Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 12:53

Ou va l’Europe ? Par le père Burgun de la Communauté de l’Emmanuel, demandeur de la cause de béatification de Robert Schuman

À un an d’une élection majeure pour notre pays, la question « où va l’Europe ? », posée de toute part, malheureusement, a été posée solennellement par le Pape François lui-même, qui a interpelé cette Europe fatiguée, vendredi dernier encore, lors de la remise de son prix Charlemagne, dans un discours remarquable : « Que t’est-il arrivé, Europe humaniste, paladin des droits de l’homme, de la démocratie et de la liberté ? Que t’est-il arrivé, Europe terre de poètes, de philosophes, d’artistes, de musiciens, d’hommes de lettres ? Que t’est-il arrivé, Europe mère de peuples et de nations, mère de grands hommes et de grandes femmes qui ont su défendre et donner leur vie pour la dignité de leurs frères ? » Ne serait-il pas temps que l’Europe ne soit pas qu’une question annexe de nos politiques ?

L’Europe a un passé qui pourrait bien redevenir son présent. Dans un passé fait de guerres, de déchirures, de conflits, de jalousie et d’égoïsme nationaux (sur les produits énergétiques entre autres), et dans la tentation encore actuelle de tous les populismes, Schuman fut, en ce 9 mai, ce révolutionnaire de la paix européenne : une paix construite, organisée, non pas vécue comme un doux rêve ou une belle utopie, mais comme un projet concret et incarné. Ce passé pétri aussi de racines, de cultures, de patrimoines, de valeurs, des grands courants philosophiques et du judéo-christianisme a su engendrer cette réalité du partage et du don de soi, en communauté et en nation : « Il n’y a pour nous d’autre chance de salut que le retour aux principes de solidarité entre les individus et entre les Nations, à la pratique de la fraternité qui doit nous unir dans la coopération et dans le sacrifice. » (Robert Schuman). Oui, la supranationalité et le renoncement ont su être une politique effective et efficace.

L’Europe aura-t-elle un avenir ? Face aux nouveaux défis qui se présentent (migratoire, énergétique, conflits internationaux, etc.), face aux nouveaux individualismes, jalousies, déchirures et conflits, tous actuels et à peine larvés et prédominants, face à la tentation même du suicide de notre continent, le « pardon » et la « réconciliation », dans le renoncement, le sacrifice et la solidarité, ne sont-ils pas, encore aujourd’hui, la seule convocation possible de l’Europe ? Le temps n’est-il pas venu de tirer toutes les leçons de ce passé ? La gravité de la situation n’est pas inférieure à celle de Schuman.

Où est passée cette réconciliation fondatrice ? Où est passée cette solidarité concrète de partage des ressources qui nous divisaient naguère ? Où est passée cette lumière démocratique (pour Schuman, une démocratie est profondément chrétienne ou elle n’est pas !) que devait être l’Europe pour tous les peuples en attente d’une liberté méritée ? Où est passée cette Europe fière de son histoire et de sa culture que beaucoup oublient ou renient, aujourd’hui encore ? Certes, il ne s’agit plus de rêver l’Europe, ni de rêver à la sainteté en politique ; il s’agit d’en vivre ! « L’élément tragique pour l’homme moderne n’est pas qu’il ne connaît pas le sens de la vie, mais que ce sens de la vie le dérange de moins en moins » (V. HAVEL) : aujourd’hui, le sens de l’existence de l’Europe la dérange de moins en moins, sa paix originelle la dérange de moins en moins. Voilà son drame ; mais voilà sa chance aussi : « La paix sera durable dans la mesure où nous armons nos enfants des armes du dialogue, dans la mesure où nous leur enseignons le bon combat de la rencontre et de la négociation. Ainsi, nous pourrons leur laisser en héritage une culture qui sait définir des stratégies non pas de mort, mais de vie, non pas d’exclusion, mais d’intégration » (Pape François).

L’Europe n’est pas d’abord un problème électoral, ou une fumisterie administrative ou politique, mais une nécessité ; oui, l’Europe doit demeurer cette lumière pour le monde, parce que « les démocraties contemporaines – les vraies qui n’en ont pas seulement le nom et l’étiquette trompeuse – nous donnent l’exemple d’une juste compréhension des valeurs spirituelles et religieuses » (R. Schuman, Pour l’Europe, chapitre III). L’Europe aura un véritable projet, non pas en se réinventant sans cesse par des traités ou par je ne sais quels slogans de refondation – qu’on nous promet à chaque élection – ; non pas en prenant la fuite comme le proposent de manière irresponsable d’autres encore, mais en ayant un projet clair et ambitieux. L’Europe doit redonner de l’espérance là où il n’y a plus que désespérance. Et c’est ainsi que le Pape François se prend à rêver d’une « Europe des familles, avec des politiques vraiment effectives, centrées sur les visages plus que sur les chiffres, sur les naissances d’enfants plus que sur l’augmentation des biens. Je rêve d’une Europe qui promeut et défend les droits de chacun, sans oublier les devoirs envers tous. Je rêve d’une Europe dont on ne puisse pas dire que son engagement pour les droits humains a été sa dernière utopie. »

A LA PENTECÔTE, L’ESPRIT-SAINT REMPLIT L’UNIVERS

1 ère lecture (Ac 2,1- 11) Psaume (Ps 103,1.24.29-31.34) 2 ème lecture (Rm 8,8-17) Evangile (Jn 14,15-16.23b-26)

(Sagesse 1. 7) La célébration de la descente de l’Esprit de Dieu sur ces hommes rassemblés au Cénacle de Jérusalem nous conduit au coeur même du mystère de la transcendance divine qui pénètre notre être de l’essentiel vital de la Trinité, l’Amour.

La lettre de saint Paul aux Romains le dit d’une manière toute simple :”L’Esprit est votre vie.” Mais nous ne vivons pas cette réalité individuellement. Nous la vivons dans une communauté, une communion qui est l’Eglise de même que la vie de l’Esprit de Dieu est communion trinitaire qui réalise l’unité du Père, du Fils et de l’Esprit.

C’est une réalité qui donc est personnelle parce qu’elle est dans le même temps communion. Là encore le texte d’origine est significatif. Saint Paul ne dit pas “enfant” au sens de parenté : “Enfant de Dieu”. Il n’utilise pas le terme grec “païs” “enfant”, mais le terme “tekna” qui a pour sens de “créé par”, “rejeton produit par”.

C’est une adoption, parce que nous ne sommes pas Dieu lui-même, une adoption qui devient dans le même temps une filiation qui fait de nous des “fils” participant de l’intégralité de la vie de Dieu dans ce mystère inexplicable de notre divinisation.

« Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ». Un court texte dont la richesse est inépuisable … l’Alliance …l’Incarnation … la divinisation …

“C’est un Esprit qui fait de vous des fils.” Et saint Paul nous établit au rang même du Christ, le Fils de Dieu fait homme. Les fils des hommes qui peuvent dire à Dieu, nous sommes plus qu’un fils adoptif, nous sommes “tekna” de Dieu.

Dans ce texte d’ailleurs il nous faut peser tous les mots. L’Apôtre parle du “corps” qui est mortel, de la chair qui signifie l’unité corps-esprit qui est la nôtre et qui peut devenir vie, à condition d’être sous l’emprise de l’Esprit de Dieu.

1ère lecture : « Tous furent remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues » (Ac 2, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux.Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. » – Parole du Seigneur.

Psaume : Ps 103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34

R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre ! ou : Alléluia ! (cf. Ps 103, 30)

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! la terre s’emplit de tes biens. Tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre. Gloire au Seigneur à tout jamais ! Que Dieu se réjouisse en ses œuvres ! Que mon poème lui soit agréable ; moi, je me réjouis dans le Seigneur.

2ème lecture : « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu » (Rm 8, 8-17)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair. Car si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; mais si, par l’Esprit, vous tuez les agissements de l’homme pécheur, vous vivrez. En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. – Parole du Seigneur.

Séquence : ()

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière. Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs. Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur. Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort. Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles. Sans ta puissance divine, il n’est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti. Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé. Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé. À tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés. Donne mérite et vertu, donne le salut final, donne la joie éternelle. Amen

Evangile : « L’Esprit Saint vous enseignera tout » (Jn 14, 15-16.23b-26)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Viens, Esprit Saint ! Emplis le cœur de tes fidèles ! Allume en eux le feu de ton amour ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » – Acclamons la Parole de Dieu.

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes

  • Tous les samedis matin de 10 h à 12 h un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation

  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

-Lundi 16 Mai à 20 h30 au presbytère : réunion du service diocésain de la pastorale des familles

-Mardi 17 Mai : toute la journée à la maison diocésaine : réunion des curés et des responsables de secteurs avec notre évêque

-Mardi 17 Mai à 18 h 30 : le père Frédéric Benoist est à la cérémonie de la remise de la légion d’honneur au rabbin Moché Lewin, à l’hôtel de Matignon

-Mardi 17 Mai à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe biblique animée par Myriam De la Marnière

-Mercredi 18 Mai à 14 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe MCR

-Mercredi 18 Mai à 17 h salle Pierre Lefeuvre : rencontre des confirmands

-Mercredi 18 Mai à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe Tibériade, catéchèse pour adultes

-Jeudi 19 Mai à 11 h au presbytère : réunion des prêtres du secteur

-Jeudi 19 Mai à 20 h 30 : réunion de l’équipe d’EAP en présence du vicaire général, Eugène DOUSSAL

-Vendredi 20 Mai à 14 h salle Pierre Lefeuvre : réunion des Equipes Saint-Vincent

-Vendredi 20 Mai à 20 h 30 : catéchèse pour les catéchumènes adultes sur l’Esprit Saint

-Samedi 21 Mai à 10 h 30 en l’église Notre-Dame : Messe de profession de foi des enfants de l’Ecole Saint-Louis Saint- Clotilde

-Samedi 21 Mai à 14 h salle Pierre Lefeuvre : Réunion de l’ACAT

-Samedi 21 Mai et Dimanche 22 Mai : retraite pour les premières communions et professions de foi des enfants de la paroisse à BELLEU dans l’Aisne

CONFÉRENCE « MAURICE DENIS A L'EGLISE DU RAINCY », SALLE PIERRE LEFEUVRE,

4 ALLEE DE VERDUN

DIMANCHE 22 MAI 2016 A 16 H 30 PAR FABIENNE STAHL AUTEURE DU CATALOGUE RAISONNE DE L'ŒUVRE DE MAURICE DENIS

Entrée libre

Conférence organisée par l’association RESTAURER l’église Notre-Dame du Raincy

mail : restaurer.ndleraincy@free.fr – mobile : 07.82.06.37.70 – www.eglisenotredameleraincy.fr

DIMANCHE 15 mai 2016 – PENTECÔTE, Solennité

1 ère lecture (Ac 2,1- 11) Psaume (Ps 103,1.24.29-31.34) 2 ème lecture (Rm 8,8-17) Evangile (Jn 14,15-16.23b-26)

DIMANCHE 22 mai 2016 – SAINTE TRINITE, Solennité

1 ère lecture (Pr 8,22-31) Psaume (Ps 8,4-9) 2 ème lecture (Rm 5,2-5) Evangile (Jn 16,12-15)

Messe anticipée le samedi à 18 h à Saint-Louis-Dimanche à 10 h 30 messe à Notre-Dame

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens