Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 12:09

La vie de famille doit devenir une réalité prophétique

 

Le pape Benoît XVI invite les familles du monde entier à Milan en juin 2012 (30 Mai-3 Juin). Il les convoque sur deux aspects essentiels de la vie de famille : le travail et la fête. Le travail permet de subvenir aux besoins économiques et culturels des membres de la famille, et la fête renforce dans l'espace social, des relations harmonieuses de l'ordre de la gratuité, entre les membres d'une même famille et avec les autres familles.

De nos jours, nous savons que le rapport au travail est devenu problématique. Ou bien il manque et compromet ainsi la responsabilité des parents devant assurer les moyens de subsistance de la famille et l'éducation de leurs enfants. Ou bien il est totalisant et absorbe la majeure partie du temps libre au détriment de la vie familiale, causant des absences trop longues et trop fréquentes d'un des deux parents. Ou encore le travail est dérégulé, plongeant la famille dans la précarité, engendrant ainsi l'angoisse du lendemain. La réflexion sur les conditions de travail permettant d'assurer une vraie vie de famille, représente un enjeu important pour l'équilibre et l'avenir harmonieux de la société.

En ce qui concerne la fête, le Saint-Père insiste pour qu'elle redevienne une dimension du temps de la vie familiale. Trop souvent, elle est vécue comme une occasion d'évasion et de consommation, dans une recherche individuelle de plaisir. Elle risque alors de faire éclater la vie de famille. Je pense, entre autres phénomènes actuels, à ces nombreux jeunes qui ne font la fête qu'entre eux, comme une parenthèse enivrante dans un quotidien souvent rude et ingrat. Ils se retrouvent dans des soirées abrutissantes, saturés de décibels dans des boîtes de nuit. Parfois même, la fête tourne au drame, au petit matin, sur le bord d'une route.

 

Le rassemblement des familles à Milan est une heureuse occasion de retrouver le sens de la fête en famille, non comme un temps de défoulement individuel, mais un temps régénérateur et refondateur des liens entre les diverses générations des familles. La fête est, paradoxalement, ce temps nécessaire de gratuité qui humanise la vie personnelle et relationnelle. Repenser le travail et la fête doit permettre de retrouver les fondamentaux d'une vie de famille ouverte, bien insérée dans la société et dans l'Eglise.

 L'expérience à laquelle les familles sont conviées à Milan permet de redécouvrir la chance de former une famille, cellule de base de la communauté humaine. Ce rassemblement mondial est important au moment où la famille se trouve à la fois plébiscitée comme idéal désiré, mais fragilisée, voire contestée comme un modèle culturel dépassé. De tels rassemblements sont nécessaires pour réaffirmer ensemble, au niveau mondial, l'attachement de l'Eglise catholique à la famille, lieu irremplaçable d'humanisation et de construction des personnes dans leurs dimensions humaine, citoyenne et croyante. Porter atteinte à la famille, c'est courir le risque de créer un profond déséquilibre qui causera des dégâts collatéraux dans la société tout entière. On ne peut impunément fragiliser ce qui demeure la cellule de base de notre société. Ce serait brouiller les repères d'humanité, notamment chez les jeunes, et leur barrer le chemin de construction d'eux-mêmes. C'est au sein de la cellule familiale que la personne peut vivre l'apprentissage d'une vie sociale harmonieuse par l'expérience de l'estime de soi, de l'attention à l'autre, du partage, de la gratuité et de la réconciliation.

 

Le vrai dieu est trinité

La Pentecôte que nous célébrions dimanche dernier est la révélation au monde de Dieu en sa Vérité. Jésus leur avait révélé que Dieu est une communion d'amour. "Mon Père et moi, nous sommes Un." Il avait prié son Père de consacrer ses disciples par la Vérité. "Je suis la Vie, la Vérité", "l'Esprit de Vérité." Cette communion d'amour et cette Vérité se manifestent en ce jour, comme elle s'étaient manifestées au Baptême du Jourdain et à la Transfiguration du Thabor. Père, Fils et Esprit, telle est l'intime de la vie trinitaire que l'Eglise vit désormais. C'est ainsi qu'elle doit la manifester aux hommes de toutes les nations.

Le Dieu de Jésus-Christ n'est pas un autre Dieu que celui des autres religions monothéistes, mais il nous est connu, par Jésus-Christ, dans sa plénitude trinitaire et non partiellement. Le christianisme n'est pas seulement une "croyance en Dieu", ce qui est le fond commun de l'ensemble des religions. Il est la foi, non pas dans un vague personne, mais en un être vivant et "personnel".

Les trois Personnes divines sont la plus parfaite réalisation de l'amour : le don total qui caractérise le Père, l'accueil parfait qui caractérise le Fils, l'échange réciproque qui caractérise l'Esprit. "Dieu est amour". Cette révélation marque désormais les rapports de l'Eglise et du monde, depuis le matin de la Pentecôte en ce germe qu'est le petit groupe apostolique et, à travers les temps, en cette Eglise dont nous vivons aujourd'hui.

Croire en Dieu, en Dieu dans toute sa vérité, n'est donc pas le réduire à une vague religiosité individuelle, comme c'est un peu de mode parfois aujourd'hui. C'est entrer dans la vérité du Dieu de Jésus-Christ. "Consacre-les dans la Vérité", disait le Christ à son Père. Jean, dans son évangile, exprime ce terme de consacré par le terme grec :"agiazo", celui-là même qui est l'attribut de Dieu :"agios", le Saint. Il y a une continuité entre les deux théophanies de l'Ancienne Alliance, celle de la révélation de Dieu faite à Moïse, dans le buisson qui brûle sans jamais tomber en cendres (Exode 3. 2), et celle de la montagne du Sinaï "toute fumante parce que Dieu y était descendu sous forme de feu" (Exode 19. 18), et, d'autre part, la théophanie du matin de la Pentecôte.

La pérennité de la révélation faite à un homme, Moïse, chargé de libérer un peuple pour être témoin parmi les nations, se continue jusqu'à Jésus qui s'adresse à tous les hommes, quels qu'ils soient, pour leur dire :"Dieu est amour" et qui demande à ses disciples, à l'Eglise, de le vivre et de le dire à toutes les nations, parce que nous avons tous un même Père, parce que tous nous sommes sauvés par Jésus, le Fils de Dieu parmi les hommes, parce que nous pouvons tous partager le même Esprit de Dieu.

 

 

 

 1ère lecture : Notre Dieu est le Dieu unique (Dt 4,32-34.39-40)

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple d’Israël : « Interroge les temps anciens qui t'ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l'homme sur la terre : d'un bout du monde à l'autre, est-il arrivé quelque chose d'aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu de la flamme, et qui soit resté en vie ? Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d'une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, par la force de sa main et la vigueur de son bras, et par des exploits terrifiants — comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ? Sache donc aujourd'hui, et médite cela dans ton cœur : le Seigneur est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre, et il n'y en a pas d'autre. Tu garderas tous les jours les commandements et les ordres du Seigneur que je te donne aujourd'hui, afin d'avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. »

 

 

 2ème lecture : Notre adoption filiale dans l’Esprit Saint (Rm 8, 14-17)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, ceux qui se laissent conduire par l'Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. L'Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c'est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l'appelant : « Abba ! » C'est donc l'Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers ; héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.

 

 Evangile : Le baptême au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit (Mt 28, 16-20)

 

 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Au temps de Pâques, les onze disciples s'en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.

Jésus s'approcha d'eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. »

CALENDRIER

 

Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45

Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte

 

DIMANCHE  3 Juin 2012 –  Sainte Trinité - solennité

              1ère lecture (Dt 4,32-34.39-40) Psaume (Ps 32,4-6.9.18.20-22) 2ème lecture (Rm 8,14-17)

Evangile (Mt 28,16-20)

 

 

Lundi  4 Juin: De la férie ou sainte Clotilde


Mardi 5 Juin : Saint Boniface      pas de messe ce jour   

17h : groupe biblique paroissial à la salle Pierre Lefeuvre

 

Mercredi  6 Juin : de la férie ou saint Norbert   

 

Jeudi 7 Juin : de la férie                              

 

 Vendredi 8 Juin : de la férie                      

 

Samedi 9 Juin de la férie ou saint Ephrem                           

à 14h : après midi des servants d’autel de la paroisse


 à 20h : soirée du groupe du catéchuménat des adultes

 

DIMANCHE 10 Juin Fête du Très saint Sacrement – Solennité

1e lecture : Ex.24, 3-8 ; Psaume 115 ; 2e lecture : He.9,11-15 ; Evangile : Mc.14, 12-16.22-26

 

Messe anticipée à 18h30 à Notre Dame ; 9h. à Saint Louis ; 10h30 à Notre Dame avec participation des enfants de la catéchèse de CM2 . Célébration de l’éveil à la foi à 10h30

11h45 : Messe de première communion de la communauté portugaise à Notre Dame

 

dans l’agenda du père Frédéric Benoist : Jeudi 7 Juin journée des responsable de secteur avec l’évêque à la maison diocésaine

 

à noter : Dimanche 24 Juin Repas paroissial de fin d’année

 

 

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens