Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 19:09

Extrait de la prière de l’Angelus prononcée par le pape le jour de la Toussaint


(…)Le Livre de l’Apocalypse rappelle une caractéristique essentielle, il dit des saints : ces personnes appartiennent totalement à Dieu. Il les présente comme une multitude immense d’« élus » habillés en blanc et marqués du « sceau de Dieu » (cf. 7,2-4 ; 9-14). Ce dernier détail souligne, sous une forme allégorique, que les saints appartiennent à Dieu de manière pleine et exclusive, qu’ils sont sa propriété. Et que signifie porter le sceau de Dieu dans sa propre vie et en soi ? L’apôtre Jean nous le dit : cela signifie qu’en Jésus-Christ nous sommes vraiment devenus des enfants de Dieu (cf. 1 Jn 3,1-3).
Sommes-nous conscients de ce grand don? Etre tous des enfants de Dieu ! Nous souvenons-nous que dans le baptême nous avons reçu le « sceau » de notre Père céleste et sommes devenus ses enfants ? Pour le dire simplement : nous portons le nom de Dieu, notre nom de famille est Dieu, car nous sommes des enfants de Dieu. C’est là que se trouve la racine de la vocation à la sainteté ! Et les saints que nous célébrons aujourd’hui sont précisément ceux qui ont vécu dans la grâce de leur baptême, qui ont conservé ce « sceau » intégralement, en se comportant en enfants de Dieu, en cherchant à imiter Jésus ; et qui sont maintenant arrivés à destination, parce qu’ils « voient enfin Dieu tel qu’il est ».
Une seconde caractéristique propre aux saints c’est qu’ils sont des exemples à imiter. Mais attention : pas seulement les saints qui ont été canonisés, mais ceux aussi, pour ainsi dire, « de la porte d’à côté », qui se sont efforcés, avec la grâce de Dieu, d’appliquer l’Évangile dans leur vie normale de tous les jours. Des saints comme ça, on en a rencontré nous aussi ; peut-être en avons-nous eu un dans notre famille, ou bien parmi nos amis et connaissances. Nous devons leur être reconnaissants, mais surtout être reconnaissants à Dieu qui nous les a donnés, qui les a mis près de nous, comme des exemples vivants et contagieux d’une manière de vivre et de mourir, fidèles au Seigneur Jésus et à son Évangile.
Combien de personnes avons-nous connues et connaissons-nous qui sont de braves personnes, et nous font dire : « Mais cette personne est un saint ! », cela nous vient tout naturellement. Ces saints sont les saints de la porte d’à côté, ceux qui ne sont pas canonisés mais vivent avec nous. Imiter leurs gestes d’amour et de miséricorde est un peu comme perpétuer leur présence sur cette terre. Et en effet, ces gestes évangéliques sont les seuls qui résistent à la destruction de la mort : un geste de tendresse, une aide généreuse, un moment passé à écouter, une visite, une bonne parole, un sourire... A nos yeux, ces gestes peuvent sembler insignifiants, mais aux yeux de Dieu ils sont éternels, car l’amour et la compassion sont plus forts que la mort.


Que la Vierge Marie, Reine de tous les saints, nous aide à avoir davantage confiance en Dieu et sa grâce, pour marcher avec élan sur le chemin de la sainteté. Confions notre engagement quotidien à notre Mère, et prions pour nos chers défunts, dans l’intime espérance de nous retrouver un jour, tous ensemble, dans la communion glorieuse du Ciel.



UN MESSAGE D’ESPERANCE
1ère lecture (Dn 12,1-3) Psaume (Ps 15,5.8-10.1b-11) 2ème lecture (He 10,11-14.18) Evangile (Mc 13,24-32)
L’Evangile de ce dimanche se situe à un moment précis de la montée de Jésus à Jérusalem. Assis sur le Mont des Oliviers, en face du Temple, quelques disciples s’émerveillent devant une telle construction : « Maître, regarde : quelles pierres, quelle construction ! » La réponse de Jésus n’en est que plus désarmante : « Tout sera détruit ! » Et eux de demander : « Quand est-ce que cela arrivera ? » Du discours de Jésus, nous lisons aujourd’hui l’avant-dernière partie, seulement, celle qui concerne la venue du Fils de l’homme, dont l’attente doit tenir les disciples en éveil. On peut rester fasciné par les événements de la fin des temps. Dans l’Antiquité, on avait divinisé les corps célestes, les astres et on les considérait comme des êtres spirituels auxquels il fallait rendre un culte. A travers eux, on s’efforçait de lire l’avenir et de découvrir le destin des hommes. Bien qu’aujourd’hui nous n’ayons plus les mêmes croyances, nombreux sont nos contemporains qui restent encore subjugués par l’astrologie et les horoscopes. Dans la littérature juive, aux alentours de l’ère chrétienne, le thème de l’ébranlement des astres, montés sur un ciel rigide, fait partie du genre littéraire qu’on appelle les apocalypses. Il forme le décor classique des scènes de la théophanie, des apparitions de Dieu parmi les hommes, comme du jugement opéré par Dieu. Marc réemploie ces images traditionnelles pour évoquer l’intervention finale de Dieu sur notre monde. Ces bouleversements sont évoqués par le prophète Isaïe, chapitre 13 et chapitre 34. Pourtant Marc renvoie cet ébranlement à la venue de Dieu, qui a bien pour but le rassemblement des élus.
En tenant compte de cela, il est préférable de lire ces textes comme un message d’espérance et un encouragement adressé à ceux qui ont foi en la proximité du Fils de l’Homme. Ils doivent tenir bon dans les épreuves et rester vigilants. Cet avènement coïncidera avec leur salut définitif, « avec grande gloire ». Marc ne parle pas ni de l’écrasement du mal ni du jugement du monde et des hommes. C’est l’exhortation et la consolation qui caractérisent cet enseignement. « Il est à notre porte. » La comparaison du figuier en est le signe. Le figuier perd ses feuilles pendant l’hiver et ne donne à nouveau signe de vie que tardivement. Quand la sève remonte dans les branches qui deviennent tendres et que les feuilles commencent à apparaître, on sait que l’hiver est terminé et que la saison chaude est proche. C’est là la « pointe » de la parabole. De même que l’apparition des jeunes pousses annoncent l’arrivée imminente de l’été, de même certaines choses annonceront l’arrivée imminente du Fils de l’Homme. Reste à déterminer en quoi elles consistent. Les calamités énumérées dans les versets qui précèdent le texte de ce dimanche (Marc 13. 14 à 23) en sont l’annonce, tout particulièrement la catastrophe qui frappera le Temple. Elles concernent les disciples qui entendent ce discours de Jésus. Elle est pour demain, la terrible détresse de la Passion du Golgotha où le ciel lui-même s’obscurcira (Marc 15. 33). Elle tombera sur Jérusalem investie par ses ennemis quelques années plus tard. Elle tombera sur les disciples quand ils seront persécutés. « Cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. » (Marc 13. 30) ; Les paroles qui suivent sont à étendre au travers du temps et de l’Histoire : « Le ciel et la terre passeront », mais « Le Christ est celui qui était hier, qui est aujourd’hui et celui qui vient. » (Hébreux 1. 8)




1ère lecture : « En ce temps-ci, ton peuple sera délivré » (Dn 12, 1-3)


Lecture du livre du prophète Daniel
En ce temps-là se lèvera Michel, le chef des anges, celui qui se tient auprès des fils de ton peuple. Car ce sera un temps de détresse comme il n’y en a jamais eu depuis que les nations existent, jusqu’à ce temps-ci. Mais en ce temps-ci, ton peuple sera délivré, tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre. Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s’éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles. Ceux qui ont l’intelligence resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude brilleront comme les étoiles pour toujours et à jamais. – Parole du Seigneur.


Psaume : Ps 15 (16), 5.8, 9-10, 11


R/ Garde-moi, mon Dieu, j’ai fait de toi mon refuge. (Ps 15, 1)
Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. Tu m’apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices !

2ème lecture : « Par son unique offrande, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qu’il sanctifie » (He 10, 11-14.18)


Lecture de la lettre aux Hébreux
Dans l’ancienne Alliance, tout prêtre, chaque jour, se tenait debout dans le Lieu saint pour le service liturgique, et il offrait à maintes reprises les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais enlever les péchés. Jésus-Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu. Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds. Par son unique offrande, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qu’il sanctifie. Or, quand le pardon est accordé, on n’offre plus le sacrifice pour le péché. – Parole du Seigneur.


Evangile : « Il rassemblera les élus des quatre coins du monde » (Mc 13, 24-32)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous pourrez vous tenir debout devant le Fils de l’homme. Alléluia. (cf. Lc 21, 36)


Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc


En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. » – Acclamons la Parole de Dieu.



CALENDRIER


Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte


-Lundi 16 novembre : de la férie
-Mardi 17 novembre : Sainte Elisabeth de Hongrie
-Mercredi 18 novembre : de la férie
-Jeudi 19 novembre : de la férie
-Vendredi 20 novembre : De la férie
-Samedi 21 novembre : Présentation de la Vierge Marie, mémoire


Rendez-vous de la semaine


- Lundi 16 Novembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion des équipes liturgiques (pour le répertoire des chants)
-Mercredi 18 Novembre à 14 h 30 salle Pierre Lefeuvre : réunion du groupe MCR
-Mercredi 18 Novembre à 17 h salle Pierre Lefeuvre : réunion de la préparation à la confirmation
-Mercredi 18 Novembre à 20 h 30 salle Pierre Lefeuvre : Réunion du groupe Tibériade catéchèse pour adultes
-Samedi 21 Novembre à 15 h salle Pierre Lefeuvre : réunion sur les différents moyens de communication dans nos paroisses
-Samedi 21 Novembre salle Pierre Lefeuvre : réunion des lycéens (rendez-vous à 17 h 30 sur place pour aller à la messe de 18 h. Réunion de 20 h à 22 h autour d’un repas)

DIMANCHE 22 NOVEMBRE 2015 – LE CHRIST, ROI DE L’UNIVERS, Solennité
1ère lecture (Dn 7, 13-14) Psaume (Ps 92,1-2.5) 2ème lecture (Ap 1, 5-8) Evangile (Jn 18, 33b-37)
Messe anticipée : samedi à 18 h à Saint-Louis et à 10 h à Notre-Dame

« Entrer en Avent » : halte spirituelle à l'Abbaye de Jouarre

Dimanche 29 novembre 2015 de 8h00 à 19h00

Le service diocésain de spiritualité propose une halte spirituelle à l'Abbaye de Jouarre pour accueillir encore et encore le Seigneur qui aime notre temps et nous convie à l’aimer davantage : en choisissant de quitter un moment l’ordinaire du temps pour l’habiter ensuite avec une espérance renouvelée, en vivant des moments de prière personnelle, en participant à la liturgie des sœurs bénédictines (contact : Madame Françoise BOISARD : 06 61 23 71 79 -mboisard@free.fr)

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens