Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 09:43

Discours du père Frédéric Benoist, curé du Raincy lors de la cérémonie en mémoire des victimes de Toulouse et de Montauban sur le parvis de l’église le dimanche 25 Mars 2012

 

Madame le Maire adjoint  du Raincy, Claire Gizard

Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux

Madame le Pasteur du Raincy

Chers Paroissiens

Mesdames Messieurs

 

Avant de commencer, je tiens à excuser Monsieur le Rabbin qui est uni profondément à nous dans la pensée, mais qui est retenu en Israël.

 

Je remercie aussi monsieur le Maire , Eric Raoult, de s’unir lui aussi par la pensée, retenu par un voyage à l’étranger avec le ministre des transports.

 

----

Il y a deux semaines , j’avais particulièrement été choqué du cruel assassinat de nos soldats français de Montauban et de Toulouse abattus froidement à bout portant au milieu des foules de la rue.

J’ai, au début, pensé à un terrible règlement de compte ou vengeance entre militaires.

 

L’horreur a pris un degré supplémentaire lundi matin, lorsque, comme vous tous, j’ai appris l’assassinat de trois enfants et d’un jeune papa  au sein même de l’école juive  Ozar Hatorah, dans un quartier de la ville de Toulouse.

 

Un déchainement de violence, dont des enfants et des parents ont été témoins, une cruauté ignoble, rappelant la barbarie nazie, je crois que les mots ne sont pas trop forts, surtout envers cette enfant qui a été poursuivie, attrapée par les cheveux et  tuée à bout portant.

 

Que peut il se passer dans l’esprit d’un homme pour qu’il vienne à assassiner, avec une telle détermination glaçante, trois jeunes enfants et un papa se rendant à l’école, un lundi ordinaire, dans un quartier ordinaire d’une ville française où il fait bon vivre… ? Quelle haine l’a rongé pour qu’il vise la communauté juive à travers des plus petits d’entre les siens ?

Quelle rage destructrice l’a dévoré dans l’assassinat de trois jeunes soldats, tués parce que soldats de la France.

 

C’est l’incompréhension qui nous envahit, la tristesse, la peur, la colère, le chagrin.

 

De telles forces meurtrières il y en a beaucoup dans le monde, beaucoup trop. Notre pays de France a cependant été particulièrement éprouvé dans ces drames, cette semaine. Encore une fois la brutalité des actes commis laissent de glace.

 

C’est toute la communauté nationale qui s’est alors unie dans le recueillement face à un tel effroi.

Si j’ai voulu ce rassemblement ce matin sur le parvis de l’église, c’est pour, je pense réunir dans une même pensée, la communauté catholique et plus largement les chrétiens de notre ville pour manifester notre profonde solidarité avec nos frères juifs qui ont été terriblement blessés et pour nous unir comme croyants à un effort de toute la nation, de notre République dans le profond respect des valeurs de liberté de paix et de respect des uns  et des autres, dans l’accueil de nos différences comme source de richesse et d’approfondissement des valeurs de l’homme.  L’accueil de l’autre dans sa différence est une des dynamiques de la foi que Dieu nous invite et nous appelle à vivre chaque jour. J’ai une pensée émue pour les familles de nos soldats  et les familles juives qui ont été touchées par la folie meurtrière de ce jeune désœuvré et perdu qui a sombré dans un délire monstrueux.  Malheureusement, dans notre pays, et sans doute même dans notre département, il y a un certain nombre de jeunes  en situation de détresse morale et spirituelle qui peuvent sombrer dans la violence aussi.

Que le Seigneur, dans l’immensité de son amour apaise les cœurs de chacune et de chacun qui a été éprouvé.

 

Je voudrais aussi avoir une pensée pour nos frères musulmans qui vivent en France. Il ne faut surtout pas tomber dans le risque des amalgames, de théories de bouc émissaire.  Dans notre département où vivent de nombreux musulmans, nous avons à bâtir des lieux de rencontres simples et cordiales entre nous tous. Dans quelques jours, nous allons entreprendre, responsables des trois grandes religions monothéistes, une rencontre avec les jeunes de Première et de Terminale de l’école privée Sainte Clotilde pour les inviter à s’accueillir mutuellement dans l’acceptation et la connaissance de leurs différences. Mais pour pouvoir le faire, il faut qu’ils connaissent en vérité le message de leur foi, de leur tradition.

 

Je me permets alors de m’adresser particulièrement aux chrétiens qui m’écoutent. Nous avons donc, comme adultes, un rôle à jouer dans la transmission de foi envers nos enfants et nos jeunes. Il en va de la paix dans nos sociétés et nos villes. Le vide spirituel de beaucoup, et plus particulièrement des jeunes dans notre pays, est, me semble-t-il, une porte d’entrée de choix pour toutes sortes d’intégrismes et de fanatismes, quels qu’ils soient.

 

 Comme chrétiens nous avons aussi un rôle essentiel à jouer dans la société au nom de nos valeurs de foi en l’homme. Comme prêtre de la communauté catholique, je m’engage et je sais que je peux compter sur vous, pour lutter contre tout sectarisme, tout repli identitaire qui ne pourrait générer que peur et violence cachée.

 

Quelle que soit notre manière de le confesser, juifs, chrétiens, musulmans , nous croyons tous en un Dieu éternel créateur, source de vie. La vie est don de Dieu.  Et nous devons respecter ce don de la vie en Dieu,  à tous les niveaux de cette vie.  Je pense à cette phrase du Psaume 8 : « qu’est ce que l’homme Seigneur pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme  pour que tu en prennes tant souci ? ».

 Aussi un croyant en Dieu ne peut pas revendiquer au nom de Dieu quelque atteinte que ce soit envers un  frère en humanité, quelles que soient son origine, sa couleur de peau, sa foi ou non foi.

L’homme à travers les siècles s’est battu au nom de sa religion. Il le fait encore dans certains pays. Des hommes, des femmes, des enfants sont tués à cause de leur foi dans bien des parties du monde, ne l’oublions pas. Certains meurent même comme martyrs. Mais comme croyants, nous avons aussi à approfondir le vrai sens de chacune de nos religions. Et à mieux amorcer entre nous des chemins de dialogues pour éviter de tomber dans l’erreur et la déformation du caractère sacré de nos Ecrits et de nos rites. Encore une fois, c’est Dieu qui est source de toute vie, la vie est donc don de Dieu, tuer l’homme, c’est porter atteinte à Dieu Lui même.   Qu’on se le dise tous une fois pour toutes.

 

Chrétiens, nous sommes en période de Carême, j’encourage chaque chrétien de notre ville à demander à Dieu humblement qu’il nous donne sa force et son amour pour porter un authentique regard de paix et de concorde envers tout homme. Parce que ce n’est pas toujours facile, seul Dieu peut réellement convertir nos cœurs. Après toute cette émotion, nous reprenons le cours de nos vies. Là encore j’invoque le Seigneur pour qu’il nous ouvre et nous guide dans des chemins de paix et d’espérance avec tous les hommes.

 

Père Frédéric Benoist

Curé du Raincy

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Déclarations & documents

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens