Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 21:47

Respecter la vie humaine ? 

 


 Le Sénat a adopté cette semaine une proposition de loi visant à mettre en place un régime d'autorisation sur la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires. Or, l'article 46 de la loi de bioéthique de 2011 prévoit que : « Tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d'un débat public sous forme d'états généraux ». Mgr d'Ornellas, qui a animé au nom de l'Eglise en France le dialogue de la qualité que l'on sait, préparant cette loi de 2011, s'exprime dans le communiqué ci-joint au nom de la Conférence des Evêques de France.  
  
« Vous voulez protéger la vie dans des conditions qui nous paraissent contraires à l'essence même de la vie. » En prononçant cette phrase, le sénateur Jacques Mézard, (qui veut l'autorisation légale de la recherche sur l'embryon humain) a pourtant exprimé la gravité de l'enjeu de la proposition de loi adoptée dans la nuit par le Sénat.
 
La vie de l'embryon humain mérite-t-elle d'être protégée ? Oui ou non ? Le Sénat a répondu par la négative. Conscient qu'il s'agit d'une « transgression anthropologique », il a pourtant voté l'autorisation de la recherche sur l'embryon humain, par principe et non plus seulement par exception. Le motif invoqué est hasardeux : le retard de la France en matière de recherche scientifique. Est-il vrai que le progrès de la recherche française dépende de cette autorisation ? 
 
L'embryon humain a le droit d'être protégé. L'Europe demande que sa protection soit assurée le mieux possible. Notre droit français actuel s'honore en maintenant, sans ignorer les situations difficiles, le respect de l'être humain « dès le commencement de sa vie ». La France peut être fière de ce respect. Souhaitons qu'elle garde cette fierté ! 
 
Le Sénat a remis en cause ce respect. Cela est choquant. Et un tel changement est opéré sans même qu'un véritable débat ait eu lieu. La loi de bioéthique promulguée en juillet 2011 exige pourtant ce débat. Le Sénat ne l'a pas jugé utile. Pourquoi avoir peur du débat qui fait appel au vaste panorama de la philosophie et de la science ? L'Allemagne maintient l'interdiction de recherche sur l'embryon humain. Faudra-t-il que ce soit l'Allemagne qui soit en avance dans le respect dû à l'être humain ?
 
Le vote du Sénat est d'autant plus choquant que, dans les tests pour les nouveaux médicaments, la communauté scientifique internationale privilégie désormais les cellules souches reprogrammées découvertes par les Nobels Gurdon et Yamanaka. Comme l'a écrit le neurobiologiste Alain Privat, l'adoption d'une disposition autorisant par principe l'expérimentation sur les embryons humains « enverrait au monde un message de négation de l'éthique et d'anachronisme scientifique ».
 
Mgr Pierre d'ORNELLAS
Archevêque de Rennes 
 
 
 
Il est venu, il reviendra

  


1ère lecture (Jr 33,14-16) Psaume (Ps 24,4-5.8-10.14) 2ème lecture (1Th 3,12-4,2)Evangile (Lc 21,25-28.34-36)
 
Au début de son Evangile, saint Luc atteste qu'il a mené une enquête précise "sur les événements survenus parmi nous." Il nous renseigne approximativement sur la naissance de Jésus : au temps du roi Hérode, à l'occasion du premier recensement ordonné par l'empereur Auguste et s'appliquant à la région.
 
Pour la véritable inauguration de l'Evangile qu'est la prédication de Jean le Baptiste, les indications sont beaucoup plus précises. Notons au passage que saint Marc commence son Evangile, sans autre préambule, sur la prédication de saint Jean le Baptiste.
 
 Nous sommes en l'an 15 du règne de l'empereur Tibère. Selon la manière de compter, la date peut osciller entre 27 et 29. Prenant au pied de la lettre la mention, pourtant expressément approximative, des trente ans de Jésus, en saint Luc 3. 23, la tradition en tirera une conclusion pour le début de notre ère chrétienne.
 
En fait Jésus est né quelques années plus tôt, puisqu'Hérode le Grand, le sinistre auteur du massacre des Innocents, est mort en l'an - 4, av. JC.
 
Ce qui compte, c'est que le temps, l'époque s'inscrivent dans la vie du Fils de l'Homme et que cette vie s'inscrit dans le temps. Il est de Galilée; il n'est pas de nulle part. Il a pour contemporains, Pilate, Tibère, Caïphe; il n'est pas intemporel. Il est bien d'une époque et d'une époque qui marque sa vie et son message, dans le même temps que ce message transcende son époque.
 
Nous aussi nous avons à vivre notre foi dans le temps où nous vivons, où Dieu nous a placés. Le Christ dont nous avons à témoigner n'est ni un être virtuel construit par imagination, ni un être intemporel, ni un être du passé. Et c'est à nous qu'il demande de le donner à nos frères, inséré dans le temps qu'ils vivent. 
 
 
 
1ère lecture : « Fille de Sion, réjouis-toi, car le Seigneur est en toi » (So 3,14-18)


Lecture du livre de Sophonie
Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » 
 
Psaume : Is 12, 2, 4bcde, 5-6
R/ Laissons éclater notre joie : Dieu est au milieu de nous.
 
Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance, je n'ai plus de crainte. Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur, car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! 
 
2ème lecture : Soyez dans la joie : le Seigneur est proche (Ph 4, 4-7)
 
Lecture de la lettre de saint Paul aux Philippiens
Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. 
 
Evangile : Jean Baptiste prépare les foules à la venue du Messie (Lc 3, 10-18)
 
Acclamation : Alléluia, alléluia. Prophète du Très-Haut, Jean est venu préparez la route devant le Seigneur et porter témoignage à la Lumière. Alléluia.
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » À leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. 
 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  9 DECEMBRE 2012 – Deuxième dimanche de l’Avent
1ère lecture (Ba 5,1-9) Psaume (Ps 125,1-6) 2ème lecture (Ph 1,4-6.8-11) 
Evangile (Lc 3,1-6)
 
 Lundi  10 décembre : de la férie
 Mardi 11 décembre : de la férie
 Mercredi 12 décembre : de la férie 
 Jeudi 13 décembre : Sainte Lucie
 Vendredi 14 décembre : Saint Jean de la Croix 
 Samedi 15 Décembre : de la férie 


 DIMANCHE  16 DECEMBRE 2012 – Troisième dimanche de l’Avent
1ère lecture (So 3,14-18a) Psaume (Is 12,2.4-6) 2ème lecture (Ph 4,4-7) 
Evangile (Lc 3,10-18)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9 h à Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 
Présentation des catéchumènes adultes de la paroisse 
 
''''''''''''''''''''''''' Offices de Noël :  ''''''''''''''''''''
Lundi 24 Décembre à l’église Notre-Dame :
- 18 h : veillée et messe de la nuit  
- Minuit : messe solennelle de la nuit
 
Mardi 25 Décembre à 9 h à l’église Saint-Louis 
          à 10 h 30 à l’église Notre-Dame : messe du jour
'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 16:01

De retour de Rome
 
La visite "ad limina Apostolorum" des évêques des provinces de Besançon, Dijon, Lille, Paris et Reims vient de s'achever. Comme vous le savez la visite "ad limina Apostolorum" est le pèlerinage que tous les évêques, successeurs des Apôtres, accomplissent régulièrement, en principe tous les cinq ans, sur les tombes des apôtres Pierre et Paul, fondateurs de l'Eglise. 
Au cours de cette visite nous avons rencontré à deux reprises le successeur de Pierre, le Pape Benoît XVI. Le Saint Père a reçu les évêques de la province de Paris le vendredi 16 novembre dans une audience privée. Pendant près d'une heure nous avons pu dialoguer avec le Pape, lui partager nos questions, écouter ses réflexions mais aussi son désir, plusieurs fois exprimé, d'entendre ce que nous vivons dans nos diocèses comme source d'enrichissement à sa propre réflexion. Tout au long de cet échange fraternel nous avons reçu les paroles du Saint Père comme celles de Pierre qui confirme ses frères dans la foi (Luc 22,32), leur fait confiance et les soutient. 
Le lendemain matin l'ensemble de notre groupe, à peu près une quarantaine d'évêques, a été reçu pour entendre le message du Pape. Ce message, que vous pourrez lire par ailleurs, est source d'encouragement et de joie pour nos Eglises diocésaines. Le Saint Père y souligne son attachement au Concile Vatican II "authentique signe de Dieu pour notre temps" notamment dans le domaine du dialogue entre l'Eglise et le monde, un monde que l'Eglise est appelée à aimer en refusant la tentation du découragement ou du repli. Le Saint Père poursuit par une invitation pressante à témoigner de la foi avant d'évoquer le témoignage radical des communautés religieuses, la beauté des célébrations liturgiques comme "œuvre durable et efficace d'évangélisation", la transmission de la foi auprès des jeunes, l'importance de la simplicité et de la cohérence de nos vies chrétiennes. Autant de sujets qui, déjà, sont souvent présents dans notre réflexion pastorale et que nous sommes ainsi invités à approfondir en en mesurant les enjeux pour l'Eglise et le monde.
La visite ad limina c'est aussi la rencontre des différentes Congrégations et Conseils Pontificaux qui assistent le Pape dans sa mission de gouvernement au service de l'unité et de la communion universelle de l'Eglise. Nous y avons partagé ce que nous vivons dans nos différents diocèses et entendu, de la part de nos interlocuteurs, un vif intérêt pour ce que vit l'Eglise en France dans les domaines aussi variés que l'annonce de la foi, la liturgie, l'expression de la charité, la catéchèse, la pastorale des migrants, le dialogue interreligieux…. Ce fut aussi l'occasion d'entendre ce que recherchent et vivent d'autres Eglises particulières.
La visite ad limina c'est enfin et surtout des moments de prière et de célébration dans chacune des quatre basiliques majeures de Rome. Saint-Pierre où, dès le premier jour, nous avons proclamé solennellement notre foi. Sainte-Marie-Majeure où nous avons confié à la Vierge Marie les intentions de prière de nos diocèses. Saint-Paul-hors-les-murs où résonne l'invitation à annoncer l'Evangile à tous les peuples. Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du Pape, où nous avons prié pour le successeur de Pierre. 
Tout au long de ces journées de pèlerinage vous avez eu à cœur de prier pour nous comme nous avons eu à cœur de prier pour vous et c'est ainsi que, malgré la distance, nous nous sommes sentis très proches les uns des autres. Au terme de ce pèlerinage c'est avec grande joie que je vous transmets la bénédiction du Saint Père.

 


+ Pascal Delannoy, Evêque du diocèse de Saint-Denis, Le 23 novembre 2012. 
  

La rencontre


1ère lecture (Jr 33,14-16) Psaume (Ps 24,4-5.8-10.14) 2ème lecture (1Th 3,12-4,2)Evangile (Lc 21,25-28.34-36)
 
Tandis que nos cœurs tendent vers la célébration annuelle de la naissance du Christ, la liturgie de l'Eglise oriente notre regard vers le but ultime: la rencontre avec le Seigneur, qui viendra dans la splendeur de la gloire.
 
C'est pourquoi, nous devons veiller dans la prière, nous qui, dans chaque Eucharistie, «annonçons sa mort, proclamons sa résurrection dans l'attente de sa venue».
 
La liturgie ne se lasse jamais de nous encourager à reprendre ce chemin, à marcher sur nos routes tortueuses, encombrées d'obstacles. Comme Jean Baptiste le criait haut et fort.
 
Et pour nous le rappeler et nous soutenir, elle place sur nos lèvres et dans nos coeurs, au cours des jours de l'Avent, le cri par lequel se conclut toute la Sainte Ecriture, dans la dernière page de l'Apocalypse de Jean: «Viens, Seigneur Jésus!» (22, 20).
Par cette rencontre, nous actualisons le mystère de la venue du Seigneur.
 
Au cours de cet Avent, il nous sera donné, une fois de plus, de faire l'expérience de la proximité de Celui qui a créé le monde, qui oriente l'histoire et qui a pris soin de nous jusqu'à arriver au sommet de sa complaisance: en se faisant homme. C'est précisément le grand et "fascinant mystère du Dieu avec nous" (Benoît XVI) , et même du Dieu qui se fait l'un de nous, au milieu de nous. 
 
 
1ère lecture : Annonce de la venue du Messie (Jr 33, 14-16)
 
Lecture du livre de Jérémie
 
Parole du Seigneur : Voici venir des jours où j'accomplirai la promesse de bonheur que j'ai adressée à la maison d'Israël et à la maison de Juda : En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera délivré, Jérusalem habitera en sécurité, et voici le nom qu'on lui donnera : « Le Seigneur-est-notre-justice ». 
 
Psaume : Ps 24, 4-5ab, 8-9, 10.14 
 
R/ Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme, vers toi, mon Dieu.
 
Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin. Les voies du Seigneur sont amour et vérité pour qui veille à son alliance et à ses lois. Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ; à ceux-là, il fait connaître son alliance. 
 
2ème lecture : Comment se préparer pour le jour du Seigneur (1Th 3, 12 -- 4, 2)
 
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens
 
Frères, que le Seigneur vous donne, entre vous et à l'égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu'ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints. Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c'est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus. D'ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus. 
 
Evangile : L'attente de la venue du Fils de l'homme (Lc 21, 25-28.34-36) 
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde : fais-nous voir le jour de ton salut. Alléluia. (cf. Ps 84, 8)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
 
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. » 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  2 DECEMBRE 2012 – Premier dimanche de l’Avent
1ère lecture (Jr 33,14-16) Psaume (Ps 24,4-5.8-10.14) 2ème lecture (1Th 3,12-4,2) 
Evangile (Lc 21,25-28.34-36)
 
 Lundi  3 décembre : Saint-François Xavier 
 Mardi 4 décembre : de la férie 
 Mercredi 5 décembre : de la férie 
 Jeudi 6 décembre : de la férie
 
A 20h30 au Centre Culturel Thierry le Luron, 9 boulevard du Midi au Raincy : Conférence- débat en présence des représentants des trois grandes religions monothéistes à propos du projet de loi « Le mariage pour tous… » 
Ce que nos religions en disent 
 
Vendredi 7 décembre : Saint Ambroise
Samedi 8 Décembre : Immaculée conception de la Vierge Marie, Solennité
A 18 h 30 messe de l’Immaculée conception de Marie dans l’église Notre-Dame
 
DIMANCHE  9 DECEMBRE 2012 – Deuxième dimanche de l’Avent
1ère lecture (Ba 5,1-9) Psaume (Ps 125,1-6) 2ème lecture (Ph1,4-6.8-11) 
Evangile (Lc 3,1-6)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 10 h 30 à Notre-Dame 
A 11 h 45 Célébration d’Eveil à la foi

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 20:18

Chers Paroissiens,
 
Nos évêques nous invitent à écrire à notre député si nous voulons affirmer notre désaccord vis--à-vis du projet de loi sur le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des familles homoparentales.  L’organisation pacifique des manifestations du 17 Novembre,   dans les grandes villes de France et notamment à Paris,  démontre le début d’une mobilisation, d’une nécessité d’un véritable débat, dans un profond respect des personnes. Je pense que beaucoup ne mesurent pas encore ce qui est derrière ce projet de loi. Je vous invite à le lire pour vous faire une véritable opinion. Depuis plusieurs semaines je vous ai communiqué de nombreux documents de réflexions, car aujourd’hui beaucoup refusent de voir et ne comprennent pas les conséquences que peut avoir une telle loi sur les consciences et les relations humaines. Personnellement je me réjouis de voir tant d’associations d’homosexuels  refuser un tel projet de loi. Enfin quel que soit l’avenir des débats, s’il y a bien une chose à toujours vouloir dénoncer c’est l’homophobie. Aussi je vous invite à écrire aux parlementaires de notre circonscription, pour les éclairer aussi dans leur conscience et la responsabilité qui va être la leur fin Janvier 2013.
Une nouvelle manifestation sera organisée le Dimanche 13 Janvier 2013 à Paris. Sans doute, je vous suggèrerais de participer à cette initiative à condition que tous ceux et toutes celles qui se servent d’un tel projet pour exposer des idées extrémistes et de violence soient absents du cortège.
 
Père Frédéric Benoist
 
« Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Par-delà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société. 
Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir. »


Mgr. André Vingt-Trois : Extrait du discours de clôture de l’assemblée des évêques de France
 
 
Ecrivons à notre député
 
Monsieur Pascal Popelin
5 Avenue Firmin Didot
93190 Livry-Gargan 
 
 
La royauté du fils de l'homme
1ère lecture (1 Dn 7,13-14) Psaume (Ps 92,1-2.5) 2ème lecture (Ap 1,5-8) Evangile (Jn 18,33b-37)
 
Au moment des grandes persécutions, sous Antiochus Epiphane, l'espérance s'exprime dans l'avènement du Royaume. C'est la révolte des Maccabées qui voudrait le rétablir. C'est la vision du prophète Daniel que nous lisons ce dimanche dans la première lecture : « En ce temps-là viendra le salut de ton Peuple. »
 
Voici que vient en effet le jour du Fils de l'Homme. Il représente le Peuple enfin libéré de l'asservissement et recevant de Dieu « domination, gloire et royauté. » Initialement, cette figure est collective. Avec le temps elle devient de plus en plus personnelle en la personne du Messie, attendu comme roi d'Israël par un don de Dieu. A l'époque du Christ, bien des révoltes contre les Romains s'inspirent de cette attente.
 
Le Christ revendique cette royauté, mais une royauté qui n'est pas de ce monde. Il ne veut pas la tenir du Tentateur et rejette les propositions terrestres que Satan lui fait miroiter. « A l'heure de passer de ce monde à son Père », il revendique pour lui-même la prophétie de Daniel.
 
Relire les textes du procès de Jésus à la lumière de ces textes de la tentation ou de la vision de Daniel, donne une grande dimension aux paroles du Christ. Dans le même temps, s'il est qualifié de « roi des Juifs », c'est que le pouvoir romain ne reconnaissait pas l'autonomie politique d'un Etat souverain. Il est le roi d'un peuple auquel ce même pouvoir reconnaissait des droits et des usages religieux particuliers.
 
Dieu, par son Fils, redevient le Seigneur de son Peuple. Cette royauté dépasse ce Peuple et s'exerce sur toutes les nations : « C'est le Seigneur qui règne. » (Psaume 95. 10) 
 
 
1ère lecture : La royauté du Fils de l'homme (Dn 7, 13-14) 
 
Lecture du livre de Daniel
 
Moi, Daniel, je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d'homme ; il parvint jusqu'au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. 
 
Psaume : 92, 1abc, 1d-2, 5
 
R/ Jésus Christ, Seigneur, tu règnes dans la gloire.
 
Le Seigneur est roi ; il s'est vêtu de magnificence, le Seigneur a revêtu sa force. Et la terre tient bon, inébranlable ; dès l'origine ton trône tient bon, depuis toujours, tu es. Tes volontés sont vraiment immuables : la sainteté emplit ta maison, Seigneur, pour la suite des temps. 
 
2ème lecture : Le sacerdoce royal des sauvés (Ap 1, 5-8) 
 
Lecture de l'Apocalypse de saint Jean
 
Que la grâce et la paix vous soient données, de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né d'entre les morts, le souverain des rois de la terre. À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous le royaume et les prêtres de Dieu son Père, à lui gloire et puissance pour les siècles des siècles. Amen. Voici qu'il vient parmi les nuées, et tous les hommes le verront, même ceux qui l'ont transpercé ; et, en le voyant, toutes les tribus de la terre se lamenteront. Oui, vraiment ! Amen ! Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, je suis celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. 
 
Evangile : « Je suis roi » (Jn 18, 33-37) 
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le règne de David notre Père, le Royaume des temps nouveaux ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! Alléluia. (cf. Mc 11, 10)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
 
Lorsque Jésus comparu devant Pilate, celui-ci l'interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d'autres te l'ont dit ? » Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t'ont livré à moi : qu'as-tu donc fait ? » Jésus déclara : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j'aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d'ici. » Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C'est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. » 
 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  25 NOVEMBRE 2012 – Christ, roi de l’Univers, solennité
1ère lecture (1 Dn 7,13-14) Psaume (Ps 92,1-2.5) 2ème lecture (Ap 1,5-8) 
Evangile (Jn 18,33b-37)
 
 Lundi  26 novembre : de la férie
 Mardi 27 novembre : de la férie
 Mercredi 28 novembre : de la férie
 Jeudi 29 novembre : de la férie
Pas de messe à 9 h 
 Vendredi 30 novembre : Saint André 
 Samedi 1er Décembre : de la férie 
 
 
DIMANCHE  2 DECEMBRE 2012 – Premier dimanche de l’Avent
1ère lecture (Jr 33,14-16) Psaume (Ps 24,4-5.8-10.14) 2ème lecture (1Th 3,12-4,2) 
Evangile (Lc 21,25-28.34-36)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 10 h 30 à Notre-Dame 
Journée des familles pour les enfants de la catéchèse et leurs parents
Rendez-vous à 10 h salle Pierre Lefeuvre, messe à 15 h  
à l’église Notre-Dame 
PAS DE MESSE A SAINT-LOUIS 
 
 
Mercredi 28 novembre de 20 h 30 à 22 h 30 à la Maison diocésaine, 6 Avenue Pasteur à BONDY : dialogue croisé entre les trois religions monothéistes sur le thème des pèlerinages.
 
Jeudi 6 Décembre à 20h30 au Centre Culturel Thierry Le Luron : soirée débat en présence des représentants des trois grandes religions monothéistes à propos du projet de loi. 
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 21:46

Extrait du discours de clôture de l’assemblée plénière des évêques de France
 
La position très ferme que nous avons prise au sujet de la transformation légale du mariage a suscité bien des remous. Les réactions, plus diversifiées qu'on ne l'imaginait, ont montré un trouble réel de nos concitoyens qui expriment de véritables interrogations sur la pertinence et l'urgence du projet. Les injures publiques et les arguments ad hominem laissent paraître chez certains la difficulté à accepter un véritable débat. Bien sûr, l'accusation d'homophobie est la plus habituelle. Mais dénoncer la supercherie que serait un mariage entre personnes du même sexe n'empêche pas, au contraire, de comprendre le besoin de reconnaissance de personnes homosexuelles, besoin que ce supposé mariage ne satisferait d'ailleurs pas. Nous sommes convaincus que les personnes homosexuelles, comme tout un chacun, sont appelées à rencontrer et suivre le Christ. Il y a pour elles aussi un chemin vers la sainteté, à parcourir pas à pas, et l'Église est toujours disposée à les accompagner sur ce chemin. Une fois encore, nous voulons rappeler les grands absents de cette discussion : les enfants.
Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Par-delà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société. 
Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir.
Nous regrettons que le choix du gouvernement polarise tellement les attentions sur un sujet qui finalement reste second, si l'on tient compte des préoccupations prioritaires qui assaillent beaucoup de nos concitoyens en raison des conséquences de la crise économique et financière : fermeture d'entreprises, hausse du chômage, précarité croissante des familles les plus fragiles, etc. Nos associations, engagées dans la solidarité sociale, relèvent toutes l'aggravation de la situation, notamment des plus jeunes. Le récent rapport du Secours Catholique en est un témoignage supplémentaire. Dans cette période difficile, le soutien de la cohésion familiale est plus que jamais nécessaire. Nous encourageons tous les catholiques à maintenir leur mobilisation dans la lutte contre la misère économique et sociale et à poursuivre leurs magnifiques efforts de solidarité.
Mgr. André Vingt-Trois Président de la Conférence des évêques de France
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 21:42

Extrait du discours de clôture de l’assemblée plénière des évêques de France
 
La position très ferme que nous avons prise au sujet de la transformation légale du mariage a suscité bien des remous. Les réactions, plus diversifiées qu'on ne l'imaginait, ont montré un trouble réel de nos concitoyens qui expriment de véritables interrogations sur la pertinence et l'urgence du projet. Les injures publiques et les arguments ad hominem laissent paraître chez certains la difficulté à accepter un véritable débat. Bien sûr, l'accusation d'homophobie est la plus habituelle. Mais dénoncer la supercherie que serait un mariage entre personnes du même sexe n'empêche pas, au contraire, de comprendre le besoin de reconnaissance de personnes homosexuelles, besoin que ce supposé mariage ne satisferait d'ailleurs pas. Nous sommes convaincus que les personnes homosexuelles, comme tout un chacun, sont appelées à rencontrer et suivre le Christ. Il y a pour elles aussi un chemin vers la sainteté, à parcourir pas à pas, et l'Église est toujours disposée à les accompagner sur ce chemin. Une fois encore, nous voulons rappeler les grands absents de cette discussion : les enfants.
Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Par-delà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société. 
Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir.
Nous regrettons que le choix du gouvernement polarise tellement les attentions sur un sujet qui finalement reste second, si l'on tient compte des préoccupations prioritaires qui assaillent beaucoup de nos concitoyens en raison des conséquences de la crise économique et financière : fermeture d'entreprises, hausse du chômage, précarité croissante des familles les plus fragiles, etc. Nos associations, engagées dans la solidarité sociale, relèvent toutes l'aggravation de la situation, notamment des plus jeunes. Le récent rapport du Secours Catholique en est un témoignage supplémentaire. Dans cette période difficile, le soutien de la cohésion familiale est plus que jamais nécessaire. Nous encourageons tous les catholiques à maintenir leur mobilisation dans la lutte contre la misère économique et sociale et à poursuivre leurs magnifiques efforts de solidarité.
Mgr. André Vingt-Trois Président de la Conférence des évêques de France
 
Nous vous invitons à prendre dans l’église  « Regards sur 10 ans 
de pauvreté », le rapport que le Secours Catholique nous propose 
 
 
 
La permanence de la parole divine
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
 
L’idée que le ciel et la terre sont appelés à disparaître est un lieu commun de toutes les apocalypses. Elle n’est mentionnée ici par le Christ que pour souligner l’irrévocable permanence de la Parole divine qui est celle de Jésus. Elle veut être la certitude qui distingue l’espérance de ce qui serait un fragile espoir.
L’espérance chrétienne trouve cette certitude non dans de vains calculs qui permettraient de prévoir l’avenir à partir des événements de l’histoire ou des phénomènes de la nature. Il suffit d’entendre les discussions sur les probabilités de l’évolution de la planète Terre, à partir des constatations de notre époque restreinte. L’espérance chrétienne trouve ses racines et sa raison d’être dans une parole souveraine, prononcée avec l’autorité divine.
Mais dans le même temps, Jésus affirme l’ignorance du moment précis où se déroulera ce qu’il annonce. Personne n’en connaît ni le jour ni l’heure. C’est le secret de Dieu, c’est le secret du Père. Le Fils lui-même ne cherche pas à en savoir davantage. Les disciples perdent donc leur temps à fixer une date. Jusqu’à nos jours, tant de naïfs se créent des illusions avec les prophéties de Nostradamus ….
Plus qu’un appel à discerner les signes des temps, le Christ nous exhorte à une vigilance active, sans découragement devant les épreuves et les persécutions. Nous avons à, rester fidèles à l’enseignement du Fils de l’Homme qui viendra un jour rassembler ses élus.
Il est certain que le Seigneur ressuscité viendra pour chacun d’entre nous et cette certitude doit nous maintenir dans l’espérance.
Jésus lui-même s'est dirigé vers la mort qui lui est préparée et cela sans autre certitude que celle de la foi et de l’espérance en son Père. Lui-même ne cherche pas à s’assurer dans un savoir de ce qui l’attend. Que les disciples, de même, prennent courage : ils peuvent croire à sa parole. « L’herbe sèche, la fleur se fane, la parole de notre Dieu demeure toujours. » (Isaïe 40.8) 
 
 
 
 
1ère lecture : La résurrection des morts (Dn 12, 1-3)
 
Lecture du livre de Daniel
Moi, Daniel, j'ai entendu cette parole de la part du Seigneur : « En ce temps-là se lèvera Michel, le chef des anges, celui qui veille sur ton peuple. Car ce sera un temps de détresse comme il n'y en a jamais eu depuis que les nations existent. Mais en ce temps-là viendra le salut de ton peuple, de tous ceux dont le nom se trouvera dans le livre de Dieu. Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s'éveilleront : les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles. Les sages brilleront comme la splendeur du firmament, et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude resplendiront comme les étoiles dans les siècles des siècles. » 
 
Psaume : 15, 5.8, 9-10, 1b.11

 


R/ Garde-moi, Seigneur mon Dieu, toi, mon seul espoir !
 
Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m'abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. Mon Dieu, j'ai fait de toi mon refuge. Tu m'apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices ! 
 
2ème lecture : Le sacrifice unique (He 10, 11-14.18) 
 
Lecture de la lettre aux Hébreux
Dans l'ancienne Alliance, les prêtres étaient debout dans le Temple pour célébrer une liturgie quotidienne, et pour offrir à plusieurs reprises les mêmes sacrifices, qui n'ont jamais pu enlever les péchés. Jésus Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu. Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds. Par son sacrifice unique, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qui reçoivent de lui la sainteté. Quand le pardon est accordé, on n'offre plus le sacrifice pour les péchés.
Evangile : La venue du Fils de l'homme (Mc 13, 24-32)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes de paraître debout devant le Fils de l'homme. Alléluia. (Lc 21, 36) 
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc


Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « En ces temps-là, après une terrible détresse, le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat. Les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel. Que la comparaison du figuier vous instruise : Dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l'été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l'homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant au jour et à l'heure, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. » 
 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  18 NOVEMBRE 2012 – 33ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
 
 Lundi  19 novembre : de la férie 
 Mardi 20 novembre : de la férie 
A 20 h 30 réunion du « groupe Tibériade » 3ème catéchèse sur le Credo à la salle Pierre Lefeuvre
 Mercredi 21 novembre : Présentation de la Vierge Marie 
 Jeudi 22 novembre : Sainte Cécile 
 Vendredi 23 novembre : Saint Clément 1er : pape, martyr
 Samedi 24 novembre : Les martyrs du Vietnam 
 
DIMANCHE  25 NOVEMBRE 2012 – Christ, roi de l’Univers, solennité
1ère lecture (1 Dn 7,13-14) Psaume (Ps 92,1-2.5) 2ème lecture (Ap 1,5-8) 
Evangile (Jn 18,33b-37)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 20:31

APPEL AUX CITOYENS !
 Pour le mariage civil H/F (Homme/Femme)
 Pour la filiation PME (Père-Mère-Enfant)
 Contre le projet de loi de
« mariage pour tous » et contre l’homophobie
 Samedi 17 novembre 2012 Place Denfert-Rochereau à 14h30


Pour tout renseignement sur ce rendez-vous, cliquez sur le lien suivant :

 

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/164198062520200784/La_manif_pour_tous.pdf

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:28

Jeudi 6 Décembre à 20h30 :

 

Soirée au Centre culturel Thierry Le Luron, 9 boulevard du Midi au Raincy

 

sur la position des trois religions monothéistes sur le "mariage pour tous" et l’adoption d’enfants par des familles homoparentales.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:26

"Exercer ses choix avec liberté et courage"
 
Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a célébré mardi 30 octobre, en la basilique Sainte-Clotilde, à Paris, la messe des parlementaires et responsables politiques.
 
Dans son homélie, évoquant le projet de loi sur le mariage homosexuel, il a appelé les députés et sénateurs à résister à la pression des partis politiques pour faire valoir leurs convictions. Extraits :
 
"Conscients d'avoir reçu un message de libération et de croissance pour tous les hommes, nous nous efforçons de le faire connaître et nous le proposons à tous ceux que la passion n'aveugle pas et qui continuent à vouloir réfléchir pour mener une vie juste et bonne." ...
 
"Je ne pense pas que l'organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d'une alternance politique. Elle engage trop profondément l'avenir de la société pour n'être qu'une conséquence automatique d'une élection. C'est pourquoi dans les débats parlementaires qui vont très probablement s'ouvrir sur le mariage ou sur la fin de la vie ou sur la révision des lois de bioéthique, il serait choquant pour la démocratie que les parlementaires ne disposent pas de leur liberté de vote. Leur responsabilité personnelle en sera d'autant plus grande."
 
"Face à ces grands enjeux, c'est à la conscience personnelle du responsable politique d'exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit se gagner et se défendre face aux lobbies qui saturent les espaces de communication. La liberté doit résister au conformisme de la pensée « prête à porter » qui évite de trop s'interroger."
 
"...Le courage est nécessaire quand il s'agit pour le responsable politique de prendre ses distances par rapport à son entourage idéologique ou à son parti et d'exposer son image publique. Au cours des dernières semaines, plusieurs l'ont déjà manifesté. N'est-ce pas ce à quoi l'on reconnaît les hommes et les femmes de conviction : leur capacité à se prononcer en vérité devant leur conscience et devant les hommes ?" 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:20

"Exercer ses choix avec liberté et courage"
 
Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a célébré mardi 30 octobre, en la basilique Sainte-Clotilde, à Paris, la messe des parlementaires et responsables politiques.
 
Dans son homélie, évoquant le projet de loi sur le mariage homosexuel, il a appelé les députés et sénateurs à résister à la pression des partis politiques pour faire valoir leurs convictions. Extraits :
 
"Conscients d'avoir reçu un message de libération et de croissance pour tous les hommes, nous nous efforçons de le faire connaître et nous le proposons à tous ceux que la passion n'aveugle pas et qui continuent à vouloir réfléchir pour mener une vie juste et bonne." ...
 
"Je ne pense pas que l'organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d'une alternance politique. Elle engage trop profondément l'avenir de la société pour n'être qu'une conséquence automatique d'une élection. C'est pourquoi dans les débats parlementaires qui vont très probablement s'ouvrir sur le mariage ou sur la fin de la vie ou sur la révision des lois de bioéthique, il serait choquant pour la démocratie que les parlementaires ne disposent pas de leur liberté de vote. Leur responsabilité personnelle en sera d'autant plus grande."
 
"Face à ces grands enjeux, c'est à la conscience personnelle du responsable politique d'exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit se gagner et se défendre face aux lobbies qui saturent les espaces de communication. La liberté doit résister au conformisme de la pensée « prête à porter » qui évite de trop s'interroger."
 
"...Le courage est nécessaire quand il s'agit pour le responsable politique de prendre ses distances par rapport à son entourage idéologique ou à son parti et d'exposer son image publique. Au cours des dernières semaines, plusieurs l'ont déjà manifesté. N'est-ce pas ce à quoi l'on reconnaît les hommes et les femmes de conviction : leur capacité à se prononcer en vérité devant leur conscience et devant les hommes ?" 
 
 

L'argent n'est pas indifférent

 


1ère lecture (1 R 17,10-16) Psaume (Ps 145,5-10) 2ème lecture (He 9,24-28) Evangile (Mc 12,38-44)
 
Jésus n'a jamais méprisé les riches. Il ne les rejette pas, mais il les appelle à vivre selon une autre échelle de valeurs, ce qui les rendra plus libres, vis-à-vis d'eux-mêmes et vis-à-vis de toute sollicitation. Il ne pose pas la pauvreté matérielle comme une condition inéluctable, mais il demande la pauvreté du cœur. « Là où est ta richesse, là sera ton cœur. » (Luc 12. 34)
 
Ceux qu'il appelle sont invités à la pauvreté, ou plus exactement au détachement. En positif, c'est Lévi, au chapitre 2. En négatif, c'est l'homme qui avait de grands biens. (chapitre 10). La séduction permanente de la richesse étouffe la graine de la Parole de Dieu. (chapitre 4)
 
Le Christ, devant le trésor du Temple, reste en méditation, en observation car il connaît le coeur des hommes. Il voit ceux qui donnent beaucoup, mais pas d'eux-mêmes. Il voit ceux qui donnent peu, mais, en réalité, ils donnent beaucoup, parce que s'ils sont pauvres de moyens matériels, ils ne sont pas pauvres de cœur. Ils donnent le peu qu'ils possèdent, mais avec tout leur coeur. La veuve de Sarepta, avec le prophète Elie, nous le rappelle dans la lecture du livre des Rois.
 
En fait, l'argent n'est jamais indifférent. La femme qui brise le flacon d'albâtre pour verser le parfum sur la tête de Jésus, utilise sa richesse pour honorer d'avance celui qui subira la Passion. Jésus lui rend hommage, malgré les sentiments indignés de l'assistance. Or nous savons ce que valent les indignations des disciples. Elles peuvent masquer la jalousie ou l'endurcissement de leur cœur. (Marc 10. 41)
 
A l'inverse, avec Judas, c'est finalement pour de l'argent que la Parole de Dieu faite chair, Jésus, sera livrée, étouffée, mise à mort. Le motif de la condamnation ne fut pas de cet ordre, de la part des scribes et des pharisiens. Mais c'est le goût de l'argent qui est intervenu comme cause immédiate de l'arrestation et de la Passion.
 
De même, pour nous, tout autant que l'arrivisme, il constitue un obstacle, souvent infranchissable, dans notre agir envers Dieu et envers nos frères. Il devient une entrave sous le prétexte qu'on ne peut se priver du nécessaire. 
 
 1ère lecture : La veuve de Sarepta (1R 17, 10-16)
 
Lecture du premier livre des Rois
Le prophète Élie partit pour Sarepta, et il parvint à l'entrée de la ville. Une veuve ramassait du bois ; il l'appela et lui dit : « Veux-tu me puiser, avec ta cruche, un peu d'eau pour que je boive ? » Elle alla en puiser. Il lui dit encore : « Apporte-moi aussi un morceau de pain. » Elle répondit : « Je le jure par la vie du Seigneur ton Dieu : je n'ai pas de pain. J'ai seulement, dans une jarre, une poignée de farine, et un peu d'huile dans un vase. Je ramasse deux morceaux de bois, je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste. Nous le mangerons, et puis nous mourrons. » Élie lui dit alors : « N'aie pas peur, va, fais ce que tu as dit. Mais d'abord cuis-moi un petit pain et apporte-le moi, ensuite tu feras du pain pour toi et ton fils. Car ainsi parle le Seigneur, Dieu d'Israël : Jarre de farine point ne s'épuisera, vase d'huile point ne se videra, jusqu'au jour où le Seigneur donnera la pluie pour arroser la terre. » La femme alla faire ce qu'Élie lui avait demandé, et longtemps, le prophète, elle-même et son fils eurent à manger. Et la jarre de farine ne s'épuisa pas, et le vase d'huile ne se vida pas, ainsi que le Seigneur l'avait annoncé par la bouche d'Élie. 
 
Psaume : 145, 5-6a, 6c-7ab, 8bc-9a, 9b.10


R/ Je te chanterai, Seigneur, tant que je vivrai.
Heureux qui s'appuie sur le Dieu de Jacob, qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu, lui qui a fait le ciel et la terre. Il garde à jamais sa fidélité, il fait justice aux opprimés; aux affamés, il donne le pain. Le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin. D'âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !  
 
2ème lecture : Le sacerdoce du ciel (He 9, 24-28)

 


Lecture de la lettre aux Hébreux
Le Christ n'est pas entré dans un sanctuaire construit par les hommes, qui ne peut être qu'une copie du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n'a pas à recommencer plusieurs fois son sacrifice, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n'était pas le sien ; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis le commencement du monde. Mais c'est une fois pour toutes, au temps de l'accomplissement, qu'il s'est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement, ainsi le Christ, après s'être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l'attendent. 
 
Evangile : L'ostentation des scribes - L'aumône de la pauvre veuve (brève : 41-44) (Mc 12, 38-44)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à sortir en robes solennelles et qui aiment les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues, et les places d'honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et affectent de prier longuement : ils seront d'autant plus sévèrement condamnés. » Jésus s'était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer de l'argent dans le tronc. Beaucoup de gens riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s'avança et déposa deux piécettes. Jésus s'adressa à ses disciples : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a tout donné, tout ce qu'elle avait pour vivre. » 
 
  
 CALENDRIER 


 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  11 NOVEMBRE 2012 – 32ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 R 17,10-16) Psaume (Ps 145,5-10) 2ème lecture (He 9,24-28) 
Evangile (Mc 12,38-44)
 
 Lundi  12 novembre : Saint Josaphat
 Mardi 13 novembre : de la férie 
 Mercredi 14 novembre : de la férie 
 Jeudi 15 novembre : de la férie
 Vendredi 16 novembre : de la férie 
 Samedi 17 novembre : Sainte Elisabeth de Hongrie 
 
 APPEL AUX CITOYENS !
 Pour le mariage civil H/F (Homme/Femme)
 Pour la filiation PME (Père-Mère-Enfant)
 Contre le projet de loi de
« mariage pour tous » et contre l’homophobie
 Samedi 17 novembre 2012 Place Denfert-Rochereau à 14h30
 Rendez-vous à la gare du Raincy à 13h
 Retenez dans vos calendriers : Jeudi 6 Décembre à 20h30 : soirée au Centre culturel Thierry Le Luron sur la position des trois religions monothéistes sur le « mariage pour tous et l’adoption d’enfants par des familles homoparentales
 
DIMANCHE  18 NOVEMBRE 2012 – 33ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
JOURNEE DU SECOURS CATHOLIQUE
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:40

Benoît XVI : « La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme » 

 Le pape Benoît XVI a évoqué la place de la foi dans notre société, insistant sur la nécessité de relancer l'éducation à la foi.
 
L'éducation à la foi, a dit le pape Benoît XVI, comprend « les vérités du salut » mais surtout « une rencontre véritable de Dieu en Jésus-Christ... De nos jours, au milieu de tant de signes positifs, le désert spirituel s'étend... Les idées mêmes de progrès et de bien-être présentent des ombres. Malgré les importantes avancées de la science et de la technique, l'homme n'apparaît pas vraiment plus libre. Il subsiste de multiples formes d'exploitation, de manipulation, de violence et d'injustice... Parallèlement croît également le nombre des personnes désorientées, désireuses de dépasser l'horizontalité du réel, disposées à croire à tout et n'importe quoi. C'est devant cette réalité que des questions fondamentales se font jour... L'homme a-t-il un avenir?... Comment nous orienter dans la vie?... Qu'y a-t-il après la mort ?". Face à ces interrogations, "bien qu'importante pour la vie de l'homme, la science ne suffit pas". 
 
"Outre le pain matériel, nous avons besoin d'amour, de sens et d'espérance, d'une base sûre...pour nous aider à vivre vraiment, y compris les moments difficiles. Or ceci nous est offert par la foi. S'abandonner au toit qu'est Dieu, qui procure espoir et confiance. Certes, cette adhésion à Dieu doit avoir un contenu, c'est-à-dire la certitude que Dieu s'est manifesté à nous dans le Christ... Avec la mort et la résurrection du Christ, Dieu touche le fond de notre humanité afin de nous ramener à lui et de nous élever à sa hauteur. La foi signifie croire en cet amour qui ne cesse pas, qui ne cède pas à la méchanceté humaine, ni au mal ni à la mort, et qui peut transformer tout esclavage en possibilité de salut... Cette possibilité de salut par la foi est offerte à tous par Dieu. Il nous faudrait plus souvent méditer...sur ce qui soutient nos vies et ce monde, sur le sens que nous ne saurions nous attribuer par nous- mêmes mais qui nous est offert afin de vivre sans peur. Nous devons annoncer en parole et en vivant en chrétiens cette assurance libératoire et rassurante de la foi".
 
Le baptême, source de notre cheminement de foi
"A la base de notre cheminement de foi, il y a le baptême, ce sacrement qui nous communique l'Esprit, fait de nous des fils de Dieu dans le Christ et nous fait entrer dans la communauté de l'Eglise. On ne croit pas par soi-même, hors de la grâce de l'Esprit, ni sans les autres. On croit avec nos frères, car après le baptême nous sommes tous appelés à revivre ensemble notre profession de foi. Si la foi est un don de Dieu, elle est également libre et humaine. Le Catéchisme de l'Eglise catholique dit clairement qu'il est impossible de croire hors de la grâce de l'Esprit, même si croire est un acte caractéristique de la nature humaine. La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme. Elle l'exalte... Croire signifier s'en remettre en toute liberté au dessein providentiel de Dieu dans l'histoire, à l'image de ce que firent Abraham ou Marie". ( ...)  
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens