Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:44

Extrait du discours d'ouverture de l'Assemblée plénière des évêques de France de mars 2012 
  
La question à laquelle nous sommes confrontés n’est plus un débat d’école sur le sens ou l’opportunité de la nouvelle évangélisation. Sur ce sujet, tout a été pensé et tout a été dit. Maintenant, il s’agit de le faire. Nous sommes invités à un travail de fond sur la mise en œuvre de la nouvelle évangélisation. Et, comme nous le savons, les premiers bénéficiaires de l’évangélisation sont ceux qui en ont reçu la mission. Par la nouvelle évangélisation, c’est d’abord nous-mêmes qui sommes entraînés à un nouvel accueil de la Bonne Nouvelle dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui. C’est dans la mesure où nous recevons l’Evangile de manière toujours nouvelle que nous pouvons réellement contribuer à son annonce.
 
L’Année de la Foi à laquelle nous sommes invités par le Pape ne vise pas seulement des initiatives diocésaines qui seront sans doute nombreuses ou une relance des mouvements d’évangélisation qui est toujours nécessaire. Elle est un appel adressé à chaque chrétien pour procéder en Église à une démarche de renouvellement de sa profession de foi. Ce renouveau concerne en même temps l’acte de liberté personnelle qui répond à l’appel de Dieu et le contenu spécifique de la foi chrétienne qui lui donne son identité propre. Il est le fondement de notre engagement dans la nouvelle évangélisation.
 
Dans notre pays de tradition chrétienne, la nouvelle évangélisation est souvent vécue comme un effort pour raviver chez beaucoup de nos contemporains la saveur de l’Evangile qu’ils ont souvent oubliée mais qui demeure comme une ressource latente. Cet appel adressé aux héritiers de la tradition chrétienne est souvent mieux entendu que nous ne l’imaginons. Et beaucoup des héritiers de cette tradition constituent les troupes des catéchumènes adultes et jeunes que nous accompagnons en ce temps de Carême. Mais la mobilité nouvelle des populations conduit dans notre pays des immigrés originaires d’autres traditions religieuses ou simplement des hommes de bonne volonté à qui la préoccupation religieuse est étrangère et qui ont ainsi une chance de découvrir chez nous une annonce de Jésus-Christ, même si elle est parfois maladroite ou insuffisante à nos propres yeux.
 
Les commencements de l’Église apostolique nous montrent que l’annonce du kérygme est indissociable des signes de l’amour de Dieu pour les hommes manifesté dans la vie des chrétiens. C’est notre capacité à servir nos frères qui attire leur attention sur le contenu de notre foi tel que nous pouvons le proposer dans une société sécularisée. Nous sommes bien convaincus que nos œuvres n’ajoutent rien à la splendeur de la vérité, mais nous savons aussi, comme nous le dit clairement l’épître de Jacques, que la foi sans les œuvres est inerte et imperceptible. C’est pourquoi, au cours des siècles l’élan missionnaire de l’Église a été constamment illustré par l’engagement des chrétiens dans les combats de ce monde. La préparation du rassemblement Diaconia 2013 est pour nous une occasion de nous rappeler le lien étroit qui unit la foi et la charité.
 
C’est dans cette tradition d’une confession de foi mise en pratique dans toutes les conditions de la vie quotidienne que s’est enracinée dans notre pays une vigueur missionnaire magnifique dans les deux siècles écoulés. La puissance de l’Esprit a suscité des hommes et des femmes capables de rendre témoignage à l’Évangile dans toutes les circonstances. Nous sommes les héritiers de ce dynamisme missionnaire incarné dans le quotidien au plus près de la vie des hommes. Notre mission aujourd’hui est de lui donner corps dans les circonstances actuelles qui ne sont plus celles du XIX° siècle, ni même du XX°.(…) 

 


    Monseigneur Vingt-Trois, archevêque de Paris
    Président de la Conférence des évêques de France 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:39

Extrait du discours d'ouverture de l'Assemblée plénière des évêques de France de mars 2012 
  
La question à laquelle nous sommes confrontés n’est plus un débat d’école sur le sens ou l’opportunité de la nouvelle évangélisation. Sur ce sujet, tout a été pensé et tout a été dit. Maintenant, il s’agit de le faire. Nous sommes invités à un travail de fond sur la mise en œuvre de la nouvelle évangélisation. Et, comme nous le savons, les premiers bénéficiaires de l’évangélisation sont ceux qui en ont reçu la mission. Par la nouvelle évangélisation, c’est d’abord nous-mêmes qui sommes entraînés à un nouvel accueil de la Bonne Nouvelle dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui. C’est dans la mesure où nous recevons l’Evangile de manière toujours nouvelle que nous pouvons réellement contribuer à son annonce.
 
L’Année de la Foi à laquelle nous sommes invités par le Pape ne vise pas seulement des initiatives diocésaines qui seront sans doute nombreuses ou une relance des mouvements d’évangélisation qui est toujours nécessaire. Elle est un appel adressé à chaque chrétien pour procéder en Église à une démarche de renouvellement de sa profession de foi. Ce renouveau concerne en même temps l’acte de liberté personnelle qui répond à l’appel de Dieu et le contenu spécifique de la foi chrétienne qui lui donne son identité propre. Il est le fondement de notre engagement dans la nouvelle évangélisation.
 
Dans notre pays de tradition chrétienne, la nouvelle évangélisation est souvent vécue comme un effort pour raviver chez beaucoup de nos contemporains la saveur de l’Evangile qu’ils ont souvent oubliée mais qui demeure comme une ressource latente. Cet appel adressé aux héritiers de la tradition chrétienne est souvent mieux entendu que nous ne l’imaginons. Et beaucoup des héritiers de cette tradition constituent les troupes des catéchumènes adultes et jeunes que nous accompagnons en ce temps de Carême. Mais la mobilité nouvelle des populations conduit dans notre pays des immigrés originaires d’autres traditions religieuses ou simplement des hommes de bonne volonté à qui la préoccupation religieuse est étrangère et qui ont ainsi une chance de découvrir chez nous une annonce de Jésus-Christ, même si elle est parfois maladroite ou insuffisante à nos propres yeux.
 
Les commencements de l’Église apostolique nous montrent que l’annonce du kérygme est indissociable des signes de l’amour de Dieu pour les hommes manifesté dans la vie des chrétiens. C’est notre capacité à servir nos frères qui attire leur attention sur le contenu de notre foi tel que nous pouvons le proposer dans une société sécularisée. Nous sommes bien convaincus que nos œuvres n’ajoutent rien à la splendeur de la vérité, mais nous savons aussi, comme nous le dit clairement l’épître de Jacques, que la foi sans les œuvres est inerte et imperceptible. C’est pourquoi, au cours des siècles l’élan missionnaire de l’Église a été constamment illustré par l’engagement des chrétiens dans les combats de ce monde. La préparation du rassemblement Diaconia 2013 est pour nous une occasion de nous rappeler le lien étroit qui unit la foi et la charité.
 
C’est dans cette tradition d’une confession de foi mise en pratique dans toutes les conditions de la vie quotidienne que s’est enracinée dans notre pays une vigueur missionnaire magnifique dans les deux siècles écoulés. La puissance de l’Esprit a suscité des hommes et des femmes capables de rendre témoignage à l’Évangile dans toutes les circonstances. Nous sommes les héritiers de ce dynamisme missionnaire incarné dans le quotidien au plus près de la vie des hommes. Notre mission aujourd’hui est de lui donner corps dans les circonstances actuelles qui ne sont plus celles du XIX° siècle, ni même du XX°.(…) 

 


    Monseigneur Vingt-Trois, archevêque de Paris
    Président de la Conférence des évêques de France 
   
 
 
Dimanche des Rameaux et de la Passion - Sixième dimanche de Carême 
 
1ère lecture (Is 50,4-7) Psaume (Ps 21,8-9.17-20.22-24) 2ème lecture (Ph 2,6-11) Evangile (Mc 14,1-15,47) 
 
L'entrée dans Jérusalem
 
Le passage d'Isaïe est le résumé de toute mission : écouter pour s'instruire, s'instruire pour annoncer :" La Parole me réveille pour que j'écoute, comme celui qui se laisse instruire ... Il m'a donné un langage d'homme afin que je sache à mon tour réconforter celui qui n'en peut plus." C'est facile à dire, « Je ne suis pas atteint par les outrages. » Ce n'est facile à vivre ni pour le Christ ni pour nous-mêmes. Des oppositions parfois douloureuses arrêtent notre élan. Et pourtant je dois ne pas cesser d'écouter Dieu et les hommes, de m'instruire par Dieu et par les hommes, d'annoncer Dieu aux hommes mes frères
 
Le passage d'Isaïe est le résumé de toute mission : écouter pour s'instruire, s'instruire pour annoncer :" La Parole me réveille pour que j'écoute, comme celui qui se laisse instruire ... Il m'a donné un langage d'homme afin que je sache à mon tour réconforter celui qui n'en peut plus." C'est facile à dire, « Je ne suis pas atteint par les outrages. » Ce n'est facile à vivre ni pour le Christ ni pour nous-mêmes. Des oppositions parfois douloureuses arrêtent notre élan. Et pourtant je dois ne pas cesser d'écouter Dieu et les hommes, de m'instruire par Dieu et par les hommes, d'annoncer Dieu aux hommes mes frères
 Puisqu'il était devenu « semblable aux hommes et reconnu comme tel dans son comportement », Jésus en accepte toute la réalité. Celle d'être traité par la vie, les événements et les hommes, comme tout homme est bousculé et meurtri. Celle de subir la souffrance inhérente à la condition humaine qui est une créature limitée dans le temps, limitée dans son bonheur. Assumant toute l'humanité, "obéissant jusqu'à la mort", sauf le péché, il en assume aussi toute la gloire qui est de rejoindre Dieu. Et comme il est de la condition même. 
 
  
 
Entrée messianique du Seigneur à Jérusalem : (Mc 11, 1-10) 
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Quelques jours avant la fête de la Pâque, Jésus et ses disciples approchent de Jérusalem, de Bethphagé et de Béthanie, près du mont des Oliviers. Jésus envoie deux de ses disciples :  « Allez au village qui est en face de vous. Dès l'entrée, vous y trouverez un petit âne attaché, que personne n'a encore monté. Détachez-le et amenez-le. Si l'on vous demande : 'Que faites-vous là ?' répondez : 'Le Seigneur en a besoin : il vous le renverra aussitôt.' » Ils partent, trouvent un petit âne attaché près d'une porte, dehors, dans la rue, et ils le détachent. Des gens qui se trouvaient là leur demandaient : « Qu'avez-vous à détacher cet ânon ? » Ils répondirent ce que Jésus leur avait dit, et on les laissa faire. Ils amènent le petit âne à Jésus, le couvrent de leurs manteaux, et Jésus s'assoit dessus. Alors, beaucoup de gens étendirent sur le chemin leurs manteaux, d'autres, des feuillages coupés dans la campagne. Ceux qui marchaient devant et ceux qui suivaient criaient : « Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni le Règne qui vient, celui de notre père David. Hosanna au plus haut des cieux ! » 
 
 
  
CALENDRIER
 
 
DIMANCHE 1er Avril 2012 – Sixième dimanche de Carême
Dimanche des Rameaux et de la Passion
1ère lecture (Is 50,4-7) Psaume (Ps 21,8-9.17-20.22-24) 2ème lecture (Ph 2,6-11) Evangile (Mc 14,1-15,47)
 
 Lundi  2 avril 2012  : Lundi de la Semaine Sainte
 Mardi 3 avril  : Mardi de la Semaine sainte 
Pas de messe à 9 h 
(Assemblée Evêque-prêtres du diocèse à St-Denis)
 
Messe chrismale à 19 h à la Cathédrale basilique de Saint-Denis 
 
 Mercredi 4 avril : Mercredi de la Semaine Sainte
 Samedi 7 avril de 16 à 17 h répétition des chants pour la Vigile pascale à la salle Pierre Lefeuvre 
 
OFFICES DE LA SEMAINE SAINTE 
 
Jeudi 5 avril : Jeudi Saint  - pas de messe à 9 h
Cène à 20 h 30 suivie d’un temps d’adoration à l’église Notre-Dame 
Vendredi 6 avril : Vendredi Saint - pas de messe à 9 h
Chemin de croix à 15 h à l’église Notre-Dame
Office du soir à 20 h 30 à l’église Notre-Dame
Samedi 7 avril  : Samedi Saint - pas de messe à 9 h
A 21 h Vigile pascale –

 Dimanche 8  Avril  – Saint jour de Pâques
- Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame
- A 10 h 30 Célébration d’éveil à la foi à l’église Notre-Dame


 Pour faire une démarche de sacrement et de réconciliation : 
le Vendredi 6 avril à l’issue du chemin de croix
le Samedi 7 avril de 10 à 12 h et de 16 à 18 h 
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 09:43

Discours du père Frédéric Benoist, curé du Raincy lors de la cérémonie en mémoire des victimes de Toulouse et de Montauban sur le parvis de l’église le dimanche 25 Mars 2012

 

Madame le Maire adjoint  du Raincy, Claire Gizard

Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux

Madame le Pasteur du Raincy

Chers Paroissiens

Mesdames Messieurs

 

Avant de commencer, je tiens à excuser Monsieur le Rabbin qui est uni profondément à nous dans la pensée, mais qui est retenu en Israël.

 

Je remercie aussi monsieur le Maire , Eric Raoult, de s’unir lui aussi par la pensée, retenu par un voyage à l’étranger avec le ministre des transports.

 

----

Il y a deux semaines , j’avais particulièrement été choqué du cruel assassinat de nos soldats français de Montauban et de Toulouse abattus froidement à bout portant au milieu des foules de la rue.

J’ai, au début, pensé à un terrible règlement de compte ou vengeance entre militaires.

 

L’horreur a pris un degré supplémentaire lundi matin, lorsque, comme vous tous, j’ai appris l’assassinat de trois enfants et d’un jeune papa  au sein même de l’école juive  Ozar Hatorah, dans un quartier de la ville de Toulouse.

 

Un déchainement de violence, dont des enfants et des parents ont été témoins, une cruauté ignoble, rappelant la barbarie nazie, je crois que les mots ne sont pas trop forts, surtout envers cette enfant qui a été poursuivie, attrapée par les cheveux et  tuée à bout portant.

 

Que peut il se passer dans l’esprit d’un homme pour qu’il vienne à assassiner, avec une telle détermination glaçante, trois jeunes enfants et un papa se rendant à l’école, un lundi ordinaire, dans un quartier ordinaire d’une ville française où il fait bon vivre… ? Quelle haine l’a rongé pour qu’il vise la communauté juive à travers des plus petits d’entre les siens ?

Quelle rage destructrice l’a dévoré dans l’assassinat de trois jeunes soldats, tués parce que soldats de la France.

 

C’est l’incompréhension qui nous envahit, la tristesse, la peur, la colère, le chagrin.

 

De telles forces meurtrières il y en a beaucoup dans le monde, beaucoup trop. Notre pays de France a cependant été particulièrement éprouvé dans ces drames, cette semaine. Encore une fois la brutalité des actes commis laissent de glace.

 

C’est toute la communauté nationale qui s’est alors unie dans le recueillement face à un tel effroi.

Si j’ai voulu ce rassemblement ce matin sur le parvis de l’église, c’est pour, je pense réunir dans une même pensée, la communauté catholique et plus largement les chrétiens de notre ville pour manifester notre profonde solidarité avec nos frères juifs qui ont été terriblement blessés et pour nous unir comme croyants à un effort de toute la nation, de notre République dans le profond respect des valeurs de liberté de paix et de respect des uns  et des autres, dans l’accueil de nos différences comme source de richesse et d’approfondissement des valeurs de l’homme.  L’accueil de l’autre dans sa différence est une des dynamiques de la foi que Dieu nous invite et nous appelle à vivre chaque jour. J’ai une pensée émue pour les familles de nos soldats  et les familles juives qui ont été touchées par la folie meurtrière de ce jeune désœuvré et perdu qui a sombré dans un délire monstrueux.  Malheureusement, dans notre pays, et sans doute même dans notre département, il y a un certain nombre de jeunes  en situation de détresse morale et spirituelle qui peuvent sombrer dans la violence aussi.

Que le Seigneur, dans l’immensité de son amour apaise les cœurs de chacune et de chacun qui a été éprouvé.

 

Je voudrais aussi avoir une pensée pour nos frères musulmans qui vivent en France. Il ne faut surtout pas tomber dans le risque des amalgames, de théories de bouc émissaire.  Dans notre département où vivent de nombreux musulmans, nous avons à bâtir des lieux de rencontres simples et cordiales entre nous tous. Dans quelques jours, nous allons entreprendre, responsables des trois grandes religions monothéistes, une rencontre avec les jeunes de Première et de Terminale de l’école privée Sainte Clotilde pour les inviter à s’accueillir mutuellement dans l’acceptation et la connaissance de leurs différences. Mais pour pouvoir le faire, il faut qu’ils connaissent en vérité le message de leur foi, de leur tradition.

 

Je me permets alors de m’adresser particulièrement aux chrétiens qui m’écoutent. Nous avons donc, comme adultes, un rôle à jouer dans la transmission de foi envers nos enfants et nos jeunes. Il en va de la paix dans nos sociétés et nos villes. Le vide spirituel de beaucoup, et plus particulièrement des jeunes dans notre pays, est, me semble-t-il, une porte d’entrée de choix pour toutes sortes d’intégrismes et de fanatismes, quels qu’ils soient.

 

 Comme chrétiens nous avons aussi un rôle essentiel à jouer dans la société au nom de nos valeurs de foi en l’homme. Comme prêtre de la communauté catholique, je m’engage et je sais que je peux compter sur vous, pour lutter contre tout sectarisme, tout repli identitaire qui ne pourrait générer que peur et violence cachée.

 

Quelle que soit notre manière de le confesser, juifs, chrétiens, musulmans , nous croyons tous en un Dieu éternel créateur, source de vie. La vie est don de Dieu.  Et nous devons respecter ce don de la vie en Dieu,  à tous les niveaux de cette vie.  Je pense à cette phrase du Psaume 8 : « qu’est ce que l’homme Seigneur pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme  pour que tu en prennes tant souci ? ».

 Aussi un croyant en Dieu ne peut pas revendiquer au nom de Dieu quelque atteinte que ce soit envers un  frère en humanité, quelles que soient son origine, sa couleur de peau, sa foi ou non foi.

L’homme à travers les siècles s’est battu au nom de sa religion. Il le fait encore dans certains pays. Des hommes, des femmes, des enfants sont tués à cause de leur foi dans bien des parties du monde, ne l’oublions pas. Certains meurent même comme martyrs. Mais comme croyants, nous avons aussi à approfondir le vrai sens de chacune de nos religions. Et à mieux amorcer entre nous des chemins de dialogues pour éviter de tomber dans l’erreur et la déformation du caractère sacré de nos Ecrits et de nos rites. Encore une fois, c’est Dieu qui est source de toute vie, la vie est donc don de Dieu, tuer l’homme, c’est porter atteinte à Dieu Lui même.   Qu’on se le dise tous une fois pour toutes.

 

Chrétiens, nous sommes en période de Carême, j’encourage chaque chrétien de notre ville à demander à Dieu humblement qu’il nous donne sa force et son amour pour porter un authentique regard de paix et de concorde envers tout homme. Parce que ce n’est pas toujours facile, seul Dieu peut réellement convertir nos cœurs. Après toute cette émotion, nous reprenons le cours de nos vies. Là encore j’invoque le Seigneur pour qu’il nous ouvre et nous guide dans des chemins de paix et d’espérance avec tous les hommes.

 

Père Frédéric Benoist

Curé du Raincy

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 20:31

Le Conseil d'Eglises chrétiennes en France (CECEF) partage la douleur de la communauté juive après la fusillade meurtrière devant un collège juif, à Toulouse, ce 19 mars 2012.
Le CECEF exprime toute sa solidarité aux familles des victimes, aux élèves et aux enseignants de l'établissement scolaire.
L'horreur de cet acte, comme l'abjection des assassinats des parachutistes à Montauban et à Toulouse ces derniers jours, incite les chrétiens à s'unir aux familles et aux différentes communautés touchées par ces événements, dans la prière.
Que la concorde ne soit pas ébranlée par ces actes d'une extrême violence. Gardons-la fermement enracinée dans les valeurs de respect et de fraternité, fondements de la société française.
 
 Le pasteur Claude Baty Président Fédération protestante de France
 Le métropolite Emmanuel Président de l’Assemblée des Evêques orthodoxes de France
 Le cardinal André Vingt-Trois Président de la Conférence des Evêques de France 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 20:23


Le Conseil d'Eglises chrétiennes en France (CECEF) partage la douleur de la communauté juive après la fusillade meurtrière devant un collège juif, à Toulouse, ce 19 mars 2012.
Le CECEF exprime toute sa solidarité aux familles des victimes, aux élèves et aux enseignants de l'établissement scolaire.
L'horreur de cet acte, comme l'abjection des assassinats des parachutistes à Montauban et à Toulouse ces derniers jours, incite les chrétiens à s'unir aux familles et aux différentes communautés touchées par ces événements, dans la prière.
Que la concorde ne soit pas ébranlée par ces actes d'une extrême violence. Gardons-la fermement enracinée dans les valeurs de respect et de fraternité, fondements de la société française.
 
 Le pasteur Claude Baty Président Fédération protestante de France
 Le métropolite Emmanuel Président de l’Assemblée des Evêques orthodoxes de France
 Le cardinal André Vingt-Trois Président de la Conférence des Evêques de France 
 
Laissez-vous saisir par le Christ (suite)
 
Il y a à Istanbul une ancienne église byzantine Karye Djami où sont peintes des fresques magnifiques. Et on peut contempler, en particulier, une représentation du Ressuscité, avec son vêtement d'une blancheur éblouissante, qui descend aux enfers, ce séjour des morts, prend par la main Adam et Eve et les mène avec lui au Paradis. Il les libère de leur prison. D'ailleurs, le Christ foule aux pieds les chaînes et les portes qui empêchaient toute évasion. Nous pouvons avoir, nous aussi, nos enfers. Nous avons nos prisons. C'est tout ce qui nous replie sur nous-mêmes, nous enferme dans le seul souci de notre moi, nous ramène toujours à nous et nous fait rater notre rencontre avec les autres, avec Dieu et finalement, paradoxalement, avec nous-mêmes. Cela peut être :
- Une soif de réussite qui n'est pas très regardante sur les moyens.
- Une inattention pratique aux autres : on ne les voit pas, on ne les entend pas. Nous avons nos baladeurs psychologiques ou spirituels. Ou bien, on utilise les autres en fonction de nos intérêts ou de nos désirs.
- Un besoin d'avoir, de consommer toujours plus, d'avoir le nouveau produit dont on croit, bien à tort, qu'il comblera notre désir. Une sensualité narcissique, une addiction à l'alcool, à la drogue, à l'internet.
- Une jalousie qui nous referme sur nous-mêmes : pourquoi cette tendance spontanée à se comparer, soit pour se croire supérieur, soit pour se dévaloriser ?
- Une tiédeur spirituelle qui nous replie sur nous (on n'a pas le temps, on n'a pas envie...) et qui nous rend complices de notre propre prison intérieure.
Alors, pendant ce Carême, ouvrez vos portes au Christ. Laissez-le venir en vous et vous libérer. Vous connaissez cette parole du Christ dans l'Apocalypse de Saint Jean : « Voici que je suis à la porte et je frappe. Chez celui qui entend ma voix et qui m'ouvre, j'entrerai et nous mangerons en tête à tête, lui avec moi et moi avec lui » (Ap. 3, 20). Oui, pendant ce Carême, prêtez attention à cette voix du Christ, mettez-vous à son écoute et ouvrez-lui la porte de vos vies. Il y a un chant que nous entendrons pendant le Carême qui nous le rappellera et qui dit : « Aujourd'hui ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur ».   
                                                                   
          Mgr. Ricard Archevêque de Bordeaux 
  
 
 
Le grain tombé en terre
Cinquième dimanche de Carême
1ère lecture (Jr 31,31-34) Psaume (Ps 50,3-4,12-15) 2ème lecture (He 5,7-9) Evangile (Jn12,20-33) 
 
 
Nous sommes tous et chacun, d'une manière ou d'une autre, en « quête de sens » pour la réalisation de notre existence et de notre personnalité. Mais nous ne pouvons pas la mettre en œuvre seul. Ce ne serait bientôt qu'un repli sur soi-même et donc une solitude. 
 
Il nous faut accepter et assumer le fait que nous vivons dans un monde auquel nous sommes intimement liés, qu'il s'agisse de la nature, de notre corps, des hommes nos frères.
 
Le grain tombé en terre a besoin, pour germer, d'une terre et non d'une pierre, il a besoin de la lumière du soleil et de l'eau pour sa sève enrichie la fertilité du sol. Il n'y a de vie et de vitalité qu'en harmonie avec eux tous. 
 
Seul un échange permanent, lucide et généreux est créateur de vie et cet échange nécessite bien des sacrifices pour unir nos points de vue et nos orientations, pour communier en une même réalisation. « Qui garde sa vie pour lui, la perdra. » 
 
En s'incarnant, le Verbe de Dieu, a assumé notre nature, avec toutes ses composantes, y compris sa déchéance et ses limites, hormis le péché et tout ce qui y incline. Nous l'avons vu lors des tentations au désert.
 
Il assume cette condition d'homme, y compris la souffrance et la mort, pour lui communiquer la Vie éternelle dans la participation active par la grâce de sa divinité. La divinité du Christ devient nôtre avec son humanité parce que cette humanité, parfaitement libre est intimement liée à l'agir divin incréé. 
 
 

 
1ère lecture : La nouvelle Alliance (Jr 31, 31-34)
Lecture du livre de Jérémie
Voici venir des jours, déclare le Seigneur, où je conclurai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une Alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l'Alliance que j'ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d'Égypte : mon Alliance, c'est eux qui l'ont rompue, alors que moi, j'avais des droits sur eux. Mais voici quelle sera l'Alliance que je conclurai avec la maison d'Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d'eux-mêmes ; je l'inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n'auront plus besoin d'instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands, déclare le Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. 
 
Psaume : Ps 50, 3-4, 12-13, 14-15 - R/ Donne-nous, Seigneur, un cœur nouveau !
Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense. Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint. Rends-moi la joie d'être sauvé ; que l'esprit généreux me soutienne. Aux pécheurs, j'enseignerai tes chemins ; vers toi, reviendront les égarés. 
 
2ème lecture : La soumission du Christ, cause du salut éternel (He 5, 7-9)
Lecture de la lettre aux Hébreux
Le Christ, pendant les jours de sa vie mortelle, a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ; et, parce qu'il s'est soumis en tout, il a été exaucé. Bien qu'il soit le Fils, il a pourtant appris l'obéissance par les souffrances de sa Passion ; et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.
 
Evangile : Jésus voit arriver son heure (Jn 12, 20-33)
Acclamation : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. Fils de l'homme, élevé sur la croix, par toi tous les hommes reçoivent la vie. Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. (cf. Jn 3,14-15)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L'heure est venue pour le Fils de l'homme d'être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s'en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? — Mais non ! C'est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore. »En l'entendant, la foule qui se tenait là disait que c'était un coup de tonnerre ; d'autres disaient : « C'est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n'est pas pour moi que cette voix s'est fait entendre, c'est pour vous. Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. 
 
 
CALENDRIER 


 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
Samedi 24 et dimanche 25 collecte de Carême au profit du CCFD
En vue de la préparation des Rameaux, nous invitons les personnes à déposer le buis de leur jardin, dans la cour du presbytère le vendredi 30 et samedi 31 mars
 
 Lundi  26 mars 2012  : Annonciation du Seigneur, solennité 
A 9 h à messe à la crypte 
A 19 h 30 messe à la crypte
 Mardi 27 mars   : De la férie 
 Mercredi 28 mars  : De la férie 
 Jeudi 29 mars   : De la férie 
 Vendredi 30 mars  : De la férie 
A 17 h chemin de croix dans l’église
 
A 20 h 30 Veillée d’adoration et de réconciliation du temps de Carême à l’église Notre-Dame
 
 Samedi 31 mars  : De la férie 
A 17 h 30 Assemblée des familles suivie de la messe des familles à 18 h 30  

 
DIMANCHE 01er Avril 2012 – Sixième dimanche de Carême
Dimanche des Rameaux et de la Passion
1ère lecture (Is 50,4-7) Psaume (Ps 21,8-9.17-20.22-24) 2ème lecture (Ph 2,6-11) 
Evangile (Mc 14,1-15,47)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame
              
Dimanche 1er avril : rencontre des jeunes qui préparent le FRAT 
De 12 h à 16 h à la salle Pierre Lefeuvre

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 19:12

Que la campagne soit à la hauteur des enjeux ! 
 
La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF), qui s'est réunie aujourd'hui, n'entend pas revenir maintenant sur les polémiques inquiétantes et stigmatisantes à propos des pratiques religieuses alimentaires. Le moment venu, elle proposera une réflexion large et informée, sur le sens des rites et des pratiques religieuses dans notre société. Elle s'élève contre toute instrumentalisation des religions dans le débat démocratique.
 
Plus largement, la CRCF a naturellement évoqué les prochaines élections parce qu'il s'agit de choix majeurs pour l'avenir de notre pays et que les vrais enjeux sont nombreux : éducation, emploi, croissance, pauvreté, cohésion nationale, environnement, finances publiques, gouvernance européenne et mondiale, promotion de la paix ...
 
Avec nos concitoyens, croyants ou non, nous souhaitons que le débat en cette phase active de la campagne électorale, soit à la hauteur de ces enjeux. 
 
Membres de la CRCF
Le Cardinal André VINGT-TROIS, président de la Conférence des Évêques de France --- Accompagné de Mgr Laurent ULRICH, vice-président de la Conférence des Évêques de France
Le Pasteur Claude BATY, président de la Fédération protestante de France --- Accompagné du pasteur Laurent SCHLUMBERGER, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l'Église réformée de France
Le Métropolite EMMANUEL, président de l'Assemblée des Évêques orthodoxes de France (représenté aujourd'hui par Mgr Nestor) --- Accompagné du Métropolite Joseph, membre de l'Assemblée des Evêques orthodoxes de France et de M. Carol SABA, porte-parole de l'Assemblée des Évêques orthodoxes de France
Le Grand Rabbin Gilles BERNHEIM, Grand Rabbin de France --- Accompagné du rabbin Moshé LEWIN, porte-parole du Grand Rabbin de France (Participait aujourd'hui également M Joël MERGUI, président du Consistoire Central)
M. Mohammed MOUSSAOUI, président du Conseil français du culte musulman --- Accompagné de M. Anouar KBIBECH, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Le Révérend Olivier WANG-GENH, président de l'Union bouddhiste de France.
 
La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)
 
La CRCF a été créée le 23 novembre 2010. Elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté des responsables de culte en France d’approfondir leur connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. 
 

Laissez-vous saisir par le Christ 

 
Il y a à Istanbul une ancienne église byzantine Karye Djami où sont peintes des fresques magnifiques. Et on peut contempler, en particulier, une représentation du Ressuscité, avec son vêtement d'une blancheur éblouissante, qui descend aux enfers, ce séjour des morts, prend par la main Adam et Eve et les mène avec lui au Paradis. Il les libère de leur prison. D'ailleurs, le Christ foule aux pieds les chaînes et les portes qui empêchaient toute évasion. Nous pouvons avoir, nous aussi, nos enfers. Nous avons nos prisons. C'est tout ce qui nous replie sur nous-mêmes, nous enferme dans le seul souci de notre moi, nous ramène toujours à nous et nous fait rater notre rencontre avec les autres, avec Dieu et finalement, paradoxalement, avec nous-mêmes. Cela peut être :
- Une soif de réussite qui n'est pas très regardante sur les moyens.
- Une inattention pratique aux autres : on ne les voit pas, on ne les entend pas. Nous avons nos baladeurs psychologiques ou spirituels. Ou bien, on utilise les autres en fonction de nos intérêts ou de nos désirs.
- Un besoin d'avoir, de consommer toujours plus, d'avoir le nouveau produit dont on croit, bien à tort, qu'il comblera notre désir. Une sensualité narcissique, une addiction à l'alcool, à la drogue, à l'internet.
- Une jalousie qui nous referme sur nous-mêmes : pourquoi cette tendance spontanée à se comparer, soit pour se croire supérieur, soit pour se dévaloriser ?
- Une tiédeur spirituelle qui nous replie sur nous (on n'a pas le temps, on n'a pas envie...) et qui nous rend complices de notre propre prison intérieure.
Alors, pendant ce Carême, ouvrez vos portes au Christ. Laissez-le venir en vous et vous libérer. Vous connaissez cette parole du Christ dans l'Apocalypse de Saint Jean : « Voici que je suis à la porte et je frappe. Chez celui qui entend ma voix et qui m'ouvre, j'entrerai et nous mangerons en tête à tête, lui avec moi et moi avec lui » (Ap. 3, 20). Oui, pendant ce Carême, prêtez attention à cette voix du Christ, mettez-vous à son écoute et ouvrez-lui la porte de vos vies. Il y a un chant que nous entendrons pendant le Carême qui nous le rappellera et qui dit : « Aujourd'hui ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur ».   
                                                                   
          Mgr. Ricard Archevêque de Bordeaux 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 19:04

Que la campagne soit à la hauteur des enjeux ! 
 
La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF), qui s'est réunie aujourd'hui, n'entend pas revenir maintenant sur les polémiques inquiétantes et stigmatisantes à propos des pratiques religieuses alimentaires. Le moment venu, elle proposera une réflexion large et informée, sur le sens des rites et des pratiques religieuses dans notre société. Elle s'élève contre toute instrumentalisation des religions dans le débat démocratique.
 
Plus largement, la CRCF a naturellement évoqué les prochaines élections parce qu'il s'agit de choix majeurs pour l'avenir de notre pays et que les vrais enjeux sont nombreux : éducation, emploi, croissance, pauvreté, cohésion nationale, environnement, finances publiques, gouvernance européenne et mondiale, promotion de la paix ...
 
Avec nos concitoyens, croyants ou non, nous souhaitons que le débat en cette phase active de la campagne électorale, soit à la hauteur de ces enjeux. 
 
Membres de la CRCF
Le Cardinal André VINGT-TROIS, président de la Conférence des Évêques de France --- Accompagné de Mgr Laurent ULRICH, vice-président de la Conférence des Évêques de France
Le Pasteur Claude BATY, président de la Fédération protestante de France --- Accompagné du pasteur Laurent SCHLUMBERGER, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l'Église réformée de France
Le Métropolite EMMANUEL, président de l'Assemblée des Évêques orthodoxes de France (représenté aujourd'hui par Mgr Nestor) --- Accompagné du Métropolite Joseph, membre de l'Assemblée des Evêques orthodoxes de France et de M. Carol SABA, porte-parole de l'Assemblée des Évêques orthodoxes de France
Le Grand Rabbin Gilles BERNHEIM, Grand Rabbin de France --- Accompagné du rabbin Moshé LEWIN, porte-parole du Grand Rabbin de France (Participait aujourd'hui également M Joël MERGUI, président du Consistoire Central)
M. Mohammed MOUSSAOUI, président du Conseil français du culte musulman --- Accompagné de M. Anouar KBIBECH, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Le Révérend Olivier WANG-GENH, président de l'Union bouddhiste de France.
 
La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)
 
La CRCF a été créée le 23 novembre 2010. Elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté des responsables de culte en France d’approfondir leur connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. 
 
La suite de la méditation de monseigneur Ricard sera publiée la semaine prochaine 
 
  
Ce grand amour
Quatrième dimanche de Carême
1ère lecture (2 Ch 36,14-16,19-23) Psaume (Ps 136,1-6) 2ème lecture (Ep 2,4-10) Evangile (Jn 3, 14-21)
 
 
Dieu ne se lasse pas. La lettre aux Hébreux s'ouvre par ce rappel qui devrait nous émerveiller : "il nous a parlé à maintes reprises". En ce quatrième dimanche, Saint Paul dit la même chose aux Ephésiens : »Il nous a fait revivre avec le Christ, à cause du grand amour dont il nous a aimés. » Et quelle est notre réponse ?
 
La grâce de Dieu nous vient par la foi dans laquelle nous vivons avec le Christ  ressuscité. C'est un don de Dieu dont il nous faut déceler la richesse, la richesse infinie de sa grâce.
Ce passage des Éphésiens ne demande pas véritablement de commentaires. Il n'est pas de meilleure homélie que le silence d'une méditation sur ce texte où l’Esprit Saint nous entraîne en chaque membre de phrases. Sans précipitation, sans recherches théologiques savantes, reprenons chacun de ces quelques versets :
 
" A cause du grand amour ... par sa bonté pour nous ... c'est bien par grâce que vous êtes sauvés...
 
" Il nous a fait revivre avec le Christ ..." et non pas sans le Christ." Par sa bonté pour nous dans le Christ ..." Il nous a créés en Jésus-Christ." C'est la conclusion même de la prière eucharistique : « Par Lui, avec Lui, et en Lui, tout honneur et toute gloire ! »
 
Nous devons en tirer la seule et véritable conséquence : « conforme à la voie que Dieu a tracée pour nous, » Nous aimerions tellement que ce soit nous qui soyons les maîtres de nos décisions. 
 
« La voie que nous devons suivre. » Il n'y a pas d'autres chemins que le Christ pour rejoindre la Vie et la Vérité de ce que nous sommes.
« Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière. » (Jean 3. 21) 
 

 
1ère lecture : Châtiment et pardon : l'exil et le retour (2Ch 36, 14-16.19-23)
Lecture du second livre des Chroniques
Sous le règne de Sédécias, tous les chefs des prêtres et le peuple multipliaient les infidélités, en imitant toutes les pratiques sacrilèges des nations païennes, et ils profanaient le temple de Jérusalem consacré par le Seigneur. Le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser, leur envoyait des messagers, car il avait pitié de sa Demeure et de son peuple. Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles, et se moquaient de ses prophètes ; finalement, il n'y eut plus de remède à la colère grandissante du Seigneur contre son peuple. Les Babyloniens brûlèrent le temple de Dieu, abattirent les murailles de Jérusalem, incendièrent et détruisirent ses palais, avec tous leurs objets précieux. Nabucodonosor déporta à Babylone ceux qui avaient échappé au massacre ; ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils jusqu'au temps de la domination des Perses. Ainsi s'accomplit la parole du Seigneur proclamée par Jérémie : La terre sera dévastée et elle se reposera durant soixante-dix ans, jusqu'à ce qu'elle ait compensé par ce repos tous les sabbats profanés. Or, la première année de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la parole proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume — et même consigner par écrit — : « Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du ciel, m'a donné tous les royaumes de la terre ; et il m'a chargé de lui bâtir un temple à Jérusalem, en Judée. Tous ceux d'entre vous qui font partie de son peuple, que le Seigneur leur Dieu soit avec eux, et qu'ils montent à Jérusalem ! » 
 
Psaume : Ps 136, 1-2, 3, 4-5, 6 
R/ Jérusalem, au profond de mon cœur, Jérusalem, au plus haut de ma joie !
Au bord des fleuves de Babylone nous étions assis et nous pleurions, nous souvenant de Sion ; aux saules des alentours nous avions pendu nos harpes. C'est là que nos vainqueurs nous demandèrent des chansons, et nos bourreaux, des airs joyeux : « Chantez-nous, disaient-ils, quelque chant de Sion. » Comment chanterions-nous un chant du Seigneur sur une terre étrangère ? Si je t'oublie, Jérusalem, que ma main droite m'oublie ! Je veux que ma langue s'attache à mon palais si je perds ton souvenir, si je n'élève Jérusalem, au sommet de ma joie. 
 
2ème lecture : Par grâce, Dieu nous fait revivre (Ep 2, 4-10) 
 Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens
Frères, Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ : c'est bien par grâce que vous êtes sauvés. Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus, il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce. C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil. C'est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre. 
 
Evangile : Dieu a envoyé son Fils pour sauver le monde (Jn 3, 14-21)
Acclamation : Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. Tout homme qui croit en lui possède la vie éternelle. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. (Jn 3, 16)
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu. 
 
 
CALENDRIER
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
DIMANCHE  18 MARS 2012 – Quatrième dimanche de Carême
1ère lecture (2 Ch 36,14-16,19-23) Psaume (Ps 136,1-6) 2ème lecture (Ep 2,4-10) Evangile (Jn 3, 14-21)
A 10 h 30 Célébration d’éveil à la foi à Notre-Dame
 
 Lundi  19 mars 2012  : Saint-Joseph
Mardi 20 mars   : De la férie
 Mercredi 21 mars  : De la férie
Jeudi 22 mars   : De la férie 
 Vendredi 23 mars  : De la férie
A 17 h chemin de croix dans l’église
 Samedi 24 mars  : De la férie

 


DIMANCHE  25 MARS 2012 – Cinquième dimanche de Carême
1ère lecture (Jr 31,31-34) Psaume (Ps 50,3-4,12-15) 2ème lecture (He 5,7-9) Evangile (Jn12,20-33)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame 
Journée du CCFD-Terre Solidaire 
               Attention dimanche 25 nous passons à l’heure d’été … 
                        (avancer les pendules d’une heure)  


 Lundi 26 mars : Solennité de l’Annonciation du Seigneur messe à 9 h et 19 h 30 à la crypte 
Vendredi 30 mars à 20 h 30 : Veillée d’adoration et de réconciliation du temps de Carême dans l’église Notre-Dame

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 21:01

Laissez-vous saisir par le Christ 
 
 Parmi les dons que le Christ ressuscité vient apporter aux hommes, il y en a un sur lequel je voudrais insister ce soir, c'est celui de la liberté. Le Christ vient nous rendre libres. Comme dit Saint Paul, le Christ vient libérer notre propre liberté. Ce qui veut dire que nous ne sommes pas immédiatement, spontanément, libres. J'entends aussitôt votre objection : mais moi, je me sens totalement libre. Cela nous oblige à préciser ce qu'est la vraie liberté. Pour Saint Paul, mais plus largement encore pour tous ceux qui réfléchissent sur l'expérience chrétienne, la vraie liberté ne se réduit pas qu'au libre arbitre, c'est-à-dire à la capacité donnée à tout homme de choisir et ainsi de n'être pas complètement déterminé. La vraie liberté est la capacité qu'a l'homme de prendre des distances par rapport à tout ce qui le replie sur lui et de pouvoir ainsi se donner aux autres dans l'amour. La liberté, c'est la capacité du don de nous-mêmes. Pour Saint Paul, c'est une force du Christ qui nous libère de nous-mêmes et qui nous rend libres pour aimer et nous donner. L'Apôtre aime les prépositions : on est libéré de et on devient libre pour. La vie chrétienne, la sainteté au quotidien, est donc cette expérience de libération que nous faisons avec le Seigneur. Le christianisme est moins la religion des efforts à faire que celle d'un souffle libérateur à recevoir et à expérimenter.
    Cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux 
 
 
Soirée organisée par le groupe VITA 
 
La question de la fin de vie présente un enjeu crucial pour notre société. Notre mouvement Alliance VITA (le nouveau nom de l’Alliance pour les Droits de la Vie) organise le Tour de France de la solidarité, en 50 étapes, dont l’une a lieu à VILLEMOMBLE le jeudi 22 mars  à 20 h 30 (120 Grande Rue, salle Erckmann)
 
2012 : la tentation de l’euthanasie. C’est le sujet de cette soirée, qui, sans politique partisane, permettra de confronter les expériences de terrain des experts, les témoignages reçus dans le service d’écoute SOS fin de vie d’Alliance VITA, l’emballement médiatique en France autour de l’euthanasie. 
Cette soirée, ouverte au grand public et particulièrement aux soignants, accueillera un expert local : le Dr Julien Dômont, Cancérologue et Xavier Mirabel, Président d’ Alliance VITA, ainsi que Evelyne Porteret, membre de l’Association JAMALV. Cette association de notre département est primée par VITA, avec  50 autres dans toute la France, qui promeuvent la solidarité avec les plus vulnérables. 
  
  
DEVANT DES IMAGES
Troisième dimanche de Carême
1ère lecture (Ex 20, 1-17) Psaume (Ps 18,8-11) 2ème lecture (Co 1,22-25) Evangile (Jn 2,13-25)
 
Le Seigneur se situe devant son Peuple comme celui qui est vivant, qui est attentif à leur situation et qui les accompagne dans la liberté. Il a fait sortir son Peuple de l'Egypte. Il n'est pas cette statue immobile et sans vie devant laquelle on se prosterne. Elle peut être aux yeux de ses fidèles une expression de la force, de la puissance. Elle ne représente pas un être qui aime et dont l'amour est la réalité même.
Ce ne sont que des images. 
Lui, le Seigneur, il est un Dieu qui veille sur ses fidèles et les bénit. Il est un Dieu créateur qui, depuis le premier jour, ne peut être assimilé au mal : »Tu n'invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal. » C'est lui qui a créé ce monde et qui peut dire de son œuvre : »Et Dieu vit que cela était bon. »
Son œuvre ne peut exprimer que cette réalité et ce respect de son œuvre dans toutes les relations et toutes les situations où nous nous trouvons. C'est là tout le sens des dix commandements qu'il nous rappelle. « La loi du Seigneur est parfaite qui redonne vie. » (Psaume 18)
Si aujourd'hui nous plaçons devant nos yeux des images de Jésus, de la Vierge Marie, des saints, ce n'est pas pour les adorer. Ces images ne sont pas des idoles. Ces images matérielles concrétisent le mystère de l'Incarnation qui a rendu possible l'accès au mystère divin dans une personne vivante, avec un corps au travers duquel Dieu fait homme a pu nous exprimer son amour, jusqu'à la mort et la mort de la croix.
C'est là le sens profond du culte des « icônes ». Ces images, ces statues ne sont pas des idoles. Elles ne doivent pas nous détourner du mystère vivant du Christ Jésus, elles nous y conduisent, malgré certains excès d'un culte populaire. Et là il nous faudrait raviver notre prière par la théologie orientale et orthodoxe des icônes.
 
 

 
 
1ère lecture : Dieu donne sa loi par Moïse (brève : 20,1-3.7-8.12-17) (Ex 20, 1-17)

 Lecture du livre de l'Exode Sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison d'esclavage. Tu n'auras pas d'autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu'à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m'aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu'à la millième génération. Tu n'invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal. Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l'honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour. C'est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l'a consacré. Honore ton père et ta mère, afin d'avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d'adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »
 
Psaume : Ps 18, 8, 9, 10, 11 R/ Dieu ! Tu as les paroles de vie éternelle
La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples.  Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ; le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard. La crainte qu'il inspire est pure, elle est là pour toujours ; les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables : plus désirables que l'or, qu'une masse d'or fin, plus savoureuses que le miel qui coule des rayons.
 
2ème lecture : Sagesse du monde et folie de la croix (1Co 1, 22-25)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, alors que les Juifs réclament les signes du Messie, et que le monde grec recherche une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les peuples païens. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu'ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car la folie de Dieu est plus sage que l'homme, et la faiblesse de Dieu est plus forte que l'homme.
Evangile : La prophétie du Temple relevé en trois jours (Jn 2, 13-25)
 
Acclamation : Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Acclamez le Christ, le Seigneur : en lui, dans son propre corps, habite la plénitude de la divinité. Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Col 2, 9)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean : Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps. Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu'il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu'il accomplissait. Mais Jésus n'avait pas confiance en eux, parce qu'il les connaissait tous et n'avait besoin d'aucun témoignage sur l'homme : il connaissait par lui-même ce qu'il y a dans l'homme.
 
 
CALENDRIER
 
DIMANCHE  11 MARS 2012 – Troisième dimanche de Carême
1ère lecture (Ex 20, 1-17) Psaume (Ps 18,8-11) 2ème lecture (Co 1,22-25) Evangile (Jn 2,13-25)

 


 Lundi  12 mars 2012  : De la férie
Mardi 13 mars   : De la férie
Mercredi 14 mars  : De la férie
 A 20 h 30 concert Festival Voix mêlées 2012 en l’église Notre-Dame. Gloria, motet pour voix, concerto pour deux trompettes de Vivaldi ; messe de Rheinberger.
 Jeudi 15 mars   : De la férie
 Vendredi 16 mars  : De la férie
A 17 h chemin de croix dans l’église
A 20 h Soirée bol de riz avec les enfants de la catéchèse à partir du CM1 et les collégiens, animée par l’équipe du CCFD à la salle Pierre Lefeuvre

 


 Samedi 17 mars  : Saint-Patrice ou Patrick
 
Samedi 17 en raison d’une messe en mémoire du père Guy Paquet, à Noisy-Le-Sec, prêtre du diocèse exceptionnellement  pas d’adoration du saint-sacrement ni de présence des prêtres pour le sacrement de la réconciliation
 
A 17 h 30 assemblée des familles suivie de la messe des familles à 18h30 à ND


DIMANCHE  18 MARS 2012 – Quatrième dimanche de Carême
1ère lecture (2 Ch 36,14-16,19-23) Psaume (Ps 136,1-6) 2ème lecture (Ep 2,4-10) Evangile (Jn 3, 14-21)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame  
A 10 h 30 Célébration d’éveil à la foi à Notre-Dame

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:47

"Laissez-vous saisir par le Christ 
 
Je crois qu'il nous faut vraiment redécouvrir ce qu'est le Carême. Souvent on le présente comme une préparation à la grande fête de Pâques. On le voit comme très centré sur nous, sur nos efforts, nos résolutions de Carême. On en fait, dans la pratique, un temps de conversion vécu à la force du poignet, avec d'ailleurs toutes les déconvenues que cela peut entraîner : on le commence souvent à la vitesse du lièvre. On le finit avec celle de la tortue.
 
En fait, pour comprendre le Carême, il nous faut partir du mystère pascal, de la mort et de la résurrection du Christ que nous fêtons à Pâques. Le Christ, dans son mystère pascal, vient offrir aux hommes une vie nouvelle, il vient faire du neuf dans nos existences. Et cette vie, nous l'accueillons dans les deux temps liturgiques qui nous sont proposés par l'Eglise : le Carême et le Temps pascal, le Carême insistant plus sur la conversion et le temps pascal sur l'illumination et la contemplation des dons du Saint Esprit. Mais dans les deux cas, c'est la même vie qui nous est donnée, c'est le même Esprit qui agit, c'est le même Christ qui vient vers nous.
 
On comprend donc que, dans ce temps de conversion qui nous est offert, c'est moins vers nous qu'il faut nous tourner que vers le Christ et nous poser la question : comment, moi-même, vais-je m'ouvrir davantage au Christ, m'exposer à lui, vivre dans une plus grande proximité, dans une plus grande amitié avec lui ? Comment, en étant plus présent à lui, vais-je le laisser m'habiter, me transformer, me façonner à son image ? C'est lui qui nous convertit. Bien sûr, la vie spirituelle est un combat. Mais ce n'est pas nous qui le menons tout seuls. Nous le menons avec le Christ, avec ces armes que nous offre le Seigneur. En cette mise en route vers Pâques, c'est moins un examen de conscience qu'il faut faire qu'un examen de confiance. J'ai moins à regarder mes faiblesses qu'à contempler le Christ qui me donne sa force. Comme dit Saint Paul, laissez-vous « saisir par le Christ » (Phi 3, 12) ! 
 
 
 
PRENDS TON FILS, CELUI QUE TU AIMES 
Deuxième dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2ème lecture (Rm 8,31b-34)
Evangile (Mc 9,2-10)
 
Le projet de Dieu, pour chacun de nous, est de nous conduire à lui, et le chemin qu'il nous demande de suivre est celui-là même du Christ, pour que nous puissions rejoindre l'infini de Dieu. 
 
Le désir de l'amour, c'est de vivre sa durée. Le désir de l'être, c'est l'infini. C'est Dieu, mais nous ne le connaissons pas dans l'infini de sa réalité. 
 
Quand Abraham quitte Ur en Chaldée, il ignore de quoi seront faits les lendemains. De quelles joies ? de quelles épreuves ? de quels détachements ? Il ne connaît rien du projet de Dieu sur lui, mais, pour Abraham, ce Dieu qui lui parle et l'invite à partir, c'est plus que son pays, que sa patrie, que la famille, la maison de son père. 
 
Il en est ainsi de notre vie. Il nous est demandé de dépasser notre humaine compréhension. Ce fils, Isaac, est l'unique espoir d'une descendance et c'est cet espoir qui doit être sacrifié. La foi d'Abraham assume ce paradoxe. Ce fils, « cet unique, celui que tu aimes », devient l'avenir même du Peuple de Dieu, parce qu'Abraham a préféré Dieu à tout autre amour.
 
Saint-Paul prend appui sur l'assurance même de l'amour que Dieu nous porte.
«Qui sera contre nous ? Il n'a pas refusé son propre Fils, il l'a livré pour nous tous ». Certes Saint-Paul n'a pas vécu la lumière que Pierre, Jacques et Jean ont vécue sur la montagne au jour de la Transfiguration. C'est sur le chemin de Damas qu'il a vécu cette indicible lumière. Il peut alors déclarer à son disciple Timothée : « Il nous a donné une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce... Maintenant elle est devenue visible à nos yeux « (2 Tim. 1. 9) 
 
 
1ère lecture : Dieu met Abraham à l'épreuve, et lui renouvelle ses promesses (Gn 22, 1-2.9a.10-13.15-18)
Lecture du livre de la Genèse 
Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l'offriras en sacrifice sur la montagne que je t'indiquerai.
 Quand ils furent arrivés à l'endroit que Dieu lui avait indiqué, Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l'ange du Seigneur l'appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L'ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s'était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils. Du ciel l'ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham : « Je le jure par moi-même, déclare le Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance tiendra les places fortes de ses ennemis. Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par le nom de ta descendance. » 
 
Psaume : Ps 115, 10.15, 16ac-17, 18-19
R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants
Je crois, et je parlerai, moi qui ai beaucoup souffert. Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens ! Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ? Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce, j'invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple, à l'entrée de la maison du Seigneur, au milieu de Jérusalem ! 
 
2ème lecture : Le sacrifice du Fils (Rm 8, 31-34) 
 Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
 
Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n'a pas refusé son propre Fils, il l'a livré pour nous tous : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? puisque c'est Dieu qui justifie. Qui pourra condamner ? Puisque Jésus-Christ est mort ; plus encore : il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous. 
 
Evangile : La Transfiguration (Mc 9, 2-10)
 
Acclamation : Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père à retenti : « Voici mon Fils, mon bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Mt 17, 5)
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts » 
 
 
 
CALENDRIER
 
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  4 MARS 2012 – Deuxième dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2ème lecture (Rm 8,31b-34) Evangile (Mc 9,2-10)
 
 Lundi 5 mars 2012  : De la férie
 Mardi 6 mars   : De la férie 
 Mercredi 7 mars  : Saintes Perpétue et Félicité 
 Jeudi 8 mars   : Saint-Jean de Dieu 
 Vendredi 9 mars  : Sainte-Françoise Romaine 
 Samedi 10 mars  : De la férie
 
DIMANCHE  11 MARS 2012 – Troisième dimanche de Carême
1ère lecture (Ex 20, 1-17) Psaume (Ps 18,8-11) 2ème lecture (Co 1,22-25) Evangile (Jn 2,13-25)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame 

 
WEEK-END EN ABBAYE POUR LES LAICS EN RESPONSABILITE DE LA PAROISSE A SAINT-BENOIT SUR LOIRE

 
Mercredi 14 mars à 20 h 30 concert dans l’église Notre-Dame. Gloria, motet pour voix, concerto pour deux trompettes de Vivaldi ; messe de Rheinberger.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 21:28

Pour vivre le Carême jour après jour  
 
*Retraite dans la Ville* : 10e édition de la retraite de Carême sur Internet, animée par les dominicains de Lille et de la Province de France. Du 22 février au 8 avril, retrouvez sur le site :
www.retraitedanslaville.org
les frères et une communauté de retraitants autour du thème « La vie en abondance ! ». L’inscription est gratuite. Chaque jour du Carême dans votre boîte mail, vous recevrez une courte méditation de l'Évangile. Vous aurez la possibilité d’aller plus loin avec un temps de prière chanté, un accompagnement spirituel ou la possibilité de confier une prière à une communauté dominicaine. Une rubrique « Dessine l’Evangile » est destinée aux enfants. Tout cela est aussi accessible en podcast et sur smartphones. La retraite est facile d'accès, et peut être suivie à votre rythme : 51 000 personnes l’ont fait en 2011 !
 
Carême 2012 : « Vive la simplicité » avec Croire.com
6 thèmes développés (1 par semaine) : Le jeûne, la prière, la nature, le silence, la paix, le partage. 
Sobriété, vie de prière, accueil de l’autre et paix de l’âme… C’est dans cet esprit franciscain que ce site propose de vivre le Carême.
 
Application pour Iphone de Prions en Eglise, Carême 2012, le rendez-vous de Carême proposé par Bayard Presse. Un accompagnement chaque jour du mercredi  des cendres au dimanche de Pâques. Véritable guide spirituel mobile et innovant, elle vous propose de créer votre propre chemin de conversion … Coût 2,39 euros
 
« un Carême-planner » avec les sanctuaires de Paray le Monial, chaque jour une pensée ou une proposition de résolution jusque Pâques : www.sanctuaires-paray.com/paray-2020
 
Pour les enfants : une retraite dans la ville pour eux, avec chaque jour, un dessin de l’évangile. lapinbleu.over-blog.net
 
Mais aussi
 
La retraite dans la vie sur notre diocèse de Saint-Denis à partir du mercredi 8 Mars (tracts dans l’église)
 
Les conférences de Carême à Notre Dame de Paris à 16h30 suivies d’un débat à 17h15 cette année sur le thème de la solidarité (tracts dans l’église). 
 
   
  
Une alliance entre tous les êtres
Premier dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 9,8-15) Psaume (Ps 24, 4-9) 2ème lecture (1P 3,18-22) Evangile (Mc 1,12-15)
 
Il ne serait pas inintéressant de reprendre cette parole du livre de la Genèse : "L'alliance entre vous, moi et tous les êtres. " Cette parole : "tous les êtres" n'est pas à négliger. L'homme ne peut se considérer comme étant hors de la création, même s'il est « à l'image et à la ressemblance de Dieu ".
  Créature par son humaine nature, il participe à l'évolution même de cette création matérielle et animale. Il en bénéficie d'ailleurs. Il doit aussi la respecter dans une alliance que nous appelons actuellement « sauvegarde de la création ». Il doit l'améliorer. Il doit épanouir toutes les possibilités de la nature, sans en abuser, sans la détériorer, sans la détruire.
  Il en connaît les limites, mais par l'intelligence qu'il a reçue, il peut les repousser, et ce qui lui est demandé, c'est de ne jamais les dévier. L'Incarnation du Fils de Dieu parmi les hommes nous dit bien cette richesse de la création, ses failles, ses possibilités. Par-delà tout événement, c'est par cette Incarnation que la Rédemption est Résurrection.
  D'ailleurs, la tentation au désert en est une illustration. Le pain n'est pas une fin en soi, il est nourriture. Le Pain de la Parole de Dieu est vie éternelle. « L'homme ne vit pas seulement de pain. » Seulement, mais aussi. Plus tard les noces de Cana seront dans le même registre. « Ils n'ont plus de vin. » Jésus ne répond pas que ce qu'ils ont bu est largement suffisant. C'est Lui qui donne en surabondance des centaines de litres de vin, comme première expression du « vin du Royaume éternel » au soir du Jeudi-Saint.
  Au seuil de notre Carême et par delà cette nourriture matérielle, la liturgie de l'Eglise insiste sur l'Alliance que Jésus ne veut pas briser entre nous et lui, entre « l'Homme-Dieu » et son Père, au moment où Satan tente de rompre cette Alliance. 
   
 
 
1ère lecture : Dieu fait une alliance avec l'homme (Gn 9, 8-15)


Lecture du livre de la Genèse
Après le déluge, Dieu dit à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j'établis mon alliance avec vous, avec tous vos descendants, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous : les oiseaux, les animaux domestiques, toutes les bêtes sauvages, tout ce qui est sorti de l'arche pour repeupler la terre. Oui, j'établis mon alliance avec vous : aucun être vivant ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n'y aura plus de déluge pour ravager la terre. » Dieu dit encore : « Voici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous, pour toutes les générations à venir : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l'arc-en-ciel paraîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance avec vous et avec tous les êtres vivants, et les eaux ne produiront plus le déluge, qui détruit tout être vivant. » 
 
Psaume : 24, 4-5ab, 6-7, 8-9, 10.14 
 
R/ Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance
Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ; dans ton amour, ne m'oublie pas. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin. 
 
2ème lecture : L'eau du baptême nous sauve de nos péchés (1P 3, 18-22) 
 
Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre
Frères, le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui, le juste, il est mort pour les coupables afin de vous introduire devant Dieu. Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l'esprit, il a été rendu à la vie. C'est ainsi qu'il est allé proclamer son message à ceux qui étaient prisonniers de la mort. Ceux-ci, jadis, s'étaient révoltés au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, huit en tout, furent sauvées à travers l'eau. C'était une image du baptême qui vous sauve maintenant : être baptisé, ce n'est pas être purifié de souillures extérieures, mais s'engager envers Dieu avec une conscience droite, et participer ainsi à la résurrection de Jésus Christ qui est monté au ciel, au-dessus des anges et de toutes les puissances invisibles, à la droite de Dieu. 
 
Evangile : Jésus au début de sa mission (Mc 1, 12-15) 
 
Acclamation : Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole venant de la bouche de Dieu. Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.(Mt 4, 4)
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après l'arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » 
 
 
 
CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  26 FEVRIER 2012 – Premier dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 9,8-15) Psaume (Ps 24, 4-9) 2ème lecture (1P 3,18-22) Evangile (Mc 1,12-15)
 
 Lundi 27 février 2012  : De la férie
 Mardi 28 février  : De la férie
 Mercredi 29 février  : De la férie
 Jeudi 1er mars   : De la férie
 Vendredi 2 mars  : De la férie 
 Samedi 3 mars  : De la férie
 
DIMANCHE  4 MARS 2012 – Deuxième dimanche de Carême
1ère lecture (Gn 22,1-2.9a.10-13.15-18) Psaume (Ps 115,10.15-19) 2ème lecture (Rm 8,31b-34) Evangile (Mc 9,2-10)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9h à  Saint-Louis - Messe à 10 h 30 à Notre-Dame   
 
 
 Mercredi 14 mars à 20 h 30 concert dans l’église Notre-Dame. Gloria, motet pour voix, concerto pour deux trompettes de Vivaldi ; messe de Rheinberger. 
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens