Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 18:43

Notre Communauté au quotidien

avec Notre-Dame de la Consolation

 

« Courage et confiance »

 

Date :  19 Avril 2020 : Deuxième dimanche de Pâques - Dimanche de la Divine Miséricorde

 

Textes du jour : Actes des Apôtres 2,42-47 ; Psaume 117 ; Première lettre de Pierre 1,3-9 ; Jean 20,19-31

 

Commentaire

 

                                     « La paix soit avec vous ! »

 

Ce dimanche après Pâques, appelé par Jean Paul II « dimanche de la Miséricorde », nous plonge à travers des textes liturgiques dans les entrailles de Dieu : abimes d’amour pour l’humanité.

Thomas demande de pouvoir reconnaître le Seigneur aux signes de la passion. En cela il était bien inspiré : le Christ ressuscité se reconnaît bien aux signes de sa Passion. La Résurrection n’a pas aboli la Passion. Elle est une glorification mais ne supprime pas tout ce que Jésus a souffert auparavant. Au contraire elle met en lumière la Passion, en montrant toutes les séquelles et en manifestant toute la valeur. Elle montre que la Passion qui semblait être une défaite est en réalité une merveilleuse victoire de l’amour généreux. Jésus s’est livré à la mort pour nous avec un amour infini et il a obtenu ainsi la victoire de Résurrection.

Le Ressuscité nous apporte la paix tout en nous ouvrant à la source débordante de son amour et voudrait que nous l’accueillions avec un cœur sans partage. C’est en ce sens que Sœur Faustine dans son petit journal, nous révèle cet amour inépuisable qui désire se donner tout entier à l’humanité : « Mon cœur déborde d’une grande miséricorde pour les âmes et particulièrement pour les pauvres pécheurs. Si elles pouvaient comprendre que je suis pour elles le meilleur Père, que c’est pour elles que le sang et l’eau ont jailli de mon cœur comme d’une source débordante de miséricorde ; pour elles je demeure dans le tabernacle, comme Roi de miséricorde je désire combler les âmes de grâces, mais elles ne veulent pas les accepter... Oh ! combien est grande l’indifférence des âmes pour tant de bonté, tant de preuves d’amour ; mon cœur n’est abreuvé d’ingratitude, d’oubli de la part des âmes qui vivent dans le monde ; elles ont du temps pour tout, mais elles n’ont pas de temps pour venir vers moi, ni pour chercher des grâces ».

En ce dimanche, à la suite de Thomas et de Sœur Faustine, proclamons notre foi, reconnaissons en la grande valeur. Elle est source de paix, de joie et d’amour. Elle est, par-dessus tout, source d’une union personnelle, intime avec Jésus ressuscité, et par lui avec le Père céleste. Notre foi est un trésor que nous sommes heureux de posséder et que nous devons considérer dans toutes les circonstances de notre vie.

« Mon Seigneur et mon Dieu », « Jésus, j’ai, confiance en Toi »

                                                                                                                 Père Modeste Mégnanou

                                                                                                    

Intentions de prières :

- Pour tous les défunts dont nous avons célébré les funérailles cette semaine : Andrée, Janine, Raymond, Claude

- Pour Jean Pierre Brain, Jean-Baptiste Logier dont les funérailles chrétiennes seront célébrées jeudi en la paroisse Saint Louis de Drancy

- Pour Emmanuelle Grymbaum ; Renée Brunie ; Marie Claude Klein ; William Petriccioli ; Mauricette Galizzi, Vincent Bertheloot, recommandés à notre prière en ce dimanche

- Pour Gaëtan Manfré dcd du covid19, dont les funérailles seront célébrées Mardi 21 ; Augustine Bazin, dcd du covid19 dont les funérailles chrétiennes seront célébrées Jeudi 23 

- Pour les plus de 700 victimes quotidiennes du Covid19 en France.

 

 

CATÉCHÈSE DE JÉRUSALEM AUX NOUVEAUX BAPTISÉS : Le Corps et le Sang…

 La nuit même où il était livré, notre Seigneur Jésus Christ prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit et dit à ses disciples : Prenez, mangez ; ceci est mon corps. Ayant pris la coupe et rendu grâce, il dit : Prenez, buvez ; ceci est mon sang. Quand lui-même a déclaré, au sujet du pain : Ceci est mon corps, qui osera encore hésiter ? Et quand lui-même affirme catégoriquement : Ceci est mon sang, qui pourra en douter, et dire que ce n'est pas son sang C'est donc avec une pleine conviction que nous participons à ce repas comme au corps et au sang du Christ. Car, sous la figure du pain, c'est le corps qui t'est donné ; sous la figure du vin, c'est le sang qui t'est donné, afin que tu deviennes, en participant au corps et au sang du Christ, un seul corps et un seul sang avec le Christ. C'est ainsi que nous devenons des « porte-Christ », son corps et son sang s'étant répandus dans nos membres. De cette façon, selon saint Pierre, nous devenons participants de la nature divine.

Jadis le Christ, s'entretenant avec les Juifs, disait : Si vous ne mangez pas ma chair, et ne buvez pas mon sang, vous n'aurez pas la vie en vous. Mais eux, comme ils n'entendaient pas spirituellement ses paroles, se retirèrent scandalisés, en s'imaginant que le Sauveur les invitait à manger de la chair. 

Il y avait aussi, dans l'ancienne Alliance, les pains de l'offrande ; mais ces pains, appartenant à l'Alliance ancienne, ont pris fin. Dans l'Alliance nouvelle, il y a un pain venu du ciel, et une coupe du salut. Car, comme le pain est bon pour le corps, le Verbe s'accorde bien avec l'âme.

 Ne t'attache donc pas au pain et au vin comme à des aliments ordinaires, car ils sont corps et sang selon la déclaration du Maître. Si la connaissance sensible te dit autre chose, la foi doit te donner toute assurance.

Tu as reçu cet enseignement et tu en es pleinement convaincu : ce qui paraît du pain n'est pas du pain, bien qu'il soit tel pour le goût : c'est le corps du Christ ; ce qui paraît du vin n'est pas du vin, bien que le goût en juge ainsi : c'est le sang du Christ. Et jadis David chantait à ce sujet : Le pain fortifie le cœur de l'homme, et l'huile donne la joie à son visage. Fortifie ton cœur en prenant ce pain comme une nourriture spirituelle, et rends joyeux le visage de ton âme.

 Puisses-tu avoir le visage dévoilé, grâce à une conscience pure, refléter la gloire du Seigneur, et marcher de gloire en gloire, dans le Christ Jésus notre Seigneur. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Lettre apostolique du pape Jean-Paul II : le jour du Seigneur (sur le sens du dimanche) , 31 Mai 1998

(Le Dimanche) C'est un jour qui se trouve au cœur même de la vie chrétienne. Si, depuis le début de mon pontificat, je ne me suis pas lassé de répéter: « N'ayez pas peur! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ! »,(9) je voudrais aujourd'hui vous inviter tous avec insistance à redécouvrir le dimanche: N'ayez pas peur de donner votre temps au Christ! Oui, ouvrons notre temps au Christ, pour qu'il puisse l'éclairer et l'orienter. C'est lui qui connaît le secret du temps comme celui de l'éternité, et il nous confie « son jour » comme un don toujours nouveau de son amour. La redécouverte de ce jour est la grâce à implorer, non seulement pour vivre pleinement les exigences propres de la foi, mais aussi pour donner une réponse concrète aux aspirations les plus vraies de tout être humain. Le temps donné au Christ n'est jamais un temps perdu, mais plutôt un temps gagné pour l'humanisation profonde de nos relations et de notre vie.

 

Prière pour nos catéchumènes : Ayons une pensée particulière pour tous nos catéchumènes, notamment pour les trois qui n’ont pas pu recevoir le sacrement du baptême et communier : Julie, Scotty, Duncan ; mais aussi pour tous les autres, en attente de la grâce des sacrements. Chers accompagnateurs du catéchuménat, je vous les confie, gardez contact et priez avec et pour eux. (P. FB)

Seigneur, nous te prions pour les catéchumènes qui restent dans l’attente des sacrements qu’ils devaient recevoir en ces fêtes pascales. Sois proche d’eux, viens fortifier leur foi et leur désir. Nous te prions pour tant de personnes atteintes de plein fouet par cette pandémie. Accorde-nous de faire l’expérience de ta présence de Ressuscité au cœur de la souffrance. Donne-nous de croire que rien ne peut t’empêcher de venir à nous, car tu es vraiment ressuscité, et que ce temps où tout est suspendu, cet espace ouvert par la déroute de nos projets nous donne de comprendre davantage que tout est lié et creuse en nous le désir d’une vie nouvelle.       Sœurs du Carmel de Frileuse (Essonne)                                  

 Pour celles et ceux qui veulent recevoir l’hostie consacrée ce dimanche, je vous reporte au deux derniers bulletins quand « aux consignes précises » à respecter. Faisons de ce dimanche, bien que confiné, un jour autre que les autres jours de la semaine.

Partager cet article

Repost0
Published by paroisse du Raincy - dans Feuille quotidienne "confinement"

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens