toi, à cause du Seigneur ton Dieu, à cause du Saint d’Israël, car il fait ta splendeur. Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. – Parole du Seigneur.

cantique :

Voici le Dieu qui me sauve : j’ai confiance, je n’ai plus de crainte. Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur, il montre sa magnificence, et toute la terre le sait. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël !

2ème lecture : « L’Esprit, l’eau et le sang »

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité. En effet, ils sont trois qui rendent témoignage, l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois n’en font qu’un. Nous acceptons bien le témoignage des hommes ; or, le témoignage de Dieu a plus de valeur, puisque le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à son Fils. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie »

Acclamation: Alléluia. Alléluia. Voyant Jésus venir à lui, Jean déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. » Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jean le Baptiste proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 12 janvier : De la férie

Mardi 13 janvier : De la férie

Mercredi 14 janvier : De la férie

  • - A 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe Tibériade. Catéchèse pour adultes ouverte à tous

Jeudi 15 janvier : De la férie

Vendredi 16 janvier : De la férie

Samedi 17 janvier : Saint Antoine

  • - De 18 h à 22 h salle Pierre Lefeuvre : soirée des lycéens

Mais aussi dans l’agenda du père Frédéric Benoist :

  • - Mardi 13 janvier en soirée : cérémonie des vœux du maire
  • - Jeudi 15 janvier toute la journée : Intervention avec les membres de l’UDPP auprès des terminales de l’école Sainte-Clotilde.

DIMANCHE 11 Janvier 2015 – Baptême du Seigneur, fête

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9)

Evangile (Mc 1, 7-11)

DIMANCHE 18 Janvier 2015 – 2 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (1 S 3,3b-10.19) Psaume (Ps 39,2.4.7-11) 2 ème lecture (1 Co 6,13b-15a17-20)

Evangile (Jn 1,35-42)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

en présence de la Communauté portugaise

QUETE IMPEREE POUR LES SEMINAIRES

Nous ne pouvons approcher et accueillir les hommes nos frères qu’en acceptant leur humble condition, leurs misères, leurs limites et, dans le même temps, de voir en eux des fils de Dieu, bien-aimés par le Père, appelés à partager la gloire du Royaume.

SEMAINE DE PRIERE POUR L’UNITE DES CHRETIENS :

DU 18 AU 25 JANVIER

CELEBRATION OECUMENIQUE :

SAMEDI 24 JANVIER A 17 H 30 AU TEMPLE PROTESTANT, 17 Allée de l’Ermitage

L’HOMME : CORPS ET ESPRIT - QUESTIONS POUR UN CHRETIEN

Les questions familiales qui agitent et divisent notre société :

Conférence de Monseigneur Jean-Luc BRUNIN, Evêque du Havre

Membre du Conseil permanent de la Conférence des Evêques de France.

Elu en 2011 Président du Conseil Famille et Société :

Le Jeudi 15 janvier 2015 à 20 h 30 à la Maison diocésaine,

6 Avenue Pasteur à BONDY

Thème abordé : Quelles attitudes d’Eglise devant la diversité des prises d’opinions et des positions sociétales ? Diversité des « familles », Ethique de la famille, et de la vie en couple.

L’estime de soi, comme chemin de reconnaissance de l’autre :

Conférence du Professeur Jacques ARENES, Docteur en psychologie et psychanaliste, maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille, au Centre d’éthique de la famile. Enseigne à l’Institut Catholique de Paris, au Centre Sèvres et au Collège des Bernardins. Comité de rédaction de la revue « Etudes » :

Le Vendredi 23 janvier 2015 à 20 h 30, à la Maison diocésaine,

6 Avenue Pasteur à BONDY

Thème abordé : La question de l’estime de soi prend beaucoup de place dans notre culture… Une mauvaise image de soi impacte beaucoup l’action. Le désir de reconnaissance est au cœur du lien social … Ce vœu s’appuie sur ce qui se passe de plus fondamental au début de la vie entre la mère et l’enfant et cette assurance intérieure très tôt conditionne l’estime de soi dans son versant plus social (J. Arènes).

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 17:33

Extrait de la prière de l’Angelus du 28 Décembre 2014 prononcée par le pape François

Nous pouvons imaginer la famille de Jésus, au milieu de tant de monde, dans les grandes cours du temple. Elle ne saute pas aux yeux, ne se distingue pas… Et pourtant ne passe pas inaperçue ! Deux personnes âgées, Siméon et Anne, mus par l’Esprit-Saint, s’approchent et se mettent à louer Dieu pour cet Enfant, dans lequel ils reconnaissent le Messie, lumière des nations et salut d’Israël (cf. Lc 2,22-38). C’est un moment simple mais riche de prophétie : la rencontre entre deux jeunes époux pleins de joie et de foi pour les grâces du Seigneur ; et deux anciens eux aussi pleins de joie et de foi pour l’action de l’Esprit. Qui les fait se rencontrer ? Jésus. Jésus les fait se rencontrer : les jeunes et les personnes âgées. Jésus est celui qui rapproche les générations. Il est la source de cet amour qui unit les familles et les personnes, vainquant toute méfiance, tout isolement, toute séparation. Cela nous fait penser aussi aux grands-parents : combien leur présence est importante, la présence des grands-parents ! Combien leur rôle dans les familles et dans la société est précieux ! Le bon rapport entre les jeunes et les plus âgés est décisif pour le chemin de la communauté civile et ecclésiale. Et en regardant ces deux personnes âgées, ces deux grands-parents – Siméon et Anne – saluons d’ici, par un applaudissement, tous les grands-parents du monde.

Le message qui provient de la Sainte Famille est avant tout un message de foi. Dans la vie familiale de Marie et Joseph, Dieu est vraiment au centre, et il est dans la Personne de Jésus. C’est pourquoi la Famille de Nazareth est sainte. Pourquoi ? Parce qu’elle est centrée sur Jésus.

Quand les parents et les enfants respirent ensemble ce climat de foi, ils possèdent une énergie qui leur permet d’affronter même les épreuves difficiles, comme le montre l’expérience de la Sainte Famille, par exemple dans l’événement dramatique de la fuite en Egypte : une dure épreuve.

L’Enfant Jésus avec sa Mère Marie et avec saint Joseph sont une icône familiale simple mais si lumineuse. La lumière qu’elle irradie est lumière de miséricorde et de salut pour le monde entier, lumière de vérité pour tout homme, pour la famille humaine et pour les familles individuelles. Cette lumière qui vient de la Sainte Famille nous encourage à offrir de la chaleur humaine à ces situations familiales où, pour diverses raisons, il manque la paix, il manque l’harmonie, et il manque le pardon. Notre solidarité concrète ne doit pas diminuer, spécialement à l’égard des familles qui vivent des situations plus difficiles à cause de maladies, de manque de travail, de discriminations, de la nécessité d’émigrer… Ici arrêtons-nous un peu et prions en silence pour toutes ces familles en difficulté, que ce soit des difficultés dues à la maladie, au manque de travail, à la discrimination, à la nécessité d’émigrer, que ce soit des difficultés à se comprendre et ou de division. En silence prions pour toutes ces familles… (Ave Maria..).

Confions à Marie, Reine et mère de la famille, toutes les familles du monde, afin qu’elles puissent vivre dans la foi, dans la concorde, dans l’aide réciproque, et pour cela j’invoque sur elles la protection maternelle de Celle qui fut mère et fille de son Fils.

DE L’ENFANCE A LA RESURRECTION

1 ère lecture (Is 60,1-6) Psaume (Ps 71,1-2.7-8.10-13) 2 ème lecture (Ep 3,2-3a.5-6)

Evangile (Mt 2,1-12)

En lisant cet épisode de l’enfance de Jésus, il faut aller au-delà du genre littéraire utilisé par saint Matthieu. En réalité, le récit des faits rapportés par lui devient un récit théologique élaboré à la lumière du mystère pascal.

Une lecture attentive nous le fait découvrir par plusieurs détails. Ils nous ouvrent une lecture plus large que le merveilleux immédiat de cette « épiphanie », même si elle se situe dans le prolongement du prophète Isaïe.

Le titre de « Rois des Juifs », par lequel les mages désignent le nouveau-né, réapparaîtra dans la bouche de Pilate au moment du procès de Jésus et de sera l’inscription de l’écriteau de la croix.

Devant ce même questionnement de la part des mages, le roi et les prêtres ne dépassent pas leur interprétation humaine de l’Ecriture. Et ce sont les païens, les nations, qui iront jusqu’au seuil du mystère.

Cette attitude des interlocuteurs des mages rejoint celle des chefs juifs durant la vie publique et la Passion de Jésus.

1ère lecture : « La gloire du Seigneur s’est levée sur toi »

Lecture du livre du prophète Isaïe

Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Toutes les nations, Seigneur, se prosterneront devant toi. cf. 71,11

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux ! En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des lunes ! Qu’il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre ! Les rois de Tarsis et des Îles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande. Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront. Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

2ème lecture : « Il est maintenant révélé que les nations sont associées au même héritage, au partage de la même promesse »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères, vous avez appris, je pense, en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère. Ce mystère n’avait pas été porté à la connaissance des hommes des générations passées, comme il a été révélé maintenant à ses saints Apôtres et aux prophètes, dans l’Esprit. Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile. – Parole du Seigneur.

Evangile : Nous sommes venus d’Orient adorer le roi

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Nous avons vu son étoile à l’orient, et nous sommes venus adorer le Seigneur. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. » Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Lundi 5 janvier : De la férie

Mardi 6 janvier : De la férie

Mercredi 7 janvier : De la férie

Jeudi 8 janvier : De la férie

Vendredi 9 janvier : De la férie

Samedi 10 janvier : De la férie

-A 18 h salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe des 4èmes et 3èmes

DIMANCHE 4 Janvier 2015 – Epiphanie du Seigneur, Solennité

1 ère lecture (Is 60,1-6) Psaume (Ps 71,1-2.7-8.10-13) 2 ème lecture (Ep 3,2-3a.5-6)

Evangile (Mt 2,1-12)

DIMANCHE 11 Janvier 2015 – Baptême du Seigneur, fête

1 ère lecture (Is 55,1-11) Cantique (Is 12, 2-6) 2 ème lecture (Jn 5, 1-9)

Evangile (Mc 1, 7-11)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

Remise du parcours sur le pardon aux enfants de la catéchèse de CM1; remise du parcours sur l’eucharistie aux enfants de la catéchèse de CM2

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 21:25

Prière du pape François à Marie (8 décembre 2014)

Ô Marie, notre Mère,

Aujourd'hui, ton peuple en fête

Te vénère, Immaculée,

Préservée depuis toujours de la contamination du péché.

Accueille l'hommage que je t'offre au nom de l'Eglise qui est à Rome et dans le monde entier.

Savoir que toi, qui es notre Mère, tu es totalement libre du péché, nous apporte un grand réconfort.

Savoir que sur toi le mal n'a aucun pouvoir,

Nous emplit d'espérance et de force

Dans la lutte quotidienne que nous devons soutenir contre les menaces du malin.

Mais, dans cette lutte, nous ne sommes pas seuls, nous ne sommes pas orphelins,

Parce que Jésus, avant de mourir sur la croix,

T'as donnée à nous comme notre Mère.

Bien que pécheurs, nous sommes donc tes enfants, les enfants de l'Immaculée,

Appelés à cette sainteté qui resplendit en Toi,

Par grâce de Dieu depuis le commencement.

Animés de cette espérance,

Nous invoquons aujourd'hui ta protection maternelle pour nous, pour nos familles,

Pour cette ville, pour le monde entier.

Que la puissance de l'amour de Dieu,

Qui t'a préservée du péché originel,

Par ton intercession libère l'humanité de tout esclavage spirituel et matériel,

Et fasse l'emporter, dans les cœurs et dans les événements, le dessein de salut de Dieu.

Fais qu'en nous aussi, tes enfants, la grâce l'emporte sur l'orgueil,

Et que nous puissions devenir miséricordieux

Comme notre Père céleste est miséricordieux.

En ce temps qui nous conduit

A la fête de la Nativité de Jésus,

Enseigne-nous à aller à contre-courant:

A nous dépouiller, à nous abaisser, à nous donner, à écouter, à faire silence,

A nous décentrer de nous-mêmes,

Pour laisser un espace à la beauté de Dieu, source de la vraie joie.

Ô notre Mère immaculée, prie pour nous !

PAR DELA L’ATTENTE

1 ère lecture (2 S7 7,1-5.8b-12.14a.16) Psaume (Ps 88,4-5.27-30) 2 ème lecture (Rm 16,25-27) Evangile (Lc 1,26-38)

L’Annonce faite à Marie, située dans le temps, est le mystère qui réalise l’attente séculaire du Peuple de Dieu. C’est tout cela que désormais Marie devra vivre et qui lui demande un acte de foi dont, aujourd’hui, nous avons peine à mesurer la profondeur et l’intensité des exigences quotidienne. Nous connaissons Jésus au travers du déroulement de sa vie. Marie devait faire un « saut » dans un avenir inconnu. Il lui est demandé un acte de foi qui exige d’elle un abandon total et dont elle ne découvrira l’immensité qu’au fur et à mesure de son union d’amour au cours de la vie humaine qu’elle partage désormais avec son fils, le Fils de Dieu fait homme. Grâce à sa mémoire biblique, Marie vivra la personnalité et la mission du Messie telles que la tradition davidique les a esquissées, telles que la tradition prophétique les a précisées, telles que les lui commentait la synagogue de Nazareth.

Car, dans le même temps, sa méditation quotidienne et sa prière les enrichiront au contact même de cette présence humano-divine du Christ. Cette contemplation d’amour, nous la découvrons au travers de son questionnement à l’ange-messager de Dieu, au travers de son « Magnificat », au travers de son silence lorsque son fils lui rappelle qu’il doit être « aux affaires » de son Père. « Elle conservait toutes ces choses en son cœur ». C’est du cœur que partent toute action et tout comportement de notre existence, toute connaissance réelle de ce que nous vivons.

Chacun de nous reçoit aussi, chaque jour, l’Annonciation, par la grâce de Dieu. Comment l’accueillons-nous ? Accueillir, c’est se laisser quelqu’un prendre place dans notre propre vie. Et là, c’est laisser Dieu prendre place, dans le silence, la crainte parfois, la joie aussi.

Marie n’est plus seule avec elle-même quand l’ange la quitte. Dieu est désormais en sa virginité, elle est enceinte, ceinte par Dieu lui-même. Celle qui avait offert l’abandon de sa fécondité, reçoit, en toute liberté, le don de la vie qui se féconde en elle au rythme des jours : « Que tout se passe pour moi selon ta parole. »

1ère lecture : La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S 7, 1-5.8b-12.14a.16)

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. » Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. » – Parole du Seigneur.

Psaume : 88 (89), 2-3, 4-5, 27.29

R/ Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante ! (cf. 88, 2a)

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge. Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux. « Avec mon élu, j’ai fait une alliance, j’ai juré à David, mon serviteur : J’établirai ta dynastie pour toujours, je te bâtis un trône pour la suite des âges. » « Il me dira : ‘Tu es mon Père, mon Dieu, mon roc et mon salut !’ Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle. »

2ème lecture : Le mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant manifesté (Rm 16, 25-27)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, à Celui qui peut vous rendre forts selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ : révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence, mystère maintenant manifesté au moyen des écrits prophétiques, selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen. – Parole du Seigneur.

Evangile : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. Alléluia. (Lc 1, 38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

Offices des fêtes de Noël

Mercredi 24 Décembre :

18 h à Notre-Dame : veillée et messe de la nuit

Minuit à Notre-Dame : messe solennelle de minuit

Jeudi 25 Décembre :

Messes du jour à 9 h à Saint-Louis et 10 h 30 à Notre-Dame

DIMANCHE 21 décembre 2014 – 4ème dimanche de l’Avent

1 ère lecture (2 S7 7,1-5.8b-12.14a.16) Psaume (Ps 88,4-5.27-30) 2 ème lecture (Rm 16,25-27)

Evangile (Lc 1,26-38)

Lundi 22 décembre : De la férie

Mardi 23 décembre : De la férie

Mercredi 24 décembre : De la férie

  • - Pour faire une démarche du sacrement de la réconciliation :

Mercredi de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h dans l’église Notre- Dame

Jeudi 25 décembre : Nativité du Seigneur, solennité

Vendredi 26 décembre : Saint Etienne

Samedi 27 décembre : Saint Jean

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens