Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 18:51

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date : 22 Avril 2020

 

Textes du jour : Actes 5,17-26 ; Psaume 33 ; Jean 3,16-21

 

Commentaire

 

Le grand prêtre et ceux qui sont avec lui sont remplis de jalousie en voyant des hommes sans instruction car c’est ainsi que Pierre et Jean s’étaient désignés) et qui ne faisaient pas partie du clergé, obtenir un tel succès auprès des foules. De plus les sadducéens, niant la résurrection, sont particulièrement excités contre les apôtres qui annoncent celle du Seigneur Jésus partout où ils vont. Incapables d'imposer leur autorité d'une autre manière, ils jettent en prison ces hommes qu'ils ne sont pas parvenus à faire taire. Mais le Seigneur envoie un ange pour délivrer ses serviteurs qui retournent aussitôt enseigner dans le temple. Les chefs en sont avertis et les font comparaître devant le sanhédrin. «Vous voulez faire venir sur nous le sang de Jésus », leur disent-ils; alors que, devant Pilate, ils ont eux-mêmes réclamé avec le peuple que son sang soit sur eux et sur leurs enfants (cf Matthieu 27,21-26). Bref, deux logiques : celles de ces hommes qui continuent leur rancœurs, délations, peur de perdre leurs pouvoirs. L’autre : celle des apôtres que rien ne peut plus faire taire, car rempli de l’Esprit Saint.  Cette logique de Dieu résumée dans l’évangile de Jean de ce jour : Il y a ceux qui « détestent la lumière » et l’œuvre de Dieu qui malgré tout se continue et se révèle, car Dieu aime sa création et ses créatures … Quelle logique voulons nous adopter, celle de Dieu ou celles des hommes ? Toute proportion gardée, cette question me paraît déterminante quant à notre manière dont nous allons devoir accueillir les mois que nous allons devoir vivre avec le Covid19. Nous pouvons continuer à avancer avec la peur au ventre en nous méfiant de l’autre sans cesse, ou avancer en fils de lumière.

                                                                                                           Père Frédéric Benoist

 

 Ô Dieu qui scrutes les reins et les cœurs, tu pénètres les secrets de ma pensée. Devant toi est à découvert ce que tu as semé dans mon âme et qui peut t'être offert; tu connais aussi ce que moi-même ou l'homme ennemi avons répandu. Ce que tu as semé, nourris-le, fais-le croître jusqu'à son achèvement. De même que je n'ai rien pu commencer de bon sans toi, de même je ne puis l'achever loin de toi. Ne me juge pas, ô Dieu de miséricorde, d'après ce qui te déplaît en moi, mais ôte de moi ce que tu n'y as pas mis. Je ne puis me corriger moi-même sans toi. Ainsi soit-il. » 

Saint Anselme de Canterbury (1033-1109)

 

“ Permets que tout soit ouvert à Dieu et pour cela, choisis Dieu sans relâche

Pape François

 

Paroles du pape François :

 

Dans l’épreuve que nous traversons, nous nous sommes retrouvés fragiles. Nous avons besoin du Seigneur, qui voit en nous, au-delà de nos fragilités, une beauté qui ne peut être supprimée. Avec Lui nous nous redécouvrons précieux dans nos fragilités.

 

Tant de choses peuvent diviser les communautés: l’argent, la vanité, le bavardage. Mais l’Esprit vient nous sauver de cela. L’Esprit Saint est le maître de l’harmonie, Il crée l’harmonie dans la communauté, car Il est l’harmonie entre le Père et le Fils.

En ce moment il y a tant de silence. Que ce silence, un peu nouveau dans nos habitudes, nous enseigne l’écoute, nous fasse grandir dans notre capacité d’écoute. Prions ensemble pour cela.

 

Le confinement… et après ? Continuons notre réflexion sur la miséricorde :

Ecoutons ce que disait Dimanche le pape François après avoir célébré la messe :

 

La réponse des chrétiens dans les tempêtes de la vie et de l’histoire ne peut être que la miséricorde : l’amour compatissant entre nous et envers tous, spécialement envers celui qui souffre, qui peine le plus, qui est le plus abandonné… Pas du piétisme, pas de l’assistanat,  mais de la compassion, qui vient du cœur. Et la miséricorde divine vient du Cœur du Christ, du Christ Ressuscité. Elle jaillit de la blessure toujours ouverte de son côté, ouverte pour nous, qui avons toujours besoin de pardon et de réconfort. Que la miséricorde chrétienne inspire aussi le juste partage entre les nations et leurs institutions, pour affronter la crise actuelle de façon solidaire.

 

Nous pouvons relire son homélie de dimanche. (cf  le Bulletin du 20 Avril, )

 

Nous pouvons aussi entendre ce qu’il disait hier lors de la messe à Sainte Marthe :

 

« Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit » (v.8), c’est-à-dire qui est libre. Une personne qui se laisse emmener d’un côté ou de l’autre par l’Esprit-Saint : voilà la liberté de l’Esprit. Et celui qui fait ceci est une personne docile et ici, il s’agit de la docilité à l’Esprit.

Être chrétien ne signifie pas seulement obéir aux Commandements : il faut le faire, c’est vrai ; mais si tu t’arrêtes là, tu n’es pas un bon chrétien. Être chrétien, c’est laisser l’Esprit entrer en toi et t’emmener, t’emmener là où il veut. Dans notre vie chrétienne, bien souvent, nous nous arrêtons comme Nicodème, avant le « donc », nous ne savons pas quel est le pas à faire, nous ne savons pas comment le faire ou nous n’avons pas confiance en Dieu pour faire ce pas et laisser entrer l’Esprit. Naître de nouveau, c’est laisser l’Esprit entrer en nous et le laisser me guider, et non me guider moi-même : libre, avec cette liberté de l’Esprit dont tu ne sais jamais où elle t’emmènera. (…)

Devant les difficultés, devant une porte fermée, lorsque (les apôtres) ne savent pas comment avancer, ils vont vers le Seigneur, ils ouvrent leur coeur et l’Esprit vient leur donner ce dont ils ont besoin et ils sortent prêcher, courageusement, et en avant. C’est cela, naître de l’Esprit, c’est ne pas s’arrêter au « donc », au « donc » des choses que j’ai toujours faites, au « donc » d’après les commandements, au « donc » après les habitudes religieuses : non ! C’est cela, naître à nouveau. Et comment se prépare-t-on à naître de nouveau ? Par la prière. La prière est ce qui nous ouvre la porte à l’Esprit et nous donne cette liberté, cette assurance, ce courage de l’Esprit-Saint. Dont tu ne sauras jamais où il t’emmènera. Mais c’est l’Esprit.

Mgr Antonio Bello, Prière à sainte Marie, Femme de la chambre haute

 

Sainte Marie, Femme de la chambre haute, splendide Icône de l’Église, Tu avais déjà vécu Ta propre Pentecôte au moment de l'annonce de l'Ange, quand l'Esprit Saint descendit sur Toi et que la puissance du Très-Haut étendit sur Toi son ombre.

 Donne à l’Église l'ivresse des hauteurs, la patience du long terme.

Préserve-La de la tristesse de s'enliser, sans issue, dans les périmètres étroits du quotidien.

Fais-Lui regarder l'histoire selon les perspectives du Royaume.

Sainte Marie, Femme de la chambre haute, aide les pasteurs de l’Église à habiter ces régions élevées de l’esprit. Attendris leur esprit pour qu'ils sachent dépasser la froideur d'un droit sans charité, d'un syllogisme sans fantaisie, d'un projet sans passion, d'un rite sans illumination, d'une procédure sans génie, d'un logos sans sophia.

Sainte Marie, Femme de la chambre haute, fais-nous contempler de Ta fenêtre les mystères joyeux, douloureux et glorieux de la vie, ce n'est qu'à cette hauteur que le succès ne donnera pas le vertige, et à ce niveau seulement les défaites nous empêcheront de nous laisser précipiter dans le vide. Amen. »

 

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens