Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 21:00

10 Février 2013 : Dimanche de la pastorale de la santé 
 
La visite comme constitution d'une communauté de récit
 
Lorsque, dans le cadre de la pastorale de la santé, nous visitons les personnes malades ou âgées, nous prenons le temps. Les personnes visitées le sont pour elles-mêmes, gratuitement. Au cours de la visite, nous échangeons des paroles. Il nous faut avoir le souci de former avec elles, une communauté de récit. C'est une condition pour garantir le caractère humanisant de notre rencontre. Nous ne pouvons nous limiter au seul aspect informatif : le beau temps, les nouvelles des enfants, les difficultés et les souffrances liées à leur état. Les visites doivent pouvoir conduire les personnes sur un autre registre. On échange des paroles au niveau performatif, c'est-à-dire un discours qui crée une situation nouvelle et transformatrice du quotidien. Il ne s'agit pas de meubler le temps de la visite par de vains propos. Mais notre présence auprès des personnes visitées doit devenir occasion de susciter la parole. La visite constitue alors une communauté de récit. C'est ainsi que les initiatives de la pastorale de la santé pourront devenir service d'humanité. Permettre à la personne visitée de faire le récit de ce qui l'a marquée dans son existence, ce qu'elle semble avoir réussi ou raté, ce qu'elle éprouve et ressent vis-à-vis des événements et des étapes de sa vie, c'est lui offrir la chance de se construire une histoire. Une histoire est davantage qu'une énumération de souvenirs, c'est une construction de soi-même par le récit. C'est comme cela qu'on ne cesse d'advenir en humanité. Une personne sans histoire, une vie sans histoire ne sont pas vraiment humaines. Les acteurs de la pastorale de la santé mettent à profit la distance qui existe avec les personnes malades, handicapées ou âgées pour leur faire raconter ce qui a fait et fait aujourd'hui la trame de leur vie. Ils forment avec elles une communauté de récit qui leur permettra de construire leur histoire et de se réapproprier leur vie. Ce n'est pas curiosité malsaine, mais une aide offerte pour que la personne reste humaine jusqu' au bout de son existence. La démarche de susciter et donner la parole pour faire histoire a aussi une dimension pastorale. Ce n'est qu'à cette condition qu'il sera possible dans la prière, dans la réception de la communion eucharistique ou dans la célébration du sacrement des malades, d'inviter la personne à faire l'offrande de sa vie au Père avec celle du Fils. Nous ne pouvons offrir à Dieu que ce que nous avons réassumé.
 
Quand la parole humaine croise la Parole de Dieu
La visite, acte fondamental d'une pastorale de la santé, est un acte qui engage la parole humaine pour une rencontre en vérité. Dans le dialogue où nos paroles humaines s'échangent et circulent et nous font exister les uns avec et pour les autres, s'offre un espace d'accueil de la Parole de Dieu. Elle peut s'inscrire dans la trame de nos entretiens et de nos échanges. En assurant ce service de la parole humaine, nous pouvons faire écho à la Parole de Dieu. Elle s'inscrit alors dans la trame de nos paroles humaines pour les renouveler et les ouvrir à de nouvelles dimensions liées à la rencontre avec Dieu qui nous sauve et nous offre sa vie. Prenant au sérieux la parole humaine, la pastorale de la santé est service de l'entretien que Dieu ne cesse de vouloir engager avec les hommes comme le rappelle le Concile Vatican II : « le Dieu invisible s'adresse aux hommes en son immense amour ainsi qu'à des amis ; il s'entretient avec eux pour les inviter et les admettre à partager sa propre vie. » (Dei Verbum, § 2).
Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre 
 
 
Un Dieu proche de nous
1ère lecture (Is 6,1-2a.3-8) Psaume (Ps 137,1-5.7-8) 2ème lecture (1Co 15,1-11) Evangile(Lc 5,1-11)
 
L'initiative du salut vient de Dieu. Notre foi n'est ni une imagination ni l'épiphénomène de nos désirs. Les Corinthiens se l'entendent dire par saint Paul. "Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu."
Les apôtres eux-mêmes ont vécu avec le Seigneur :" Ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie, nous vous l'annonçons." (1ère lettre de Jean 1. 1 et 2) Grande est leur familiarité avec leur Seigneur et maître. Saint Pierre le secouera par les épaules pour le réveiller lors de la tempête sur le lac. Saint Pierre, encore lui, lui reproche de monter à Jérusalem pour se faire arrêter et condamner. "Ce que nos mains ont touché du Verbe de Vie." ... Il est si proche.
Il nous est également possible de vivre cette familiarité. Ce n'est pas en dressant des barrières rituelles que nous vivrons la Vérité qu'il nous apporte. Le père de l'enfant prodigue n'a pu admettre de le recevoir à genoux, il l'a pris dans ses bras. Ces barrières rituelles sont parfois même ridicules, comme refuser de recevoir le Corps du Christ dans nos mains... « Ce que nos mains ont touché du Verbe de Vie.
C'est avec de telles barrières qu'on en arrive à vivre un christianisme moralisateur jusqu'à être vidé du sens de notre intimité en Dieu par Jésus-Christ. C'est le Christ qui est l'essentiel, car s'il est devenu l'un des nôtres, c'est pour être proche de nous et, nous, proches de lui. « Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous. »
 A nous de vivre cette réalité étonnante. A nous d'en transmettre la découverte à nos frères. A nous de la chanter devant les hommes :"Tous les rois te rendent grâce quand ils entendent les paroles de ta bouche." (psaume 137). Dans cet esprit, relisons le passage de la lettre aux Corinthiens en ce dimanche où saint Paul décline pour nous ce qu'est la Bonne Nouvelle. "La grâce de Dieu est avec moi." (I Cor. 15. 10)
« Tu as voulu, Seigneur, que nous partagions un même pain et que nous buvions à la même coupe. Accorde-nous de vivre tellement dans le Christ que nous portions du fruit pour le salut du monde. » (Oraison de la communion de ce dimanche). 
 
  
1ère lecture : Révélation du Dieu saint et vocation d'Isaïe (Is 6, 1-2a.3-8)
 
Lecture du livre d'Isaïe
L'année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur qui siégeait sur un trône très élevé ; les pans de son manteau remplissaient le Temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux pour se couvrir le visage, deux pour se couvrir les pieds, et deux pour voler. Ils se criaient l'un à l'autre : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers. Toute la terre est remplie de sa gloire. » Les pivots des portes se mirent à trembler à la voix de celui qui criait, et le Temple se remplissait de fumée. Je dis alors : « Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures : et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l'univers ! » L'un des séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu'il avait pris avec des pinces sur l'autel. Il l'approcha de ma bouche et dit : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » J'entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? qui sera notre messager ? » Et j'ai répondu : « Moi, je serai ton messager : envoie-moi. » 
 
Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 4-5, 7c-8 
 
R/ Saint est le Seigneur notre Dieu !
De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce : tu as entendu les paroles de ma bouche. Je te chante en présence des anges, vers ton temple sacré, je me prosterne. Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité, car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole. Le jour où tu répondis à mon appel, tu fis grandir en mon âme la force. Tous les rois de la terre te rendent grâce quand ils entendent les paroles de ta bouche. Ils chantent les chemins du Seigneur : « Qu'elle est grande, la gloire du Seigneur ! » Ta droite me rend vainqueur. Le Seigneur fait tout pour moi ! Seigneur, éternel est ton amour : n'arrête pas l'œuvre de tes mains.  
 
2ème lecture : La tradition de la foi au Christ mort et ressuscité (brève : 1...11) (1Co 15, 1-11) 
 
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l'avez reçu, et vous y restez attachés, vous serez sauvés par lui si vous le gardez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, c'est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j'ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il a été mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, et il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois — la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont morts — ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l'avorton que je suis. Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé Apôtre, puisque j'ai persécuté l'Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et la grâce dont il m'a comblé n'a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n'est pas moi, c'est la grâce de Dieu avec moi. Bref, qu'il s'agisse de moi ou des autres, voilà notre message, et voilà votre foi. 
 
Evangile : La pêche miraculeuse. La vocation des Apôtres (Lc 5, 1-11)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. La voix du Seigneur appelle : « Venez, suivez-moi, je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. » Alléluia. (cf. Mt 4, 19)
 
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu. Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s'éloigner un peu du rivage. Puis il s'assit et, de la barque, il enseignait la foule. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets. » Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient. Ils firent signe à leurs compagnons de l'autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu'elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur. » L'effroi, en effet, l'avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu'ils avaient prise ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. 
 
 
 
 
 CALENDRIER
 
 Messe tous les jours à 9 h précédée de l’office des Laudes à 8 h 45
 Tous les samedis matin de 11 h à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
 Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9h30 à 12h à la crypte
 
DIMANCHE  10 fevrier 2013 - 5ème dimanche du temps ordinaire
1ère lecture (Is 6,1-2a.3-8) Psaume (Ps 137,1-5.7-8) 2ème lecture (1Co 15,1-11) Evangile(Lc 5,1-11)
 
 Lundi 11 février  : de la férie
 Mardi 12 février  : de la férie 
 
Mercredi 13 Février : Mercredi des cendres, entrée en Carême :
Messe à 9 h à Saint Louis
Messe à 19 h 30 à Notre-Dame
 
 Mercredi 13 février  : Cendres 
 Jeudi  14 février  : Jeudi après les Cendres – Sts Cyrille et Méthode 
 A 20h30 salle Pierre Lefeuvre : réunion (ouverte à tous) pour la préparation des offices de la semaine sainte 
 Vendredi 15 février : Vendredi après les Cendres – de la férie
Samedi  16 février : Samedi après les Cendres- de la férie
Samedi 16 Février à 15 h salle Pierre Lefeuvre : réunion d’information (ouverte à tous) sur le pèlerinage paroissial en Terre Sainte du 27 Octobre au 5 Novembre 2013
 
DIMANCHE  17 février 2013 – 1er dimanche de Carême
1ère lecture (Dt 26,4-10) Psaume (90,1-2.10-15) 2ème lecture (Rm 10,8-13) Evangile(Lc 4,1-13)
Messe anticipée : samedi à 18 h 30 à Notre-Dame
Messe à 9 h à Saint-Louis - à 10 h 30 à Notre-Dame

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens