Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 11:38

Commentaire de l’évangile du dimanche 25 Juin

par le pape François

 

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans l’Evangile d’aujourd’hui (cf. Mt 10, 26-33), après avoir appelé et envoyé ses disciples en mission, le Seigneur les instruit et il les prépare à affronter les épreuves et les persécutions qu’ils rencontreront.

Partir en mission, ce n’est pas faire du tourisme, et Jésus avertit les siens : « Vous rencontrerez des persécutions ». Il les exhorte ainsi : « N’ayez pas peur des hommes, parce qu’il n’y a rien de caché qui ne sera révélé […]. Ce que je vous dis dans les ténèbres dites-le, vous, dans la lumière […]. Et n’ayez pas peur de ceux qui tuent le corps, mais n’ont pas le pouvoir de tuer l’âme » (vv. 26-28). Ils ne peuvent tuer que le corps, ils n’ont pas le pouvoir de tuer l’âme : de ceux-là, n’ayez pas peur. L’envoi en mission par Jésus ne garantit pas aux disciples le succès, de même que cela ne les met pas à l’abri des échecs ni des souffrances. Ils doivent tenir compte de la possibilité du refus comme de la persécution. Cela fait un peu peur, mais c’est la vérité. Le disciple est appelé à conformer sa vie au Christ qui a été persécuté par les hommes, a connu le refus, l’abandon et la mort sur la croix. Il n’y a pas de mission chrétienne à l’enseigne de la tranquillité ! Les difficultés et les tribulations font partie de l’œuvre d’évangélisation, et nous sommes appelés à trouver l’occasion de vérifier l’authenticité de notre foi et de notre relation à Jésus. Nous devons considérer ces difficultés comme la possibilité d’être encore plus des missionnaires et de grandir dans cette confiance en Dieu, notre Père, qui n’abandonne pas ses enfants à l’heure de la tempête.

Dans les difficultés du témoignage chrétien dans le monde, nous ne sommes jamais oubliés, mais toujours assistés par la sollicitude attentionnée du Père. C’est pourquoi dans l’Evangile d’aujourd’hui, Jésus rassure ses disciples par trois fois en disant : « N’ayez pas peur ! » De nos jours aussi, frères et sœurs, la persécution contre les chrétiens est présente. Nous prions pour nos frères et sœurs qui sont persécutés et nous louons Dieu, parce qu’en dépit de cela ils continuent à témoigner de leur foi avec courage et avec fidélité.

Que leur exemple nous aide à ne pas hésiter à prendre position pour le Christ, en lui rendant témoignage courageusement dans les situations de chaque jour, y compris dans des contextes apparemment tranquilles.

L’absence d’hostilité ou de tribulations peut en effet être une forme d’épreuve. Le Seigneur nous envoie aussi à notre époque non seulement comme « des brebis au milieu des loups », mais comme des sentinelles au milieu de gens qui ne veulent pas être éveillés de leur torpeur mondaine, qui ignore les paroles de Vérité de l’Evangile, en se construisant leurs propres vérités éphémères. Et si nous allons ou si nous vivons dans ces contextes et que nous disons les Paroles de l’Evangile, cela dérange et on nous regarde de travers. Mais en tout cela, le Seigneur continue de nous dire, comme il le disait aux disciples de son temps : « N’ayez pas peur ! » N’oublions pas cette parole : quand nous avons quelque tribulation, quelque persécution, quelque chose qui nous fait souffrir, écoutons toujours la voix de Jésus dans notre cœur : « N’ayez pas peur ! N’aie pas peur, avance ! Je suis avec toi! » N’ayez pas peur de qui vous ridiculise et vous maltraite, et n’ayez pas peur de qui vous ignore ou « devant » vous honore mais « derrière » combat l’Evangile. Il y en a tant qui, devant, nous font des sourires et, derrière, combattent l’Evangile. Nous en connaissons tous. Jésus ne nous laisse pas seuls parce que nous sommes précieux pour lui. C’est pour cela qu’il ne nous laisse pas seuls: chacun de nous est précieux pour Jésus, et Lui nous accompagne. Que la Vierge Marie, modèle d’adhésion humble et courageuse à la Parole de Dieu, nous aide à comprendre que dans le témoignage de la foi ce ne sont pas les succès qui comptent mais la fidélité, la fidélité au Christ, reconnaissant en toute circonstance, même les plus problématiques, le don inestimable d’être ses disciples missionnaires.

Accueillir Dieu en accueillant les autres

1 ère lecture (2 R 4,8-1114-16a) Psaume (Ps 88,2-3.16-19) 2 ème lecture (Rm 6,3b-4.8-11)

Evangile (Mt 10,37-42)

 

La langue française est intéressante quand elle parle de l’hôte. Le mot “hôte” désigne à la fois celui qui accueille et celui qui est accueilli. C’est dire que l’hospitalité crée nécessairement une relation d’échange entre deux personnes. Recevoir quelqu’un chez soi, c’est s’enrichir de sa présence. Etre reçu, c’est quitter sa condition d’étranger et entrer en partage avec une famille ou la communauté d’accueil.

 

Le sens profond de la signification de l’hospitalité, en tant que relation d’échange mutuel, s’exprime à travers les rites sociaux. Qui osera venir chez un ami, invité par lui, sans lui apporter un cadeau, si minime soit-il ? Les échanges de cadeaux expriment cette dimension de manière symbolique. Mais on constate parfois, avec une certaine tristesse, que les sociétés dites “développées” ont normalisé ces rites, au point qu’ils en ont perdu toute signification, au point même d’en être dénaturés.

 

L’accueil de Dieu et l’accueil des autres se vivent d’une même manière. L’accueil de Dieu et l’accueil des autres se vivent dans une même démarche. L’une engendre l’autre. La démarche spirituelle ne peut se détacher de la démarche humaine. La démarche humaine conduit à la démarche spirituelle. L’amour engendre l’amour. Il faut perdre en donnant pour recevoir. C’est la chance unique d’échapper à l’hypocrisie qui consisterait à aimer Dieu sans aimer les siens, c’est-à-dire, sans aimer nos frères.

 

La démarche spirituelle rejoint la démarche humaine. Il faut perdre en donnant pour recevoir. C’est la chance unique d’échapper à l’hypocrisie qui consisterait à aimer Dieu sans aimer les siens, c’est-à-dire, sans aimer nos frères.

 

Il n’en reste pas moins que cette conviction acquise nous avons à la mettre en œuvre au jour le jour, dans la complexité de notre vie personnelle et collective. C’est pourtant le seul chemin de la vie pour Dieu en Jésus-Christ.

Dimanche 2 juillet 2017 - 13ème dimanche du Temps Ordinaire -Lectures de la messe

 

Première lecture (2 R 4, 8-11.14-16a)

 

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par là, il allait manger chez elle. Elle dit à son mari : « Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. » Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. » Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte. Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. » Parole du Seigneur.

 

Psaume (Ps 88 (89), 2-3, 16-17, 18-19)

 

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge. Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux. Heureux le peuple qui connaît l’ovation ! Seigneur, il marche à la lumière de ta face ; tout le jour, à ton nom il danse de joie, fier de ton juste pouvoir. Tu es sa force éclatante ; ta grâce accroît notre vigueur. Oui, notre roi est au Seigneur ; notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

 

Deuxième lecture (Rm 6, 3-4.8-11)

 

Frères, ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c'est pour Dieu qu'il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Parole du Seigneur.

 

Évangile (Mt 10, 37-42)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. » Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

 

Messes de la semaine

 

-Lundi 3 juillet à 9 h messe à la crypte de l’église Notre-Dame

-Mardi 4 juillet à 9 h messe

-Mercredi 5 juillet à 9 h messe

-Jeudi 6 juillet : messe à 9 h à la crypte

-Vendredi 7 juillet : messe à 9 h à la crypte

-Samedi 8 Juillet: messe à 9 h à la crypte suivie de l’exposition du Saint-Sacrement

 

Rendez-vous de la semaine

 

-Lundi 3 Juillet à 15h au presbytère : comité de rédaction du Messager

-Vendredi 7 Juillet à 16h au presbytère : rencontre interreligieuse de l’UDPP

 

MERCI

Le père Frédéric Benoist, très touché de toutes les marques et gestes de sympathie à l’occasion de la fête du jubilé de ses 25 ans de sacerdoce, remercie sincèrement et chaleureusement tous les paroissiens et les assure de sa profonde communion et fidélité.

 

La messe d’au revoir du père Ignace sera célébrée le :

Dimanche 3 Septembre à 10 h 30.

Elle se poursuivra par un apéritif et un repas partagé

 

 

DIMANCHE 2 juillet 2017 13 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (2 R 4,8-1114-16a) Psaume (Ps 88,2-3.16-19) 2 ème lecture (Rm 6,3b-4.8-11)

Evangile (Mt 10,37-42)

Messe anticipée le samedi à 18 h -Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

 

DIMANCHE 9 juillet 2017 13 ème dimanche du temps ordinaire

1 ère lecture (ZA 9,9-10) Psaume (Ps 144,1-2.8-11.13-14) 2 ème lecture (Rm 8.911-13)

Evangile (Mt 11, 25-30)

Messe anticipée le samedi à 18 h -Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

 

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens