Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 19:18

La crise de la famille entraîne une crise de l'écologie humaine,

Congrès de la Doctrine de la foi sur la complémentarité homme-femme

Pour le pape François, la "crise de la famille a entraîné une crise de l’écologie humaine": un décryptage qui s'inscrit dans la ligne de sa réflexion sur la famille qu'il a demandée à l'Eglise dans le monde entier en préparation aux deux synodes d'octobre 2014 et d'octobre 2015. Il affirme les droits des enfants à "grandir dans une famille, avec un papa et une maman".

Milieux sociaux en péril

Le pape a en effet reçu en audience, lundi matin, 17 novembre, au Vatican, les membres d'un congrès organisé par la Congrégation pour la doctrine de la foi sur la complémentarité homme-femme. (Traduction intégrale de cette importante réflexion sur la table au fond de l’église).

Mais on est plus lent, a fait observer le pape, à diagnostiquer les dangers menaçant la société que ceux menaçant l'environnement: "La crise de la famille a entraîné une crise de l’écologie humaine, car comme pour les milieux naturels, les milieux sociaux ont besoin eux aussi d’être protégés. Et même si l’humanité a maintenant compris la nécessité d’affronter ce qui constitue une menace pour nos milieux naturels, nous sommes lents – nous sommes lents dans notre culture, voire dans notre culture catholique aussi – nous tardons à reconnaître que nos milieux sociaux sont eux aussi en péril. Il est donc indispensable de promouvoir une nouvelle écologie humaine et de la faire progresser".

Les piliers d'une nation

Pour le pape, les "piliers fondamentaux" d'une nation sont "ses biens immatériels" et dans ce contexte, "la famille reste un pilier de notre harmonie civile et une garantie contre la destruction sociale".

Il a affirmé le "droit" des enfants de "grandir dans une famille, avec un papa et une maman, capables de créer un environnement propice à leur développement et à leur maturation affective".

Il cite son Exhortation apostolique Evangelii gaudium (du 24 novembre 2013), dans laquelle il a voulu "mettre l’accent sur la contribution « indispensable » du mariage à la société, une contribution qui « dépasse le niveau de l’émotivité et des nécessités contingentes du couple » (n. 66). Je vous dis donc merci d’avoir cette approche à votre colloque en mettant l’accent sur les bénéfices que le mariage peut apporter aux enfants, aux époux eux-mêmes et à la société".

"La famille est la famille" et elle a "une force en elle-même" déclare le pape François qui invite à proposer cette bonne nouvelle avec audace aux jeunes, dans le contexte d'une culture au contraire marquée par le "provisoire".

"Pensons surtout aux jeunes qui représentent l’avenir: il est important que ces jeunes ne se laissent pas toucher par cette mentalité néfaste du provisoire et qu’ils soient des révolutionnaires par leur courage à chercher un amour fort et durable, autrement dit aller à contre-courant", a notamment déclaré le pape.

Un fait anthropologique

Il a souligné combien il serait néfaste, pour la défendre, d'idéologiser la famille en disant clairement: "Nous ne devons pas tomber dans le piège des concepts idéologiques pour qualifier cela. La famille est un fait anthropologique, et par conséquent un fait social, culturel, etc. Nous ne saurions utiliser des concepts de nature idéologique pour la qualifier, car ces derniers n’ont de force qu’à un moment précis de l’histoire et donc destinés à déchoir. On ne peut parler aujourd’hui de famille conservatrice ou de famille progressiste : la famille est la famille ! Ne laissez pas ce concept ou autres concepts de nature idéologique vous mettre une étiquette. La famille a une force en elle-même."

LA SUPREMATIE DE L’AMOUR

1 ère lecture (Ez 34,11-12.15-17) Psaume (Ps 22,1-6) 2 ème lecture (1 Co 15,20-26.28) Evangile (Mt 25,31-46)

A l’opposé de celle de tous les rois de terre, la suprématie de Dieu, par le Christ Jésus, est celle du don de son amour. Tous les hommes y sont associés, par Lui, avec Lui et en Lui. « Quand tout sera sous le pouvoir du Fils, il se mettra lui-même sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis et, ainsi, Dieu sera tout en tous. » (1 Cor. 15. 28).

Ceux qui acceptent de mourir au péché et de vivre avec le Christ font dès maintenant partie de ce Royaume qui est « déjà parmi nous. » Il se construit tout au long de l’histoire des hommes, tout au long de la vie de chaque homme, de chacun d’entre nous. Si nous nous engageons ainsi, consciemment et dans la confiance, à apprendre comme le Christ à dire « oui » à Dieu et à la vie, à partager avec nos frères, nous accomplissons la charte du Royaume (Matthieu 5. 3 et ss), car « le Royaume de Dieu ne consiste pas en paroles mais en action. » (1ère lettre aux Corinthiens 4. 20) Il se construit dans le cœur de ceux qui servent le Christ dans le service de leurs frères, même s’ils ne le connaissent pas. C’est là aussi l’un des sens de l’évangile de ce dimanche. « Quand donc avons-nous pu te voir ? » La mission des chrétiens est de faire connaître à leurs frères la bonne nouvelle qu’ils réalisent aussi le Royaume.

Cette parabole du jugement dernier est donc celle de l’heure déterminante qui conclut l’histoire terrestre de chacun des hommes, qui conclut notre propre histoire, au jour où le Christ nous accueille. C’est l’heure où se découvre cette double réalité : la nôtre et celle du Royaume. C’est l’heure où se réalise définitivement ce qu’aura été notre vie et la part que nous avons prise dans son développement.

1ère lecture : Dieu, roi et berger d'Israël, jugera son peuple (Ez 34, 11-12.15-17)

Lecture du livre d'Ezékiel

Parole du Seigneur Dieu : Maintenant, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j'irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d'obscurité. C'est moi qui ferai paître mon troupeau, et c'est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l'égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître avec justice. Et toi, mon troupeau, déclare le Seigneur Dieu, apprends que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Psaume : 22, 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

R/ Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ; il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom. Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ; tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie ; j'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

2ème lecture : La royauté universelle du Fils (1Co 15, 20-26.28)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Le Christ est ressuscité d'entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c'est en Adam que meurent tous les hommes ; c'est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu'il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C'est lui en effet qui doit régner jusqu'au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu'il détruira, c'est la mort. Alors, quand tout sera sous le pouvoir du Fils, il se mettra lui-même sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera tout en tous.

Evangile : La venue du Fils de l'homme, pasteur, roi et juge de l'univers (Mt 25, 31-46)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le règne de David notre Père, le Royaume des temps nouveaux ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! Alléluia. (cf. Mc 11, 9-10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !' Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu...? Tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? Tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? Tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? Tu étais nu, et nous t'avons habillé ? Tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?' Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.' Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.' Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?' Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.' Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

CALENDRIER

  • Messe tous les jours à 9 h avec l’office des Laudes
  • Tous les samedis matin de 10 h 30 à 12 h 15 un prêtre se tient dans l’église Notre-Dame pour accueillir une démarche du sacrement de réconciliation
  • Adoration du Saint-Sacrement tous les samedis de 9 h 30 à 12 h à la crypte

DIMANCHE 23 novembre 2014 – CHRIST, ROI DE L’UNIVERS, solennité

1 ère lecture (Ez 34,11-12.15-17) Psaume (Ps 22,1-6) 2 ème lecture (1 Co 15,20-26.28) Evangile (Mt 25,31-46)

  • Lundi 24 novembre : Les martyrs du Vietnam
  • Mardi 25 novembre : De la férie
  • Mercredi 26 novembre : De la férie
  • Pas de messe à 9 h
  • Jeudi 27 novembre : De la férie
  • Vendredi 28 novembre : De la férie
  • Samedi 29 novembre : De la férie
  • De 10 h à 12 h dans l’église : célébration de réconciliation pour les enfants de la catéchèse de CM2 -6 ème et 5 ème

DIMANCHE 30 novembre 2014 – 1 er dimanche de l’Avent

1 ère lecture (Is 63, 16b-17.19b; 64,2b-7) Psaume (Ps 79,2.3.15-16.18-19) 2 ème lecture (1 Co 1,3-9) Evangile (Mc 13,33-37)

Messe anticipée : samedi à 18 h 30

Messe à 9 h à Saint-Louis et à 10 h 30 à Notre-Dame

QUETE DES CHANTIERS DU CARDINAL

A 15 h à la Cathédrale de Saint-Denis : ouverture de l’année de la vie consacrée avec notre Evêque, Monseigneur Pascal DELANNOY

Dimanche 30 novembre de 11 h 30 à 17 h : Marché de Noël de la Communauté protestante, au 17 Allée de l’Ermitage

A noter :

-Vendredi 5 Décembre à 20h30 à la maison diocésaine, 6 avenue Pasteur 93140 Bondy Conférence organisée par l’ACI (Action Catholique des milieux Indépendants) sur le thème « Société cherche famille » que dit l’Eglise du rôle de la famille dans la société ? Conférence faite par Monique Baujard, directrice du service national « famille et société » de la Conférence des Evêques de France.

Le Marché de Noël de la paroisse aura lieu salle Pierre Lefeuvre le samedi 6 décembre de 10 h à 20 h et le dimanche 7 décembre de 10 h à 18 h – Vente de sapins, nombreux stands pour les cadeaux de fin d’année : compositions florales, décorations, livres, Produits du Terroir et de la mer, épicerie fine…

Partager cet article

Repost 0
paroisse du Raincy - dans Feuilles de semaine

Présentation

  • : Le blog de la paroisse du Raincy
  • : Pour connaître l'actualité de la Paroisse du Raincy, des équipes, des mouvements, les horaires des Messes, pour consulter le Messager en ligne etc ...
  • Contact

Recherche

Liens