Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 21:42

Extrait du discours de clôture de l’assemblée plénière des évêques de France
 
La position très ferme que nous avons prise au sujet de la transformation légale du mariage a suscité bien des remous. Les réactions, plus diversifiées qu'on ne l'imaginait, ont montré un trouble réel de nos concitoyens qui expriment de véritables interrogations sur la pertinence et l'urgence du projet. Les injures publiques et les arguments ad hominem laissent paraître chez certains la difficulté à accepter un véritable débat. Bien sûr, l'accusation d'homophobie est la plus habituelle. Mais dénoncer la supercherie que serait un mariage entre personnes du même sexe n'empêche pas, au contraire, de comprendre le besoin de reconnaissance de personnes homosexuelles, besoin que ce supposé mariage ne satisferait d'ailleurs pas. Nous sommes convaincus que les personnes homosexuelles, comme tout un chacun, sont appelées à rencontrer et suivre le Christ. Il y a pour elles aussi un chemin vers la sainteté, à parcourir pas à pas, et l'Église est toujours disposée à les accompagner sur ce chemin. Une fois encore, nous voulons rappeler les grands absents de cette discussion : les enfants.
Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Par-delà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société. 
Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir.
Nous regrettons que le choix du gouvernement polarise tellement les attentions sur un sujet qui finalement reste second, si l'on tient compte des préoccupations prioritaires qui assaillent beaucoup de nos concitoyens en raison des conséquences de la crise économique et financière : fermeture d'entreprises, hausse du chômage, précarité croissante des familles les plus fragiles, etc. Nos associations, engagées dans la solidarité sociale, relèvent toutes l'aggravation de la situation, notamment des plus jeunes. Le récent rapport du Secours Catholique en est un témoignage supplémentaire. Dans cette période difficile, le soutien de la cohésion familiale est plus que jamais nécessaire. Nous encourageons tous les catholiques à maintenir leur mobilisation dans la lutte contre la misère économique et sociale et à poursuivre leurs magnifiques efforts de solidarité.
Mgr. André Vingt-Trois Président de la Conférence des évêques de France
 
Nous vous invitons à prendre dans l’église  « Regards sur 10 ans 
de pauvreté », le rapport que le Secours Catholique nous propose 
 
 
 
La permanence de la parole divine
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
 
L’idée que le ciel et la terre sont appelés à disparaître est un lieu commun de toutes les apocalypses. Elle n’est mentionnée ici par le Christ que pour souligner l’irrévocable permanence de la Parole divine qui est celle de Jésus. Elle veut être la certitude qui distingue l’espérance de ce qui serait un fragile espoir.
L’espérance chrétienne trouve cette certitude non dans de vains calculs qui permettraient de prévoir l’avenir à partir des événements de l’histoire ou des phénomènes de la nature. Il suffit d’entendre les discussions sur les probabilités de l’évolution de la planète Terre, à partir des constatations de notre époque restreinte. L’espérance chrétienne trouve ses racines et sa raison d’être dans une parole souveraine, prononcée avec l’autorité divine.
Mais dans le même temps, Jésus affirme l’ignorance du moment précis où se déroulera ce qu’il annonce. Personne n’en connaît ni le jour ni l’heure. C’est le secret de Dieu, c’est le secret du Père. Le Fils lui-même ne cherche pas à en savoir davantage. Les disciples perdent donc leur temps à fixer une date. Jusqu’à nos jours, tant de naïfs se créent des illusions avec les prophéties de Nostradamus ….
Plus qu’un appel à discerner les signes des temps, le Christ nous exhorte à une vigilance active, sans découragement devant les épreuves et les persécutions. Nous avons à, rester fidèles à l’enseignement du Fils de l’Homme qui viendra un jour rassembler ses élus.
Il est certain que le Seigneur ressuscité viendra pour chacun d’entre nous et cette certitude doit nous maintenir dans l’espérance.
Jésus lui-même s'est dirigé vers la mort qui lui est préparée et cela sans autre certitude que celle de la foi et de l’espérance en son Père. Lui-même ne cherche pas à s’assurer dans un savoir de ce qui l’attend. Que les disciples, de même, prennent courage : ils peuvent croire à sa parole. « L’herbe sèche, la fleur se fane, la parole de notre Dieu demeure toujours. » (Isaïe 40.8) 
 
 
 
 
1ère lecture : La résurrection des morts (Dn 12, 1-3)
 
Lecture du livre de Daniel
Moi, Daniel, j'ai entendu cette parole de la part du Seigneur : « En ce temps-là se lèvera Michel, le chef des anges, celui qui veille sur ton peuple. Car ce sera un temps de détresse comme il n'y en a jamais eu depuis que les nations existent. Mais en ce temps-là viendra le salut de ton peuple, de tous ceux dont le nom se trouvera dans le livre de Dieu. Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s'éveilleront : les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles. Les sages brilleront comme la splendeur du firmament, et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude resplendiront comme les étoiles dans les siècles des siècles. » 
 
Psaume : 15, 5.8, 9-10, 1b.11

 


R/ Garde-moi, Seigneur mon Dieu, toi, mon seul espoir !
 
Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m'abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. Mon Dieu, j'ai fait de toi mon refuge. Tu m'apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices ! 
 
2ème lecture : Le sacrifice unique (He 10, 11-14.18) 
 
Lecture de la lettre aux Hébreux
Dans l'ancienne Alliance, les prêtres étaient debout dans le Temple pour célébrer une liturgie quotidienne, et pour offrir à plusieurs reprises les mêmes sacrifices, qui n'ont jamais pu enlever les péchés. Jésus Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu. Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds. Par son sacrifice unique, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qui reçoivent de lui la sainteté. Quand le pardon est accordé, on n'offre plus le sacrifice pour les péchés.
Evangile : La venue du Fils de l'homme (Mc 13, 24-32)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes de paraître debout devant le Fils de l'homme. Alléluia. (Lc 21, 36) 
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc


Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « En ces temps-là, après une terrible détresse, le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat. Les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel. Que la comparaison du figuier vous instruise : Dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l'été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l'homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant au jour et à l'heure, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. » 
 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  18 NOVEMBRE 2012 – 33ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
 
 Lundi  19 novembre : de la férie 
 Mardi 20 novembre : de la férie 
A 20 h 30 réunion du « groupe Tibériade » 3ème catéchèse sur le Credo à la salle Pierre Lefeuvre
 Mercredi 21 novembre : Présentation de la Vierge Marie 
 Jeudi 22 novembre : Sainte Cécile 
 Vendredi 23 novembre : Saint Clément 1er : pape, martyr
 Samedi 24 novembre : Les martyrs du Vietnam 
 
DIMANCHE  25 NOVEMBRE 2012 – Christ, roi de l’Univers, solennité
1ère lecture (1 Dn 7,13-14) Psaume (Ps 92,1-2.5) 2ème lecture (Ap 1,5-8) 
Evangile (Jn 18,33b-37)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 20:31

APPEL AUX CITOYENS !
 Pour le mariage civil H/F (Homme/Femme)
 Pour la filiation PME (Père-Mère-Enfant)
 Contre le projet de loi de
« mariage pour tous » et contre l’homophobie
 Samedi 17 novembre 2012 Place Denfert-Rochereau à 14h30


Pour tout renseignement sur ce rendez-vous, cliquez sur le lien suivant :

 

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/164198062520200784/La_manif_pour_tous.pdf

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:28

Jeudi 6 Décembre à 20h30 :

 

Soirée au Centre culturel Thierry Le Luron, 9 boulevard du Midi au Raincy

 

sur la position des trois religions monothéistes sur le "mariage pour tous" et l’adoption d’enfants par des familles homoparentales.

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Archives
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:26

"Exercer ses choix avec liberté et courage"
 
Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a célébré mardi 30 octobre, en la basilique Sainte-Clotilde, à Paris, la messe des parlementaires et responsables politiques.
 
Dans son homélie, évoquant le projet de loi sur le mariage homosexuel, il a appelé les députés et sénateurs à résister à la pression des partis politiques pour faire valoir leurs convictions. Extraits :
 
"Conscients d'avoir reçu un message de libération et de croissance pour tous les hommes, nous nous efforçons de le faire connaître et nous le proposons à tous ceux que la passion n'aveugle pas et qui continuent à vouloir réfléchir pour mener une vie juste et bonne." ...
 
"Je ne pense pas que l'organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d'une alternance politique. Elle engage trop profondément l'avenir de la société pour n'être qu'une conséquence automatique d'une élection. C'est pourquoi dans les débats parlementaires qui vont très probablement s'ouvrir sur le mariage ou sur la fin de la vie ou sur la révision des lois de bioéthique, il serait choquant pour la démocratie que les parlementaires ne disposent pas de leur liberté de vote. Leur responsabilité personnelle en sera d'autant plus grande."
 
"Face à ces grands enjeux, c'est à la conscience personnelle du responsable politique d'exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit se gagner et se défendre face aux lobbies qui saturent les espaces de communication. La liberté doit résister au conformisme de la pensée « prête à porter » qui évite de trop s'interroger."
 
"...Le courage est nécessaire quand il s'agit pour le responsable politique de prendre ses distances par rapport à son entourage idéologique ou à son parti et d'exposer son image publique. Au cours des dernières semaines, plusieurs l'ont déjà manifesté. N'est-ce pas ce à quoi l'on reconnaît les hommes et les femmes de conviction : leur capacité à se prononcer en vérité devant leur conscience et devant les hommes ?" 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:20

"Exercer ses choix avec liberté et courage"
 
Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a célébré mardi 30 octobre, en la basilique Sainte-Clotilde, à Paris, la messe des parlementaires et responsables politiques.
 
Dans son homélie, évoquant le projet de loi sur le mariage homosexuel, il a appelé les députés et sénateurs à résister à la pression des partis politiques pour faire valoir leurs convictions. Extraits :
 
"Conscients d'avoir reçu un message de libération et de croissance pour tous les hommes, nous nous efforçons de le faire connaître et nous le proposons à tous ceux que la passion n'aveugle pas et qui continuent à vouloir réfléchir pour mener une vie juste et bonne." ...
 
"Je ne pense pas que l'organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d'une alternance politique. Elle engage trop profondément l'avenir de la société pour n'être qu'une conséquence automatique d'une élection. C'est pourquoi dans les débats parlementaires qui vont très probablement s'ouvrir sur le mariage ou sur la fin de la vie ou sur la révision des lois de bioéthique, il serait choquant pour la démocratie que les parlementaires ne disposent pas de leur liberté de vote. Leur responsabilité personnelle en sera d'autant plus grande."
 
"Face à ces grands enjeux, c'est à la conscience personnelle du responsable politique d'exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit se gagner et se défendre face aux lobbies qui saturent les espaces de communication. La liberté doit résister au conformisme de la pensée « prête à porter » qui évite de trop s'interroger."
 
"...Le courage est nécessaire quand il s'agit pour le responsable politique de prendre ses distances par rapport à son entourage idéologique ou à son parti et d'exposer son image publique. Au cours des dernières semaines, plusieurs l'ont déjà manifesté. N'est-ce pas ce à quoi l'on reconnaît les hommes et les femmes de conviction : leur capacité à se prononcer en vérité devant leur conscience et devant les hommes ?" 
 
 

L'argent n'est pas indifférent

 


1ère lecture (1 R 17,10-16) Psaume (Ps 145,5-10) 2ème lecture (He 9,24-28) Evangile (Mc 12,38-44)
 
Jésus n'a jamais méprisé les riches. Il ne les rejette pas, mais il les appelle à vivre selon une autre échelle de valeurs, ce qui les rendra plus libres, vis-à-vis d'eux-mêmes et vis-à-vis de toute sollicitation. Il ne pose pas la pauvreté matérielle comme une condition inéluctable, mais il demande la pauvreté du cœur. « Là où est ta richesse, là sera ton cœur. » (Luc 12. 34)
 
Ceux qu'il appelle sont invités à la pauvreté, ou plus exactement au détachement. En positif, c'est Lévi, au chapitre 2. En négatif, c'est l'homme qui avait de grands biens. (chapitre 10). La séduction permanente de la richesse étouffe la graine de la Parole de Dieu. (chapitre 4)
 
Le Christ, devant le trésor du Temple, reste en méditation, en observation car il connaît le coeur des hommes. Il voit ceux qui donnent beaucoup, mais pas d'eux-mêmes. Il voit ceux qui donnent peu, mais, en réalité, ils donnent beaucoup, parce que s'ils sont pauvres de moyens matériels, ils ne sont pas pauvres de cœur. Ils donnent le peu qu'ils possèdent, mais avec tout leur coeur. La veuve de Sarepta, avec le prophète Elie, nous le rappelle dans la lecture du livre des Rois.
 
En fait, l'argent n'est jamais indifférent. La femme qui brise le flacon d'albâtre pour verser le parfum sur la tête de Jésus, utilise sa richesse pour honorer d'avance celui qui subira la Passion. Jésus lui rend hommage, malgré les sentiments indignés de l'assistance. Or nous savons ce que valent les indignations des disciples. Elles peuvent masquer la jalousie ou l'endurcissement de leur cœur. (Marc 10. 41)
 
A l'inverse, avec Judas, c'est finalement pour de l'argent que la Parole de Dieu faite chair, Jésus, sera livrée, étouffée, mise à mort. Le motif de la condamnation ne fut pas de cet ordre, de la part des scribes et des pharisiens. Mais c'est le goût de l'argent qui est intervenu comme cause immédiate de l'arrestation et de la Passion.
 
De même, pour nous, tout autant que l'arrivisme, il constitue un obstacle, souvent infranchissable, dans notre agir envers Dieu et envers nos frères. Il devient une entrave sous le prétexte qu'on ne peut se priver du nécessaire. 
 
 1ère lecture : La veuve de Sarepta (1R 17, 10-16)
 
Lecture du premier livre des Rois
Le prophète Élie partit pour Sarepta, et il parvint à l'entrée de la ville. Une veuve ramassait du bois ; il l'appela et lui dit : « Veux-tu me puiser, avec ta cruche, un peu d'eau pour que je boive ? » Elle alla en puiser. Il lui dit encore : « Apporte-moi aussi un morceau de pain. » Elle répondit : « Je le jure par la vie du Seigneur ton Dieu : je n'ai pas de pain. J'ai seulement, dans une jarre, une poignée de farine, et un peu d'huile dans un vase. Je ramasse deux morceaux de bois, je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste. Nous le mangerons, et puis nous mourrons. » Élie lui dit alors : « N'aie pas peur, va, fais ce que tu as dit. Mais d'abord cuis-moi un petit pain et apporte-le moi, ensuite tu feras du pain pour toi et ton fils. Car ainsi parle le Seigneur, Dieu d'Israël : Jarre de farine point ne s'épuisera, vase d'huile point ne se videra, jusqu'au jour où le Seigneur donnera la pluie pour arroser la terre. » La femme alla faire ce qu'Élie lui avait demandé, et longtemps, le prophète, elle-même et son fils eurent à manger. Et la jarre de farine ne s'épuisa pas, et le vase d'huile ne se vida pas, ainsi que le Seigneur l'avait annoncé par la bouche d'Élie. 
 
Psaume : 145, 5-6a, 6c-7ab, 8bc-9a, 9b.10


R/ Je te chanterai, Seigneur, tant que je vivrai.
Heureux qui s'appuie sur le Dieu de Jacob, qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu, lui qui a fait le ciel et la terre. Il garde à jamais sa fidélité, il fait justice aux opprimés; aux affamés, il donne le pain. Le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin. D'âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !  
 
2ème lecture : Le sacerdoce du ciel (He 9, 24-28)

 


Lecture de la lettre aux Hébreux
Le Christ n'est pas entré dans un sanctuaire construit par les hommes, qui ne peut être qu'une copie du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n'a pas à recommencer plusieurs fois son sacrifice, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n'était pas le sien ; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis le commencement du monde. Mais c'est une fois pour toutes, au temps de l'accomplissement, qu'il s'est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement, ainsi le Christ, après s'être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l'attendent. 
 
Evangile : L'ostentation des scribes - L'aumône de la pauvre veuve (brève : 41-44) (Mc 12, 38-44)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à sortir en robes solennelles et qui aiment les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues, et les places d'honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et affectent de prier longuement : ils seront d'autant plus sévèrement condamnés. » Jésus s'était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer de l'argent dans le tronc. Beaucoup de gens riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s'avança et déposa deux piécettes. Jésus s'adressa à ses disciples : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a tout donné, tout ce qu'elle avait pour vivre. » 
 
  
 CALENDRIER 


 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  11 NOVEMBRE 2012 – 32ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 R 17,10-16) Psaume (Ps 145,5-10) 2ème lecture (He 9,24-28) 
Evangile (Mc 12,38-44)
 
 Lundi  12 novembre : Saint Josaphat
 Mardi 13 novembre : de la férie 
 Mercredi 14 novembre : de la férie 
 Jeudi 15 novembre : de la férie
 Vendredi 16 novembre : de la férie 
 Samedi 17 novembre : Sainte Elisabeth de Hongrie 
 
 APPEL AUX CITOYENS !
 Pour le mariage civil H/F (Homme/Femme)
 Pour la filiation PME (Père-Mère-Enfant)
 Contre le projet de loi de
« mariage pour tous » et contre l’homophobie
 Samedi 17 novembre 2012 Place Denfert-Rochereau à 14h30
 Rendez-vous à la gare du Raincy à 13h
 Retenez dans vos calendriers : Jeudi 6 Décembre à 20h30 : soirée au Centre culturel Thierry Le Luron sur la position des trois religions monothéistes sur le « mariage pour tous et l’adoption d’enfants par des familles homoparentales
 
DIMANCHE  18 NOVEMBRE 2012 – 33ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
JOURNEE DU SECOURS CATHOLIQUE
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:40

Benoît XVI : « La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme » 

 Le pape Benoît XVI a évoqué la place de la foi dans notre société, insistant sur la nécessité de relancer l'éducation à la foi.
 
L'éducation à la foi, a dit le pape Benoît XVI, comprend « les vérités du salut » mais surtout « une rencontre véritable de Dieu en Jésus-Christ... De nos jours, au milieu de tant de signes positifs, le désert spirituel s'étend... Les idées mêmes de progrès et de bien-être présentent des ombres. Malgré les importantes avancées de la science et de la technique, l'homme n'apparaît pas vraiment plus libre. Il subsiste de multiples formes d'exploitation, de manipulation, de violence et d'injustice... Parallèlement croît également le nombre des personnes désorientées, désireuses de dépasser l'horizontalité du réel, disposées à croire à tout et n'importe quoi. C'est devant cette réalité que des questions fondamentales se font jour... L'homme a-t-il un avenir?... Comment nous orienter dans la vie?... Qu'y a-t-il après la mort ?". Face à ces interrogations, "bien qu'importante pour la vie de l'homme, la science ne suffit pas". 
 
"Outre le pain matériel, nous avons besoin d'amour, de sens et d'espérance, d'une base sûre...pour nous aider à vivre vraiment, y compris les moments difficiles. Or ceci nous est offert par la foi. S'abandonner au toit qu'est Dieu, qui procure espoir et confiance. Certes, cette adhésion à Dieu doit avoir un contenu, c'est-à-dire la certitude que Dieu s'est manifesté à nous dans le Christ... Avec la mort et la résurrection du Christ, Dieu touche le fond de notre humanité afin de nous ramener à lui et de nous élever à sa hauteur. La foi signifie croire en cet amour qui ne cesse pas, qui ne cède pas à la méchanceté humaine, ni au mal ni à la mort, et qui peut transformer tout esclavage en possibilité de salut... Cette possibilité de salut par la foi est offerte à tous par Dieu. Il nous faudrait plus souvent méditer...sur ce qui soutient nos vies et ce monde, sur le sens que nous ne saurions nous attribuer par nous- mêmes mais qui nous est offert afin de vivre sans peur. Nous devons annoncer en parole et en vivant en chrétiens cette assurance libératoire et rassurante de la foi".
 
Le baptême, source de notre cheminement de foi
"A la base de notre cheminement de foi, il y a le baptême, ce sacrement qui nous communique l'Esprit, fait de nous des fils de Dieu dans le Christ et nous fait entrer dans la communauté de l'Eglise. On ne croit pas par soi-même, hors de la grâce de l'Esprit, ni sans les autres. On croit avec nos frères, car après le baptême nous sommes tous appelés à revivre ensemble notre profession de foi. Si la foi est un don de Dieu, elle est également libre et humaine. Le Catéchisme de l'Eglise catholique dit clairement qu'il est impossible de croire hors de la grâce de l'Esprit, même si croire est un acte caractéristique de la nature humaine. La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme. Elle l'exalte... Croire signifier s'en remettre en toute liberté au dessein providentiel de Dieu dans l'histoire, à l'image de ce que firent Abraham ou Marie". ( ...)  
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:32

Benoît XVI : « La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme » 

 Le pape Benoît XVI a évoqué la place de la foi dans notre société, insistant sur la nécessité de relancer l'éducation à la foi.
 
L'éducation à la foi, a dit le pape Benoît XVI, comprend « les vérités du salut » mais surtout « une rencontre véritable de Dieu en Jésus-Christ... De nos jours, au milieu de tant de signes positifs, le désert spirituel s'étend... Les idées mêmes de progrès et de bien-être présentent des ombres. Malgré les importantes avancées de la science et de la technique, l'homme n'apparaît pas vraiment plus libre. Il subsiste de multiples formes d'exploitation, de manipulation, de violence et d'injustice... Parallèlement croît également le nombre des personnes désorientées, désireuses de dépasser l'horizontalité du réel, disposées à croire à tout et n'importe quoi. C'est devant cette réalité que des questions fondamentales se font jour... L'homme a-t-il un avenir?... Comment nous orienter dans la vie?... Qu'y a-t-il après la mort ?". Face à ces interrogations, "bien qu'importante pour la vie de l'homme, la science ne suffit pas". 
 
"Outre le pain matériel, nous avons besoin d'amour, de sens et d'espérance, d'une base sûre...pour nous aider à vivre vraiment, y compris les moments difficiles. Or ceci nous est offert par la foi. S'abandonner au toit qu'est Dieu, qui procure espoir et confiance. Certes, cette adhésion à Dieu doit avoir un contenu, c'est-à-dire la certitude que Dieu s'est manifesté à nous dans le Christ... Avec la mort et la résurrection du Christ, Dieu touche le fond de notre humanité afin de nous ramener à lui et de nous élever à sa hauteur. La foi signifie croire en cet amour qui ne cesse pas, qui ne cède pas à la méchanceté humaine, ni au mal ni à la mort, et qui peut transformer tout esclavage en possibilité de salut... Cette possibilité de salut par la foi est offerte à tous par Dieu. Il nous faudrait plus souvent méditer...sur ce qui soutient nos vies et ce monde, sur le sens que nous ne saurions nous attribuer par nous- mêmes mais qui nous est offert afin de vivre sans peur. Nous devons annoncer en parole et en vivant en chrétiens cette assurance libératoire et rassurante de la foi".
 
Le baptême, source de notre cheminement de foi
"A la base de notre cheminement de foi, il y a le baptême, ce sacrement qui nous communique l'Esprit, fait de nous des fils de Dieu dans le Christ et nous fait entrer dans la communauté de l'Eglise. On ne croit pas par soi-même, hors de la grâce de l'Esprit, ni sans les autres. On croit avec nos frères, car après le baptême nous sommes tous appelés à revivre ensemble notre profession de foi. Si la foi est un don de Dieu, elle est également libre et humaine. Le Catéchisme de l'Eglise catholique dit clairement qu'il est impossible de croire hors de la grâce de l'Esprit, même si croire est un acte caractéristique de la nature humaine. La foi n'est contraire ni à la liberté ni à l'intelligence de l'homme. Elle l'exalte... Croire signifier s'en remettre en toute liberté au dessein providentiel de Dieu dans l'histoire, à l'image de ce que firent Abraham ou Marie". ( ...)  
 

Tous saints

 


1ère lecture (Dt 6,2-6) Psaume (Ps 118,97.99.101-106) 2ème lecture (He 7,23-28) Evangile (Mc 12,28b-34)
 
  La solennité de la Toussaint, invite l'Eglise, pèlerine sur la terre, à goûter de manière anticipée la fête sans fin de la Communauté céleste, et à raviver l'espérance dans la vie éternelle. Il y a cette année 14 siècles que le Panthéon ― l'un des plus anciens et des plus célèbres monuments romains ― fut destiné au culte chrétien et consacré à la Vierge Marie et à tous les Martyrs: « Sancta Maria ad Martyres ». Le temple de toutes les divinités païennes était ainsi converti à la mémoire de ceux qui, comme le dit le Livre de l'Apocalypse, « viennent de la grande épreuve: ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau » (Ap 7, 14). Par la suite, la célébration de tous les martyrs a été étendue à tous les saints, « une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue » (Ap 7, 9) comme le dit encore saint Jean.  
 
Demain aura lieu la commémoration de tous les fidèles défunts. Je voudrais inviter à vivre ce jour selon l'authentique esprit chrétien, c'est-à-dire dans la lumière qui vient du Mystère pascal. Le Christ est mort et ressuscité et il nous a ouvert le passage à la maison du Père, le Royaume de la vie et de la paix. Celui qui suit Jésus dans cette vie est accueilli où Il nous a précédés. Au cours de nos visites dans les cimetières, par conséquent, rappelons-nous que là, dans les tombes, ne reposent que les dépouilles mortelles de nos proches dans l'attente de la résurrection finale. Leurs âmes ― comme le dit l'Ecriture ― sont déjà « dans la main de Dieu » (Sg 3, 1). Aussi le moyen le plus approprié et efficace de leur rendre hommage est-il de prier pour eux, en offrant des actes de foi, d'espérance et de charité. En union au Sacrifice eucharistique, nous pouvons intercéder pour leur salut éternel, et faire l'expérience de la communion la plus profonde, dans l'attente de nous retrouver ensemble, pour jouir à jamais de l'Amour qui nous a créés et rachetés.
       Benoit XVI 
 
 
 
 
1ère lecture : La foule immense des rachetés (Ap 7, 2-4.9-14)

 


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean
Moi, Jean, j'ai vu un ange qui montait du côté où le soleil se lève, avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d'une voix forte, il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de dévaster la terre et la mer : « Ne dévastez pas la terre, ni la mer, ni les arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » Et j'entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d'Israël. 
Après cela, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. Et ils proclamaient d'une voix forte : « Le salut est donné par notre Dieu, lui qui siège sur le Trône, et par l'Agneau ! »
Tous les anges qui se tenaient en cercle autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants, se prosternèrent devant le Trône, la face contre terre, pour adorer Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! »
L'un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d'où viennent-ils ? »
Je lui répondis : « C'est toi qui le sais, mon seigneur. » Il reprit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. » 
 
Psaume : 23, 1-2, 3-4ab, 5-6


R/ Voici le peuple immense de ceux qui t'ont cherché.
Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C'est lui qui l'a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots. Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ?  L'homme au cœur pur, aux mains innocentes,  qui ne livre pas son âme aux idoles. Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent, qui recherchent la face de Dieu ! 
 
2ème lecture : Nous sommes enfants de Dieu et nous lui serons semblables 
(1 Jn 3, 1-3)

 


Lecture de la première lettre de saint Jean
Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu — et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu.
Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur. 
 
Evangile : Les Béatitudes (5, 1-12a)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Venez au Seigneur, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau : il vous donnera le repos. Alléluia. (cf. Mt 11, 28)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! » 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  04 NOVEMBRE 2012 – 31ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Dt 6,2-6) Psaume (Ps 118,97.99.101-106) 2ème lecture (He 7,23-28) Evangile (Mc 12,28b-34)
 
 Lundi  5 novembre : de la férie
 Mardi 6 novembre : de la férie
 Mercredi 7 novembre : de la férie
 Jeudi 8 novembre  : de la férie
 Vendredi 9 novembre : Dédicace de la basilique du Latran, cathédrale de Rome, fête
 Samedi 10 novembre : Saint Léon le Grand : pape, docteur de l’Eglise
 
DIMANCHE  11 NOVEMBRE 2012 – 32ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (1 R 17,10-6) Psaume (Ps 145,5-10) 2ème lecture (He 9,24-28) Evangile (Mc 12,38-44)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame 
A 11 h 30 : rassemblement des enfants de l’éveil à la foi 
et leurs parents à  la crypte de l’église Notre-Dame
 
 
  
 
        

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:26

La liberté religieuse toujours menacée

 


Directeur de l'Aide à l'Eglise en Détresse, Marc Fromager a présenté le rapport 2012 sur la liberté religieuse dans le monde. A la lecture de ce document qui passe à la loupe 195 pays, il apparaît clairement que les chrétiens sont les plus discriminés.
 
Pour la 9ème édition du rapport sur la liberté religieuse dans le monde par l'Aide à l'Eglise en Détresse, son Directeur, Marc Fromager, a tenu à souligner l'objectif de la démarche : « Faire progresser la liberté religieuse pour tous ». C'est pourquoi ce travail de collecte d'informations est publié dans 17 pays où il ne manque pas de susciter des réactions. 
Il observe d'ailleurs que la prise de conscience progresse. Ainsi en janvier 2011, le Parlement européen adoptait une résolution « sur la situation des chrétiens dans le contexte de la liberté de religion ». En septembre 2012, la Cour de justice de l'Union européenne rendait un arrêt important consolidant la liberté religieuse. Début octobre, la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE) participait à un séminaire sur la discrimination envers les chrétiens en Europe au Parlement européen. 
Parmi les avancées, le directeur de l'AED cite l'établissement de relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Malaisie, en juillet 2011 et des développements positifs pour celles avec le Vietnam, depuis le début de l'année 2012. Des biens confisqués par le Parti Communiste ont été rendus à l'Eglise catholique en Tchéquie, Slovénie et Slovaquie. En Indonésie, les violences contre les chrétiens ont été condamnées publiquement par des acteurs de la société civile. 
Il salue aussi des modifications constitutionnelles, comme en Norvège où le luthéranisme n'est plus religion d'État depuis mai dernier. Ce cas est d'ailleurs une situation particulièrement problématique car si la loi garantit souvent la liberté religieuse, il n'est pas rare que le terrain ne suive pas. 
« La liberté religieuse, chemin vers la paix ! »
Si au Soudan, à Cuba et en Birmanie, la situation politique s'est améliorée au bénéfice des toutes les confessions religieuses, Marc Fromager dénonce une situation bloquée en Arabie Saoudite, en Corée du Nord et au Pakistan. 
Depuis le dernier rapport, il y deux ans, elle s'est dégradée au Nigéria (attaques récurrentes contre les chrétiens), en Chine (Mgr Ma Daquin, S.J. , évêque auxiliaire de Shanghai est confiné au Séminaire de Sheshan depuis son ordination épiscopale) et au Moyen Orient (conséquences du Printemps arabe).
Dans son message pour la Journée mondiale pour la paix en 2011, le pape Benoît XVI qualifiait la liberté religieuse de "chemin vers la paix". « Le combat continue » conclut le Directeur de l'Aide à l'Eglise en Détresse.  
 
Comment aider les sanctuaires de Lourdes après les inondations ?

 


Un numéro de téléphone : 05 62 42 82 22
Envoyer un don : par chèque à l’ordre de l’Association Diocésaine de Tarbes et Lourdes : Adresse : Sanctuaire Notre Dame de Lourdes
Solidarité inondation 2012
1 avenue Monseigneur Théas - 65108 Lourdes
Faire un don en ligne : http://fr.lourdes-France.org:don-en-ligne 
   
 
 
Melkisédek et Jésus


1ère lecture (Jr 31,7-9) Psaume (Ps 125,1-6) 2ème lecture (He 5,1-6) Evangile (Mc 10,46b-52)
 
Melkisédek est une figure fugitive de l'Ancien Testament. Une seule scène nous le montre (Génèse 14. 17 à 20). Le roi de Salem, identifiée par la tradition avec Jérusalem, est prêtre du Dieu Très-Haut, bien que n'appartenant pas au clan d'Abraham. Et il vient à la rencontre d'Abraham. En lui apportant du pain et du vin, il prononce une bénédiction et reçoit d'Abraham la dîme de tout son avoir.
Roi et prêtre.
Il s'agit donc d'un personnage à la fois royal et sacerdotal. Cela est dit explicitement. C'est comme prêtre qu'il prononce la bénédiction et reçoit la dîme. Dans cette ligne, la tradition chrétienne ne manquera pas de voir, dans le pain et le vin apportés, une figure du sacrifice eucharistique. A ce titre, Melkisédek est mentionné dans le canon romain de la messe (Prière eucharistique I). Mais, dès avant l'ère chrétienne, la figure de Melkisédek avait été reprise par l'attente messianique. C'est le psaume 109/110, cité dans la lettre aux Hébreux : « Tu es prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melkisédek. ». Le psaume montre le Seigneur Dieu intronisant un « Seigneur » à sa droite. Dieu lui a donné et lui donnera de vaincre ses adversaires. Mais à ces traits royaux, le psaume ajoute le serment irrévocable de Dieu, désignant le même personnage comme prêtre « à la manière de Melkisédek. ». Selon certaines lignes de la pensée juive, le Messie sera à la fois roi et prêtre. Or, comme roi, le Messie est descendant de David, de la tribu de Juda. Il ne peut donc recevoir le sacerdoce d'Aaron, membre de la tribu de Lévi. C'est donc à un autre type de sacerdoce qu'il faut se référer : Melkisédek en fournissait le prototype.
Assimilé au Fils de Dieu.
Les chrétiens seront particulièrement sensibles au fait, inhabituel dans l'Ecriture biblique, que Melkisédek est présenté sans mention d'origine terrestre. Il l'est par son nom personnel qui veut dire « roi de Justice ». Il est en même temps désigné par le nom de la ville où il règne, Jérusalem, « roi de Paix ». Le voici donc, nous dit la lettre aux Hébreux (7. 3) « sans père, ni mère, ni généalogie, ni commencement pour ses jours, ni fin pour sa vie. » Ne serait-il pas alors « assimilé au Fils de Dieu » (Héb. 7. 3) ? Ce rapprochement qu'opère la lettre aux Hébreux se fait en reprenant un autre psaume qu'elle cite juste avant le psaume 109 : « Tu es mon Fils. Moi aujourd'hui je t'ai engendré. » (Psaume 2. 7). Tout le chapitre 7 de la lettre aux Hébreux ne sera pas lu dans les liturgies du dimanche. Il faut cependant le reprendre dans son entier, car il approfondit le parallèle entre le sacerdoce de Melkisédek et celui du Christ que le roi de Salem annonçait de façon à la fois mystérieuse, mais plus vraie qu'Aaron et ses descendants. Le Christ comme prêtre n'a pas de successeur. Il n'a que des frères dont certains sont, parce qu'il les a choisis, ses ministres et ses intendants.
 
 

 
1ère lecture : Retour joyeux des rescapés d'Israël (Jr 31, 7-9)
 
Lecture du livre de Jérémie
Ainsi parle le Seigneur : Poussez des cris de joie pour Jacob, acclamez la première des nations ! Faites résonner vos louanges et criez tous : « Seigneur, sauve ton peuple, le reste d'Israël ! » Voici que je les fais revenir du pays du Nord, et que je les rassemble des extrémités du monde. Il y a même parmi eux l'aveugle et le boiteux, la femme enceinte et la jeune accouchée ; c'est une grande assemblée qui revient. Ils étaient partis dans les larmes, dans les consolations je les ramène ; je vais les conduire aux eaux courantes par un bon chemin où ils ne trébucheront pas. Car je suis un père pour Israël, Éphraïm est mon fils aîné. Parole du Seigneur. 
 
Psaume : 125, 1-2ab, 2cd-3, 4-5, 6
 
R/ Le Seigneur a fait merveille : nous voici dans la joie.
Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion, nous étions comme en rêve ! Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie ; Alors on disait parmi les nations : « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête ! Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert. Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie. Il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence ; il s'en vient, il s'en vient dans la joie, il rapporte les gerbes. 
 
2ème lecture : Jésus, grand prêtre à la manière de Melkisédek (He 5, 1-6)
 
Lecture de la lettre aux Hébreux
Le grand prêtre est toujours pris parmi les hommes, et chargé d'intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu ; il doit offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est en mesure de comprendre ceux qui pèchent par ignorance ou par égarement, car il est, lui aussi, rempli de faiblesse ; et, à cause de cette faiblesse, il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés comme pour ceux du peuple. On ne s'attribue pas cet honneur à soi-même, on le reçoit par appel de Dieu, comme Aaron. Il en est bien ainsi pour le Christ : quand il est devenu grand prêtre, ce n'est pas lui-même qui s'est donné cette gloire ; il l'a reçue de Dieu, qui lui a dit : Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré, et qui déclare dans un autre psaume : Tu es prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melkisédek.
 
Evangile : Guérison d'un aveugle à Jéricho (Mc 10, 46-52)
 
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le Seigneur notre Dieu : sur ceux qui habitent les ténèbres, il a fait resplendir sa lumière. Alléluia.(cf. Lc 1, 68.79)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, un mendiant aveugle, Bartimée, le fils de Timée, était assis au bord de la route. Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Beaucoup de gens l'interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l'aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t'appelle. » L'aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Rabbouni, que je voie. » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t'a sauvé. » Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route.
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
ON RETARDE LES HORLOGES D’UNE HEURE (A  3H IL SERA 2 HEURES)
 
DIMANCHE  28 OCTOBRE 2012 – 30ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jr 31,7-9) Psaume (Ps 125,1-6) 2ème lecture (He 5,1-6) Evangile (Mc 10,46b-52)
A 10 h 30 à Notre-Dame : Messe d’action de grâce pour les 
50 ans de mariage d’Agnès et Jean-Marie MOMBERT
 
 
 Lundi 29 Octobre  : de la férie
 Mardi 30 Octobre  : de la férie
 Mercredi 31 Octobre : de la férie
 
 
  Jeudi 1er novembre :  solennité de la Toussaint
 
A  10h30 messe à Notre-Dame
 
De 14h30 à 17h30 : Bénédiction des tombes au Cimetière
 
 
 Vendredi 2 novembre : Commémoration de tous les fidèles défunts
 
 A  9 h messe à Saint-Louis
 
 A  19 h 30 messe à Notre-Dame
 
 Samedi 3 novembre : de la férie
 
 
DIMANCHE  4 NOVEMBRE 2012 – 31ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Dt 6,2-6) Psaume (Ps 118,97.99.101-106) 2ème lecture (He 7,23-28) Evangile (Mc 12,28b-34)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame  
 
 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 18:56

La Semaine Missionnaire Mondiale de 2012 mérite toute notre attention
 
La Semaine Missionnaire Mondiale de 2012 mérite toute notre attention pour nous mobiliser. Les autres Eglises comptent sur nous !
 
Allez, de toutes les nations faites des disciples ! (Mt 28, 19).
Rien de bien nouveau dans cet envoi en mission, et pourtant ! 
Au moment où nous célébrons le début du cinquantenaire du concile Vatican II, mais aussi le jubilé de Pauline Jaricot, fondatrice de la Propagation de la Foi !
Impossible pour nous de rester à regarder le ciel. 
Par ailleurs, le synode pour la Nouvelle Évangélisation ouvert il y a quelques jours interroge notre dynamique missionnaire et notre attention aux autres Eglises : qu'avons-nous à partager ? Que nous apportent-elles ? Qu'attendent-elles de nous ?
Occasion de nous laisser interroger sur la conviction qui habite notre communauté paroissiale : sommes-nous les témoins actifs d'une vie missionnaire qui prend la dimension de l'universel ?
 
Ici et là-bas, aimer !
Evangéliser est inhérent au baptême et à la vie chrétienne et touche toutes les générations, ici et dans tous les pays du monde. Ni reconquête ni prosélytisme, c'est avant tout un témoignage d'amour pour notre temps, un appel à vivre autrement, à oser l'annonce et la rencontre de Jésus-Christ dans le respect des cultures, des croyances et des civilisations ! Cette notion, mise en lumière par Vatican II, marque la Mission moderne, et ses défis nouveaux, parmi lesquels la Nouvelle Évangélisation.
Participer à l'œuvre missionnaire se fait dans trois dimensions : s'informer sur la vie des autres Eglises, prier pour les vocations missionnaires et pour les jeunes Eglises, mais aussi pour que nous soyons nous-mêmes des communautés missionnaires et répondre généreusement aux appels à l'offrande participe à l'exercice de la mission confiée par le Christ à ses disciples et son Eglise.
Partageons avec fierté notre foi - trois hommes sur cinq ne connaissant pas le nom de Jésus. Soutenons ceux qui répondent à l'envoi en mission ! 
Qui d'autres que des baptisés peuvent soutenir le développement de l'Eglise et sa mission d'amour, de pardon et de paix ? 
En cette Semaine Missionnaire Mondiale, nous pouvons renforcer notre conviction afin de mobiliser notre communauté de baptisés, car l'objectif engage toute l'Eglise à travers l'action des Œuvres Pontificales Missionnaires, présentes dans 140 pays, seules destinatrices, au nom du Saint-Père, de la quête pour les Missions et, en même temps.
« Allez, de toutes les nations faites des disciples ! » (Mt 28, 19) sera aussi le thème des JMJ de Rio 2013. Tout cela n'est pas neutre et se résume en un mot : Evangéliser !
 
P. Pierre-Yves Pecqueux, 
Directeur du Service de la Mission Universelle
Et des Œuvres Pontificales Missionnaires 


La fécondité du sacrifice

 
1ère lecture (Is 53,10-11) Psaume (Ps 32,4-5.18-20.22) 2ème lecture (He 4,14-16) Evangile (Mc 10,35-45)
 
Les versets du poème du Serviteur (Isaïe 42 à 53) dont nous lisons un  petit extrait ce dimanche, ne se contentent pas de montrer dans ce Serviteur, le juste persécuté et tenant bon avec fidélité et persévérance . Ils le montrent « offrant sa vie en sacrifice expiatoire. » Ce à quoi fait d'ailleurs référence la lettre aux Hébreux de ce dimanche. Ces sacrifices juifs avaient pour fonction de remettre en communion le pécheur et le « Saint », Dieu lui-même.
 
Les poèmes du Serviteur sont ainsi prophétiques de la mission et de la mort de Jésus dont le nom veut dire « sauveur ». Ils sont également prophétiques de sa résurrection et de la fécondité de son sacrifice. En se chargeant des péchés de la multitude, le Serviteur sera capable de restaurer tous les hommes dans la justice, c'est-à-dire la justesse de vie avec Dieu, la sainteté. Lui-même « verra sa descendance, prolongera ses jours, verra la lumière, sera comblé. » (Isaïe 53. 10 et 11)
 
Dans l'après-Pâques, ces paroles aideront les disciples à croire au Ressuscité comme elles les aideront à mieux saisir la richesse féconde de sa vie et de son sacrifice. Il n'est pas simplement le faiseur de miracles et de guérisons que Dieu « réanime ». Sa mort n'est pas un fait ordinaire. Elle est l'expression et la réalisation de la volonté du Seigneur. « Mon corps livré pour vous ... mon sang versé pour vous et pour la multitude, en rémission des péchés », comme le rappelle la  prière consécratoire de chaque Eucharistie. 
 
 

 
 
1ère lecture : « Mon serviteur justifiera les multitudes » (Is 53, 10-11)

 


Lecture du livre d'Isaïe
Broyé par la souffrance, le Serviteur a plu au Seigneur. Mais, s'il fait de sa vie un sacrifice d'expiation, il verra sa descendance, il prolongera ses jours : par lui s'accomplira la volonté du Seigneur. À cause de ses souffrances, il verra la lumière, il sera comblé. Parce qu'il a connu la souffrance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs péchés. 
 
Psaume : 32, 4-5, 18-19, 20.22
 
R/ Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !
Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu'il fait. Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour. Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour, pour les délivrer de la mort, les garder en vie aux jours de famine. Nous attendons notre vie du Seigneur : il est pour nous un appui, un bouclier. Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi ! 
 
2ème lecture : Le grand prêtre compatissant (He 4, 14-16)
 
Lecture de la lettre aux Hébreux
 
Frères, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a pénétré au-delà des cieux ; tenons donc ferme l'affirmation de notre foi. En effet, le grand prêtre que nous avons n'est pas incapable, lui, de partager nos faiblesses ; en toutes choses, il a connu l'épreuve comme nous, et il n'a pas péché. Avançons-nous donc avec pleine assurance vers le Dieu tout-puissant qui fait grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours.
 
Evangile : Le Fils de l'homme est venu pour servir (brève : 42-45) (Mc 10, 35-45)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Fils de l'homme est venu pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. Alléluia. (Mc 10, 45) 
 
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
 
Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s'approchent de Jésus et lui disent : « Maître, nous voudrions que tu exauces notre demande. » Il leur dit : « Que voudriez-vous que je fasse pour vous ? » Ils lui répondirent : « Accorde-nous de siéger, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ta gloire. » Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé ? » Ils lui disaient : « Nous le pouvons. » Il répond : « La coupe que je vais boire, vous y boirez ; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder, il y a ceux pour qui ces places sont préparées. » Les dix autres avaient entendu, et ils s'indignaient contre Jacques et Jean. Jésus les appelle et leur dit : « Vous le savez : ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous : car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude.» 
 
 
 
 CALENDRIER 


 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  21 OCTOBRE 2012 – 29ème dimanche du temps ordinaire
FIN DE LA SEMAINE MONDIALE POUR LES MISSIONS
APPEL EN CHAIR PAR LES MEMBRES DU CONSEIL ECONOMIQUE DE LA PAROISSE POUR LE DENIER DU CULTE
1ère lecture (Is 53,10-11) Psaume (Ps 32,4-5.18-20.22) 2ème lecture (He 4,14-16)
Evangile (Mc 10,35-45)
 
                    A 16 h dans l’église Notre Dame Conférence sur la constitution
                           « Dei Verbum » du Concile Vatican II
                       Concert d’orgue à 17h30 et des Vêpres du dimanche soir
 
 
 Lundi 22 Octobre  : de la férie
 Mardi 23 Octobre  : de la férie 
A 20h 30 salle Pierre Lefeuvre : 2ème catéchèse (ouverte à tous) sur le « Credo », dans le  cadre des réunions du groupe Tibériade   
 Mercredi 24 Octobre : de la férie
 Jeudi 25 Octobre  : de la férie
 Vendredi 26 Octobre : de la férie
 Samedi 27  Octobre  : de la férie


ON RETARDE LES HORLOGES D’UNE HEURE (A  3H IL SERA 2 HEURES)
 
DIMANCHE  28 OCTOBRE 2012 – 30ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Jr 31,7-9) Psaume (Ps 125,1-6) 2ème lecture (He 5,1-6) Evangile (Mc 10,46b-52)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame 
Messe à 9h à  Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame  
      
 
FETES DE LA TOUSSAINT :
Jeudi 1er Novembre :  Messe à 10h30 à Notre-Dame
De 14h30 à 17h30 : Bénédiction des tombes au Cimetière
Vendredi 2 Novembre :  Messe à 9 h à Saint-Louis
     Messe à 19 h 30 à Notre-Dame

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:17

Les textes conciliaires: une boussole pour naviguer en haute mer 


Lors de l'audience générale du mercredi 10 octobre 2012, Benoît XVI a rappelé la célébration du cinquantenaire de l'ouverture du Concile Vatican II à l'occasion du lancement de l'Année de la foi. Il a  consacré sa catéchèse "au grand évènement ecclésial que fut ce concile".

 

Il convient, a-t-il dit, "de revenir aux documents conciliaires, en les libérant d'une masse de publications qui" les ont souvent offusqués" . " Aujourd'hui encore ils constituent une boussole permettant à la barque de l'Eglise de naviguer en haute mer, en eaux calmes comme en tempête, vers un port sûr... Je me souviens bien de cette époque, alors que, jeune professeur de théologie fondamentale à Bonn, l'Archevêque de Cologne le Cardinal Frings me fit venir à Rome comme conseiller". Au concile "j'ai vu une Eglise vivante...à l'écoute de l'Esprit, le véritable moteur de ces assises. Peu de fois dans l'histoire on a pu saisir aussi concrètement l'universalité de l'Eglise, dans un moment de réalisation de sa mission évangélisatrice à la dimension d monde".
Vatican II a été précédé de nombreux autres conciles, Nicée, Ephèse, Chalcédoine ou Trente, "convoqués pour définir des points fondamentaux de la foi et corriger des erreurs dangereuses. Ce ne fut pas le cas de Vatican II, car "il n'y avait pas d'erreurs de foi à corriger, pas plus que de questions doctrinales ou disciplinaires à clarifier... La première question qui s'est posée...fut comment l'engager et quels buts lui assigner". 
Dans son discours d'ouverture du 11 octobre 1962, Jean XXIII donna une orientation générale: "La foi devait parler d'une manière nouvelle tout en maintenant son contenu pérenne, sans rupture ni compromis. Le Pape voulait que l'Eglise réfléchisse sur sa foi et sur les vérités qui la guident. Dans cette réflexion il convenait de dessiner un rapport nouveau entre l'Eglise et le monde, entre le christianisme et la pensée moderne, non point pour s'y conformer mais pour présenter à un monde qui tend à l'éloigner de Dieu les exigences de l'Evangile dans toute sa grandeur et pureté... 
Notre temps continue d'être marqué par un oubli et une surdité envers Dieu. Il nous faut donc retenir la leçon fondamentale du Concile, c'est à dire que l'essence du christianisme réside dans la foi en Dieu... Comme ce fut alors le vœu des pères conciliaires, il est important de voir clairement que Dieu est présent et qu'il répond à nos appels. Mais si la foi fait défaut l'essentiel s'écroule, étant donné que l'homme perd sa dignité". 
Vatican II "nous rappelle que l'Eglise a le devoir et le mandat de transmettre la parole d'amour de Dieu qui sauve, de diffuser l'appel divin contenant notre béatitude éternelle".
Puis le Saint-Père a évoqué les quatre constitutions conciliaires, qui "sont comme les points cardinaux de cette boussole": Sacrosanctum Concilium sur la liturgie, qui rappelle la primauté de l'adoration et le caractère central du mystère christique, Lumen Gentium, document dogmatique qui rappelle que l'Eglise a pour premier devoir la glorification de Dieu, Dei Verbum, consacré à la Révélation, à la Parole vivante de Dieu qui convoque l'Eglise et la vivifie à travers le temps, Gaudium et Spes, consacrée à la façon de porter au monde la lumière reçue de Dieu. Le Concile Vatican II, a conclu Benoît XVI, "constitue pour nous un fervent appel à redécouvrir jour après jour la beauté de la foi, à en approfondir la connaissance en vue d'un rapport plus intense avec le Seigneur, à vivre pleinement notre vocation chrétienne". 

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens