Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 21:34

"Re-visiter notre baptême "
Le 22 février, le mercredi des Cendres ouvre le temps du Carême. Quarante jours pour préparer nos cœurs au moment essentiel de la vie chrétienne : la mort et la résurrection de Jésus, l'évènement pascal. Or, précisément, la première signification du Carême est d'être un temps liturgique en lien étroit avec Pâques.
Quand nous parlons du Carême viennent spontanément à notre esprit les mots de privations, partage, souci des plus pauvres. Ce n'est pas faux mais nous sommes dans l'ordre du « faire » et non pas de « l'être » et nous oublions le sens premier de ce temps : l'ultime préparation au baptême des catéchumènes. Nous avons chacun et tous ensemble à reprendre cet itinéraire . 
 
Le Carême et la liturgie du baptême
La constitution sur la Sainte liturgie (Sacrosanctum Concilium) aux numéros 109 et 110 précise ce qu'il en est du Carême : « Le double caractère du temps du Carême, à savoir que, surtout par la commémoration ou la préparation du baptême et par la pénitence, il invite plus instamment les fidèles à écouter la Parole de Dieu et à vaquer à la prière, et les dispose ainsi à célébrer le mystère pascal, ce double caractère, aussi bien dans la liturgie que dans la catéchèse liturgique, sera mis plus pleinement en lumière. »
La nuit de Pâques, nous renouvelons solennellement notre profession de foi et, donc, les promesses de notre baptême. Pendant le Carême nous avons à nous disposer le cœur pour ce renouvellement : aujourd'hui on dirait volontiers que le Carême est un temps donné pour « re-visiter » notre baptême et notre vie sacramentelle. Le premier dimanche est celui de l'appel décisif des catéchumènes qui depuis des mois sont entrés dans ce cheminement. L'évangile, dit simplement que Jésus a été tenté par Satan au désert. Nous aussi, pouvons prendre conscience de notre propre situation face à la puissance de Satan et de l'appel du Seigneur exprimé à l'imposition des cendres :  « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». Jusqu'à Pâques le catéchumène va vivre les rites pour être fortifié dans le Seigneur. Les « scrutins » (origine : fouiller, faire sortir) sont les appels à suivre le Christ à travers le combat spirituel, les résistances à la conversion et s'appuient sur trois évangiles : la Samaritaine, l'aveugle-né, la résurrection de Lazare. Ensuite le rite de la « redditio » (la remise) du symbole de la foi rappelle que le Credo est fait pour être proclamé et transmis. « Effata » dit le célébrant en reprenant le geste de Jésus dans l'évangile parce que le chrétien entend la Parole de Dieu et la proclame.
L'onction d'huile des catéchumènes signifie que la force du Christ agit dans la faiblesse et qu'elle triomphe du mal. Alors le catéchumène, la nuit de Pâques, peut « renaître de l'eau et de l'Esprit ». 
 
Le Carême et la pénitence
La Constitution sur la liturgie donne en deuxième point à propos du Carême l'invitation à approfondir la catéchèse sur le péché comme offense à Dieu mais aussi dans ses conséquences sociales. La pratique de la pénitence est liée au baptême. Le baptême est le sacrement fondamental du pardon des péchés, il est « la première pénitence ». Mais il n'est célébré qu'une fois. Or, les baptisés que nous sommes connaissent le péché sans cesse et nous avons besoin du sacrement de la réconciliation. Le concile Vatican II n'a pas supprimé le sacrement de la réconciliation, il a voulu, au contraire, que nous en retrouvions la nécessité et la grandeur parce qu'il renouvelle en nous la grâce du baptême. Il ne faut pas s'étonner de voir que la vie dans le Christ s'étiole quand on ne se confesse plus : la vie nouvelle dans le Christ ne passe plus en nous.
 
Le temps du Carême est donc un temps de grâce pour redécouvrir la liturgie baptismale et pour la déployer dans nos célébrations. Dans le même temps, nous retrouvons le chemin de la réconciliation car ce sacrement est, comme le rappelle le Concile, lié au baptême et à l'eucharistie à laquelle il prépare. Chaque année, le Carême et Pâques sont un pèlerinage à la source baptismale de notre vie chrétienne : c'est une re-naissance.    

                           

     Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban 
 
  
 
L'étonnement, l'opposition et l'adhésion
7ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 43,18-19.21-22.24c-25) Psaume (Ps 40,2-6.11-13) 2ème lecture (Co 1,18-22) Evangile (Mc 2,1-12)
 
En affirmant qu'il a le pouvoir de remettre les péchés et de les remettre, dès aujourd'hui, là à Capharnaüm alors qu’il guérit un paralysé, Jésus fait comprendre clairement aux scribes qui il est. Puis il se tourne vers l'infirme : « A toi, je dis, lève-toi. » Ces guérisons ne sont pas destinées à affirmer sa messianité et sa divinité. Elles sont faites d'abord par amour et pour le salut des hommes, parce qu'il en a le droit et le pouvoir.
Le paralysé ne se le fait pas répéter deux fois. Il se lève. Ou plutôt, note saint Marc, il se dresse d'un bond, comme sans réfléchir, et traverse la foule qui, tout à l'heure, l'avait empêchée de rentrer. Il emporte avec lui la preuve du miracle en emportant son brancard. Tous en sont stupéfaits. Mais tous n'en tirent pas les mêmes conclusions. Les uns commencent leur long cheminement d'opposition à la mission de Jésus. Les autres rendent gloire à Dieu.
Devant les faits et gestes de Dieu dans notre monde et dans notre vie, nous répondons avec des réactions semblables, positives ou négatives. Il nous faut dépasser les coutumes et les habitudes pour rejoindre le cœur de Dieu et admettre la réalité aimante des décisions de Dieu même quand elles nous bousculent. En renouvelant notre regard sur la vie et en les éclairant de la clarté de la Parole de Dieu, nous pourrons ainsi nous laisser entraîner dans la vie divine, par sa grâce qui est issue de son amour pour nous.
C'est ce qu'exprime d'une autre manière Isaïe 43,19 : dans le désert de nos cœurs, Dieu fait passer une route pour nous conduire à lui. Dans la sécheresse de nos cœurs, il fait jaillir des fleuves de grâce. Ce qu'il attend de nous en réponse, ce n'est pas seulement un silence admiratif, une simple pensée de reconnaissance, une simple satisfaction personnelle. Il attend que notre réponse soit une recherche pour le rejoindre dans une inlassable recherche du chemin apte à le rejoindre, avec nos frères dont nous portons le grabat et le brancard, au travers l'obstacle de la foule et de la toiture. Il attend nos audaces pour accomplir des actes positifs à la louange de sa gloire, puisque, malgré nos infirmités spirituelles, il nous donne cette possibilité de nous lever, de nous dresser et de marcher. 
 
     
  
1ère lecture : Dieu pardonne les péchés d'Israël (Is 43, 18-19.21-22.24c-25)

 


Lecture du livre d'Isaïe
Parole du Seigneur : Ne vous souvenez plus d'autrefois, ne songez plus au passé. Voici que je fais un monde nouveau : il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer une route dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Ce peuple que j'ai formé pour moire dira ma louange. Toi, Jacob, tu ne m'avais pas appelé, tu ne t'étais pas fatigué pour moi, Israël ! Par tes péchés tu m'as traité comme un esclave, par tes fautes tu m'as fatigué. Mais moi, oui, moi, je pardonne tes révoltes, à cause de moi-même, et je ne veux plus me souvenir de tes péchés. 
 
Psaume : Ps 40, 2-3a.4a, 5-6, 11a.12a.13 
 
R/ Guéris mon âme, Seigneur, car j'ai péché contre toi
Heureux qui pense au pauvre et au faible : le Seigneur le sauve au jour du malheur ! Il le protège et le garde en vie, Il le soutient sur son lit de souffrance. J'avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur, guéris-moi, car j'ai péché contre toi ! » Mes ennemis me condamnent déjà : « Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? » Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi, et je saurai que tu m'aimes. Dans mon innocence tu m'as soutenu et rétabli pour toujours devant ta face. 
 
2ème lecture : Le « oui » du Christ commande notre loyauté (2Co 1, 18-22)
 
Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, j'en prends à témoin le Dieu fidèle : le langage que nous vous parlons n'est pas à la 5+ fois « oui » et « non ». Le Fils de Dieu, le Christ Jésus, que nous avons annoncé parmi vous, Silvain, Timothée et moi, n'a pas été à la fois « oui » et « non » ; il n'a jamais été que « oui ». Et toutes les promesses de Dieu ont trouvé leur « oui » dans sa personne. Aussi est-ce par le Christ que nous disons « amen », notre « oui », pour la gloire de Dieu. Celui qui nous rend solides pour le Christ dans nos relations avec vous, celui qui nous a consacrés, c'est Dieu ; il a mis sa marque sur nous, et il nous a fait une première avance sur ses dons : l'Esprit qui habite nos cœurs. 
 
Evangile : Guérison d'un paralysé, signe du pardon des péchés(Mc 2, 1-12) 
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur a envoyé Jésus, son Serviteur, porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres. Alléluia.
(cf. Lc 4,18ab)
 
Évangile de Jésus-Christ selon Saint-Marc
 
Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu'il était à la maison. Tant de monde s'y rassembla qu'il n'y avait plus de place, même devant la porte. Il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l'approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés. » Or, il y avait dans l'assistance quelques scribes qui raisonnaient en eux-mêmes : « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu'ils faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenir de tels raisonnements ? Qu'est-ce qui est le plus facile ? De dire au paralysé : 'Tes péchés sont pardonnés', ou bien de dire : 'Lève-toi, prends ton brancard et marche' ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l'ordonne, dit-il au paralysé : Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. » L'homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient stupéfaits et rendaient gloire à Dieu, en disant: « Nous n'avons jamais rien vu de pareil. » 
 
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  19 FEVRIER 2012 – 7ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 43,18-19.21-22.24c-25) Psaume (Ps 40,2-6.11-13) 2ème lecture (Co 1,18-22) Evangile (Mc 2,1-12)
 
 Lundi 20 février 2012  : De la férie
 Mardi 21 février  : De la férie
 Mercredi 22 février  : Jour de jeûne et d’abstinence – Cendres 
 
MERCREDI DES CENDRES – ENTREE EN CAREME
 
Messe à 9 h à l’église Saint-Louis 
Messe à 19 h 30 à l’église Notre-Dame 
 
 Jeudi 23 février à 21 h  : De la férie
 Vendredi 24 février  : De la férie
 Samedi 25 février  : De la férie


DIMANCHE  26 FEVRIER 2012 – Premier dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 9,8-15) Psaume (Ps 24, 4-9) 2ème lecture (1P 3,18-22) Evangile (Mc 1,12-15)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame   
 
Mercredi 14 mars à 20 h 30 concert dans l’église Notre-Dame. Gloria, motet pour voix, concerto pour deux trompettes de Vivaldi ; messe de Rheinberger

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 17:13

Qu'est-ce que le Dimanche de la Santé et la Journée Mondiale des Malades ?

 
Depuis 1992, l'Eglise Universelle célèbre tous les 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes, la Journée Mondiale des Malades. Celle-ci se décline dans les diocèses français en un Dimanche de la Santé, qui est l'occasion de rappeler que l'accompagnement des personnes souffrantes est une priorité évangélique, mais aussi de sensibiliser chacun pour préserver le don de la santé.
 
« Sur le visage de chaque être humain, encore davantage s'il est éprouvé et défiguré par la maladie, brille le visage du Christ »
Instituée par Jean-Paul II en 1992, la Journée Mondiale des Malades est célébrée  tous les 11 février,  jour anniversaire des apparitions de Marie à Lourdes, lieu de guérison des corps et des cœurs.
 
Le 11 février 2007, à l'issue de la messe célébrée à l'occasion de la quinzième Journée Mondiale des Malades, le pape Benoît XVI a décrit la nature de cette journée en ces termes : « Et c'est précisément à nos frères particulièrement éprouvés que la Journée mondiale des Malades d'aujourd'hui consacre son attention. C'est à eux que nous voudrions communiquer la proximité matérielle et spirituelle de la communauté chrétienne tout entière. Il est important de ne pas les laisser dans l'abandon et dans la solitude, alors qu'ils doivent affronter un moment aussi délicat de leur vie. » 
 
Benoît XVI a souligné à cette occasion l'action des professionnels de la santé qui, avec patience et amour, mettent au service des malades leurs compétences professionnelles et leur chaleur humaine : « Je pense aux médecins, aux infirmiers, aux agents de la santé, aux volontaires, aux religieux et aux religieuses, aux prêtres qui se prodiguent pour eux sans s'épargner, comme le Bon Samaritain, sans prendre en considération leur condition sociale, la couleur de leur peau ou leur appartenance religieuse, mais seulement ce dont ils ont besoin. Sur le visage de chaque être humain, encore davantage s'il est éprouvé et défiguré par la maladie, brille le visage du Christ, qui a dit: "Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25, 40). » 
 
  
Jésus a pitié de lui
6ème dimanche du temps ordinaire 
 
1ère lecture (Lv 13, 1-2.45-46) Psaume (Ps 101,2-6.13.20-21) 2ème lecture (Co 10,31-11,1) Evangile (Mc 1,40-45)
 
 
A l’époque de Jésus, la lèpre était une source de répulsion et même de terreur. Pour les juifs, le lépreux était un pécheur et le verset 43 le rappelle. Or, ci, cet homme a bravé l’interdit qui l’excluait de la communauté et ne lui permettait aucun contact avec qui que ce soit. Il est entré dans la maison où se trouve Jésus. Il est au milieu des auditeurs.
Ce qui l’a décidé à enfreindre cette loi très stricte, c’est qu’il est malheureux et n’a qu’une espérance : la bonté de celui dont il a entendu déjà tant de merveilles. Il compte sur sa puissance : »Si tu le veux, tu peux me guérir. »
Jésus se trouve devant cet homme, et, dans le même temps, à out ce qui l’exclut de la société. Dans les scènes antérieures, rapportées par saint Marc, il y est fait mention soit de la privation de la liberté physique, comme la maladie qui empêche la belle-mère de Pierre de rendre service, soit de la liberté spirituelle comme la possession d’un esprit mauvais. Dans les deux cas, cette maladie ou cette possession sont nettement distinguées du mal qui habite le cœur de l’homme.
Par contre, pour la lèpre, il en était autrement, puisqu’elle est la conséquence du péché, selon la loi juive. A l’occasion de la guérison du paralytique, saint Marc nous dira clairement que Jésus a tout pouvoir contre le péché. Ce sera la lecture de dimanche prochain. Aujourd’hui il le démontre en affrontant cette double exclusion physique et spirituelle et en réintégrant le lépreux dans le peuple de Dieu.
Il a pitié de cet homme, comme il a pitié de tout homme qui vit hors de la communauté des enfants de Dieu.
C’est là son œuvre de salut. « Il est venu pour que la multitude des hommes soient sauvée. » (1 Cor. 10. 33) L’amour peut tout, chantera saint Paul dans son hymne à la charité. Saint Marc note ce sentiment intime de Jésus que seul un témoin a pu remarquer, parce que celui qui lui a rapporté l’épisode était présent dans la maison, saint Pierre dont Marc est l’évangéliste. 
 
 
1ère lecture : La loi ancienne sur les lépreux (Lv 13, 1-2.45-46)
Lecture du livre des Lévites
Le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Quand un homme aura sur la peau une tumeur, une inflammation ou une tache, qui soit une marque de lèpre, on l'amènera au prêtre Aaron ou à l'un des prêtres ses fils. Le lépreux atteint de cette plaie portera des vêtements déchirés et les cheveux en désordre, il se couvrira le haut du visage jusqu'aux lèvres, et il criera : 'Impur ! Impur !' Tant qu'il gardera cette plaie, il sera impur. C'est pourquoi il habitera à l'écart, sa demeure sera hors du camp. »

 


Psaume : Ps 101, 2-3ab, 4-5, 6.13, 20-21
R/ N'oublie pas, Seigneur, le cri des malheureux
Seigneur, entends ma prière : que mon cri parvienne jusqu'à toi ! Ne me cache pas ton visage le jour où je suis en détresse ! Mes jours s'en vont en fumée, mes os comme un brasier sont en feu ; mon cœur se dessèche comme l'herbe fauchée, j'oublie de manger mon pain. À force de crier ma plainte, ma peau colle à mes os. Mais toi, Seigneur, tu es là pour toujours ; d'âge en âge on fera mémoire de toi. Des hauteurs du sanctuaire, le Seigneur s'est penché ; du ciel, il regarde la terre pour entendre la plainte des captifs et libérer ceux qui devaient mourir. 
 
2ème lecture : Ne scandaliser personne (1Co 10, 31-33; 11, 1)
Lecture de la première lettre de Saint-Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères,  tout ce que vous faites : manger, boire, ou n'importe quoi d'autre, faites-le pour la gloire de Dieu. Ne soyez un obstacle pour personne, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni pour l'Église de Dieu. Faites comme moi : en toutes circonstances je tâche de m'adapter à tout le monde ; je ne cherche pas mon intérêt personnel, mais celui de la multitude des hommes, pour qu'ils soient sauvés. Prenez-moi pour modèle ; mon modèle à moi, c'est le Christ. 
 
Evangile : Guérison d'un lépreux (Mc 1, 40-45) 
 Acclamation : Alléluia. Alléluia. Un grand prophète s'est levé parmi nous : Dieu a visité son peuple. Alléluia. (Lc 7, 16)
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
Un lépreux vient trouver Jésus ; il tombe à ses genoux et le supplie : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Pris de pitié devant cet homme, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l'instant même, sa lèpre le quitta et il fut purifié. Aussitôt Jésus le renvoya avec cet avertissement sévère : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne pour ta purification ce que Moïse prescrit dans la Loi : ta guérison sera pour les gens un témoignage. » Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte qu'il n'était plus possible à Jésus d'entrer ouvertement dans une ville. Il était obligé d'éviter les lieux habités, mais de partout on venait à lui. 
 
 
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  12 FEVRIER 2012 – 6ème dimanche du temps ordinaire
 
1ère lecture (Lv 13, 1-2.45-46) Psaume (Ps 101,2-6.13.20-21) 2ème lecture (Co 10,31-11,1) Evangile (Mc 1,40-45)
A 10 h 30 à Notre-Dame : Célébration de Confirmation présidée par notre Evêque Monseigneur Pascal DELANNOY 


  Lundi 13 février 2012  : De la férie 
  Mardi 14 février  : Saint-Cyrille 
  Mercredi 15 février  : De la férie 
 Jeudi 16 février à 21 h  : De la férie 
 Vendredi 17 février  : De la férie 
 Samedi 18 février  : De la férie
  9 h : messe suivie de l’adoration du Saint-Sacrement  de 9 h 30 à 12h
 
DIMANCHE  19 FEVRIER 2012 – 7ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 43,18-19.21-22.24c-25) Psaume (Ps 40,2-6.11-13) 2ème lecture (Co 1,18-22) Evangile (Mc 2,1-12)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis  
Messe à 10 h 30 à Notre-Dame  

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 16:38

Le Messager du mois de février 2012 est consultable en cliquant sur le lien suivant :

 

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/164198062520200784/Le_Messager_fevrier_2012.pdf

 

 

 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Le Messager en ligne
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 15:34

Trois rendez-vous proposés :
 
* La retraite dans la vie du 8 Mars au 14 Avril 2012 :
- un temps quotidien de prière avec la Parole de Dieu chez soi
- un accompagnement hebdomadaire personnel pendant 5 semaines
- une soirée de partage et d’enseignement à la Maison Diocésaine, 
(6 avenue Pasteur Bondy) les jeudis 8,15, 22,29 Mars de 20h30 à 22h
- une journée à la paroisse St-André de Montreuil (57 rue Voltaire, Montreuil, M° Robespierre) le Samedi 14 Avril de 9h30 à 17 h.  
Fiche d’inscription au fond de l’église jusqu’au 2 Mars
 
* Pèlerinage à Lourdes des ainés de la région parisienne du 26 au 30 Mars, voyage en train (coût estimé à 440 €). Les inscriptions devront parvenir au plus vite à la paroisse ou auprès de Denise Ronssin.
 
* Pèlerinage diocésain à Lourdes présidé par Mgr Delannoy du 15 au 21 Mai (malades) et du 16 au 21 Mai pour les valides 
                            « Avec Bernadette, prier le chapelet »
Tracts sur les tables au fond de l’église, s’inscrire au plus tôt. 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 15:17


 
Le temps de la prière
5ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146, 1.3-7) 2ème lecture (Co 9,16-19.22-23) Evangile (Mc 1,29-39) 
 
Jésus s’est reposé. Il connaît les limites de ses forces. Parfois même les apôtres doivent le tirer violemment de son sommeil alors que la tempête s’est levée sur le lac et qu’ils ont peur de sombrer. Il commence à prier alors qu’il fait encore nuit. Il prie avant l’aube jusqu’à l’heure où se lève la lumière. C’est déjà toute une leçon. La première heure est à Dieu son Père. Il a quitté la maison de la belle-mère de Pierre et s’est rendu, solitaire, dans un lieu calme et silencieux. Sa prière a besoin de cette dimension. Dans le même temps, il ne veut pas déranger ceux qui dorment encore. Il ne veut pas non plus que cet instant privilégié de tête-à-tête avec son Père puisse être interrompu par la présence indiscrète d’un apôtre matinal ou par les faits et gestes de la ménagère aux premières heures. Cette attitude de Jésus doit nous être un exemple. En fait il n’est pas totalement solitaire, replié sur lui-même comme le sont les adeptes de certaines sagesses orientales. Il ne quitte le cadre de sa vie active que pour entrer en relation avec son Père. Nous en savons le contenu puisqu’il l’a révélé à ses apôtres au soir du Jeudi-Saint (Jean 17). C’est une prière d’adoration et de jubilation : « Je te rends grâce, Père ! »
Nous, nous estimons que nous avons tellement de choses à demander, et surtout à obtenir, que nous en devenons très bavards. Il nous est alors difficile de nous laisser imprégner de cette présence divine. Nous pourrions entrer pleinement dans l’intimité de Dieu, si nous savions sortir de nous-mêmes, de nos préoccupations, de nos habitudes où s’enlise notre personnalité d’enfants de Dieu. « Il sortit et il alla dans un endroit désert. »
  La prière de Jésus ne le détache pas du monde des hommes. Son humanité entière leur est consacrée.  De ce fait,  sa prédication n’est ni fade ni doucereuse. Elle est le cri de la Vérité, même quand il parle paisiblement, calmement, amicalement. Il impressionne par la qualité de ses affirmations  (l’autorité dont nous parlions la semaine dernière) et non par sa véhémence.  Parler de son Père est une nécessité qui s’impose à lui, comme elle s’impose à ses disciples : « C’est pour cela que je suis sorti. » « C’est une nécessité qui s’impose à moi ! » s’écrira Saint -Paul aux Corinthiens dans la lecture de ce dimanche. De ce fait, le message dont nous sommes porteurs ne peut rester ignoré.  Nous aussi, nous avons à faire entendre la Vérité, mais sans nous mettre à part, ni au-dessus, ni différents. Nous avons à être tout à tous, parlant de Dieu d’une manière directe et simple, vivant avec les hommes nos frères. 
 
  
 
1ère lecture : Détresse de l'homme qui souffre (Jb 7, 1-4.6-7)
Lecture du livre de Job

 
Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l'homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l'esclave qui désire un peu d'ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n'y ai gagné que du néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis :'Quand pourrai-je me lever ?' Le soir n'en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu'à l'aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s'achèvent quand il n'y a plus de fil.Souviens toi, Seigneur : ma vie n'est qu'un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur.» 
 
Psaume : Ps 146, 1.3, 4-5, 6-7 
 
R/ Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures !
Il est bon de fêter notre Dieu, il est beau de chanter sa louange : il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures. Il compte le nombre des étoiles, il donne à chacune un nom ; il est grand, il est fort, notre Maître : nul n'a mesuré son intelligence. Le Seigneur élève les humbles et rabaisse jusqu'à terre les impies. Entonnez pour le Seigneur l'action de grâce, jouez pour notre Dieu sur la cithare ! 
 
2ème lecture : L'Apôtre se fait tout à tous (1Co 9, 16-19.22-23) 
 
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, si j'annonce l'Évangile, je n'ai pas à en tirer orgueil, c'est une nécessité qui s'impose à moi ; malheur à moi si je n'annonçais pas l'Évangile !Certes, si je le faisais de moi-même, je recevrais une récompense du Seigneur. Mais je ne le fais pas de moi-même, je m'acquitte de la charge que Dieu m'a confiée. Alors, pourquoi recevrai-je une récompense ? Parce que j'annonce l'Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, ni faire valoir mes droits de prédicateur de l'Évangile. Oui, libre à l'égard de tous, je me suis fait le serviteur de tous afin d'en gagner le plus grand nombre possible. J'ai partagé la faiblesse des plus les faibles, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l'Évangile, pour bénéficier, moi aussi, du salut. 
 
Evangile : Une journée de Jésus au milieu des malades (Mc 1, 29-39) 
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus a pris sur lui notre faiblesse, il s'est chargé de nos douleurs. Alléluia. (cf. Mt 8, 17)
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En quittant la synagogue, Jésus, accompagné de Jacques et de Jean, alla chez Simon et André.Or, la belle-mère de Simon était au lit avec de la fièvre. Sans plus attendre, on parle à Jésus de la malade. Jésus s'approcha d'elle, la prit par la main, et il la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous les malades, et ceux qui étaient possédés par des esprits mauvais. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit toutes sortes de malades, il chassa beaucoup d'esprits mauvais et il les empêchait de parler, parce qu'ils savaient, eux, qui il était. Le lendemain, bien avant l'aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche. Quand ils l'ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche.» Mais Jésus leur répond : « Partons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle ; car c'est pour cela que je suis sorti. »Il parcourut donc toute la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues, et chassant les esprits mauvais. 
 
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  5 FEVRIER 2012 – 5ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146, 1.3-7) 2ème lecture (Co 9,16-19.22-23) Evangile (Mc 1,29-39) 
 Lundi 6 février 2012  : Les martyrs du Japon 
 Mardi 7 février   : De la férie 
 Mercredi 8 février  : Saint-Jérôme 
 Jeudi 9 février à 21 h  : De la férie 
 Vendredi 10 février  : Sainte-Scholastique 
 20 h 30 - 22 h : Veillée d’adoration du Saint-Sacrement et de réconciliation en présence des confirmands et de leurs familles à l’église Notre-Dame
 Samedi 11 février  : Journée mondiale des malades  
9 h 30 – 12 h : Matinée de formation pour les laïcs en responsabilité « Notre vocation baptismale » 
 
DIMANCHE  12 FEVRIER 2012 – 6ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Lv 13, 1-2.45-46) Psaume (Ps 101,2-6.13.20-21) 2ème lecture (Co 10,31-11,1) Evangile (Mc 1,40-45)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à Saint-Louis  
A 10 h 30 à Notre-Dame : Célébration de Confirmation présidée par notre Evêque Monseigneur Pascal DELANNOY

 

 

Trois rendez-vous proposés :
 
* La retraite dans la vie du 8 Mars au 14 Avril 2012 :
- un temps quotidien de prière avec la Parole de Dieu chez soi
- un accompagnement hebdomadaire personnel pendant 5 semaines
- une soirée de partage et d’enseignement à la Maison Diocésaine, 
(6 avenue Pasteur Bondy) les jeudis 8,15, 22,29 Mars de 20h30 à 22h
- une journée à la paroisse St-André de Montreuil (57 rue Voltaire, Montreuil, M° Robespierre) le Samedi 14 Avril de 9h30 à 17 h.  
Fiche d’inscription au fond de l’église jusqu’au 2 Mars
 
* Pèlerinage à Lourdes des ainés de la région parisienne du 26 au 30 Mars, voyage en train (coût estimé à 440 €). Les inscriptions devront parvenir au plus vite à la paroisse ou auprès de Denise Ronssin.
 
* Pèlerinage diocésain à Lourdes présidé par Mgr Delannoy du 15 au 21 Mai (malades) et du 16 au 21 Mai pour les valides 
                            « Avec Bernadette, prier le chapelet »
Tracts sur les tables au fond de l’église, s’inscrire au plus tôt. 
 
CAMPAGNE DENIER 2012

 
«  Donner à l’Eglise est un moyen de signifier son appartenance et l’intérêt que
l’on accorde à sa mission »  Monseigneur Pascal Delannoy, Evêque de Saint-Denis.
 
COMBIEN DONNER ?  : Vous pouvez par exemple donner l'équivalent de 1% de vos revenus annuels, ou encore 10 % de votre impôt, ou bien la valeur de 2 ou 3 journées de travail. De plus, si vous êtes imposables, vous pouvez déduire 66 % de votre don du montant de votre impôt. Ainsi, en donnant  200 €, vous bénéficiez, si vous êtes imposables, d'une remise d'impôt de 132 €, et votre don vous revient en fait à 68 €.

 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 19:04

Voici un nouveau rendez-vous sur la paroisse
 
- pour apprendre et approfondir le message de la foi chrétienne (ou, et)
- pour dialoguer avec des chrétiens sur des questions de foi (ou, et)
- pour recevoir un petit enseignement sur des grandes questions de la foi (ou, et)
- pour se préparer, comme adulte, à un sacrement d’initiation chrétienne (baptême, eucharistie, confirmation)
 
 Premier rendez-vous :
 
Lundi 30 Janvier 2012 à 20h30- 22h15
Salle Pierre Lefeuvre
4 allée de Verdun
 
 
Les rendez-vous suivants auront lieu les :
 
- Vendredi 9 mars 2012
- Mardi 27 mars
- Jeudi 3 mai

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 18:50

Et voici qu'est annoncé un nouveau Moïse :" un prophète comme toi." Le Seigneur lui mettra ses propres paroles dans sa bouche, il sera la parole même de Dieu. Si quelqu'un ne l'écoute pas, cela aura des conséquences graves : moi-même, je lui en demanderai compte. Refuser ce prophète, c'est refuser Dieu.
Le prophète prête sa bouche, sa voix, à Dieu lui-même. . D'une certaine façon, il est dans l'impossibilité vitale de dire autre chose que la Parole de Dieu. Sa vie est une vie totalement dépendante de Dieu. Par ce passage du Deutéronome, la liturgie nous fait lire ce texte qui est comme le prélude à la manifestation publique de Jésus, plus grand que Moïse : "Il enseigne avec autorité », il est le » Saint de Dieu" (évangile). 
 
 Voici un nouveau rendez-vous sur la paroisse 

- pour apprendre et approfondir le message de la foi chrétienne (ou, et)
- pour dialoguer avec des chrétiens sur des questions de foi (ou, et)
- pour recevoir un petit enseignement sur des grandes questions de la foi (ou, et)
- pour se préparer, comme adulte, à un sacrement d’initiation chrétienne (baptême, eucharistie, confirmation)
 
 Premier rendez-vous :
 
Lundi 30 Janvier 2012 à 20h30- 22h15
Salle Pierre Lefeuvre
4 allée de Verdun 
 
 
Les rendez-vous suivants auront lieu les :
 
- Vendredi 9 mars 2012
- Mardi 27 mars
- Jeudi 3 mai 
 
  
 
 
Mais quel est cet homme qui parle avec autorité ?
4ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2ème lecture (Co 7,32-35) Evangile (1,21-28)
 
Jésus vient d'appeler les premiers disciples et ensemble ils pénètrent à Capharnaüm. Ils vont l'entendre enseigner, pour la première fois, à la synagogue, le lieu de réunion de la communauté à l'écoute de la Parole transmise par la Loi et les Prophètes.
 
 Plus qu'un scribe
 
La scène se centre sur Jésus qui enseigne avec autorité et se fait obéir d'un esprit impur, qu'il chasse. L'enseignement de Jésus est mis en contraste avec celui des scribes, pourtant spécialistes des Ecritures (1, 22). 
Il n'enseigne rien qui soit nouveau ou contraire à la doctrine. Ce n'est pas une doctrine nouvelle qu'il apporte. Ce qui est nouveau, c'est le ton d'autorité, une manière d'enseigner. Et dans le même temps, ce qui est nouveau, c'est son pouvoir sur les esprits mauvais : »Ils lui obéissent ». Jésus ne discute pas avec eux et coupe court à toute conversation.
Et là on retrouve la netteté des réponses au terme des quarante jours au désert. Jésus affirme et peut affirmer : « Il est la Vérité. »
Dans la synagogue de Capharnaüm, Jésus devance ainsi tous les enseignements convenus, comme le sont ceux des scribes. Il n'en reste pas à un commentaire. Par sa Parole, il rejoint l'être humain dans sa plénitude du bien possible et du mal vécu.
Le texte qui nous transmet la Parole de Dieu doit nous donner de rejoindre l'être divin dans la plénitude de sa pensée et de son amour vécu.
 
 Plus qu'un prophète
 
Dans le texte de l'Ancien Testament que la liturgie de l'Église place en première lecture, le Deutéronome, il nous est rappelé que le Christ se situe par-delà les prophètes.
Moïse était considéré comme le plus grand des prophètes ; plus qu'un prophète même car il était l'intermédiaire, le médiateur entre Dieu et le peuple. Mais il avait peur de la révélation directe de Dieu : "je ne veux plus voir cette flamme divine à l'approche mortelle." (Suite page 4) 
 
                                                           
 
1ère lecture : Moïse annonce le prophète des temps à venir (Dt 18, 15-20)
 
Lecture du livre du Deutéronome
Moïse dit au peuple d'Israël : « Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l'écouterez. C'est bien ce que vous avez demandé au Seigneur votre Dieu, au mont Horeb, le jour de l'assemblée, quand vous disiez : 'Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, je ne veux plus voir cette grande flamme, je ne veux pas mourir !'  Et le Seigneur me dit alors : « 'Ils ont raison. Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. Si quelqu'un n'écoute pas les paroles que ce prophète prononcera en mon nom, moi-même je lui en demanderai compte. Mais un prophète qui oserait dire en mon nom une parole que je ne lui aurais pas prescrite, ou qui parlerait au nom d'autres dieux, ce prophète-là mourra. » 
 
Psaume : Ps 94, 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9 
 
R/ Aujourd'hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur.
Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut ! Allons jusqu'à lui en rendant grâce, par nos hymnes de fête acclamons-le ! Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu'il conduit. Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? « Ne fermez pas votre cœur comme au désert, où vos pères m'ont tenté et provoqué, et pourtant ils avaient vu mon exploit. » 
 
2ème lecture : La virginité pour le Seigneur (1Co 7, 32-35)


Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, j'aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n'est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur. Celui qui est marié a le souci des affaires de cette vie, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé. La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur ; elle veut lui consacrer son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de cette vie, elle cherche comment plaire à son mari. En disant cela, c'est votre intérêt à vous que je cherche ; je ne veux pas vous prendre au piège, mais vous proposer ce qui est bien, pour que vous soyez attachés au Seigneur sans partage. 
 
Evangile : Jésus est le Prophète qui enseigne avec autorité (Mc 1, 21-28) 
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le Seigneur notre Dieu : sur ceux qui habitent les ténèbres, il a fait resplendir sa lumière. Alléluia. (cf. Lc 1, 68.79)
 
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier :« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. »Jésus l'interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme. »L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri. Saisis de frayeur, tous s'interrogeaient : « Qu'est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. »Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée. 
 
 
 
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  29 JANVIER 2012 – 4ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9) 2ème lecture (Co 7,32-35) Evangile (1,21-28)
Samedi 28 et dimanche 29 : Week-end de l’année Saul à Jouarre.
 Lundi 30 janvier 2012  : De la férie
20 h 30 : Soirée « KT » pour adultes (voir page 4), salle Pierre Lefeuvre
 Mardi 31 janvier  : Saint-Jean Bosco 
Mercredi 1er février  : De la férie 
 
Jeudi 2 février : Journée mondiale de la vie consacrée, Fête de la présentation du Seigneur au Temple
Messe à 9 h et à 19 h 30 à l’église Notre-Dame
 
 Jeudi 2 février à 21 h  : Réunion de l’Equipe d’Animation Paroissiale au presbytère
 Vendredi 3 février  : De la férie
 Samedi 4 février   : De la férie  
17 h 30 : Assemblée KT et messe des familles 
 
DIMANCHE  5 FEVRIER 2012 – 4ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jb 7,1-4.6-7) Psaume (Ps 146, 1.3-7) 2ème lecture (Co 9,16-19.22-23) Evangile (Mc 1,29-39)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à Saint-Louis  
Messe à 10h30 à Notre-Dame en présence des jeunes qui participent au FRAT de Lourdes
Pour les jeunes : déjeuner et après-midi de préparation salle P. Lefeuvre
Dimanche 12 février à 10 h 30 : Célébration de Confirmation présidée par notre Evêque Monseigneur Pascal DELANNOY  
 
         
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 20:56

Message de Benoit XVI pour l’Unité des chrétiens lors de l’Audience du 18 Janvier  
 
Chers frères et sœurs, aujourd’hui nous entrons dans la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens. Ce rendez-vous spirituel annuel fait grandir la conscience que l’Unité vers laquelle nous tendons ne pourra être obtenue par nos seuls efforts, mais sera surtout un don reçu d’en haut, et à demander toujours.
Cette octave de prière veut « Être un cri unanime de tout le Peuple chrétien » qui demande à Dieu ce grand don ! En effet, la prière demeure la voie fondamentale et première pour parvenir à la pleine communion. Jésus lui-même a prié pour cette unité et l’a demandée à son Père avant sa Passion. Cette année, le thème de la Semaine est : « Tous nous serons transformés par la victoire de Jésus Christ, notre Seigneur ». Cette victoire ne passe ni par le pouvoir ni par la puissance. Elle est celle de l’amour, de l’entraide et du service mutuels. Nous pouvons donc devenir victorieux seulement si nous nous laissons transformer par Dieu en convertissant notre vie.
Chers amis, ayons conscience que le manque d’unité est un obstacle à l’annonce de l’Evangile ! L’unité pour laquelle nous prions demande que nous renforcions notre foi en Dieu, qui nous a parlé et s’est fait l’un de nous en Jésus. En vivant plus profondément avec le Christ, nous pourrons témoigner de lui autour de nous et faire grandir la communion dans la vérité et dans la charité. 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 20:48

Message de Benoit XVI pour l’Unité des chrétiens lors de l’Audience du 18 Janvier  
 
Chers frères et sœurs, aujourd’hui nous entrons dans la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens. Ce rendez-vous spirituel annuel fait grandir la conscience que l’Unité vers laquelle nous tendons ne pourra être obtenue par nos seuls efforts, mais sera surtout un don reçu d’en haut, et à demander toujours.
Cette octave de prière veut « Être un cri unanime de tout le Peuple chrétien » qui demande à Dieu ce grand don ! En effet, la prière demeure la voie fondamentale et première pour parvenir à la pleine communion. Jésus lui-même a prié pour cette unité et l’a demandée à son Père avant sa Passion. Cette année, le thème de la Semaine est : « Tous nous serons transformés par la victoire de Jésus Christ, notre Seigneur ». Cette victoire ne passe ni par le pouvoir ni par la puissance. Elle est celle de l’amour, de l’entraide et du service mutuels. Nous pouvons donc devenir victorieux seulement si nous nous laissons transformer par Dieu en convertissant notre vie.
Chers amis, ayons conscience que le manque d’unité est un obstacle à l’annonce de l’Evangile ! L’unité pour laquelle nous prions demande que nous renforcions notre foi en Dieu, qui nous a parlé et s’est fait l’un de nous en Jésus. En vivant plus profondément avec le Christ, nous pourrons témoigner de lui autour de nous et faire grandir la communion dans la vérité et dans la charité. 
 
  
Tous, nous serons transformés par la Victoire de notre Seigneur Jésus Christ.
(cf. 1 Co 15,51-58)
 
 L’apôtre Paul exprime la résurrection en termes de transformation de nos corps, “corps animés” appelés à devenir “corps spirituels”. Mais cette transformation concerne également certaines formes de vie ecclésiale dont nous sommes familiers. C’est en priant et en œuvrant pour la pleine unité visible de l’Église que nous serons nous-mêmes – ainsi que les traditions auxquelles nous appartenons – changés, transformés et rendus semblables au Christ. 
 
Au cours de la Semaine de prière 2012, nous sommes invités à croire toujours davantage que tous, nous serons transformés par la victoire de notre Seigneur Jésus Christ. Les lectures bibliques, les commentaires et les prières explorent différents aspects de ce que cela signifie pour la vie des chrétiens et pour leur unité, dans et pour le monde d’aujourd’hui. Nous commençons par contempler le Christ serviteur, et notre cheminement se poursuit jusqu’à la dernière célébration, celle du Règne du Christ, en passant par sa croix et sa résurrection. 
  
 
 
Venez à ma suite
3ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jon 3,1-5.) Psaume (Ps 24,4-9)) 2ème lecture (1 Co 7,29-31) Evangile (1,14-20)
 
La décision et la démarche des quatre premiers disciples sont dans la suite logique de ce revirement que le Christ demande, à eux comme à nous.
 
Pierre et André abandonnent leurs filets alors qu’ils sont en train de les lancer. S’il les appelle, c’est pour s’assurer le concours de quelques disciples ou plus exactement en faire des coopérateurs. Ce n’est pas seulement pour leur confier sa doctrine. Il appelle des pêcheurs qui jettent leurs filets, pour les faire devenir pêcheurs d’hommes qui lanceront ainsi la Parole de Dieu. Ils amèneront des hommes au point où Dieu les veut, aux rivages même de Dieu. L’évangéliste souligne dans le même temps, cette nécessaire progression qui sera demandée aux disciples tout au long de leur vie au service de l’Evangile, pour « devenir » : « Je ferai de vous … »
 
Jacques et Jean sont en train de réparer les filets avec leur père et des employés salariés. Il y a là un contraste que Marc a observé et qu’il souligne. Simon et André ont abandonné leurs filets. Jacques et Jean abandonnent leur père. Les deux fils le laissent avec des hommes qui travaillent non par amour filial et familial, mais pour un salaire. Marc d’ailleurs utilise le terme de « mercenaires » que nous traduisons par « salariés », ce qui n’est tout de même pas la même choses. Les deux fils « s’éloignèrent de leur Père ». Ils ne sont plus à ses côtés en se plaçant « derrière Jésus. »
 
Dans les deux cas, Jésus ne fait pas de longues démonstrations pour convaincre. Il n’a rien dit ni rien fait qui lui donnât de l’autorité sur ces quatre premiers disciples. Il peut mettre en mouvement leurs volontés. Il peut les ré-orienter les uns dans une autre situation de pêcheurs, les autres dans une autre situation de relations familiales. 
  
 
1ère lecture : A l'appel du prophète, les païens se convertissent (Jon 3, 1-5.10) 
 
Lecture du livre de Jonas
 
La parole du Seigneur fut adressée de nouveau à Jonas :« Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, prirent des vêtements de deuil. En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés. 
 
Psaume : Ps 24, 4-5ab, 6-7, 8-9 
 
R/ Fais-nous connaître tes chemins, Seigneur !
Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ; dans ton amour, ne m'oublie pas. Il est droit, il est bon, le Seigneur,  lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin. 
 
2ème lecture : Le monde passe : vivons ce temps pour le Seigneur (1Co 7, 29-31)


Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères,  je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s'ils n'avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s'ils ne pleuraient pas, ceux qui sont heureux, comme s'ils n'étaient pas heureux, ceux qui font des achats, comme s'ils ne possédaient rien, ceux qui tirent profit de ce monde, comme s'ils n'en profitaient pas. Car ce monde tel que nous le voyons est en train de passer. 
 
Evangile : Jésus invite les hommes à la conversion, et appelle ses premiers Apôtres (Mc 1, 14-20)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le règne de Dieu est venu jusqu'à vous ; croyez à la Bonne Nouvelle. Alléluia. (Mc 1, 15)
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Après l'arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait :« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » Passant au bord du lac de Galilée, il vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets : c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. » Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent. Un peu plus loin, Jésus vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient aussi dans leur barque et préparaient leurs filets. Jésus les appela aussitôt. Alors, laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, ils partirent derrière lui. 
 
 
CALENDRIER 
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  22 JANVIER 2012 – 3ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jon 3,1-5.10) Psaume (Ps 24,4-9)) 2ème lecture (1 Co 7,29-31) Evangile (1,14-20) 
 Lundi 23 janvier 2012  : De la férie
 Mardi 24 janvier  : Saint-François de Sales
 Mercredi 25 janvier  : De la férie
Jeudi 26 janvier  : Saint-Thimothée et Tite 
 Vendredi 27 janvier  : De la férie  
Samedi 28 janvier  : Saint-Thomas d’Aquin  
 
 
DIMANCHE  29 JANVIER 2012 – 4ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Dt 18,15-20) Psaume (Ps 94,1-2.6-9)) 2ème lecture (Co 7,32-35) Evangile (1,21-28)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à Saint-Louis  
Messe à 10h30 à Notre-Dame 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 19:58

"Les migrants et la nouvelle Evangélisation"
 "Les migrants et la nouvelle Evangélisation", c'est le thème que le Pape Benoît XVI propose à la réflexion de nos communautés ecclésiales pour cette 98ème journée mondiale du migrant et du réfugié. Ce thème prolonge ce que le Bienheureux Jean-Paul II écrivait dans son exhortation apostolique pour l'entrée dans le troisième millénaire : « Il ne s'agit pas d'inventer un nouveau programme. Le programme existe déjà : c'est celui de toujours, tiré de l'évangile et de la tradition vivante. Il est centré en dernière analyse, sur le Christ lui-même, qu'il faut connaître, aimer, imiter, pour vivre avec lui la vie trinitaire et pour transformer avec lui l'histoire jusqu'à son achèvement dans la Jérusalem céleste ».
 
Oui, notre programme est bien d'annoncer l'Evangile. L'avenir du christianisme dans la société actuelle passe par la redécouverte de la vigueur du message évangélique. Cette journée mondiale nous rappelle que le chrétien est « un homme en route », un pèlerin, un homme « en exode », celui qui, à l'appel de Dieu, comme Abraham, Moïse, comme les disciples de Jésus, se met en marche, poussé par l'Esprit, vers une terre qu'il ne connaît pas encore. Et le premier « oui » que nous puissions dire à Dieu, et finalement le plus profond et peut-être le plus exigeant, c'est de dire oui à la vie, en réponse à l'appel créateur qui passe par la croissance de l'homme, par sa grandeur, par sa vérité. A l'écoute de nombreux récits de vie de nos frères migrants et réfugiés nous découvrons, avec beaucoup de consolation, que bien des gens rencontrent Dieu très profondément, sans toujours le savoir et le soupçonner, en disant chaque matin oui à la vie, un oui qui n'est pas toujours évident mais qui est parfois héroïque.
 
Dans notre société où chacun a tendance à vivre isolé, il est évident que l'étranger ne peut devenir que l'objet d'une méfiance particulière. Figure de l'homme en route et du chrétien en marche vers le Royaume, l'étranger nous invite au respect de la personne humaine, indépendamment de ses origines ethniques et linguistiques et plus encore lorsque cette personne se trouve dans l'épreuve et la nécessité.
 
Benoît XVI dans l'encyclique Deus Caritas Est écrit : « Celui qui a besoin de moi et que je peux aider, celui-là est mon prochain. Le concept de prochain est universalisé et reste cependant concret. Bien qu'il soit étendu à tous les hommes, il ne se ré- duit pas à l'expression d'un amour générique et abstrait, qui en lui-même engage peu ; mais il requiert mon engagement concret ici et maintenant ».. C'est la raison pour laquelle l'Eglise garde vivant ce sens fort de solidarité et de coopération entre tous les peuples ; ceci peut servir de conscience critique dans l'engagement à réaliser un monde différent, où nous sommes tous appelés à promouvoir la prise de conscience que nous sommes tous membres d'une seule famille humaine, dans laquelle nous avons tous une responsabilité.
 
Tous ensembles, en communautés vivantes et missionnaires, nous pouvons faire reculer les drames de beaucoup de nos frères en humanité par des attitudes et des comportements responsables qui mettent en pratique les vérités que nous proclamons. La proposition de « diaconia 2013 » qui nous est faite peut nous aider à dépasser les a priori, les découragements, les déceptions, la solitude et parfois la peur. Mais quelle récompense lorsqu' advient la relation, la communication, l'amitié, l'évidence lu-mineuse de la proximité et de la fraternité.

 


Mgr Claude Schockert, Evêque de Belfort-Montbéliard, en responsabilité de la Pastorale des Migrants 
  

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens