Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:00

Syrie: «La plus grande crise humanitaire du monde»

Arrêter la guerre en Syrie, trois appels

Que le Jubilé de la miséricorde ait aussi des conséquences «au niveau politique pour arrêter la guerre en Syrie» : c’est le souhait exprimé par le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin à l’occasion de l’inauguration d’une exposition sur l’histoire des jubilés au Sénat italien «Antiquorum habet», rapporte Radio Vatican, qui mentionne un appel de Mgr Audo – Caritas – à l’ONU et celui de l’Unicef qui dénonce « la plus grande crise humanitaire du monde ».

Des souffrances indicibles «C’est une situation insoutenable et les souffrances indicibles de la population syrienne doivent résonner dans nos cœurs et dans le cœur des politiciens» a déclaré le cardinal Parolin. A propos des négociations de paix à Genève, il a ajouté que «les tentatives se répètent : espérons qu’elles soient couronnées de succès, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent». «Avec le retrait des troupes russes, nous allons voir si cela peut permettre un progrès dans les négociations» fait observer le cardinal Parolin, qui devait rencontrer des réfugiés lors d’une visite en Macédoine, à partir de demain, 18 mars.

Les deux tiers des chrétiens sont partis Mgr Antoine Audo, évêque chaldéen d’Alep, et président de la Caritas Syrie, a indiqué, lors d’une conférence de presse à l’ONU à Genève, que les deux-tiers des chrétiens syriens ont quitté le pays, passant de de 1,5 million à quelque 500.000 en cinq ans de conflit. Il se trouvait à Genève pour une campagne de paix lancée par Caritas, et il devait rencontrer le président de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie Paulo Sergio Pinheiro, indique la même source.

Ils n’ont connu que la guerre Pour l’Unicef, le constat est alarmant : «Un tiers des enfants syriens n’ont connu que la guerre», indique un rapport sur la situation des enfants syriens, et 8 millions d’entre eux nécessitent une aide, non seulement en Syrie mais aussi dans les pays voisins qui accueillent les familles réfugiées. L’Unicef souligne que les enfants syriens vivent « la plus grande crise humanitaire du monde », et qu’ «être victime ou assister à des actes de violence, vivre dans la peur et l’insécurité, manquer de nourriture, de soins médicaux, être séparé de sa famille, ne pas avoir de logement, être privé d’éducation : ces conditions de vie ont un impact sur les enfants et peuvent provoquer de graves traumatismes ».

«Notre Église est une Église de martyrs», par Mgr Gallagher

La persécution, le terrorisme, l’exode des chrétiens, au risque de leur vie, la Syrie, la Libye: autant de situations tragiques, voire désespérées, abordés par Mgr Gallagher qui demande « une action énergique et concertée entre les États afin de sauvegarder les droits de l’homme, le système démocratique tout entier des pays individuels et la sécurité internationale ». Le Secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États est intervenu lors d’une rencontre de Formation missionnaire organisée par le diocèse de Rome, samedi dernier, 12 mars 2016. La troisième rencontre de formation missionnaire, lancée par le Centre pour la coopération missionnaire entre les Églises du diocèse de Rome, s’est tenue au grand séminaire de Rome, au Latran, sur le thème : « Notre Église est une Église de martyrs » (Pape François). « Voici donc la position du Saint-Siège, explique Mgr Gallagher : rechercher toujours le bien de la personne et des peuples, protéger la paix et garantir le respect de la dignité de toute personne humaine et de ses droits fondamentaux, et tout ceci pour la dignité et la sauvegarde des êtres humains et non pour une simple raison d’État, ni pour défendre ses propres intérêts partisans. Pour atteindre ces finalités, le Saint-Siège s’emploie par tous ses efforts à promouvoir le dialogue avec tous les interlocuteurs disponibles, invitant les États et les autres entités à coopérer et à chercher à résoudre les conflits par des solutions politiques et diplomatiques, toujours dans le plein respect du droit international. (Texte des deux conférences sur la table au fond de l’église)

L’ENTREE DANS JERUSALEM et LA PASSION DE JESUS

1 ère lecture (Is 50,4-7) Psaume (Ps 21,8-9.17-20.22-24) 2 ème lecture (Ph 2,6-11 ) Evangile (Lc 23,35-47)

Jésus la veut toute simple, tout en lui donnant toute sa signification messianique. Par contre, la foule qui vient de Galilée et de plus loin sans doute pour la fête de la Pâque, se réjouit avec exubérance. C’est bien une entrée messianique qui reprend les paroles du psaume qu’avaient entonné les anges dans la nuit de la Nativité :”Gloire à Dieu dans les cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté.” (Luc 2. 14)

Les pharisiens, quelques-uns précise saint Luc, peuvent critiquer l’enthousiasme de la foule. Jésus, lui, accepte cet enthousiasme qui vient du coeur, même s’il est éphémère.

Le passage d’Isaïe est le résumé de toute mission : écouter pour s’instruire, s’instruire pour annoncer :” La Parole me réveille pour que j’écoute, comme celui qui se laisse instruire … Il m’a donné un langage d’homme afin que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus.” C’est facile à dire, « Je ne suis pas atteint par les outrages. » Ce n’est facile à vivre ni pour le Christ ni pour nous-mêmes. Des oppositions parfois douloureuses arrêtent notre élan. Et pourtant je dois ne pas cesser d’écouter Dieu et les hommes, de m’instruire par Dieu et par les hommes, d’annoncer Dieu aux hommes mes frères.

Puisqu’il était devenu « semblable aux hommes et reconnu comme tel dans son comportement », Jésus en accepte toute la réalité (lettre aux Philippiens) . Celle d’être traité par la vie, les événements et les hommes, comme tout homme est bousculé et meurtri. Celle de subir la souffrance inhérente à la condition humaine qui est une créature limitée dans le temps, limitée dans son bonheur. Assumant toute l’humanité, “obéissant jusqu’à la mort”, sauf le péché, il en assume aussi toute la gloire qui est de rejoindre Dieu. Et comme il est de la condition même de Dieu, il partage toute la gloire de l’homme et toute la gloire de Dieu.

Il est caractéristique que, pour cette lecture de la Passion selon saint Luc, l’Eglise place l’Eucharistie du Jeudi-Saint comme point de départ de ce chemin de croix, et non pas le jardin des Oliviers. Car ce chemin est celui-là même du Royaume. Jésus le précise à ses disciples : “Jusqu’à ce que vienne le règne de Dieu, le royaume de Dieu.” Et pour le condamné sur la croix proche du Christ, l’avènement du Royaume est immédiat : “Quand tu viendras inaugurer ton Règne,” dira le larron à qui Jésus répond :”Aujourd’hui même…” L’Eucharistie réalise le sacrifice du Seigneur et nous en offre immédiatement les fruits. Nous le disons en chaque célébration.

1ère lecture : « Voici que je fais une chose nouvelle, je vais désaltérer mon peuple » (Is 43, 16-21)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur, lui qui fit un chemin dans la mer, un sentier dans les eaux puissantes, lui qui mit en campagne des chars et des chevaux, des troupes et de puissants guerriers ; les voilà tous couchés pour ne plus se relever, ils se sont éteints, consumés comme une mèche. Le Seigneur dit : « Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Les bêtes sauvages me rendront gloire – les chacals et les autruches – parce que j’aurai fait couler de l’eau dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour désaltérer mon peuple, celui que j’ai choisi. Ce peuple que je me suis façonné redira ma louange. » – Parole du Seigneur.

Psaume : Ps 125 (126), 1-2ab, 2cd-3, 4-5, 6

R/ Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête ! (Ps 125, 3)

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion, nous étions comme en rêve ! Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie. Alors on disait parmi les nations : « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête ! Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert. Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie. Il s’en va, il s’en va en pleurant, il jette la semence ; il s’en vient, il s’en vient dans la joie, il rapporte les gerbes.

2ème lecture : « À cause du Christ, j’ai tout perdu, en devenant semblable à lui dans sa mort » (Ph 3, 8-14)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Frères, tous les avantages que j’avais autrefois, je les considère comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. À cause de lui, j’ai tout perdu ; je considère tout comme des ordures, afin de gagner un seul avantage, le Christ, et, en lui, d’être reconnu juste, non pas de la justice venant de la loi de Moïse mais de celle qui vient de la foi au Christ, la justice venant de Dieu, qui est fondée sur la foi. Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa Passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts. Certes, je n’ai pas encore obtenu cela, je n’ai pas encore atteint la perfection, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, puisque j’ai moi-même été saisi par le Christ Jésus. Frères, quant à moi, je ne pense pas avoir déjà saisi cela. Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus. – Parole du Seigneur.

Evangile selon saint Luc 23,35-47

Le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »

Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !

Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ; l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure, car le soleil s’était caché. Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »

CALENDRIER

-Lundi 21 mars : Lundi de la semaine sainte

-Mardi 22 mars : Mardi de la semaine sainte

-Mercredi 23 mars : Mercredi de la semaine sainte

LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

A noter Lundi 21 mars à 14 h :

nettoyage et ménage de l’église

Notre-Dame - Venons nombreux.

-Lundi 21 Mars à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion de l’équipe d’animation paroissiale

- Mardi 22 Mars à 19 h en la cathédrale basilique de Saint-Denis : messe chrismale

- Jeudi saint 24 mars à 10 h à l’église Notre-Dame : célébration avec les enfants du primaire de l’école Saint-Louis Sainte-Clotilde

HORAIRES DES OFFICES DE LA SEMAINE SAINTE A L’EGLISE NOTRE-DAME

  • - Jeudi saint 24 mars : Sainte Cène à 20 h 30 à l’église Notre-Dame puis veillée

eucharistique

  • - Vendredi saint 25 mars : Chemin de Croix à 15 h (adultes) – 18 h 30 (enfants du caté)- Office de la Passion : 20 h 30

  • - Samedi saint 26 mars à 12 h dans la crypte de l’église Notre-Dame : office de milieu du jour pour les familles ayant perdu un enfant - Vigile Pascale à Notre-Dame à 21 h Baptême de Devi AUNASAWNY

Pour vivre et célébrer le sacrement de la réconciliation à léglise Notre-Dame :

  • - le Vendredi saint : après le Chemin de Croix

  • - le Samedi saint de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h

-A partir du Dimanche 27 Mars (dimanche de Pâques) la messe du dimanche à Notre-Dame sera à nouveau à 10 h 30. Ce dimanche 27 Mars nous passerons à l’heure d’été… Pas de changements pour le samedi soir à Saint-Louis

-Dimanche 27 à 8 h 30 au Temple protestant : catholiques et protestants célèbrent Pâques à 8 h 30 petit-déjeuner et à 9 h 15 célébration œcuménique

DIMANCHE 20 mars 2016 – Dimanche des Rameaux et de la Passion

1 ère lecture (Is 50,4-7) Psaume (Ps 21,8-9.17-20.22-24) 2 ème lecture (Ph 2,6-11 ) Evangile (Lc 23,35-47)

DIMANCHE 27 mars 2016 – RESURRECTION DU SEIGNEUR

1 ère lecture (Ac 10,34a.37-43) Psaume (Ps 117,1-4.16-17.22-23) 2 ème lecture (Col 3,1-4) Evangile (Jn 20,1-9)

Messes : dimanche à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

et Messe du Lundi de Pâques le lundi 28 mars à 10h30 à Notre Dame

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens