Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 19:53

« Le protagoniste de l’Église, c’est l’Esprit Saint»,

« Demandons au Seigneur, la grâce de comprendre comment l’Église avance, de comprendre comment affronter, dès le premier moment, les surprises de l’Esprit et, aussi, pour chacun de nous, d’avoir la grâce de la docilité à l’Esprit, pour marcher sur le chemin que le Seigneur Jésus veut pour chacun de nous et pour toute l’Église. » C’est l’Esprit Saint « qui depuis le premier moment, a donné aux apôtres la force de proclamer l’Évangile», a fait observer le pape, c’est « l’Esprit qui fait tout », c’est « l’Esprit qui fait avancer l’Église », même « avec ses problèmes», même dans les persécutions, et c’est Lui « qui donne aux croyants la force de rester » fidèles à leur foi.

Le pape a en effet commenté, dans son homélie, la première lecture, des Actes des apôtres sur de « concile » de Jérusalem (Ac 15, 7-21). Il a souligné la double résistance que rencontre alors l’action de l’Esprit, entre ceux qui croyaient que « Jésus était venu uniquement pour le peuple élu » et ceux qui voulaient imposer la loi de Moïse aux convertis du paganisme.

Mais c’est une troisième voie que l’Esprit ouvre, par surprise : « L’Esprit a mis les cœurs sur un nouveau chemin, c’étaient les surprises de l’Esprit. Et les apôtres se sont retrouvés dans des situations qu’ils n’auraient jamais crues, des situations nouvelles. Et comment faire face à ces situations nouvelles ? »

Le pape a cité les Actes: « En ces jours-là, une intense discussion avait surgi». Puis il a expliqué : les apôtres, « d’une part, avaient le pouvoir de l’Esprit, le protagoniste, poussant à aller de l’avant, de l’avant, de l’avant (…), mais l’Esprit les a conduits à certaines nouveautés, à certaines choses qui n’avaient jamais été faites, jamais : personne ne l’avait imaginé. Que les païens reçoivent l’Esprit Saint, par exemple. »

A Jérusalem, les apôtres « ont fait une bonne chose », a expliqué le pape : « Toute la foule a gardé le silence, puis on a écouté Barnabé et Paul exposer tous les signes et les prodiges que Dieu avait accomplis grâce à eux parmi les nations. » Et de commenter : « Écouter, ils n’avaient pas peur d’écouter (…). Quand on a peur d’écouter, on n’a pas l’Esprit dans le cœur. Écouter: ‘Que pensez-vous et pourquoi?’ Écouter avec humilité. Et après avoir écouté, la décision a été prise. » Cette décision a ensuite été communiquée par une lettre dans laquelle les disciples disaient: « L’Esprit Saint et nous avons décidé … ». « Voilà, a fait remarquer le pape, le chemin de l’Église : devant les nouveautés – pas les nouveautés du monde, comme la mode vestimentaire -, les nouveautés, les surprises de l’Esprit, parce que l’Esprit nous surprend toujours. »

Le pape a indiqué le mode d’emploi de l’Eglise, qui ressemble très fort à sa méthode de réforme : « avec la réunion, l’écoute, la discussion, la prière et la décision finale ».

« Quand l’Esprit nous surprend par quelque chose qui semble nouveau, pensez à Vatican II, à la résistance qu’a rencontré le Concile Vatican II, et je dis cela parce que c’est le plus proche de nous », a expliqué le pape. Le pape François a diagnostiqué les mêmes « résistances » aujourd’hui : « elles continuent sous une forme ou sous une autre, et l’Esprit avance ». Il a aussi indiqué « le chemin de l’Église »: « se rassembler, se réunir, écouter, discuter, prier et décider ». Il a lâché le mot : c’est cela « la synodalité de l’Église », qui manifeste « communion de l’Église ». « Et qui fait la communion ? C’est l’Esprit ! », a scandé le pape. L’Esprit « ne nous laisse pas seul », « il nous donne du courage, de la patience », « il nous assure d’être sur le chemin de Jésus, il nous aide à surmonter la résistance et à être forts dans le martyre », a insisté le pape.

Jeudi 5 mai : l'Ascension

LA RÉVÉLATION DU MYSTÈRE de DIEU

Dans le Nouveau Testament, la réalité de l’ascension est inséparable de celle de la résurrection. L’ascension apparaît comme l’étape ultime de la résurrection. En ressuscitant d’entre les morts, Jésus est déjà glorifié ; la mort n’a plus de prise sur lui, et les limites imposées par sa condition d’homme n’existent plus. Mais en «montant auprès du Père», sa gloire se manifeste avec plus d’éclat, car Il entre dans la présence de Dieu pour régner avec lui sur le monde.

Jusque-là, sa vie était la vie normale d’un homme qui connait et supporte jusqu’aux imperfections et aux limites de toute créature, sauf le péché.

La transfiguration l’insérait dans l’alliance, celle de Moïse et des prophètes. Il leur en donnera le sens sur la route d’Emmaüs. Tout est nouveau et incomparable: Gethsémani, la croix, la résurrection. Sa croix est le portique par lequel tout membre de la famille humaine entre dans la vie de Dieu. Par sa résurrection, il acquiert le droit de donner à chaque homme la vie éternelle. Par son ascension, notre Seigneur étant entré dans le Ciel, en tient pour nous tous la porte grande ouverte.

Cette fois-ci, le Seigneur retourne bien à Sa gloire éternelle: mais il n’y retourne plus seulement comme Fils de Dieu, il y retourne comme Fils de l’homme. La route est grande ouverte maintenant qui peut mener tout homme jusqu’au trône de Dieu.

Fils de l’homme sur la terre, Jésus avait renoncé à son omnipuissance, à son omniprésence, à sa toute-science. Fils de l’homme dans le ciel, il les a retrouvées. Depuis l’ascension, Jésus est appelé le Seigneur, Titre donné à Dieu le Père dans l’Ancien Testament. Jésus est le «Seigneur Jésus».

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

– Parole du Seigneur.

Psaume : Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9

R/ Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor ou :

Alléluia !

(Ps 46, 6)

Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu par vos cris de joie ! Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable, le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor. Sonnez pour notre Dieu, sonnez, sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre : que vos musiques l’annoncent ! Il règne, Dieu, sur les païens, Dieu est assis sur son trône sacré.


2ème lecture : « Le Christ est entré dans le ciel lui-même » (He 9, 24-28 ; 10, 19-23)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, figure du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n’a pas à s’offrir lui-même plusieurs fois, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien ; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis la fondation du monde. Mais en fait, c’est une fois pour toutes, à la fin des temps, qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d’être jugés, ainsi le Christ s’est-il offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude ; il apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent.

Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus : nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire ; or, ce rideau est sa chair. Et nous avons le prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu. Avançons-nous donc vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi, le cœur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure. Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.

– Parole du Seigneur.

Evangile : « Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel » (Lc 24, 46-53)

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. De toutes les nations, faites des disciples, dit le Seigneur. Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Alléluia.

(Mt 28, 19a.20b)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur dit :« Il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem, à vous d’en être les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut. » Puis Jésus les emmena au-dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.

L’UNITE, REALITE ET ESPERANCE

1 ère lecture (Ac 13,14.43-52) Psaume (Ps 99,1-2.3.5) 2 ème lecture (Ap 7,9.14b-17) Evangile (Jn 10,27-30)

L’Evangile peut être le point de départ d’une méditation dans le sens de l’unité des chrétiens qui n’est pas encore réalisée dans l’Eglise, l’unique Corps mystique du Christ. Mais les membres sont des hommes et leur recherche de la vérité connaît des tâtonnements, des faiblesses, des contradictions parce que nous sommes limités dans cette réalisation du mystère unique du Christ.

Ce mystère est infini puisqu’il est, si l’on peut parler ainsi, à la mesure même du mystère trinitaire. « Que tous, ils soient un comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi. » (Jean 17. 21)

Nous souffrons du « piétinement » actuel de notre démarche sur la route de l’Unité. Nous avons même l’impression de ne plus avancer. Chacun, comme chaque Eglise, ne voudrait pas que soient abandonnées les richesses découvertes par lui comme par elle. Et pour convaincre mon frère du bien-fondé de ma conviction, j’en souligne trop les différences, sans en souligner les convergences profondes.

Le Christ a donné à chacun de nous la gloire qu’il a reçue de son Père. Mais pourquoi prétendre que nous en avons pleinement conscience dans la réalité de son mystère. Humblement restons fidèles à ce que sa grâce nous a donné. Fraternellement, acceptons aussi de reconnaître la fidélité du frère qui ne pense pas comme nous, parce que, lui aussi, veut rester fidèle à la grâce qu’il a reçue.

Elle passe, chaque fois, dans et au travers d’une humanité, la nôtre comme celle de mon frère. « Ils ont reconnu que tu m’as envoyé. » (Jean 17. 25) C’est déjà beaucoup. « Je le ferai connaître encore… » ajoute le Christ dans la prière qu’il adresse à son Père.

Pour que l’unité des chrétiens soit une réalité, il nous faut accepter d’apprendre et de reconnaître que nous ne savons pas tout immédiatement. Chacun apprend comme les deux disciples sur le chemin d’Emmaüs. Chacun doit vivre en communion avec son frère, comme au matin de l’Eglise : « Persévérant unanimement dans le Temple, rompant le pain à la maison, avec allégresse et simplicité de cœur, louant Dieu.» (Actes 1. 46 et 47)

1ère lecture : « Voici que je contemple le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu »

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Étienne était en face de ses accusateurs. Rempli de l’Esprit Saint, il fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. » Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort. – Parole du Seigneur.

Psaume :

R/ Le Seigneur est roi, le Très-Haut sur toute la terre ! ou : Alléluia !

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre ! Joie pour les îles sans nombre ! Justice et droit sont l’appui de son trône. Les cieux ont proclamé sa justice, et tous les peuples ont vu sa gloire. À genoux devant lui, tous les dieux ! Tu es, Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre : tu domines de haut tous les dieux.

2ème lecture : « Viens, Seigneur Jésus ! »

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai entendu une voix qui me disait : « Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait. Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville. Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Moi, je suis le rejeton, le descendant de David, l’étoile resplendissante du matin. » L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement. Et celui qui donne ce témoignage déclare : « Oui, je viens sans tarder. » – Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! – Parole du Seigneur.

Evangile : « Qu’ils deviennent parfaitement un »

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Je ne vous laisserai pas orphelins, dit le Seigneur, je reviens vers vous, et votre cœur se réjouira. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h à 12 h un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

-Lundi 9 mai : De la férie

-Mardi 10 mai : De la férie

-Mercredi 11 mai : De la férie

-Jeudi 12 mai : De la férie

-Vendredi 13 mai : De la férie

-Samedi 14 mai : Saint Matthias

LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

Mercredi 11 et Jeudi 12 Mai : retraite à BELLEU pour les enfants du groupe scolaire Saint-Louis Sainte-Clotilde qui préparent leur Première communion et leur Profession de foi

Vendredi 13 Mai toute la matinée à la maison diocésaine :

réunion de l’équipe épiscopale avec les responsables des services diocésains

- Vendredi 13 Mai à 14 h 30 au presbytère : comité de rédaction du journal le Messager

-Samedi 14 Mai à 9 h dans l’église : réunion de préparation au baptême des petits enfants

DIMANCHE 8 mai 2016 – 7 ème dimanche de Pâques

1 ère lecture (Ac 7,55-60) Psaume (Ps 96,1-2.6.7.9) 2 ème lecture (Ap 22,12-14.16-17.20) Evangile (Jn 17,20-26)

QUETE POUR LES PRETRES AGES

DIMANCHE 15 mai 2016 – PENTECÔTE, Solennité

1 ère lecture (Ac 2,1- 11) Psaume (Ps 103,1.24.29-31.34) 2 ème lecture (Rm 8,8-17) Evangile (Jn 14,15-16.23b-26)

Messe anticipée le samedi à 18 h à Saint-Louis-Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

Au cours de la messe étape de baptême pour les enfants de 3-7 ans





Rappels :

  • - La messe du vendredi 6 Mai sera bien célébrée à 9 h à la crypte

  • - Samedi 7 Mai : messe et adoration du saint Sacrement dans la crypte

  • - Dimanche 8 Mai : quête impérée pour les prêtres âgés

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens